AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
–› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]
MessageSujet: –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]   –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé] EmptyMar 4 Fév - 0:25




Philipp & Charlie


Charlie avait prévu de passer un peu de temps à Edimbourg histoire de changer d'air. Elle avait prit sa voiture en début d'après-midi avec pour objectif de refaire un peu sa garde robe. Elle n'avait pas d'occasions particulières mais une envie d'acheter tout simplement. Elle n'était pas du genre à faire du lèche vitrine pourtant mais ça lui était venue comme une envie de pisser. Et on ne lutte pas contre ce genre d'envie c'est comme pour le chocolat.

Elle se retrouva donc dans le centre ville en une heure de conduite. Après plusieurs étapes dans certaines boutiques qu'elle affectionnait particulièrement elle mit ses achats dans sa voiture et entreprit de se poser quelque part et de dessiner pour le plaisir pour une fois. Elle avait prit son grand carton à dessin pour faire des dessins géants, la neige qui menaçait de tomber d'une seconde à une autre donnait une allure particulière à la ville. Elle en avait marre de se contenter de petits bonhommes souriants elle était partie dans un grand délire artistique qui voulait dépeindre la vie telle qu'elle la voyait. Elle passa donc plusieurs heures sur un banc à reproduire à l'identique l'immense église qu'elle avait trouvé. Elle s'acharna particulièrement sur les détails architecturaux mais aussi la toile de fond du ciel. Lorsqu'elle releva la tête elle commençait à avoir les doigts un peu froid, il faisait un froid de canard mine de rien et même si elle ne ressentait pas le besoin de se mettre en doudoune version bibindum pour ne pas succomber à la météo capricieuse de ces derniers temps.

Charlie referma sa veste beige fourrée jusqu'au cou pour éviter de chopper froid quand même, se serait tellement risible. Elle se réfugia dans un pub. Elle trouva une place plutôt isolée après avoir commandé une chope de bière. Quittes à être dans un bar écossais autant en profiter un petit peu. Elle se posa ensuite avec pour objectif : finir son dessin mais son regard fut attiré par un homme qu'elle connaissait.

Elle se ratatina sur sa chaise de manière instantanée. Il s'agissait de Philipp Mc Borough. Elle le connaissait depuis longtemps, elle se souvenait de son visage et de la seule fois où elle avait eu l'occasion de le voir chez son père. Elle l'avait recroisé une unique fois après qu'elle soit devenue Loup Garou et il ne lui inspirait toujours rien de bon. La poisse pourquoi il était là, lui ?


Dernière édition par Charlie M. McAllister le Ven 21 Fév - 17:07, édité 1 fois
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]   –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé] EmptyVen 7 Fév - 13:03


Le Conseil Interracial. Lorsque le Premier Ministre m’avait appelé pour que j’y participe j’avais été sur le cul. Je ne me voyais pas y représenter notre espèce, c’était son boulot ça normalement, d’autant plus que je n’étais pas certain d’être un exemple de contrôle et de bienséance. Il m’avait ensuite indiqué que c’était suite à l’attaque de la Brigade et qu’il souhaitait que j’y sois présent car le thème de cette réunion du Conseil serait les semi-démons. Sans me lancer des fleurs j’étais assez expert dans ce domaine et compris donc la raison de son coup de fil et l’informai de ce fait de mon accord pour y participer.

Bien que je sois d’accord pour y participer cela ne me mettait pas pour autant à l’aise. Je craignais de mal réagir face aux présentants vampire et lycan, ou de commettre un impair de langage. Si je foutais la merde ce ne serait bon pour personne aussi je me prenais déjà la tête pour me préparer à cette rencontre. Et quoi de mieux que de boire une bonne bière pour cela ? D’où ma venue au Celtic Pub d’Edimbourg. J’étais bien calé sur mon siège quand un courant d’air frais vint me glacer les os, signe que quelqu’un venait d’entrer, probablement pour se réfugier face à ce putain de temps de merde que nous imposait Watheerey, elle ou un autre semi-démon.

Jetant un regard à l’individu qui rentrait, j’observai son visage un instant et me replongeai dans ma bière avant de tiquer. Sa tronche me disait quelque chose, j’étais certain d’avoir rencontré cette personne, une femme en l’occurrence, la vingtaine environ. Il me fallut bien dix minutes avant de me rappeler.

*Chiotte ! Elle ?! * pensai-je alors que je venais de me souvenir de son identité, enfin de ce que je savais. Il s’agissait d’une louve que j’avais affrontée avec mes hommes au cours des Années Sanglantes. Nous en avions réchappé, non sans dommages, et elle aussi apparemment. Devais-je pour autant lui en vouloir ? Après tout c’était la guerre, elle avait ce qu’on lui demandait. Bouffer de l’humain pour lutter contre les vampires. Tout comme ses semblables, c’était ce que je lui reprochais : nous avoir considéré comme des munitions. Et si j’osais ? N’en ayant rien à foutre des convenances je me levais et m’assis sur la chaise libre face à elle.


Salut. dis-je simplement dans un premier temps avant de me taire un instant. Nous demeurâmes silencieux un moment, nous regardant simplement sans rien dire.

Tu as survécu aux Années Sanglantes à ce que je vois. dis-je simplement pour entamé la discussion. Je n’avais pas de rancœur ou d’animosité particulière envers elle, à voir ce qu’il en était de son côté.

Hrp:
Spoiler:
 
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]   –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé] EmptyVen 7 Fév - 22:04




Philipp & Charlie


Charlie l'observa alors qu'il venait s'installer juste en face. Elle fit de son mieux pour cacher son appréhension, il lui voulait quoi au juste ? Elle ne le saurait qu'en lui demandant. Pourquoi fallait-elle qu'elle attire les emmerdes. Le cœur battant elle se décida finalement à répondre à ses salutations plutôt sommaire.

« Yo... »

Elle profita du silence qui venait de s'installer pour boire une gorgée de bière avant de l'observer attentivement. Il n'avait pas l'air menaçant, pour une fois. Parce que toutes les fois, deux fois en fait, les situations étaient tellement différentes de celles-ci qu'il semblait presque calme ou avenant. Mais elle ne se leurrait pas, elle savait à quoi s'attendre avec ce genre de personnage. Elle ne restait pas tranquille. L'oreille aux aguets, les yeux perçants guettant le moindre mouvement de sa part. Qu'il ne songe même pas une seconde s'attaquer à elle en public, elle mettrait un point d'honneur à le réduire en charpie, même si ça devait lui coûter très cher de faire une telle chose. Elle n'oubliait pas que la dernière fois elle avait failli finir cribler de balles en argent.

Mais elle s'attendait à tout sauf à ça. Un sourire gagna ses lèvres. C'était plus un sourire de triomphe de lui avoir donné du fil à retordre à l'époque et de pouvoir s'en vanter aujourd'hui. Comme c'était plaisant. Elle haussa les épaules avant de hausser un sourcil.


« Je vois que ça a l'air d'aller pour vous aussi. »

Elle prit une nouvelle gorgée comme pour se donner le courage de continuer la conversation. Il était stressant, plus elle le regardait et plus elle se souvenait du premier épisode de leur rencontre. Plus jeune mais avec une assurance qui manquait à pas mal de monde lorsqu'on se retrouvait face à son père et ses hommes. Elle ne l'avait jamais vu trembler, au contraire. Comme s'il était dénué de toute peur. En fait réflexion faite même lorsqu'elle s'était battue contre lui elle avait senti cette assurance, la même qu'aujourd'hui alors qu'il venait l'aborder comme si de rien n'était. Comme s'ils n'avaient été que des gamins jouant à la guerre avec des épées de bois et qui se reparlaient après. Sauf qu'elle aurait pu le tuer et inversement mais ça ne le dérangeait pas.

« Qu'est-ce que vous voulez ? Qu'on parle du bon vieux temps où on tentait de s'entretuer ? »

Cette idée la faisait plus rire qu'autre chose. D'ailleurs le ton qu'elle employait était plus curieux de sa réponse que plein de méfiance. Même si elle était toujours sur ses gardes elle commençait doucement à se détendre. De toute façon qu'est-ce qu'il pouvait lui faire ? Autant de chose qu'elle, c'est à dire rien. Tant qu'elle ne faisait rien il serait bloqué. Et à dire vrai il ne semblait pas vraiment là pour la bagarre. Se serait une nouvelle rencontre inédite. A voir ce que ça donnerait.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]   –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé] EmptyVen 21 Fév - 13:22


Salutations évasives de sa part, plus que la mienne encore. Malgré son âge la louve semblait toujours avoir autant d’assurance que lors de notre combat. Etait-ce les gênes lycans qui leur donnait autant de confiance en leurs capacités ? Peut-être. A mon sens cela montrait que l’arrogance n’était pas quelque chose de propre à l’Humanité, et j’étais bien placé pour le savoir. En effet j’avais moi aussi une confiance en moi assez développée, trop au goût de certain mais peu importe. Quoi qu’il en soit je me souviens de notre affrontement. Elle et ses copains nous avaient pas mal causé de souci, certains de mes agents de l’HCV avaient été blessés mais nous n’avions pas reculé sans en faire de même.

On fait aller oui, même si ces connards de semi-démons me filent pas mal de boulot. lui dis-je en guise de réponse. Je ne dévoilais là aucune information que la population ne connaissait pas déjà, d’autant plus après l’attaque de notre Brigade.

Rien de spécial ne t’inquiète pas. dis-je dans un premier temps sans aucune animosité à son égard. Je bus une gorgée de bière en la regardant avant de reprendre la parole.

J’aimerais profiter de ce tête à tête imprévu pour échanger avec un lycan, discuter un peu si tu veux bien.

Jusqu’à présent je n’avais jamais eu l’occasion d’échanger avec un loup au sujet des Années Sanglantes, en dehors des banalités encore reprises par les médias les plaçant en victimes et ayant réagi pour leur survie. Je trouvais cela trop facile et souhaitais entendre la version d’un lycan directement, mon interlocutrice me donnant la une bonne occasion d’en apprendre davantage.

J’aimerais savoir pourquoi vous nous avez considérés comme des munitions pendant les Années Sanglantes au lieu de nous aider. Après l’apparition des vampires vous auriez pu apparaître et réclamer de l’aide face à eux. Mais au lieu de cela vous avez agi comme eux. Pourquoi ce choix ? lui demandai-je, conscient que du haut de son jeune âge elle ne pourrait peut-être pas m’apporter de réponse.

Seulement je n’avais qu’elle pour l’heure avec qui échanger à ce sujet. O’More était dans le coma, son ex ne voudrait pas en discuter vu son caractère de merde et je n’avais dans mes contacts aucun autre lycan. Dire que pour une fois je n’avais aucune autre idée derrière la tête en voulant aborder ce sujet avec elle. C’en était même surprenant pour moi.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]   –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé] EmptyVen 21 Fév - 17:51




Philipp & Charlie


[i]Charlie l'observa alors qu'il venait s'installer juste en face. Elle n'était pas à son goût trop sûre d'elle au contraire elle se remettait souvent en question et elle pouvait être facilement impressionnable. Mais elle ne montrait jamais ses doutes parfois par simple fierté et souvent simplement parce qu'on lui avait appris qu'une personne semblant sûre d'elle était moins souvent emmerdée que ceux qui affichaient leurs faiblesses ouvertement. C'était presque devenue une seconde nature.

Elle eut un sourire en coin lorsqu'il avoua avoir du fil à retordre avec les enfants démoniaques. Elle brûlait d'envie de dire que tout le monde était dans la merde avec cette nouvelle révélation mais elle ne pouvait lui dire ça. Elle était conditionnée pour ne jamais en dévoiler plus que nécessaire à un représentant de l'ordre public.

« Ils ont mis pas mal de désordre dernièrement. Finalement c'était mieux quand il n'y avait que les Loups et les vampires à chasser, hein !? »

Elle avait dit ça d'un ton ironique mais il n'y avait aucune arrogance dans son attitude. Il n'avait pas l'air de vouloir chercher des ennuis. Il le lui confirma ouvertement. Mais quoi alors ? Il savait ce qu'elle était, ce qu'elle avait fait alors qu'est ce qui pouvait l'intéresser ? Elle haussa les sourcils quand il lui révéla vouloir simplement discuter. Cette rencontre allait devenir intéressante. Avec aujourd'hui c'était leur troisième rencontre et à chaque fois il portait une casquette différente et la situation était différente. Cet homme avait plus de visages que n'importe qui, elle qui le prenait pour un simple d'esprit violent elle avait fausse route.

Elle ouvrit des yeux ronds quand elle l'entendit parler des années sanglantes. En soi le sujet n'était pas stupide mais il lui demandait à elle pourquoi humains et lycans ne s'étaient pas simplement alliés pendant cette guerre. Elle n'en savait strictement rien, elle n'était qu'un soldat, un mouton. Personne n'avait pris le temps de lui expliquer quoi que se soit, elle faisait partie de cette génération destinée à combattre pendant la guerre. Elle ne put retenir un petit rire nerveux.

« J'ai été transformée pendant cette période, j'étais même pas majeure, je ne comprenait pas ce qui m'arrivait. Vous pensez que quelqu'un a pris le temps de m'expliquer pourquoi les humains faisaient partie des cibles ? Et d'ailleurs je pense pas que qui que se soit sache vraiment les raisons de tout ça. C'est venu naturellement. »

Elle haussa les épaules comme pour dire : c'est la vie. Mais cette question qu'elle ne s'était jamais posée auparavant la fit réfléchir. Les premiers affrontements contre les vampires avaient été durs, elle en rêvait parfois et elle se souvenait alors de la chance qu'elle avait eut d'y survivre. Mais contre les humains c'était plus facile pourquoi s'était-on embarrasser d'un ennemi supplémentaire ? Ne disait-on pas l'ennemi de ton ennemi est ton ami ? Elle repensa alors à la réaction de sa famille après sa transformation lorsqu'elle avait voulu reprendre contact. Elle était revenue encore plus enragée mais pas envers les vampires, non, elle avait profondément haït l'espèce humaine. Parce qu'eux-mêmes étaient conditionnés pour avoir peur d'elle comme les moutons méfient du loup.

« Vous n'auriez pas eut peur de combattre à côté d'un Loup capable de vous broyer les os si vous lui donniez une toute petite raison de le faire ? Les humains ont peur de notre espèce depuis la nuit des temps et les hommes ont tendance à vouloir détruire ce qu'ils ne contrôlent pas. C'est comme un business clandestin, si vous ne voulez pas d'emmerdes faut juste traiter avec des personnes qui ont su gagner votre confiance. »

Elle se mordit l'intérieur de la lèvre inférieure en s'entendant parler de ça. Elle avait définitivement passé un cap, elle se considérait plus louve qu'humaine. Les Loups-Garous c'était son espèce, sa famille, il n'y avait plus aucun doute à ce sujet. Mais plus que son parti pris elle avait parlé de son passé à lui. Comment pouvait-elle justifier de connaître ce détail ? Elle n'allait pas lui dire qui était son père, cette information était quelque chose qu'elle ne confiait à personne et sûrement pas à lui. Elle était déjà bien trop fichée dans les différents services de l'ordre. L'anti-gang s'était renseignée à son sujet, la PES avait aussi son enregistrement en tant que Louve et enfin les services de police standard avaient du l'arrêter pour dégradation de lieux publics (le tag lui avait couté pas mal d'ennuis).

Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]   –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé] EmptySam 22 Fév - 14:03


Le mieux serait de n’avoir personne à chasser. dis-je simplement pour répondre à son ton ironique. Prenait-elle ceci comme un jeu, toutes ces vies perdues ? J’espérais sincèrement que non car c’était loin d’être une partie de plaisir.

Ses paroles suivantes me firent pousser un soupir las. « C’est venu naturellement ». C’était donc naturel pour eux de tuer des humains. Au final il semblerait donc qu’ils ne soient guères différents de leurs ennemis séculaires. Bien triste sort de l’Humanité qui en définitive apparaissait comme du simple bétail pour les vampires, lycans et semi-démons. Mon égo d’humains me criait de lui foutre une tarte dans la gueule mais mon esprit lui me contenait. Toute attaque serait vaine et créerait bien plus de dommages que d’apaisement.


Ainsi donc les loups ne sont que des moutons ? dis-je sans intention de l’énerver, mais simplement comme affichant un constat navrant. Pour autant je me tus lorsqu’elle se mit à parler à nouveau et l’écoutais avec attention.

Effectivement combattre à leur côté aurait pouvait paraître difficile, d’autant plus en observant les expériences du passé. Seulement je ne croyais pas en un destin inéluctable, ce que chacun pensait immuable pouvait être modifié. Le fatalisme ne faisait pas partie de ma personnalité. Malgré son jeune âge certains points de sa réponse n’étaient pas pour autant dénués d’intelligence. Et ses derniers mots eux me firent esquisser un sourire, faisant écho à mon propre passé, bien avant l’HCV.


Que connais-tu du business clandestin ? Tu as été de la partie ? Parce que si cela avait été le cas tu saurais que dans ce domaine comme dans la vie réelle la confiance ne se gagne jamais. Car les grands traîtres de l’Historie avaient la confiance de leur victime. lui dis-je en repensant aux nombreux coups fourrés que j’avais évité à l’époque où je faisais de la contrebande en suivant les enseignements de mon père lui-même en place là-dedans. Toujours partir du principe que ton interlocuteur te ment, encore plus dans le business.

Malgré ses nombreux défauts l’Humanité est parfois capable de progresser lorsqu’elle est éclairée par des hommes désintéressés, n’agissant pas pour leur intérêt propre mais pour la cause générale. Regarde Gandhi, regarde Marthin Luther King, Regarde Mandela, pour ne citer qu’eux. Si vous n’aviez pas choisi la facilité, nous aurions pu agir ensemble et éviter la mort de bien des innocents, j’en suis certain. lui dis-je en finissant ma bière et en levant la main pour en commander une autre.

C’est pour cela que je suis à la recherche de personnes éclairées capables d’agir au nom du bien commun et non pour suivre des modèles. Mais je ne sais pas si tu peux comprendre ce que je te dis là, toi une jeune lycan. dis-je comme un vieux désabusé.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]   –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé] EmptyDim 23 Fév - 3:25




Philipp & Charlie


Charlie fut surprise d'entendre sa réflexion utopiste. Elle rêvait aussi qu'il pleuve des côtes de porc certains jours parce que c'était juste trop bon mais ça n'arriverait jamais inutile de se leurrer. L'idée de Philipp non plus ne se réaliserait jamais parce que c'était comme ça. A l'heure actuelle trois nouvelles races de chasseurs venaient de faire leur apparition, bouleversant l'idée que les humains avaient de leur place dans la chaîne alimentaire. Ils se sentaient menacés et tentaient par tous les moyens de garder le contrôle de leur petit monde.

Elle soupira en l'entendant résumer ce qu'elle venait de lui dire par une remarque plutôt désagréable. Le ton n'était, certes, pas pour se moquer d'elle mais ça ne lui plaisait pas de s'entendre dire que la meute n'était qu'un troupeau se laissant guider aveuglément. Elle fronça les sourcils en y réfléchissant. Certes, la réflexion n'était pas complètement dénuée de sens mais tout de même cette tendance à suivre aveuglément le leader ne les avait pas vraiment desservis jusqu'à présent. En fait si, une fois, lorsqu'ils n'avaient pas vu venir la traîtrise de l'Ulfric lui-même.

« Faut croire que cette méthode n'est pas complètement stupide. Depuis des millénaires les Loups parviennent à survivre dans l'ombre sans même que les humains ne sachent qu'ils existaient véritablement. »

Elle haussa les épaules. Pas complètement stupide ça l'était mais elle pouvait être améliorée pour éviter des problèmes comme le dernier en date. En réfléchissant bien Jonathan n'aurait pas eu à faire ça si les Loups étaient restés dans l'ombre. Il n'aurait pas eu à s'associer avec les métamorphes si les vampires ne les avaient pas menacés. En fait tout ça c'était la faute des vampires, quelle idée de décider de réclamer des droits en tant que vampires. Ils avaient foutu en l'air un équilibre vieux comme le monde.

Elle devait reconnaître que le jugement était plutôt facile et pas très impartiale mais c'était de bonne guerre. Elle haussa les sourcils lorsqu'il lui demanda ce qu'elle savait de ce milieu. Elle aurait voulu lui dire : "Tout, je connais même ton passé pas net, j'ai été conditionnée pour comprendre ce monde." mais au lieu de ça elle devait se faire passer pour une ignorante. La tentation était trop grande lorsqu'il lui déclara que la confiance ne se donnait pas.

« Disons que j'en connais une bonne partie mais que je n'ai jamais trempé dans quoi que se soit. Vous ne pourrez pas rajouter ça à mon dossier. Mais je pense que vous avez tort pour la confiance. Les enfants se conditionnent très bien pour gérer ce genre d'affaires. Certains savent y faire en matière de famille. »

Quoi qu'elle puisse penser de son père s'il lui demandait un jour de l'aider elle le ferait, si on lui demandait de l’exécuter même s'il s'agissait d'un ordre direct de l'Ulfric elle n'en ferait rien. Et pourtant il lui avait fait vivre un enfer toute son enfance à l'éduquer durement et il avait ensuite voulu l'enfermer dans une cage en argent lorsqu'elle était revenue il y a de ça six ans. Il avait même ordonné qu'on lui tire dessus pour calmer ses ardeurs lorsqu'elle avait tenté de s'échapper par peur de ce qu'ils lui faisaient subir.

Elle l'écouta parler de l'Humanité et de ses possibilités d'évolutions le regard vitreux. Elle avait du mal à imaginer qu'il lui avait foutu la trouille à deux reprises et que maintenant il lui parlait de Gandhi. Elle était dans un monde parallèle ou alors elle avait un peu trop abusée de l'alcool. Elle loucha sur son verre presque vide et profita qu'il en commende un autre pour faire de même. Quitte à être complètement saoule autant continuer sur sa lancée. Mais elle était persuadée de ne pas être sous l'effet néfaste de la boisson. Elle ne put contenir un soupire.

« De grands hommes je vous le concède mais je pense qu'il y a trop de peu de ces gens sur Terre pour véritablement changer la donne. Vous savez après ma transformation je suis rentrée chez moi parce que ma famille c'était toute ma vie. Je suis revenue de moi-même sans aucune intention belliqueuse et on a voulu m'enfermer, quand j'ai tenté de lutter ils m'ont tiré dessus. Parce que j'étais selon eux une bête sauvage. Si ma propre famille a eu peur de moi, que pensez-vous que vos soldats auraient fait en voyant un Loup se métamorphoser pour se préparer à combattre. La peur fait perdre toute Humanité, seule la survie compte dans ces instants. Alors franchement même si on m'avait donné le choix à l'époque de combattre avec ou contre les humains j'aurais fait le même choix que celui qui a été fait. »

La colère montait au fur et à mesure qu'elle parlait. Pourquoi elle lui racontait un truc pareil au juste ? Elle était en train de se défendre d'avoir suivi simplement les ordres qu'on lui avait donné. Non mieux encore elle lui montrait que même si c'était un ordre elle l'avait fait sans regrets.

Elle se calma aussitôt, le sang lui montait trop vite à la tête ces derniers temps. Trop de choses se bousculaient dans sa petite tête. Elle ne fut pas vexée le moins du monde lorsqu'il lui dit ouvertement qu'elle était peut-être trop jeune et immature pour vraiment comprendre ses questions et donc lui apporter les réponses adéquates.

« En tout cas je peux comprendre que vous commencez à parler comme un vieux. Depuis quand vous vous souciez du bien commun ? A moins que vous faisiez de la contrebande pour donner à manger aux orphelins d'Ecosse. »

Elle haussa les épaules avant de se rendre compte de ce qu'elle venait de dire. Ben là pour le coup c'était fini il allait comprendre qu'elle le connaissait d'avant les affrontements des Années Sanglantes. Il comprendrait même qu'elle n'était pas si ignorante au sujet de la contrebande, de la mafia qui se disputait les différents marchés noirs. Je suis un puta*n de boulet quand même. L'art oratoire n'était définitivement pas sa tasse de thé. On lui parlait un petit peu de tout et de rien et elle déballait plein de choses.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]   –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé] EmptySam 15 Mar - 17:20


Les premières paroles de la louve me firent réfléchir un instant avant de réagir à ses mots. Méthode pas complètement stupide. Pas complètement en effet mais comme toute bonne idée, elle s’était émoussée avec le temps jusqu’à devenir caduque. Au final ils étaient comme ces tribus indigènes qui avaient vécu coupées du monde jusqu’à ce que le monde moderne vienne frapper à leur porte pour les écraser. L’autarcie n’est pas une bonne stratégie à long terme car elle mène à disparaître.

Peut-être qu’à une époque ce fut une bonne idée, mais la situation actuelle en montre les limites non ? Votre espèce est aujourd’hui obligée de respecter le traité de paix édicté par les humains. L’Humanité est longue à la détente mais ne faites pas l’erreur de nous considérer comme impotent. lui dis-je en parlant avec l’expérience du vieux briscard que j’étais, rompu aux combats et situations dangereuses.

Ton dossier ? Tu crois avoir autant d’importance pour la Brigade ? Pour le moment tu n’as rien fait qui justifie que nos services te garde à l’œil. dis-je simplement sans réagir davantage à ses paroles. Si elle pensait que la confiance pouvait se gagner si ça lui chantait, le jour où elle descendrait de son nuage utopique je ne serais probablement pas là pour lui servir un « je te l’avais dit ».

C’est justement cette manière de pensée qui est à l’origine des plus grands conflits de l’Histoire. Ce n’est pas parce que le genre humain préfère l’agressivité en cas de peur qu’il faille condamner l’ensemble de l’Humanité. Au final la réaction de votre espèce ne vaut guère mieux que celle de votre famille. Par peur vous avez choisi de vous attaquer à des innocents plutôt qu’à vos véritables ennemis, les vampires. dis-je encore avant de me taire.

L’idée d’une force inter-espèce ne me semblait pas aujourd’hui totalement dénuée d’intérêt, peut-être que cela pouvait correspondre à mon projet de création des « Gardiens ». Mais avant cela je devais d’abord trouver des gens sûrs, des gens qui n’avaient que pour intérêt le bien commun et non leur intérêt propre ou même leur espèce mais surtout qui n’avait pas peur de se salir les mains. Si j’agissais jusqu’à présent en tant que garant de l’Humanité, j’avais moi aussi l’utopie de rêver à une véritable paix entre les espèces. Toutefois pour l’heure je n’étais pas en mesure de protéger tout le monde, pas seul en tout cas. Pour le moment je n’étais capable que de m’assurer que l’Humanité ne dérape pas, mais je ne pouvais rien faire pour les vampires et les lycans.


Il semblerait donc que tu me connaisses d’avant notre combat si tu sais à ton niveau que j’ai été autrefois contrebandier. Mais avant d’ouvrir ta bouche pour faire la maligne renseigne-toi davantage. lui dis-je sans ménagement, agacé par ses faux-semblants. Elle en savait plus que ce qu’elle avait bien voulu en dire. D’où me connais-tu ?

Quant au bien commun, sache que j’y travaille bien plus que toi et ne me cache pas derrière de fausses justifications pour apaiser ma conscience. Je ne renie ni mon passé ni mes choix, mais j’ai évolué et à présent j’agis dans l’intérêt général. Seulement pour l’heure je n’ai pas connaissance que les vampires ou les lycans agissent réellement pour la paix. Je ne suis qu’un humain, aussi pour l’heure j’agis comme je peux. Et toi, tu fais quoi pour l’intérêt commun ?

Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]   –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé] EmptySam 22 Mar - 21:58




Philipp & Charlie


Charlie observa sa réaction lorsqu’elle lui exposa la façon de faire les choses des Loups qui fonctionnait depuis des siècles entiers. Il lui rappela alors que bien que leurs méthodes avaient fonctionné maintenant ils étaient tout de même obligés de se plier au traité que les Humains avaient décidé. Un point pour lui et son espèce mais dans le fond elle n’en avait pas vraiment quelque chose à faire. Toutes ces choses n’étaient pas son affaire personnelle, pendant les années sanglantes elle n’avait fait que suivre les ordres donnés. Humains, vampires, Loups, Métamorphes… Les espèces avaient leurs éternelles querelles et ce n’était pas son affaire, elle défendrait sa race et en suivrait les règles tant que ça n’allait pas à l’encontre de ses idéaux. Elle était jeune et n’avait pas toutes les cartes en main pour juger de la situation.

« Je suis d’accord les humains ne sont pas stupides et savent s’adapter à tout. Que voulez-vous chaque espèce à son mode de vie maintenant reste plus qu’à essayer de vivre ensembles. Au moins les humains ont le luxe d’être assurés de survivre quoi qu’il arrive, tout le monde a besoin d’eux pour éviter la disparition de l’espèce. Maintenant à voir si les humains seront réduits à l’esclavage tel un parc de vaches ou si vous allez prendre le pouvoir. De toute façon dans le fond c’est pas mes histoires, je m’occupe de ma survie et de ceux de mon espèce c’est le plus important. » dit-elle en haussant les épaules.

Elle arqua un sourcil lorsqu’il lui confia qu’elle n’avait aucun dossier à la PES, sans doute juste une trace parce qu’elle avait été forcée de se faire recenser mais bon rien de concret. Au moins ça faisait un service de police qui n’avait conscience de son existence chaotique, tant mieux. Elle lui répondit par un simple sourire.

« Au temps pour moi. Faut faire quoi pour avoir la PES aux fesses ? » demanda-t-elle en se préparant à noter les informations pour éviter d’allonger sa liste de dossiers la concernant.

Elle ne relança pas le débat sur la confiance mais elle nota son avis pour garder ça dans un coin de sa tête. Après tout maintenant elle n’avait plus de famille qui comprendrait quoi que ce soit à tout ça. Les Loups étaient sa famille mais personne ne comprenait pourquoi elle voudrait s’intéresser à la contrebande. Il la tira de ses pensées en revenant sur le conflit des Années Sanglantes. On aurait dit à l’entendre qu’il lui en voulait d’avoir suivi les ordres de la meute.

« Vous croyez qu’on a notre mot à dire. Peut-être que des gens ont dit que c’était pas bien j’en sais rien et j’ai pas l’intention de m’y intéresser. C’est du passé chercher pourquoi ça s’est passé comme ça ne sert à rien. Si vous aviez un bleu qui sort juste de l’école et qu’il vous disait que ce que vous faites n’est pas terrible, qu’est-ce que vous feriez ? Ce n’était pas vraiment une question parce que je sais que personne ne le ferait de peur de se faire rejeter par les anciens. Vous ne pourrez jamais comprendre… »

Oui d’abord pourquoi elle tentait de lui expliquer. Il était humain et jamais de toute sa vie il ne pourrait comprendre ce qui avait fait qu’ils s’étaient retrouvés ainsi obligés à suivre les ordres d’un leader puissant. C’était la jungle, ça n’avait rien à voir avec les lois humaines et leur système. Elle n’avait jamais apprécié la politique, tout ça était bien trop compliqué et on ne l’avait jamais vraiment initiée à ce genre de choses. Elle haussa les sourcils avant de prendre une gorgée de bière alors qu’il lui révéla qu’il avait compris qu’elle le connaissait depuis un moment. Au-delà de leur affrontement à cette époque sombre. Devait-elle vraiment lui dire ? Elle n’avait pas vraiment envie mais il semblait inévitable de révéler la vérité. De toute manière qu’est-ce que ça ferait qu’il sache qui elle était ? Elle soupira avant de se lancer.

« Je vous ai vu une fois avant qu’on se rencontre vraiment. Vous faisiez du business avec mon père dans vos époques obscures. C’est tout. Et je n’ouvre pas ma bouche pour faire la maligne vous me demandez des choses qui me dépassent totalement j’essaie de vous répondre plutôt que de vous dire bêtement j’en sais rien. J’essaye d’être aussi constructive que possible. Vous avez qu’à demander à l’Ulfric ou la Lupa de vous accorder une audience, eux ils pourront avoir des réflexions plus intelligentes. » dit-elle d’un ton bougon.

Elle ne lui avait rien demandé, lui il s’était invité à sa table et il lui retournait complètement le cerveau. Elle posa son coude sur la table et appuya son menton sur sa main. Il voulait l’endormir en parlant de ses actes pour la paix dans le monde. Qu’est-ce qui ne tournait pas rond chez ce type ?

« Moi je fais rien pour le bien commun, j’ai d’autres occupations. Comme essayer de rester en vie ça me suffit amplement. Vous croyez franchement que tout ça m’a éclaté à l’époque ? Je me suis réveillée un jour : ouhou je suis un Loup Garou et je vais devoir faire la guerre pour ma nouvelle race contre mon ancienne qui ne peut pas me piffer. Je vous assure que c’était méga génial j’ai pris un pied d’enfer à tuer tout ce petit monde et maintenant je dors l’esprit tranquille. »

Voilà il avait réussi à la mettre en rogne, elle voulait bien croire qu’il mettait ce qu’il pouvait en œuvre pour aider tout le monde mais elle en avait strictement rien à faire elle ne demandait rien à personne, elle voulait juste faire son petit bonhomme de chemin et laisser tout le passé derrière elle. Que ce soit les Années Sanglantes, sa famille humaine, tout. Toutes les cicatrices qu’elle portait sur le corps dataient de cette époque et elle trouvait que c’était amplement suffisant comme rappel constant de ce qu’elle avait vécu.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]   –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé] EmptyMer 26 Mar - 14:11


Les nouvelles paroles de la louve étaient franches et c’étaient là leur seule qualité. Elle faisait montre d’un instinct de survie très développé, ne pensant qu’à elle et son espèce. Ce genre de mentalité ne pourrait que nous mener vers un nouveau conflit d’envergure et c’était justement pour lutter contre cela que j’étais en train de potasser sur mon projet des « Gardiens ». Pour l’heure j’avais le plus grand mal à débusquer des individus pensant au bien commun et non uniquement à la suprématie de leur espèce. Pour être clair je n’en avais trouvé aucun à ce jour, alors un peu de sensibilisation même auprès d’un élément récalcitrant.

Je ne prétends pas que l’Humanité n’est pas stupide. L’Homme n’est pas au-dessus d’une autre espèce, il a ses qualités comme ses défauts. En revanche elle est aussi dotée d’un instinct de survie qui fera que dans sa majorité elle n’acceptera d’être réduit en esclavage. Contrairement à vous je ne m’occupe pas que de mon espèce. lui dis-je d’un ton calme en dépit de la colère que ses idées faisaient naître en moi. Pour autant ses paroles suivantes montraient bien qu’elle avait une vision adolescente du monde, hypocrite, égoïste et utopiste. Afin de garder mon calme je décidai de ne pas réagir et de me contenter de l’écouter, notamment quand elle parlait de notre passé commun.

La fille d’un de mes anciens partenaires de business ? Curieuse coïncidence mais après tout pourquoi pas, de toute manière cela ne changeait rien à mon opinion à son sujet. A peine eu-je une petite pensée pour elle en repensant à ses paroles au sujet de sa famille. Son père, quelle qu’ait été sa véritable identité lorsque j’étais en affaire avec lui, n’était pas un tendre et son comportement en apprenant la nouvelle nature de sa fille n’était au final pas surprenant.


Respecte les termes du traité de paix et on ne viendra pas t’emmerder, en dehors de cette discussion. dis-je en répondant à sa question au sujet de la PES avant qu’elle ne reprenne la parole et ne laisse sa colère s’exprimer.

Détends-toi. lui dis-je sans ciller à son caca nerveux. En fait voilà ce qu’elle représentait à mes yeux. Une gamine qui ne se sentait plus pisser et qui se croyait supérieure. Tant pis pour elle, viendrait un jour où elle recevra une leçon de vie tout comme moi par le passé.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]   –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé] EmptyJeu 27 Mar - 23:10




Philipp & Charlie


La survie, chaque espèce avait appris à ses dépends à sauvegarder sa liberté, à ne pas se faire écraser par les autres. Les humains n’avaient pas à s’inquiéter de ça, s’ils disparaissaient les autres races aussi. Mais comme il le disait si bien les humains n’accepteraient pas de se laisser réduire en esclaves pour une race ou une autre. Elle en avait marre qu’il lui dise à tout bout de champ qu’elle ne se souciait que de sa race alors que lui pensait protéger tout le monde.

« Bon alors quoi, vous voulez qu’on forme un super duo de protecteurs masqués et qu’on aide humains, lycans et vampires à traverser dans les clous ? Je peux vous faire un costume sur mesure en mode collants fluo et compagnie. Ça devrait bien faire rire vos collègues. » dit-elle avec un sourire en coin.

Elle ne se foutait pas de sa gueule, ok un peu peut-être mais dans le fond elle voulait surtout qu’il change de sujet et arrête de lui rabattre les oreilles sur l’union entre les races, le traité de paix, les humains et leurs rôles à jouer. Elle savait qu’elle n’était pas mature, qu’elle avait des réflexions stupides au sujet de la vie mais elle était comme ça et ce n’est pas lui qui allait faire changer sa manière de voir les choses. Elle avait de la rancœur après les humains à cause de son histoire personnelle mais dans le fond elle était souvent amenée à fréquenter des humains et elle avait même des amis humains. Mais véritablement elle mentait, elle ne se souciait que très peu de sa survie, elle était du genre à se mettre dans des emmerdes impossibles. En revanche elle savait être là pour sa race mais aussi les métamorphes, elle se sentait proches d’eux.

Elle passa à autre chose quand il lui expliqua qu’il suffisait qu’elle suive les règles pour ne pas avoir d’ennuis. C’était bien là tout le problème, pour elle les règles n’étaient créées que pour être transgressées. Elle avait donc du souci à se faire, un jour ça finirait par lui tomber sur le coin du museau. Mais dans le fond tout ça était injuste, elle n’avait pas demandé à signer ce traité, elle était pour l’arrêt de la guerre interraciale mais peut-être pas à ce prix-là. Elle n’avait pas le choix elle était censée respecter les règles dictées par ce traité à la con mais aussi les règles de la meute. Et après on s’étonnait qu’elle passe sa vie à les enfreindre. Elle avait bien trop de règles à suivre pour pouvoir rester saine d’esprit.

« Comment vous faites, vous, pour accepter les ordres tout ça ? Vous êtes passé d’un extrême à l’autre comme ça d’un claquement de doigt ? » demanda-t-elle en plongeant son regard dans la mousse de la bière qui commençait à fondre.

Elle était intriguée par ce curieux personnage, si elle ne l’avait pas vu il y a des années chez son père elle aurait cru à une blague. Mais en même temps il l’énervait, il lui mettait sous le nez tout ce qu’elle regrettait d’avoir fait sans pouvoir autant s’effondrer dans des remords. Elle s’abimait le cerveau à vouloir lui faire comprendre des choses qui n’existaient sans doute pas dans son monde à lui. Elle soupira pour éliminer la colère qui était montée en elle mais aussi pour essayer de retrouver le courage de lui expliquer. C’était pas évident à comprendre et elle n’était pas douée pour expliquer, l’un dans l’autre ça n’aidait en rien à faire avancer le schmilblick.

« C’est vous, vous… Vous n’avez aucune idée de ce que c’est que la vie quand on est devenu autre chose. J’aimerai voir les choses comme vous et me dire que les gens peuvent devenir meilleurs. Mais je n’ai jamais eu de bons exemples dans ma vie, je pense que c’est juste comme ça. Dans le fond toutes les races ont une part d’humanité en eux mais les humains ont une partie sombre que l’on camoufle jusqu’à l’oublier ou on la cultive c’est tellement plus facile après tout. »

Elle avait l’impression d’être mauvaise de par ses gênes, son éducation, ses ambitions secrètes… Elle avait l’impression d’être vouée à une vie obscure, elle ne se sentait pas bien dans une petite vie tranquille et cette obsession pour défier toute forme d’autorité c’était devenu presque maladif. Elle n’y pouvait rien, ça venait du fond de ses tripes tout simplement.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]   –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé] EmptyJeu 3 Avr - 18:14


Les paroles de la louve étaient navrantes, c’en était même consternant qu’elle puisse débiter autant de conneries sans prendre sa respiration. Pour autant son ton sarcastique me permit de comprendre que si un jour un lycan rejoignait les Gardiens, ça ne pourrait être elle au moins pas tant qu’elle serait aussi immature.

J’y penserai, dis-je sur le même ton avant de poursuivre. mais vous avez plutôt le profil de la gourde qui se pavane devant le super-héros, incapable de penser à autre chose que son petit monde. dis-je pour répondre à son sarcasme sans réelle méchanceté pour autant.

Si ses paroles précédentes étaient stupides, sa question suivante en revanche ne l’était pas et était même légitime étant donné qu’elle avait connaissance de mon passé de contrebandier. Peu de personnes étaient au courant de ce qui m’avait fait changer de cap, délaissant le milieu pour rejoindre les rangs de l’HCV. Je pouvais bien le lui dire car j’assumai ce que j’avais fait, mes conneries comme le reste.


La vie se charge un jour ou l’autre de vous montrer que vous faite de la merde. Moi ça a été lorsque j’ai renversé une gamine alors que je fuyais les flics en bagnole après un braquage foiré. Une fois en prison j’ai trouvé la foi et une chose en entrainant une autre, l’Eglise est venu me chercher, c’est ainsi que j’ai rejoint l’HCV. Ensuite j’ai réalisé au cours des Années Sanglantes que la religion n’était pas la réalité et qu’elle ne devait pas être le moteur de mes actions. C’est ainsi qu’aujourd’hui j’agis pour le bien commun de manière désintéressée, bravant parfois certaines règles. Un jour peut-être tu comprendras ce que je te raconte là, je te le souhaite sincèrement. lui dis-je cette fois sans aucun sarcasme dans la voix avant de me taire pour boire une gorgée de bière.

Elle profita de ce répit pour reprendre la parole pour me parler d’elle. Elle me faisait penser à une ado qui ne trouvait pas sa place, perdue et étant dans le flou quant à son avenir.


En effet je ne peux affirmer comprendre ce que tu vis pour autant cela veut-il dire que je ne peux essayer ? lui dis-je avant de poursuivre. Nul ne peut évoluer s’il se cache derrière son passé. Il ne doit pas être un prétexte pour subir le présent et appréhender l’avenir avec fatalisme.

Qui aurait pu dire lorsque je faisais affaire avec ton père que je serais un jour à la tête d’une administration pour veiller que chacun respecte des lois ? Personne et pourtant telle est ma place aujourd’hui. Chacun peut progresser, évoluer en fonction de ses rencontres et de ses expériences, quels que soient ses bagages ou son passé. Si un jour tu veux vivre, libère-toi de ta nature ou de ton passé.
dis-je un brin paternaliste. Bon elle allait probablement m’envoyer chier et me voir comme un donneur de leçon, mais bon même le plus mauvais prêcheur pouvait échanger avec ses interlocuteurs.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]   –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé] EmptyVen 4 Avr - 9:52




Philipp & Charlie


Tous les enfants rêvent un jour de super héro, de policiers ou autres formes de justiciers en tout genre. Pour sa part elle avait toujours eu une mauvaise opinion des forces de l'Ordre et en toute honnêteté ça n'allait pas en s'arrangeant. Mc Borough c'était différent si elle ne l'appréciait pas particulièrement c'est parce qu'il virait de bord en fonction du vent. Comment pouvait-on passer d'un extrême a l'autre comme il le faisait ? S'il avait été pourri elle n'aurait rien dit mais il semblait croire à son propre discours de justiciers. Elle lui adressa son majeur quand il la compara à la cruche qui collait toujours le héros.

« J'ai une tête à me pavaner devant un type en collant ? Et encore moi si c'est quelqu'un dans votre genre. » dit-elle en plissant le nez.

C'était sans rancune, après tout aujourd'hui ce n’était pas la pire des choses qu'ils aient pu se faire. Elle avait essayé de le tuer et il lui avait rendu la politesse. Alors ça c'était des broutilles, sans compter qu'elle l'avait cherché.

Elle l'écouta lui raconter comment la vie c'était chargée de le faire rentrer dans les rangs. La mort d'une petite fille, elle pouvait le concevoir. Elle n'avait tué des humains que dans le cadre des Années Sanglantes elle n'osait pas imaginer ce que ça ferait si par inadvertance elle s'en prenait à un enfant. Maintenant elle n'avait pas l'excuse de se dire que c'était la guerre ou autre, elle devrait assumer. Mais son histoire de Dieu qu'il trouve en prison c'était vraiment naze. C'était du déjà vu et souvent du bidon.

« C'est marrant quand même que les prisonniers trouvent autant la foi. On devrait peut-être songer à faire des messes entre les barreaux. Et depuis personne n'est venu vous proposer de replonger dans le business ? Parce qu'un flic c'est toujours utile, non ? »

Elle ne le croyait pas du tout, son histoire était trop belle pour être vraie. Mais s'il voulait essayer de lui faire croire que juste comme ça il pouvait faire une croix sur son passé c'était son affaire. De toute façon dans le fond elle s'en fichait elle ne pourrait pas être dans les clous et forcer les autres a respecter la loi. La vie était bien chiante alors si on ne pouvait même plus se faire plaisir...

Elle fit basculer sa chaise sur ses deux pieds arrière alors qu'il s'engageait sur un discours qui s'annonçait chiant à en mourir. Elle n'avait pas l'intention de lui en expliquer quoi que se soit parce qu'elle était butée, qu'elle ne comprenait pas tout ce qui se passait dans sa cervelle alors comment pourrait-il prétendre essayer de comprendre quoi que se soit ? Qu'importe il avait enchainé maintenant sur le passé et la façon de vivre avec. Elle remit la chaise sur ses quatre pieds en basculant légèrement avant. Elle finissait sa bière tout en l'écoutant d'une oreille distraite. Elle était une ado, elle se savait pas particulièrement mature mais ça viendrait en temps voulu. Elle avait trop couru après ces dernières en espérant sauter des étapes, résultat elle était paumée.

« C'est quand même facile de parler du passé au passé quand on est vieux, ça vous semble être il y a une éternité. » dit-elle sans songer une seule seconde qu’elle était en train de le traiter de vieille croûte.
« Se libérer de ma nature… Je veux pas vous manquer de respect mais c’est comme le fait d’être une gonzesse j’ai un joyeux rappel tout les mois pour être sûre que je n’oublie pas. Mais ça c’est pareil, pourquoi j’en parle avec vous ?! »

D’abord ! Elle venait de se faire endormir comme une idiote. Avec ses grands discours comme s’il se prenait pour son père et son air faussement calme il voulait l’inciter à lui confier des choses ? Elle croisa les bras et l’observant en détail. Qu’est-ce qu’elle avait fait au Seigneur pour qu’il lui inflige toujours la même punition ? Toujours des gens plus vieux qu’elle qui pensait la connaître et qui voulait lui apprendre les choses de la vie. Philipp était peut-être ce qui se rapprochait le plus de son passé à l’époque et il était la preuve qu’on pouvait tourner la page et passer à autre chose. Mais elle ne pouvait s’empêcher de douter, était-il seulement ce qu’il prétendait être ? Au moins elle ne l’avait pas totalement envoyé chier comme il devait s’y attendre mais il ne pourrait pas comprendre, on oublie jamais ce qu’on est que se soit le fait d’être une louve ou son passé. Il fallait qu’elle se débrouille pour vivre avec tout ça un point c’est tout.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]   –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé] EmptySam 12 Avr - 14:34


J’émis un bref rire lorsqu’elle me fit un doigt d’honneur puis me sortit une vanne au sujet des types en collant. C’était là une discussion des plus cordiales entre nous compte tenu de nos rapports passés au cours des Années Sanglantes. Il était clair qu’elle camperait sur ses positions et ne changerait pas d’avis alors pourquoi continuais-je à argumenter ? Aucune idée à vrai dire car elle ne pourrait pas faire un indic.

Ce n’est pas la prison qui m’a donné la foi, mais la prise de conscience que mes actes ne concernaient pas que moi. Tuer un partenaire de business qui cherche à vous enfler, un flic qui essaie de vous arrêter en vous tirant dessus lors d’un braquage, ça fait partie du jeu. Par contre provoquer la mort d’une gamine qui n’avait rien à voir avec tout ça, oui ça vous fait réfléchir. dis-je sans répondre à son sarcasme. Elle ne pourrait probablement pas comprendre et je m’en battais les steaks. Elle n’était qu’une gamine qui se justifiait car incapable d’assumer pleinement son choix de suite sa meute, quand bien même ils lui ordonneraient de tuer des innocents.

Personne. Ceux avec qui je bossais savent que lorsque je fais quelque chose je le fais à fond. Et donc ils savent tous qu’il est inutile de chercher à me rappeler au business. Ce que j’entreprends est bien plus grand que mener un trafic au nom de l’argent. Mon moteur n’est plus ni l’argent ni la religion. dis-je comme si je parlais avec quelqu’un capable de comprendre cela. Pourquoi cette question ? Cela signifie que tu as suivis les traces de ton père ? lui demandai-je en esquissant un sourire moqueur.

Ses paroles suivantes auraient pu me faire rire si la louve n’était pas aussi emmerdante. Elle devait avoir la vingtaine et voilà qu’elle me sortait un discours d’une ado de quinze ans. Pitoyable. Et c’était ça qui composait la meute écossaise ? J’espérais pour eux qu’ils n’étaient pas tous aussi naïf quant au monde qui nous entourait, sinon c’était clair qu’ils se feraient bouffés.


Merci pour le coup de vieux. dis-je en rigolant et en m’allumant une clope. Lorsque le serveur vint me rappeler l’interdiction de fumer dans les lieux public, je lui sortis ma carte et le remerciais avant de poursuivre. C’est parce que nous avons le poids de l’expérience, qui parfois est bénéfique mais peut aussi s’avérer être un fardeau. Et je ne t’oblige pas à parler avec moi, si tu veux te casser vas-y. lui dis-je ensuite.

Ouvre-toi un peu au lieu de réagir comme une gamine. Lorsque je te dis de te libérer de ta nature ce n’est pas de nier que tu es une louve, mais plutôt de l’assumer sans pour autant avoir une vision des choses restreinte par ta nature. Ce n’est pas parce que tu es une lycan que cela signifie pour autant que ton espèce est la seule à avoir raison dans tout ce bordel. Je ne suis pas le dernier à dire que mon espèce fait de la merde la plupart du temps. C’est ce que je veux te dire en t’expliquant tout ça, je ne fais pas ça pour te bourrer le crâne, j’ai autre chose à foutre. dis-je en tirant sur ma clope, un poil agacé par son attitude bornée.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]   –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé] EmptySam 12 Avr - 16:16




Philipp & Charlie


Qui aurait pu croire qu'un jour elle serait là tranquillement en train de boire une bière à discuter de tout et de rien à Philipp ? Personne et sans doute pas Charlie. Elle l'écouta parler de sa volonté de rédemption. Elle ne le connaissait pas vraiment mais quand bien même elle n'allait pas le croire juste comme ça. De toute façon qu'est-ce que ça pouvait faire si elle le croyait ou pas ? Il avait sa conscience pour lui, maintenant c'était à lui de prouver aux autres qu'il était vraiment autre chose qu'un enfoiré de première catégorie qui changeait d'attitude dès que le vent tournait.

« Je veux bien le croire. Mais bon faut dire que vous êtes un peu une girouette quand même. J'aurais peur de vous laisser assurer mes arrières bien que vous soyez un bon combattant. »

Elle avait beau ne pas l'apprécier réellement, il fallait dire la vérité. Elle fit une petite moue quand il lui annonça que personne n'avait essayé de garder contact. A la place de ses anciens partenaires elle aurait quand même essayé. Elle arqua un sourcil quand il lui confia que son nouvel objectif était mieux que l'argent ou la religion. Le deuxième sans aucun doute mais qu'est-ce qui était plus important que l'argent ? Si on lui demandait de choisir entre refaire la même guerre que celle des Années Sanglantes au nom de la Meute ou au nom de n'importe quoi d'autre pourvu qu'il y avait de l'argent à la clé elle ferait le deuxième choix. L'argent permettait de faire tout ce dont on rêvait, non ? La gloire n'apportait rien du tout c'était ridicule. Elle sursauta presque en l'entendant lui demander si elle avait suivi le modèle de son père.

« Hein ?! Non !? Quand bien même je le ferais vous vous doutez bien que vous seriez le dernier à qui je le dirais. Surtout que vous venez de dire que vous ne voulez pas être soudoyé. J'essaye juste de vous comprendre. Pour vous c'est soit tout blanc soit tout noir. C'est un peu dur de vous suivre. C'est tout. » dit-elle en haussant les épaules.

Ce n'était pas vrai, elle en avait strictement rien à foutre de le connaître, elle voulait juste essayer de comprendre comment les choses fonctionnaient. Et puis bon au moins elle savait que si elle avait un gros problème elle n'essayerait sans doute pas de lui faire les yeux doux pour qu'il la sorte d'une mauvaise passe.

Elle regarda le serveur venir faire un rappel du règlement de l'endroit à Philipp qui venait de s'allumer une cigarette. Carte magique qu'elle lorgna quelques secondes. Elle avait commencé il y a quelques jours à réfléchir à différentes choses, elle mettait doucement tout ça en place mais c'était encore le bordel dans sa tête. Il lui proposa de partir si elle en avait marre de lui parler. Surement pas il avait accroché son attention là tout d'un coup avec sa petite carte qui lui donnait tous les passes droits. Ça devenait sa nouvelle lubie. Elle l'écouta attentivement lorsqu'il lui expliqua ce qu'il entendait par se libérer de sa nature. Assumer qu'elle était une louve mais prendre du recul sur tout ça malgré tout. Mais si elle le faisait elle allait se retrouver en décalage avec toute son espèce et elle finirait par être assimilée à un cabot.

« Je sais que je suis chiante mais j'essaye sincèrement de vous comprendre. Je ne dis pas que les Loups avaient raison dans cette guerre, juste que c'était les directives et que je les ai choisi c'est tout. Vous m'avez demandé, au moins j'essaye de vous répondre sincèrement. D'ailleurs au sein de la PES vous avez que des humains qui y travaillent ? » demanda-t-elle en essayant de renverser la vapeur.

Elle connaissait mal le système de la PES et il serait peut-être intéressant de combler cette lacune avant qu'elle ne se retrouve dans la merde. Toujours connaître son ennemi c'était un moyen de mieux le combattre. Non pas qu'elle envisageait de se mettre ce nouveau service à dos mais on ne savait jamais. Ils enquêtaient sur les créatures surnaturelles donc ils pouvaient potentiellement lui tomber dessus pour une raison ou une autre.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]   –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé] EmptySam 12 Avr - 16:52


Une girouette ? dis-je en riant à ses paroles. Tout comme toi j’ai choisi de vivre, pour autant je ne renie pas mon passé ni mes anciens compagnons. Lorsque la vie m’a offert un nouveau tournant, je me suis assuré de protéger mes compagnons. lui dis-je sans lui fournir plus de détails dans l’immédiat. Lorsque j’avais rapproché l’HCV de l’armé au cours des Années Sanglantes je ne l’avais fait qu’après avoir obtenu des garanties, notamment d’être certain que nous ne serions pas arrêtés pour nos actions passées. Et à la fin du conflit lorsque le Premier Ministre en personne m’avait proposé de prendre la tête de la récente Brigade PES, j’avais imposé comme condition l’amnistie de mes compagnons de l’HCV.

Quant à assurer tes arrières si un jour nous venions à combattre ensemble et non l’un contre l’autre, tu te rendrais vite compte pouvoir compter sur moi. dis-je en esquissant un léger sourire. Pour le moment je n’avais jamais combattu aux côtés d’un lycan, pour autant j’avais déjà conclu un accord avec deux d’entre eux. Comme quoi nos anciens ennemis peuvent faire de bons alliés par la suite.

Je n’ai jamais dit que tout était tout noir ou tout blanc. lui dis-je d’un ton neutre en finissant ma clope et en la jetant dans mon verre et le fond de bière qu’elle contenait. Cela faisait bien longtemps que je ne voyais plus le monde avec une vision manichéenne des choses. Moi-même j’en étais un exemple, à proposer des accords avec nos ennemis si cela pouvait servir l’intérêt général.

Je ne te reproche pas d’avoir fait un choix, au moins tu as fait quelque chose. J’exècre ceux qui ne font rien, seuls ceux qui font quelque chose peuvent se tromper. On a le droit à l’erreur, le tout est de s’en rendre compte et de l’accepter. lui dis-je en guise de réponse avant de poursuivre pour satisfaire sa curiosité quant à la PES.

La Brigade n’est constituée que d’humains pour des raisons de sécurité. Vampires et lycans ont chacun une loyauté envers leurs dirigeants qui les pousseraient à les suivre quand bien même ceux-ci œuvreraient à déclencher une nouvelle guerre. C’est bien là le problème que je rencontre, chacun ne pense qu’à son espèce propre et personne n’accepte de voir plus loin et d’agir au nom de l’intérêt général. Je sais je te soule avec ça mais c’est ainsi que je vois les choses. lui dis-je avant qu’elle n’ait eu le temps de lâcher un soupir d’agacement.

Quant aux semi-démons on ne pourra rien tirer d’eux, le seul objectif étant le chaos. Malgré tout ça ne compter que des humains au sien de la Brigade n’est pas forcément un gage de sécurité comme les derniers évènements l’ont montré, mais je dois faire avec ce que j’ai. lui dis-je sans entrer dans les détails, et encore moins en lui révélant que deux lycans notamment bossaient plus ou moins pour moi. Pourquoi, tu voudrais nous rejoindre ?
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]   –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé] EmptySam 12 Avr - 18:57




Philipp & Charlie


Charlie ne connaissait pas véritablement l’histoire de l’homme en face d’elle. Pouvait-elle vraiment le juger parce qu’elle en connaissait les grandes lignes ? Surement pas et pourtant c’est ce qu’elle venait de faire. Ok admettons, il faisait ça pour sa survie et en plus de ça il assurait les arrières de ceux qui dépendaient de lui. Elle ferait peut-être bien de se renseigner sur le sujet. Non en fait elle devrait trouver un moyen de débaucher quelqu’un pour faire toutes ces recherches sinon elle ne s’en sortirait jamais. Elle nota cette idée dans son agenda mental.

« Admettons. » dit-elle en haussant les épaules.

Continuer cette conversation les ferait tourner en rond. Elle ne put s’empêcher de rire lorsqu’il la contredit au sujet d’assurer ses arrières. Il en faudrait bien plus pour qu’elle change d’opinion sur lui. Seuls les actes déterminent qui nous sommes vraiment. Pour le moment elle voyait un homme qui privilégiait sa survie comme tout le monde quitte à passer d’un extrême à l’autre.

« Je croyais qu’on ne pouvait jamais accorder sa confiance à qui que ce soit ?! Je vous avoue que j’aimerai bien voir ça. » dit-elle avec un sourire.

Elle écouta ensuite ses explications avec une attention dont elle ne se serait jamais cru capable. Elle buvait ses paroles en particulier lorsqu’il commença à lui expliquer pour quelles raisons la PES était composée uniquement d’Humains. Le problème c’était la loyauté de chacun à sa propre espèce. Oui après tout c’était compréhensible, ouvrir la porte à tout le monde c’était aussi accepter que tout le monde joue double jeu. Pourtant le flair et les compétences de chacun pouvaient être utiles. Ils décidaient pourtant de se passer de ce genre d’aide.

Il enchaîna alors avec les semi-démons ce qui lui arracha un sourire. S’ils faisaient les tests à tous leurs membres, ils avaient peut-être quelqu’un dans leur entourage qui en était. C’était l’espèce la mieux intégrée, ce qui en faisait un ennemi beaucoup plus difficile à abattre. Elle haussa les sourcils quand il lui demanda si elle voulait intégrer la Brigade. Elle en rigola même à cette idée saugrenue. Se serait marrant quand même de s’imaginer dans un rôle de flic alors qu’elle était définitivement influencée par son passé.

« Sérieusement, moi ? Je pense que ça ne serait pas crédible et en plus ça ferait hurler de rire n’importe qui qui me connaisse. Cela dit je connais bien les techniques de la police pour l’avoir subi à plusieurs reprises. Vous gagnez bien votre vie ? » demanda-t-elle en rigolant.

Définitivement ce n’était pas crédible. Mais c’était drôle au moins d’imaginer la situation.

« Pour les vampires j’en sais rien je ne serais pas objective de vous quoi que ce soit à leur sujet. Mais pour les Loups si des accords sont signés peut-être que vous obtiendrez quelque chose. Après je dis ça pour vous, les Loups comme les Vampires ont des capacités que, sans vouloir vous offenser, les humains n’ont pas. On sait que personne n’est parfait, il y aura toujours des gars qui essayeront de foutre la merde. Peut-être qu’on devrait juste arrêter de se définir comme étant humain ou Lycan. On fait tous partis de ce monde c’est un fait maintenant il va falloir trouver un moyen de tous vivre sans qu’on ne s’entretue. »

Semi-démons, vampires, loups, humains, métamorphes… Tout le monde devait apprendre à vivre sans se tirer dans le mou. Mais ça c’était bien plus facile à dire qu’à faire. Le plus gros problème restait les conflits entre les Loups et les Vampires, elle le savait très bien. Mais c’était impossible que ces deux espèces restent en paix véritablement. Il y aurait toujours des débordements. Et on ne pouvait pas dire les Loups iront à l’Ouest et les Vampire à l’Est c’était complètement ridicule.

« En tout cas je suis bien contente de ne pas être à votre place. J’ai la cervelle qui menace d’exploser après une simple discussion avec vous alors essayer de mettre fin à tout ça, je pense que vous devez avoir pas mal de migraineux dans vos services. » dit-elle en soupirant.

C’était un casse-tête immense et elle souhaitait bien du courage à ceux qui tenteraient de relever le défi.

« Dans vos rangs, comment vous êtes sûrs qu’il n’y en a pas un qui est du côté d’une race ou d’une autre ? Et qu’en fin de compte se ne soit pas les humains qui tirent les ficelles ? On sait qu’il y a eu de la corruption mais les vampires ont des moyens très habiles de soutirer des informations à n’importe qui. »

Après tout, oui. Qu’est-ce qui leur prouvait qu’ils n’étaient pas sous l’influence d’un vampire ? Les Loups étaient les grands perdants dans cette histoire, eux ils devaient se faire recenser auprès de la PES et ils n’avaient aucun moyen de s’infiltrer dans leurs rangs. C’était franchement nul.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]   –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé] EmptyMer 16 Avr - 15:26


Alors que la discussion aurait pu nous voir nous opposer nos arguments l’un et l’autre, bornés et obtus, notre discussion évoluait peu à peu. Vraiment peu en fait mais au moins l’échange était intéressant. Si j’ignorais tout de ses pensées au sujet de notre échange, pour ma part j’étais plutôt satisfait de pouvoir échanger de cette manière avec quelqu’un de plus jeune que moi. Ceci me permettrait de me mettre à jour en matière de vision du monde, non pas dans le but de changer la mienne mais au moins de comprendre celle que ceux de sa génération avait.

Il y a une différence entre faire confiance à quelqu’un et combattre aux côtés de quelqu’un. Tu peux t’allier à un individu, même au cœur d’intenses combats, sans pour autant garder à l’esprit qu’il est susceptible de te tuer à la moindre occasion. Pour autant parfois il faut accepter de prendre ce genre de risque, le tout est d’en avoir conscience. lui dis-je en repensant à divers exemples qui pouvaient illustrer mes propos, et ce à différentes époques de ma vie.

Par exemple lorsque j’avais fait des affaires avec son père, un mec qui avait une parole de truand tout comme la plupart des contrebandiers. A ce moment j’estimais qu’il fallait respecter les accords sur une durée déterminée, cette dernière étant définie lors de la conclusion de l’accord. Tant que l’on ne rompait pas cet accord j’en respectais les termes, en revanche malheur à celui qui manquait à sa parole. Cependant je pouvais avoir été en accord avec untel et me retrouver à l’affronter lors d’une affaire suivante si cela respectait les accords conclus à long terme.

Aujourd’hui encore j’agissais selon ce principe bien qu’il ait évolué en gré de mon expérience. Ce qu’il en restait à présent était bien plus simple. Respecte notre accord, mettons-nous d’accord s’il doit évoluer. Essaie de m’entuber et tu vas en chier. C’était ce que j’avais proposé à quelques semi-démons et aux deux lycans qui bossaient plus ou moins pour moi actuellement. Son rire me tira de mes souvenirs lorsqu’elle répondit à ma plaisanterie, qui pourrait peut-être ne pas en être une allez savoir.


La paie n’est pas mirobolante mais satisfaisante pour quelqu’un qui a vécu dans la clandestinité. Toujours est-il que le meilleur salaire quand on a été activement recherché par les autorités, c’est de ne plus avoir à se cacher. D’autant que me concernant ceux sont ces mêmes autorités qui me paient aujourd’hui, j’avoue savourer pleinement cette ironie. dis-je en esquissant un sourire franc à cette idée. Je n’aurais jamais pu imaginer le soir où je perpétrais l’attentat de l’Arena que plusieurs années plus tard je serais à la tête d’une administration telle que la PES et surtout du côté de la loi.

Ce serait bien en effet de pouvoir conclure de tels accords, pour autant il serait tout autant difficile que maintenant de croire en la bonne volonté de chacun, toute espèce confondue. Les vampires douteront des vôtres, vous des nôtres et nous des leurs. Je pense qu’il vaut mieux traiter au cas par cas pour un tel… partenariat. dis-je en évoquant vaguement ces mêmes partenariats que je passais de temps à autres avec quelques individus des autres espèces.

C’est bien là le plus difficile non ? Vivre ensemble sans s’entretuer. dis-je alors qu’elle me fit part de son idée utopiste mais pas plus que la vision à long terme que j’avais. Le tout était de trouver quel chemin emprunter pour atteindre cette paix, et quelles embûches l’encombreront.

J’accueillis ses paroles suivantes avec un sourire, non pas moqueur, bien au contraire. Elle reconnaissait que notre but ainsi que notre travail n’était pas facile, notamment compte tenu du fait que nous devions nous méfier des intentions véritables de chacun, et des nôtres en premier.


Ceux qui s’en tire avec de simples migraines sont les plus chanceux. dis-je avec humour avant de poursuivre. Quant à nous assurer de l’intégrité de nos agents, nous essayons de faire pour le mieux en instaurer des protocoles qui nous permettent de limiter les risques à défaut de pouvoir être certain de tout avoir sous contrôle.

Pour nous prémunir des semi-démons nous utilisons différentes méthodes mais la plus efficace consiste à utiliser les textes sacrés. Pour les lycans une prise de sang comparée à nos fichiers nous aide pas mal, quant aux vampires en personne nous utilisons par exemple des rayons UV.

Concernant les humains il serait idiot de croire que tous sont totalement impartiaux au regard des lycans et des vampires. Chaque espèce compte des sympathisants pour autant nous faisons au mieux pour que chacun reste professionnel et prévenir tout débordement. Quelques rares éléments eux pensent à l’intérêt général et de ce fait ne font pas aucune espèce devant les autres, pas même la leur. Quant à l’influence des vampires…
dis-je en réfléchissant à ce que je pouvais me permettre de lui dire sans trop en dévoiler sur nos protocoles de sécurité.

Les chefs d’équipe d’intervention sont dotés de lentilles spéciales qui permettent de ne pas succomber au don hypnotique des vampires, comme quelques autres gradés dont moi. Quant aux autres nous avons toute une batterie de tests nous permettant une nouvelle fois de limiter grandement ce genre de risque. Pour autant nous avons conscience de ne pas être parfait, aussi nous faisons de notre mieux. dis-je pour conclure afin de ne pas en dire davantage, par sécurité.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]   –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé] EmptyDim 4 Mai - 19:14




Philipp & Charlie


Charlie jaugea Philipp, les bras croisés sur sa poitrine. Il n'avait pas tort sur ce point. Mais elle ne voulait pas admettre qu'elle serait prête à accepter l'aide de quelqu'un de son genre au milieu de son combat. Elle savait qu'il était un combattant qu'il valait mieux rallier à sa cause quittes à prendre le risque que les choses deviennent un poil plus complexes après.

« Hmm... Ça devient chiant d'avoir l'impression de recevoir une leçon de votre part. » dit-elle en songeant que ce n'était pas qu'une impression depuis le début il lui faisait plus ou moins la morale que ce soit sur son comportement ou ce qu'elle pouvait dire.

Elle fit la moue tout en l'écoutant parler de sa paie qui ne devait pas dépasser les quatre chiffres. Il parlait comme un grand père mais elle ne fit pas de remarques concernant sa joie d'être libre. Elle ne pouvait pas réellement imaginer l'ampleur de cette satisfaction mais elle pouvait imaginer que c'était plutôt jouissif de leur avoir mis l'affaire à l'envers. Le menton dans la main alors qu'elle était accoudée à la table elle réfléchissait à ce que pourrait donner une collaboration entres les différentes espèces. Sans doute quelque chose de véritablement instable et dangereux mais bon il faudrait bien un jour que cette histoire cesse s'ils voulaient vraiment la paix.

« En même temps les deux espèces sont génétiquement faites pour ne pas se supporter. Après si on se contente de rester sur la défensive pour ne jamais essayé de prendre des risques histoire de faire avancer les choses au siècle prochain on en sera toujours au même stade. » dit-elle simplement en se disant qu'au final les humains étaient ceux qui se méfiaient le plus des autres.

Il tenta alors de lui expliquer ce qu'ils avaient mis en œuvre pour lutter contre les tentatives de corruption internes. Elle nota sa petite touche d'humour. Sans doute le fait qu'elle reconnaisse que ce n'était pas évident lui faisait plaisir. Elle avait beau ne pas apprécier les forces de l'ordre elle était tout de même obligée de reconnaître qu'ils avaient du boulot par dessus la tête et les caractéristiques de chaque espèce ne simplifiait rien du tout. Elle fut tentée entre lui offrir une blague d'un goût plutôt graveleux ou lui rappeler que même s'ils faisaient de leurs mieux ils avaient quand même échoué lamentablement ces derniers temps si on en croyait les dernières informations.

« Pour les vampires c'est simples de se protéger de leur emprise mais les autres ont des moyens plus subtils. » dit-elle avec un sourire amusé et un clin d’œil.

Elle observa son verre vide et après un coup d’œil à sa montre elle constata que la soirée commençait à être vraiment avancée et elle avait quelques plans pour la fin de soirée. Sans compter que bon il était pas de mauvaise compagnie mais il y avait mieux pour s'éclater que de passer la nuit à parler avec Philipp.

« Bon, je vais devoir y aller sauf si vous voulez encore parler de la guerre et de tout ça ou que vous voulez m'offrir une carte sortie de prison pour la prochaine fois que je me fais arrêter. »

Elle aurait peut-être pas du dire qu'elle se faisait souvent arrêter mais bon s'il lui donnait un coup de main pareil elle disait pas non même s'il risquait de demander une compensation qui ne serait pas forcément pour lui plaire.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]   –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé] EmptyMar 13 Mai - 16:15


Avais-je l’air de jouer au padre avec la louve ? Peut-être qu’inconsciemment oui mais je ne me voyais pas comme ça. La dernière fois que j’avais voulu aider une nana elle me faisait la gueule alors que j’étais allé la chercher plus tôt au milieu de la brousse. Fais du bien à Martin…

Passons un marché : ne faites pas de conneries et je ne vous ferais pas la morale. lui dis-je en esquissant un sourire ironique avant qu’elle ne reprenne la parole pour donner son avis au sujet d’une éventuelle collaboration inter-espèce. Elle parlait de prendre des risques, nous voyait-elle comme des pétochards ? Grand bien lui fasse car c’était ainsi que l’on pouvait être sous-estimé et surprendre nos adversaires. A nous de ne pas les sous-estimer à leur tour.

Signe de son manque d’expérience elle estimait qu’il était simple de se protéger des vampires et elle m’en fit part en me faisant un clin d’œil. Sérieux ? Ce n’était pas parce que nous avions quelques moyens que cela restait facile mais bon, inutile de le lui dire ou elle allait encore se plaindre que je lui faisais la morale. En voulant jouer la carte de l’humour elle voulut mettre fin à notre discussion et évoqua l’idée d’une carte de sortie de prison pour sa prochaine arrestation. L’occasion était trop belle pour ne pas en profiter aussi repris-je la parole en souriant.


Faut-il donc que j’indique nos services de vous tenir à l’œil ? Merci de l’info. lui dis-je avant de poursuivre sans lui laisser l’occasion de répliquer. Quant à vous sortir de tôle si vous faites une connerie, il vous faudrait une sérieuse carte en poche pour que l’on puisse négocier. Avec vos antécédents familiaux vous n’ignorez pas que rien n’est gratuit. lui dis-je en finissant cul-sec la fin de mon verre et en me levant. A plus ! dis-je enfin avant de passer devant le comptoir de l’établissement.

J’y lâchai un billet en soutenant le regard du serveur que j’avais envoyé chier et sortis dans la rue en m’allumant une clope. Pour le moment cette rencontre ne m’avait rien apporté en dehors de quelques souvenirs et un échange d’idée. Rien que je ne pourrais exploiter dans l’immédiat, pour autant j’avais trouvé une louve qui se faisait arrêter régulièrement à en croire ses propres paroles. Il suffisait qu’elle se fasse encore chopée au moins une fois pour que j’ai un levier contre elle si jamais j’en avais besoin. Jetant un coup d’œil à mon portable je décidai de ma prochaine destination sans me retourner ni me soucier davantage de la nana.

Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]   –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé] EmptyJeu 15 Mai - 0:18




Philipp & Charlie


Elle haussa simplement un sourcil face à son marché comme il disait. Elle n'avait pas le souvenir d'avoir fait une connerie qui soit dans son secteur d'activité ni même devant lui. Tout ce qu'ils faisaient c'est parler depuis de longues minutes et il ne songeait qu'à la reprendre sur sa manière de penser.

« Je fais pas de conneries et pourtant vous me faites la morale comme un vieux vétéran. Bientôt vous allez commencer toutes vos phrases par : "De mon temps..." »

Elle lui adressa un sourire en coin. C'était vraiment trop facile de le brancher sur son âge et sa tendance à radoter comme s'il avait vingt ans de plus.

Elle resta interdite quand il souligna le fait qu'il serait peut-être utile de garder un œil sur ses activités. Pour sûr il ne serait pas déçu s'il le faisait mais franchement elle s'en passerait. Il enchaîna alors sur le prix à payer pour avoir ce droit. Oui ben ça elle se doutait bien qu'il ne ferait pas un tel geste pour ses beaux yeux. Elle fronça les sourcils à cette idée alors qu'il s'en allait.

Elle se leva après avoir laissé quelques billets sur la table, elle le dépassa rapidement, elle n'avait rien d'exceptionnel de prévu pour la soirée mais elle trouverait bien quelque chose pour s'occuper. Après la conversation nébuleuse qu'elle venait d'avoir avec le chef de la PES elle se mit d'accord avec elle-même sur une soirée sans prise de tête, elle devait préparer une exposition qu'elle avait à faire et elle sentait plutôt inspirée d'un coup, rien à voir avec les vieux bâtiments qu'elle s'était appliquée à reproduire tout l'après midi, cette conversation avec un représentant de l'Ordre la ramenait doucement à ses origines en tant qu'artiste.


[RP Terminé]
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]   –› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé] Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
–› As my life flashes before my eyes I'm wondering "will I ever see another sunrise?" ‹– [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» Music is my life •
» « It's not a new Life. Just a new Beginning. » [Kira, Rose]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Oldtown :: Celtic Pub
-
Sauter vers: