AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Les loups & l'agneau [Livre II - Terminé]
MessageSujet: Les loups & l'agneau [Livre II - Terminé]   Lun 21 Avr - 0:06

Hayden&Savannah&Isadora
Le 01 décembre 2017




| Je euh... Oui, putain oui, d'accord. |… Je ne pouvais pas m’empêcher de sourire un peu bêtement en me rappelant ce qu’avait déclaré Hayden face à mon idée folle. Quelques kilomètres encore, et nous serions rentrés à la maison. Je regardais un instant ses mains posées sur le volant de sa voiture, me faisant violence pour détacher mes yeux de l’alliance qu’il portait. Je vis ses lèvres se retrousser légèrement, signe évident qu’il avait entrevu mon regard et qu’il en était amusé. Je lui tirais la langue telle une gamine de deux ans, avant de mettre à chantonner la chanson que diffuser le poste de radio, tout en regardant la route. J’avais l’impression que cela faisait une éternité que nous étions partis, et pourtant cela ne faisait que deux petits jours, deux minuscules jours.. Deux jours pourtant si intenses en émotions et retrouvailles...

| Et vous, Hayden Valentyne, voulez-vous prendre pour épouse Isadora Jayden Doyle ici présente?| | Oui je le veux | Ses mots ne cessaient de résonner à mes oreilles. Quatre mots qui avaient finalement tout changé, suivie par l’échange symbolique des alliances, nos signatures et celles de nos témoins, puis notre départ tout aussi soudain. Nous avons laissé les enfants aux bons soins de Sarah, non sans abuser en lui demandant de déposer les jumeaux chez leur père. Puis nous avons pris la route. Pas le temps de se changer ou de faire nos valises. C’était l’idée d’Hayden de ne pas repasser chez nous. On avait éteint et rangé nos téléphones, décidant que le monde ne s’écroulerait pas en deux jours. Il avait conduit quelques heures, s’arrêtant pour nous acheter à manger, quelques vêtements de rechange, et ce dont nous avions besoin. Les quatre roues du véhicule avait fini par nous conduire non loin du Galloway forest park. Il conduisit encore quelques kilomètres jusqu’à ce que nous nous enfoncions sur un chemin de terre. Nous étions loin de tout, et… C’est ce dont nous avions besoin, lui comme moi. Le fait qu’il fasse froid ne pouvait gâcher mon plaisir. Il s’arrêta devant une grande tente déjà montée, se dépêcha de sortir de la voiture pour m’ouvrir la porte pour et me porter dans ses bras. Il me conduisit jusqu’à la tente, et, reconnaissons lui, eut la patience de ne pas réduire en bouillie ma robe de mariée. Quand je lui avais posé la question quelques heures plus tard, peu avant qu’il ne s’endorme, il me répondit tout simple que Savannah ou Niamh la voudrait peut-être, et qu’il ne les aurait privé pour rien au monde de cela.

C’est certain, nous avions dû perdre mes enfants. La veille de notre mariage soudain, nous étions allés les chercher à l’hôtel pour les ramener à la maison, à notre maison. A leur réveil, j’étais partie avec Savannah et Niamh tandis que Hayden était sorti de son côté avec Kean. Nous nous étions tous retrouvés à l’hôtel de ville, habillés dans de magnifiques toilettes, moi un bouquet de fleur en main, et Hayden avec nos alliances qu’il avait choisi avec mon fils. Disons-le, mon Rugbyman portait magnifiquement bien les habits de marié. Et vu le regard qu’il m’avait lancé en me découvrant, il avait dû penser la même chose de moi. Cela rendait son exploit de non arrachage de robe encore plus impressionnant…

Nous avions passé ensuite deux supers jours à ne penser qu’à nous, rien qu’à nous. En 48heures, nous avions rempli notre mémoire de merveilleux souvenirs, que je n’étais pas prête d’oublier. Quelques heures en sa présence et mon moral était remonté en flèche. C’était simple, je me sentais invincible et optimiste. J’avais l’impression qu’avec lui, tout était à présent possible. L’euphorie du moment me faisait oublier tous nos problèmes et tous ceux de la meute. Il n’y avait que nous qui comptions, nous et uniquement nous.

Je sortais de mes pensées quand la voiture ralentit. Nous étions rentrés, et Savannah nous attendait déjà devant la porte d’entrée. Je la soupçonnais d’avoir fait les cents pas plusieurs minutes, voir dizaines de minutes pour guetter notre arrivée. Je souriais à Hayden, puis nous sortîmes tous deux du véhicule. Un grand sourire aux lèvres, je dis à mon époux – tout jésus que cela était doux à mon oreille - Quand les loups ne sont pas là, les humaines ados dansent… Encore une nouvelle absence à excuser. Vraiment irrécupérable. Je faisais référence au fait que Savannah devait se trouver, à cette heure-là, en cours et non pas chez nous. Non pas que j’étais étonnée de la voir, je connaissais assez ma fille après tout pour savoir que, dès que je lui avais envoyé un message en lui disant que nous serions là dans quelques heures, elle avait trouvé une bonne excuse pour rentrer à la maison. Elle était futée la petite après tout. J’avais exagéré le trait bien entendu. Nous devions bien le reconnaitre, elle n’était jamais absente en cours de manière injustifiée. La seule chose qui pourrait la retenir était son lit, quand elle avait de la fièvre. En dehors de cela, elle s’était toujours montrée très assidue en cours. Alors pour une fois qu’elle était absente de manière délibérée dans le seul but de accueillir, je ne m’en formaliserais pas le moins du monde.

_________________