AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
A fleur de peau [Livre 1 - Terminé]
MessageSujet: A fleur de peau [Livre 1 - Terminé]   Lun 20 Déc - 5:38

Préambule de Lolo.

L'œil pétillant, et le sourire d'une oreille à l'autre.

Cher Thib.

Tu nous as seriné pendant des jours que, si un beau jour Rachel et moi devions écrire ensemble, tu tenais absolument à participer. Elle et moi avons donc l'immense plaisir de te convier à nos ébats - en tant que spectateur. Comme tu peux t'en douter, nous avons grandement savouré la préparation par e-mails successifs de ce topic absolument abominable tant il renferme de luxure saphique, et la complicité de Kry sous les traits de la Destinée a été très appréciée *courbette vers Kry chérie*.

J'espère que tu savoureras tout autant la lecture de ce grand n'importe quoi, qui a commencé comme une bonne blague pour devenir un topic très sérieux dans l'évolution personnelle d'Andréa.

On t'a bien eu . On s'est bien amusées. Maintenant, tu peux bouder. T'es qu'un vilain, de toute façon !
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A fleur de peau [Livre 1 - Terminé]   Lun 20 Déc - 5:46

Intro de Rachel

Thib

J'ai entendu dire que tu avais râlé pour le savoir et bien la voici ta surprise. C'est plein de cochoncetés et tu es chanceux parce que je fais rarement ce genre de poste J'ai beaucoup rigolé pendant que j'écrivais ces insanités alors j'espère bien que la lecture va te plaire Thib et en espérant que tu ne meurs pas d'une crise cardiaque

Remercions Andréa pour cette idée marrante


Dernière édition par Rachel Down le Lun 20 Déc - 6:10, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A fleur de peau [Livre 1 - Terminé]   Lun 20 Déc - 5:47

C'était un soir comme les autres à Édimbourg. Temps humide, pluie fine qui s'insinuait partout, température glaciale et humeur morose. Je n'aimais pas ces soirées-là. Seule dans ma chambre du St Edward's, je regardais le temps passer en remâchant mes malheurs. Mon addiction au V, pour commencer. Le manque commençait à me peser et je ne me sentais pas la volonté de résister, ce soir. Cela requérait plus de force morale que je n'en possédais, et je savais que je finirais par céder à la tentation à un moment ou à un autre. C'était dévastant, cette certitude absolue que, quoi que je tente, quoi que je fasse, j'étais perdue. Vouée à succomber au péché. Dieu devait avoir de moi une bien piètre image... Mais au moins, cette fois, je n'irais pas voir Léopold. Je serais forte et je négligerais l'appel de ma chair. J'irais plutôt voir Rachel Down, une dealeuse qui fournissait du sang de bonne qualité. Bien sûr, après mes expériences charnelles sous les mains expertes de Krystel Raybrandt, je n'étais plus très sûre de pouvoir me contenir sous l'effet du V, même en présence d'une femme, mais c'était secondaire. Rachel n'avait rien d'une empotée et saurait bien me remettre à ma place si les choses dérapaient en dehors de sa convenance.

Mon deuxième malheur, et non le moindre, c'était ma mémoire sélective. J'étais parvenue à occulter des massacres abominables sans ciller, mais j'étais incapable d'oublier ne serait-ce qu'une seule seconde de l'étreinte torride partagée avec Torben sous l'effet du sang de vampire, ingéré par erreur. Nous avions l'un comme l'autre perdu pied avec la réalité – pour moi, cela avait marqué le début de mon addiction et le retour de mes instincts de toxicomane – et nous avions couché ensemble d'une manière totalement débridée mais intensément plaisante. Tout aurait pu s'arrêter là. Mais en voyant ses larmes, son chagrin, et l'humilité toute simple avec laquelle il assumait ses actes, mon cœur s'était brisé. Et j'avais compris qu'il lui avait appartenu pendant ces longs mois où son alcoolisme m'exaspérait, où j'avais passé mon temps à me plaindre de lui auprès de Silviano. Quelle ironie du sort... Une dépravée telle que moi, alcoolique, toxicomane et vouée à la damnation à plus ou moins court terme, amoureuse. Et bien amoureuse, même. J'en aurais ri si je n'avais pas eu tellement envie de pleurer. Lui me haïssait. J'avais délibérément brisé tout ce qu'il aurait pu y avoir entre nous : en l'insultant, lui, en salissant la mémoire de son épouse décédée, en m'offrant à Krystel devant lui, en admettant coucher avec Léopold. Quatre coups, quatre blessures. Son mépris me brûlait comme l'acide, ma peine me rongeait de l'intérieur. Je savais que la fin de la route approchait pour moi, mais je ne savais pas encore de quelle manière elle se terminerait exactement. Mais une chose était sûre, ce serait sans Torben. Même si j'avais terriblement envie que quelque chose se construise entre nous, c'était définitivement perdu : j'avais fait en sorte de lui être odieuse et cela avait fonctionné au-delà de mes espérances. Amoureuse du seul homme que je ne pourrais jamais avoir...

Soudain, cette pensée qui m'obsédait devint insupportable. Je n'avais pas le droit d'aimer. L'amour c'était pour les vertueux, les cœurs bien nés et les esprits purs. Je n'avais rien de tout cela : mon passé de débauche, le vice auquel je m'adonnais avec Léopold ou Krystel, la drogue dont j'inondais mon système : tout cela faisait de moi une fille perdue, créature infernale destinée à répandre le mal sur son chemin. Je n'avais pas le droit d'aimer. Alors je me levai du lit où je m'étais roulée en boule en rentrant de mission, mis mes chaussures, mon manteau. Sortis sous la pluie. Et je me rendis chez mon fournisseur attitré depuis un mois et demi, quand je ne tenais pas à voir Léo : Rachel Down, saigneuse de son état, dure en affaires mais vendeuse d'un produit de qualité convenable. Elle ne tenait pas boutique chez elle, d'ordinaire – mais j'avais appris où elle logeait au cours d'une mission impliquant des représailles vampiriques éventuelles sur sa personne et j'avais sauvé sa peau. En échange, elle gardait le silence sur mes achats auprès d'elle. Échange de bons procédés...

D'habitude, j'attendais d'être rentrée chez moi, ou plutôt dans ma petite chambre d'hôtel, pour m'y enfermer et avaler ma drogue. Mais là, cette fois, j'en avais trop envie. Trop besoin. Le souvenir des horreurs que j'avais dites à Torben me brûlait l'âme et je n'avais qu'une hâte : oublier. Ma culpabilité. Ma honte. Mon remords. Le vide béant en moi. Tout cela à la fois. Voilà pourquoi j'absorbai ma dose à peine Rachel l'avait-elle mise entre mes mains. Cette fois j'étais à jeun, fatiguée, déprimée. Le V agit à une vitesse stupéfiante et ses effets habituels apparurent : un kaléidoscope de couleurs qui n'existaient pas se déploya devant mes yeux et l'appétit de ma chair s'éveilla pour Rachel. Pour être honnête, même si la séduisante dealeuse avait été un camionneur croate obèse et crasseux, j'aurais envisagé des choses pas très catholiques. J'étais vraiment devenue une ruine... Le sexe sous l'effet du V avait cet avantage de me vider totalement la tête, et cette fois j'en avais absorbé une jolie quantité : de quoi me défoncer pendant des heures. Tentée, je jetai un coup d'œil indécis à Rachel, avant de risquer le tout pour le tout en l'enlaçant et de profiter de l'effet de surprise pour l'embrasser fougueusement – en la pelotant un peu au passage. Krystel m'avait donné goût au corps des femmes et la dealeuse était vraiment attirante – surtout avec la drogue qui avait envahi mon système sanguin. Accueillerait-elle mes avances avec faveur, ou bien allait-elle me coller son poing dans la figure ?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A fleur de peau [Livre 1 - Terminé]   Lun 20 Déc - 5:49

La dealeuse cligna des yeux, mais elle prit un bon moment avant de les ouvrir, encore un peu patraque après cette soirée. Sa chienne Vagabonde s’empressa toutefois de se lever dès qu’elle entendit sa maîtresse remuer entre ses draps pour venir lui lécher la figure. Rachel la repoussa en grommelant un : ‘’dégage Vagabonde. Je pieute merde.’’ d’une voix pâteuse. Elle était rentrée tard, car Kate et elle avaient du refaire le plein de V grâce à Lewis, leur plus loyal des fournisseurs. Elle avait en avait profité pour prendre une goûte à l’insu de Kate, pendant que celle-ci était occuper avec le vampire. Si au début l’idée de se prostituer en échange de sang de vampire l’avait révulsé, elle avait maintenant comprit que c’était une solution facile. Les vampires masculins n’étaient pas si différent des mecs après tout. Plusieurs avaient cette fâcheuse manie de ne penser qu’avec leur entrejambe et c’était le cas pour ce con de Lewis. C’était le seul qui avait droit à ce privilège d’ailleurs puisqu’habituellement, Kate et elle achevait leur fournisseur avant de passer à l’acte. Elles se contentaient simplement de les amadouer, usant ainsi de leurs atouts féminins pour les duper et obtenir la came. C’était fastoche, surtout quand elles tombaient sur des imbéciles imbus d’eux-mêmes et pervers, comme Lewis justement. Putain, qu’est-ce qu’elle ne donnerait pas pour lui foutre son pieds à la bonne place, mais en bonne dealeuse, elle ne le faisait pas et préférait garder son fournisseur régulier. Disons qu’il était pratique pendant les périodes creuses. Et puis, c’était idiot, mais quand ils étaient tout les trois, c’était la seule occasion pour Rachel de goûter aux lèvres de Kate La dealeuse s’était toujours sentit profondément honteuse de s’être ainsi entiché d’une amie et elle avait toujours refusé catégoriquement de dire à Kate que c’était plus qu’une complicité. Elle ne voulait pas que leur partenariat tombe en ruine pour une histoire aussi stupide. Les affaires roulaient bien et il fallait que ça dure. C’était sans doute à cause de cette pression du à ce secret qu’elle avait commencé à prendre du V. Elle savait que c’était un cercle vicieux que de continuer ainsi, mais la volonté d’arrêter lui échappait un peu plus chaque jour.

La jeune femme s’étira et jeta un coup d’œil à son cadran. Bordel ! Elle se leva rapidement, en se rappelant qu’elle avait quelque chose à cette heure et qu’elle allait être foutrement en retard. Un de ses plus fidèles clients avait une commande à passer et Rachel détestait ne pas être ponctuelle. C’était un commerce qu’elle gérait quoi et le but, c’était de garder ses clients justement. Elle voulait surtout conserver son titre de meilleure dealeuse et vendeuse de V. Elle enfila rapidement un jean, sous le regard troublée de sa chienne, qui se demandait pourquoi sa maîtresse courait ainsi dans la chambre. Rachel jurait tout en tentant de se trouver du linge propre, mais c’était plutôt difficile parmi ce bordel qu’était sa chambre d’hôtel. Elle finit par trouver un t-shirt décent. Elle devait aussi sortir sa chienne, qui grattait la porte. Le propriétaire de l’hôtel avait d’ailleurs été fort réticent à l’idée de garder l’animal, de peur qu’il dérange les autres, mais il avait finit par adorer l’animal malgré lui. Vagabonde était calme de toute façon. Elle sortit sa chienne dans la cour arrière pour aller l’attacher et en voyant la noirceur, elle se rendit compte qu’elle avait sacrément dormit. Elle gravit les marches deux à deux de l’escalier pour retourner à sa chambre ; elle devait prendre ce qui lui manquait avant de filer, dont le V. Son client lui avait passé une belle petite commande et elle pouvait déjà sentir le poids considérable du fric qu’elle aura en retour dans sa main.

Tout à coup, on frappa à la porte et Rachel jura après avoir rouler des yeux ; elle n’avait pas le temps bon sang. La dealeuse posa tout de même son sac sur son lit et décida d’aller ouvrir : Andréa Donwood. Qu’est-ce qu’elle foutait chez elle ? Elle était venu une seule fois ici et c’était simplement parce qu’elle avait raccompagné une Rachel plutôt amochée après avoir eu des embrouilles avec des vampires. Elle lui avait sauvé la vie et la dealeuse lui devait beaucoup pour ça. Elle était en manque, cela se voyait et ce devait être assez puissant pour qu’elle daigne se pointer ici. Rachel arqua un sourcil et bien qu’elle était un peu agacé à cause de la commande qui lui filait lentement des mains, elle laissa tout de même entrer Andréa. Elle n’eut même pas besoin de lui demander et alla chercher le V qu’elle attendait, qu’elle engloutit avec une rapidité déconcertante. Rachel arqua un sourcil de plus belle : putain, il faut croire que c’était urgent son truc. La jeune femme jeta ensuite un long coup d’œil à Rachel, qui se demandait vraiment pourquoi elle était aussi silencieuse. Rachel voulait son pognon surtout et décamper, mais Andréa l’enlaça et l’embrassa fougueusement. Visiblement, le V qu’elle avait ingurgité faisait effet. La jeune femme osa même se montrer plutôt entreprenante avec ses mains. Cependant, Rachel la repoussa, mais sans être brusque. La dealeuse la regarda un moment, ne comprenant pas ce comportement. La dealeuse n’était pas outrée, simplement étonnée. Venant d’une combattante qui se battait au nom de Dieu, c’était plutôt surprenant, mais la dealeuse savait que ce devait être le V. Rachel oublia toutefois peu à peu sa commande et l’envie d’oublier ses soucis une nouvelle fois la rattrapa. Après tout, c’était Andréa qui avait fait le premier pas. Elle attrapa un tube de V pour verser une goutte sur son doigt et le sucer. L’effet escompté arriva graduellement et Rachel avança sa main vers la nuque de sa cliente, son visage seulement à quelques centimètres du siens. Rachel osa un sourire en coin, amusé de la situation pour ensuite venir s’emparer des lèvres d’Andréa, en glissant sa main sous le t-shirt de cette dernière. Toutes les deux avaient besoin de réconfort mutuelle alors pourquoi refuser. Rachel l’amena jusqu’au lit, en continuant de l’embrasser.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A fleur de peau [Livre 1 - Terminé]   Lun 20 Déc - 5:50

Rachel avait été contrariée quand j'avais toqué, j'en étais à peu près certaine. J'avais dû la déranger alors qu'elle s'apprêtait à sortir, ou à voir un client, où à Dieu savait quoi d'autre Rachel occupait ses journées. Mais elle m'avait laissée entrer, et c'était tout ce qui comptait. Que j'aie ma dose de V. Que je puisse la prendre, et oublier. Je verrais sans doute mon père apparaître et me hurler des insanités. Éventuellement, Torben essayer de me tuer, comme c'était arrivé la dernière fois que je m'étais défoncée dans ma chambre d'hôtel. Visions fugitives mais terriblement réalistes. Je les savais hallucinations irréelles, mais la drogue accentuait mon délire et l'angoisse était parfois insupportable. Alors je m'envoyais en l'air avec Léopold, histoire d'oublier les démons du passé. Ça marchait plutôt bien, comme technique, quand c'était Léopold le fournisseur. Là, c'était Rachel... Qui serait certainement moins ouverte quant à un éventuel rapprochement charnel.

Mon baiser l'avait surprise. C'était normal : depuis qu'elle avait commencé à me fournir, je n'avais jamais manifesté de penchant saphique pour elle. Mais il fallait un début à tout, et la drogue que j'avais ingérée avait allumé un brasier d'enfer dans mon bas-ventre. J'avais primitivement et viscéralement envie d'elle. Je n'avais même pas pris le temps de la payer – j'avais l'argent, ma solde du mois, dans la poche de ma veste, mais j'étais trop occupée de mes mains pour songer à sortir les billets. La dealeuse avait des formes agréables et j'avais envie de les explorer plus avant, mais elle me repoussa doucement, sans toutefois se montrer violente. Je sentis peser sur moi son regard perplexe, un peu interdit. Elle ne comprenait pas. Mais je m'en fichais. J'avais envie de sexe, et elle était la seule personne à proximité immédiate pouvant m'offrir l'opportunité assouvir mes pulsions.

Puis, au moment où je pensais qu'elle allait me mettre dehors avec perte et fracas, je la vis attraper un petit tube semblable à celui qu'elle m'avait vendu. Le mien était vide désormais ; le sien était encore plein. Hypnotisée, je ne pus détacher mes yeux de la goutte vermeille qu'elle fit glisser sur son index avant de le sucer lentement. C'était un geste à la fois très innocent et terriblement provoquant. Le sang battit plus fort à mes tempes et j'avançai d'un pas malgré moi. Prête à quoi, je n'en savais rien : sûrement à ligoter la jeune femme au premier meuble venu pour faire de son corps ce que je voulais s'il lui venait l'idée de me résister. Je vis ses pupilles se dilater alors que la drogue prenait possession de ses sens comme elle enivrait les miens – et un sourire en coin se dessiner sur son visage. Oh. Je n'aurais pas besoin de la ligoter. Bien. Elle saisit ma nuque d'un mouvement plein de fermeté, montrant que son désir qui s'éveillait répondait au mien, puis prit l'initiative de renouer nos lèvres. Je sentis ses mains glisser sous mon T-Shirt et déclencher des frissons partout où elles passaient – elle avait une délicatesse que mes récents partenaires n'avaient pas, ou du moins pas totalement : eux étaient motivés par la soif de sang, de domination. Quelque chose me disait qu'avec Rachel, ce serait différent.



Dernière édition par Andréa Donwood le Lun 20 Déc - 6:28, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A fleur de peau [Livre 1 - Terminé]   Lun 20 Déc - 5:56

Rachel savait se contenir habituellement, mais évidement, quand elle prenait un peu de V, sa soif de sexe en devenait plus accrue et comme sa cliente avait un corps plutôt avenant, Rachel ne résista évidemment pas à ses avances plus que tentantes. Contrairement à Andréa, l’attirance pour les femmes n’était pas non plus une nouveauté pour la dealeuse, qui préférait parfois la douceur de leurs caresses et de leurs baisers à la force un peu plus prononcé des hommes lorsqu’ils voulaient posséder une femme. Les mains d’Andréa frôlant sa peau lui procuraient donc une myriade de frissons, qui accentuait le désir de Rachel à l’égard de sa cliente. Ses baisers se firent plus prononcés et la jeune femme lui retira son t-shirt. Rachel s’empressa de faire de même, avide de sentir la peau nue d’Andréa contre la sienne, d’oublier Kate et les caresses ainsi que les baisers qu’elles avaient échangés hier pour satisfaire Lewis. En ce moment, Rachel n’avait certes pas une envie aussi prononcé qu’Andréa pour le sexe, car elle s’était peu à peu habituée à l’effet du V, mais il restait que tout son corps en voulait et qu’elle allait se satisfaire tout en satisfaisant la jeune femme.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A fleur de peau [Livre 1 - Terminé]   Lun 20 Déc - 5:57

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A fleur de peau [Livre 1 - Terminé]   Lun 20 Déc - 5:58


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A fleur de peau [Livre 1 - Terminé]   Lun 20 Déc - 5:59

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A fleur de peau [Livre 1 - Terminé]   Lun 20 Déc - 5:59


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A fleur de peau [Livre 1 - Terminé]   Lun 20 Déc - 6:01

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A fleur de peau [Livre 1 - Terminé]   Lun 20 Déc - 6:02


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A fleur de peau [Livre 1 - Terminé]   Lun 20 Déc - 6:03



J'étais bien, affalée sur ce lit. Rachel venait de s'y laisser tomber à mes côtés, et je savourai brièvement les derniers éclats pétillants de l'orgasme avant de rouvrir les yeux et de reprendre contact avec le monde réel. Dans mon champ de vision, des vestiges de couleurs inédites, mais l'univers avait repris sa netteté habituelle. Une partie de moi peinait à réaliser ce qui venait de se passer. L'ouragan de sensualité qui avait déferlé sur nous pour effacer nos positions respectives : il n'y avait plus de soldate ni de dealeuse, plus d'Andréa ni de Rachel. Pendant ce laps de temps écoulé que je ne parvenais pas à évaluer, il n'y avait eu que deux femmes qui s'étaient fait l'amour avec passion. Déroutant. Surtout pour quelqu'un de naguère aussi prude et sage que moi... Silviano hurlerait. Ou plutôt, il me crucifierait de son regard désapprobateur, et me laisserait mariner seule dans ma détresse, me faisant pleinement sentir le poids de sa réprobation. D'ordinaire le prêtre était un soutien, mais ces derniers temps... je ne lui avais rien dit de mes frasques. Le V, l'alcool, Léopold, Krystel, et surtout cette nuit terrible avec Torben et ce qui avait suivi. Quelque chose me disait que sa gentillesse et sa tolérance avaient des limites et que lui révéler tout cela les franchirait allègrement.

Je ne lui dirais donc rien de Rachel, de la drogue que je lui achetais, ni des instants de pure détente que nous venions de nous offrir. La chambre de la dealeuse sentait l'amour des corps et j'étais totalement apaisée, pour la première fois depuis un moment. Malheureusement, il allait falloir quitter ce doux anéantissement pour retrouver la mission... encore. Mais cette fois j'irais avec le cœur plus léger, le corps détendu, et l'âme moins tourmentée. Rachel m'avait fait présent d'une distraction considérable, et je lui en savais gré.

    « On devrait faire ça... plus souvent. »


Et je le pensais. Je ne cherchais pas l'âme sœur – je ne la cherchais plus. Par contre, j'avais besoin d'amis, même s'ils me vendaient de la drogue – d'amis spéciaux qui pourraient partager éventuellement ce réconfort purement physique que nous venions de nous donner l'une à l'autre, de temps en temps. Je me relevai péniblement du lit, frissonnant encore des caresses de Rachel sur ma peau, et me rhabillai avec les gestes un peu approximatifs de l'ivrogne qui dessaoule. Dans ma poche, la liasse de billets pour la fiole de V – je les sortis et les posai sur l'angle d'une table. Que Rachel ne croie pas que j'essayais de la voler d'une quelconque manière.

    « Merci pour m'avoir reçue à l'improviste. Merci aussi pour le reste. »


Un sourire, un clin d'œil. Aucune gêne. Nos ébats étaient la continuation naturelle de nos penchants respectifs et nous en avions tiré chacune ce que nous cherchions. Nulle perversion, nul crime : juste le consentement mutuel de deux adultes en pleine possession de leurs moyens – ou autant que possible, avec les effets du V à prendre en compte. Je n'éprouvais curieusement aucun dégoût. J'avais aimé jouer avec ce corps de femme, découvrir ses courbes et ses rondeurs, sa douceur et sa souplesse. A voir ce que l'avenir déciderait... Sur un dernier sourire à mon amante d'un soir – ou de plusieurs, à voir – je relogeai ma petite dague d'argent à sa place, entre mes seins, puis sortis de l'appartement, sans vraiment remarquer l'homme qui m'observait partir et qui prenait son téléphone portable, me suivant du regard. Il était temps d'aller chasser.

A bientôt, Rachel Down...


Dernière édition par Andréa Donwood le Lun 20 Déc - 6:35, édité 2 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A fleur de peau [Livre 1 - Terminé]   Lun 20 Déc - 6:04

La vie était parfois pleine de singularités, comme ce soir. Rachel retrouvait peu à peu ses moyens malgré cet assaut de plaisir qui l’avait submergé pendant cette soirée aux côté d’Andréa. Les effets du V s’atténuaient aussi chez la dealeuse. Ce monde de sensations si particulières et teintée de couleurs vives et nouvelles se dissipait lentement pour faire place à cette réalité un peu plus triste. Peu importe, ce soir, Rachel avait su trouver une partenaire pour conclure le tout en beauté. Elle ne savait pas ce qui allait suivre après tout cela puisque c’était tout de même sa cliente. Allaient-elles continuer à combler leur solitude sous les draps ou ce n’était qu’un coup de tête ? Rachel ne pouvait en tirer de réelles conclusions pour le moment, mais si jamais cette soirée restait sans reprise, la dealeuse comprendrait. Les coups d’un soir, elle les collectionnait depuis un bon moment. Pourtant, Rachel se sentait seule malgré tout. Elle avait beau chercher une distraction dans les bras des hommes et des femmes, une seule personne occupait toujours ses pensées malgré tout et ce, même si elle tentait de se dire que leur relation serait de toute façon impossible. Rachel gardait donc se secret en elle, même si elle souffrait un peu plus chaque jour. Rachel avait cette manie de s’auto détruire, même si ce pouvait être moins compliqué qu’elle semblait le croire. Parfois, elle se trouvait foutrement masochiste et elle trouvait cela plutôt ridicule. Oh elle pourrait très bien dire à Kate tout ce qu’elle ressentait, mais elle n’était qu’une trouillarde qui bloquait à chaque fois qu’elle se sentait prête à lui avouer. Rachel avait peur du rejet, mais surtout, elle ne voulait pas que leur business parte en fumée pour une connerie de ce genre. Parce qu’elle s’était cantonnée dans la peur, Rachel allait donc retrouver un peu de réconfort dans les bras des autres, comme ce soir. La soldate avait d’ailleurs été parfaite pour lui faire oublier ses problèmes.

La dealeuse prit donc un moment avant de revenir pleinement à elle et un léger sourire étira ses lèvres ; pas de poids sur le cœur ce soir parce qu’elle s’était changé un peu les idées. Aucune autre dose de V non plus parce qu’elle n’en avait pas besoin pour penser à autre chose ce soir. Elle allait pouvoir fermer les yeux avec l’apaisement qu’il lui fallait pour réussir à sombrer dans un sommeil profond et réparateur. Kate allait pouvoir sortir un peu de ses pensées et ainsi, cessé de tourmenter un peu la dealeuse. Rachel se leva pour enfiler un t-shirt et des petites culottes pour ensuite s’assoir en indien dans le lit, en jetant un coup d’œil à Andréa ; elle pouvait lire l’apaisement sur ses traits et la dealeuse en eut un autre léger sourire. De savoir que l’on avait fait plaisir à l’autre était toujours quelque chose qui nous réchauffait le cœur malgré nous et Rachel ne faisait pas exception à la règle. La jeune femme ne ressentait, elle non plus, aucune culpabilité suite à ces ébats avec sa cliente. Toutes les deux avaient simplement laissé libre court à leur désir. Personne n’avait forcé l’autre et cela faisait changement. Andréa n’était pas comme ce trou du cul de Léopold. Rachel eut un frisson de dégoût lorsqu’elle se remémora cette force avec laquelle le vampire l’avait pratiquement obligé à coucher avec lui. Heureusement, elle avait réussit à s’en sortir malgré son refus. C’était le seul qui lui avait ce genre de chose. Les autres, Rachel les choisissaient et prenaient souvent leur sang sans même à avoir à proposer une nuit avec elle comme monnaie d’échange. Évidement, elle devait user de force, mais Kate et elle avaient quelques trucs pour les maîtriser.

Andréa s’habilla elle aussi et elle finit par lui avouer qu’elles devraient remettre cela. Le sourire de Rachel s’agrandit ; la soldate prenait donc goût aux corps des femmes. C’était plutôt intéressant et amusant à la fois. La dealeuse ne voyait aucun inconvénient à ce qu’elles remettent cela. Rachel s’était donc trompé sur le compte d’Andréa puisqu’en tant que soldate de Dieu, elle transgressait pas mal de règle. De un, elle prenait du V et de deux, la luxure semblait être un autre de ces vices. Pour Rachel, les ébats qu’elles avaient eus ce soir n’avaient rien de malsain bien au contraire. Elles s’étaient simplement fait plaisir à l’une et l’autre. Faire l’amour était un besoin primaire après tout. Rachel se surprit à penser qu’elle connaissait bien mal Andréa finalement. Comme quoi, on ne devait décidément jamais se fier aux apparences.

-L’idée me plait bien, lança-t-elle, un rictus taquin sur les lèvres.

La soldate prit ensuite une liasse d’argent qu’elle posa sur le coin du bureau. Cependant, Rachel hésitait à vouloir lui faire payer cette dose. Elle lui avait déjà témoigné de sa gratitude ce soir, mais en même temps, ce pouvait être mal interprété si jamais elle refusait l’argent. Après tout, Andréa ne s’était pas prostituée pour cette dose et puis, de toute façon, Rachel n’était pas ce genre de personne. La dealeuse laissa donc l’argent sur la table, mais elle se promit de faire un prix à Andréa la pro-chaine fois qu’elle revenait. La soldate la remercia ensuite et Rachel trouvait cela charmant. Elle n’avait pas fait grand-chose. Elle avait seulement accepté de lui procurer le plaisir charnel qu’elle lui avait demandé.

-Pas obligé de me remercier Andréa. On en avait besoin, c’est tout, rétorqua-elle d’une voix calme et douce. On se reverra jolie soldate de Dieu.

Oui, ce n’était sans doute qu’un début et Rachel en était satisfaite.


Dernière édition par Rachel Down le Lun 20 Déc - 6:07, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A fleur de peau [Livre 1 - Terminé]   Lun 20 Déc - 6:05

Conclusion de Lolo.

L'œil toujours pétillant, respirant l'auto-satisfaction à fond les ballons.

Ca va, M'sieur le voyeur pervers ? Toujours vivant ?

On est très, très, vraiment très vilaines. Mais c'est pour ça que tu nous aimes. On le sait.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A fleur de peau [Livre 1 - Terminé]   Lun 20 Déc - 6:09

Conclusion de Rachel

Alors ça t'as plu? T'as pris ton pieds? *sort loin*
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A fleur de peau [Livre 1 - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
A fleur de peau [Livre 1 - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» À fleur de peau [pv la fille aux cheveux roses]
» declan × fleur du mal × terminé
» La newkama à fleur de peau!
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Newtown :: Immeubles
-
Sauter vers: