AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Vais-je subir une mort définitive ? [Livre II - Terminé]
MessageSujet: Vais-je subir une mort définitive ? [Livre II - Terminé]   Sam 4 Jan - 2:00

Une convocation, de la part de mon supérieur hiérarchique le plus haut, après la famille royale. Cela aurait intrigué n’importe qui. Alors moi, qui jouais double jeu ? Je me demandais bien évidemment ce qu’il me voulait. Et pourquoi il n’était pas passé par l’intermédiaire d’un officier. Je n’étais que du menu fretin, crucial pour le fonctionnement des armées de la Reine, mais du menu fretin. N’importe qui, ou presque, aurait pu me remplacer. La seule explication plausible que je voyais était que l’on souhaitait me blâmer. Pourquoi ? Pas pour les Sanguinistes, c’était impossible. Nul ne pouvait m’avoir démasquée. Je ne l’aurai jamais avoué, mais j’étais anxieuse, au fond. Si l’un des misérables difficilement capables de se contrôler avait parlé… J’irai l’assassiner de mes mains. Avec d’autant plus de plaisir, s’il s’agissait d’un autre enfant de mon créateur, ou d’un des leurs. Je ne les aimais pas, et ne les avais jamais aimés, de toute façon.

Je savais que je serai réprimandée pour cela par Julien, ou je le soupçonnais du moins, mais avant de le rejoindre – et parce qu’il me restait un peu de temps, évidemment, il était hors de question que je sois en retard -, je saignais un humain, le charmant aussitôt pour le lui faire oublier. Guillemaud était plus âgé et plus fort que moi, mais je pouvais espérer que mon entrainement dans le maniement des armes, que je portais ouvertement pour certaines, dissimulées un peu partout pour d’autres, et la force donnée par la consommation de sang à même la veine, pourrait m’être de grand secours et me permettre de m’échapper.

Une fois cela fait, et le numéro de l’humain récupéré – il était délicieux, j’en ferai bien mon casse-croute régulier -, je prenais donc la direction de la Reds. Je n’y étais jamais entrée, je crois bien : qu’aurais-je été faire là-bas, à fréquenter ces misérables humains que la société employait ? Les vampires étaient tombés bien bas. Je préférais nettement l’état des humains dans mon travail : morts. Et pas du genre de morts qui risquaient de se relever de leur tombe. Même si ça pouvait être une source d’amusement… J’essayerai peut-être, un jour, pour voir. De préférence quand un de mes collègues humains travaille.

Je rejoins rapidement l’immeuble, et pénétrais dans les locaux concernés. Je déclarais mon identité, et l’objet de ma visite, stipulant que j’avais été conviée par le grand chef lui-même. J’étais tentée de dévoiler mes crocs pour terroriser davantage la réceptionniste, qui semblait à deux doigts de s’enfuir en courant. Mon aura était-elle si terrifiante ? Était-ce parce que je m’étais nourrie convenablement, pour une fois ? Que vous le croyiez ou non, je suis raisonnable, et n’attaque que très rarement d’humain dans la rue. Surtout quand je ne suis pas masquée.

_________________
“There are people in this world who deal only in extreme. It's naive to think that anything less than extreme measures will stop them.” (Arrow)


Rewards & stuff:
 


Dernière édition par Freyja Swayne le Sam 4 Jan - 11:18, édité 1 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 11
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Messages : 5725
Membre du mois : 8
Je crédite ! : Avatar : Ash | Nao (signature) | Kanala (rewards)
Localisation : Le cimetière
Humeur : Sanguine
Autres comptes : Alexis Prudence Lindon
Modératrice
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vais-je subir une mort définitive ? [Livre II - Terminé]   Sam 4 Jan - 3:50


Je ne connaissais pas personnellement la vampire que j’avais convoqué à se présenter devant moi ce soir. Elle m’avait été recommandée par l’un des officiers de la Garde à qui j’avais donné pour instruction de me trouver un élément fiable pour une mission spéciale concernant les lycans sans lui donner davantage de détail. Elle devrait arriver d’ici quelques minutes si elle était ponctuelle, et mieux valait pour elle qu’elle le soit car je ne tolérais pas le retard.

Lorsque le combiné de mon fixe se déclencha ce fut pour que la réceptionniste de l’accueil au rez-de-chaussée de l’immeuble me fasse part de l’arrivée de la vampire. Je pouvais sentir la peur dans sa voix agaçante. J’avais dû remplacer la précédente qui avait eu un « accident » après avoir été licenciée pour faute grave. Cette dernière était en réalité une vampire qui avait cru pouvoir amener son petit copain vampire lui aussi pour batifoler dans les locaux de ma société. Tous deux avaient été exécutés sans sommation. La nouvelle réceptionniste donc, une humaine débutante, semblait terrifiée par ma visiteuse.


* Elle ne finira pas la semaine celle-là.* pensai-je, m’imaginant déjà recevoir sa démission pour incompatibilité d’humeur. C’était par cet intitulé que les humains employés dans des entreprises mixtes - vampire / humain - justifiaient leur démission lorsqu’ils ne supportaient plus de travailler avec des nocturnes.

Ce fut ensuite mon assistante qui la fit entrer dans mon bureau après avoir toqué à la porte. Elle était une vampire que j’avais choisi parmi la Garde pour ses compétences au combat au cours des Années Sanglantes. Elle n’avait qu’un peu moins d’un siècle mais ne serait pas effrayée elle par… Freyja Swayne, pus-je lire sur le papier où j’avais noté son nom, ayant vu bien plus impressionnant que cette dernière.


Bonsoir Swayne, prenez place je vous pries. lui dis-je en guise de salutation, lui indiquant de prendre place sur le siège de l’autre côté de mon bureau.

Je sens que vous vous êtes nourri avant de venir, vous prévoyez de m’affronter en combat singulier ? lui demandai-je en affichant un masque de neutralité parfaite, lui rendant ainsi impossible à déterminer quel était véritablement mon sentiment à ce sujet.

Si je vous ai fait convoquer ce soir dans les locaux de mon entreprise ce n’est pas pour vous tuer Swayne. Si tel avait été le cas, l’ordre d’exécution aurait déjà été exécuté et vous n’auriez pas eu l’occasion de me rencontrer. Aussi la prochaine fois ne saignez pas un humain avant de venir me voir, ceci va à l’encontre des lois en vigueur dois-je vous le rappeler ? Quand bien même la saveur de leur sang ne peut être égaler. lui dis-je pour la prévenir mais néanmoins lui faire comprendre que j’étais d’accord sur le fait que le goût du sang humain était inimitable mais qu’il fallait respecter nos lois, histoire de la détendre un peu.

J’ai besoin de quelqu’un pour une mission qui concerne un lycan. Vous pensez-vous de taille pour cette tâche Swayne ? lui demandai-je en me renfonçant dans mon fauteuil, un coude sur l’accoudoir gauche et mon autre main sur l’accoudoir de droite.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vais-je subir une mort définitive ? [Livre II - Terminé]   Sam 4 Jan - 12:03

Je ne le montrai pas, mais j’étais surprise de l’incompétence de cette réceptionniste. Même pas m’avait-elle demandé de me séparer de mes armes. Terrorisée comme elle l’était, cela n’était guère surprenant, cela dit. Mais il lui faudrait peu de temps pour mourir – littéralement – de peur, si elle était impressionnée par une vampire qui ne lui présentait aucun geste d’hostilité, qui était juste pleinement en forme – ou presque, pour cela il aurait fallu que je consomme quotidiennement la dose qui me plaisait de sang humain. Mais cela était mon affaire. Qu’aucun des gens présents ne me fasse déposer mes armes étaient bien plus étrange, malgré tout. Je me détendais imperceptiblement : Guillemaud ne devait pas souhaiter ma fin, auquel cas il m’aurait privée de tout mon attirail… ou des armes atteignables, du moins. A moins qu’il ne soit suffisamment confiant pour me les laisser. Il était bien plus âgé que moi, cette probabilité était importante. Je ne me laissais pas démonter pour autant.

« Général Guillemaud. »

Je m’assis à son indication de le faire. Nulle surprise à voir sur mes traits, dès lors qu’il indiqua réaliser que je m’étais nourrie. Bien évidemment. Si j’avais souhaité cacher cet état de fait, je n’aurai tout simplement pas bu à même la veine.

« Je ne vous ferai pas l’affront de penser pouvoir égaler les compétences d’un vampire plus âgé que moi. Uniquement celui d’avoir confiance en mon entrainement et en mes capacités, pour espérer pouvoir échapper à une issue funeste et déplaisante que vous auriez pu confier à vos sbires. »

Rien de plus vrai. Certes, s’il avait eu en tête de mettre fin à mes nuits lui-même, j’aurai tenté de fuir, sachant l’improbabilité que je survive face à lui, et aurai probablement quitté l’Ecosse – sans quoi on m’aurait traquée sans merci et assassinée froidement. Je souris de manière énigmatique, en l’entendant proférer la nécessité du respect des lois en vigueur, malgré l’attrait indéniable du sang humain. J’étais tentée de faire remarquer qu’il ne devait pas sa santé vampirique à la consommation de Tru Blood, cela se voyait et se sentait pour quiconque y prêtait attention, mais je ne voulais pas me le mettre à dos avant d’entendre ce qu’il avait réellement à me dire. Pas plus que je ne souhaitais trahir mes pratiques, en ayant une parole déplacée. Freyja Swayne ne désobéissait que rarement aux lois, désireuse de garder sa place auprès de la Reine, ou peut-être même d’en gagner une plus importante. La blonde masquée qui présidait les réunions des Sanguinistes, en revanche…

Mais les propos du Général m’arrêtèrent net dans le labyrinthe de mon cerveau, me ramenant aussitôt à l’entrée de celui-ci. Une affaire qui concerne un lycan ? Une lueur nouvelle, probablement exacerbée par le fait que je m’étais nourrie convenablement, mais réellement alimentée par ma haine à leur encontre, et par les réminiscences des traques de leurs semblables que j’avais effectuées au fil des années, et du plaisir, de l’exaltation que j’en tirais.

« Je suis la femme qu’il vous faut. »

Un brin d’arrogance ? Peut-être. Probablement. Mais surtout de la lucidité : j’avais traqué ces chiens de nombreuses fois, j’étais entrainée. J’étais douée pour ça. J’étais prête. Même si ma rencontre avec Irving ne s’était pas passée comme je l’avais souhaitée, elle n’influerait pas sur la mission que Guillemaud voulait me confier.

« J’ai cependant une question, si vous me le permettez. »

Pourquoi moi ? Nombre de mes congénères savaient que j’avais traqué des loups garous, notamment les officiers, étant mes supérieurs directs, car ils s’étaient renseignés auprès de nous sur nos capacités, sur nos faits d’arme, mais le Général ? J’en doutais.

_________________
“There are people in this world who deal only in extreme. It's naive to think that anything less than extreme measures will stop them.” (Arrow)


Rewards & stuff:
 


Dernière édition par Freyja Swayne le Mer 22 Jan - 23:40, édité 1 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 11
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Messages : 5725
Membre du mois : 8
Je crédite ! : Avatar : Ash | Nao (signature) | Kanala (rewards)
Localisation : Le cimetière
Humeur : Sanguine
Autres comptes : Alexis Prudence Lindon
Modératrice
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vais-je subir une mort définitive ? [Livre II - Terminé]   Jeu 16 Jan - 17:34


Ses paroles me firent sourire intérieurement, mon masque de neutralité demeurant sans faillir. Sa réponse était celle qu’il fallait, un brin flatteuse mais sans manque de respect et lui permettant d’afficher sa capacité à se préparer au pire.

C’est probablement pour cela que vous vous baladez avec autant d’armes sur vous Swayne je suppose. lui dis-je afin de souligner le fait que j’avais repérer son arsenal et l’avais laissé se présenter à moi en toute connaissance de cause, nullement impressionné. Bien entendu que son équipement pourrait grandement l’aider en cas de combat frontal mais j’avais moi aussi quelques « outils » dissimulés et qu’elle ne pourrait probablement pas deviner.

Son assurance lorsqu’elle m’affirma être la femme qu’il me fallait pour cette mission était une bonne chose car cela montrait que ses supérieurs ne s’étaient pas trompés en me la recommandant. Néanmoins je ne voulais pas qu’elle tue l’individu qui était la cible de cette mission. En effet il ne s’agissait pas d’une mission d’assassinat mais de collecte d’information.


Vous voulez savoir pourquoi vous je suppose ? dis-je d’un ton toujours neutre.

J’ai besoin de quelqu’un de discret mais prêt à se salir les mains si nécessaire. Un assassin mais aussi un fantôme. Pensez-vous correspondre au profil Swayne ? A moins que vos supérieurs ne se soient trompés à votre sujet ? dis-je pour titiller son amour-propre et jauger sa réaction.

Sa mission consisterait à observer les lycans, et plus précisément le territoire de la meute des loups et déterminer qui avait droit d’accès en dehors d’eux. Si elle venait à se faire prendre par les loups-garous, elle serait tuée ou peut-être livrée à la PES bien que je doute de cette dernière option. A sa charge de se montrer compétente et de ne pas se faire prendre. J’avais besoin de ses informations pour corroborer certaines données fournies par celle qui était venue me demander mon aide pour ses plans.


Pour le moment votre mission sera de vous rendre aux abords du territoire de la meute et de consigner tous ceux qui peuvent y entrer. Vous les prenez en photo et me les faites parvenir aussitôt. Si votre mission est un échec vous serez désignée comme ayant agi seule et sans que votre hiérarchie n’en fut informée. Si vous l’accomplissez, vous gagnerez des points pour une montée en grade ultérieure. D’autres questions ?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vais-je subir une mort définitive ? [Livre II - Terminé]   Ven 17 Jan - 21:38

Rien de surprenant à ce qu’il ait remarqué mes armes. Si j’en dissimulais certaines, je portais sans problème la plupart de manière à ce qu’elles soient vues. Peu importe les prétendues alliances et les lois visant à établir une paix entre humains et vampires, je n’y croyais guère. Le danger était partout. Et il ne venait pas que des humains, dans tous les cas. Des loups, évidemment, mais aussi des mes congénères.

« Simple instinct de survie, Général. Sans vouloir vous offenser, je ne suis pas une jeune vampire insouciante, et je sais à quoi je peux être confrontée. Je ne me leurre pas sur notre réputation et la haine existant à notre égard, ni sur mes potentiels ennemis. »

Je n’approfondis pas ma pensée. A lui de donner le visage qu’il voulait à ces ennemis. Sans aucune surprise, étant donné la légitimité de ma question et son côté assez évident, il anticipa ce que j’allais lui demander. J’acquiesçais de la tête, sans rien ajouter à ce sujet. Bien. Cela me semblait cohérent, et mes supérieurs avaient fait le bon choix. Je n’étais surement pas la seule personne à la hauteur de la tâche, mais la plus entraînée, probablement. Je doutais sincèrement qu’un seul des autres membres de la garde ait eu connaissance des loups aussi tôt que moi. Après tout, ils n’étaient qu’un mythe pour beaucoup, jusqu’à récemment.Moi, j'avais été mise au courant de leur existence assez rapidement par Charles.

« Je corresponds, Général. Bien mieux que n’importe lequel des vampires à qui vous pourriez cette mission. Sans présumer de mes forces, j’ai pour moi l’habitude de la traque et l’espionnage des loups. Mon créateur m’a mise, peu après ma renaissance vampirique, au courant de leur existence, et de leur menace pour nous. Nous en avons traqué ensemble. Il m’a appris à repérer, et à me faire discrète. »

Un constat, sans émotion, sans parasite comme ma fierté. Je n’avais même pas réagi à sa pique – il était mon supérieur, et voulait me confier une mission qui pouvait s’avérer dangereuse, de toute évidence, et pour laquelle garder son sang-froid, garder le contrôle, était indispensable. Si je lui montrais dès à présent le contraire, alors je ne serais clairement pas la personne la plus adaptée.

« A quelle fréquence voulez-vous que je vous fasse un rapport ? Quel est le maître mot, si je me fais attaquer durant la mission – hormis que j’ai agi de mon propre chef ? Y-a-t-il des pertes que je dois éviter, dans leur camp ? »

Il me serait difficile d’épargner Irving, si je me retrouvais en combat – d’autant plus si cela devait être le dernier que je livrais. Mais peut-être ne se souciait-il pas d’un misérable comme le chien galleux qu’était Anderson.

« Suis-je seule sur l’affaire, ou dois-je veiller à ne pas empiéter sur les plates blandes d’un autre ? »

C’était la première fois qu’il s’en remettait à moi, l’incertitude quant à ma fiabilité pouvait très bien le pousser à confier ce travail à deux personnes, pour plus de sécurité. Peut-être me répondrait-il franchement, peut-être pas. Mais demander n’engageait à rien.

_________________
“There are people in this world who deal only in extreme. It's naive to think that anything less than extreme measures will stop them.” (Arrow)


Rewards & stuff:
 


Dernière édition par Freyja Swayne le Mer 22 Jan - 23:41, édité 2 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 11
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Messages : 5725
Membre du mois : 8
Je crédite ! : Avatar : Ash | Nao (signature) | Kanala (rewards)
Localisation : Le cimetière
Humeur : Sanguine
Autres comptes : Alexis Prudence Lindon
Modératrice
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vais-je subir une mort définitive ? [Livre II - Terminé]   Sam 18 Jan - 2:17


Ses paroles allaient dans le sens des recommandations de ses supérieurs. Elle semblait prévoyante, prudente et consciente de ses forces. Peut-être que cependant il n’était pas judicieux d’afficher son assurance aussi ostensiblement mais je gardais pour moi cette remarque toute personnelle. Tandis qu’elle poursuivit son discours, me divulguant certaines informations plutôt curieuses. Ainsi donc son créateur avait été au courant de l’existence des lycans alors qu’il n’était qu’une espèce morte pour la nôtre. Pourtant aucun vampire vivant foulant ce monde n’en n’avait jamais rencontré hormis Augustus qui en avait dirigé une purge à leur encontre il y a de cela plus d’un millénaire.

A en juger par ce que je vois tu dois avoir à peu près un siècle. Cela signifie donc que ton créateur connaissait déjà leur existence. Hormis Augustus nul n’était censé connaître leur existence, celle-ci n’étant même pas supposée être encore. Comment les a-t-ils rencontrés ? Je serais bien curieux de l’apprendre. lui dis-je là en l’interrogeant sur un point qui n’était en soi pas bien crucial mais qui satisferait peut-être ma curiosité.

Elle en vint ensuite à m’interroger à son tour, au sujet des conditions de sa mission. Elle voulait savoir quelle attitude adopter en cas d’attaque. Si elle venait effectivement à être découverte cela soulignerait tout d’abord son incapacité à mener à bien sa tâche pourtant simple et de ce fait elle paierait son incompétence. Mais cela pourrait aussi avoir pour conséquences plusieurs désagréments pour notre espèce aussi je ne pouvais tolérer un échec de sa part, sous peine de lui faire subir le même sort que Spencer.

Echouez et vous observerez un lever de soleil. la prévins-je simplement d’un ton neutre sans aucune agressivité comme si je lui annonçais simplement la météo du jour.

Collectez les informations demandées. Je veux un rapport tous les deux jours minimum, davantage si un élément le requiert. Si vous vous faîtes attaquée, vous notez l’identité de vos agresseurs et fuyez sans répliquer. Vous venez ensuite trouver immédiatement afin que l’on s’arrange pour coller la responsabilité aux lycans de cette attaque. Ceci induit donc qu’aucune perte ne sera tolérée de leur côté. lui dis-je encore pour parfaire les conditions de sa mission.

Si elle n’avait gonflée ses compétences face à moi elle pourrait accomplir son travail, quand bien même j’étais conscient qu’observer le territoire des lycans ne serait pas forcément simple, comme tout ce qui touchait de près ou de loin à ces animaux.


Vous serez la seule en charge de cette tâche. Par contre il est peut-être utile de vous prévenir d’une chose. Comme chacun de ceux qui travaillent à mes ordres, de près ou de loin, vous ferez l’objet dès à présent d’une surveillance plus ou moins discrète qui elle sera confiée à plusieurs agents de différent grades, certains échappant même à toute hiérarchie au sein de la Garde. lui dis-je simplement en réponse à sa question à ce sujet. J’appréciais que mes subordonnés se sentent observés, qu’ils s’interrogent constamment afin de savoir s’ils étaient réellement ou non sous surveillance constante.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vais-je subir une mort définitive ? [Livre II - Terminé]   Sam 18 Jan - 21:50

Guillemaud partagea une information qui m’interpella. Charles, ayant connaissance d’une espèce censée être éteinte ? Je n’étais pas en mesure de lui apporter les informations qu’il désirait. Tenait-il cela de son propre créateur ? Après tout, Charles avait sept siècles à son actif, peut-être son créateur avait-il plus d’un millénaire ? Je n’en avais sincèrement aucune idée. Mon Père vampirique ne parlait pas du sien, et qu’il m’ait mise au parfum de l’existence des loups garous ne m’avait jamais interpellée. Je ne l’avais donc jamais questionné. Je ne croyais pas en l’existence des vampires, avant d’en être une moi-même, pourquoi celle de ces chiens galeux aurait davantage du me surprendre ?

« Je crains ne pouvoir vous en dire davantage. Je n’en sais guère plus. Il me faudrait demander à mon créateur ce qu’il en est. »

Strict, clair, concis. Il voulait des informations ? Les chercher à la source était la seule solution. Etait-ce nécessaire, que de mander un vampire ne se trouvant plus sur les terres écossaises pour cela ? Je ne le pensais. Mais la décision n’était pas mienne, et si les choses devaient être faites ainsi, elles le seraient. Je ne fis aucun geste, je ne laissais rien transparaître, alors qu’il annonçait ce qui m’attendait si je venais à échouer – comme s’il me parlait du prochain diner mondain auquel il devait assister, parmi tous ceux auxquels il devait être convié. Parfait.

D’une voix tout aussi impassible, j’acquiescais d’un bref mais clair « Bien, mon général ». Quelle autre attitude adopter ? Me rebeller ? Me retirer de l’affaire, alors que je venais de lui affirmer être la vampire qu’il lui fallait ? Réitérer mon aptitude à prendre soin de la mission qu’il voulait me confier ? Certainement pas. La première option n’équivaudrait qu’à anticiper le sort qui m’attendait, la seconde détruirait tout avancement que je pourrais être à même de faire, et la troisième serait synonyme d’insécurité et impliquerait que je ne croyais pas en mes propres capacités.

Or, j’y croyais. Et je connaissais mes faiblesses. Mes démêlés avec Irving Anderson, par exemple. Je n’étais pas en mesure d’affirmer à cent pourcents qu’il n’aurait pas la moindre égratignure, si nous nous retrouvions face à face. J’acquiesçais silencieusement, d’un simple geste de la tête, à toutes ses directives, avant de reprendre la parole. Je ne pouvais guère me taire au sujet de ma confrontation antérieure avec Irving, et des risques que ça pouvait amener avec.

« Je dois vous dire une chose avant tout, Général. Cette chose se nomme Irving Anderson. Il est un des leurs. Je l’ai traqué il y a quelques temps, et l’ai attaqué dans sa demeure. Il a vu mon visage, et s’il ne sait pas qui je suis – notamment pas que je suis une vampire, de cela j’en suis certaine -, il ne me laisserait pas aller si je suis attrapée. Je n’ai nullement l’intention de l’être, mais si Irving me tombait dessus et que je ne parvenais pas à fuir, il tenterait de m’extorquer des informations. Je ne l’attaquerai pas comme tel est votre souhait, pas plus que je ne parlerai, mais il me semble nécessaire que vous soyez au courant des tenants et aboutissants de ma mésaventure avec Irving. »

Je ne mentais pas. Je ne toucherai à aucun cheveu d’Irving – pas durant cette mission du moins. Un combat entre lui et moi équivalait à un combat à mort. Ni lui ni moi ne laisserions l’autre partir vivant. Je fuirai, indéniablement, si je me retrouvais confrontée à cette bête à poil nauséabonde. Pour le moment. Mais je ne me ferai pas repérer. De cela, j’étais certaine.

« Pas que je remette en cause mes capacités à passer inaperçu, soyez en assuré. Je ne serai pas repérée. Et, le cas échéant, je viendrais directement vous faire un rapport. Si nul ne le nécessite, autre que les rapports que vous souhaitez, vous n’entendrez pas parler de moi. Pour les rapports dont il est question, comment vous contacterais-je ? »

Il me semblait crucial de faire profil bas – qu’une simple sous officière comme moi se rende dans les locaux de la Reds comme en l’instant, où elle n’avait jamais mis les pieds durant les mois passé ne ferait qu’attirer l’attention. Mais je me gardais bien d’en dire quoi que ce soit : il était mon supérieur, et devait le savoir tout autant que moi. Il n’était pas à ce poste pour son incapacité, de toute évidence.

Je ne fis aucun geste pour m’insurger contre la surveillance qu’il déclarait mettre en place. Evidemment. J’aurai du m’en douter. Cela allait… compliquer mes activités annexes. Je ne pouvais guère prendre de risque. Il ne leur faudrait pas plus d’une minute pour remonter jusqu’à moi, si je quittais mon domicile masquée, et orchestrais une réunion des Sanguinistes. J’aurai bien pu faire parvenir un message à mes frères et sœurs, déclarant que je ne pouvais m’en occuper actuellement et le leur déléguer, mais ils auraient été bien trop prompts à me dénoncer à qui de droit. L’invitation de Badenov à m’offrir la rédemption, bien que je ne doute pas du fait que des tenants et aboutissants de celle-ci m’étaient cachée et que je risquais gros, me trottait à l’esprit de plus en plus. Je me sentais acculée, bien malgré moi, et constatais ne pas avoir d’autre choix.

Le monologue qui se déroulait en moi ne laissait rien paraître sur mon visage, et je revins rapidement à la situation actuelle. Être suivie. Bien. Un mal nécessaire, j’imaginais. Je souris intérieurement, en étant impassible visuellement toujours, à l’idée d’une équipe d’espion constituée de tout un panel de vampires, pas nécessairement associables à l’armée de la Reine. C’était intelligent, très intelligent. Un bon moyen de cultiver la paranoïa, et de nous contraindre à nous comporter sans aucune bavure. S’ils n’étaient pas tous affiliés à la Reine, cela signifiait que nous ne pouvions pas forcément les reconnaître. Il pouvait tout aussi bien employer des humains… mais je n’en étais pas convaincue. Je n’en saurai, dans tous les cas, rien, et extrapoler à ce sujet ne m’aiderait pas à m’approcher de la vérité, j’en étais certaine.

Bien. furent les seuls mots à sortir de ma bouche. Inutile d’en dire plus. Qu’aurais-je, de toute façon, été en mesure de dire, si ce n’était cela ? Je n’aurai fait que parler pour parler, me donnant l’apparence d’une vampire juvénile sans discernement – et surtout dépourvue de celui de savoir quand il était nécessaire de m’exprimer, et de me taire.

_________________
“There are people in this world who deal only in extreme. It's naive to think that anything less than extreme measures will stop them.” (Arrow)


Rewards & stuff:
 


Dernière édition par Freyja Swayne le Mer 22 Jan - 23:41, édité 1 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 11
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Messages : 5725
Membre du mois : 8
Je crédite ! : Avatar : Ash | Nao (signature) | Kanala (rewards)
Localisation : Le cimetière
Humeur : Sanguine
Autres comptes : Alexis Prudence Lindon
Modératrice
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vais-je subir une mort définitive ? [Livre II - Terminé]   Mer 22 Jan - 11:22


Que son créateur ait été au courant de l’existence des lycans pouvait être un indicateur d’un âge élevé ou alors d’une rencontre inattendue, quoi qu’il en soit rien qui ne me permettait d’en apprendre grand-chose à son sujet. Peut-être qu’une nuit une rencontre pourrait être intéressante avec lui, pour papoter. Quant à sa créature, cette femme qui se trouvait devant moi et semblait prête à en découdre avec les lycans, elle répondit à mes ordres simplement et sans fioriture.

*Parfait.* pensai-je, avant qu’elle ne reprenne la parole et ne me fasse part d’un élément qui pouvait tout aussi bien s’avérer être un problème ou au contraire un avantage, à voir. Elle avait attaqué Anderson, cette merde qui avait cru pouvoir se taper ma Pomme sans conséquence. Qu’il ne soit pas parvenu à l’identifier comme une vampire était surprenant, étant donné l’aversion respective entre nos deux espèces. Aussi décidai-je de l’interroger à ce sujet.

Pour avoir déjà eu à faire à ce loup, je m’étonne qu’il ne vous ait pas identifiée comme appartenant à notre espèce. Etes-vous certaine de ce que vous avancez là Swayne? lui demandai-je avant de poursuivre ma réaction à ses dernière paroles à ce sujet. Quoi qu’il en soit à vous montrer d’autant plus prudente, et à vous préparer en conséquence pour pouvoir fuir si jamais votre prudence venait à ne pas suffire. lui conseillai-je, juste au cas où.

Elle devait d’ors et déjà être consciente qu’un échec ne serait pas toléré, d’autant plus avec ce que je lui avais dit un peu plus tôt, mais j’estimais qu’il n’était jamais superflu de le préciser à plusieurs reprises. Cela suffisait dans la plupart des cas pour ne pas avoir besoin de passer à l’acte, bien que cela ne me dérange pas le moins du monde de mettre mes menaces à exécution lorsque nécessaire. Comme pour me rassurer en quelque sorte elle crut bon de réaffirmer ses capacités à se montrer discrètes. Réaffirmation inutile car je ne jugeais mes interlocuteurs que sur leurs actes et non leurs paroles.


J’ai une procédure prévue pour cela. lui dis-je d’un ton neutre, ceci étant à mes yeux une évidence que je ne m’attendais pas à ce qu’elle ait à se représenter en ces lieux, elle une simple sous-off’. Vous ne devrez me contacter dès à présent uniquement à cette adresse. lui dis-je lui présentant un papier sur lequel était noté un lieu, en fait l’habitation d’un humain que j’avais hypnotisé pour l’occasion.

Pas par une simple séance d’hypnose que je réservais à ceux qui me permettaient de satisfaire mes appétits mais quelque chose de plus sophistiqué. Le concernant je l’avais conditionné pour qu’il ouvre son courrier et renvoie tout plis qu’il recevrait de la part de Swayne à un autre intermédiaire plus sûr à mon service. Ainsi seulement je pouvais être certain d’être à l’abri de toute filature de la part de quiconque.


Bien entendu vous parlerez en langage codé afin que nul autre que moi ne puisse en comprendre le sens et vous signerez tous vos rapports, réguliers ou urgents, par le nom de Mercure. lui dis-je encore. Mercure était le dieu romain, entre autres, des voleurs et espions. J’avais trouvé cette idée correspondant plutôt bien au rôle qu’elle était censée endosser dès maintenant.

Une dernière recommandation Swayne. S'il venait à vous capturez, n'imaginez pas que révéler à Anderson que vous agissez sous mon ordre vous sauvera la vie. Cela ne fera que précipiter votre mort. De ses mains ou des miennes. lui dis-je encore, histoire de tuer dans l’œuf toute idée de retournement de veste. Par la même occasion je lui laisser comprendre une nouvelle fois que je connaissais le lycan, lui précisant cette fois que nous étions nous aussi loin de nous entendre.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vais-je subir une mort définitive ? [Livre II - Terminé]   Jeu 23 Jan - 14:42

Guillemaud ne laissait rien paraître, quelle que soit l’information qui lui était délivrée. Ça n’était pas réellement surprenant, venant d’un vampire aguerri comme il devait l’être. Ça aurait pu, en revanche, être perturbant si l’on se voyait lui et moi dans un tout autre contexte. Mais cela m’indifférait : il était mon supérieur, et de ce fait, je ne devais qu’écouter, obéir, et lui fournir les informations qu’il me demandait. C’est d’ailleurs pourquoi je gardais le silence, tant qu’il n’ajoutait rien.

Je devais savoir garder ma place, et encore plus à l’instant. Un geste ou un mot de trop pourrait probablement le faire reconsidérer cette mission qu’il me confiait. Et je ne le souhaitais pas. Au delà du fait qu’il pourrait assigner quelqu’un d’autre à cette tâche, cela pourrait attirer l’attention d’une très mauvaise façon sur mes activités annexes. Qu’il me fasse surveiller compromettait déjà cela, mais ça n’était pas lié à une quelconque suspicion à mon sujet. Je refusais de faire naître cette suspicion, par un comportement autre qu’irréprochable.

Je hochais légèrement la tête, alors qu’il demandait des précisions sur Anderson. « J’en suis persuadée, Général. Je ne sais pas ce qui a pu l’amener à se leurrer quand à ma nature, mais il n’a pas compris ce que j’étais. Il me prend pour une semi démone. » Cette confusion de la part du loup pouvait m’apporter beaucoup : ils pouvaient imputer cet espionnage aux démons, ce qui serait avantageux pour nous, mais il pourrait aussi me démasquer et démasquer ma nature. Et me traquer. Que nous soyons entrés en altercation au préalable m’apprenait en tout cas une chose : je devrais redoubler d’attention et ne pas me reposer sur mes lauriers, s’il se présentait sur le territoire de la meute. Je devais préparer un moyen de m’échapper sans faute, car il ne faisait aucun doute que je serai en infériorité et que je risquais gros, si je me faisais surprendre à la limite de leur territoire.

Je regardais le papier et l’adresse, ne faisant pas un geste pour le saisir. J’acquiesçais légèrement, signe que je prenais en compte ses instructions, et retiendrais l’adresse. Inutile de laisser des traces des intermédiaires qu’il y aurait entre lui et moi. Cela aussi correspondait à la plus élémentaire des prudences dont je devais faire preuve. De même que le langage codé ; et le pseudonyme. Evidemment. Prévenir, retarder voire empêcher de mettre une identité sur les propos dévoilés, tant concernant l’expéditeur que le destinataire. Question de bon sens.

« Bien, Général Guillemaud. Je suppose que si vous souhaitez me contacter, vous vous débrouillerez sans mal ? »

Il devait, après tout, avoir le bras long. S’il, ou quand il plutôt, me faisait suivre, il n’aurait aucune difficulté à charger quelqu’un de me transmettre un message, ou à réussir à en dissimuler un à mon domicile. Il devait avoir suffisamment de moyens pour communiquer avec moi, sans pour autant que quiconque suspecte un lien entre nous.

« Si je suis confrontée à Anderson, sans vouloir vous offenser, ma dernière pensée et préoccupation sera de vous trahir – si des griefs vous opposent, Anderson n’en aura cure. Il veut, j’en suis persuadée, sa revanche en ce qui concerne le fait que je l’ai débusqué chez lui. Rien de ce que je ne pourrais dire m’épargnera, si je ne parviens pas à fuir. »

Inutile d’ajouter que si je voulais survivre, je devrais l’achever. Je lui avais affirmé que je ne le ferai pas, par conséquent, je ne pouvais souligner une telle chose. Je gardais donc le silence.

_________________
“There are people in this world who deal only in extreme. It's naive to think that anything less than extreme measures will stop them.” (Arrow)


Rewards & stuff:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 11
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Messages : 5725
Membre du mois : 8
Je crédite ! : Avatar : Ash | Nao (signature) | Kanala (rewards)
Localisation : Le cimetière
Humeur : Sanguine
Autres comptes : Alexis Prudence Lindon
Modératrice
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vais-je subir une mort définitive ? [Livre II - Terminé]   Jeu 23 Jan - 15:58


J’acquiesçai d’un signe de tête à ses paroles au sujet de l’erreur d’identification d’Anderson à son sujet, n’estimant pas avoir quelque chose à ajouter. Autant ne pas parler pour ne rien dire, d’autant que bien que séduisante la vampire n’avait à mes yeux aucun attrait autre que son rôle dans la mission que je venais de lui confier.

En effet Swayne, je me débrouillerai. dis-je simplement mais sans une certaine ironie lorsqu’elle me posa sa question au sujet de la manière dont je la contacterai à l’avenir si nécessaire. J’avais plusieurs procédures pour cela et déterminerai plus tard laquelle serait employée la concernant.

Acculé et aux portes de la mort, chacun fait le tour de ce qu’il lui est encore possible de faire pour survivre. Et c’est en pareille situation qu’un mauvais choix apparaît souvent comme étant le plus facile à suivre. décidai-je de la prévenir. Aussi même en mauvaise situation vous feriez mieux de ne pas oublier qui vous servez Swayne et ce que vous encourez. dis-je encore avant de me taire un instant.

Vous pouvez disposer à présent. lui dis-je sans plus de préambule à son départ, en la suivant des yeux tandis que mon assistante vampire entrait dans mon bureau avant que mon interlocutrice n’esquisse le moindre geste de sortie. Mon employée l’invita ensuite à la suivre jusqu’à la sortie du bâtiment et passerai un coup de téléphone en la regardant s’éloignant depuis l’extérieur. La surveillance de Swayne allait commencer, du moins une parmi tant d’autres.

Cette tâche étant à présent expédiée j’allai pouvoir m’atteler à quelque chose de plus consistant. J’avais demandé à mes services de vérifier les informations que Yates m’avait fournies la veille, notamment au sujet des trois noms de traîtres. Bien entendu j’avais confié cette mission à quelques agents spécialement entrainés dont j’étais certain de la loyauté autant que de leur efficacité à se montrer discret. Comme accordé à mon nouvel informateur, je ne ferais pas exécuter immédiatement le second vampire, celui qui détenait la preuve qu’il voulait offrir à Krystel. Concernant les deux autres félons, je communiquai sur le champ leur identité à Leslie.

D’ordinaire ç’aurait été à Yaâqov de se charger d’eux mais je voulais que mon Second puisse affermir sa position aux yeux des membres de la Garde Royale, qu’il gagne en crédibilité et en aura de crainte qu’il devait instiller dans le cœur immortel de nos soldats. Ceci entrait parfaitement dans ce que je lui avais expliqué lors de notre entrevue chez moi, où je l’avais alors punie avant de poursuivre son apprentissage. Et plus personnellement tout ceci entrait aussi dans le cadre de ma décision, conséquence de la visite de Krystel en ce même bureau où j’étais présentement. Je devais me recentrer sur mon rôle de Général et mettre de côté mes intérêts personnels immédiats. Et j’avais d’ors et déjà commencé à m’atteler à cette tâche.


Hrp :
Spoiler:
 
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vais-je subir une mort définitive ? [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Vais-je subir une mort définitive ? [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]
» In The Air tonight [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Centre-ville :: Immeubles
-
Sauter vers: