AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
And there'll be hell to pay someday so put it all on the bill [Livre II - Terminé]
MessageSujet: And there'll be hell to pay someday so put it all on the bill [Livre II - Terminé]   Ven 12 Sep - 21:27


And there'll be hell to pay someday so put it all on the bill
Mike ~ Hayden







« En moins d’une heure, les forces Jacobites avaient perdu près de mille deux cent hommes. La bataille de Culloden marque non seulement la fin de la rébellion et de la tentative de restaurer les Stuarts sur le trône, mais c’est également un tournant culturel pour l’Ecosse puisqu’elle marque la fin du mode de vie caractéristique des Highlands. (…) S’il vous reste des questions concernant les évènements de 1746, je me ferais un plaisir d’y répondre à la fin de la visite. »

Des groupes de lycéens venus plus ou moins de leur plein gré, profiter de l’exposition temporaire dédiée à la lignée des Stuarts, Mike en avait eu toute la journée. De l’élève totalement désintéressé au professeur un peu trop envahissant qui se permettait de le rependre, notre quadra avait à peu près tout eu tour à tour. Il y avait des jours comme ça où, si le sujet était passionnant, le public l’était beaucoup moins. Sujet d’autant plus fascinant qu’il arrivait de plus en plus fréquemment au loup de se demander si la meute n’était finalement pas un peu comme ces rebelles. Animés d’une même force mais bien trop désorganisés pour résister. Cependant il n’était pas vraiment partisan d’une discipline de fer. Il fallait certes remettre un peu, beaucoup même, d’ordre au sens de la meute, mais pas au détriment de valeurs qui les rendraient plus fort. Ils étaient des loups, pas des fourmis, il n’était pas question d’ordre et de rigueur brutes, mais de trouver un équilibre entre la fidélité, l’honneur et la discipline. C’était du moins son point de vue. Il avait bien conscience que le problème était bien plus complexe que tout ceci, que s’inspirer d’une simple bataille, grande de par ses conséquences mais si insignifiante en comparaison des nombreux autres conflits de l’histoire, n’était pas la solution à tous les problèmes. C’était un travail de fond, il faudrait recoller les morceaux entre les loups, intégrer leurs cousins métamorphes, réellement les intégrer et non pas se contenter d’un simple rituel. Loin de lui l’idée de renier toutes les traditions, il prônait l’évolution quand elle était nécessaire certes mais pas un changement brutal, seulement personne n’était dupe, dans l’état où elle était la ‘nouvelle’ meute ne supporterait pas la tempête qui arrivait à grands pas. Si personne n’osait parler, les tensions n’avaient pas disparus pour autant comme par magie. Et entre les problèmes internes et l’opinion publique en leur défaveur, les jours à venir semblaient bien moroses.

Le dernier groupe s’en allait, notre conférencier échangeait quelques mots avec les accompagnateurs, leur conseillant de prendre contact avec le Nation Trust for Scotland pour plus d’information sur d’autres sorties scolaires à organiser tout en surveillant l’heure d’un regard inquiet. Il n’aurait probablement pas le temps de repasser par chez lui avant de se rendre au lieu convenu plus tôt pour son rendez vous. Il lui restait encore deux petites heures devant lui, puis il irait retrouver l'Ulfric au Conan Doyle. Le pub, non loin du centre ville, n'avait rien d'un lieu classique pour ce genre de rencontre que certains auraient peut être imaginées plus officielle, mais personne n'avait jamais dit que les deux hommes ne devaient se voir que dans l'enceinte restreinte de Wolfheaven. La seul chose qui dérangeait Mike dans cette histoire, c'est qu'il y avait ses habitudes. Il doutait que qui que soit ai jamais fait le lien entre le client plus ou moins régulier et l'un des loups de la meute. Les choses changeraient peut être ce soir mais après tout, il était peu être temps. En revanche il devrait garder à l'esprit que ce n'était pas le soir à se laisser embarquer et à avoir la descente facile. Pas devant Lui.

La veste et le badge laissées au vestiaire, les quelques collègues croisés proprement salués, il avait pris le chemin du pub. A pied. Royal Miles était plutôt agité en cette fin de journée, la foule habituelle des travailleurs qui rentrent chez eux, des petits couples qui se cherchent un coin où passer la soirée. Le quadra optait pour un sandwich sur le pouce en chemin dans un des bouibouis de Market Street, puis il poursuivait vers Leith Street. Vu le trafic, il était ravi de ne pas avoir opté pour le bus. Le froid ne le dérangeait pas et il préférait de toutes façons marcher à s'entasser dans un de ces véhicules bondés. Sans marcher plus vite qu'à son habitude, il était pourtant arrivé plus rapidement que ce qu'il avait prévu devant la devanture du Conan Doyle. Qu'importe, il poussait la porte et s'avançait au comptoir pour saluer le barman.


«Bonsoir Mac, comment vont les affaires cette semaine?»

«Hey l'espagnol! Y a un moment qu'on avait pas vu... mais puisque t'es là, quelque chose me dit que les affaires vont repartir de plus belles...»

Notre homme esquissa un sourire en guise de réponse mais fit rapidement un petit signe de refus à son interlocuteur quand celui fit mine de sortir un verre.

«Je te remercie mais j'attend quelqu'un. Ce sera pour une autre fois j'en ai peur.»

Et l'autre de hausser les épaules et de retourner s'occuper des autres clients. Oui, ce soir Mike saurait faire preuve de retenue, un verre peu être, deux tout au plus, mais on serait loin de ce que Mac avait l'habitude de lui servir. Profitant du calme tout relatif qui régnait encore sur l'endroit, il choisi une des petites tables en coin de salle et réserva les deux fauteuils qui y étaient accolés. Les yeux fixés sur la rue derrière la vitre, il guettait Valentyne tout en en profitant pour mater les quelques femmes qui passaient à portée de vue.




avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: And there'll be hell to pay someday so put it all on the bill [Livre II - Terminé]   Mar 16 Sep - 10:28

Les choses connaissaient parfois des ratés incontrôlés avant de redevenir meilleures. Mon père m'avait toujours parlé des imprévus, des événements indésirables qui nous pourrissaient la vie et qui rendaient la tâche d'Ulfric nettement plus ardue. Il y avait des moments comme ça, où forcément les choses devenaient plus... difficiles. Mais là ça devenait trop grand, trop insurmontable. En quelques semaines, tout avait changé dans mon existence de manière radicale. C'était tout simplement trop pour n'importe qui. Je n'avais pas le droit de craquer, et je n'avais plus le sport, mon travail pour décompresser. Même plus le plaisir simple et absolu de passer une nuit d'amour avec la femme que l'on aime. Isadora et moi en venions à ne plus que nous croiser. Les problèmes comme nos tâches nous séparaient beaucoup trop. Nous éloignaient et nous rongeaient, petit à petit. Une petite voix issue de ma conscience et ressemblant par trop à celle de mon père, me souffla que ces fameuses zones de frictions me hanteraient toujours. Mon père avait lu Clauewitz. Il se pensait avec justesse comme un dictateur, et non un dirigeant élu. Il n'avait jamais aimé les humains, tout ce qu'il avait jamais apprécié en eux était l'organe reproducteur de leurs femelles pour engendrer des mâles qui prendraient sa suite. Il semblait que la littérature militaire et stratégique l'avait pourtant toujours inspiré. Clausewitz, c'était les zones de friction. Le rôle de l'imprévu dans le déroulement d'une stratégie globale, ou l'influence de l'aléatoire tactique sur le stratégique. A ce point là, si on devait continuer les comparaisons, j'avais présentement l'impression que mon intervention d'Ulfric au sein de la Meute c'était la Bérézina.


Faisons le point. Je n'avais plus de nouvelles de Mirah depuis que je l'avais envoyée en mission, et ça commençait à devenir inquiétant. J'allais avoir la blinde de soucis avec Mary, parce que je n'avais toujours pas partagé sa couche. Et quand bien même nous parvenions enfin à une forme d'accords implicites, cela ne la satisfaisait toujours pas. Sans compter le reste. La mort de Camille était un coup dur politique, cela remettait absolument tout en question dans ma politique d'intégration des métamorphes, et je n'avais pas prévu la fronde de certains changeurs et pire encore, de certains loups garous. Cette histoire commençait à sentir le roussi. S'y ajoutait le scandale autour de la révélation de mon identité, après le scandale autour d'Isadora qui avait fait tâche d'huile. Mes propres problèmes avec Isadora, et Johan. Et en toile de fonds, les vampires qui étaient parvenus à gagner encore en légitimité aux yeux du pouvoir humain, et je le soupçonnais de l'humanité toute entière. En réglant encore des papiers, j'en venais à boire un verre, puis deux, puis trois. J'étais à moitié rond quand je repensais à mon rendez vous avec Mike. Fatigué, las, je ne pouvais plus annuler vue l'heure. Je pris quand même le volant, comptant sur mon organisme de lycanthrope pour passer outre les affres de l'alcool. L'ébriété commença à passer, et quand j'arrivais au bar convenu, j'y retrouvais l'hidalgo. J'allais lui serrer la main. Ici, nous étions humains. Nous devions nous comporter comme tels. Je levais la main pour que le serveur nous voie.



| Bonsoir Mike. Comment vas tu, avec tout le bordel de ces derniers temps ? |


Le serveur arrive, je lui demande un triple whisky sec.


| Avant tout, je tiens à te remercier. Depuis que toi et Mary... Disons que les choses se sont aplanies entre elle et moi. Elle m'a tout dit, bien sûr. Nous sommes ce que nous sommes, c'est dans notre nature. Ca vise à devenir permanent? |


Ok, drôle d'entrée en matière, mais comme ça, ce sujet serait réglé.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: And there'll be hell to pay someday so put it all on the bill [Livre II - Terminé]   Dim 21 Sep - 5:30


And there'll be hell to pay someday so put it all on the bill
Mike ~ Hayden







Le loup avait habitué Mac à bien plus de débauche, le barman avait du être surpris de le voir refuser le verre qu'il lui offrait, d'autant que Mike ne doutait pas qu'il puisse avoir d’excellents crus à lui proposer. Seulement ce soir, il n'était pas là pour ça, ce soir, il était là pour affaire, pas pour noyer sa vie dans le malt. Et surtout ce soir il ne serait pas seul, l'Ufric avait très certainement eu vent de son penchant pour le douze ans d'age et il n’était pas nécessaire de lui montrer à quel point les rumeurs étaient fondées. Le quadra avait patienté à jeun avant que Valentyne ne fasse son apparition. Là il s'était levé pour le saluer, serrant poliment la main que son Ulfric lui tendait. Il avait eu du mal à refréner le réflexe qui voulait qu'il s'incline devant lui, mais l'alpha avait raison, pas de ça ici. Ne pas se faire remarquer inutilement, la meute avait deja bien assez de problème avec l'opinion publique sans rajouter ce genre de choses. Détail noyé dans la masse de tout le reste, mais ce sont les détails qui font la différence au final. Avant même de lui adresser la parole, Valentyne faisait signe à Mac. Le quadra ne pu s’empêcher de s'en sentir quelque peu soulagé. Au moins il n'aurait pas à le faire, il n'aurait pas à alimenter les rumeurs en étant le premier à se ruer sur un verre.

« Bonsoir Mike. Comment vas tu, avec tout le bordel de ces derniers temps ? »

« Bonsoir Monsieur. Si je vais bien ou non n'a pas grande importance, la réponse est oui, au cas où, mais elle n'a pas grande importance. Je suis bien plus préoccupé par v... »

Il n'a pas le temps de poursuivre, son interlocuteur passe sa commande comme le serveur s'est approché d'eux et notre loup reste un instant abasourdi. Triple sec. S'il s'attendait à ça.. lui qui craignait de passer pour un alcoolique notoire, voilà que ce loup en face de lui, ce loup qu'il respecte, se met à lui faire de la concurrence. Mac lui donne une petite tape sur l'épaule, attendant sa commande et le tirant par là même de ses rêveries.

« Je... un double s'il te plaît. Le même que d'habitude, sur ma note, les deux sur ma note. »

De la main, il avait fait signe, quelques aller retour les pointant tous deux, Valentyne et lui même. Hors de question de le laisser payer quoi que ce soit. Le conférencier n'est pas forcement fin psychologue, mais il sait que quand un homme passe ce genre de commande d'entrée de jeu, c'est soit qu'il nage en pleine addiction, soit qu'il a passé une sale journée. La première option étant totalement exclue, il restait la seconde. Et il n'y avait pas vraiment de challenge à tenter de deviner ce qui pouvait l'avoir mis dans cet état. La situation de la meute ? Son couple ? Les médias ? La situation plus qu'avantageuse des nocturnes ? Il aurait parié pour un savant mélange de tout ça.

« Avant tout, je tiens à te remercier. Depuis que toi et Mary... Disons que les choses se sont aplanies entre elle et moi. Elle m'a tout dit, bien sûr. Nous sommes ce que nous sommes, c'est dans notre nature. Ca vise à devenir permanent?  »

Notre homme était soudain ravi de ne rien avoir commandé en attendant son interlocuteur. S'il avait eu porté le verre à ses lèvres, il aurait probablement tout recraché aussi sec. Pour une entrée en matière... Mary... Il s'était attendu à tout sauf à ça. Et surtout pas de cette manière. L'Ulfric aurait pu prendre la chose de centaines de façons différentes, mais le fait qu'il abordait les choses avec autant de légèreté, mieux encore, qu'il l'en remercie, Mike ne l'avait pas prévu. Pas prévu du tout. Que répondre à cela ? « De rien, content d'avoir pu rendre service » ? Certainement pas.

« Je suppose, non je sais, que j'aurais probablement du vous demander votre avis avant de me laisser séduire. » un petit rictus en coin vint se dessiner sur ses lèvres comme il prononçait ce mot, mais il l'effaça rapidement « Après tout, vu mon statut.. j'aurais pu.. faire jaser. »

Faire jaser. Les ragots, il s'en moquait en temps normal, mais là, ça allait bien au delà. C'est pourquoi, il s'attelait à répondre à la question posée sans délais.

« Permanent... j'en doute fort. Non pas que je refuserais cet honneur si il lui prend l'envie de remettre ça, mais je préférerais éviter. Nous en avions déjà discuté non ? Si elle trouve un loup assez fou pour rester à ses cotés et prendre le risque de créer des tensions supplémentaires, de fragiliser votre statut... non, si elle part sur ce terrain, je ne serais pas celui là. »

Oui, ils en avaient déjà parlé et le quadra savait pertinemment que la chose finirait par arriver, tôt ou tard. Alors dans un sens, s'il avait pu retarder ce moment en laissant sa Lupa le séduire, il était effectivement ravi d'avoir pu rendre service. Surtout qu'il espérait bien avoir réussit à s’attirer les faveurs de la louve pour d'autres affaires qu'il n'évoquerait pas ici.



avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: And there'll be hell to pay someday so put it all on the bill [Livre II - Terminé]   Dim 21 Sep - 18:11

Même si le courant passait très bien avec mon éxecuteur et que nous savions travailler correctement de concert, il gardait toujours une certaine distance. Autant pour mon statut, tant pis pour notre proximité. Le mec est plein de morgue, de respect, quand je me présente à lui et c'est d'une poignée de main sûre et forte qu'il m'accueille. Je savais que cela lui coûtait de me saluer de la main plutôt que de s'incliner ; nous l'avions déjà évoqué lors de notre dernière entrevue. Il m'appelle monsieur et je tique, claquant ma langue contre mon palais pour marqquer ma désapprobation.


| Pas de monsieur ici, Mike. Hayden, c'est très bien. |


Comme ça c'est fait, et je lui donnerais l'ordre de m'appeler comme ça si c'était ce qu'il fallait. Le loup me confirme aller bien mais me dit que cela n'a pas d'importance, qu'il est préoccupé de ma situation apparemment. Je commande mon verre, et je note comme de la surprise chez mon interlocuteur. Et quoi ? Il s'attendait à ce que je reste sobre ? Si je suis ici pour la Meute, cela ne m'empêche pas de décompresser quelque peu. Il demande quant à lui un double, et qu'il le mette sur la note. Je tire de ma veste un porte-carte.


| Le prochain est pour moi. |


Mon statut d'Ulfric n'avait pas à me servir de faire valoir, je n'étais pas comme ça. Je n'étais pas mon père. Du moins essayais je de m'en persuader, alors que j'avais tout un tas de sujets difficiles à aborder avec Mike. J'ai attaqué de front nos soucis de la soirée, et je sais aussi que je vais bousculer mon exécuteur mais tant pis. Il a les épaules solides, sinon il n'aurait pas eu ce rôle parmi les nôtres. Il hésite un très court instant. Je souris, cela me fait d'ailleurs du bien.


| Te... laisser séduire. Je vois ça d'ici, connaissant Mary. |


Elle avait dû se foutre à poil et lui sauter dessus. Je m'expliquais cependant, alors qu'il m'explique que cela ne vise pas à devenir permanent. Il me reste loyal. Je hausse les épaules.


| Franchement, entre nous, je préfère avoir un homme à moi entre ses cuisses. Mais je ne t'en donnerais pas l'ordre, ne t'y pousserais pas. Tu es un loup libre, je n'ai pas à interférer là dedans. |


J 'hésite avant de poursuivre.


| Je sais que tu étais proche de Mirah, on en a déjà parlé, et elle m'en a parlé aussi avant de partir. Je ne sais pas où vous en êtes, et je ne m'en mêlerais pas. Je voulais juste te dire qu'aux dernières nouvelles, elle était en Alberta, au Canada, sur une piste. Ses recherches l'ont amenée beaucoup plus loin que prévu, mais je n'ai pas encore d'avancées notables. Quant au reste... Je dois tout de suite t'informer de la décision de Mary, que j'ai validé. Ashleigh deviendra ta partenaire, elle a battu Sarah, seule autre candidate en combat singulier. Est ce que c'est bon pour toi? |
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: And there'll be hell to pay someday so put it all on the bill [Livre II - Terminé]   Jeu 2 Oct - 19:02


And there'll be hell to pay someday so put it all on the bill
Mike ~ Hayden







Hayden. Comme si notre quadra pouvait faire totalement abstraction du rang, même ici, aussi facilement. Mais c'est un ordre et on obéi aux ordre. Il se fera offense, s'efforcera de faire l'effort. D'autant qu’étrangement, la conversation semble être bien partie pour tourner autour de sujets plutôt frivoles. Mary et leur histoire d'un soir.. d'un soir.. oui le loup avait apprécié la chose mais il ne s'enorgueillissait pas pour autant. Ce qui s'était passé n'était pas destiné à se reproduire et quand bien même la Lupa le traînait de nouveau dans ses filets, cela restait un loisir, rien qui n'ai vocation à devenir sérieux. Hayden, puisqu'il se devait de le nommer ainsi en public désormais, semblait plutôt apprécier l'idée, allant même jusqu'à lui adresser un sourire et une petite remarque quant aux talents de la louve pour obtenir les faveurs des mâles. Ce n'était pas une de ses rumeurs non fondées, un de ces commérages comme il en existe tant, elle avait bien ce don et elle savait très bien s'en servir. A la suite de ses propos, c'est Mike cette fois qui se mit à ricaner.

« Franchement, entre nous, je préfère avoir un homme à moi entre ses cuisses. Mais je ne t'en donnerais pas l'ordre, ne t'y pousserais pas. Tu es un loup libre, je n'ai pas à interférer là dedans. » 

Il fallait avouer qu'il y avait pire comme ordre. Surtout pour un loup au sang chaud comme lui. Quant au fait de placer ses pions, même si l'idée qu'on se serve de lui aurait put le vexer, là c’était plutôt flatteur. Il lui faisait confiance et ça n'avait pas vraiment de prix. Confiance toute justifiée par ailleurs. Mike avait beau être du genre impulsif, à se laisser guider par ses instincts si la colère prenait le dessus, il restait un loup loyal. La meute avant tout, ce qui impliquait une dévotion sans bornes à l'Ulfric.

La salle autour d'eux se remplissait peu à peu, le brouhaha des habituels et des touristes venait meubler les lieux, comme un délicieux bruit de fond qui les faisait disparaître au milieu des autres. Deux clients ordinaires. Tant mieux. Le quadra savait que la conversation ne s’éterniserait pas sur les mœurs de la Lupa et il valait mieux que leurs propos ne résonnent pas dans une salle vide et risquent de tober dans des oreilles indiscrètes. Valentyne reprenait.


« Je sais que tu étais proche de Mirah, on en a déjà parlé, et elle m'en a parlé aussi avant de partir. Je ne sais pas où vous en êtes, et je ne m'en mêlerais pas. »

Mirah... Le conférencier n'avait pas eu de nouvelles depuis son départ. Ils étaient censés partir ensemble pour le nord de l'Angleterre mais un changement de plan l'avait vu partir seule et bien plus loin. Pourquoi mettait-il ce sujet sur le tapis? Arquant un sourcil, notre loup commençait à avoir un mauvais pressentiment.

« Je voulais juste te dire qu'aux dernières nouvelles, elle était en Alberta, au Canada, sur une piste. Ses recherches l'ont amenée beaucoup plus loin que prévu, mais je n'ai pas encore d'avancées notables. »

Il avait retenu sa respiration, il laissa échapper une longue expiration de soulagement. Rien de nouveau en sommes, dommage pour ses recherches, mais au moins semblait-elle aller bien. Pour le moment du moins. Le Canada c'était loin mais au moins il la tenait éloignée des problèmes d'ici... peut être était-ce plus dangereux là-bas, peut-être pas... mais elle allait bien. Mac venait leur déposer les verres sur la table et notre loup le remercia d'un signe de la tête comme Valentyne poursuivait

« Quant au reste... Je dois tout de suite t'informer de la décision de Mary, que j'ai validé. Ashleigh deviendra ta partenaire, elle a battu Sarah, seule autre candidate en combat singulier. Est ce que c'est bon pour toi ? »

Si c'était on pour lui? Évidement. Il appréciait Sarah, ils avaient tous deux tissé des liens forts, une relation fraternelle qui lui était chère. Mais il savait pertinemment, malgré toute l’estime qu'il avait pour elle, qu'elle n'avait pas les épaules pour le rôle. Elle était courageuse certes, mais elle n'avait pas la poigne dont Ashleigh était capable. Et c’était de cela dont la meute avait besoin pour l'heure. Il sourit, s’apprêtant à répondre mais changea d'avis. Empoignant son verre, il le leva vers son Ulfric lui adressant un "Salud", trinquant avec lui avant de porter le verre à ses lèvres et d'en savourer une gorgée. Là seulement, il se décida à répondre.

« Je dois dire que si j'ai ete surpris de la candidature de Sarah, le résultat en revanche... Ash a toujours été une redoutable combattante. C'est une bonne chose je suppose. Elles auraient eu toutes deux quelque chose à apporter à la meute, mais nous avons besoin de quelqu'un de... Comment dire.. de plus mordant. Je connais bien Ash, je n'aurais aucun mal à travailler avec elle si besoin est. »

Pas la peine d'entrer dans les détails, de parler de la liaison qu’elle avait eu avec son frère, tout ceci devait probablement être de notoriété publique et il n'avait de toutes façons pas envie de parler de lui. Non il avait d'autres sujets en tête. Un peu plus tôt, avant d'être interrompu e surpris par la commande du loup en face de lui, il était sur le point d'aborder un point fâcheux. Il ne pouvait pas garder la question pour lui. Parce qu'il s’inquiétait de la stabilité de la meute, parce qu'il craignait que tout ceci ne détourne Valentyne des sujets importants. Sans lâcher son verre du regard, il s’élança

« Dites... Comment allez vous? Par vous j'entends aussi bien vous en tant qu'individu que vous en tant que couple avec Isadora. Ne le prenez pas mal, n'y voyez aucune indiscrétion de ma part, bien que la question puisse sembler personnelle. Seulement, avec la presse, l'assassinat.. je ne suis pas le seul à m’inquiéter de votre état et si je ne remet pas en doute votre capacité à mettre l’émotion de coté au profit de la raison, d'autre s'en chargent soyez en sur. »

D'autres... Il n'avait pas de noms à placer sur ce terme global, mais il était certain que tout ceci finirait par avoir un impact. si on commençait à se demander si l'Ulfric était stable, le peu de liant qui tenait encore la meute finirait par prendre l'eau et il n'y aurait bientôt plus de bateau à sauver. Ils couleraient tous corps et âme..


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: And there'll be hell to pay someday so put it all on the bill [Livre II - Terminé]   Lun 6 Oct - 20:54

Façon peut être abrupte d'annoncer tout un ensemble de changements qui je le savais, pouvaient être assez bouleversants... Mais tant pis ; je n'avais jamais trop fait dans la dentelle et je n'en avais pas spécialement envie non plus. Je préférais être direct, et arriver sans détour à l'objectif que je m'étais fixé. Je savais aussi que ma relation professionnelle avec Mike pouvait se faire sans être court circuitée par une absence de formes adéquates. Il n'était pas quelqu'un que l'on pouvait bousculer ou vexer rapidement, et je ne l'étais pas non plus. D'accord, en ce moment j'étais plutôt du style à perdre rapidement mon calme mais...Si vous ressentiez autant de pressions que moi, peut être que ce serait votre cas également ! Ajoutez à cela des problèmes de couple, la fin prématurée de ma carrière dans le sport de haut niveau en sus de tout ce qui m'occupait déjà l'esprit... Mike était loin d'être un imbécile, et il avait un haut degré de compréhension de la situation qui était la nôtre. J'avais fait un bon choix en le plaçant Bolverk de la Meute de Wolfheaven. Fiable, c'était sa principale qualité. Je comptais d'ailleurs sur lui pour temporiser la fougue de sa nouvelle partenaire, chose que je lui appris comme ça, de manière un peu brutale. Je convenais alors de la réalité sur Mary, avec un Mike visiblement amusé par le choix de mot pour lequel j'avais opté. Là encore, je n'avais pas vraiment pris de gants... je comptais sur le bruit de la salle du bar pour couvrir les obscénités que je pouvais balancer. Mon exécuteur ne réagit pas vraiment à ce que j'avais pu lui dire, il semblait imprimer ma volonté en ce qui les concernait, Mary et lui. Qu'il ne se décide maintenant ou ne me tienne au courant de son choix ne m'importait guère.


Il continue de garder le silence alors que j'évoque la situation de Mirah. J'avais dit que je ne m'en mêlais pas mais son silence obstiné m'interpellait. J'en déduisais qu'il ne devait pas avoir tant de nouvelles que ça, ou qu'il n'en voulait peut être pas.Peut être que le départ de Mirah s'était fait avec pertes et fracas pour eux deux... Ce qui en soit ne m'étonnerait pas, vue leur différence d'âge. Il soupire malgré tout, laissant le soulagement s'échapper de ses lèvres. Puis vient le sujet d'Ashleigh, et Mike ne m'interrompt toujours pas. Il trinque avec moi et boit ; j'en fais de même. Je me penchais un peu au dessus de la table, pour me rapprocher de mon second dans la hiérarchie des nôtres.



| Tu m'en vois ravi. Ash a également la poigne que j'attends d'un Bolverk. Mais meme si je vous souhaite de travailler en bonne intelligence... Je dois te dire, te mettre en garde. Elle a longtemps été l'élève la plus douée de mon père. Sa maîtresse peut être, pour ce que j'en sais. La mienne, en tous cas. Il n'y a plus rien aujourd'hui et elle en a conscience. Je ne te dis pas que tu ne dois pas avoir confiance en elle. Elle est ta sœur. Mais je te demanderais d'ouvrir un œil malgré tout, le temps qu'elle fasse ses preuves. |


Je reprenais une gorgée de mon verre.


| Quant à Sarah, je ne l'aurais pas laissée devenir Exécutrice. Cela l'aurait rendue folle, de faire ce travail terrible et parfois cruel, envers des gens qu'elle comprend si bien. Et j'avais besoin d'elle avec son statut actuel. |


C'est le moment que choisit Mike pour devenir indiscret, mais pour aussi se faire l'écho des inquiétudes de la Meute à mon égard. Mon regard se durcit.


| Nous avons connu des jours meilleurs et nous en connaîtrons d'autres. Ces racontards seront étouffés lors de notre prochaine mission. Je n'ai rien perdu ni de ma volonté ni de ma détermination. La Meute prévaut sur tout le reste. Sur ma femme, comme sur ma Lupa, sur toi même ou sur moi. Je ne laisserais pas ma vie personnelle empiéter sur la Meute. Et j'ai pris mes dispositions pour remettre O'More à la place qui est la sienne. Et ma femme à mes côtés. |
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: And there'll be hell to pay someday so put it all on the bill [Livre II - Terminé]   Jeu 6 Nov - 21:17


And there'll be hell to pay someday so put it all on the bill
Mike ~ Hayden







La nomination d'Ash. Bien sur que ce sujet pouvait faire débat mais c'était pourtant le déroulement logique des choses. Il voulait reformer certes mais il fallait garder quelques valeurs rassurantes pour ne pas déstabiliser tout le monde. Or Ash faisait partie de ces loups et louves pour lesquels tout le monde s'accordait à dire qu'ils étaient des éléments clefs de la meute. Personne ne doutait de ses capacités et il valait mieux une louve de sa tempe qu'une femme … trop douce comme Sarah. Certes, il respectait cette dernière comme une sœur plus que n'importe quelle autre louve mais pas au point de se voiler la face. Le quadra réfléchissait toujours, et s’apprêtait à prendre une autre gorgée de whisky quand son Ulfric s'avança un peu, se penchant en avant comme pour mieux lui glisser ce qu'il avait à dire.

« Tu m'en vois ravi. Ash a également la poigne que j'attends d'un Bolverk. Mais meme si je vous souhaite de travailler en bonne intelligence... Je dois te dire, te mettre en garde. Elle a longtemps été l'élève la plus douée de mon père. Sa maîtresse peut être, pour ce que j'en sais. La mienne, en tous cas. Il n'y a plus rien aujourd'hui et elle en a conscience. Je ne te dis pas que tu ne dois pas avoir confiance en elle. Elle est ta sœur. Mais je te demanderais d'ouvrir un œil malgré tout, le temps qu'elle fasse ses preuves. »

Ainsi les rumeurs étaient fondées. Ash avait ce genre de casserole aux fesses si on pouvait s'exprimer ainsi. Mais n'était ce pas dans leur nature après tout ? Que de chercher les plaisirs de la chair à défaut d'autre chose pour apaiser leurs instincts. Encore une fois, personne n'irait la blâmer pour ça. Pour le reste en revanche... Oui, il y avait ce risque, qu’elle soit trop attachée à ce que représentait l'ancien Ulfric, à ses idées, ses plans et tout le reste. Le conférencier en avait assez vu pour que l'idée ne le surprenne pas. Sans parler des exemples. Depuis que le monde était monde, les histoires de trahisons fleurissaient aux quatre coins de l'Histoire. Qui pour le pouvoir, qui pour l'argent, qui pour l'amour pourquoi pas. Mais il avait également à l'esprit une flopée d'exemples de rédemptions qui méritaient qu'on se penche dessus. Alors il acquiesçait en silence, d'un geste franc de la tête. Oui, il la surveillerait, mais il ne lui collerait aucune étiquette préconçue d'avance. Il attendrait, observerait puis qu'on le lui conseillait, le lui demandait. Une seule chose était sure, connaissant la louve, si quelque chose devait arriver ce serait théâtral, shakespearien. Le quadra lorgnait son verre, hésitant, ne voulant pas prendre le risque d’alimenter les rumeurs qui courraient sur sa propre personne, pas devant cet interlocuteur là. Et l'interlocuteur en question reprenait justement de plus belle.

« Quant à Sarah, je ne l'aurais pas laissée devenir Exécutrice. Cela l'aurait rendue folle, de faire ce travail terrible et parfois cruel, envers des gens qu'elle comprend si bien. Et j'avais besoin d'elle avec son statut actuel.  »

Cette fois, il souriait de bon cœur. Sarah... Il n'allait sûrement pas lui donner tord sur ce point. Elle n’était pas ce qu'on pouvait appeler une faible louve, mais à très franchement parler, elle n'avait pas les épaules pour le rôle en question. Aucun doute là dessus. Il finit par boire une gorgée supplémentaire, laissant un blanc s'installer. Puis il se décidait enfin à aborde rle sujet qui dérangeait tout le monde mais que personne n'osait aborder. Il fallait bien que quelqu'un le fasse. La réponse ne tarda pas à tomber, sur un ton sec, accompagnée d'un regard sévère.

« Nous avons connu des jours meilleurs et nous en connaîtrons d'autres. Ces racontards seront étouffés lors de notre prochaine mission. Je n'ai rien perdu ni de ma volonté ni de ma détermination. La Meute prévaut sur tout le reste. Sur ma femme, comme sur ma Lupa, sur toi même ou sur moi. Je ne laisserais pas ma vie personnelle empiéter sur la Meute. Et j'ai pris mes dispositions pour remettre O'More à la place qui est la sienne. Et ma femme à mes côtés.  »

La meute prévaut sur tout le reste... c'était justement là que le quadra voulait en venir. Le reste de la réponse n'avait pas d’intérêt pour lui.Les problèmes de couple de son alpha ne le regardait pas, pas plus que ceux qu'il avait lui même avec Mirah ne regardaient qui que ce soit. Tant que cela n’interférait pas avec la meute. Et justement, les derniers mots prononcés ne laissaient rien présager de bon dans ce sens. Remettre O'More à sa place... Peut importe comment Valentyne comptait s'y prendre, l'idée venait de faire resurgir un autre problème dans l'esprit du conférencier. Faire bonne figure, rester dans le rang. Cela s'appliquait tant à sa vie de loup dans la meute, qu'à sa vie d'homme dans la société. Et plus encore, à sa vie de loup parmi les hommes. Et c'était ce point là qu'il voulait aborder sans trop savoir comment l'amener sur le tapis. Il pris une grand inspiration, pesant le poids et l'impact de chacun des mots qu'il allait prononcer. Il finit par vider ce qui restait de son verre et planter son regard dans le fond de ce dernier avant de se mettre à parler. Le malt le galvanisant.

« Il y a un moment deja que la chose me taraude. Que sommes nous à leurs yeux ? Les humaines je veux dire, quelle image ont-ils de nous ? »

La question ne souffrait pas vraiment de réponse, Non pas qu'il ait employé soit sans appel, loin de là, mais plutôt que tous les deux savaient très bien ce qu'il en était et qu'il n’était pas nécessaire de débattre là dessus. Notre homme fixait toujours le fond de son verre comme il reprenait.

« Les autres... ils ont la presse avec eux. Ils ne sont certes pas toujours dans leurs petits-papier, loin de là je vous l’accorde. Mais n'est ce pas le comble de l'ironie ? Que ces créatures de la nuit se pavanent sous le feu des projecteurs, s'attirant les bonnes grâces de la population par de savants discours quand nous... » Il marquait une nouvelle pause, quittant le verre des yeux, abandonnant du même coup le ton mélancolique dont il usait jusque là pour soutenir son regard et se montrer plus déterminer dans ses propos. «  Et bien quand nous, nous nous terrons dans l'ombre comme les bêtes acculées que je refuse de nous croire. Je n'ai pas de honte à être ce qu eje suis. Nous devrions nous montrer nous aussi. La presse a déjà commencé à étaler certaines choses, à commencer par votre identité, sans parler de la réputation qu'ils ont taillé à... » Il laissait filer un soupire «  Hayden.. donnons leur nous même de quoi remplir leurs tabloïds, filtrons par la même occasion ce qu'ils auront à dire. Jouons le même jeu que les nocturnes, ne les laissons pas gagner sur ce terrain là. Les gens ont peur de ce qu'ils ne connaissent pas, ce qu'ils ne comprennent pas, c'est dans la nature humaine. Nous ne sommes pas plus stupides que ces sangsues que je sache ! »

Il s'était laissé emporté sur sa lancée, le conférencier, l'homme passionné qu'il était avait pris le dessus sur le loup sage qu'il était censé être. Mais après tout, ne lui avait-il pas demandé déjà plusieurs fois de parler sans retenue, de dire ce qu'il avait à dire ?


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: And there'll be hell to pay someday so put it all on the bill [Livre II - Terminé]   Ven 7 Nov - 17:48

Bon. Ca faisait beaucoup d'informations là quand même. Entre le fait que Mike aurait dorénavant à se mettre en relation avec Ashleigh, ses histoires aussi avec la jeune Mirah et me propres histoires... Mike se conduisait en fait comme un Bolverk à l'ancienne. Concerné par tous les aspects de la vie de son patron. J'aimais cette proximité entre nous, qui dépassait le simple cadre professionnel ; nous étions deux pairs parmi la Meute, deux égaux seulement différencié d'un statut qui ne l'était pas. Il y avait vraiment moyen d'avancer. Mais pour ce faire, et je l'avais très bien compris, je devais encore parvenir à maintenir le respect qu'il avait envers moi, cette confiance, qui pouvait déterminer les plus grandes comme les plus terribles choses. Très honnêtement, je n'étais absolument pas certain de mériter le quart de la confiance que m'accordait Mike. C'était un homme dur et bon. Un loup garou plus âgé. Malgré tout, il y avait encore beaucoup de jeunesse en lui. Les plus vieux loups dépassaient allégrement le siècle, et mon père avait autrefois deux frères plus âgés dont il ne parlait, qui semblaient encore bien fringants à soixante ans passés. C'était comme ça. La lycanthropie ralentit le processus de vieillissement. Je me demandais comment il allait réagir alors que je lui demandais de travailler avec sa nouvelle partenaire, mais aussi de la surveiller. Cela pourrait passer pour une tâche déshonorante... Mais je ne pouvais pas me payer le luxe de scrupules.


Mike garde le silence, on aurait dit qu'il intégrait l'information comme pour l'analyser. Je lui en laissais le loisir ; il ne servait à rien du tout de le brusquer vous pouvez me croire. Finalement, parler de Sarah déride mon exécuteur, qui sourit beaucoup plus franchement. Il boit et je l'imite. Le silence s'installe pour un moment. J'ai peur, peut être, d'avoir un peu brusqué Mike à lui parler comme ça de mes actions, en particulier celles qui concernaient Johan. Je n'étais pas très fier de ce que j'avais fait, mais franchement, est ce que j'avais eu le choix ? Je risquais bien plus gros à lui laisser le chemin libre, et je ne parle pas que de ma relation avec Isadora. Je parle du reste de la Meute, ce qui avait pris le pas sur ma relation... Finalement, après avoir rassemblé semble t'il tout son courage, Mike semble cracher un morceau qui l'embêtait depuis longtemps. Et voilà qu'il se lance. L'image médiatique des loups garous. Il cherche ses mots. Je réfléchissais à sa proposition, le nez dans mon verre.



| Là, Bolverk, tu touches à quelque chose qui nous taraude, nous autres Ulfric, depuis des décennies. Mon père, mon grand père avant lui, et beaucoup d'autres que j'ai connu à l'étranger, se sont toujours demandés quoi faire de la publicité, de la vision des humains. Le consensus adopté tient du bon sens. Quand on en sait trop sur nous, on cherche à nous détruire. |


J'engloutissais mon verre, pour le claquer retourné pour indiquer que j'avais encore soif au serveur, avant de reprendre.


| Je pense que les choses doivent changer. Tu l'auras vu, j'ai multiplié les interviews. Mary s'en chargera très bien aussi. Je crois que dans peu de temps, un article paraîtra sur elle dans un truc du style Vanity Fair ou je ne sais quoi. Elle présente bien, elle est féroce et très belle, elle saura en charmer. On peut multiplier les efforts. Mais on doit garder des distances. ON doit leur faire passer des images de ce que nous sommes plus que la vérité elle même. On ne peut pas leur donner tous nos secrets. J'imagine que si tu m'en parles, c'est que tu en as une idée ? |
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: And there'll be hell to pay someday so put it all on the bill [Livre II - Terminé]   Lun 10 Nov - 22:17


And there'll be hell to pay someday so put it all on the bill
Mike ~ Hayden







C'était dit. Il avait abordé le sujet. Le quadra n'appréciait pas vraiment l'idée de comparer les loups aux nocturnes, mais il fallait admettre que ces derniers avaient une longueur d'avance tant qu'ils s'attiraient les bonnes grâces d'une partie de la population. Ils avaient des droits, beaucoup trop, et lui était persuadé que c'était en grande partie lié à ce pouvoir que leur conféraient les média, rien ne le ferait démordre de cette idée. Ça et la vision romantique à l'eau de rose que certains humains avaient encore des vampire, la faute à ces romanciers ridicules. Là où les livres et les légendes décrivaient les lycans comme des bêtes sauvages affamées de chair fraîche, les mêmes récits parlaient des buveurs de sangs comme de pauvres âmes déchues, des amants maudits et des créatures nostalgiques. Bien ancré dans l'imaginaire collectif, les contes rabâchés des l'enfance faisaient parfois plus de dégât qu'une campagne de propagande. Et même sans parler des lycans eux même, la plupart des enfants ont peur du grand méchant loup qui viendra les dévorer s'il ne sont pas sage ou si, comme la Blanquette de l'histoire, ils désobéissent. Blanquette... Si seulement il n'y avait eu que cette chèvre là, mais non, toutes les fables, les comptines, toutes regorgeaient de loups plus sadiques et plus dangereux les uns que les autres. Ce conditionnement, c'était contre ceci qu'il fallait luter. Alors certes, il n'avait pas la prétention de faire réécrire tout ce patrimoine, ce qui aurait été ridicule et se rapprochait bien trop des censures historiques qu'il haïssait, mais il fallait briser cette image. Mais la première réponse de son Ulfric refroidissait son bel élan.

« Là, Bolverk, tu touches à quelque chose qui nous taraude, nous autres Ulfric, depuis des décennies. Mon père, mon grand père avant lui, et beaucoup d'autres que j'ai connu à l'étranger, se sont toujours demandés quoi faire de la publicité, de la vision des humains. Le consensus adopté tient du bon sens. Quand on en sait trop sur nous, on cherche à nous détruire. »

Alors il passait nerveusement sa langue à l’intérieur de sa joue et reportait le regard sur son verre vide. Il ne pouvait même pas chercher à contredire ces propos. C'était tout à fait vrai, la publicité était à double tranchant. Un peu comme ces acteurs qui ne se voient proposer que de petits rôles mais ont des scènes d'anthologies jusqu'au jour où ils crèvent l’écran, deviennent la coqueluche des foules et se retrouvent à tourner dans des blockbusters foireux qui termine au rayon des navets à gros budget. Sauf qu'ici l'enjeu était bien plus important qu'une carrière qui part à l'eau, ici il était question de l'image de l ameute, du soutient du public, de redorer un peu leur blason pour ne plus être les créatures mal aimées que l'on chasse. Le conférencier sursauta presque quand son Ulfric tapait son verre sur la table. Au moins il n'était pas seul à avoir terminé, un soucis de moins.

«  Je pense que les choses doivent changer... »

Oui, les choses changeaient peu à peu, ils se faisaient moins secrets de jour en jour. Mais on leur avait forcé la main. Ils n'avaient pas choisit de se montrer ainsi et les gens le savaient. Il écoutait les exemples avec attention, acquiesçant d'un sourire quand Valentyne vantait les mérites de Mary, notre loup ne serait certainement pas celui qui irait nier les charmes de sa Lupa.

« On peut multiplier les efforts. Mais on doit garder des distances. ON doit leur faire passer des images de ce que nous sommes plus que la vérité elle même. On ne peut pas leur donner tous nos secrets. J'imagine que si tu m'en parles, c'est que tu en as une idée ? »

Mac revenait vers eux et le quadra attendit d'être sur que son alpha se resservait pour commander lui aussi. Un autre double sec. Le serveur repartait et lui prenait une grande inspiration tout en torturant nerveusement ses doigts avant de répondre à la question qu'on venait de lui poser.

« Bien sur qu'on doit filtrer, qu'on doit calculer très exactement ce qu'on leur donne. Désigniez un porte parole, un loup qui serrait l'interlocuteur privilégié des médias, avec qui vous mettriez au point une.. je déteste ce terme.. une stratégie marketing, une ligne de conduite à adopter. Il vous faut quelqu'un qui présente bien, qui ait l'habitude de s'exprimer en public et surtout un dont les gens n'aient pas encore entendu parlé, un loup sur lequel personne n'aurait d'appriori.. »

Il fermait les yeux en terminant sa phrase. Il se serait bien porté volontaire lui même si cela n'avait pas signifié qu'il devrait quitter le musée. Son travail était la seule chose qui lui restait pour ne pas sombrer tout à fait dans le cercle vicieux de la solitude et la boisson mais... après tout, ce n'était qu'un travail pour un autre. Et si au lieu de raconter l'Histoire, il participait à l’écrire ? Alors il ricanait avant de reprendre.

« Je suppose qu'outre le coté... présente bien... j'aurais pu convenir mais je doute d'avoir le charisme nécessaire. »

Et cette fois il riait de bon cœur comme Mac revenait avec les verres.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: And there'll be hell to pay someday so put it all on the bill [Livre II - Terminé]   Mar 11 Nov - 15:05

On y était. Quelque part, l'idée de Mike était la consécration du lent retour sur la sphère publique, retour qui était lancé depuis que j'avais pris la tête de la Meute. Il fallait commencer doucement, par petites touches. Aller plus vite serait probablement beaucoup plus compliqué. J'ai commencé par demander un rendez vous avec le premier ministre, via Mary. Pour me présenter, pour créer un lien même si celui ci devait être ténu. J'ai fait ce qu'il fallait pour que les choses avancent. Ensuite, j'ai utilisé tout ce qui pouvait m'arriver pour parvenir à mes fins, pour manipuler l'opinion publique. Manipuler est un mot très fort, mais dans le fond je m'en fiche. Ce qui compte avant tout, c'est de pouvoir faire passer le message que l'on désire. Les vampires se dépeignent depuis des années comme des citoyens comme les autres. Il leur faut plus que ça pour obtenir des droits, mais au moins semblent ils vaguement humains aux yeux de la presse et du reste de la sphère médiatique. Des séries, des films, des livres. Ils ont tout ça. Et bien sûr, ils se font passer pour des victimes la moitié du temps. C'est notre tour, de pointer le racisme et la xénophobie, de nous faire intégrer. Avec des limites. Les vampires vivent la nuit. Nous, nous vivons dans la Meute. Nous devons la préserver de cette ouverture sur le monde. Nous n'avons pas le choix. Il faut s'emparer de la scène qui est la nôtre, de la tribune qui nous est offerte. En dévoilant ma nature, les médisants et les traîtres ont probablement permis de nous faire faire un grand pas... Ce qui me donne une idée, que je garde pour moi. Je ne peux pas encore tout dire à Mike. Ça viendra peut être, ou peut être pas. En attendant, le serveur revient avec de l'alcool, et je dois dire qu'il tombe à point nommé. Je m'empresse de porter le verre à mes lèvres. Il m'explique qu'il faut un porte parole, avec une stratégie. Et je souris en comprenant la logiue qui l'amène à la fin.


| Tu es tout indiqué. Tu es ancien, tu as connu les Années Sanglantes et l'Avant, tu connais bien les vampires comme les humains. Tu as souffert et tu as aimé. Tu es mon bras droit, et je ne vois pas pourquoi ton charisme serait à remettre en question. |


Autant dire que j'entérinais son idée sur le champ.


| Je t'autorise à mener de petites interviews, à ce que tu expliques notre histoire comme l'a contée Mirah, et que tu parles de moi, de ma famille. Nous avons les épaules pour être racontés, pour nous faire connaître. Je ne veux pas que tu te lances sur une description détaillée de nos problèmes, mais que tu axes bien sûr ton récit sur le positif. Evites de parler de meurtre et de tout le reste... En cas de doute, bipes moi. Pour le moment, je te fais confiance quant aux canaux d'informations que tu utiliseras. |


Je termine mon verre d'un trait.


| voilà pour l'essentiel. Tu communiqueras sur la Meute, mais tu prendras garde aussi à faire comprendre à nos frères et sœurs que tu es le seul à avoir ces prérogatives. Tu es le seul interlocuteur public de la Meute, je ne veux entendre personne d'autre. Je pense qu'on a fait le tour, je devrais rejoindre ma femme. Les choses ne sont pas faciles pour nous, avec ce déménagement précipité et tout ça... Mais nous sommes la bonne voie, je te le garantis. A bientôt, Mike. |
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: And there'll be hell to pay someday so put it all on the bill [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
And there'll be hell to pay someday so put it all on the bill [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» 05. What the hell are you waiting for.
» Welcome Hell
» Drag Me To Hell
» Gates Of hell " La porte des Enfers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Le Centre-Ville
-
Sauter vers: