AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
–› I am a pirate. You are a princess ‹– [Livre II - Terminé]
MessageSujet: –› I am a pirate. You are a princess ‹– [Livre II - Terminé]   Lun 24 Mar - 21:49




Alexei & Charlie



Un appel étrange, c’est ce qui l’avait poussé à mettre le nez dehors. Quelqu’un qui disait être en lien avec sa famille, vu le ton employé elle se doutait qu’il ne parlait pas de Mike ou de la meute. Mais ce qui lui avait donné le plus à réfléchir c’était qu’il était au courant de ce qu’elle préparait. Elle pensait pourtant avoir été discrète. Ce type avait beau lui dire qu’il ne cherchait qu’à la maintenir en vie elle avait de sérieux doute, si c’était vrai il était où quand Constance l’avait agressée ? Elle avait du évacuer toute sa colère et sa frustration jusqu’à tomber raide de fatigue pour quelques heures. Elle ne pouvait plus continuer comme ça, les autres Loups allaient se méfier si elle faisait preuve d’instabilité mais elle n’arrivait pas à retrouver son équilibre.

Elle était comme déchirée entre deux mondes qui ne se comprendraient jamais. Ce matin là quand elle rentra chez elle pour se changer elle était en panique. Elle n’arrivait plus à mettre une idée à la suite de l’autre. Elle avait fini par craquer, accroupit dans sa douche à se demander ce qu’elle faisait. Est-ce qu’elle n’était pas complètement cinglée ? Elle avait vécu un truc pas génial avec Constance et plutôt que d’être effrayée par le monde extérieur elle s’enlisait dans ses conneries. Une petite voix dans sa tête lui répétait constamment que personne ne voulait qu’elle se mette en danger, que ça finirait par faire du mal à ceux qu’elle aimait si elle continuait à affronter l’autorité. Que se soit l’autorité de la meute ou l’autorité humaine elle faisait tout pour enfreindre les règles.

D’abord, qui avait dit qu’on devait absolument suivre les règles ? Pourquoi ne pouvait-elle pas faire juste ce qu’elle voulait, ce qu’elle jugeait bon pour elle. Si elle s’enfermait chez elle pour fuir le moindre risque tout le monde vivrait plus sereinement mais elle que deviendrait-elle ? L’image de la cage lui revint en mémoire. Elle ne se laisserait certainement pas faire. Les gens allaient devoir comprendre que cette vie-là n’était pas faite pour elle. Quitte à devoir en décevoir un certain nombre, Mike en tête de liste… Elle sortit de sa douche toujours aussi incertaine, laisser libre court à ses émotions ne servait à rien, pour le moment la seule chose qui parvenait à chasser ses doutes de son esprit c’était le travail ou les petits jeux avec Paul ou Damon. C’était malsain, elle le savait mais au moins elle dormait vraiment après tout ça et d’un autre côté il y avait plus désagréable comme moyen d’évacuer sa colère.

Ainsi donc elle avait au moins identifié le problème : la vérité devait éclater pour ses proches si elle voulait être plus sereine. Mais elle ne pouvait pas se permettre le luxe de ne plus se sentir coupable de mensonge et trahison juste comme ça en disant la vérité. Elle devrait serrer les dents et endurer autant que possible. Peut-être que les choses seraient plus faciles une fois que tout serait lancé et qu’elle aurait trouvé son rythme de croisière pour jongler avec tout ça. Elle enfila jean large, un débardeur et une veste de survêtements qui avaient la particularité d’être confortables, suffisamment chauds vu le temps et plutôt discrets. Elle était en train de mettre ses baskets lorsque son regard tomba sur une boite à chaussures particulière. Elle savait qu’elle était différente des autres parce que c’était l’unique boite noire qu’elle avait conservé et dès qu’elle la soulèverait elle serait beaucoup plus lourde que n’importe quelle boite de ce genre. Elle souleva le couvercle et découvrit ainsi le coffret métallique qu’il contenait. Elle composa la combinaison rapidement et ouvrit le deuxième couvercle. Une arme, elle n’en était pas spécialement fière mais ça pourrait toujours servir. Elle passa le holster dans sa ceinture et fit redescendre la veste dessus. Impossible de voir quoi que se soit comme ça.

Elle fonça à vive allure sur les quais alors qu’il n’était que 13h30. Elle voulait être sûre qu’il n’y ait personne dans le secteur. Elle se gara plutôt loin des quais, si quelqu’un la surveillait elle ne voulait pas lui faciliter la tâche. Elle n’avait prit que son portable et rien d’autre, elle savait que cet objet pouvait déjà potentiellement lui coûter cher s’il tombait entre de mauvaises mains. Le souvenir de Constance ne fit que lui mettre les nerfs à vifs. Elle rabattit la capuche sur sa tête et prit la direction des quais. Les sens aux aguets elle guettait l’arrivée de quelqu’un, quelque chose de potentiellement dangereux. Elle devait se rendre à l’évidence qu’elle était pour le moment seule alors qu’elle se rapprochait doucement du point de rendez-vous. Elle stressait et l’idée d’être armée ne l’aider pas vraiment à se calmer. Elle n’avait jamais tiré sur quelqu’un, tuer n’était pas un problème mais avec la méthode des Loups et pas autrement.

Elle était sur le point de renoncer et partir en se disant que le gars l’avait bien fait flipper toute la nuit lorsqu’elle sentit une odeur qui ne lui était pas étrangère. Sans bouger elle essayer d’identifier d’où il venait et pour quelles raisons cette odeur lui était familière. Elle n’avait pas des millions d’amis et parmi les humains encore moins. Or son visiteur était un humain, elle pouvait en être sûre malgré l’odeur saline qui saturait l’air.

« Vous vouliez marchander de quoi ? » demanda-t-elle lorsqu’il fut suffisamment proche pour pouvoir l’entendre.

Les mains dans les poches elle feignait d’être parfaitement à l’aise dans ce genre d’exercice mais tout ce qui la rassurait dans cette histoire c’était l’arme qu’elle avait à la ceinture sous sa veste. Et encore même avec ça elle craignait le pire.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› I am a pirate. You are a princess ‹– [Livre II - Terminé]   Mar 25 Mar - 22:39




I'm a pirate, you're a princess.



J’avais l’habitude d’avoir mal. Ou du moins, je connaissais la douleur. Quelques balles perdues lorsque j’étais soldat de l’armée russe, d’autres égarées en Afrique. Avant cela, il y avait eu mon combat – affaire d’une poignée de minutes – avec un vampire en 2010, puis les morsures. L’attaque de mon frère. Les blessures, je connaissais. La douleur, aussi. Mais là, indépendamment de mon doigt coincé dans une attelle qui ne me dérangeait plus vraiment, c’était mon genou qui m’handicapait le plus. Mes déplacements étaient limités, mon endurance amoindrie, et ma concentration avait du mal à se maintenir. Ca ne faisait qu’une semaine et demi que Freyja m’avait réduit l’articulation du genou en charpie, mais je ressentais déjà bien prononcé le manque et la fatigue à l’idée de traîner la patte pour des mois encore. D’autant plus que mon emploi du temps déjà chargé s’alourdissait de plus en plus. Et que certaines personnes ne me facilitaient pas la tâche.

Mes yeux gris dérivèrent sur mon téléphone. Je l’avais appelée la veille, pour convenir avec elle d’un rendez vous que je lui avais finalement imposé sans le moindre scrupule. Je n’avais aucun problème à la faire chanter, tout comme je n’en aurais aucun si jamais je devais effectivement faire remonter à mes employeurs les renseignements que j’avais glanés à ses dépends. Trafic en construction, avec un homme que je ne connaissais pas faute d’avoir pu recueillir une seule photo correcte, ça ne sentait pas bon pour elle si jamais son père ou la Mafia Russe en avait vent. Pas de concurrence possible dans certains domaines, et certainement pas sans qu’ils en soient au courant. Charlie McAllister. J’étais supposé veiller à sa protection depuis mon arrivée en Ecosse, et si j’avais mis son téléphone sur écoute – couplé à un localisateur – et si je l’avais approchée pour placer quelques micros – on n’en savait jamais assez - mais les événements récents m’obligeaient à revoir sérieusement mes contrats. Je devais retrouver une certaine Pandore pour Philipp. Obéir aux ordres réguliers de la Mafia. Consolider ma couverture de traducteur à laquelle j’avais pris goût. Récemment retrouver pour le compte de la Mafia un ancien trafiquant dont les ex coéquipiers – ou coéquipiers tout court – avaient encore merdé quelque part. Et en parallèle jouer à l’ange gardien. Et même si je ne sous estimais mes capacités, je connaissais mes limites et je savais bientôt les atteindre. Mais je voulais aussi rester en vie, et continuer à ne pas avoir de soucis financiers. Mes yeux se posèrent à nouveau sur le téléphone. Je me méfiais de cette McAllister. Son père était du même milieu que moi : elle n’était clairement pas une jeune fille innocente. D’autant plus qu’elle était une louve. Allait elle sentir sur moi l’odeur de Freyja ? Non, c’était peu probable. Je n’avais pas croisé la vampire depuis bien trop longtemps pour ça. A mon grand déplaisir d’ailleurs. Finalement, vers midi et demi, j’attrapai mes béquilles pour me diriger vers mon dépôt d’armes improvisé. J’avisai mon Zastava M76, le glissai dans un sac de sport avant d’enfiler un holster où mettre mon 9mm habituel. On n’était jamais trop prudent. Balles en argent, pour se préparer à toutes les cibles et surtout un loup garou.

Prenant mon temps, j’arrivais sur le port de la Clyde trois quart d’heure avant notre rendez vous, pour le placer à un endroit approprié. Je n’étais pas un sniper ni un mercenaire pour rien : si je lui avais indiqué ce lieu ci, c’était principalement parce que je le connaissais suffisamment pour pouvoir m’y repérer les yeux fermés. Et à béquilles. J’abandonnai l’une d’elles, d’ailleurs, le temps de m’allonger sur mon perchoir et d’observer les environs. Je fus presque pris au dépourvu lorsque je la vis arriver bien avant l’heure. Un repère clignotait sur mon téléphone, suivant le trajet d’une jeune femme – vue la silhouette – dont le visage était masqué par la capuche. Dans quel état psychologique était elle ? Je n’en savais trop rien, étant de loin la personne la moins qualifiée pour cela : j’avais déjà du mal à définir mon propre était psychologique, alors… Dans tous les cas, rien à signaler. Elle était clean : personne ne la suivait, et elle ne semblait pas trop confiante ni trop nerveuse à première vue. Rangeant mon fusil dans le sac de sport prévu pour sans la quitter des yeux, je me préparai pour descendre les deux étages qui me séparaient des quais et la rejoindre. Ma faiblesse évidente ? La béquille et l’attelle monstrueuse qui immobilisait ma jambe. Mon atout ? Mes menaces à peine voilées qu’elle avait, et je l’espérais fortement, amplifiées sans le vouloir. Dix minutes après l’heure de rendez vous donné, j’arrivai en vue des quais, Vlad sur mes talons. Mon trop jeune chien me suivait langue pendante et si, comme moi, il ne payait actuellement pas de mine, je l’avais moi-même dressé pour en faire un chien d’attaque. Sans muselière, vue son espèce tout sauf agressive normalement. Son odorat de louve du me trahir plus tôt que ce que je pensais, puisqu’elle m’interpella dès que je fus à portée d’oreilles.

« Vous vouliez marchander de quoi ? »

J’achevai les derniers pas qui me séparaient d’elle, tout en restant à distance convenable. Sur un geste de ma main, Vlad s’assit à côté de moi. Elle ne tournait visiblement pas autour du pot, et ça me convenait. Si j’avais tendance à ponctuer de longs silences mes propos, je ne m’embarrassais que rarement de fioritures et d’hypocrisie pour amoindrir un fait.

« C’est un peu compliqué… mais voici le deal que je vous propose : vous veillez à ne pas vous mettre inutilement en danger, comme il y a quelques jours avec cette… vampire. Et je couvre votre petit trafic, quitte à vous rendre service pour les basses besognes dangereuses s’il le faut. »

Ma voix grave résonna sur les quais, incompréhensible pour de potentielles oreilles trop curieuses. Je ne comptais pas lui dire de moi-même en quoi consistait exactement le contrat que j’avais sur sa tête pour le moment, sauf si elle me le demandait explicitement. Je considérais mon résumé de la situation suffisamment clair pour ne rien nécessiter de plus.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› I am a pirate. You are a princess ‹– [Livre II - Terminé]   Ven 28 Mar - 12:44




Alexei & Charlie


Son cerveau fonctionnait à plein régime et tous ses sens étaient en alerte pour parer une éventuelle attaque. Elle le sentit avant de l’entendre, lui et son chien. Son regard se posa calmement sur l’animal qui ne semblait pas particulièrement agressif, encore heureux. Mais lorsqu’elle posa son regard noisette sur lui elle sentit une vague de colère monter en elle. Elle le connaissait, il l’avait approchée pour une traduction, un truc stupide. Il ne lui avait pas particulièrement inspirée confiance et pour cause, il était marqué comme s’il avait eu une altercation avec un Loup. Elle n’était pas complètement stupide elle se doutait que ce genre de personne pouvait conserver des griefs après ce genre d’évènements. Elle-même avait eu l’occasion d’entretenir une certaine rage contre les humains pendant quelques années. Elle n’oublierait jamais la haine qu’elle avait vue dans les yeux de ceux qui étaient supposés l’aimer.

Alors comme ça il l’avait approché pour la surveiller, parce qu’on lui en avait donné l’ordre. Pour le moment il faisait plutôt peine à voir avec sa jambe coincée dans l’attèle et sa béquille pour l’aider à avancer. Mais elle ne se laisserait pas abuser par son attitude de grand blessé. Elle se méfiait, il avait réussi à lui mettre la pilule une première fois en l’approchant pour le travail, une deuxième fois au téléphone il était parvenu à la faire venir là où il voulait et quand il voulait et elle n’avait même pas songé que ça puisse être lui malgré le fait qu’elle ait clairement reconnu son accent russe. Quelle andouille !

Mais elle ne perdait pas le nord, si elle se méfiait de lui comme de la peste parce qu’il était parvenu à l’entuber à deux reprise mais elle n’avait pas l’intention de lui montrer qu’il l’effrayait avec ses menaces ou le fait qu’il ait réussi à tromper sa vigilance. Jusqu’à présent elle n’avait eu aucune raison de faire attention à ce genre de choses mais maintenant elle allait vraiment surveiller ce qui se passe derrière son dos. Elle ne pouvait plus se permettre ce genre d’erreur. Maintenant restait à savoir ce qu’il lui voudrait. Compliqué ? Il n’avait pas idée à quel point, il lui avait balancé sans la moindre hésitation que le contrat venait de son père, elle aurait pu profiter de la nuit pour tous les égorger pour ce qu’ils avaient fait. La faire suivre pour sa protection et en plus par un éclopé qui n’avait même pas été capable de vraiment lui venir en aide quand elle en avait eu besoin. C’était d’un pathétique…

Elle devait se calmer, respirer et ne pas se laisser emporter par l’envie meurtrière qui ne la quittait pas depuis hier soir. Elle avait du mettre de la bonne volonté pour ne pas mettre à exécution toutes les idées qui lui venaient à l’esprit. Comme il l’avait dit il voulait marchander. Elle évitait de se mettre en danger et il la couvrait, il lui proposait même de lui donner un coup de main si besoin. Elle ne put retenir un fou rire incontrôlable alors qu’il semblait sérieux.

« Vous pensez sérieusement que je le fais exprès de me frotter à des vampires. Si vous êtes au courant de ça vous devez savoir que je me suis pris une branlée et que l’envie de recommencer ne me tient pas particulièrement à cœur. » dit-elle d’un ton plutôt acerbe.

C’est pas l’envie de lui demander à quoi il était payé s’il n’était pas fichu de l’aider quand elle avait vraiment besoin de lui. Mais elle préféra se retenir et réfléchissait à un moyen de prendre l’avantage. Elle ne lui faisait aucunement confiance. Ce type arrogant venant de foutre son contrat en l’air pour s’arranger lui-même. Il ne pouvait honorer son contrat sauf si elle promettait de faire attention et que du coup il pouvait faire comme s’il veillait sur elle.

« Je n’ai aucune envie d’avoir recours à vos services. Je suis stupide sur bien des choses mais pas ça. Vous allez effectivement me couvrir parce que vous n’avez pas le choix. Je ne veux pas que ma famille, vos employeurs ou n’importe qui d’autre soit au courant pour le moment. Et si vous entendez que les gens commencent à se douter de quelque chose, vous viendrez me prévenir. Vous avez mon numéro semble-t-il… »

Le sourire aux lèvres elle n’avait même pas honte de renverser la vapeur en lui donnant des ordres directs. Les menaces elle y viendrait en temps voulu mais il valait mieux pour lui qu’il se contente de ce qu’elle lui proposait. Elle n’allait rien lui faire, certes. Mais elle pouvait le mettre dans une position plus qu’inconfortable. Elle pouvait parler à sa famille du fait qu’il n’avait même pas réussi à l’aider, elle pouvait même en rajouter une couche en disant qu’il l’avait mise dans une situation délicate alors qu’il était censé faire l’inverse. Elle pouvait mentir juste pour qu’il paye, parce que maintenant elle savait quelque chose que personne ne pourrait jamais lui avouer : son père s’en voulait. C’est pour ça qu’il la faisait surveiller par un type de la mafia Russe. Le connaissant il n’avait du le dire à personne d’autre, elle n’avait donc qu’à lui dire ce qu’elle voulait en jouant le petite fille innocente. Elle avait réussi à développer ce rôle avec Mike, elle n’avait qu’à tenter l’expérience sur son père. Jusqu’à présent elle avait été trop fière pour jouer à ce jeu avec lui, sachant qu’il n’avait pas un cœur de pierre elle comprenait qu’elle avait mal jouer son jeu à l’époque.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› I am a pirate. You are a princess ‹– [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
–› I am a pirate. You are a princess ‹– [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les chansons de pirate !
» Et un, et deux, et trois ! C'est l'histoire du pirate de l'îleuuuuuuuuuuuh ♫
» Une quête pour devenir un pirate !
» [mini-event] Raviver une legende : le conseil pirate
» [libre]La Gourmande Contrebande. [West Blue, Rang B, Pirate, Baston]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Port sur la Clyde :: Quais
-
Sauter vers: