AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Dim 9 Fév - 9:10


Objects In The Rear View Mirror
Mike ~ Makayla




La routine. Mike avait la chance de ne jamais avoir à sombrer dans ce gouffre. C'était certes les mêmes salles, les mêmes objets chaque jours depuis des années. La même histoire à raconter, l'Histoire. Mais il avait cette chance que chaque visage plus ou moins concentré sur ce qu'il disait, chaque groupe à qui il transmettait un peu de ses connaissance, du moins il l’espérait, apportait quelque chose de nouveau.Ces journée passées ici, ce travail était l'une des choses qui lui avait permis de ne pas encore basculer dans la folie. Le loup laissait place au conférencier dés qu'il enfilait son badge estampillé Royal Museum et il laissait une partie de sa colère au vestiaire. C'était de toutes manière la seule condition à laquelle il avait pu conservé son poste, ne pas faire de vagues. Il faisait parti des rares privilégiés classés comme « créature surnaturelle » qui avait un passe droit dans Oldtown. Il avait été plutôt flatté que le conservateur ai tenu à lui faire une lettre de recommandation des plus élogieuses pour le garder parmi ses employés. Il ne voulait pas se laisser aller à se croire l'un des meilleurs, il aimait simplement ce qu'il faisait, c'était tout ce dont il avait besoin.

« Nous tournons une page de l'histoire et nous voici à présent au 19éme siècle. Ère de l'industrie toute puissante et du règne de Victoria. »

Dans le groupe qu'il avait en charge, il y avait des gens de tous horizons. Seul vice auquel le loup se laissait abandonner, il s’essayait à analyser les odeurs, les comportements de chacun pour deviner leur vie. Un homme qui empestait la lotion pour bébé, peut être un père célibataire qui avait réussit à se trouver une journée de liberté et qui, au vue de la manière dont il lorgnait les jeunes femmes du groupe, cherchait plus une aventure qu'une mère. Une femme d'une soixantaine d'années qui sentait l'orchidée et le chat, plusieurs chats. Un couple d'étudiants dégageant une forte odeur de peinture, sans doute venaient ils se s'installer et avaient commencé quelques travaux. Une ravissante jeune femme au parfum entêtant et qui semblait lui sourire, en d'autre temps il lui aurait surement proposé un café à la fin de la visite. Un retraité qu'il avait déjà vu ici de nombreuse fois, mais habituellement accompagné d'une femme, ses yeux vides et embués dénonçaient le destin qui avait voulu que le temps rattrape sa compagne. Puis il avait les autres, ceux qui avaient moins d’intérêt, ceux qui se fondaient dans la masse.

« Comme nous le verrons ici, la société de l'époque... »

Mike continuait sa visite, jouant son récit comme un acteur aurait donné vis à une longue tirade. Il sentait son public captivé et c'était, après l'Histoire en elle même, ce qu'il préférait dans son métier. Être, l'espace d'un instant, l'objet de leur attention. Sa voix était posée, mais le ton n'était pas scolaire, il donnait vie à son récit.

« L'évolution des mœurs eu également un impact sur l'art. Ainsi.... »

Il avançait à travers les époques, s'appuyant sur les œuvres et autres objets du passé que la pièce contenait. L'un de ses collègues lui avait un jour demandé pourquoi il n'avait pas plutôt cherché à enseigner l'histoire à des étudiants. Pourquoi il n'avait pas préféré devenir professeur d'université. Mike lui avait rit au nez avant de rétorquer que la grande majorité des visiteurs du musé venaient parce qu'ils voulaient savoir, alors que les étudiants ne sont pas nécessairement intéressés par le contenu d'un cours. Mike n'aurait jamais pu supporter les regards vitreux des étudiants à demi endormis comme ceux qu'il avait fréquenté durant ses études. Il avait besoin que son public lui soit attentif.

Un père avec son fils se tenaient plus loin, ils ne faisaient pas partit du groupe. Le garçon, d'une dizaine d'années environ, tentait de négocier le droit d'aller voir la galerie naturelle plutôt que de suivre son père. Sans qu'il ne puisse le chasser à temps, revint à Mike le souvenir de la première visite de Sam dans ce même musée, cette même galerie, cette même négociation. Son propre fils, qui avait qualifié l'histoire de futile pour se précipiter faire l'autre bout du bâtiment et les animaux qui y étaient exposés. A croire que les enfants étaient tous les même, le quadra voyait la scène comme le reflet d'un vieux souvenir.Seulement ce qui avait contrarié notre homme ce jour là était moins le scandale que Sam avait fait au beau milieu du musée que le dédain qu'il semblait avoir pour ce qui le passionnait lui. Ce qui ne semblait pas être le cas de ce père là.

« Va tu te tenir tranquille ? Tu ne te rends pas compte que tu me fais honte devant tous ces gens ? »

Plus pour éviter au gosse la claque, claque qu'il avait mise à son fils à l'époque pour la regretter amèrement plus tard et que cet homme n'allait pas tarder à mettre à son tour, que pour le bruit qu'il faisait réellement, Mike se permis d'intervenir d'un raclement de gorge sonore. Le père rougi avant de faire un petit signe de tête en direction du guide, signalant qu'il avait compris, puis de promettre à son fils que s'il se tenait sage encore un peu ils iraient voir la galerie naturelle. Non sans afficher un petit sourire satisfait, le loup reprit la visite.

« Veuillez m’excuser. Reprenons si vous le voulez bien. L'arrivée de l'industrie et des moyens de transport tels que le train.... »

Non vraiment, la routine n'existait pas.







Je te laisse juge, tu peux être la jeune femme au parfum entêtant ou n'importe qui d'autre ^.^



avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Jeu 13 Fév - 14:39

    J'avais entendu parler d'un guide au musée qui rendait la visiter particulièrement vivante. En effet, on m'avait raconté cela pour je ne sais plus quelle raison. Je ne sais pas pourquoi on m'avait raconté cela à vrai dire, mais peu importe. Je voulais donc me faire ma petite opinion, par moi-même. Je préfère, c'est toujours mieux que d'entendre les autres donner leur opinion. Tabula rasa, c'est l'équivalent de chaque personne que je ne connais pas, mais dont on m'a dit du bien ou du mal d'ailleurs. J'arrivais en général à bien cerner les gens, sans doute grâce à mon sens de l'observation photographique, cela aide. Je me préparais donc simplement à me rendre au Royal Museum of Scotland dans une tenue de simple touriste. Je n'avais pas tellement l'habitude de visiter les musées, alors j'apprendrais peut être quelques choses d'utile, à moins que cela ne me serve à rien, mais depuis que j'avais réintégrer la PES, et que je n'étais plus aux archives, je reprenais goût à l'investigation, et rien de mieux que de passer pratiquement incognito dans un groupe de visiteurs en tout genre. Mon visage était connu pour les plus chevronnés des observateurs, depuis ce 15 août 2017 et les incidents qui avaient fait rage ce jour là. Les simples humains ne se doutaient de rien ou presque, surtout que depuis, j'avais changer de couleur de cheveux et qu'ils étaient courts. Oui, j'avais fait exprès d'agir de la sorte, mais c'était pour mon bien. Enfin, cela n'empêchait pas les gens de me reconnaître s'ils avaient une bonne mémoire photographique. Pourtant, la PES bien qu'étant une institution récente ne faisait pas si peur que ça, nous étions là après tout pour lutter contre les semi-démons. Peut être qu'il y en aurait un dans le musée, peut être même que c'était le guide qui se cachait dans la population, ou alors parmi le groupe dans lequel j'avais pris place. J'observais autour de moi les murs, les gens, j'écoutais vaguement le guide. Il semblait être comme on me l'avait décrit assez passionné par son travail, ce qui était un vrai plus durant la visite du musée. Mais, je dois l'avouer, je n'étais pas spécialement ici pour cela, enfin pas plus que ça, j'essayais avant tout de m'immerger dans la population, comme une personne lambda. J'écoutais un peu leur conversation, mais elles étaient concentrées sur les propos du guide, et de l'exactitude de ceux-ci.

    Puis un homme, un père avec son fils attira mon attention. Il semblerait que le petit fasse un caprice, et que ce ne soit pas du goût de son paternel qui commençait vraisemblablement à s'énerver. Le guide l'avait remarqué, et donna un petit raclement de gorge regardant le père qui rougit aussitôt puisque nous nous étions tous tourner vers lui. La négociation de l'enfant se ferrait peut être plus facilement. Mais là encore, ce n'était pas vraiment le plus important. Ce guide m'intriguait, il semblait en connaître beaucoup sur l'histoire de notre pays, mais il semblait aussi se soucier d'autrui ce qui de nos jours est quelques choses d'assez rare. Puis, il continua la visite, parlant avec passion. Je m'arrêtais alors plus spécifiquement sur les traits de son visage. Je ne l'avais jamais vu auparavant, du moins, je n'en avais pas le souvenir. Depuis combien de temps était-il le guide par ici ? Depuis un bon moment semblerait-il. En effet, je sortais mon téléphone et consultait ce qui ressemblait au dossier d'un loup connu de nos services. Il n'y avait pas tellement d'information sur lui, mais peut être pourrait-il me donner quelques choses que je ne savais pas, hormis évidemment des détails sur l'histoire du pays. J'attendrais donc que la visite se finisse avant de venir lui parler un petit peu, il ne devait pas en rester pour bien longtemps.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Jeu 13 Fév - 18:51


Objects In The Rear View Mirror
Mike ~ Makayla




La visite se poursuivait. Il terminait le récit des derniers événements ayant suivit la courte mais productive ère Edwardienne, prenant toujours comme support le contenu des nombreuses vitrines qui les entouraient. Le loup n'était cependant pas satisfait. Une jeune femme dans son groupe semblait distante, distraite. Il se sentait presque vexé de voir qu'elle ne l'écoutait que d'une oreille inattentive, pianotant sur son téléphone. Fichue nouvelle technologie. L’avènement d’internet avait déjà fait assez de tord au secteur culturel, vidant les musées d'une partie de leur clientèle, mettant par la même l’existence de son poste en péril, il fallait qu'en plus les rares personnes encore fidèles au concret du lieu se permettent de rester le nez collé sur leurs engins dernier cri. Bien décidé à récupérer son attention, il enchaîna avec la suite de la visite.

« Maintenant nous allons monter d'un étage à nouveau pour poursuivre avec la période suivante, le 20éme siècle. »

Tout en emboîtant le pas à son groupe, répondant au passage à quelques questions de visiteurs avides de précisions, il jetait un coup d’œil à la jeune femme. Il comptait bien puisse dans ses ressources et réussir à la captiver elle aussi.

« A l'aube de la première guerre mondiale, le royaume uni.... »

C'était le dernier étage, la dernière partie de la visite. Le quadra redoublait d'effort, dans sa gestuelle, les exemples, les citations. Elle serait son défi du jour. Très vite, cela devint un jeu. Grisant. Non la routine n'existait pas. Sans le savoir, elle allait l'aider à chasser pour quelques instants, toutes la rancune et la peine qui pesaient sur ses épaules. Non, la routine n'existait pas. C'était les gens comme elle qui lui permettaient de tenir un peu plus chaque jour, comme elle ou ce père et son fils croisés plus tôt. Ces inconnus qui ponctuaient ses journées de travail de détails anodins mais capitaux pour l'homme déprimé qu'il était. Non la routine n'existait pas, et il en remerciait le destin chaque jour.

« Un des aspect notoire de la société de l’époque... »

Elle semblait toujours ailleurs. Mike redoublait d'effort au fur et à mesure qu'il avançait vers l'inéluctable fin du parcours et ce qui serait un échec cuisant au défi qu'il s'était lancé. Il se promis néanmoins d'engager la conversation une fois que la visite aurait prit fin. Il devait savoir si il avait loupé quelque chose, un détail qui aurait pu saisir l'attention de l'inconnue ou si elle n'était simplement pas d'humeur à profiter pleinement de ce qui l'entourait. Ainsi quand il eu mit le point final, serré quelques mains, dispensé des remerciements, indiqué la traditionnelle boutique de souvenirs, il se dirigea vers elle. Le loup affichait un sourire amical, il avait choisit de laisser paraître la curiosité la plus courtoise possible dans sa voix.

« Pardonnez moi, je ne devrais probablement pas me permettre de vous poser la question, mais je n'ai pu m’empêcher de remarquer que vous sembliez . . . distraite. Aurais-je omis quelque chose ? Y a t-il un point spécifique de la visite que vous auriez aimé que j’approfondisse ? »

Après avoir marqué une courte pause, il ajouta, feignant la gêne,

« mais peut être avez vous simplement l'esprit ailleurs ? Non veuillez pardonner ma curiosité, c'était indiscret. »

Piquer sa curiosité à elle, tel était son but et il espérait bien avoir fait mouche. Il souhaitait surtout ne pas être la raison de son propre échec. Elle apportait décidément l’imprévu dont il avait grandement besoin, c'est pourquoi il ne comptait pas la laisser filer sans avoir la réponse à sa question. Avait il oui ou non une raison de penser qu'il aurait pu réussir à captiver son intérêt ?



avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Jeu 13 Fév - 20:42

    Alors que je me renseigné sur le guide, ce qu'il était, ce qu'il représentait, je décrochais de ces propos. Ce n'était pas contre lui, car il semblait être très persuasif et intéressant comme guide, mais bon, les musées, ce n'est pas tellement ça. Je crois qu'il l'a remarqué d'ailleurs même s'il ne me fit pas spécifiquement de remarques comme pour le père et son enfant là-bas tout à l'heure. Mais lorsque nos regards se sont croisés, un bref instant, j'avais compris que l'orateur aimait avoir des élèves attentifs, ce que je n'étais nullement. C'était d'ailleurs un peu étrange, mais bon, je pouvais le comprendre en même temps. Quand je parle à un auditoire, j'aime bien que tout le monde m'écoute même si ce n'est pas forcément facile, surtout quand vous êtes une petite minette comme moi. J'avais mon caractère, mais le simple fait d'être une femme parfois vous donnait tout de suite moins d'autorité. Ce n'était pas le plus important cela dit. En tout cas, je rangeais mon téléphone, j'en savais un peu sur lui, très peu, mais c'était suffisant pour ce que j'en ferrais, si j'en faisais quelques choses, car je n'étais pas certaine qu'il puisse me donner des informations utiles, plus que ce que je ne savais déjà en tout cas, c'était une certitude. La visite continuait, il nous parlait de la première guerre mondiale, de fait qui s'était passé il y a un siècle. J'essayais de me montrer attentive, mais rien à y faire, je n'y arrivais pas, comme si cela ne devait pas se faire. Pourtant, alors qu'il avait fini de parler et que la visite était officiellement terminée, je restais là, j'attendais qu'il vienne me parler, car je pouvais le sentir, il viendrait me voir, comme si je connaissais la situation. Pourtant, j'aurais très bien pu partir tout de suite, et ne rien dire, mais j'étais restée là. Peut être que j'achèterais un petit souvenir, une carte postale ou quelques choses comme ça, histoire de marquer mon passage dans ce musée. Je n'étais pas ici officiellement, du moins, pas pour le travail, même si au fond de moi, je savais qu'il me rattraperait. Il faut dire que je m'investissais tellement dedans, que parfois, j'en faisais trop. Ces murs avaient leur propre histoire, même si dans ce que j'avais pu lire durant mon passage aux archives, il n'y avait eu aucun fait notable par ici, notamment durant les années sanglantes. Comme je le pressentais, le guide, qui répondait au doux prénom de Mike vint me voir, curieux de savoir pourquoi je n'étais pas très attentive durant toute la présentation.

    " Oh, non, non, vous êtes un très bon orateur Mike, vous semblez être quelqu'un de vraiment passionné par son métier. Si je vous dis que je suis plus venue ici pour vous que pour la visite, qu'est ce que vous en penserez ? "

    Je voulais voir ce qu'il penserait de ceci, je voulais voir ce que sa curiosité et sa soif de savoir lui ferrait dire, comment il réagirait à ces quelques propos qui semblaient être assez intriguant. Peut être qu'il ne serait pas réceptif, je ne savais pas, je l'avais un peu brossé dans le sens du poil en lui disant qu'il était un excellent orateur, mais je ne savais pas si cela suffirait.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Ven 14 Fév - 16:06


Objects In The Rear View Mirror
Mike ~ Makayla




La réponse de la jeune femme le rassura quelques peu.

« Oh, non, non, vous êtes un très bon orateur Mike, vous semblez être quelqu'un de vraiment passionné par son métier. Si je vous dis que je suis plus venue ici pour vous que pour la visite, qu'est-ce que vous en penserez ? »

Comme ça elle n’était pas venue pour la visite ? Il n’avait donc pas à remettre sa prestation en cause. Le quadra était plutôt ravi des compliments qu’elle lui faisait, c’était agréable de voir que la passion qu’il tentait de mettre dans son travail pouvait se ressentir. Des compliments, suivis par une révélation troublante. L’inconnue était vraiment une rencontre prometteuse, qu’espérait-elle obtenir suite à une telle déclaration ? Si elle tentait de le séduire, elle allait droit dans le mur, blonde, Mike s’interdisait les blondes. Il s’était fixé cette règle seize ans plus tôt, après la naissance de Sam et la séparation d’avec sa mère dont il comptait à l’époque oublier les longues boucles dorées. Pari tenu. Le visage de celle qui lui avait donné un fils n’était plus qu’une lointaine esquisse dans ses souvenirs. Louves, humaines, brunes, rousses, le loup n’avait certes pas boudé son plaisir au court de ces dernières années, bien qu’il n’ait jamais cherché à construire quelque chose avec aucune d’entre elles. Une fois, une fois seulement il avait cru avoir trouvé quelque chose de suffisamment stable, mais la mort de Sam était venue tout balayer.

Cependant, même s’il ne comptait pas vraiment tenter quoi que ce soit avec cette jeune femme-là, elle venait de piquer sa curiosité un peu plus et il avait envie de voir où elle voulait en venir. Le loup aimait l’idée de jouer avec l’ambiguïté de la question de l’inconnue, et si elle avait autre chose en tête qu’un jeu de séduction, la stratégie serait la même. Il valait mieux de toutes façons lui laisser l’illusion de mener la danse jusqu’à ce qu’elle glisse toute seule dans ses bras, ou ses crocs, selon la tournure que prendraient les évènements.
Ainsi il choisit d’afficher un sourire plus séduisant encore et de mettre le plus de charme possible dans sa voix quand il lui accorda finalement une réponse.

« Et bien je vous répondrais surement que c’est très flatteur de votre part, puis je vous inviterais à partager mon temps de pause autour d’un café. Vous accepterez bien un café . . . mais pardonnez-moi, je ne vous ai même pas encore demandé votre nom. »

Il avait du temps devant lui avant sa prochaine visite et il espérait bien le mettre à profit. Quel que soit le but de l’inconnue, il allait jouer son jeu et s’il pouvait en plus s’y amuser un peu il n’allait pas s’en priver.



avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Sam 15 Fév - 2:38

    Je sentais qu'en un rien de temps, j'avais réussi à déstabiliser le guide, au moins un peu. Il avait eu peur de moi, enfin dans le sens où sa prestation n'avait pas été bonne pour ma part. Mais ce n'était pas le cas; il était assurément une belle plus value pour chaque visite que les gens faisaient en sa compagnie. Il donnait envie d'en savoir plus, de vouloir plus de précisions sur chacun des évènements qui étaient exposés, mais je n'étais pas spécialement venu pour ça, mais pour autre chose qu'il ignorait encore. Je ne savais pas si je ferrais exactement ce que j'avais prévu, mais ce Mike Rivera pouvait potentiellement savoir des choses bien plus intéressante que l'histoire de l'Ecosse, du moins, pour ma part. C'est sur que les gens qui étaient avec moi pour la visite avaient du apprécier le spectacle, qu'ils en avaient eu pour leur argent. En tout cas, le guide était vraiment surpris. Je ne savais pas trop à quoi il s'attendait de ma part, mais il semblerait qu'il se méprenne sur mes intentions. En effet, sa réponse et son sourire allait de mise avec une certaine séduction, surtout qu'il m'offrait à boire un café. Je ne pouvais pas refuser, c'était une certitude. Je lui offrais aussi un petit sourire.

    " Ce n'est en rien flatteur, c'est simplement la vérité. Et j'ai pu ressentir cela sans être tellement attentive, alors rendez-vous compte si je vous avez écouté avec une plus grande attention. Vous êtes assurément une plus value dans la visite du musée, c'est certains. "

    Oui, je brossais encore un petit peu plus dans le sens du poil, mais ça ne lui ferrait pas de mal ! Qui n'aime pas être flatté de cette façon ? Les gens sont tellement à même de critiquer, plutôt que de pointer du doigt ce qui est positif. Il est facile de dire ces mots là, mais quand on vous mets au défi de prendre la place, là, en général on la ramène un peu moins.

    " Je serais ravie de prendre un café avec vous en tout cas. Moi, c'est Makayla, enchantée. "

    Et dans un réflexe, je lui tendais la main comme si nous étions sur le point de commencer une sorte de partenariat. Est ce que j'allais le laisser maître de la conversation ? Est ce que j'allais commencer à lui poser des questions ? Je ne savais pas trop. En tout cas, nous nous dirigions à présent vers la machine à café de l'entrée. Il y avait quelques tables aux alentours, ce serait parfait pour discuter un petit peu, non ?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Sam 15 Fév - 13:59


Objects In The Rear View Mirror
Mike  ~  Makayla




Elle souriait à son tour et Mike ne pu s’empêcher de songer un instant aux autres curieuses qu'il avait séduites en ces lieux. Il les chassa rapidement de ses pensées, s'il voulait gagner ce petit jeu, il devait se concentrer sur les moindre détails, le moindre indice qu'elle pourrait laisser échapper et dont il pourrait se servir pour faire mouche. Non elle ne l’intéressait pas vraiment, mais le jeu était grisant, un divertissement dont il avait grandement besoin. Cette journée semblait décidément pleine de surprises.

« Ce n'est en rien flatteur, c'est simplement la vérité. Et j'ai pu ressentir cela sans être tellement attentive, alors rendez-vous compte si je vous avais écouté avec une plus grande attention. Vous êtes assurément une plus valus dans la visite du musée, c'est certain. »

Le quadra baissa les yeux et son sourire se mua en un rictus gêné, feignant d'être dérangé par ces paroles. La gêne? Non,elle le flattait encore, c'était à la fois plaisant et mauvais signe. Les femmes qui se rependent en compliments de la sorte sont rarement les plus intéressantes. Et puis ça allait faire perdre tout son intérêt à ce qu'il espérait ne pas être un match à sens unique.

« Je serais ravie De prendre un café avec vous en tout cas. Moi c'est Makayla, enchantée. »

Makayla... Qu’elle pouvaient bien être les origines de ce prénom? Notre loup chercha un instant avant d’admettre que poser la question à l’intéressée serait plus productif. Elle acceptait son invitation, le reste serait laissé pour moitié à l'improvisation, pour moitié à l’expérience. Puis il y avait ce geste, elle avançait la main comme pour serrer la sienne. Il n'ignora pas le geste et il échangea avec elle la poignée de main qu'elle avait entamé. C'était une attitude de business, pas de séduction. Déformation professionnelle? Ou était elle réellement là pour autre chose? Pour le moment il n'en avait pas la moindre idées, mais ça faisait partie du jeu.

Comme ils arrivaient au niveau des tables disposées non loin des distributeur, il reprit la conversation, non sans oublier la courtoisie nécessaire au bon déroulement de la partie.

« Court? Long? Sucre? Non laissez moi deviner . . . macchiato sans sucre ? »

Quand elle lui eu donné la réponse et qu'il eu été chercher ce qu’elle avait demandé et un café court pour lui, il la fixa un instant en silence, comme s'il cherchait un moyen d'engager la conversation. Mais sa question était déjà prête depuis qu’elle s’était présentée, elle lui avait donné une munition qu'il ne comptait pas gâcher.

« Ça va probablement vous paraître indiscret, mais je me demandais . . . Makayla . . . c'est assez peu courant, je suis navré de devoir l’admettre mais je n'arrive pas à en déterminer  l'origine. »

Un collègue du guide passa tout prés d'eux adressant un traditionnel "bonjour" accompagné d'un sourire moqueur quand il vit la jeune femme. Mike lui rendit la politesse mais fit mine de ne pas avoir remarqué l’allusion du passant. Il attendait la réponse de la jolie blonde tout en réfléchissant à la manière de rebondir sur un autre sujet si elle esquivait sa question





Dernière édition par Mike Rivera le Lun 17 Fév - 13:44, édité 2 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Dim 16 Fév - 1:03

    Il n'aimait pas les compliments que j'étais en train de lui faire, sans doute que cela était un peu trop, même si c'était véridique. Il semblait gêné de tout ce que je venais de lui dire, mais c'était tant mieux, peut être serait-il moins sur ces gardes, à moins qu'il ne pense simplement que j'essayais de lui faire du charme. Je voulais me montrer la plus intrigante possible. Mais les compliments étaient finis, pour le moment en tout cas, peut être que j'en aurais d'autres à dire mais pour l'instant, c'était largement suffisant. En tout cas, je lui donnais mon prénom en entier ce qui n'était pas chose si courante que ça. Je réduisais souvent à Mak, ou Maka, mais pour lui, je serais bien Makayla. Je vis tout de suite que cela l'intriguait. En tout cas, il répondit à ma poignée de main. Je ne savais pas tellement dans quelle direction nous allions, c'était un peu atypique, mais ça me plaisait bien. Nous arrivions donc en direction des machines à café, il me demanda ce que je désirais.

    " Et bien vous avez raison, partons sur un macchiato sans sucre. "

    Je n'étais pas vraiment une pro en ce qui concerne les cafés mais celui-ci serait largement satisfaisant, je n'étais pas bien difficile à ce niveau là. Il apporta donc les deux cafés, le mien et le sien qui semblait être différent mais ceci n'avait guère d'importance. Il me regarda quelques instants avant de me poser la question qui lui brûlait les lèvres. Makayla, quelle était l'origine de ce prénom. Je ne connaissais pas vraiment la réponse à vrai dire. J'aurais bien demandé à mes parents mais ils n'étaient plus de ce monde pour me répondre. Je lui donnerais cependant matière à rebondir.

    " Et bien, je ne sais pas précisément l'origine de ce prénom. A vrai dire, je crois que c'est un dérivé du prénom Makenzie, ou quelques choses comme ça. Je demanderais bien à mes parents la réponse mais ce n'est malheureusement pas possible. "

    Je lui faisais un petit sourire. Comprendrait-il que j'étais orpheline ? Je ne le lui disais pas clairement mais il pourrait le comprendre. Je le testais, pour voir ce qu'il en penserait. Oui, ça m'amusait, même si je n'étais pas vraiment venue pour ça. Je buvais alors une gorgée de café.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Dim 16 Fév - 11:05


Objects In The Rear View Mirror
Mike  ~  Makayla







Il avait apparemment vu juste quand au café qu'elle choisirait, bien qu'elle sembla avoir acquiescé par politesse. Le quadra laissait jouer ses doigts sur son gobelet, ce n’était pas un mouvement nerveux comme ces gens qui tapotent un pseudo rythme pour briser le silence, il feignait la gêne d'avoir posé une question idiote. Les question idiotes ça n'existe pas, il en avait l'intime conviction. Comment enrichir ses connaissances dans quelque domaine que ce soit si on est pas un tant soit peu curieux ?

« Et bien, je ne sais pas précisément l'origine de ce prénom. A vrai dire, je crois que c'est un dérivé du prénom Makenzie, ou quelques choses comme ça. Je demanderais bien à mes parents la réponse mais ce n'est malheureusement pas possible. »

La fin de la phrase attira son attention plus que la réponse à la question. Un dérive de Makenzie ? Soit. La jeune femme avait visiblement un point commun avec lui, orpheline. Il n'était pas vraiment sur de l'être lui même tout à fait, son humaine de mère était peu être encore quelque part. Mike se laissa aller à imaginer les frères et sœurs qu'il lui restait peut être, humains, ignorant certainement son existence. De fil en aiguille il songea ensuite à ceux qui l'avaient recueillit, la meute espagnole, puis à son père, ses frères, Sam. Il hésita à lui répondre qu'orphelin, il l'était aussi. Sa vie privée, il aimait la garder pour lui, mais c'était un sujet de conversation tout choisit avec cette femme. Le loup se prit à penser à Sarah, en temps normal il avait déjà du mal à lui en parler à elle qu'il connaissait par cœur, alors pourquoi se livrerait il à cette étrangère ?

La gêne, elle n'était plus feinte du tout. La rancœur qu'il éprouvait toujours à la perte de chaque membre ou presque de sa famille, elle remontait doucement en même temps que les souvenirs que Makayla venait de réveiller sans le savoir. L'envie de jouer avait disparu, laissant place à une mélancolie qu'il n’appréciait pas le moins du monde. Il releva la tête de son café pour plonger un regard lourd de compassion dans les yeux de la jeune femme.

« Je suis désolé, je n'en avait pas la moindre idée, je ne pouvais pas savoir en même temps. »

Un rictus agacé vint apparaître sur ses lèvres. Il n'aimait pas du tout la phrase sordide qu'il venait de prononcer. Ses doigts maltraitaient à présent nerveusement le gobelet. Puis sans qu'il sache vraiment pourquoi, il se sentit obligé de préciser ;

« J'ai grandit dans une . . . famille d'accueil. Puis j'ai retrouvé mon père, puis il est mort. Je suppose qu'on peu considérer ça comme un point commun morbide que nous partagerions vous et moi. »

Oui, il haïssait cette mélancolie qui gagnait du terrain, il était en train de perdre le contrôle de la partie. Le loup ne voulait pas se confier à la jeune femme, ce n'était pas l'idée de départ, pourquoi s'en était il éloigné ? Se décidant enfin à boire de son café, il resta un instant le regard perdu dans le brun sombre du breuvage avant de relever les yeux. Il tentait tant bien que mal de cacher son état en affichant un sourire vague. Il cherchait un moyen de rebondir sur autre chose mais rien ne lui venait précisément à l'esprit. Rien d'autre que des visages qu'il ne croiserait plus et l'odeur du café chaud.





Dernière édition par Mike Rivera le Lun 17 Fév - 15:31, édité 4 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Lun 17 Fév - 1:16

    L'origine de mon prénom n'avait guère d'importance, même si mon prénom était d'origine russe ou moldave, cela ne m'empêcherait pas de dormir la nuit. Il semblait être un dérivé de ce prénom américain, rien de bien spécifique, juste une orthographe et une consonance atypique, j'étais bien la seule à avoir ce prénom là. Pourtant, si j'avais répondu à sa question, j'avais lancé un sujet de façon un peu implicite, mais un sujet plus lourd de conséquence, moins léger, et j'avais senti qu'il avait compris l'allusion, très rapidement. Qu'allait-il en dire ? Je ne savais pas trop, peut être que ma situation ferrait échos à sa situation. Son dossier était assez incomplet à vrai dire, mais s'il correspondait, il n'avait pas du connaître sa mère, il était au moins orphelin de mère, et peut être de père, je n'en savais rien en tout cas, son café fut son refuge l'espace de quelques instants. Puis, il leva son regard pour le plonger dans le mien. Il semblait compatir à ma souffrance, qui n'était plus trop présente depuis déjà quelques temps. J'avais appris à me blinder, à ne pas me laisser submerger par les éléments autour de moi, de paraître forte, d'être véritablement forte ! J'avais pu survivre ainsi durant ces années sanglantes. Il semblait être désolé pour la perte de mes parents, mais en même temps, il était agacé, pour une raison qui m'échappait. Il n'avait pas envie de se confier à moi, du moins de me dire quelques choses d'aussi personnel le concernant, je pouvais le sentir. Mais il rentrait parfaitement dans le moule que je lui avais dessiné, en disant que je n'étais pas venue simplement pour la visite. Non, monsieur Rivera, je n'avais pas l'intention de vous draguer, c'était pour autres choses que j'étais venue, et s'il avait du comprendre que je ne voulais pas le séduire, il devait se demander ce que je cherchais à obtenir en parlant ainsi. Il semblait être devenu bien mélancolique depuis que je lui avais dit ça, si bien qu'il me révéla qu'il était lui aussi orphelin de père, et implicitement de mère puisqu'il avait grandit en famille d'accueil.

    " Oh, je suis également désolé de l'apprendre. Vous n'avez pas réussi à retrouver votre mère alors ? Désolé, je suis peut être bien trop indiscrète en vous demandant cela. "

    Je faisais le petit rictus de la gêne, même si j'espérais sincèrement qu'il m'en dise un peu plus, que je puisse découvrir qui se cache derrière, sous la carapace. Je me décidais cependant à faire comme lui, à boire mon café, qui n'était plus brûlant, mais bien buvable à présent. Je ne savais pas s'il allait changer de conversation ou non, je le verrais assez vite sans doute. Je pourrais lui en dire plus sur ma personne pour qu'il en dise plus, même si ceci n'était pas vraiment obligatoire.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Lun 17 Fév - 15:22


Objects In The Rear View Mirror
Mike  ~  Makayla




Le contrôle. Il devait reprendre le contrôle, tant de ses émotions que de la conversation, les deux allaient de paire. S’il avait abandonné l’idée de jouer avec elle, il ne souhaitait pas mettre un terme à la conversation pour autant. L’orgueil. L’orgueil qui ne lui laisserait pas perdre la face devant cette inconnue. Comment avait-elle put, en prononçant une simple phrase, lui faire perdre pied ? Était-il si fragile malgré la lutte constante qu’il s’imposait pour garder sa peine enfouie ? Mike avala une rasade de café supplémentaire, cherchant un moyen de retrouver ses esprits.

« Oh, je suis également désolé de l'apprendre. Vous n'avez pas réussi à retrouver votre mère alors ? Désolé, je suis peut être bien trop indiscrète en vous demandant cela. »

Indiscrète ? Oui mais il l’avait cherché, il ne pouvait pas le nier. Quant à sa mère, s’il lui arrivait de s‘imaginer la tournure dés événements si elle ne l’avait pas abandonné, il ne s’était jamais réellement intéressé à ce qu’il avait pu advenir d’elle depuis. Il savait ce que son père lui en avait dit, qu’elle était originaire d’Argentine, que sa famille avait émigré en Espagne quand son père avait eu une promotion ou quelque chose comme ça, qu’ils s’étaient tous deux rencontrés quand elle était venu travailler à Édimbourg, puis qu’elle s’était mariée avec un homme auprès duquel elle s’ennuyait. Il avait soupçonné un temps que son père ai pu tenter de la séduire de nouveau mais cela n’avait guère d’importance. Aussi il n’eut pas grand mal à éviter de s’éterniser là-dessus.

« Je sais qu’elle m’a laissé dans un orphelinat, je n’ai jamais vraiment eu envie ni de lui en vouloir, ni de la retrouver. »

Ce n’était pas un mensonge, juste une version abrégée de l’histoire.  Une réponse courte et précise qui lui permettait d’enchaîner sur autre chose. Le quadra termina son café en quelques gorgées. Les sujets douloureux étant à présent derrière eux, il allait pouvoir reprendre le contrôle. Bien que le jeu de séduction qu’il avait lancé n’ai plus à présent grand intérêt, il lui restait à comprendre qui elle était et pourquoi s’intéressait elle à lui de la sorte. Le contrôle. Toujours garder le contrôle de son auditoire, qu’il s’agisse d’une foule de curieux ou d’une seule femme.

« Makayla, je ne peux m’empêcher de vous poser la question, je veux dire, vous en savez à présent beaucoup sur moi, à mon tour d’en apprendre plus n’est-ce pas ? Vous savez par exemple que je travaille ici, qui plus est vous semblez apprécier la façon dont je le fait, mais vous, que faites-vous dans la vie ? »

Le loup avait retrouvé son calme et affichait à nouveau le sourire charmeur que les questions de la jeune femme avaient fait disparaître plus tôt. Il ne jouait plus, plus au même jeu du moins, mais il comptait bien ne pas la laisser mener la danse. En apprendre plus sur elle était essentiel pour la cerner mieux, savoir ce qu’elle voulait. Son instinct l’assurait cependant d’une chose, elle n’était pas là pour se faire offrir un café et des mièvreries, restait à déterminer ses intentions.


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Lun 17 Fév - 17:43

    Il ne m'avait délivré l'information de gaieté de coeur, c'était une certitude, mais en même temps, quand on parle de personnes qu'on a aimé et qui ne sont plus de ce monde, je ne pense pas qu'on dise cela d'une façon plaisante. En tout cas, le guide n'avait plus la même assurance que lors de la visite, ou lorsqu'il m'avait abordé, quelques instants auparavant, comme si ma phrase l'avait complètement déstabilisé. Pourtant, je m'attendais à une réaction plus importante de sa part. J'avais en face de moi un loup, et il ne pouvait pas se laisser marcher dessus de la sorte, sauf s'il n'était pas un loup très féroce, chose que j'avais du mal à m'imaginer. Son café semblait être son refuge, mais son verre n'était pas sans fond, il devrait bien dire quelques choses à force, non ? Je lui posais la question sur sa mère m'auto-prononçant indiscrète mais la question me paraissait totalement justifiée. Et il me répondit. Elle l'avait donc laissé dans un orphelinat mais il ne lui en voulait pas, et il ne voulait pas la retrouver. Étrange, chaque orphelin, du moins dans ce genre là se met à chercher ces parents à un moment ou un autre, non ? C'est ce que j'aurais fait, je suppose, puisque je ne m'étais pas vraiment retrouvée dans cette position là. Je notais dans un coin de ma tête que sa mère n'était peut être pas morte comme il le pensait ou le laissait penser. Je n'allais pourtant pas lui en demander bien plus à ce niveau, j'avais déjà eu beaucoup apparemment au vu de l'homme mystérieux qui se tenait devant moi. Pourtant, je n'allais pas abattre mes cartes directement. Mon jeu était rempli de bonnes cartes, je n'aurais qu'à les déposer sur la table petit à petit. Il avait fini son café, et dans un temps similaire, je faisais la même chose. Il me posait à présent une question sur moi, comme s'il voulait reprendre le contrôle de la conversation. J'allais donc lui dire une vérité, peut être pas celle qu'il aurait voulu, mais il ne pourrait pas le savoir, pas tout de suite en tout cas. Il voulait savoir le pourquoi je m'intéressais à lui, c'était une certitude. Il allait devoir deviner.

    " Dans la vie, je suis photographe, j'ai même écrit un livre il y a quelques années, enfin, j'ai surtout pris les photos et ajouté quelques légendes pour le rendre plus vivant. "

    S'il voulait en savoir plus à propos de ce livre, je pourrais lui donner le nom de celui-ci, et je pourrais lui parler de son contenu, histoire qu'il en sache plus sur moi, sans vraiment savoir l'essentiel. Pour le moment, je n'en disais pas plus, j'attendais de voir ce qu'il avait dans le ventre. Le jeu continuait même s'il était certain qu'il n'était plus le même qu'au départ, la séduction s'était éloignée de notre duo.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Lun 17 Fév - 21:34


Objects In The Rear View Mirror
Mike  ~  Makayla




Il avait posé une question légitime, elle n’éluderais pas la réponse. C'était du moins ce qu'il espérait. Cependant la réponse ne satisfait pas entièrement sa curiosité.

« Dans la vie, je suis photographe, j'ai même écrit un livre il y a quelques années, enfin, j'ai surtout pris les photos et ajouté quelques légendes pour le rendre plus vivant. »

Photographe. C'était tout et rien à la fois. Il connaissait des tas de raisons de prendre des photos. Artiste ? Des photos de paysages, de foules grouillantes, de monuments, pour le plaisir et la beauté du sujet. Journaliste ? Des images lourdes d'actions, de délation, de scoops, à la une des quotidiens.  Shooting de mode ? Les derniers tailleurs à la mode, les coiffures les plus extravagantes, la lingerie la plus affriolante. Il y avait aussi les raisons plus obscures, celles qu'on ne crie pas sous les toits, les métiers de l'ombre qui avaient vu un tremplin parfait dans cette guerre qui avait fait rage. Le fait qu'elle avait publié un livre avec ses prises de vue devait il lui faire perdre de vue qu'elle pouvait être dans cette dernière catégorie ? Mike savait que la plupart de ses collègues savaient ce qu'il était, ça faisait partie des règles qui le maintenaient à ce poste. L'un d'entre eux aurait il vendu à la mèche ? Si cela éliminait certes les photos de mode, il restait la journaliste, l'artiste et la fille de l'ombre. La journaliste aurait adoré une interview parsemée de photo avec un vieux loup vétéran des années sombres. L'artiste aurait certainement remplit un plein livre de photos de la bête hurlant à la lune. La dernière en revanche....il ne comprenait pas ce qu'elle aurait pu tirer de lui. Son nom ne ressortait probablement nul part car s'il avait été un soldat fidèle durant ces sept années de conflits, il n'avait rien fait qui mérite d’enluminer son nom de gloire ou de au contraire le noircir de déshonneur.

Il lui fallait donc éliminer les hypothèses, éviter de tirer des conclusions hâtives, analyser les résultats et agir en conséquence. Gardant le même sourire aux lèvres, fixant la blonde qu'il trouvait de plus en plus intrigante, il reprit espérant obtenir de quoi faire le tri dans les options qu'il voyait.

« Un livre ? Je serais ravi d'avoir l'occasion de le feuilleter. Quel genre de photos ? S'agit il de quelque chose dans l'esprit de ces beau panorama que l'on expose parfois ici ou peut être êtes vous plutôt de ces reporters qui bravent le danger pour offrir la une la plus choc possible à leur magasine ? »

Mike avait plongé son regard dans le sien en terminant sa question, guettant sa réaction, espérant déceler si la réponse serait mensonge ou pure vérité. Autour d'eux les visiteurs continuaient leur va et vient, la foule quotidienne poursuivait son manège. Un coup d’œil à sa montre, il lui restait encore du temps devant lui. Le quadra avait de toutes façons la certitude que si elle était réellement venue pour lui, elle ne lâcherait pas le morceau pour un simple problème d'emplois du temps.


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Mar 25 Fév - 17:12

    Je lui avais donc dis que j'étais photographe, du moins, pas complètement explicitement puisque je lui avais parlé de ce livre qui faisait ma fierté. Il avait été fait à la sueur de mon front à travers un périple autour du monde qui avait été long mais extraordinaire. Mais c'était bien vrai, je n'avais pas vraiment précisée de quoi les photos étaient faites. Et alors qu'il semblait réfléchir quelques instants, il me posa effectivement la question. Je souris un petit peu car la description qu'il faisait de moi, était vrai en partie. A la base, je faisais des photographies pour l'art, des paysages principalement, mais comme j'étais engagée dans un grand groupe de presse je m'étais un peu amusée à jouer les journalistes, même si j'étais une artiste dans l'âme.

    " Vous avez raison, je n'ai pas été assez précise dans mes propos. J'ai fait le tour du monde pour prendre ces photos, avant que les années sanglantes n'arrivent. C'était juste avant que les vampires ne se déclarent même. Cela remonte donc à quelques années, mais le livre est constitué des paysages de nombreux pays. J'ai pu faire la découverte de nombreux habitants, cela a été assez extraordinaire je dois dire. Parfois, j'aimerais le refaire, car je suis certaine que bien des choses ont changées en 10 ans. "

    Et oui, ce voyage remontait à si loin, et me donnait directement un coup de vieux. Je n'étais pas bien vieille, mais je me disais que de l'eau avait ainsi coulée sous les ponts, que les choses étaient si différentes, les années sanglantes étant passées par là aussi, ça y joue grandement. Je me disais que j'avais sans doute rencontré des loups, des vampires ou des semi-démons durant ce voyage sans m'en rendre compte. J'aurais pu y laisser la vie, notamment dans certains pays assez instable politiquement parlant. Mais si Mike me branchait sur ce voyage, je pourrais lui en parler pendant des heures, alors que je n'étais pas venue ici pour ça. Enfin, c'était un mince prix à payer si je voulais essayé d'avoir les informations qu'il pouvait potentiellement détenir.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Mar 25 Fév - 18:37


Objects In The Rear View Mirror
Mike  ~  Makayla




Il observait sa réaction, attendait sa réponse. La jolie blonde lui sourit quand il la questionnait sur le sujet de ses photos. Jolie ? Elle avait beau ne pas être son style, le quadra ne pouvait nier qu'elle était charmante. L'envie de poursuivre son petit jeu le chatouillait, il avait tenté de se retenir de ramener la moindre conquête d'un soir depuis qu'il était rentré et il voulait s'assurer que, sobre, il en était toujours capable. Pour l'heure, il se contentait d'essayer d'imaginer la jeune femme en face de lui, appareil photo autour du coup au cœur de l'action au milieu d'un conflit ou devant les plus beaux paysages. Sans un indice de sa part, il aurait du mal à deviner le contenu du livre.

«  Vous avez raison, je n'ai pas été assez précise dans mes propos. J'ai fait le tour du monde pour prendre ces photos, avant que les années sanglantes n'arrivent. C'était juste avant que les vampires ne se déclarent même. Cela remonte donc à quelques années, mais le livre est constitué des paysages de nombreux pays. J'ai pu faire la découverte de nombreux habitants, cela a été assez extraordinaire je dois dire. Parfois, j'aimerais le refaire, car je suis certaine que bien des choses ont changées en 10 ans. »

Un carnet de route. Son livre était donc un carnet de route. Mike laissa sa mémoire vagabonder un peu. L’Andalousie. Avait-elle prit quelques clichés là-bas ? Les paysages de son enfance défilaient devant ses yeux comme les souvenirs revenaient. Il n'avait put prendre le temps de revoir quoi que ce soit lors de son court séjour et commençait à le regretter. Nostalgique ? Peut être. Peut être qu'une partie de lui aurait voulu revoir un peu de ce qui fut sa patrie. Non pas qu'il regrettait la vie qu'il avait eu en Écosse auprès des siens, le soleil lui manquait simplement, surtout ces derniers jours. Makayla pensait que les choses pouvaient avoir changée en dix ns, que devait-il espérer des lieux qu'il avait connu prés de trente ans plus tôt ? Il ne put retenir sa curiosité plus longtemps, si elle avait été à Séville ou ses environs, ce serait un excellent sujet de conversation.

« Un Road Trip photographique en quelque sorte ? C'est curieux, je vous aurais plus imaginé reporter d'investigation. Non pas que l'un puisse être plus glorieux que l'autre, je vous pensais plus une femme d'action tout simplement.»

Il lui servait un large sourire, espérant la flatter un peu. Le jeu était relancé, il n'avait pas besoin du prix, juste de la partie en elle même. Le loup fit mine d'être gêné de poser la question suivante, pourtant la seule qui l’intéressait vraiment.

« Je peux me permettre de vous demander quelque chose ? L’Espagne . . . y a-t-il des photos de ma chère Andalousie dans votre livre ? »

Il en rajoutait un peu, beaucoup même, mais il aimait le rendu de la question qu'il venait de formuler.

« Votre livre datte de dix ans, je n'y ai pas mis les pieds depuis bien plus longtemps. La cathédrale . . . ¡Dios mío!  Vous ne pouvez pas ne pas en avoir prit quelques cliché! Saviez vous que la Catedral de Santa María de la Sede est la plus grande cathédrale de style gotique au monde ? Le clocher,  la Giralda , était . . . pardon je suis en pause, là avec vous et voilà que le guide reprend le dessus sur l'homme passionné que je suis. »

Cette fois, il n'avait pas eu à se forcer, il avait juste laissé libre cours à sa verve. Il n'en fallait généralement pas beaucoup à Mike pour se lancer dans des explications en tout genre, les grands récits, et c'était souvent à double tranchant. Certaines fuyaient ce flots in-discontinue de paroles, d'autre tombaient en pâmoison devant la culture dont il faisait preuve. Restait à savoir dans quelle catégorie il fallait ranger la fille en face de lui.



avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Jeu 27 Fév - 15:03

    Oui, j'avais fait une sorte de road trip même si cela avait pour le boulot, j'avais pu profiter de cela, en faisant un peu de tourisme, parfois, j'avais pris des photos au péril de ma vie, même si je n'avais jamais été en direct de certains conflits, les guide avec lesquels j'étais parfois me disait de bien faire attention, quelques fois nous nous étions caché de militaires bien armés pour passer dans la jungle, là où les animaux sauvages se trouvaient, mais c'était plus sûr que de croiser les militaires. Même si j'avais une accréditation mondiale, ce n'était qu'un bout de papier plastifié. La première remarque de Mike me fit sourire, il pensait que j'étais plus une femme d'action, comme si cela pouvait se lire sur mon visage. Il n'avait pas tord du tout puisque durant les années sanglantes j'avais agit et que je venais de retrouver le chemin des terrains à la brigade PES, mais ça, je n'allais pas le lui dire, ou si je le lui disais, ce ne serait pas pour tout de suite. Il me servait son plus beau sourire comme s'il avait retrouvé sa contenance me posant une question sur sa chère Andalousie. Alors, je faisais mine de chercher, mais je me souvenais parfaitement avoir visiter Barcelone, Madrid, Valence & Séville, sur les traces du Barbier et de Don Qui Chotte. Puis, avant que je n'eus le temps de répondre, il reprit avec tout un tas de détails. Je voyais bien là, le guide qui ressortait en lui. Mais il se stoppa assez rapidement, s'excusant même.

    " Ne vous excusez pas, j'ai en effet visiter l'Espagne, l'Andalousie en fit partie, à la fin de mon périple dans ce pays d'ailleurs. J'avais commencé par Barcelone, notamment la Sagrada Familia, puis après Madrid pour finir dans le Sud du pays, avec les oliveraies de Séville, les orangeraies aussi, il y en avait tout un tas. J'ai visité le monument que vous me citez, il y a une petite photo dans le livre, ainsi que l'Alhambra de Granada et encore d'autres monuments dont je ne me souviens plus le nom mais il y a 8 pages sur l'Espagne, dont 3 sur votre Andalousie. Le bouquin se trouve à la librairie, vous n'aurez qu'à chercher à Makayla Brown et vous devriez le trouver. "

    Oui, je lui donnais par la même occasion mon nom de famille mais ça ne faisait rien, il n'était pas vraiment dangereux pour ma petite personne de toute façon. Je n'en disais pas plus, j'attendais qu'il réagisse à ce que je venais de lui dire.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Ven 28 Fév - 0:48


Objects In The Rear View Mirror
Mike  ~  Makayla




Mike espérait ne pas avoir trop parlé. Il aurait perdu l'attention de la jeune femme et la partie par la même occasion. Elle semblait l'avoir écouté avec attention et lui souriait toujours. Était-ce bon signe ? Elle semblait réfléchir, chercher à son tour dans ses souvenirs, pour voir si elle avait visité les lieux qu'il mentionnait. Ses pensées à lui étaient toujours perdues quelque part prés de Séville, il commençait à regretter vraiment de ne pas avoir prit le temps de se balader un peu lors de son voyage. Se balader ?C'était une idée idiote, il le savait pertinemment. Une idée idiote qui aurait pu lui coûter cher, à lui et à sa mission. Le quadra n'arrivait plus à chasser l'Espagne de ses pensées et il fut ravi qu'elle relance la conversation, le sortant ainsi de sa torpeur.

« Ne vous excusez pas, j'ai en effet visiter l'Espagne, l'Andalousie en fit partie, à la fin de mon périple dans ce pays d'ailleurs. J'avais commencé par Barcelone, notamment la Sagrada Familia, puis après Madrid pour finir dans le Sud du pays, avec les oliveraies de Séville, les orangeraies aussi, il y en avait tout un tas. J'ai visité le monument que vous me citez, il y a une petite photo dans le livre, ainsi que l'Alhambra de Granada et encore d'autres monuments dont je ne me souviens plus le nom mais il y a 8 pages sur l'Espagne, dont 3 sur votre Andalousie. Le bouquin se trouve à la librairie, vous n'aurez qu'à chercher à Makayla Brown et vous devriez le trouver. »

Barcelone. Madrid. De très belles villes certes, mais qu'il n'avait eu que peu de fois l'occasion de visiter. Parce qu'il n'était encore qu'un jeune adolescent, turbulent qui plus est, il n'avait pas eu le droit de s’éloigner de l'Andalousie, de la meute. Il ne s'en plaignait pas, n'avait pas de raison de le faire. L'enfance du loup n'avait pas été malheureuse pour autant, loin s'en faut. Il avait eu son lot de souvenirs, d'aventures et de conneries faites avec ses frères de meutes. L'Alhambra. Un regard rêveur vint se rajouter à son sourire. Il ne l'avait vu qu'une fois, mais que de beauté dans ce lieu chargé d'histoire. Mike prit soin d'enfouir précieusement de le nom de la jeune femme dan son esprit, un tel livre valait certainement le coup d’être feuilleté. Cependant une chose l'intriguait, elle semblait cultivée, intelligente... pourquoi alors était elle venue suivre sa visite si elle ne souhaitait pas en écouter une miette ? Elle l'avait dit, elle était venue pour lui. Pourquoi ? Le loup prit le partit de continuer son jeu encore un instant avant de poser la question.

« Connaissez vous ce poème que Victor Hugo, un poète français du 19éme siècle, fit sur l'Alhambra? L'Alhambra ! l'Alhambra ! Palais que les génies ont doré comme un rêve et rempli d'harmonies. »

Le quadra récitait les vers en y mettant le ton. Il ne termina pas le poème, il n'en avait ni le besoin ni l'envie. Il marqua un temps de pause, savourant son effet. Il aurait put le réciter en espagnol mais pourquoi traduire un poème, ça aurait été idiot, de plus il n'aimait pas dénaturer les vers par une traduction trop approximative qui ne rendrait pas justice à l'oeuvre originale. Puis son regard se fit plus sérieux, sa voix moins suave.

« Makayla, vous semblez être une femme cultivée, je ne comprend pas que vous soyez venue dans ce musée sans tenter d'en suivre la visite. Si ce que j'ai proposé n'était pas la cause de votre manque d'attention, qu'était-ce ? Vous dites être venue pour moi, pourquoi si ce n’est pour mes récits ? »

Plantant ses yeux bruns dans ceux de la jeune femme, il attendait une réponse franche. Il n'avait certes pas un dont pour détecter les mensonges, Sam et Charlie s'en étaient servit plus d'une fois, mais il espérait néanmoins qu'elle se livre. Mike se trompait peut être mais il commençait à avoir l'impression qu'elle était loin d'être si innocente qu'elle en donnait l'air.



avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Ven 7 Mar - 3:12

    Je lui parlais donc de ce que j'avais pu visiter durant mon voyage en Espagne, petite partie de mon voyage autour du monde. Et visiblement, l'Andalousie semblait le toucher plus que les autres villes qui étaient pourtant toutes aussi merveilleuses. Il était sans doute originaire de cette région d'Espagne, cela faisait l'évidence. Il me parla alors de ce poème de Victor Hugo sur l'Alhambra. Cela me disait vaguement quelques choses mais je ne le connaissais pas vraiment. Je connaissais l'auteur français qu'il citait, mais pas particulièrement le poème. Je sentais pourtant que le petit jeu qui s'était installé entre nous touchait bien malgré moi à sa fin. Il voulait donc en savoir plus sur le pourquoi de ma présence ici. Il n'avait donc pas oublié le fait que je lui avais dit que j'étais venue pour lui et non pour la visite en elle-même.

    " Je connais l'auteur que vous citez, mais pas particulièrement ce poème là bien qu'il semble être magnifique. "

    Il me donna donc quelques compliments. Je semblais être une femme cultivée. C'est vrai qu'avec mon tour du monde, j'avais appris tout un tas de choses, vraiment beaucoup de choses. Je ne me souvenais pas de tout, mais quand je peux donner l'impression d'être une encyclopédie, je ne me gêne pas du tout. Mike Rivera recentra donc la conversation sur les raisons de ma présence ici. Je ne voulais pas l'importunée, nullement mais j'allais à présent jouée cartes sur table.

    " Vous êtes guide dans ce musée depuis longtemps n'est ce pas ? Vous en connaissez tous les recoins ? N'avez vous rien remarquez de différent durant ces dernières semaines ? Quelqu'un de nouveau est-il arrivé parmi les employés ? "

    Je ne répondais pas directement à sa question, je me contentais d'en poser de nouvelles. Allait-il comprendre qui j'étais vraiment ? Avec ces questions, anodines certes, il allait s'en poser d'autres. Pourquoi est ce que je lui posais ces questions à lui ? Parce qu'il était un loup, et si un semi-démon avait utilisé ces capacités par ici, il avait pu le sentir, mais sans doute n'avait-il rien remarqué.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Sam 8 Mar - 8:41


Objects In The Rear View Mirror
Mike  ~  Makayla




Victor Hugo. Pourquoi, de tous les auteurs qu'il connaissait, avait-il cité Victor Hugo ? Certes ce poème illustrait parfaitement les splendeurs de l'Alhambra, mais il aurait pu choisir tant d'autre références. Mike avait laissé sa voix suivre les vers, posant chaque mot comme l'aurait fait un écolier motivé qui réciterait une poésie par cœur. La jolie blonde semblait avoir apprécié la récitation, certes elle n'allait pas lui décerner un bon point, mais peut être aurait-il réussit à lui faire baisser sa garde.

« Je connais l'auteur que vous citez, mais pas particulièrement ce poème là bien qu'il semble être magnifique. »

Le loup esquissa un sourire entendu. Il lui avait toujours semblé évident que tout le monde connaissait Hugo, tout comme d'autre auteur français tels que le romancier Vernes ou le poète Baudelaire. Ce poème en revanche, bien qu'effectivement magnifique restait peut être parmi les moins connus de ses compatriotes. Peut être parce qu’il n’était pas question de politique et que les britanniques connaissaient surtout Hugo pour son partit prit et son exil à Guernesey. Il laissa de coté ses considérations historiques pour reporter toute son attention sur la jeune femme. Sous couvert de compliments, il espérait bien découvrir la raison de sa présence ici, et plus encore ce pourquoi elle s’intéressait à lui. L'idée qui lui était venue plus tôt, qu'elle puisse vouloir profiter d'avoir un loup sous la main pour publier les photos qui propulserait son nom sous les projecteur semblait de plus en plus plausible. Cependant les questions qu'elle lui adressait en guise de reponse ne collaient pas vraiment à cette hypothèse.

« Vous êtes guide dans ce musée depuis longtemps n'est ce pas ? Vous en connaissez tous les recoins ? N'avez vous rien remarqué de différent durant ces dernières semaines ? Quelqu'un de nouveau est-il arrivé parmi les employés ? »

Il masqua tant bien que mal sa surprise, le quadra ne s'attendait pas à ça. N'était-ce donc qu'une vulgaire journaliste à la recherche de quelque chose de croustillant ? Ne l'avait-elle choisit lui que parce qu'il était un des employés avec le plus d'ancienneté ? C'était décevant, à tel point qu'il en aurait presque quitté la table, la laissant planté là et allant terminer sa pause ailleurs. Lui qui avait commencé à fabuler sur quelque chose qui sorte un tant soit peu de l'ordinaire, se retrouvait au milieu d'une banale interview. Le loup se racla la gorge et afficha un rictus agacé avant de répondre.

« Dites . . . si vous vouliez une interview pour vous propulser au JT il fallait le dire tout de suite. Moi qui croyait que ce qui vous intéressait ici c'était moi, et non de vulgaires bruits de couloirs. »

Il faisait jouer le gobelet dans ses mains sans la lâcher du regard. Laissant échapper un soupire déçu, il poursuivit cependant ;

« Pour répondre à vos questions, je suis là depuis suffisamment longtemps pour vous dire que d'autres ici vous aurez simplement fait reconduire à la porte manu military. Outre une journaliste manquant cruellement de matière à se mettre sous la dent, je n'ai rien vu d'étrange ces derniers temps. Et pour finir oui, il y a eu des recrutements, notamment au niveau du personnel d’entretien. »

Sa patience semblait arrivée à son terme et, vexé qu'il était de s'être laissé prendre de la sorte, la colère n'était pas loin de monter au museau de son loup. Il froissa le gobelet et le jeta vers la plus proche poubelle. Dans le mile. Il n'aurait plus manqué qu'il loupe ce tir pour finir de l’énerver tout à fait. Sentirait-elle qu'il n'avait pas apprécié qu'elle se joue de lui comme elle l'avait fait ?



avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Jeu 13 Mar - 23:54

    Mike Rivera n'avait pas apprécié mes questions, mais visiblement, il manquait cruellement de jugement. Avait-il pu apercevoir un semi-démon dans les parages avec un tel manque de jugement ? Je cachais bien mon jeu pourtant, et là, paf, je lui avais sortis tout un tas de cartes, mais il les avait raté et en beauté. Son rictus ne me trompait pas, et sa réponse n'en fut pas moins décevante. Je n'avais pas envie de lui répondre ou presque. Je pensais que le loup devant moi était plus intelligent que ça, qu'il avait plus de jugeote, qu'il voyait plus loin que le bout de simples questions. Je ne souriais pourtant pas, je n'avais pas envie de sourire même. Je devais pourtant, néanmoins retourner la situation en ma faveur, alors je le laissais dire ce qu'il avait à dire. J'observais le pauvre gobelet qu'il tenait dans les mains. Il avait fini son café, certes, mais le gobelet n'avait rien demander, non ? Il le froissa violemment, et le jeta dans la poubelle la plus proche dans le mile, panier à 3 points. Alors comme ça, il voulait me renvoyer manu militari à la porte du musée ? Il ne voyait en moi qu'une journaliste en manque de sujets croustillants. Il y avait donc eu des recrutements récemment dans le personnel d'entretien. J'en prenais bonne note, je vérifierais ces informations mais pour le moment, tout ceci était bien secondaire. Alors que son regard se faisait dur sur ma personne, je sortais ma plaque. Pas celle d'une journaliste comme il le pensait, mais celle d'une agent de terrain de la brigade PES.

    " Est ce que cette plaque vous plait mieux monsieur Rivera ? Je ne suis pas là pour un scoop comme vous le pensez, non. Mais j'ai confiance en vous. Vous êtes l'une des personnes les plus anciennes dans ce musée, vous êtes une référence, alors je supposais que vous étiez la bonne personne pour avoir remarquer des choses. Votre odorat n'a pas été bon me concernant, j'aurais espéré qu'il soit meilleur par rapport à un semi-démon qui serait dans le coin. Parce que je ne sais pas si vous avez remarqué le temps dehors, mais il n'est pas vraiment naturel en ce mois de novembre. Une piste m'a mené ici. Un semi-démon se cacherait ici, et lorsqu'ils utilisent leur pouvoir, si l'on est suffisamment proche, les personnes ayant un odorat bien développé peuvent le sentir. Je suppose que vous n'avez rien remarqué de spécifique à ce niveau dans le coin ? "

    Je me montrais avec un regard plus que compatissant, même si ma première phrase avait été prononcée de façon assez sèche, mais je devais bien lui faire comprendre que je ne lui voulais rien. Si je lui voulais quelques choses, je ne me serais nullement amusée à lui parler de la sorte, à tisser un début de relation quelles qu'elle soit. Je ne savais pas s'il allait partir sans me laisser de réponse, ou s'il allait me répondre de façon plus posée. Je n'avais pas dit clairement que je savais qu'il était un loup, mais s'il savait lire entre les lignes, il l'aurait compris. Alors monsieur Rivera, qu'avez-vous à me dire ?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Dim 16 Mar - 16:30


Objects In The Rear View Mirror
Mike  ~  Makayla




Vexé. Il se sentait particulièrement vexé de s'être ainsi laissé prendre par la jeune femme en face de lui. Plutôt que de mener la danse, il avait joué selon ses règles à elle jusqu'à ce qu'elle s'en lasse et finisse par mettre fin à tout ce cinéma. Le loup n’appréciait pas du tout le fait de s'être fait mener par le bout du nez pendant un quart d'heure et déjà notre guide commençait à sentir monter sa colère. Ne pas faire de vagues, pas ici. Ne pas risquer de perdre la seule chose à peu prés stable qui restait dans sa vie. Restant maître de lui même, pur l'instant, il le lui fit remarquer sans masquer sa hargne.Nerveux. Il tentait de garder son calme et s'en prenait au gobelet qui avait contenu son café pour se focaliser sur autre chose que l'envie de lui faire amèrement regretter de l'avoir piégé de la sorte.

Elle ne lui répondit pas tout de suite, préférant l'achever tout à fait en affichant fièrement une plaque estampillée PES. Sa colère s'effaça tout à fait pour faire place à une frayeur sourde. Allait-elle à présent le menacer de le faire renvoyer d'ici ? Après tout sans la lettre de recommandation du conservateur et les relations de celui ci, il n’avait pas le droit de se trouver là, encore moins d'y travailler. Peur. Honte. Le quadra ne pouvait pas s'autoriser à afficher cette peur, il ne voulait pas la laisser paraître. Mais bien que Charlie soit revenue dans sa vie lui apporter un soutient dont il avait grandement besoin, son travail au musée restait sa principale motivation de se lever le matin. Se raccrocher à ça avait été la dernière petite lumière dans les heures sombres qu'il avait eu à affronter et l'idée de tout perdre lui était insupportable.

« Est ce que cette plaque vous plaît mieux monsieur Rivera ? Je ne suis pas là pour un scoop comme vous le pensez, non. Mais j'ai confiance en vous. Vous êtes l'une des personnes les plus anciennes dans ce musée, vous êtes une référence, alors je supposais que vous étiez la bonne personne pour avoir remarquer des choses. »

Confiance ? De quoi parlait-elle ? Personne ne lui avait demandé de faire confiance à qui que ce soit, surtout pas au loup qu'il était. Elle alternait entre sa nature et son poste ici et il avait du mal à anticiper la finalité de tout ceci.

« Votre odorat n'a pas été bon me concernant, j'aurais espéré qu'il soit meilleur par rapport à un semi-démon qui serait dans le coin. Parce que je ne sais pas si vous avez remarqué le temps dehors, mais il n'est pas vraiment naturel en ce mois de novembre. Une piste m'a mené ici. Un semi-démon se cacherait ici, et lorsqu'ils utilisent leur pouvoir, si l'on est suffisamment proche, les personnes ayant un odorat bien développé peuvent le sentir. Je suppose que vous n'avez rien remarqué de spécifique à ce niveau dans le coin ? »

Sentir ? Semi-démon ? Alors elle était venu l'interroger, le questionner finalement. Incrédule, son regard continuait d'aller et venir de la blonde à sa plaque sans vraiment comprendre tout à fait le but de tout ceci. La seule chose qui lui paraissait évidente était qu'il ne pouvait à présent plus se soustraire à son interrogatoire sous peine de se la mettre à dos et de perdre son badge de conférencier. Essayant de ne pas laisser paraître trop de ses craintes dans sa voix, le quadra entama la réponse qui lui semblait la plus naturelle.

« Mon odorat ne me trompe pas Mademoiselle. Je vous ai rangée parmi les humains, vous en êtes une. Je ne savais pas que les plaques de votre agence étaient sensées avoir une odeur bien à elles. Quant au climat... »

Il marqua une pause afin de relever les yeux vers elle et lui montrer qu'il avait reprit le contrôle, en apparences du moins. Non il ne se laisserait pas dévorer par la peur, il n'avait rien à lui dire mais il ne lui donnerait pas d’excuse pour le faire virer non plus.

« Soyez assurée que si je sentais quelque chose je préviendrais les vôtres. Il n'y a pas que dans ce musée que je suis quelqu'un d'expérience . . . j'ai vu ces créatures en action. Plus d'une fois. Trop de fois à mon goût. Je ne suis pas assez fou pour laisser courir le moindre risque aux miens dans un affrontements avec ces choses sans soutient.Pourquoi irais-je vous cacher quoi que ce soit à leur sujet si ça nous prive de votre soutient face à eux ? Car nous aurions votre soutient si l'idée leur prenaient de lever une armée à nouveau n'est ce pas ? Vous ne vous contenterez pas de les étudier de loin pendant qu'ils massacrent les vôtres et mes frères ?»

Le loup voulait ajouter autre chose mais il n'en fit rien. Ne pas dire quoi que ce soit qui la froisserait et le mettrait en porte à faux. Il restait qu'il se demandait si ses frères de meute et lui pourrait effectivement compter sur le soutient de la brigade si les rejetons des enfers revenaient faire du grabuge dans les rues. La présence de la jeune femme était à la fois la preuve que la PES veillait au grain mais elle démontrait aussi que les récents événements climatiques les intriguaient au plus haut point. Ce n'était pas à lui de s’inquiéter de ça, il n'était personne, quand les ordres viendraient, il obéirait docilement à l'Ulfric et la Lupa comme il l'avait toujours fait, mais il ne pouvait nier que ces questions le travaillaient. Pourquoi avait-il osé les lui poser à elle ? Simplement parce que quoi qu'il dise, sa carrière était de toutes façons déjà entre ses mains.



avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Jeu 20 Mar - 16:51

Je sentais que le loup n'avait pas apprécié ce petit jeu dans lequel il nous avait volontairement ou pas glissé. Mais cela ne faisait pas de différences pour moi, j'étais venue chercher des informations, et même s'il ne me les donneraient pas forcément comme je l'espérais, il me donnerait des indications. Il était énervé, je ne sais pas si cela se sentirait pour la prochaine visite mais il était à présent de mauvais poil, mais comme il était plutôt bien élevé, il ne ferrait de vagues par ici, surtout que c'était son lieu de travail, il était tellement passionné qu'il ne voudrait pas mettre tout ça en péril. Lorsque je sortis ma plaque montrant mon appartenance à la brigade PES, l'expression de son visage changea véritablement, comme si elle avait un effet plutôt persuasif. En tout cas, ma paraphe sembla le perdre un peu, il ne s'attendait pas à recevoir une visite de la sorte, surtout que j'avais caché ce que j'étais vraiment venue chercher jusqu'au bout ou presque. Son visage montrant moins d'assurance bougeait entre mes doigts tenant la plaque et mon visage. Je ne voulais pas lui faire peur, je voulais simplement quelques informations, et peut être qu'il pourrait être mes yeux et mes oreilles par ici et dans la meute même si je doutais fortement de cette dernière possibilité. Je l'écoutais donc à présent donner sa réponse. Il essaya à ce qui ressemblait à une pointe d'humour suivi d'un peu d'ironie, mais il ne dit pas tout à ce niveau là. Il ne m'apprenait rien pour le moment. Il se stoppa un instant avant de parler plus franchement, plus durement aussi comme si d'un coup, il avait retrouvé toute son assurance. Il me parla de son expérience, ignorant sans doute que j'en avais autant que lui à ce niveau, j'avais vu toutes les créatures présentement connues se taper dessus, agir avec leurs capacités et tout ce qui va avec. Il pensait donc que je le soupçonnais de me cacher des informations essentielles, alors que je venais juste tâter le terrain. Il me posa alors des questions. J'avais envie de les ignorer, honnêtement. Répondre à celles-ci ne ferrait pas avancer le débat, mais vu qu'il avait été malmené, je pouvais lui donner quelques réponses.

" Je ne suis pas là pour vous faire perdre votre poste Monsieur Rivera, si c'est ce que vous craignez. Nous sommes dans le même camp, croyez-moi. Si les semi-démons recréaient une armée pour éradiquer l'humanité, nous serons en première ligne pour les combattre. Cela ne nous empêchera pas de les étudier non plus. Il faut connaître au mieux son adversaire pour pouvoir lutter efficacement, vous n'êtes pas d'accord ? Du coup, vous pourriez être mes yeux et mes oreilles par ici. Il y a énormément de passage, que ce soit les touristes, mais aussi les personnes travaillant ici. "

Est ce que cela lui plairait ? J'essayais de me montrer compréhensive envers lui, de lui dire qu'il n'avait rien à craindre, d'ailleurs, j'avais rangé ma plaque là où elle devait être pour ne plus le déstabiliser.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Mer 26 Mar - 9:20


Objects In The Rear View Mirror
Mike  ~  Makayla




Mike n’aimait pas l’admettre mais la carte que la jeune femme avait exhibée l’effrayait. Il y avait pourtant quelques temps que la PES semblait se focaliser plus sur les créatures des enfers que sur ceux de son espèce mais il ne pouvait s’empêcher de craindre qu’elle ne fasse une exception si il ne pouvait satisfaire à sa requête. Se retrouver dans le collimateur de l’agence alors qu’il avait toujours su se tenir dans l’ombre et ne pas attirer l’attention était la dernière chose dont il avait besoin. Même à l’époque où la mère de Sam l’avait trainé devant les tribunaux, il avait pu limiter la casse. Bien sûr, l’excellente avocate qu’était Natacha avait joué un grand rôle la dedans, et même s’il lui en voulait toujours de s’être débarrassé de lui après avoir profité du procès pour s’offrir la publicité dont elle avait besoin, il lui en était reconnaissant pour les problèmes qu’elle lui avait évité. Reprendre le contrôle. Ne pas se laisser submerger par la peur et être plus malin qu’elle.

Jouer la carte de la prudence, tout en restant méfiant. La questionner tout en répondant à sa question. Le quadra espérait avoir réussi à détourner la conversation à son avantage mais il en doutait grandement. Lui assurer qu’il ne mentait pas. Se rassurer lui-même quant aux actions de l’agence. Tenter de lui montrer que bien qu’il la respectait, il restait maitre de ses émotions face à elle. Ne rien laisser paraitre de ses craintes. Echec, il le savait.

« Je ne suis pas là pour vous faire perdre votre poste Monsieur Rivera, si c'est ce que vous craignez. »

Baisant les yeux, il oubliait soudainement ses bonnes résolutions de rester de marbre pour laisser échapper un trop peu discret soupir de soulagement. C’était déjà ça de pris, si la jolie blonde ne comptait pas faire sauter son passe-droit et mettre son travail en péril, il arriverait probablement mieux à se focaliser sur la suite de la conversation.

« Nous sommes dans le même camp, croyez-moi. Si les semi-démons recréaient une armée pour éradiquer l'humanité, nous serons en première ligne pour les combattre. Cela ne nous empêchera pas de les étudier non plus. Il faut connaître au mieux son adversaire pour pouvoir lutter efficacement, vous n'êtes pas d'accord ? »

Connaitre son adversaire… évidement qu’elle avait raison. Le manque d’information pouvait vous faire perdre une bataille aussi surement que les bons renseignements faisaient pencher la balance en votre faveur. Nul besoin d’avoir eu une instruction militaire de haute gamme pour comprendre ça. Le loup avait suffisamment vécu de combats pour le savoir. Et puis l’histoire n’avait-elle pas prouvée à maintes reprises qu’une bonne stratégie militaire peut parfois contrebalancer un sous nombre ? Il cherchait un exemple à se donner pour appuyer ses pensées. Azincourt… Les six mille hommes d’Henri V avaient défait les dix-huit mille soldats du roi de France. Le placement des archers anglais, le terrain trop boueux pour la noble cavalerie française, la mauvaise manœuvre de ces derniers, chargeant droit face aux arcs qui les attendaient…. Le sur nombre des français n’avait servi à rien face à la préparation anglaise. Si on mettait de côté la version romancé de Shakespeare et le fameux discours We Band of Brothers d’Henri V, cela restait probablement avec quelques batailles de l’antiquité, une des plus belles preuves qu’une bonne stratégie est parfois plus à craindre qu’un déséquilibre de forces. Avoir laissé son esprit vagabonder ainsi dans l’histoire l’avait en quelque sorte galvanisé, aussi il acquiesçait aux mots de la jeune femme, en se permettant une pointe d’humour.

« Si vous aviez suivit ma visite avec un peu plus d’intérêt vous sauriez que vous n’avez nul besoin de me convaincre du bien-fondé de cette théorie. »

Mike s’en voulu presque aussitôt. Il s’était laissé emporter mais savait ce le moment était mal choisi pour faire de l’esprit. D’autant qu’elle n’avait pas terminé ce qu’elle avait à dire et il commençait à se demander à quelle sauce elle allait à présent tenter de le manger après avoir mis toutes ces choses au clair. Tenter ? Elle pouvait toujours essayer, le loup savourait l’ironie de l’expression que ses pensées avaient eu l’audace de choisir et un petit rictus amusé qui devait sembler hors contexte vint se dessiner au coin de ses lèvres.

« Du coup, vous pourriez être mes yeux et mes oreilles par ici. Il y a énormément de passage, que ce soit les touristes, mais aussi les personnes travaillant ici. »

A nouveau, le quadra reprenait une expression fermée, sérieuse. Ses yeux et ses oreilles. Qu’avait-il à y gagner….rien. Qu’avait-il à perdre à refuser….tout. Il ne souhaitait cependant pas lui montrer qu’elle était sur le point de gagner. Détourner la conversation brièvement. Faire mine de réfléchir. Il se tourna vers la machine à café, cherchant un peu de monnaie dans ses poches.

« Je crois qu’il m’en faut un second. »

Plus de politesse cette fois, il avait laissé tomber le jeu de la séduction pour de bon. Il se décala de la table un instant le temps que le distributeur remplisse un nouveau gobelet, puis il revint se placer face à elle, le regard perdu dans la boisson brune qui fumait entre ses mains.

« Si j’ai bien compris, vous voudriez que je sois votre informateur dans le musée et les alentours ? Que je vous appelle à la moindre variation qui me laisserait penser qu’un de ces rejetons de démon sévit dans le quartier . . . »

Le quadra avait relever la tête en finissant sa phrase. Il plongeait à présent son regard dans celui de la femme devant lui, s’efforçant de masquer les doutes qui continuaient à se balader dans son esprit. Doutes ou non, il n’avait de toutes façons pas d’autre choix que de se montrer coopératif, ce n’était pas le moment de faire des vagues, pas maintenant que Charlie était revenue dans sa vie… se mettre à dos la PES reviendrait à la placer elle aussi dans une position délicate, et ça, il n’en était pas question.




avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Ven 4 Avr - 2:39

Il avait eu peur, très peur même je dirais lorsque j'avais sortie ma plaque, il savait très bien ce que cela signifiait pour lui même si je n'avais aucune intention d'agir comme ceci le concernant. Je le lui spécifiais d'entrée et cela semblait le soulager grandement. Pourquoi devrais-je me priver d'un potentiel atout en le virant de son poste au musée ? Je ne savais même pas si je pouvais tirer pleinement ces ficelles là à vrai dire, mais s'il le pensait, alors c'était que j'en étais potentiellement capable. J'avais de nombreuses relations et avec lui, j'étirais mon réseau au delà de celui que je possédais déjà. Le musée était une belle plaque tournante quand même, n'est ce pas ? Mike serait une belle affaire pour moi, et si jamais il posait trop de questions, je pourrais lui mettre la pression. Enfin pour le moment la pression, il se la mettait tout seul sur les épaules, c'était le plus étonnant. Je lui donnais ensuite quelques arguments qu'il connaissait déjà bien, puisque l'histoire de la ville et du pays en était remplis. Connaître son adversaire, notre adversaire, voilà le plus important. D'ailleurs, il me le fit sentir. Il était tellement rassurer de ne pas perdre son travail que ma petite leçon qu'il connaissait par coeur ne me fit rien gagner ou presque. Si j'avais suivi sa visite de plus près je n'aurais rien appris de plus que je ne connaissais déjà. Et puis, je n'aurais pas pu attirer son attention aussi facilement dirons-nous. Je lui disais donc que je désirais qu'il puisse devenir mes yeux et mes oreilles ici, mais aussi dans la meute, histoire que je puisse avoir différents sons de cloches venant de là-bas. Car tous n'était pas d'accord ou sur la même longueur d'ondes. L'expression du visage de Mike se crispa à nouveau, ceci ne semblait pas tellement lui plaire. Il se retourna vers la machine à café, me disant qu'il lui en fallait un second. Je me doutais bien qu'il ne m'en offrirait pas un autre. Il me redit alors ce que je lui avais demandé, comme s'il voulait être sûr de ne pas se tromper.

" Vous avez très bien compris. J'ai soit disant des témoignages qui concordent vers le musée à propos d'un éventuel semi-démon. Vous savez, le temps qu'il fait dehors n'est pas naturel, il l'auteur des faits pourraient se cacher ici, ou non loin vu la position stratégique du musée. "

Je lui donnais une petite cacahuète, des informations qu'il n'était pas sensée avoir. Il serait sans doute plus attentif s'il savait qu'un semi-démon était potentiellement dans les parages. J'avais en tout cas atteint mon but, je le voyais mal me dire, non, je ne veux pas. Et puis, je ne viendrais pas l'embêter tout les jours non plus.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   Mar 8 Avr - 9:53


Objects In The Rear View Mirror
Mike  ~  Makayla




Un autre café. Ce n'était peut être pas judicieux d'afficher de nouveau sa gêne face à cette situation, mais l'heure n'était plus aux faux semblant. Noir, sans sucre. Être son informateur ? La prévenir en cas d'attaque des fils de l'enfer ? Oui, ça le loup pouvait le faire. Et si il devait en faire un devoir pour préserver sa tranquillité et celle des siens, il le ferait. Stratégie. Le jeu d’échec permanent d'une guerre qui finirait tôt ou tard par éclater de nouveau. Il était prudent de s'en faire une alliée, de par sa position d'une part, et ensuite parce qu'on en a jamais trop. Buvant de son second café, il attendait qu'elle confirme tout ceci. Son esprit se perdait à nouveau dans les nombreux exemples que l'histoire avait à offrir de ce genre de pactes, ceux qui finissent bien, et ceux... qui menaient à la perte de l'un des deux partis. Il ne devait pas non plus se reposer sur elle ou la croire aveuglément, tout comme il espérait sincèrement que la PES avait d'autres cartes en main qu'un vieux loup planqué dans un musée.

«  Vous avez très bien compris. J'ai soit disant des témoignages qui concordent vers le musée à propos d'un éventuel semi-démon. Vous savez, le temps qu'il fait dehors n'est pas naturel, il l'auteur des faits pourraient se cacher ici, ou non loin vu la position stratégique du musée. »

Le temps. Non, le quadra ne pouvait nier que ce temps était tout sauf naturel. Mais de là à situer le point de départ de tout ce chamboulement à quelques pas de son cher musée... Si elle disait avoir ses sources, elles devaient bien avoir quelque chose dans le vrais. Seulement il était impossible qu'il n'ai jusqu'ici jamais ressentit le malaise caractéristique qu'il avait expérimenté quand il avait affronté ces créatures les années passées. Il pesait le pour et le contre, ce qu'il avait à y gagner et ce qu'il pouvait y perdre. A gagner ? Qu'elle le laisse tranquille dans un premier temps, et puis... un peu d’entraînement, rester attentif, ne lui ferait pas de mal. Quant au fait qu'il valait mieux savoir la PES sur l'affaire s'il devait arriver quelque chose, c'était une évidence. A perdre ? Et bien il n'aimait pas l'idée d'être mené par le bout du nez, juste pour gagner un semblant de tranquillité. Ne pas faire de vagues.... Vidant le gobelet, il se décida enfin à lui répondre, comme si cette histoire offrait une autre issue. Sortant une carte aux couleurs du musée de sa sa poche, il y griffonna son numéro. Tout ceci aurait été tellement plus amusant si elle s'était contenté de continuer à parler de ses voyages et avait poursuivi leur petit jeu de séduction....

« J'ouvrirais l’œil... » Il gardait cependant la carte dans sa main, ne la lui donnant pas tout de suite. « ...à condition... que vous ne veniez plus me narguer ici, où ne vous intéressiez de trop prés à mes proches. Donnant donnant. »

Le quadra la fixait à présent droit dans les yeux, espérant avoir encore une chance de négocier au moins ceci. Elle fit un petit signe de tête pour approuver et il finit par lui donner la carte. Tant que leurs conversations se limiteraient à l’éventuelle présence de semi-démons dans la vieille ville, il pouvait accepter ce marché.

« J'aurai votre numéro par retour de sms je suppose. Je vous tiendrai au courant, mais n'en attendez pas plus. Je consens à vous informer sur ces créatures, pas sur les miens. Mais tout ceci était déjà évident n'est ce pas ? Sur ce..» il jeta un œil à sa montre « … je suis navré mais ma pause touche à sa fin. »

Se dirigeant vers la poubelle, il y jeta les gobelets vides. Puis, beau joueur, il revint vers elle pour lui serrer la main, comme pour conclure un meeting d'affaire. Elle avait mené les choses à sa façon, il s'était fait berner de bout en bout, mais il était forcé d’admettre que le début de leur conversation lui avait fait le plus grand bien. Malgré la tournure qu'avaient pris les choses et la conclusion de leur rencontre, parler d'histoire et plus encore, de son Espagne natale, l'avait détendu, réjoui même. Quand au fait qu'elle l'avait pris à son propre jeu, il était vexé, mais elle était douée, très douée. Ainsi, avant de reprendre le chemin du hall où l'attendait sans doute le groupe suivant, il lui adressa un petit sourire.

« Je suis forcé de vous remercier malgré tout, pour les souvenirs que vous avez ravivés, et pour cette belle partie de poker que vous venez de gagner...votre bluff était parfait. »






avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Objects In The Rear View Mirror [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]
» Les démons de minuit [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Oldtown :: Royal Museum of Scotland
-
Sauter vers: