AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]
MessageSujet: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   Ven 10 Déc - 12:18


Augustus & Jana & Krystel

© Fragile Dreams | © Kanala | © nephykins

    Tout devait être parfait oui tout. Ce n’était pas tous les soirs que mon maitre se rendait chez moi. Cela faisait une dizaine d’année qu’il ne s’était pas déplacé dans ma demeure. Autant dire que j’étais légèrement sur les nerfs avec mes serviteurs. Cela faisait une semaine qu’ils s’activaient tous à rendre impeccable le grand manoir. J’avais expédié William et Morgana dans un hôtel, afin qu’ils ne me gênent aucunement dans ce grand nettoyage de printemps. Le Jardin avait été refait à neuf, et toutes les pièces nettoyées minutieusement, encore plus que d’habitude. Je n’étais pas du genre à aimer le bazar, ni la saleté. Je faisais vivre un calvaire à mes employés de ménage, mais ce n’était rien comparé à la semaine qu’ils venaient de passer. J’avais tenu absolument à vérifier toutes les pièces une par une, même celle où mon seigneur ne se rendrait jamais. J’avais fait changer la décoration, pour la rendre un peu plus « ancienne », dans le style préféré de mon créateur. Pour le côtoyé depuis plus de huit cents ans, je connaissais sur le bout des doigts ces gouts. J’avais demandé à drapé pour les draps en lingerie de soie blanche, uniformisant ainsi toutes les chambres d’invités. La seule qui était aux couleurs rouges et noirs étaient bien entendu la mienne. Je m’étais, bien entendu, appropriée la plus grande et la plus luxueuses des pièces. Venait ensuite William qui était logé dans des beaux quartiers, Jana qui avait récupéré la chambre de Morgana, que j’avais expédié dans une pièce plus petite. Cette dernière n’avait pas cherché à protester, et s’était contentée de changer ses affaires de lieux, contente d’ailleurs d’un changement dans le manoir…

    Je n’aimais pas le changement chez moi. Tout devait toujours être à sa place, et ne pas y bouger. Changement rimé avec désordre pour moi, et je faisais tout pour maintenir l’ordre dans ma demeure. J’obligeais toutes personnes vivant sur mon toit de respecter cette règle. J’interdisais à ma « lignée » et à mes généraux de dormir dans des cercueils, autant que j’obligeais mes sous filfres à dormir uniquement dans ces derniers. Je marquais là une différence qui était important à mes yeux, entre les « vampires supérieurs » et les « vampires inférieurs ». Les plus hauts dans la société était logés dans les étages, tandis que les « esclaves » et les serviteurs dormaient dans la cave. Généreuse tout de même, chacun avait sa propre chambre et salle de bain. Cela m’avait couté cher à tout aménager, mais c’était une nécessité : ce n’est qu’en traitant bien ses gens qu’on les gardait sous son contrôle, bien que je leur faisais savoir chaque jour que je n’étais pas leur amie et que c’était moi le chef et pas eux.

    Il n’y avait qu’une exception à ma règle : Jana. Elle n’était pas de ma lignée, était une jeune vampire, mais avait tout de même droit à une chambre, non loin de la mienne. J’avais pris cette dernière sous mon aile quelques mois plus tôt. Après un « raide » dans un clan rebelle vampire, j’avais trouvé cette dernière non éduquée et en proie à une certaine folie. Je dois bien avouer que si elle n’avait pas un certain potentiel en termes de beauté, je l’aurais tué, et n’aurais pas cherché plus loin. Son jolie petit corps lui avait valut d’attirer mon attention et de me décider de devenir sa « créatrice d’adoption ». Je l’élevais de la même manière que je l’avais fais avec mon fils et je ne pouvais que constater les progrès fulgurants de ma nouvelle enfant. Elle était douée, motivée et obéissante. Certes, je ne lui confirais pas pour l’instant ma vie, et je la fais suivre tout le temps afin qu’elle ne commette pas d’impair. Elle est jeune, et on ne sait jamais ce qui peut arriver. Jusque là, elle ne m’avait pas déçu, et c’est pour cela, que j’avais décidé qu’il était temps de la présenter à notre Roi. J’entrais d’ailleurs dans sa chambre sans frapper, suivis d’une servante vampire.

      Notre Roi serait bientôt là. N’oublie pas ce que je t’ai appris Jana. Ne me déçoit pas mon enfant, tu n'auras pas de seconde chance. On viendra te faire querir quand il sera temps pour toi de venir te présenter à Augustus. En attendant, ôtes moi les chiffons que tu portes, et enfiles cela. Tu n’auras pas besoin de soutien-gorge non plus


    J’indiquais la belle et longue robe que portait la troisième vampire présente dans la chambre. Elle était bleu pale, de style victorien, fendu au niveau de dos. Tout en volume, il ne faisait aucun doute qu’elle irait à ravir à la vampirette, et même si cette dernière ne l’aimait pas, elle n’avait pas d’autre choix que de se plier à ma volonté. J’avais fait également venir quelques bijoux m’appartenant, et avait bien spécifié à la servante que les cheveux de Jana devait être légèrement ondulé, mais laissé tomber sur ces épaules. J’avais également demandé qu’elle soit maquillée de manière légère, un trait de crayon noir sur les yeux, et du rouge à lèvres. Ni plus ni moins. Sans un mot de plus je sortais de la pièce, n’attendant pas que la jeune femme me réponde. Je n’avais pas de temps pour cela. Je regagnais rapidement ma chambre pour enfiler une robe dans le même style que Jana, mais de couleur rouge et noir. J’étais en train d’ajuster mon maquillage quand l’on m’annonça l’arrivée de Roi. Je gagnais rapidement le salon dans lequel il avait été conduit, ne le faisait attendre qu’une minute ou deux. Entrant dans la pièce, je m’inclinais respectueusement

      Mon maitre… Quel bonheur de vous comptez parmi mes invités. J’ose espérer que vous avez fait bon voyage.


    Je me relevais, lui indiquait un fauteuil pour qu’il vienne y prendre place, et m’installais moi-même sur un des sièges. En temps normal, je ne le faisais jamais. Mais j’étais ici chez moi, et je n’étais pas l’invité mais la maitresse de maison. J’avais donc le droit de prendre place au même niveau que mon créateur, sans lui manquer de respect. Je claquais des doigts, et l’on vint nous apporter une bouteille et deux coupes de vins.

      0+, comme vous l’aimez. Je l’ai fais préveler il y a une dizaine de minute, afin que vous puissiez savourer ce mets frais. Si vous désirez tout de même prélever vous-même ce dernier à la source, je puis faire venir la jeune pucelle à qui il appartient
    [/b]



_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   Dim 12 Déc - 15:02

    Ce soir, je devais sortir de mon manoir. Cela m'arrivait régulièrement, mais toujours pour mon plaisir ou les affaires. Ce soir, ce serait uniquement pour mon loisir. En quelque sorte, je me sentais dans la peau d'un père me rendant chez ma fille, qui elle même allait me présenter ce qui serait sans doute considéré par tous comme ma petit-fille. Pour n'avoir jamais engendré qu'une seule et unique vampire, je me retrouvais décidément avec une foule de rejetons. Krystel m'avait laissé entendre que son fils et sa fille, les véritables cette fois, ne seraient pas présents ce soir. Cela me mettait d'humeur conciliante; je n'appréciais pas énormément William et n'appréciais pas plus les rapports qu'il entretenait avec sa propre mère. Morgane quant à elle, aurait probablement été tuée depuis longtemps par mes soins, s'il ne s'agissait pas de la fille de mon bras droit et amante officielle. Je devais néanmoins noter qu'elle s'était particulièrement bien comportée dans sa nouvelle tâche de porte parole de notre espèce. Elle avait du charisme à la télévision, cette petite. Et ce qui faisait toute sa qualité était sans nul doute sa croyance infinie dans ce qu'elle disait, quand elle défendait notre prétendu amour de l'humanité et notre désir de nous intégrer. Oui, nous avions là trouvé la seule occupation possible pour ce poids mort, et je m'en félicitais encore.


    Je laissais l'esclave humaine m'habiller. Elle était belle. Elle avait été actrice, auparavant. Elle avait joué dans nombre de films hollywoodiens, et connu les plus grands luxes qui soient chez les humains. Aujourd'hui, sa dépendance au sexe et aux vampires en avait fait une vulgaire femme de chambre, qui m'habillait, me préparait, rangeait mes affaires, et s'occupait parfois de me nourrir de son sang ou de son sexe. Je ne regardais pas son corps parfait, quand elle retailla la coupe de ma veste. J'avais l'habitude de ce que je possédais, et son corps d'humaine n'avait plus de secrets pour moi depuis longtemps. Dans son cou, on pouvait voir la raison de sa dépendance à ma présence; l'infime trace de mes morsures dans son cou. Je savais que si je choisissais d'ôter ses vêtements, je verrais des traces de crocs un peu partout sur son corps, y compris autour de son intimité. Je souris. Lui donner mon sang après chaque partie de jambe en l'air la droguait et la rendait encore plus accro, sans compter qu'elle faisait désormais des rêves érotiques de moi. Notre sang était vraiment un don des dieux obscurs; cela droguait les humains, les incitait jusque dans leurs rêves à nous donner ce que nous voulions. Je la laissais sur place, pantelante et les larmes aux yeux du fait de la crise de manque qu'elle ressentait, une fois qu'elle eut fini de retoucher mes plus beaux vêtements. Cela faisait trois jours que je lui refusais mon corps, et mon sang divin. Je savais que bientôt, elle en serait réduite à l'animalité la plus complète, et cela me plaisait d'avoir un tel pouvoir sur mes serviteurs.


    J'aimais dominer chaque chose sur ce monde.


    J'enfilais mon manteau noir, recouvrant un costume trois pièces à plus de dix mille livres. Mes serviteurs s'inclinèrent devant moi, quand je passais devant eux pour sortir de chez moi. Aller chez Krystel ne me prendrait guère de temps, et la limousine se gara devant la porte de mon manoir. J'y entrais, mais repoussais les propositions de mon chauffeur, qui me demandait si j'avais besoin de sang, de femmes ou de quoi que ce soit. Ce soir, je me sentais d'humeur calme. En fait, j'étais impatient et ne voulais prendre le temps pour de telles frivolités. Ce soir, j'allais rencontrer cette Jana dont Krystel m'avait tant parlé. J'étais curieux, pour la simple et bonne raison que je m'interrogeais sur les raisons qui avaient poussé mon amante à prendre sous son aile une pupille. J'écoutais du Schubert en musique de fond, le temps d'arriver, mes doigts tapotant gracilement les fauteuils de cuir noir de mon véhicule. Quand j'arrivais chez Krystel, je n'eus pas à attendre bien longtemps. On m'accueillit avec la déférence dûe à mon rang, et on me fit attendre dans un petit salon luxueux. Krystel entra à son tour et s'inclina respetueusement. Immédiatement, je sentis un désir fiévreux parcourir mon corps. Vêtue d'une de ses fastueuses robes rouge et noir et maquillée de sorte à mettre son regard et ses lèvres en valeur, elle éveillait en moi bien des désirs... Je l'accueillis en prenant sa main dans la mienne et en déposant un fugace baiser du bout des lèvres.



    Krystel, heureux de te revoir. Vos invités? Sommes nous finalement plusieurs? Quoiqu'il en soit, je me dois de te complimenter. Tu es terrible et magnifique, ce soir.


    Je m'assis finalement à coté de ma maîtresse, et j'avais du mal à me concentrer, tant elle était séduisante. Cependant, j'avais appris depuis plus d'un millénaire à me contrôler, et à résister aux désirs de mon corps. Le sang, je savais y résister, tout comme le sexe. Peu de vampires en étaient réellement capables. Krystel claqua des doigts, et on vint nous apporter ce que j'identifiais de suite comme mon sang préféré. Je souris. La vampire me connaissait parfaitement, depuis tout ce temps. Je pris l'un des verres et reniflais le délicat bouquet qui s'en échapper. Une femme, environ vingt ans, guère plus. Le sang était parfaitement liquide, ce qui me faisait dire qu'elle était en excellente santé. Probablement une sportive, ou quelqu'un qui prenait soin de son corps. Je souris à Krystel, quand j'entrechoquais mon verre contre le sien.


    Je te remercie, ma chère, mais je n'en ai nul besoin. La seule personne à qui je compte prélever son sang, ce soir, c'est toi.


    Je lui souris d'un air entendu. Quand nous couchions ensemble, j'aimais à prendre son sang, et lui laissais prendre du mien. Acte hautement symbolique chez les vampires; confiance mutuelle et intimité.


    Mais où est ta pupille, Krystel? Après tout, c'est pour elle que je suis venu, ce soir. Ton invitation était, si je me rappelle bien, pour que je fasse sa connaissance... Jana, c'est ça? Dois je la considérer comme ma petite fille? Il me tarde de la rencontrer, même si tu ne m'as dit que fort peu de choses à son sujet... Dis m'en plus, je suis curieux de savoir ce qui a pu éveiller ton intérêt pour cette jeune vampire.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   Jeu 6 Jan - 1:34


Augustus & Jana & Krystel

© Fragile Dreams | © Kanala | © nephykins

    L’arrivée de mon roi dans ma demeure était un grand évènement que j’avais préparé avec minutie. Je n’avais rien laissé au hasard, et si quelque chose ne se passait pas bien, mes serviteurs en pâtiraient. Ils le savaient très bien et avaient tout fait pour que tout soit parfait. Jana était dans sa chambre en train de se préparer comme je lui avais ordonné. Chaque personne de mon personnel était à la place que je leur avais assignée. Mon créateur quand à lui venait d’arriver dans ma demeure, et j’étais allée l’accueillir sans le faire attendre. Il me salua comme le gentilhomme qu’il était, en m’embrassant le dos de la main. Je m’inclinais respectueuse devant lui, tenant un pan de ma robe avec ma main de libre, comme on en avait coutume à mon époque. Mon époque… Dieu qu’elle me manque énormément. On avait des manières et du respect, et avec le temps, tout s’était envolé. L’espèce humaine n’évoluait pas comme elle le pensait, mais elle régressait.

      Vous êtes mon seul invité mon Roi, et je suis toute à vous. Je vous remercie de vos compliments.


    Mes prunelles se posèrent dans les siennes quand il vint prendre place juste à côté de moi. J’aimais la proximité que l’on pouvait avoir. Je ressentais le besoin d’être proche de mon créateur J’étais très flattée par ces paroles, et le regard qu’il pouvait poser sur moi. Peu importait tous les hommes, toutes les aventures que je pouvais avoir. Cela ne comptait pas non. Il n’y avait qu’Augustus qui comptait. C’était pour lui que je voulais être désirable. C’était pour lui que je voulais être la vampire la plus digne et fidèle qu’il puisse avoir. Restant tout prêt de lui, je claquais des doigts pour que l’on vienne nous servir. Mon maitre s’était déjà nourri. Sa peau était chaude, et son visage avait de la « couleur ». Quand il ne buvait pas, il était plus pâle et sa chaleur corporelle très basse. Je lui proposais tout de même une coupe de sang, le sang qu’il préférait bien entendu. Le mien que celui que j’adorais. J’avais fais importer de chine une jeune pucelle, qui était un met on ne plus agréable. Personne ne l’avait mordu, pas même moi. Elle était un présent pour mon maitre, que je lui offrais à son départ. Je lui proposais tout de même de mordre à la source. Il refusait poliment, m’apprenant que c’était moi qu’il voulait mordre ce soir, et personne d’autre. Cette idée… C’était une très bonne idée. Je répondais par un sourire on ne plus explicit avant de boire une gorgée de la coupe.

      Vous savez que vos désirs sont des ordres mon Maitre


    Je n’avais pas besoin de rajouter que cette optique était on ne plus plaisante. Un seul regard et sourire suffisaient à faire comprendre au vampire tout ce que j’avais derrière la tête. Reprenant consistance, le roi parla du sujet qui nous réunissait en ce lieu : Jana. Je dois bien avouer que je l’avais légèrement oublié. Mon esprit, était, avouons le, occuper à imaginer la suite de la soirée dans ma chambre à coucher avec mon maitre. Je n’étais pourtant pas facile à distraire… En temps normal tout du moins. Mais Augustus me connaissait mieux que quiconque et savait très bien comme me « perturber »

      Vous vous rappelez sans doute que vous m’avez envoyé il y a peu à Prague afin de régler le… problème que pouvait causer des dissidents vampires… Et bien, c’est là bas que je l’ai trouvé. Laissant sans éducation, agissant comme une bête sauvage, j’ai vu en elle un potentiel, et je me suis permise de la ramener afin de l’élever. Jana est une très bonne élève, qui apprend très vite, et pour l’instant, elle ne m’a pas encore déçu. Il vous convient de la prénomer comme vous le semblez, bien que je pense qu'il est bon t'attendre avant de la montrer comme votre petite fille. Elle est encore instable par moment. Bien entendu, j’ai pris toutes les précautions nécessaires. Si ce n’est par moi, elle est surveillée à toutes heures. Elle reste soumise à des pulsions de jeune vampire que mes gens savent contenir… Elle est amnésique et ne se rappelle point de sa vie d’avant, tant elle a été prise dans la violence. Je suis, comme vous pouvez vous en douter, consciente de ce dernier et aucun élément de m’a échapper. D’ailleurs, j’ai une très bonne nouvelle pour notre espèce... Mais avant, j’aimerais vous exposer quelque chose…


    Je claquais une nouvelle fois des doigts, et trois vampires entrèrent dans la salle. Deux vampires étaient mes gens, et entourés un vampire que mon maitre connaissait, ce dernier étant son serviteur : Anthonov. Avant que mon maitre ne pense que j’avais privé de nourriture une personne de son personnel sans même lui en avoir parlé, je me levais et m’approchais du prisonnier si faible qu’il était incapable de se tenir debout. On le lâcha à terre, et je vins tourner autour de lui tel un chat sur le point d’achever sa proie.

      Veillez me pardonner mon maitre, je me suis permise d’agis sans votre consentement… Il y a de cela… Quatre nuits c’est ça Anthonov ? oui, c’est ça. Il y a quatre nuits, je l’ai trouvé en train de fricoter avec journaliste. Elle lui vendait son corps contre des informations compromettantes sur notre espèce. J’ai bien entendu fait disparaitre toute preuve et la journaliste est morte en tombant dans ses escaliers. La seule chose qu’à trouvé pour sa défense ce traite que nous avons sous les yeux, c’est qu’aucune de nos lois ne lui interdit de dévoiler ce qu’il sait sur notre espèce…


    Je venais jusqu’à mon maitre, et m’agenouillais devant lui

      Je vous ai toujours servi loyalement Mon Roi, et je le ferais chaque nuit que vous m’offrez d’arpenter… Mon Maitre… Permettez moi de lui arracher le cœur… Permettez moi de lui payer sa traitrise… Mais surtout, permettez moi de vous soumettre une nouvelle loi, celle qui interdirait à tout être de notre espèce de parler d’une manière ou d’une autre des siens…


    Je n’étais pas suppliante, j’étais sincère. Même à genou devant mon maitre, je restais la digne vampire qu’il avait fait de moi. Je suis Krystel Raybrandt, maitre noire du roi, maitre vampire, mais surtout, et sans doute le plus important, je suis sienne.



_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   Jeu 6 Jan - 23:27

    Je souris légèrement en remarquant à quel point Krystel était toujours touchée et charmée par cette petite marque de courtoisie que je lui réservais à chaque fois que nous nous retrouvions. Je connaissais tant de saluts, de tellement d'époques différentes... Le mien, celui que j'avais connu étant enfant, n'était plus inculqué depuis des siècles. Un dictateur allemand l'avait bien parodié, avec la manque d'imagination caractéristique de tous ces tyrans humains. Le salut romain me manquait. Viril, emprunt de force et de loyauté. Plus martial qu'à l'époque de Krystel, où on s'empoignait entre hommes ou baisions les mains des femmes. Pourtant, son époque était encore relativement saine de ce point de vue. La renaissance et le début de l'ère moderne m'avaient été insupportables de flagorneries et d'hypocrisies. C'était sans doute un trait caractéristique de la décadente aristocratie humaine d'inventer des politesses de plus en plus extravagantes jusqu'à en devenir ridicules. Je savais que les humains avaient toujours été portés sur le faste. Nous autres vampires, étions bien plus traditionnalistes que nous n'oserions sans doute l'avouer. Je souris de plus belle quand Krystel me garantit que j'étais son seul invité, et qu'elle me remerciait de mes compliments. Je lui lançais un regard entendu, avant de lui répondre.


    Toute à moi? J'y compte bien, terrible jeune vampire, j'y compte bien... Les compliments sont amplement mérités. Tu es délicieuse.


    Nous nous délassions dans ses magnifiques fauteuils, alors qu'elle semblait heureuse à l'idée du traitement que je lui réservais. Je faisais confiance à Krystel pour me satisfaire, ce soir. Je m'étais récemment accouplé avec une humaine de bas étage, et cela n'avait en rien satisfait les appétits de mon être, bien que cela m'aie apporté tout de même un certain plaisir. C'était quelque chose que j'avais insufflé à Krystel, mon seul enfant. La soif de domination. Oui, je parlerais sans détours de ce que j'avais fait à Mrs Tannen; je n'avais aucun secret pour la chair de ma chair, ma seule véritable compagne. Elle qui était si fébrile à l'idée que je la morde... Je savais dans le fond de mes entrailles que cette soirée finirait comme à notre habitude; dans le sang et le sexe, dans le plaisir indicible de la perversion de la morale humaine. J'avais déjà hâte d'y être... Mais pour cela, il faudrait trouver un lieu. Ici, je n'étais pas trop certain. Nos pouvoirs se déchaînant pendant nos ébats, je ne voulais pas risquer de me retrouver avec cette Jana, ce vampire nouveau né, dans les pattes. Non pas que je ne l'appréciais pas, mais je n'avais envie que de mon amante officielle, ce soir.


    Oh oui... Tu pourras me donner la réciproque, d'ailleurs. Ce soir, je me sens en forme. Tu pourras prendre mon sang si tu le souhaites... Je me sens d'humeur à partager ma puissance, ce soir. Je me sens en forme, ces derniers temps. T'avais je dit que j'avais pris pour maitresse une humaine, récemment? Cela faisait bien longtemps. Son goût me semblait bien fade, à côté de tes caresses... Tu m'as manqué, Krystel. Plus que tu ne peux le croire.


    Ensuite, ma conseillère me parla de Prague et des affaires que je l'avais envoyée régler là bas. Je m'en rappelais très bien. Un gang de vampires outrageusement peu discret qui menaçait l'équilibre précaire de la stabilité sociale que j'essayais d'insuffler à ce moment là dans notre mouvement de révélation. Je l'avais chargée elle seule, car je savais qu'il n'y avait pas besoin de plus d'agents pour museler pareille racaille. Et Krystel s'était admirablement débrouillée, d'après ce que j'avais pu en savoir. Elle s'était montrée parfaite, comme toujours. Loyale et fidèle, elle était un atout de choix dans ma manche. Elle m'expliqua la situation de quasi-esclavage dans laquelle elle avait retrouvé sa pupille. Krystel semblait s'acquitter de sa tâche avec ferveur. Bien entendu, je n'étais pas totalement certain de la suite des évènements, mais j'avais foi en ma protégée. Elle saurait y faire. Elle avait bien éduqué deux vampires déjà, qui malgré leurs différences s'avéraient utiles... Et les erreurs qu'elle avait fait avec ses propres enfants ne se reproduiraient pas avec Jana, j'en étais convaincu. Je n'étais pas clairement touché par le destin de cette vampire; je reconnaissais qu'il était cruel, mais je jouais avec la vie de mes semblables comme il me convenait. Je faisais donc ce que je voulais d'elle, et je devais avant tout la rencontrer. Les intentions de ma maîtresse étaient cependant louables quand elle avait recueillit sa protégée.


    Tu as bien fait de la prendre sous ton aile. Je sens dans tes propos que cette nouvelle fille doit beaucoup te ressembler. Elle te fera honneur par son éducation, j'en suis sûr. J'ai envie de la connaître.


    Krystel voulait m'exposer un autre point. Je m'assis bien confortablement au fond du fauteuil. J'étais bien installé, et j'étais curieux de ce que ma seconde allait étaler sous mes yeux. Elle claqua des doigts, et un des vampires de mon entourage entra, surveillé par deux suivants de Krystel. Je me sentais distant. Je savais qu'elle avait agit dans mes desseins, et l'absence totale d'appels à l'aide de la part de mon serviteur me convainquit qu'il s'était fait prendre à faire quelque chose d'interdit. J'avais une confiance presque totale en krystel, et si elle avait agit de cette façon, c'est qu'elle en avait les raisons. De plus, lui ayant accordé un certain pouvoir au sein de mon empire de la nuit, je ne pouvais clairement pas remettre ses décisions en question. Alors, Krystel me fit l'exposé exact de ce qu'il s'était passé. Une journaliste, du sexe... Il fallait que je remédie à cela très vite. Je toisais mon serviteur avec indifférence. Krystel me demanda d'instaurer de nouvelles règles. J'étais d'accord avec elle; nous souffrions de lacunes dans notre système judiciaire. J'attendais qu'elle eut fini de parler pour me lever. Je lui caressais le visage pour lui intimer l'ordre de se relever.


    Tu as agit avec fidélité et clairvoyance, Krystel. Je te laisse toute latitude pour rédiger et diffuser parmi tout l'empire la nouvelle loi. Je te fais confiance, tu sauras mener cette tâche à bien. En ce qui concerne ce vampire... Il faut protéger l'espèce. Dis moi, Krystel... Ta pupille a t'elle déjà goûté au sang d'immortel? Je ne crois pas... Tu lui réserveras Anthonof, pour quand elle descendra me saluer. Je veux moi aussi concourir à son éducation... Et quel plus beau cadeau de bienvenue qu'un sang riche et puissant d'immortel? Offres lui Anthonof, qu'elle boive tout son saoul... je pense d'ailleurs que tu peux la faire venir maintenant, à moins que tu aies d'autres sujets dont tu voudrais me parler en privé?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   Mar 22 Fév - 1:29


© Fragile Dreams | © Kanala | © nephykins

    Cette soirée s’annonçait fort bonne pour moi. D’une part, mon Roi me faisait l’honneur de sa présence et d’autre part, il venait de me faire comprendre qu’outre nos « affaires », il comptait prolonger cette nuit avec moi. L’avoir juste pour moi jusqu’au levé du soleil était une optique on ne plus plaisante. Ce n’était pas seulement mon Roi, mais aussi mon créateur, et le seul Homme dont je recherche la compagnie. Tous paraissent si fades à côté de lui, et personne ne pouvait égaler mon Maitre. Je souriais à ses paroles bien que je n’appréciais pas plus que ça le « jeune vampire ». Je n’étais pas née de la dernière pluie, et le servait depuis si longtemps à présent. Ne voyait-il toujours en moi qu’un jeune vampire qui doit encore faire ses preuves ? Certes, je dois chaque jour lui prouvait ma fidélité et loyauté, mais tout de même… Mais passons. Ce n’était ni le moment et surtout ni la personne pour se formaliser de choix de mots. Ainsi me contentais-je d’un sourire qui en disait long sur ma joie de « posséder » Augustus pour le reste de la nuit. Je buvais une gorgée de sang, alors qu’il reprit la parole. Le début était pour me plaire, la suite beaucoup moins, et la fin beaucoup mieux. Je savais très bien que mon Roi dormait dans d’autres draps que les miens, comme il m’arrivait souvent de le faire. Nous n’avions pas l’exclusivité sur l’autre, si ce n’est sur « l’échange de sang ». Malgré tout, qu’il est prit une amante humaine m’offusquée. Une vampire, passe encore, mais une humaine, si faible, si inférieure, si… Inintéressante. Belle avait-elle déjà fait germer dans son esprit des idées complètement grotesques ? Je ne saurais le dire, et c’était ce qui m’inquiétait. J’étais jalouse aussi. Qu’il est préféré aller voir une humaine plutôt que moi. Oh certes il m’affirmait qu’il me préféré à elle et que je lui avais manqué, mais j’avais tout de même l’impression de passer en second plan.

      Une… Humaine?... Non, vous ne m’en aviez pas parlé…


    Que pouvais-je répondre d’autre ? Il était hors de question que je mente à mon Roi, et encore moins que je lui « déballe » mon sac concernant cela sans qu’il ne m’en ai prié avant. Ainsi changeais-je de sujet et introduisais-je le sujet Jana. J’expliquais rapidement à mon Maitre la situation, comment j’avais trouvé cette dernière et pourquoi j’avais décidé de l’épargner. J’espérais qu’il approuverait ma conduite et fus contente quand il me le dit. Cela n’était pas dans nos habitudes, et je dis bien nos habitudes de nous préoccuper du sorte d’un des nôtres. J’avais cependant vu une bonne opportunité de formater l’esprit d’un jeune vampire et le rendre le plus fidèle du monde à nous, sans pour autant mordre un humain et le faire devenir vampire.

      Je vous remercie de la confiance que vous portez en mon jugement et je saurais m’en montrer digne…


    En parlant de jugement, il était temps, avant que je ne fasse venir Jana, que je parle d’un autre problème à mon Roi : celui qu’Anthonof, et des lacunes dans nos quelques lois vampiriques. Ce n’était pas des sujets simples, mais je savais très bien que mon Maitre m’écouterait jusqu’au bout et ne verrait non pas un acte de rébellion ou de critique en son encontre de sa créature, mais les conseils de son plus fidèle vampire et bras droit. Il ne fallait pas oublié qu’au-delà de mon rôle de maitre Vampire, j’étais aussi comme le « premier ministre » du seigneur de tous les vampires. Les avantages étaient grands, mais les responsabilités également. Si je me trompe, je serais punie plus que tous les autres nocturnes rouges. Et pour la sécurité de mon roi, et son triomphe, je prenais ce risque. Quand j’eu fini de lui exposer la situation, il se leva et m’intima de me relever en me caressant le visage. Je passais de la position agenouillée, à la position debout juste en face de lui. Mon regard ne quittait pas le sien. Il n’était donné à personne de le regarder ainsi et j’étais fière de pouvoir le faire. Ce n’était pas ici un signe de défis, mais un grand signe de dévotion. Bien que l’envie de l’embrasser, de sentir ses caresse, de gouter une nouvelle fois son sang, tiraillait chaque partie de mon être, je me contentais de lui dire

      Je ne vous décevrais pas mon Roi. Je ne puis vous cachez que de laisser une autre accomplir une tache qui m’est dû n’est pas pour me plaire. Cependant ce serait un honneur pour moi que vous éduquiez vous même Jana et je suis sure qu’elle sera des plus reconnaissances.


    M’écartant de mon Roi, je le contournais tout en le frôlant, mettant bien en avant les attributs qu’il aimait tant en moi. Arrivée à la porte, j’ouvrais cette dernière, et fis un signe de tête à une de mes servantes vampires. Elle disparut aussitôt, comprenant qu’il était temps pour elle d’aller chercher Jana. Elle sera en charge aussi de vérifier que cette dernière était « parfaite » et avait revêtu la robe que je lui avais porté, et attaché ses cheveux comme je lui avais dis. Rien ne serait laissé au hasard. Je retournais ensuite dans la salle, laissant les portes ouvertes derrière moi. Je pris la bouteille de sang fraichement prélevé, remplit la coupe vide de mon Roi, et lui donna. Mes doigts caressèrent légèrement sa main, remontant le long de son bras, et redescendant le long de son torse. Ce n’était pas impolie, ni osé, ni irrespectueux. J’étais après tout sa créature et lui mon maitre, mais surtout son amante « officielle ». Encore un « nouveau rang », qui m’accordait bien des avantages, dont celui de pouvoir le toucher. Quitte à attendre ma nouvelle protégée, autant le faire de manière plaisante. J’approchais mon corps du sien, passais mes mains le long de son dos et avancer ma bouche de ses lèvres. Comme un cheveu tombé dans la soupe, Jana arriva au moment ou je m’apprêtais à embrasser mon Roi. Je n’avais pas eu besoin de la voir, juste sentir sa jeune et faible puissance se mêler à celle de mon roi et la mienne. Les affaires sont les affaires comme on dit, le plaisir passe ensuite. Ainsi fus-je obligé de m’écarter légèrement de mon Roi, me placer à côté de lui. Je dis alors en direction de la vampire.

      Approches mon enfant, vient jusqu’à nous et honore ton Roi. Montres toi digne du présent qu’il va t’offrir. Montres toi digne d’appartenir à présent à sa lignée…




_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   Jeu 24 Fév - 19:07

Cette semaine, Krystel avait remué tout le manoir de fond en comble. Ma chambre qui était anciennement la chambre de Morgane avait été nettoyée comme jamais. Presque on m’aurait interdit d’y aller toute la semaine pour ne pas la salir. Quand Krystel entreprenait de faire quelque chose, elle ne le faisait pas à moitié ! Elle m’avait sauvée à Prague alors que je subissais de nombreuses violences, si elle n’avait pas été là, que serait-il advenu de moi si elle n’était pas arrivée en tant ? J’avais sombré dans l’amnésie la plus totale de mon esprit. Je serai devenue totalement folle… J’étais devenue sa fille « adoptive », la fille qu’elle avait toujours rêvée d’avoir. J’étais obéissante, je me pliais à tous ses désirs, et j’apprenais vite. Je lui étais entièrement redevable, c’était pour cela que j’étais à son service pour lui rendre la pareille. Elle m’avait offert un toit et était devenue ma seconde « créatrice ». Elle m’avait libérée pour mieux m’emprisonnais. Je n’étais pas libre de mes mouvements, tout le temps surveiller. De toute façon, je n’avais plus d’attache, je n’avais plus rien ni personne donc cela ne me dérangeait pas.

Aujourd’hui, c’était un grand jour pour moi !! Le pourquoi Krystel avait fait le grand nettoyage de printemps. Le roi Augustus était en visite au manoir, et il était temps pour moi de le rencontrer. Krystel entra dans ma chambre, sans frappé comme à son habitude, suivit d’une servante vampire. La première fois qu’elle avait cela, j’avais eu peur qu’elle se mette à son tour à s’en prendre à moi, et à me faire du mal. Lorsqu’elle eut finit de me donner les dernières consignes et derniers conseils de dernière minute, j’acquiesçai d’un signe de tête pour lui montrer que j’avais compris. Krystel m’indiquait une longue robe bleue pale ouverte dans le dos. Je n’eus pas le temps de répondre que ma maitresse était déjà sortie de la pièce me laissant avec les servantes. En attendant que l’on m’appelle, les servantes s’occupaient de moi suivant minutieusement les ordres donnés. Je mettais les bijoux pendant qu’on m’ondulait légèrement les cheveux qui seraient lâchés en cascade sur mes épaules. Je me mis un trait de crayon noir sur les yeux et le rouge à lèvre, je suivais les ordres ne rajoutant rien d’autre. J’enfilai la robe qui m’allait bien, et j’entendis patiemment l’arrivée d’une servante qui viendrait me chercher. J’étais anxieuse, je vouais un grand respect à mon roi mais j’ignorais totalement comment une soirée en sa compagnie se déroulerait. Il était le créateur de Krystel par respect en sa personne, j’étais soumise aux deux.

Une servante entra, elle était complètement apeurée si elle faisait mal son travail, elle aurait à faire à Krystel c’est pour cela que je ne fis attendre ni la servante, ni ma maitresse. La servante prit, néanmoins le temps de m’examinai dans les moindres détails. Je me laissais faire même si je savais que j’étais parfaite, comme Krystel le désirait. Je me hâtais à la suivre comme si j’ignorais que l’entrevue se déroulait dans le salon. Je n’avais guère le temps de paniquer, je devais faire bonne impression. Krystel m’avait bien dit de me souvenir de ce qu’elle m’avait apprit, mais je crois qu’en ce moment précis j’avais tout oublié. Je n’avais fais jusqu’alors aucun faux pas, et ça n’arriverait pas aujourd’hui les fausses notes.

Les portes du salon étaient grande ouverte, après une petite hésitation la servante me fit d’entrer. Dans l’entrée, je m’arrêtais net, gênée et regrettant de ne pas avoir pris quelques petites secondes de plus avant d’accourir jusque ici. Krystel s’apprêtait à embrasser son créateur quand elle sentit ma présence, mon visage resta sans expression. J’avais baissé les yeux pour ne pas déranger mes supérieurs. Elle s’écarta d’Augustus pour se placer à ses côtés. Je suivais ses ordres, et je m’approchai d’eux. J’étais intimidée et pas du tout rassurée ! A priori, je n’avais pas de raisons de m’inquiéter – j’étais là pour me présenter au roi des vampires. Je n’aurais pas voulu être à la place de vampire ayant fait une faute grave plutôt mettre fin à ses jours avant qu’à devoir affronter telle situation. Une fois arrivée à leur hauteur, je m’inclinai légèrement.

    ▬ Mon roi…


Je n’avais pas encore levé la tête pour le moment en signe de soumission. J’attendais patiemment les ordres qui me seraient donnés. Je n’osai guère bouger, je restai là figer devant eux complètement tétanisée par ce roi qui était fort intimidant.


Dernière édition par Jana Pfeiffer le Dim 13 Mar - 20:34, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   Mer 2 Mar - 16:19

    Instantanément, je perçus la gêne de Krystel. Cela me fit sourire. Ma fille... Elle m'avait toujours adulé, plus que tout autre chose en ce monde. Elle était gênée. Pire, choquée. J'avais appris depuis des siècles à décrypter ses pensées et ce qu'elle avait en tête. Je ne pouvais pas dire que j'étais particulièrement bon pour connaître ce qu'elle avait en tête; nos échanges de sang nous le permettaient tout simplement. Notre lien de paternité, aussi. Je savais que l'idée même que je m'accouple avec une humaine lui hérissait les poils. Elle n'aimait pas me partager, c'était un fait indéniable. Mais pire que tout, elle n'aimait pas que je change mes habitudes, et que je lui préfère en quelque sorte un être de chair et de sang. Elle n'aimait pas cela. Mais j'appréciais sa jalousie, je m'en nourrissais presque. Sa loyauté était sans faille. Je ne pouvais pas me permettre de trop la brusquer non plus, du même coup. Je devais continuer à lui montrer qu'il n'y avait de place dans mon éternité que pour elle. Toute autre proximité n'était que distraction. Je m'avançais donc vers elle, me penchant vers son siège voisin du mien. Rare geste d'attention avec une autre personne, je posais ma main sur la sienne, la pressant légèrement, captant son regard avec le mien, un petit sourire ornant mes lèvres. Je ne pouvais pas me permettre d'instiller la suspicion et le malaise chez mon serviteur le plus efficace et dévoué, pas sans risquer plus de choses que je ne pourrais gagner à cette manoeuvre. Qui plus est, quel intérêt aurais je à maintenir le doute dans les esprits?


    Voyons, ma chère et tendre... Ne sois pas si jalouse. Il n'y a que dans ton lit et en ta présence que je goûte au repos et à ce qui se rapproche le plus d'une famille. Toutes les autres ne sont que des distractions, entre deux de nos entrevues. Montres toi donc un peu plus confiante dans l'effet que tu me procures...


    Je hochais ensuite la tête aux paroles de la vampire, lui assurant ma satisfaction et mon contentement. Il semblait clair que nous étions sur la même longueur d'ondes, concernant Jana. J'avais de fait terriblement hâte de voir cette petite, qui devait être véritablement prometteuse pour attirer l'attention d'une vampire avertie telle que Krystel. Je souris doucement alors qu'elle me disait qu'elle tenait nos intérêts à coeur. Je pouvais sentir rien qu'en l'effleurant la soif de sang qu'elle ressentait. Elle avait de boire celui d'Anthonof, de se noyer dedans... Mais je comptais bien tester moi même les capacités de la pupille de Krystel, voir comment elle avait été éduquée. Krystel m'affirma que Jana se montrerait reconnaissante de mes enseignements. J'espérais également que ma propre fille vampirique se rende compte de ce que mes paroles induisaient. Je n'avais jamais fait tel cadeau à ses propres enfants; je n'avais pris aucune part dans leur éducation et ne les appréciait pas outre mesure, sinon pour ce qu'ils m'apportaient. J'attendais toujours qu'ils me fassent leurs preuves. Or, cette nouvelle vampire qu'était Jana m'offrait de nouvelles opportunités. Celle de modeler une seconde vampire à l'image de Krystel, un autre de mes pions qui saurait être fort, plus fort que tous les autres. Ma seconde frôla mon corps du sien et donna des instructions pour qu'on fasse entrer Jana. Elle me servit une coupe quant à elle, coupe que je portais à mes lèvres alors que ses mains caressaient mon bras, puis mon torse. Mais alors qu'elle s'apprétait à m'embrasser, je perçus une présence dans notre dos. Une présence forte, fière, hésitante un peu, tout de même. Je me retournais donc, alors que Krystel l'introduisit auprès de moi.


    Alors, elle entra. Elle était fort jeune au moment de sa transformation. Peut être vingt six, vingt huit ans? Elle semblait terriblement perdue, mais je sentais en elle la force que lui avait inculqué Krystel. Elle avança dans ses plus beaux atours, atours qui me firent sourire. Jana était magnifique; Krystel avait fait en sorte dès le premier regard qu'elle soit tout de même moins mise en valeur qu'elle même. Mon bras droit pensait à tout, y compris à éclipser les siens pour se mettre en avant auprès de son maître. Elle avait tout compris au rôle de dirigeant. Pourtant, la beauté de Jana restait particulièrement prégnante; elle avait un côté sauvage que j'avais toujours apprécié. Je m'avançais vers elle alors qu'elle inclinait la tête. Je ne soufflais mot pendant un instant, et tournais lentement autour d'elle, mon corps à quelques centimètres du sien. Je humais son parfum, et je prenais la pleine mesure de sa puissance. Prometteuse. Je m'arrêtais finalement juste devant elle. Avec ma main, je lui relevais doucement le menton, qu'elle me regarde bien en face. J'ornais mon visage d'un air paternel. Je reconnaissais en elle le fruit de ma lignée, Krystel avait fait du bon travail.



    Jana Pfeiffer... Enchanté de vous rencontrer, mon enfant. Votre mère m'a dit beaucoup de bien de vous. Il me tarde de voir l'éducation de vampire qu'elle vous a procuré... Je sens de la peur en vous, ou plutôt de l'appréhension. Détendez vous, je ne suis pas ici pour vous manger...


    je lui souris d'un air amusé avant de me détourner d'elle et de retourner m'asseoir dans mon siège. Je me tournais vers Krystel.


    Ma douce, fais donc entrer Anthonof...


    Puis, je me retourne vers le dernier rejeton de ma lignée.


    Aujourd'hui, ma fille, je vais t'attribuer l'honneur de punir les traîtres à notre espèce. Le vampire qui va entrer a enfreint nos lois. Tu vas donc le punir comme il se doit, et me montrer ce que Krystel t'as donc appris de nos us et coutumes en pareille situation...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   Mer 2 Mar - 17:30


© Fragile Dreams | © Kanala | © nephykins

    Mon roi était sans aucun doute le seul être qui savait lire en moi. Je n’étais pas gênée par ce pouvoir qu’il avait sur moi. Il était mon créateur et je lui appartenais. Chaque geste venant de lui suffisait à me combler. Il n’était pas seulement un amant, mais aussi comme une sorte de compagnon sans chaine. Je pouvais vivre ma vie de damnée comme je l’entendais, et lui en faisait de même. Pourtant, nous nous retrouvions bien souvent pour partager des moments qui n’appartenaient qu’à nous. Et contrairement à ce que les autres pensaient, ils n’étaient pas tous fait de sexe et de sang. C’était beaucoup plus profond que ça. Ainsi quand il m’annonça qu’il avait pris pour amante une vie, je me sentais… Jalouse. Jalouse parce qu’il la voyait sans aucun doute la journée et que je n’avais aucun contrôle dessus. Jalouse qu’il puisse apprécier sa chaleur. Jalouse qu’il puisse finir par l’engendrer comme il l’avait fait avec moi. Jamais mon Roi n’avait recherché la compagnie des humains autre que pour se nourrir. La seule fois où il s’était intéressé de très prêt à l’un d’eux, ce fut pour le faire devenir son enfant. J’avais l’exclusivité de mon Créateur, et je ne voulais pas que cela change.

      Je ne puis m’autoriser aux spéculations, encore moins lorsqu’elles concernent vos… sentiments à mon égard mon Roi. Ma vie ne se résume qu’à sous servir, et si pour cela, il me faut laisser ma place à une…autre, je le ferais, même si je ne peux vous cacher que cette idée me répugne au plus haut point


    Je ne pouvais interdire à mon créateur de s’accorder la compagnie d’un nouvel enfant et ne me permettrais jamais de le faire, personnellement en tout cas. Si cela viendrait nuire aux intérêts de notre espèce, en qualité de conseillère, je lui en ferais la remarque, mais jamais, au grand jamais je ne le ferais juste parce que cela ne me plait pas. La seule chose que je pouvais faire, c’était lui dire le fond de ma pensée, comme je venais de le faire à l’instant. J’étais flattée au plus haut point qu’il me dise qu’il ne trouvait le repos qu’en ma présence, et que toutes les autres n’étaient que de pures distractions. C’était le genre de paroles qui me poussaient encore plus à servir mon Créateur. Même si d’une certaine manière, je l’étais, je n’étais pas qu’un simple jouet dans ses mains comme le sont les autres vampires.

    Jana nous interrompu, et je m’écartais de mon Roi pour la lui présenter. A présent, c’était à elle de montrer ce qu’elle valait, je ne pouvais plus rien pour elle. Je pris place sur un des fauteuils, laissant mon créateur scruter chaque parcelle de son corps. La robe que je lui avais fait porter sublimait la jeune vampire, même si, soyons franc, elle n’égalait pas ma propre beauté. Personne ne peut m’égaler de ce côté de toute façon. Sure de moi ? Certes et pas qu’un peu. Après tout le fait que je fusse la seule femme qu’engendra le plus puissant être qui foulait la Terre n’en était-il pas la preuve ? Bien sur que oui. Et j’avais des siècles derrière moi pour m’en persuadé. C’était une vérité, une réalité je dirais même.

    A la demande de mon Roi, je claquais des doigts, et l’on nous apporta Anthonof, une nouvelle fois. Je me levais, et vint resserrer les chaines en argent moi-même, offrant à Jana un corps parfaitement « tendu ». Mes mains s’étaient mises à fumée alors que je le faisais, mais je n’en avais que cure. Il fallait beaucoup plus qu’un vague contact avec le métal argenté pour que j’en vienne à en souffrir. Ce qui n’était pas le cas pour mon dernier enfant qui devra se montrer prudente. Alors que je revenais vers mon roi, je dis à Jana

      C’est une pièce unique, ne l’abime pas. Ôte là si cela est nécessaire.


    Oui, mes seuls mots étaient en rapport avec la robe que la vampire portée. Je n’avais pas envie qu’elle finisse à la poubelle, ainsi le fis-je comprendre à Jana. Nul encouragement ou autre. J’étais bien au dessus de ça, et surtout, ce n’était pas du tout mon genre. Elle savait très bien ce qu’elle avait faire. Je lui avais apprit comment torturer des êtres, avant de boire leur sang puis de les tuer. Je ne m’en faisais pas trop. Au pire, si elle ne savait pas convaincre mon Roi, elle mourrait, et je pourrais regagner plus vite ma chambre à coucher en compagnie de mon Maitre. D’ailleurs, je pris place derrière le fauteuil sur lequel il était assis, posa mes mains sur ses épaules, et commença à le masser.

      Vous êtes tout noué mon cher... Quelque chose vous a-t-il posé des soucis ses derniers temps ? Vous savez que vous n’avez qu’un mot à dire, et je supprime le problème à sa source…




_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   Dim 13 Mar - 20:43

Le roi des vampires, Augustus, mon roi s’approcha de moi, il tourna lentement autour de moi, il me touchait presque. Je n’osais pas bouger même pas tourner la tête pour voir une expression de son visage et comprendre ce qu’il pensait de la pupille de Krystel. J’étais forte mais je n’étais pas rassurée se retrouver ainsi, pour la première fois devant le plus grand et le plus fort des vampires. Il s’arrêta juste devant moi, j’avais toujours la tête baissée. Il déposa sa main froide sur mon menton et me fit relever la tête doucement. J’étais obligée de le regarder droit dans les yeux, il était bien en face de moi et c’était ce qu’il attendait… Il détendit un tant soit peu l’atmosphère en me disant qu’il n’allait pas me manger, je n’en doutais pas. Il me sourit et détourna son attention de moi pour Krystel. Je restai planter là en attendant les ordres. Je ne savais pas à quoi m’attendre mais j’avais bien écouté tout ce que Krystel m’avait enseigné donc tout irait pour le mieux.


Le fameux Anthonof entra dans la pièce, enchainait avec des chaînes en argent que Krystel alla resserrer elle-même. Les mains de Krystel se mirent à fumée et elle n’eut aucune réaction, c’était là où l’on voyait toute sa puissance. Contrairement à elle, je devrais faire très attention car les chaines en argent me feraient très mal. Je devrais tuer Anthonof, et me nourrir de son sang pour lui prendre sa force. Première fois que je boirai le sang d’un immortel. Je ne compris pas tout de suite les propos de Krystel : « C’est une pièce unique » de quoi les chaînes ? Non bien sur que non, les chaînes étaient quand même plus dures à enlever que ma robe. J’avais envie de lancer un pardon, mais je me retins dire que j’avais mis des heures à bien vérifier que tout était en place et bien mettre ma robe tout ça pourquoi ? Pour l’enlever à peine arriver. Je devais montrer ma loyauté envers mon roi, créateur de Krystel qui plus est. Je devais me montrer docile et obéissante pour avoir sa grâce, sa bénédiction et l’honneur d’être acceptée dans sa lignée.


Je laissais Krystel s’occupait d’Augustus, je ne m’occupais pas d’eux. J’avais à faire. Je fis descendre la première bretelle de ma robe puis l’autre, et la robe glissa le long de mes formes pour aller s’écrouler sur le sol. Je ne pris pas la peine de la ramasser, le sol était propre à en briller presque. Cette robe unique ne se salirait pas. Je fixai Anthonof qui été là attaché, je fis attention de ne pas me blesser avec ses chaînes. Il fallait certes faire attention à la robe si précieuse mais je voulais surtout faire attention à moi. Je n’allais pas m’attarder sur lui. Ce serait rapide, bref et du travail bien fait. Toujours en prenant garde aux chaines, je mordis violemment Anthonof. Je ne faisais pas dans la dentelle, je ne comptais pas prendre soin de lui ou encore l’épargner. Il avait mal tant mieux, plutôt lui que moi. J’avais appris à obéir aux ordres et c’était ce que je faisais. J’aspirais à devenir une grande vampire comme Krystel - elle était mon maitre, ma sauveuse, mon modèle…


Après lui avoir infligé plusieurs blessures sur le corps pour le faire souffrir toujours un peu plus. Buvant son sang pour prendre ses forces, le vidant presque de son sang. J’avais été surprise quand son sang toucha mes lèvres pour la première fois, car je ne mettais jamais nourris d’un immortel. Je pris sa tête entre mes mains, je n’hésitai pas une seule seconde et je lui tordis le cou pour l’achever. Un bout de mon bras toucha les chaînes en argent par réflexe je me retirai immédiatement, j’aurai une petite cicatrice… J’aurai pu prendre mon temps et faire durer la chose mais je préférai faire vite fait et bien fait. J’avais pris un instant avant d’ôter ma robe pour réfléchir à comment j’allais m’y prendre. Je m’étais dis que si je faisais durer il y avait de fortes chances pour que j’hésite, que je recule, que je n’ose pas. Au moins, c’était fait ! Travail précis et minutieux pas parfait mon bras avait touché les chaînes mais Anthonof avait souffert et je l’avais achevé de sang froid.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   Mer 16 Mar - 19:28

    Gamine capricieuse... Telle était mon enfant, et je l'avais modelée. Sans doute avec trop de laxisme à l'occasion, mais mes rares négligences avaient engendré plus d'effets bénéfiques que désastreux, c'était le cas de le dire. Si en la transformant j'avais avant tout voulu former un apprenti, j'étais par la suite tombé dans quelque chose de plus porté sur l'affection. Bien sûr, cela me permettait des choses que je n'avais jamais envisagées. Comme l'apaisement et la paix, que je ne trouvais plus qu'en de rares occasions, et uniquement auprès de mon bras droit. Plus fort sans doute dans ma jeunesse, je m'étais attaché à ceux qui avaient jalonné mon existence des siècles durant. Certes, ceux ci étaient rares, fort rares. Et ils étaient surtout composés de Raybrandt. Si je ne considérais pas réellement les enfants de Krystel comme les miens, je les reconnaissais appartenir à ma lignée, et c'était déjà sans doute pas trop mal. Au moins les reconnaissais je comme m'étant suffisamment proches pour descendre de mon glorieux sang et de mon impérieux titre. Jana, je la sentais déjà dans la lignée. Peut être parce qu'elle était jeune, et moi vieux. Peut être parce qu'elle me rappelait déjà Krystel lorsque celle ci était nouveau né. Je n'en savais trop rien, mais je me sentais déjà plus enraciné dans la réalité maintenant que j'avais des enfants spirituels pour suivre mes traces. Je laissais échapper un petit rire à la réponse que mefit Krystel. Tout en tact et en délicatesse, respectueuse et révérencieuse, mais elle ne mâcha pourtant pas ses mots pour me dire clairement la réprobation qu'elle pouvait nourrir à l'égard qu'une autre occupe les journées qu'elle, elle dormait.


    Tu es toujours si prompte à l'envie et à la jalousie, ma douce. Tu sais tout comme moi que je ne peux rester une éternité caché de l'humanité. Les hommes rêvent trop de liberté, et d'égalité. Ils supporteraient mal pour l'instant l'idée du monarque absolu que je suis sur ma race. Quand le temps sera venu, j'avancerais avec l'humaine à mes côtés pour le bien du spectacle. Mais sois assurée de ta place à ma droite lorsque viendra l'heure de régner sur le monde. Toi plus que toute autre, tu le mérites.


    Il était temps de passer à autre chose que ce léger désaccord. Ma seconde alla ouvrir la porte pour faire entrer la prochaine proie de Jana, et sans doute la première proie immortelle qu'elle aurait à se mettre sous la dent. Consciencieuse, Krystel vérifia les chaînes et leur solidité, sans résister à l'envie de mettre en garde sa pupille sur la qualité de sa robe. Un sourire clairement amusé se dessina sur mes traits. Raybrandt pouvait avoir un bon demi milliers de robes et d'accoutrements divers, elle ne se départirait sans doute jamais de cette impressionnante et si utile collection d'habillement. Cela faisait sans doute partie d'elle, tout comme du personnage qu'elle s'imposait de tenir devant le monde extérieur -le monde en sus d'elle et moi-. « Ôtes là si nécéssaire »; pas de pudeur devant son roi, le propriétaire de sa chair. Je me demandais du même coup si derrière la remarque ne se dessinait pas l'ordre implicite de se mettre à nu devant moi, pour que je jauge la pupille sous tous ses aspects. Krystel se positionna derrière moi, et commença à me masser. Je lui répondis sans habiller mes paroles de subtilités; Jana avait le privilège de faire partir devant ma lignée; elle se devait de me connaître.


    Sans doute une existence multi-séculaire de travail acharné. Mais rien qu'une nuit à tes côtés ne saurait guérir, ma fille.


    De suite, Jana obéit aux directives que je lui avais imposé, appuyé par sa nouvelle mère. Elle se défit d'une bretelle, puis de l'autre, et laissa la robe luxueuse tomber sur ses chevilles. Bien entendu, j'admirais ce corps et ses formes. Chaque membre de ma lignée devait avoir prestance et charisme, et la nouvelle venue dans la famille semblait être bien pourvue en arguments convaincants. Elle me rappelait une fois de plus Krystel. Continuant d'être massé par ma compagne vampirique, j'observais la scène. La jeune vampire s'avança vers sa victime. Bourreau tranquille, ni réfractaire ni encouragé. Elle jauge; je sens que c'est son premier véritable meurtre. Je me délecte de la scène sous mes yeux, quand je vois la jolie brune déchirer le cou de sa proie. Le sang coule avidement, et je laisse avidement pointer les crocs en entrouvrant légèrement la bouche. Alors, Jana se laisse aller à son envie, et mord violemment et plusieurs fois le vampire honni; elle se repaît du sang mais je la soupçonne d'être encore réfractaire aux plaisirs de la souffrance. Il lui faudra du temps, pour se faire à sa nouvelle nature, bien que l'apprentissage de sa maîtresse lui économiserait force de temps et d'énergie. Une fois qu'elle eut infligé les blessures rituelles à sa victime; morsures sur le cou, la clavicule et la poitrine, sa jolie bouche se détacha de la chair meurtrie de sa victime, et d'un coup sec, elle mit fin à son existence. Je me levais doucement pour ne pas repousser brusquement Krystel, et applaudit doucement en tapant des mains. L'applaudissement était plus poli qu'enjoué, mais un sourire avenant ornait mes traits. Je remarquais en grimaçant que le contact avec les chaînes d'argent l'avait blessé, mais tout nouveau vampire avait sans doute connu pareille souffrance, au début. Je m'approchais d'elle, et posa ma main sur son avant bras.


    Très concluant. Net, sans bavure. Tu t'accommoderas rapidement de la douleur, ma petite fille. Et tout autant, tu apprendras bien vite à profiter de la souffrance de tes victimes. Saches également que la satisfaction d'un vampire passe avant tout par l'acceptation de sa nature; en tuant, tu te libères toi même.


    J'enseignais à ma petite fille. Je lui faisais part de ma grande expérience, et je me retournais finalement vers Krystel.


    | Je dois te dire qu'elle est prometteuse, ta petite protégée. Félicitations. Je pense qu'elle mériterait une petite récompense, et que tu lui fasses goûter à ton pouvoir et ton immortalité... Donnes lui un peu de ton sang, Krystel, et tu l'attacheras à toi de façon plus complète que par ton éducation.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   Mer 16 Mar - 22:29


© Fragile Dreams | © Kanala | © nephykins

    Je n’aimais pas du l’idée que mon Roi prenne une humaine comme compagne. Qu’il puisse marcher avec elle au grand-chose n’était pas pour m’enthousiasmer. L’avais-je aussi peu satisfait ? Non ce ne pouvait pas être ça. S’il n’avait s’agit que de sexe, il serait allé voir une autre vampire. Quelles autres raisons ? Je n’arrivais vraiment pas à comprendre et c’était un problème. Je devais anticiper chaque pensée, chaque action de mon Créateur. Faute de quoi, je ne pouvais prétendre être son conseiller le plus proche et le plus fidèle. Fallait-il préciser que je n’aimerais sans doute pas la réponse de mon seigneur ? Il voulait une humaine pour « s’avancer » et s’imposait aux Hommes. Je ne pus empêcher une pointe de colère grondait en moi. Cette humaine était faible, et inutile. Elle n’avait pas sa place auprès de lui. Non, je n’arrivais pas à comprendre et d’une certaine manière blessée dans mon égo. Moi seule méritais le privilège d’être aux côtés de mon Roi, moi et moi seule. Pas cette humaine, pas même Belle. J’aurais une place à ses côtés ? Certes, mais laquelle ? J’allais être reléguée pour la gloire d’une humaine. Je ne supporterais pas obéir à une humaine, ni ne pourrait supporter la voir avec mon Roi. Ce serait plus fort que moi. Une nocturne oui… Mais pas une humaine, non pas une humaine en compagne. En jouet, bien entendu, et cela est d’ailleurs normal. Une égale humaine n’était pas envisageable.

      Et je me plierais toujours à votre volonté


    J’inclinais la tête d’une manière respectueuse. Que pouvais-je dire d’autre ? Le fond de ma pensée devait rester à sa place, car elle n’était pas objective. J’étais influencée par mes sentiments, et j’en avais conscience. Hors un conseiller conseille comme son nom l’indique et ne donne point son ressenti. Alors je me taisais et fit venir Jana. On lui demanda de tuer le traitre et de le faire souffrir avant bien entendu. Il était bon pour elle qu’elle voit de ses propres yeux ce qu’il pouvait en couter à un des notre de bafouer les lois de notre Souverain à tous. Je n’avais pas pu, depuis que je l’avais recueilli, lui montrer une exécution en bonne et due forme. Ce n’était pas encore le cas, mais ainsi, elle prendrait quand même conscience de ce qui pourrait lui arriver si elle fautait. Je ne pardonnais ni n’était clémente avec personne. Que ce sont mes enfants ou un inconnu, si on allait contre mon Roi, la sentence était la mort. D’ailleurs, je devrais la punir. Elle ne m’avait pas assez bien écouté. Son poignet fumant au contact de l’argent en était la preuve. Heureusement lui avais-je demandé au préalable d’ôter sa tenue. Il n’était pas concevable qu’elle abime sa toilette. La robe dont je lui avais fais cadeau ce soir était une de mes tenues, que j’avais fait ajusté spécialement pour elle. Je lui avais fait un présent certes, mais Jana devait comprendre qu’elle devait en prendre soin. Rien n’est gratuit ni facile sous son toit après tout.

    Pendant que ma jeune vampire était occupée auprès de notre nocturne condamné, j’avais pris place derrière mon Seigneur. J’avais posé mes mains sur ses épaules, le massant délicatement. Tout contact avec lui était bon à prendre je lui l’accorde. Il n’était pas rare que mes doigts viennent dénouer son cou et son dos. Je constatais qu’il était fort préoccupé, plus que d’habitude. Sans doute un problème dont j’ignorais encore l’existence avait attiré son attention et lui causait des tracas. Je me demandais même si cela n’était pas lié aux récents rapports que nous avions eut du Japon. L’Etat là bas n’était pas au beau fixe, et le shérif semblait oublier quelle était sa place. Ses paroles me firent cependant sourire, et je lui répondit d’ailleurs

      Une nuit ? Qu’il est cruel de votre part que de ne m’accordait que si peu de temps… Non pas qu’il faudrait plus de temps pour vous… détendre. Mais quelle déception de ne pouvoir le faire qu’une seule nuit…


    Oui je suis aguichante et alors ? Il n’y a pas de mal à cela, bien au contraire. D’ôtant plus qu’il me fallait bien attirer les pensées de mon Roi, qui semblait apprécier le corps de Jana. Je pouvais le comprendre. Elle était bien faite, et proportionnée mais moins belle que moi bien entendu. Personne, aucune femme, aucune vampire ne pouvait m’égaler. C’était une certitude ancrée en moi qui me jouerait surement des tours un jour ou l’autre. Ce n’était point ma faute, mais celle de mon Roi. Il m’avait insufflé une grande confiance en soi, et cette dernière passait bien entendu par mon physique et ma puissance également. Je laissais mes mains glisser sur le dos d’Augustus quand il se leva pour aller jusqu’à Jana. Il lui fit un compliment, avec lequel je n’étais pas totalement d’accord mais je me tus. Il l’inculquait et c’était un honneur pour elle, comme pour moi. Je m’approchais d’eux, restant tout de même quelques pas derrière mon Seigneur.

      Prometteuse certes, mais qui a encore beaucoup à apprendre…


    J’avais regardé Jana en disant cela. Mon regard était ancré dans le sien, distant et froid, comme mon ton. Ce n’était pas un compliment, mais un reproche. Elle n’avait pas assez fait attention, et elle devait comprendre que cela ne pouvait pas se reproduire. M’adressant cette fois-ci à mon Roi, j’enchainais…

      Permets moi mon Roi de vous réserver ce dernier à vous et à vous seul cette nuit. Jana s’est blessée, et je ne puis la récompenser pour cela.


    J’appliquais les mêmes méthodes qu’il avait appliquées pour mon éducation. Ne m’avait-il pas apprit que l’on ne devait pas laisser passer la moindre erreur ? Cependant, il m’avait donné un ordre, et je ne pouvais pas lui désobéir. Ainsi vins-je jusqu’à lui

      Je suis toute à vous et votre humble servante… Si votre désir est que notre sang nourrisse cette jeune vampire, je ne peux qu’assouvir ce dernier. Puis-je cependant vous demandez de me faire l’honneur d’être le premier à apposer vos marques sur moi ? Puis-je vous demandez de faire l’honneur à Jana de lui enseigner comment mordre un immortel ?


    J’étais bien décidée à donner un peu de mon sang à Jana, mais je ne voulais ni me mordre, ni la laisser me mordre. Il n’existait qu’une seule personne qui avait ce droit sur moi, et c’était mon Roi. Je ne laissais personne d’autre que lui laisser des marques de crocs sur mon corps. J’avais d’ailleurs l’honneur d’être la seule à pouvoir apposer mes marques sur lui. C’était le plus grand honneur qu’il pouvait me faire. Nous avions pour habitude qu’il me morde le cou, ou l’intérieur des cuisses. Jana était trop jeune, trop dominée par le sang pour que je la laisse s’abreuver de moi au niveau de ma clavicule. Surtout que je ne lui faisais pas assez confiance pour lui exposer mon cou. Offrir un poignet ou un bras à mon Roi aurait été une insulte. Ainsi, relevais-je ma robe sur ma jambe droite, et fit glisser mon bas jusqu’à mon genou, pour qu’il ne soit ni abimé, ni gênant.

      Viens jusqu’à nous Jana. Soit attentive je te prie. Il ne t’est point permis de m’écorcher.


    Dès que mon Roi retirerait ses crocs de ma chair, ma plaie se refermerait. Ne serait visible que deux nouvelles fines traces de morsure. Mon nouvel enfant devra prendre soin de ne point se tromper, car je ne lui pardonnerais pas l’affront d’abimer mon corps. J’étais d’ailleurs sure que mon roi ne serait point satisfait lui aussi.


_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   Jeu 24 Mar - 0:15

Augustus se leva doucement de son fauteuil, il m’applaudit doucement. A ce point ? Je m’étais blessée, Krystel m’en tiendrait rigueur. Cela m’aurait étonnée de ne pas me faire mal comme Krystel, j’étais plus jeune. Certes, j’étais une bonne élève mais pas aussi meilleure que Krystel. L’élève n’avait pas encore dépassé le maitre. Ce n’était pas grave, je me remettrai de cette blessure qui laissera une vilaine cicatrice sur ma peau. Il sourit, avais-je fais ce que l’on attendait de moi ? Le roi des vampires s’avança vers moi, et il posa sa main sur mon bras. Les conseils d’Augustus étaient très précieux, c’était lui le maitre de Krystel. Je me devais de l’écouter, et de lui obéir. Si je réussissais ce qu’ils me demandaient de faire, il me considérerait comme sa petite fille. Membre de la même lignée. C’était un véritable honneur pour moi car tout le monde n’avait guère cette chance. Chance qui m’était offerte à moi et à personne d’autre. Je devais en être digne. C’était Je ne faisais pas vraiment à l’idée d’une famille d’adoption, mais avec le temps je m’y ferai ! Je répondis à ses « conseils » par un signe de la tête en signe de ma compréhension.


Le sang de Krystel ? L’idée ne m’avait jamais traversée l’esprit. Trop de respect et de discipline, pour avoir l’audace de boire le sang de Krystel. Mais s’il mettait offert comme récompense, je ne pouvais pas refuser. Krystel s’approchait de nous, fidèle à elle-même elle donna son avis « j’avais encore beaucoup de chose à apprendre ». J’étais d’accord avec elle néanmoins, je faisais de mon mieux pour être la plus parfaite possible, à ses yeux – mais cela ne suffisait pas. J’attendais le moment où j’allais quitter le nid pour voler de mes propres ailes avec impatience. Je ne voulais pas la décevoir. Moi aussi je voulais sortir seul et être libre de mes mouvements. Même si je ne serai jamais libre étant au service de Krystel et qui plus est, totalement dévouée à sa personne. Je serai pour toujours enchainer à elle, comme les chaines d’argent qui retenaient Anthonof. Elle m’avait sauvée la vie, et pour cela je me devais de lui en être toujours reconnaissante.


En me disant ces quelques mots, le regard perçant de Krystel s’était ancré dans mes prunelles. Un regard terrifiant et froid. Je baissai les yeux en signe de soumission. Je ne voulais pas lui tenir tête et je savais que j’avais encore beaucoup d’effort à faire. Si le roi voulait me récompenser, Krystel n’était pas du même avis loin de là … Parce que je me suis blessée, je ne devais pas avoir de récompense. Ne pas avoir ma récompense n’était pas très grave à mes yeux. Ce que je ne voulais pas : les décevoir, ou encore être puni. L’épisode de Prague n’était que des petites brides dans ma mémoire mais c’était toujours très marquant, et traumatisant. Je ne voulais plus être violenter de la sorte, c’était pour cela que j’avais un peu de mal à me faire à cette « nouvelle » nature de vampire et encore plus de faire du mal à d’autres vampires. D’un côté, oublier le passé me permettait d’avancer sans me soucier de mon passé d’humaine et cela était mieux ainsi. Aucune n’attache, car ce souvenir du passé m’aurait certainement empêchée d’avancer et d’accepter aussi facilement ma nature de vampire.


Krystel accepta de me faire l’honneur de la mordre après Augustus. L’épreuve me semblait très facile comparé à tuer un immortel – boire le sang de Krystel. Planter mes crocs, là où Augustus allait planter ses crocs. Certes, l’endroit qu’elle avait choisis l’intérieur de ses cuisses était, pour moi, un endroit inhabituel. Mais je suivrai l’exemple donné par le roi, et tout ce passera bien. Rien pour me blesser. Aucunes chaines en argent. Aucune vilaine robe à salir. Je m’approchai de Krystel et d’Augustus, j’allais être extrêmement attentive. Me faire avec des chaines en argent était une chose ! Écorcher Krystel avec mes crocs en était une autre, et ça elle ne me le pardonnerait jamais. Que je blesse ma peau, ce n’était pas grave – c’était ma peau ! Mais la sienne… elle aurait été complètement défigurée même à cause d’une morsure à l’intérieur de sa cuisse. J’attendais, les yeux grands ouverts pour voir comment aller s’y prendre le roi des vampires. Je devrais mordre Krystel au même endroit sans me tromper. Si je plantais mes crocs un millimètre plus loin, j’étais certaine que Krystel m’en tiendrait rigueur. Le moindre petit détail insignifiant aux yeux du monde apparaissait comme le plus important à ses yeux. Je ne me tromperai pas. Je m’appliquerai et tout se passerai bien. Je ferai parti de la même lignée que le roi des vampires, et Krystel serait fière de moi et ne regretterai pas de ne pas m’avoir laissée mourir quand elle en avait l’occasion.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   Lun 28 Mar - 0:32

    Je pensais de plus en plus à officialiser la position de Krystel auprès de moi. Titre, union, ou quoi que ce soit qui puisse rendre justice à son travail et à sa dévotion à mon encontre. De toute évidence, je n'avais que trop tardé à ce sujet. J'avais toujours été plus prompt à punir mes ennemis qu'à récompenser mes alliés. Oh, bien sûr, terres et responsabilités étaient des récompenses que j'avais pu distribuer de façon quasi-dispendieuse, mais il n'était absolument pas certain que cela suffise éternellement. Et ce n'était pas le genre de choses après laquelle courrait Krystel, oh non, loin de là. Elle s'était toujours attachée à ma personne, et uniquement à moi. Je ne pouvais pas faire tarder plus longtemps que ça sa récompense. Il faudrait que je songe à la chose la plus appropriée pour lui faire preuve de mon affection et de ma reconnaissance pour elle. Ses sous entendus étaient à peine voilés. Elle prenait un plaisir évident à la perspective de la nuit que nous allions passer ensemble et durant laquelle elle pourrait me délasser, mais elle ne pouvait s'empêcher de me demander plus. Son outrecuidance n'avait d'égale que sa proximité, et il me semblait clair qu'il n'y aurait jamais qu'elle à qui je laisserais la chance d'autant de proximité. Elle cherchait encore à me séduire. Vilaine petite vampire, son propre père... N'avait elle donc aucune retenue? Ce n'était pas pour me déplaire quoiqu'il en soit, et je lui répondis d'un air entendu.


    Tu as déjà toute une éternité de nuits à passer avec moi, cela ne te suffis donc plus? Il faudra que je pense à te rétribuer d'une autre manière pour tes services, un jour ou l'autre, tu me feras mourir d'épuisement... Nous rediscuterons en privé de cette récompense, après que tu aies fini ce que tu viens de commencer, ma douce.


    Je sentais la réprobation à peine audible de Krystel derrière nous. Elle me faisait rire, et je ne me gênais pas de sourire. Il me semblait clair qu'elle se montrait encore et toujours dure avec sa pupille, mais je savais que cela profiterait à la jeune Jana plus tard. L'éducation stricte que lui inculquerait ma suivante lui permettrait sans nul doute de survivre bien plus longtemps que l'immense majorité de ses congénères, et je ne voulais pas saper l'autorité de Krystel sur son apprentie. J'acquiesçais donc à ses propos, propos qui recueillaient également tout mon assentiment. Il ne fallait pas faire preuve de la moindre faiblesse envers sa progéniture, au risque de voir celle ci disparaître en fumée, ou de la voir nous poignarder à notre tour pour prendre notre place.


    Tu as raison. Elle n'en est qu'à sa première année de renaissance, si ma mémoire est exacte. Mais prometteuse tout de même. Rares sont les vampires à accomplir quoique ce soit dans leur première année, à part courir la gueuse et chercher les ennuis. Celle ci m'a l'air correctement dressée, mes compliments.


    Je détectais immédiatement la réprobation de Krystel. Une fois encore, elle fit preuve de son habituelle diplomatie. Elle remettait mes ordres en question mentalement; je la connaissais suffisamment pour le savoir, d'autant plus que je pouvais le sentir. Elle ne se gêna pas pour me le dire, mais je n'étais pas de cet avis. Le roi, c'est moi. Et je comptais également faire de Jana un outil politique. Sachant qu'elle aurait été touchée si rapidement par ma grâce, cela signifierait clairement à Morgane et à William qu'il leur faudrait faire leurs preuves au plus vite à mes services, de peur d'être supplantés d'ici quelques décennies dans la hiérarchie de mon aristocratie vampirique. Je fis taire Krystel d'un seul regard, et elle se reprit correctement en disant qu'elle voulait que je commence par apposer ma marque sur elle. Le mit la forme bien entendu, dans la proposition qu'elle me fit. Mais je ne la trouvais pas mauvaise en soi. J'avais envie de Krystel, et Jana avait beaucoup à apprendre. Krystel appela Jana à elle en me présentant sa cuisse. Des instincts typiquement masculins m'étreignirent l'âme immortelle, et je me portais naturellement à la portée de krystel. Je murmurais quelques mots qu'elle seule pourrait entendre.


    Fais ce que je t'ordonne sans discuter, femme. Tu seras récompensée bien assez tôt, et je pense que tu as suffisamment appris à avoir confiance en mon jugement, non? Jana sera notre meilleure alliée au sein de cette noblesse qui veut prendre me liquider et prendre ta place au passage.


    Elle aurait compris le message. Je n'excluais pas le côté affectif au sein de ma lignée, pas le moins du monde. Mais chaque individu y avait sa fonction. Krystel me secondait et accomplissait les missions les plus délicates qui soient. Je me tournais vers Jana.


    Boire le sang d'un autre immortel te rendra plus forte, à court terme déjà. Tu seras plus vive, plus forte, plus éveillée au monde qui t'entoure. A long terme aussi, car tu obtiendras à chaque fois une partie de la mémoire et des attitudes de l'immortel dont tu auras bu le sang. En buvant celui de ta mère, tu connaîtras petit à petit son histoire, ses sentiments, et aussi sa puissance. C'est une très importante marque de respect, de boire le sang d'un aîné. Tu dois le prendre comme l'insigne honneur qui t'es fait par ton seigneur et maître. Biens, maintenant, regardes.


    Je m'abaissais gracilement, mit un genoux à terre. Je pris la main de Krystel, et la posa sur ma tête. Puis, je sortais mes crocs. Doucement, j'embrassais la peau de l'intérieur de la cuisse de ma seconde, remontant doucement vers son intimité. Je me stoppais à une distance tout juste convenable, et croquais sa chair d'un coup de dent. Ma peau perça la carapace de sa peau, et son sang inonda mes dents et mes gencives. Je fermais les yeux, alors que mes mains se mirent naturellement de l'autre côté de sa cuisse pour approfondir le mouvement. Je goûtais encore et encore, avant de finalement me retirer, alors que la soif de sexe menaçait de me submerger. Une gorgée de plus, et j'aurais fait une orgie du corps de Krystel et de celui de Jana.


    A toi, et fais attention à bien te retenir. Sinon, tu sauteras sur le premier individu venu pour assouvir ta soif de sang et de sexe.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   Dim 3 Avr - 15:16


© Fragile Dreams | © Kanala | © nephykins

      Vous devriez savoir que cela ne me suffit pas en effet. Je n'aspire qu'à vous servir et qu'à me tenir à vos côtés. Nuits, et jours si je le pouvais…


    Je me contentais de répondre ceci, de manière on ne peut plus sincère. Les autres hommes qui pouvaient me tenir compagnie n'étaient là que pour me tenir compagnie. Je me fichais complètement d'eux, car il n'y avait qu'Augustus qui comptait. Il était mon créateur, mon maitre, celui pour qui, finalement, j'arpentais les nuits. J'étais tout à lui et je le serais toujours. N'allez pas croire que je suis un simple objet dans ses mains, loin de là. Ma dévotion pour lui ne me rabaisse pas au rang de quelque chose d'inanimé que l'on peut manipuler à sa guise. J'avais toujours eu mon mot à dire et j'étais libre de mes actions. C'est d'ailleurs ce qui faisait la force de ma relation avec le Roi. Il m'accordait la liberté dont j'avais besoin, me laisser penser et agir par moi-même, et s'assurais ainsi de ma totale dévotion. Ma position de Maitre vampire, je ne la devais qu'à moi, et non pas de part le statut de mon créateur. J'avais gravie les échelons, surmonter les obstacles qui s'étaient dressés devant moi, seule et sans mon Roi pour m'aider. J'avais gagné ma position à la loyale, sans piston, et c'était tout ce qui faisait ma puissance. Ce principe, je l'avais inculqué à mes enfants, et je comptais bien le faire comprendre à Jana. Pas de traitement de faveur. Elle sera toujours traitée comme tous les autres vampires et sa réussite n'en sera que plus brillante. Même, on pouvait dire que je me montrais plus dure avec elle que de simple subordonné. J'attendais beaucoup d'elle et elle le savait.

    Ainsi n'hésitais-je pas à lui faire comprendre son erreur. Elle avait été blessée, elle s'était laissée distraire et si cela n'avait tenu qu'à moi, elle aurait été punie. Mais mon Roi en pensait autrement, et je ne pouvais que m'incliner. Cela ne m'empêchait pas pour autant de donner mon avis, bien que je la laisserais tout de même ma nouvelle enfant boire mon sang. J'inclinais la tête aux compliments de mon maitre concernant l'élevage de la jeune vampire. Elle n'était pas parfaite et avait encore de nombreux efforts à faire, mais il était vrai, et je me devais de le reconnaitre, qu'elle n'était pas comme tous les jeunes vampires. Je lui avais inculqué une maitrise de ses sens, et bien qu'elle n'était pas parfaite, Jana ne passais pas son temps à courir après tous les humains qui se présentaient à elle

      Je vous remercie mon Roi, mais je ne fais qu'appliquer ce que jadis vous m'avez enseigné. Je n'ai aucun mérite quand aux méthodes employées


    J'inclinais légèrement la tête, en signe de respect, avant de me tourner vers mon enfant. Elle avait encore beaucoup de choses à apprendre… Mais tout viendrait en temps et en heure. Pour l'instant, je me devais de l'initier au sang de vampire. Elle était trop jeune à mon gout, pour y gouter, mais Augustus pensait le contraire. Je n'avais pas, je l'avoue, confiance en la capacité de Jana, de s'arrêter à temps. Je suis puissante, c'est une réalité. Et mon sang l'est tout autant. Il est enivrant pour toute personne qui viendrait à le gouter, encore plus pour un jeune vampire. Il n'y avait qu'une personne avec qui je le partageais, et cet homme se trouvait dans cette pièce. Même William et Morgane ne l'ont jamais gouté. Ils ont bien sur bus du sang vampire d'un être qui leur été supérieur, mais jamais le mien. Jana avait beaucoup de chance que notre Roi lui en fasse le présent, beaucoup de chance… Je n'aimais pas le ton que prit mon maitre avec moi, et plus particulièrement de "femme" assez rabaissant, mais je gardais le silence. Il se tournait vers Jana, et commence de nouveau à lui donner une leçon alors que je relevais ma robe, exposant mes cuisses, et les traces qu'avait déjà laissées mon créateur. Ce dernier s'abaissa gracieusement devant moi, se mettant en position adéquat pour apposer une nouvelle fois ses crocs dans la chaire. Quand ses lèvres se posèrent sur ma cuisse pour m'embrasser, je sentais monter en moi une grande envie de luxure. Cela faisait plusieurs jours que je n'avais pas partagé la couche de mon maitre, beaucoup trop de jours si vous voulez mon avis. Il savait très bien en plus ce qu'il provoquait en moi, et c'était une véritable torture de ne pas pouvoir en profiter pleinement. Ses crocs finirent par percer ma peau. Ce n'était pas du tout douloureux, mais des plus plaisants au contraire. Je laissais échapper un léger soupir de plaisir, oubliant l'espace d'un instant ma présence de Jana. Il n'y avait plus qu'Augustus et moi qui comptions, et je fus frustrée qu'il s'arrête, retournant à la réalité trop vite à mon gout. Je n'avais pas envie que ce soit la jeune vampire qui me morde, je voulais que ce soit encore mon Roi. Un lien particulier nous unissait et quelque part, je me sentais trahie qu'il m'offre à mon nouvelle enfant. Il lui laissait la possibilité d'en apprendre plus sur moi, et ce n'était pas pour me plaire. Je tournais le regard vers la jeune femme

      Appose tes crocs à l'endroit où vient de le faire notre Roi. Bien que la plaie se soit refermée, ma peau sera plus fragile et plus simple à percer. Quand mon sang coulera dans ta bouche, il te faudra tout de suite te retirer, si tu ne veux pas perdre totalement le contrôle de toi-même.


    Des dernières recommandations avant de la laisser poser ses canines sur moi. Un vampire incontrôlable était le pire fléau qu'il soit, et je n'avais pas envie de devoir arracher de force Jana. Pourquoi? Parce que cela laisserait une vilaine marque tout simplement et que je ne voulais pas qu'elle me défigure. Une beauté telle que moi ne pouvait pas être dégradée par quelqu'un d'autre. Malheureusement c'était ce qu'il allait arriver. Ca ne faisait pas de doute à mon esprit. Elle était si jeune, et mon sang était trop puissant. Il m'avait fallut près de trois tentatives avant d'arriver à me contrôler lorsque j'avais bu le sang de l'ancien conseillé de mon Roi, alors que j'avais déjà plusieurs années vampiriques derrière moi.


_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   Dim 10 Avr - 0:54

Si sa mémoire était exacte… la mienne était un amas de brouillard et de vide. Le néant absolu et pourtant j’avais du avoir une vie avant. Avant ma renaissance comme venait de dire Augustus. L’immortalité s’offrait à moi, à moi d’en faire bon usage. Une seconde chance ? Je ne prenais cela comme tel. Dressée… Comme une poupée désarticulée, une marionnette or ce n’était pas moi qui tirais les ficelles. Je n’avais jamais tiré les ficelles lors de cette renaissance. Je ne me souvenais même plus quel fût mon avis sur les vampires lorsque j’étais humaine, surement négatif ! C’était néanmoins un honneur d’avoir les compliments du roi des vampires, tout le monde n’avait pas cette chance. Augustus se mit près de Krystel et lui murmura quelque chose que je ne pu entendre et que je ne cherchai pas à entendre. Les discussions entre le roi des vampires et Krystel ne me regardait en rien. Je n’étais qu’un pion sur l’échiquier, on me mettrait au courant et on irait me quérir si jamais ils avaient besoin de moi. Krystel ne se gênait pas pour dire ce qu’elle pensait haut et fort donc j’étais certaine que si je devais savoir, je le saurai bien assez tôt. Le petit pion que j’étais, n’avait jamais cherché à se rebeller. J’étais sous la protection de Krystel, j’avais un toit et pour le moment cela me comblait. Il ne m’en fallait pas plus. Me souvenir du passé était une chose qui me faisait peur, j’étais effrayée de découvrir ce qu’il se cachait derrière Jana Pfeiffer. Je préférais ne pas me souvenir plutôt que de souffrir d’un passé décevant ou d’au contraire un idéal perdu…


Le roi des vampires se tourna vers moi, et m’expliqua les conséquences que tout ceci aurait. J’écoutai attentivement ces recommandations, l’enseignement d’Augustus était un plus à mon éducation, tout ce qu’il m’apprendrait serait bon à retenir. Après-tout, il était le roi. J’acquiesçai d’un signe de tête pour montrer que j’avais compris les conséquences qu’aurait mon acte. J’étais attentive à tous les faits et gestes que faisait mon roi. Il ne fallait pas que je fasse la moindre erreur. Lui n’en avait fait aucune… Il avait su s’arrêter à tant. A ce moment-là, je n’étais pas sûre de pouvoir faire pareil. Krystel me donna à son tour ses ordres, elle ne souhaitait pas être « défigurée ». J’eus un instant d’hésitation, cet instant me parut être une éternité. Je fermai les yeux pour me concentrer. Je prenais mon temps, qu’importe… valait mieux ça plutôt que de faire un faux mouvement ou que sais-je encore qui aurait pu déplaire à mes supérieurs. Je me mis près de la cuisse de Krystel, mon visage prêt de là où il y avait les deux marques de crocs que le roi avait fait juste avant. Dés que je sentirais les gouttes de sang dans ma bouche, je me retirerai. Vu comme ça, c’était facile.


Je sortis mes crocs, et je pris soin de bien apposer mes crocs au même endroit que l’avait fait mon roi. En effet, comme l’avait dit Krystel sa peau se perça sans difficulté. Les premières gouttes de sang eurent à peine le temps de toucher ma bouche que je m’étais déjà relevée, me retrouvant au fond de la pièce, la tête contre le mur. Je comprenais pourquoi j’avais eu droit à tant de recommandations. J’avais à peine goutté le sang de Krystel que j’avais compris, et cela me suffisait. Je mettais retirer tout en douceur en tout cas, je ne pensais pas l’avoir abimé mais j’étais certaine que Krystel trouverait quelque chose à me reprocher de toute manière. Évidemment, est-ce qu’on pouvait prendre une morsure de vampire comme de la douceur ? Ça je l’ignorais mais j’avais fais attention de ne pas l’amocher. En tout cas, j’en ressortais indemne enfin presque. Tout se mélangeait dans ma tête, je ressentais une forte envie de me nourrir, d’assouvir ma soif. Augustus avait dis vrai… Je restai là planter contre le mur, mais c’était soit ça soit j’allais faire une catastrophe. Je me calmai silencieusement, essayant de me concentrer sur autre chose mais me concentrer sur quoi ? J’étais prête à bondir sur tout et n’importe quoi. Ma robe était toujours par terre, au moins je ne l’avais pas salie. Même si, je n’étais pas restée longtemps près de Krystel, j’espérais avoir réussis ce que l’on me demandait. J’avais pu m’arrêter avant de ne plus pouvoir.


Dernière édition par Jana Pfeiffer le Lun 18 Avr - 23:56, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   Jeu 14 Avr - 14:43

    L'envie, le désir charnel de Krystel, fut décuplé par l'apposition de mes lèvres sur la peau de l'intérieur de sa cuisse. Je pouvais la sentir s'enflammer littéralement à mon contact, et je fus submergé de pensées charnelles et de pulsions réfrénées alors que mon esprit était tout occupé à sonder celui de mon enfant. Bien sûr, connaître, voir et sentir de telles pensées ne firent qu'augmenter mon propre attirance physique et charnelle pour mon bras droit, mais j'avais appris depuis des temps quasi immémoriaux à me contrôler. Cela n'allait cependant pas sans peine; l'odeur de Krystel m'attirait vers elle, et je comptais bien la contenter une fois ce petit concile terminé. Le soupir que laissa échapper ma vampire ne fit qu'exacerber toutes ces pensées impures qui m'habitaient alors que je continuais ma besogne, buvant chaque goutte de son sang que je pouvais ingurgiter. Quand j'eus terminé, je fus frappé par le retour mental de la frustration de Krystel. Celle ci était de toute évidence dérangée par le fait que je doive arrêter ce petit jeu sans avoir eu l'occasion de le mener à terme. Patience ma douce, cela sera bientôt ton tour, crois moi. Je me retirais légèrement en arrière, léchant le contour de mes lèvres pour récupérer la moindre gouttelette du sang de Krystel, de sorte à ne pas perdre la moindre source de puissance et de sensation. En fait, cela pourrait carrément être considéré telle une drogue, sans le moindre problème.


    Jana s'exécuta en silence, se positionna à la place que j'occupais quelques instants plus tôt. Deux femmes vampires qui se mordent est quelque chose de terrible sensuel, et sexuel aussi même quelque part. Je me sentais d'autant plus stimulé que les deux vampires en question disposaient de la beauté et de la magnificence caractérisée de notre lignée. A peine la jeune vampire issue de ma fille vampirique avait mordu dans la plaie de Krystel qu'elle goûta son sang. La déflagration de sensations se ressentit même là où je me trouvais, et je la vis se retirer très vite, presque haletante. Comme si elle était submergée par les sensations. Son regard et ses pupilles dilataient me firent rire, et j'applaudis des deux mains, particulièrement amusé par la situation. Jana venait d'être confronté à l'équivalent d'une cuite humaine pour les vampires; elle allait se retrouver totalement désinhibée des heures durant, multipliant par là ses capacités et ses aptitudes de vampire. Elle allait avoir besoin de sang, probablement aussi de sexe et de violence. Je ris de plus belle, claquant deux coups secs dans mes mains, ce qui provoqua l'intrusion de deux esclaves humains. Je me tournais vers Jana.



    Tu fais véritablement partie de la famille, désormais. Maintenant, je vais discuter un peu avec ta mère, j'ai besoin de lui parler de choses en privé. Je te conseille de monter dans ta chambre mon enfant. Prends donc ces deux esclaves humains, n'hésites pas à étancher tes appétits sur eux, surtout. Tu verras bien vite à quel point cela peut être bon. Quoiqu'il en soit, je suis ravi de te rencontrer, et espères te revoir très vite, mon enfant.


    Je me retournais vers Krystel


    Bien sûr, je te remplacerais très vite tes deux esclaves dont je viens de te priver. Je ne les aimais guère, et avec ce que j'ai à te dire, tu conviendras comme moi qu'il s'agit d'un bien moindre mal.


    J'attendais quelques instants que les deux esclaves humains proposent leur bras à Jana pour la soutenir au cas où celle ci aurait du mal à se mouvoir correctement après l'ingestion d'une drogue aussi dure pour son âge. Je savais que les esclaves rempliront bien leur office, et la porte fut refermée devant le petit cortège. Seuls, je me retournais finalement vers Krystel, m'approchais d'elle et l'embrassais avec une telle force, une telle vigueur et un empressement tel que je lui écorchais les lèvres de mes canines. Finalement, je me détachais d'elle, tapant une fois de plus des mains en trois coups cette fois ci. Un vampire en tenue d'apparat entra avec un coussin de velours, et une petite couronne d'or blanc, feuilletée d'argent sur le dessus. Il s'agissait d'un simple cercle de métal précieux, avec un ornement sur le devant en forme de tête de chauve souris, encadrée de deux ailes dirigées vers le haut.


    Voici la récompense à laquelle j'avais pensé pour tous ces siècles de bons et loyaux services. Acceptes tu l'honneur de t'unir à ton roi, Krystel Raybrandt, duchesse d'Oxford et Grand Maître de la nation vampire?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   Jeu 14 Avr - 20:31


© Fragile Dreams | © Kanala | © nephykins

    Les crocs de Jana ne restèrent pas bien longtemps dans ma chaire. Quelques secondes, tout au plus. Ce lapse de temps avait suffit à mon nouvel enfant pour gouter ma puissance et se retirer aussitôt avant de perdre le contrôle d'elle-même. Je l'avais prévenu de toute manière bien avant qu'elle ne vienne gouter à mon sang. Elle est jeune très jeune, et ma longévité avait tout de suite eut un impact sur elle. Temporairement ses sens seraient plus en éveilles, comme sa faim. Elle gagnait également de la force et il lui faudrait en faire bonne usage. Si nous n'avions pas été dans ma demeure, j'aurais catégoriquement refusé de lui faire partager ce côté de moi. Ici, elle ne craignait rien. Peu importait le nombre d'humain qu'elle tuerait, je n'en avais que faire. Ils étaient trop facilement remplaçables pour que je m'en inquiète. Ma pupille pouvait se laisser à une orgie de sang et de luxure si cela lui disait. Ce n'était pas moi qui dirais quelque chose, bien au contraire. Cela faisait partie de son apprentissage.

    Notre Roi l'applaudit dans un premier temps, avant de reprendre la parole. Quand à moi, je replaçais mon bas, et ma robe au dessus, ayant bien pris soin à vérifier que ma plaie s'était refermée et ne tâcherait pas mes vêtements. Sans un mot, sans un bruit, j'allais jusqu'à la robe que Jana avait laissée au sol et la ramassait pour la poser sur le dos d'un des fauteuils. Autant tuer un humain ne me dérangeait pas, autant salir ou abimer une robe me déplaisait énormément. Je comptais d'ailleurs demander à mon enfant de soit la remettre, soit la ramener dans sa chambre pour la conserver au mieux. En fait non, je demanderais à un de mes subalternes de le faire. Vu l'état de Jana, elle ne serait pas capable de prendre soin d'un vêtement aussi couteux et ancien. J'ouvrais ainsi la porte de la pièce et fit signe à une des garde de prendre la robe. Elle saurait quoi en faire, ce n'était pas la première fois qu'elle était chargée de s'occuper d'un vêtement. Deux esclaves entrèrent au claquement de doigt de mon Roi, alors que je reprenais place sur un des fauteuils de la pièce. Il offrit ses derniers à Jana, avant de se retourner vers moi et de me dire qu'il les remplacerait. Il précisa qu'il ne les aimait guère, ce qui ne m'étonnait point. Les deux hommes qui étaient entrés étaient des présents d'un autre maitre vampire. Un français, qui pensait ainsi acheter mes faveurs en me donnant de tel présent. Je m'étais amusée avec eux une ou deux fois avant de les laisser de côté. Cela devait bien faire trois mois maintenant qu'aucun vampire ne les avait touchés. Avant que Jana ne s'en aille, je lui pris le bras et lui dit :

      Deuxième porte à gauche… Amuses toi bien Jana et profite du présent que nous t'avons fait.


    Je lui fis un léger sourire mystérieux avant de la laisser partir et de porter mon attention vers mon roi. La pièce que je lui avais indiquée était une salle de torture. Elle y trouverait des cages, des instruments divers et variés, des chaines, des armes à feu et même un grand lit. Bref de quoi se faire plaisir pendant un bon moment.

    Quand nous fumes seuls, mon roi vint jusqu'à moi, portant ses lèvres avec fouge et force qui les miennes. Ses crocs écorchèrent ma bouche pour mon plus grand plaisir. Ma langue venait trouver la sienne, alors que mes mains passés sous sa chemise, caressant avec avidité son corps. Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas eu l'occasion d'avoir mon Roi juste pour moi, et je comptais bien en profiter. Mais une nouvelle fois, il se détacha de moi, comme pour me frustrer de plus belle. Avais-je commis une erreur pour qu'il me punisse ainsi? Il savait très bien quel effet il me faisait et que sa morsure m'avait mise en haleine. Il jouait avec moi, et ce n'était pas pour me plaire. Il tapa trois fois dans ses mains et un vampire entra dans la pièce. J'arquais un sourcil. Que venait faire ce dernier ici? Il était habillé de manière plutôt sophistiquée et tenait dans ses mains un coussin sur lequel se trouvait une couronne que je connaissais très bien. C'était un des objets les plus précieux que possédait mon créateur, et il me l'avait confié déjà une fois pour que je la fasse expertisée et assurée. J'en avais également fait une copie qui trônait dans son manoir, histoire de tromper tout voleur qui voudrait s'en emparer. La vraie se trouvait dans un coffre fort que seul mon roi pouvait ouvrir, ce dernier étant fait argent pur.

    J'attendais sans dire de savoir ce que l'homme attendait de moi. Sans doute avait-il une nouvelle mission à me confier concernant cet objet si précieux. Quelle fut ma surprise quand je compris que ce n'était pas le cas. Et cette surprise put se lire sur chaque trait de mon visage. Ce qu'il venait de me dire, je l'avais déjà par le passé imaginé quelques secondes avant de reprendre mes esprits. Je n'étais pas digne de mon Roi. Il était mon créateur, mon supérieur, mon Roi, et ma mission était de veiller sur lui. Un tel honneur… Non je n'en étais pas digne. Je m'agenouillais tout de suite à ses pieds, baissant la tête vers le sol, en signe de grande soumission.

      Je ne suis point digne de l'honneur que vous me faites mon Roi. Et pouvoir vous servir n'est la seule chose auquel je puis aspirer.



_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   Lun 18 Avr - 23:56

J’avais réussis avec brio ce que le roi des vampires m’avait demandé. Ça allait, j’étais contente de moi mais j’avais envie de mordre la première créature qui me passait sous la main. Tous mes sens étaient en éveille. Je serai plus forte comme l'avait dit Krystel pour un temps seulement. C'était mieux ainsi, j'étais jeune et j'étais consciente de ne pas toujours réfléchir avant d'agir. Il valait mieux que mes forces soient réduites. Augustus rigolait, ça le faisait rire ?!! Il tapa deux fois dans ses mains, deux esclaves entrèrent. Je restai là où j’étais, sans bougée. J’allais faire un massacre. Augustus me dit que je faisais véritablement partie de sa famille, cette pensée me fit très plaisir. Quel honneur ! Tout le monde n’avait pas cette chance, et c’était moi qui avais été choisis. Je faisais partie de la lignée royale du roi des vampires. Je prenais de l’importance dans le monde des vampires. Ma récompense de la part d’Augustus fut deux esclaves humains, je leur jetais un bref coup d’œil. Je n’allais en faire qu’une bouchée de ceux-là. Je me retournai vers Augustus et je saluai. Je baissai la tête en m’inclinant. Moi aussi j’avais été ravi de le rencontrer.


    « Merci mon roi. Ce fut un honneur pour moi de vous rencontrez. »



Une autre servante entra sous les ordres de Krystel pour ma robe que j’avais portée juste un court moment. Tant de préparatifs pour si peu de choses. Mais au moins, j’avais à peu près réussis ce que l’on m’avait demandé. J’espérais que Krystel soit fière de moi. J’avais redouté cette première rencontre avec le roi. Finalement, cela c’était mieux passé que ce que j’avais imaginé. Je redoutais le pire. Avant que je parte, Krystel m’attrapa le bras. J'eus peur qu'elle ne soit pas satisfaite. Qu'elle me reproche encore ma précédente erreur. Elle ne me dit rien sur ma prestation, j'espérais qu'elle était fière de sa protégée. Apparemment oui... Elle m'offrit une récompense comme l'avait fait précédemment le roi des vampires. Elle m’indiqua où je devais aller. J’ignorais ce que contenait la deuxième porte à gauche mais je serais rapidement fixée. Je lui fis un signe de la tête pour lui montrer que j’avais compris. Elle me lança un sourire mystérieux. Je sortis comme j'étais venue. J'imaginais bien de quoi aller parler Augustus avec Krystel ... Tiens. Les deux humains m’aidèrent à sortir de la pièce en me tenant par le bras. Je n’avais qu’une seule envie les croquer. Augustus n’aimait guère ces deux esclaves humains, ils les avaient tout bonnement sacrifiés. Personne n’était indispensable, il fallait gagner sa place au sein de la hiérarchie et je ne comptais pas laisser la mienne. J’avais appris à m’accommoder avec cette nouvelle nature. J’étais comme ça pour le restant de mes jours alors autant réussir cette nouvelle vie. J’ignorais de quoi était fait mon passé, et je ne le saurai surement jamais. Autant réussir mon présent de la meilleure qu’il soit. Je me laissais faire, je me laissais modeler. Après tout, j’avais tout à apprendre sur le mode de vie des vampires. J’ignorais tout. La moindre erreur n’échapperait pas Krystel, mais moi je me donnais le droit d’en faire. J’étais une jeune vampire, je prenais sur moi et prenais exemple sur les vampires plus anciens qui m’entouraient. Sauf sur Morgane… vu que Krystel m’avait dis de ne surtout pas devenir comme sa fille. J’avais compris rapidement qu’un vampire était cruel et sanguinaire. Je ne pensais pas que mon passé d’humaine avait été comme ça, je me voyais plutôt douce et peut-être même maman qui c’est. Tout cela était du passé… Il fallait que je me concentre sur le futur, et ces deux esclaves qui m’étaient offerts. J’allais pouvoir assouvir ma soif et mon envie de luxure…


Je faisais partie de la lignée royale, désormais !
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   Sam 23 Avr - 15:26

    Je percevais l'appétit incommensurable qui habitait la jeune vampire. Je la voyais véritablement comme ma petite fille; elle était entrée dans la lignée et avait réussit haut la main son test d'entrée; c'est à dire sa rencontre avec moi. Elle m'avait été présentée officiellement et n'avait pas démérité. C'était même tout l'inverse. Elle était sans doute encore un peu gauche et maladroite dans sa façon de tuer. Mais elle avait ça dans le sang. Jana Pfeiffer ferait bientôt partie de mes atouts, j'en étais persuadé. J'hochais la tête en signe de respect alors que la femelle quittait la salle et me saluait avant de sortir. Je sentais bien qu'elle était prête à dévorer et copuler les deux esclaves que je venais de lui attribuer. Elle était une Raybrandt désormais, elle allait probablement très vite s'unir avec le fils de ma propre fille, ce qui renforcerait sans nul doute ses liens avec le monde des morts et avec tout ce qui pouvait lui permettre une ascension sociale fulgurante au sein de la caste dirigeante des créatures de la nuit. Et aussi jeune que malléable, Krystel allait très vite en faire une machine à tuer. Jana avait le potentiel. Krystel avait relevé les imperfections de sa prestation face au dissident qu'elle avait dû exécuter, mais aucun autre nouveau né n'aurait pu autant se contenir en pareille position. J'étais donc confiant pour l'avenir de la pupille qu'avait recueillie Krystel; elle saurait très vite faire ses preuves. Je n'attendais plus que ça, d'ailleurs. Le futur allait lui même nous donner ses fruits, et je savais que cela pouvait être particulièrement gratifiant pour quelqu'un dans ma position. Puis, la porte se referma sur Jana et les humains. Nul doute que les cris de ceux ci se feront bientôt entendre; il me semblait clair que nul ne pouvait échapper aux crocs d'un nouveau né ayant soif de sang et de sexe.


    Krystel n'eut pas besoin de plus d'attention de ma part pour se jeter sur moi à son tour. Je sentais sa langue passer entre mes lèvres, tandis que ses mains passaient sous mes vêtements pour caresser mon corps avec avidité. Elle n'y avait pas été invitée, mais j'avais dans l'intention de la marquer quasiment comme mon égale. Très vite, son titre vaudrait le mien, et nous pourrons bien nous passer des convenances en présence l'un de l'autre. L'entrée de mon serviteur et de la couronne de puissance dans la pièce laissèrent Krystel interloquée; je sentais le doute en elle, ainsi qu'une monstrueuse appréhension. Sans doute n'osait elle pas encore croire que j'étais sur le point de lui demander de se lier à moi, son roi, son dieu sur cette terre. Je souris d'un air un peu paternel alros que je voyais des siècles d'accomplissement sur le visage de mon amante. Je vis avec plaisir la stupeur de peindre sur les traits de la vampire alors qu'elle ne croyait pas encore tout à fait à ce que je venais de lui dire. Sans nul doute était elle trop révérencieuse à mon égard encore pour y croire tout à fait. Elle se jeta à mes genoux, et baissa la tête en parfaite servante soumise et docile. Je pouvais cependant sentir un horrible bouillonnement à l'intérieur de son corps, comme si elle était soumise à de violentes émotions, qui masquaient désormais la lecture que je pouvais faire de son ressenti. Elle me dit qu'elle ne m'était pas digne, et qu'elle n'aspirait qu'à me servir. Nulle vérité plus pleine et entière. Je posais ma main sur ses cheveux, les caressant sensuellement.



    Tu vas continuer à me servir ma douce. Mais en tant que reine. Ainsi l'ais je décidé, pour le peu que tu acceptes. Je me passerais bien de ton avis, mais ainsi doit commencer tout le décorum qui nous verra très vite nous marier.


    Je la redressais ensuite, posant mes mains sur ses épaules pour la tirer vers moi. Debout en face de moi, je plongeais mon regard dans le sien.


    Si tu acceptes de devenir la reine de la nuit, il te faudra prouver ta dévotion à mon égard, moi, ton futur époux. Et je propose cet instant pour cela. Acceptes, Krystel, et tu connaîtras un pouvoir sans limite à mes côtés.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   Jeu 26 Mai - 0:19


© Fragile Dreams | © Kanala | © nephykins

    En cet instant, j'étais on ne peut plus honorée. Même s'il ne s'agissait pas réellement d'une demande de la part de mon Roi, même s'il finissait par retirer son offre de siéger à ses côtés, j'étais honorée. Nombres de femelles vampires vendraient père et mère pour obtenir cette place qu'il venait de me proposer. Certes j'étais son enfant et sa main noire, mais pas une seule fois je ne m'étais imaginée avoir autre rôle. Je n'étais depuis toujours faite à l'idée qu'il prendrait un jour une épouse et que je devrais veiller sur elle. Pas une seule fois il ne m'était venu à l'idée que cette nocturne pouvait être moi. Pourquoi? Parce que mon rôle n'était pas de rester sur un fauteuil à ordonner. J'étais une femme d'action, qui aimait se salir les mains et prendre des risques. Je me montrais prudente envers mon Roi, mais nullement envers moi. Non pour sur, je n'avais pas du tout la carrure d'une Reine des vampires. Mes statuts de conseillère, maitre vampire et exécutrice de mon Maitre étaient amplement satisfaisant. Oui vraiment je ne méritais pas l'honneur qu'il daignait me faire. Je n'étais là que pour le servir. Il était mon Supérieur, et non pas mon égal. Autant mes enfants me doivent respect et honneur du fait qu'ils me soient inférieurs, autant ce n'était point le cas avec Augustus. Je m'étais donc agenouillée devant lui et lui avait fait part de tout cela. Le fait qu'il ai pu penser faire de moi sa Reine ne suffisait amplement. J'aurais du savoir qu'il n'était pas vampire à prendre des décisions sur un coup de tête et à se rétracter ensuite. Pourtant fus-je une nouvelle fois étonné d'entendre ses paroles. Comment ne pas me gonfler d'orgueil? Bon certes le "je me passerais bien de ton avis" n'était pas des plus agréable, mais pour le reste il y a mastercard… Je me relevais quand ses mains me poussèrent à le faire, me retrouvant face à face avec mon Créateur qui de nouveau renouvela sa demande de m'avoir à ses côtés en tant que Reine. J'inclinais la tête respectueuse, à défaut de m'incliner de nouveau entièrement devant lui.

      Il ne serait plus grand honneur pour moi. Je vous suis toute dévouer, cela depuis que vous n'avez donné la vie, et jusqu'à ce que vous décidiez de me l'ôtez. Puis-je vous demandez cependant ce que vous attendez de moi?


    Pouvoir. J'avais toujours aspiré à plus de pouvoir et je pensais avoir atteint le summun avec ma nomination en temps que maitre vampire. J'étais honorée, mais je restais quand même un peu méfiante. Non pas par manque de confiance envers Augustus, mais parce que j'aimais et j'exigeais savoir où je mettais les pieds. J'étais du genre très têtue et mon maitre le savait très bien. Je faisais tout pour obtenir tout ce que je voulais savoir sans rien lâcher. C'était d'ailleurs pour ça que j'étais aussi bonne pour obtenir des aveux… Après quelques pressions, on obtient toujours ce que l'on veut. Mon attitude avec mon Roi était la même, ce qui entrainait souvent des discordes entre nous, discorde que nous réglions de manière général par du sexe. Il m'avait fait à son image après tout. Fidèle, serviable, mais pas pour autant docile. Je suis une prédatrice et même face à un prédateur plus grand, je reste prédatrice. De toute manière les chiens ne font pas des chats, bien que, dans mon cas, Morgane était l'exception qui confirmait la règle…


_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   Dim 29 Mai - 16:12

    Je sentais l’ambition de Krystel grandir en elle, tout comme sa dévotion à mon égard. Qu’il était bon d’avoir pareil ascendant sur un autre être. Je l’aliénais un peu plus à mon bon vouloir par cette occasion ; je ne savais pas si elle était consciente que j’en faisais certes mon égale, mais aussi mon épouse. Et que par là même, j’aurais une autorité légitime de plus sur chacune de ses actions. C’était une union donnant donnant en quelques sortes, mais cela ne me gênait pas de partager mon siège avec Krystel. Elle prouvait qu’elle savait tenir sa famille, même si par là même elle avait dû écarter sa propre fille pour lui privilégier sa pupille. Ma lignée était correctement encadrée, alors que nous formions tous parmi les plus vieux vampires qui soient, moi le premier. Krystel avait fait ses preuves au cours du siècle. Et s’il m’était arrivé par le passé d’être conseillé par des vampires plus puissants et plus anciens qu’elle, ceux-ci étaient totalement disparus aujourd’hui. De ma main ou de la leur, lorsqu’était venu le temps des querelles intestines. Mais ma main droite était comme mon propre sang, alors que je l’avais marquée comme ma fille par le sang, comme mon amante par le lit, et comme mon égale par ces fiançailles. Elle jouissait d’un statut propre, supérieur à l’ensemble de ses congénères, hormis moi-même. Impossible de monter plus haut, à part à m’évincer moi-même. Mais cela, Krystel ne pourrait le concevoir. J’y vais veillé, durant son éducation. Elle pourrait être en désaccord avec moi, certes, mais elle pourrait aussi bien se tuer elle-même que me tuer. Jamais elle ne parviendrait à pareille félonie. J’en étais convaincu ; je lisais en elle comme dans un livre. Impossible dès lors, d’imaginer pareil destin.


    Elle accepta finalement, et je souris doucement. Sa vie était entre mes mains, comme toujours. J’aimais cette sensation de puissance, j’aimais cet ascendant que j’avais sur tout chose en ce monde. J’étais pareil à un Dieu, et un Dieu avait besoin d’une consort. J’avais la mienne, toute désignée. Lorsqu’elle me demanda comment me prouver sa loyauté, je me mis à tourner autour d’elle, doucement. Embrasser son épaule quand je passais sur son côté. Embrasser sa clavicule quand je passais derrière. Embrasser son cou quand je repassais devant. D’un geste, je fis tomber sa robe, dévoilant son corps quasiment nu.



    Je suis sûr que tu sauras très bien comment faire, ma douce...


    Son corps était presque nu, et intensifia mon désir pour elle. Savoir que sa pupille s’amusait bien dans la pièce d’à côté n’était pas pour calmer mes ardeurs. Cette nuit était la nôtre. La conclusion charnelle de nos épousailles, un nouveau départ pour l’un comme pour l’autre. Bientôt, nous serons mari et femme. Et bientôt, nous régnerons tous deux sur le monde. Restait une dernière petite chose à régler… une chose que j’avais toujours sue, mais que je n’avais jamais dite.


    Toi et ton fils, c’est fini. Je ne te demande pas de ne pas t’amuser avec d’autres, mais plus avec William. Désormais, tu seras sa reine, et il te devra plus de respect. Je sais que tu m’as compris… Et vu que je prends moi-même quelques jouets humains, je ne te priverais pas des tiens. Maintenant, viens donc me montrer que tu as l’étoffe d’une reine…

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   Dim 19 Juin - 14:34


© Fragile Dreams | © Kanala | © nephykins

    Je ne m'attendais pas à ça de la part de mon Roi. Comment osait-il? Pourtant tout avait bien "commencé". Après qu'il m'ait demandé de devenir sa Reine, il vint parsemer mon corps de baisers. J'étais brulante de désir pour lui. Cela faisait si longtemps que je n'avais pas partagé sa couche et j'en étais toute excitée. Aucun homme ne savait s'y prendre comme Augustus. C'était d'ailleurs lui qui m'avait donné gout à la luxure. Quand j'étais humaine, je ne l'utilisais que pour servir mes desseins, sans vraiment éprouver de véritable plaisir. Et puis il m'avait élevé au rang de vampire et m'avait apporté un plaisir sans limite. De tout amant il était celui que je préférais, le plus performant, le plus endurant, le plus doué. N'était-il d'ailleurs pas le seul à pouvoir me montrer lors de cet acte? Je n'avais accordé cela à personne, pas même à mon fils qui pourtant était un très bon amant. Je lui avais tout apprit et il savait très bien s'y prendre. Il me connaissait très bien, comme je le connaissais très bien. Même si au début, j'avais été réticente à lui ouvrir mon lit j'avais finis par céder et je ne l'avais pas regretté. Il était après tout ma créature, et de la même manière qu'Augustus et moi, je prenais plaisir à partager des moments intimes avec lui. Ce n'était certes pas la même chose, mais ces deux relations me plaisaient.

    Rapidement, mon Roi fit tomber au sol ma robe, alors que je déboutonnais son pantalon et le faisait glisser sur ses jambes. Je pouvais voir le désir qu'il avait pour moi et cela ne fit que me rendre un peu plus impatiente de recevoir ses caresses, de le sentir en moi, complètement. Je dégrafais mon soutien gorge, pour avoir le plaisir de voir la réaction de mon Créateur. J'aimais le savoir fou de désir pour moi, mais ses mots me refroidir. C'était une douche froide que je n'avais pas vu venir, et sur mon visage passa une pointe d'agacement et de colère. Comment osait-il…? Oh certes il était mon supérieur, mais ne m'avait-il pas inculqué une soif d'indépendance? J'étais sienne oui, mais cela ne l'empêchait pas d'aller voir ailleurs et que j'en fasse autant. La fidélité n'avait pas cure entre nous et qu'il m'oblige à rejeter à présent mon fils ne me plaisait pas. Je restais sur place, me contenant d'exploser et me forçant à lui faire un signe positif de la tête et de lui dire

      Si tels sont vos désirs…


    Je ne pu cependant m'empêcher de rajouter.

      Cependant, je renoncerais à William un fois liés à vous si vous en faite autant pour moi. Je suis votre Reine et de part ce rang, vous faites de moi votre égal. Il serait mal venu que mon consort partage la couche de vampire m'ayant juré fidélité. Egalement il serait très indélicat de votre part de vous attribuer le corps de Lady Renard. Tel est le prix que je demande pour mon fils.


    Augustus voulait que je sois sa Reine, alors j'agissais en conséquence. Je ne me serais jamais permis en tant que sa main noire ou maitre vampire d'exiger de telles choses. Il était mon supérieur et je lui devais parfaite obéissance. Mais il avait changé cela cette nuit en faisant de moi sa compagne officielle. Il m'avait donné plus de pouvoir, et il était parfaitement conscient que je me servirais de cette grandeur nouvelle. Augustus avait façonné l'être que je suis.


_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   Lun 20 Juin - 0:48

    Ma belle petite créature capricieuse. Elle était en colère que je la prive de son fils, je le vis tout autant que je le sentis, presque instantanément. Ces deux là étaient trop proches. Je serais la risée de toute notre nation si ma reine s’envoyait en l’air avec sa propre chair et son fils spirituel. Qu’elle se fasse besogner par tout autre était un moindre mal, mais je n’accepterais pas qu’elle recouche à nouveau avec William. Je la sentis en colère, mais je fus satisfait de voir qu’elle parvenait comme toujours à se contenir. Son éducation était parfaite. Fière et possessive de ses petits jouets, mais qui reconnaissait en même temps l’autorité de son Seigneur et Maître. Je n’avais jamais eu à regretter le choix de la prendre comme fille, puis amante, et bientôt épouse. Elle était fière et fidèle, elle était tout ce qu’il me fallait. J’allais profiter maintenant de son corps et de son sexe, alors qu’elle se permit cependant de rajouter une clause à notre future entente matrimoniale. Je l’écoutais un instant et pris une moue pensive malgré le désir pressant que je ressentais de coucher avec ce corps si parfait. Elle exigeait beaucoup de moi, bien plus que ce que je lui avais demandé pour ma part. Il était temps de me montrer un peu plus ferme avec elle. Elle allait devenir mon égale en statut, certes, mais je demeurais son créateur. Et ainsi, elle ne devait sous aucun prétexte me désobéir. Je lui accordais cependant une partie de ses doléances. Je pris un ton ferme et sans réplique. Le roi c’est moi, petite chérie, et ne te mets pas en travers de mon chemin, pas maintenant.


    Tels sont mes désirs. Je puis t’accorder de ne coucher avec Lady Renard, c’est de bonne guerre, même si cette rivalité que tu ressens est foncièrement stupide. Si elle est ancienne et attirante, elle est loin d’avoir tes atouts.


    Je la retournais d’un coup sec, plaquant son dos contre mon torse. Mes mains remontaient le long de ses cuisses, pour se glisser dans ses dessous et caresser son entrejambe, signe d’un désir de plus en plus pressant. Je vins murmurer à son oreille.


    Pour tes gens, je ne te dois rien. Ils passeront sous ma férule en même temps que la nation vampire toute entière passera sous la tienne. Tes gens seront miens, et j’en ferais ce que je voudrais. Dans la limite convenue mutuellement, toi ton fils et moi lady Renard. C’est ainsi que je l’entends, et c’est ainsi que cela se passera. Maintenant ma douce, honores ton roi.


    D’un geste, j’abaissais ses dessous, et la pénétrais en un râle de plaisir. Mes yeux se révulsant, je basculais la tête en arrière et la mordis férocement au cou. Le maître, c’est moi. Mais ce soir mon enfant, tu boiras mon sang et je te ferais mon égale…

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
La Lignée Royale [Livre 1 - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kelendil - Commandant de l'armée royale elfique [Terminé]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Alentours :: Demeure Raybrandt
-
Sauter vers: