AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
I play with shadow and dance with the devils of the night [Livre II - Terminé]
MessageSujet: I play with shadow and dance with the devils of the night [Livre II - Terminé]   Mer 18 Déc - 13:46

[H-J] : Voilà. N'hésite pas s'il y a des choses qui ne te vont pas

Je sors de l'hopital. 18h. La nuit commence doucement à tomber sur Glasgow, tandis que je rentre chez moi. Mon appartement est vraiment idéalement placé : un quart d'heure a pied du boulot. Dans quelques semaines il fera froid - enfin, normalement - et je n'aurais plus le courage ni l'envie de rentrer par les petites ruelles, alors je profite. Le trajet me permet également de réfléchir, penser à autre chose qu'à la journée habituelle que je viens de passer. Je n'aime pas la routine. Rendez vous compte, c'est presque si j'ai l'impression de ne plus avoir de double vie, d'être redevenue simple humaine. Heureusement que ma louve est bien ancrée profondément en moi. Je n'arriverai vraiment pas à accepter une existence totalement humaine. La meute aussi est là pour me rappeler qui je suis. Même si j'ai un peu coupé les ponts avec mes congénères depuis la fin de la guerre, je ne les oublie pas, loin de là. Et l'anniversaire des jumeaux d'Isadora me réjouit encore plus. J'avais pris mes distances voulant mettre un peu d'ordre dans ma vie, mais au final je l'ai plus chamboulée qu'autre chose. Il me semble. Je vais prendre du recul avec le temps. On verra bien ce que j'en penserai alors. C'est sûrement le mieux.

J'arrivai rapidement devant mon immeuble, tapais le code et grimpai les escaliers.

J'avais envie de faire quelque chose ce soir. Me bouger les fesses. Oh non, pas en boite. J'y suis pas mal allée, ces derniers temps. J'y avais notamment rencontré Makayla et Pandore. Rencontres intéréssantes, mais décidément ce soir le dancefloor ne m'attire pas tellement. Non, j'ai vraiment envie de me bouger. Je me changeais rapidement, enfilant des habits faciles à enlever. Je n'avais pas envie de me rendre à Wolfheaven. Ne me demandez pas pourquoi.

Ma destination fut donc une fôret, relativement proche de Glasgow et du domaine de la meute, mais pas trop non plus. Je me fiche totalement de savoir si ce que je fais est légal ou non. Personne n'ira fouiller les fôrets pour savoir si un loup y chasse ou non.

J'aime la nature. Ou plutôt, ma louve aime la nature. Mais nous sommes les mêmes personnes alors cela veut dire la même chose. Je la sens s'agiter, d'ailleurs. Il me semble avoir trouvé un endroit convenable pour y laisser mes affaires. Je dépose le tout, prends a peine me temps de frissoner avant de me transformer

Et soudain tout change autour de moi. Ma fourrure noire ébène se fond parfaitement parmi les arbres. Le monde qui m'entoure est désormais fourmillant de bruits et d'odeurs. Quand je suis sous forme humaine, mon ouïe et mon odorat sont plus dévellopés qu'un humain normal, mais ce n'est rien comparé à ce quand je suis sous forme animale. Mes yeux sont un accesoire. Je peux presque aussi bien me débrouiller en les fermant. Cela faisait longtemps que je n'avais pas ressenti tout cela. Trop longtemps. Ca me fait du bien. Je commence par analyser les alentours. Un petit lapin a le malheur de croiser mon chemin. C'est une piètre proie mais c'est déjà ca de pris. Je plante mes griffes dans sa chair. Son sang commence à couler. Je sors les crocs quand soudain mon odorat m'annonce qu'un animal bien plus en chair approche. Déléssant le lapin à son triste sort, je m'avance tout doucement. Un cerf. Alléchant tout ça. Je reste tapie dans l'ombre quelques instants, puis je bondis de toutes mes forces, laissant enfin libre cours aux pulsions violentes qui m'habitent et que je retiens depuis tant de temps. L'autre ne m'a presque pas vue venir. Il essaye de se débattre mais je l'écrase. Plante mes crocs. Encore la chair. Et le sang. Ce contact chaud me fait du bien. Je me régale. Ca faisait longtemps. Je m'acharne sur ma proie. Décidément, pour une première chasse depuis si longtemps, je commence bien.

Soudain une brindille craque. Mon ouïe m'étonnera toujours. Je relève la tête, la gueule toute en sang. Ma proie a céssé de respirer. Il ne devrait donc n'y avoir plus que moi ici. Le bruit venait de derrière. Je me retourne : rien pour l'instant. Si, une autre brindille qui craque. Plus proche cette fois. Et une odeur. Humaine. Délaissant le cerf, je me positionne derrière un arbre. Sur le qui vive.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I play with shadow and dance with the devils of the night [Livre II - Terminé]   Sam 21 Déc - 19:04

    Mon portable s’allume, je vois de nouveau des messages que je laisse encore et toujours sans aucune réponse. Je les écarte de ma tête, je l’écarte lui aussi de ma tête. Je sais ce que j’ai fait et il est mieux que nous ne nous voyions plus. Une coupure nette et brutale, mais c’était pour son bien. Je devais me fortifier de nouveau, j’avais ouvert une brèche pour que Tim puisse y passer, seulement maintenant j’avais vraiment mal, comme si quelque chose m’oppressait la poitrine et que je m’étouffais. Je devais sortir, m’aérer la tête mais il ne fallait que je ne croise personne. Je n’étais pas d’humeur à faire la causette et encore moins à vouloir sortir boire un verre ou accepter une quelconque autre proposition. Non, je devais sentir l’air sur mon visage, sentir une oxygène pure envahir mes poumons pour éviter de cramer mon propre appartement. Je me sentais brûlante, je contenais tout intérieurement pour l’instant mais je ne saurais dire pour combien de temps encore. La douche froide que j’avais prise n’avait rien changé. Je n’avais pas senti l’eau froide sur ma peau, juste la sensation d’un courant tiède sur ma peau. J’avais presque brûler le pommeau de douche et je m’étais rapidement habillée. Je pris la direction de ma porte et la claquais violemment avant de sortir de l’immeuble assez rapidement.

    Mon pas n’était en rien celui d’une promenade. Non, il était accéléré et je prenais les rues les moins peuplée pour arriver bien vite à ce que je recherchais. J’atterri dans la forêt après plusieurs minutes de marche active. Je m’en fichais de ce que je pouvais trouver dans cette forêt. Pour moi, le silence et la pure solitude étaient mes amies les plus prodigieuses, les plus intimes. Au fur et à mesure que j’avançais dans la forêt, quittant volontairement les chemins pour aller plusprofond encore dans ces bois, je ressentais le besoin profond de me donner à cette obscurité qui naissait indéniablement en moi. Je pouvais laisser ce côté démoniaque s’emparer de tout mon être, mais je ne pouvais pas. Combien même cela m’était agréable. Je m’arrêtais, regardais mes mains un instant avant que mes gants ne partent en fumée, remplace par de belles grandes flammes. Mes yeux se remplissaient trop à mon goût, de rage et de tristesse, le tout formant une féroce combinaison qui me laissait dans un état déplorable. Je ne pouvais appeler personne, car je n’avais personne à appeler en cas de besoin. J’avais délaissé mon portable, n’ayant que dans les poches de mon manteau les clefs de mon appartement.
    Je ferme mes poings, ne laissant d’autre choix aux flammes que de s’éteindre, avant de continuer ma route. Je ne me soucie guère du bruit que je fais car cela éloignerait les potentiels animaux qui y régnaient. Je ne pensais pas non plus rencontrer une créature bien étrange ce soir. Alors que mes pensées étaient ailleurs, je ressentais le besoin de me concentrer de nouveau sur ma vue, comme si j’avais eu un mauvais pressentiment. Je regarde alors l’horizon, et me figeais sur place alors que je perçois deux yeux étincelant dans l’obscurité. Je suis presque sur le qui-vive, me demandant quoi faire en pareille situation. Je ne quitte pas ces yeux du regard alors que j’ai l’impression de constater du sang sur sa gueule. Mon pied se décale vers l’arrière. Je sais que je peux me défendre et je sens ce fluide en moi qui m’indique que je peux très bien le brûler si je veux. Seulement j’ai aussi peur qu’il me saute dessus et que ma vie se termine là. Un autre pied se décale, j’essaie de mettre de la distance entre ce loup et moi, aussi infime était mes mouvements. Je ne pouvais courir, de peur que la situation se dégrade et n’empire en deux temps trois mouvements. J’étais donc dans l’impossibilité de trouver une solution, alors que je me demandais s’il y avait une personne derrière cet animal, ou plutôt dirons-nous à l’intérieur de celui-ci. Et pourtant, je ne me risquais à ouvrir la bouche, je voulais juste qu’il passe son chemin voilà tout.


    Hj:
     
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I play with shadow and dance with the devils of the night [Livre II - Terminé]   Lun 23 Déc - 11:17

[H-J] Tu me carbonise pas, hein x)

J'aime le sang. J'aime la chair. J'aime planter mes crocs dans les corps chaud, sentir... Cette chaleur quitter l'être et se reporter dans ma gueule, sur mes crocs. La sauvagerie n'est pas un mal de temps en temps, pour un loup. Jonathan m'a appris à écouter mon instinct animal tout en sachant faire la part des choses. La laisser prendre le contrôle tout en sachant le reprendre. J'analyse et elle agis. Je sais pourquoi je suis venue dans la fôret et non à Wolfheaven. Ici j'ai tout pour moi. Je ne risque pas de rencontrer un rival, ou quoi que ce soit. Personne pour m'embéter. Ma violence seule pour toute la foret.

Sauf que cette humaine avait débarqué Non ! L'humaine... N'en était pas une. Non, je percevais le feu qui bouillonnait en elle, marque indéniable qu'elle était surnaturelle. Une semi démone. Ma rage envers eux est presque aussi grande que celle que je nourris envers les nocturnes rouges, surtout quand je pense à elle. Elle ? La nécromancienne. Je n'ai pas réussi à la tuer pendant les années sanglantes, mais elle non plus n'est pas venue à bout de ma louve. Si je la recroise, je vous assure qu'elle ne s'en tirera pas comme ca. La haine quand à quelqu'un qui utilise nos propres cadavres contre nous est inimaginable. Oh, bien sûr, j'ai fait de la bouille de tout ce qu'elle me présentait, mais cela n'empêche nullement une véritable vengence. Peut être la femme qui se tenait en face connaissait elle mon ennemie, peut être pas. En tout cas elle avait l'air nettement moins sur d'elle que l'autre semi démone que j'ai connue. Elle décale lentement un pied après l'autre vers l'arrière. Oh tu crois pouvoir t'en tirer comme ca ma jolie ? Ce n'est pas aussi simple avec moi. Si j'avais été sous forme humaine. J'aurais ri aux éclats. Mais un loup ne peut pas rire. Alors il grogne. Je m'avancais doucement vers elle, poussa un grognement. Je tournais en rond au tour d'elle, avant de m'arréter et de grogner à nouveau, plus fort en sortant les crocs. L'odeur de mon cerf m'appelait, mais je restais concentré sur la jeune femme. Il ne restait presque rien à déguster sur l'animal. Tandis que là... J'allais pouvoir m'amuser.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I play with shadow and dance with the devils of the night [Livre II - Terminé]   Jeu 26 Déc - 16:18

    Hj:
     

    Je le sais, ce monde dans lequel on vit. Je le sais qu’il y a les vampires que je hais, les semi-démons comme moi et les loups. Sauf que voilà, en quatre ans c’était le premier que je voyais. Si du moins c’’était réellement un loup-garou. Je ne voulais pas risquer d’élever la voix si par une extrême chance il passait son chemin. Chose qui avouons-le, était très peu probable. Je ne l’imaginais pas continuer sa route maintenant que ses yeux me fixaient. Je me demandais si je pouvais réellement mourir malgré le pouvoir qui était en moi. Je me disais que je pouvais le brûler aisément, mais aussi le flamber jusqu’à ce qu’il devienne cendres. La chance que j’avais actuellement, c’était qu’il n’y aurait personne pour voir mon crime. Je m’étais enfoncée dans la forêt, quittant les chemins volontairement, ne pensant absolument pas sur qui je pouvais tomber, ou sur quoi dans cette situation.

    Mes yeux fixaient toujours l’animal qui n’avait encore pas bougé. Je reculais de manière très lente et évitant de tomber vers l’arrière. Je préférais rester sur mes deux jambes autant que je le pouvais, même si un seul bond du loup pouvait me faire basculer. Il était loin encore, à quelques mètres, mais était beaucoup trop proche quand même. Je ne pourrais exceller autant que lui dans la course, c’était certain. Un pas après l’autre, je commençais à y croire au septième pas, sauf que les grognements me parvinrent très nettement à mes tympans. Chose qui me figea littéralement sur place. J’arrêtais mon mouvement de recul, mes pieds s’étaient arrêtés et je ne quittais pas du regard le loup qui s’avançait vers moi. Je pouvais voir sa gueule qui était ensanglantée, chose qui ne présageait rien de bon. Cela voulait dire qu’il avait déjà dû diner, mais qu’apparemment cela ne lui suffisait pas, non ? J’espérais que si, sinon j’allais servir de dessert. Au fur et à mesure que ma peur grandissait, je sentais en moi le fluide plus que familier qui s’emparait de mon corps. Ma chair brûlait intérieurement, je n’avais pas froid, bien au contraire, j’avais l’impression que je dégageais de la vapeur par mes pores tellement je ressentais cette chaleur. Mes mains étaient de chaque côté, comme si c’était pour éviter une chute. Je voulais que l’ambiance se calme, malgré le fait que je voyais désormais les dents acérées. Il tournait autour de moi et je le suivais en tournant également. Je ne voulais pas lui facilité la tâche s’il m’avait choisi comme proie, je voulais au moins pouvoir me défendre, même si mon pouvoir pouvait se manifester sur toutes les parties de mon corps. Non s’il atteignait mon cou c’en était fini de moi. J’avais le désir de rester en vie tout compte fait, même si ma vie était loin d’être passionnante…

    « Bon alors tu te décides ou quoi ? »

    La peur se mêlait à l’énervement. Je voulais qu’il bondisse, que je le brûle alors que je sentais ma peau plus chaude que la normal. Sentait-il mon pouvoir ? Pouvait-il percevoir que s’il me faisait quoi que ce soit, il aurait en retour une violente blessure ? Je lui infligerais ce qu’il m’infligera. Je ne savais guère s’il pouvait me comprendre, s’il y avait quelqu’un d’humain dans ce loup. Je pouvais paraître folle, parler à un loup qui montrait des signes éloquents d’agressivité et d’une envie de me goûter.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I play with shadow and dance with the devils of the night [Livre II - Terminé]   Jeu 26 Déc - 18:15

Tuer pour tuer ne m'intérèsse pas. Ou plus. J'ai accumulé les cadavres durant la guerre, fait couler le sang, surtout vampirique. Maintenant je ne dis pas que tout cela ne me plait plus, que j'ai eu ma dose car ce n'est pas vrai. Je suis un loup, la violence est dans ma nature. Aujourd'hui la guerre est fini, mais je suis toujours la même. Toujours soif de sang et de mort, mais plus de la même manière. Je veux aussi m'amuser. Et ce soir c'est ce que j'allais faire. M'amuser avec cette jeune fille qui essayait de calmer la situation, elle croyait donc pouvoir passer son chemin comme cela ? En reculant pas à pas ? Non. Je ne sais pas si je la tuerai, mais en tout cas je vais m'amuser. Son pouvoir ne me fait pas peur, pour le moment en tout cas. Ce soir, le prédateur, c'est moi.

Tandis que je tournais autour d'elle elle ne me quittait pas des yeux. Je plantais les miens dans les siens. Aucune de nous deux ne flancha. Quand j'eu laché mon grognement, tout ce qu'elle trouva à me dire fut : bon, tu te décides ou quoi ? Tu veux que je me décide ma belle ? Tu veux jouer à ce jeu là ? Très bien, très bien. Je sentais son pouvoir. Il était là, il grondait, mais je n'arrivais pas à définir de quoi il s'agissait. Ce qui m'enrrage au plus haut point. Elle pouvait certainement se défendre aussi bien que moi. Laquelle de nous deux attaquerait la première ? Moi, de toute évidence. Elle n'avait pas l'air de vouloir me nuire, du moment que je la laissai tranquille. Ce qui, bien sûr, ne faisait pas partie de mes plans. J'étais sortie de chez moi ce soir pour m'amuser quelque peu avec ma louve et j'étais servie. Le jeu s'avérait plus dangeureux que prévu. Tant pis. Allons-y. Faisons courir cette petite demoiselle.

Comment vais-je m'y prendre pour l'attaquer sans trop l'amocher tout de suite ni subir les effets de son pouvoir ? Si elle est nécromancienne, elle ne pourra rien me faire. En revanche, si elle maitrise les liquides, ou encore le feu, je risque de souffrir. Mais le risque ne me fais pas peur ce soir. Le plus simple est de laisser ma louve prendre le contrôle. De toute facon elle ne fera pas beaucoup de mal d'un seul coup. Je fléchis les jambes, euh, les pattes puis je bondis. Droit sur elle. D'un seul coup. La gueule grande ouverte et les crocs sortis. Et c'est parti. Tu voulais que je me décides ? Eh bien c'est fait.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I play with shadow and dance with the devils of the night [Livre II - Terminé]   Dim 29 Déc - 18:51

    Oui, je parlais à un loup. Je n’avais pas vu que c’était une femelle et qu’importait au fond ? Il faisait noir, ou du moins assez obscur même si j’arrivais à percevoir l’animal au mieux. Mes yeux s’étaient accommodés de la noirceur de la nuit car je n’avais pas pris de lampe torche. J’étais souvent en balade comme ça, sauf que c’était la première fois que je tombais sur un loup. La première fois aussi que je m’aventurais aussi loin certainement. J’étais dans mes pensées, étourdie en somme alors que j’étais accaparé par bien des choses. Tim à qui je ne répondais plus et que j’évitais au maximum pour sa propre sécurité. Mon cœur s’en refermait davantage, me prouvant finalement par mon acte de cette nuit-là que je n’étais en rien inoffensive. Bien au contraire, j’étais dangereuse. Dangereuse pour un homme tel que Tim. Quand bien même il savait se défendre, chose que je ne savais toujours pas d’ailleurs. Trop de chose nous séparait, les non-dits, les secrets que nous gardions. Le secret que je gardais, en plus d’être à moitié humaine. Mon côté démoniaque me bouleversait, comme en cet instant où je le sentais très proche. Si je le laissais faire, il décimerait la forêt entière et prendrait plaisir à torturer à petit feu ce loup, jusqu’à sa mort véritable.

    Je ne quittais pas des yeux l’animal. Il bougeait, je bougeais, quand bien même je ressentais une peur gronder en moi, en même temps que celui de mon pouvoir. Qui était lui beaucoup plus puissant et qui était plaisant, énormément plaisant à sentir. Je ne savais pas qu’elle pouvait sentir mon pouvoir, je pensais avoir un minimum d’effet de surprise s’il le fallait vraiment. Je n’avais que peu d’espoir de pouvoir me retirer ou qu’il se retire sans aucune attaque de sa part. J’avais dû l’interrompre, interrompre peut-être même son repas. Une chose qui était sûr en tout cas, c’était que je ne souhaitais guère mourir maintenant. Je me battrais autant qu’il le faudra et il aura de quoi se battre. Nous restions immobiles un moment avant que le loup ne bondisse et me fasse reculer ma jambe alors que mes bras se mirent devant moi pour me défendre. Pour sûr, je ne l’avais pas vu venir, quand bien même j’en avais fait l’hypothèse dans ma tête. Première fois qu’un loup bondissait sur moi, autant dire que cela était étrange. Tout comme la douleur d’ailleurs sur mon bras alors que je m’étalais sur le dos violemment poussant un petit gémissement. Dans le même temps, je ressentais une vague de chaleur monter jusqu’à mes bras, ma peau était brûlante. Il n’y avait pas encore de flamme mais elle devenait de plus en plus brûlante et je devais brûler le loup qui était à présent sur moi. J’espérais qu’il soit sensible à cette chaleur sinon j’étais déjà bien mal en point étalé sur le dos, presque impuissante.

    Hj:
     
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I play with shadow and dance with the devils of the night [Livre II - Terminé]   Mer 1 Jan - 11:01


Je m'amuse bien, ce soir. C'est un jeu dangeureux, je le sais, je risque ma vie autant que je risque de prendre la sienne. Mais n'est-ce pas quand on frole la mort que l'on se sent le plus vivant ? La mort je l'avais frôlé déjà de nombreuses fois, dont la première restera sûrement la plus mémorable. C'était le soir où un loup m'a attaqué et m'a mordu à l'hopital. Soit je mourrais, soit je devenais à mon tour lycanthrope. Ce qui est arrivé, même si la première option n'était pas passé très loin. Il m'arrive encore de me demander ce que je ferai, où je serai s'il n'y avait pas eu cette attaque. Serai-je resté à la maison, à supporter mon beau père alcoolique et mes demi frères brutaux ? Serai-je partie loin, très loin, serai-je mariée, aurais-je été mordue par un vampire ? En fait, je crois que je ne préfère pas y penser. Je reportais donc mon attention sur le moment présent. La jeune femme était forte, elle ne se laisserait pas faire facilement. Tant mieux. On va s'amuser un petit peu, je la prendrai au piège puis, au dernier moment je lui laisserais un échappatoire. Franchement la manger ne m'intéresse pas trop. Nous allons jouer avec le feu toutes les deux. Avec le feu et la mort.

Elle avait peur, je ressentais cette peur en elle mais je voyais également qu'elle était farouche. Elle savait se défendre et n'hésiterai pas à le faire. Ses yeux et toute son attention étaient fixés sur moi. Au moment où je bondissais en l'air, je la vis mettre ses bras en avant pour se protéger, ce qui me fit rire intérieurement. Geste instinctif et totalement inutile. Elle tomba à la renverse sous mon poids tandis qu'un gémissement s'échappait d'elle. Je placais mes pattes avant sur ses épaules et mes pattes arrières sur ses jambes, légèrement en dessous des genoux. Quelques os craquèrent sous mon poids tandis que je plongeais mon regard dans le sien. Elle ne pouvait presque plus bouger mais j'attendais tout de même sa réaction. Soudain je tresailli. Une onde brulante venait de passer sur sa peau, en contact avec la mienne. Pas de feu, mais une brûlure forte et intense. Je déplacais légèrement mes pattes, les positionnant non plus sur son corps mais à côté, l'encerclant et la serrant. Elle avait tout de même plus de liberté de mouvement qu'il y a quelques secondes.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I play with shadow and dance with the devils of the night [Livre II - Terminé]   Ven 3 Jan - 18:56

    Oui la chute m’avait fait pousser un gémissement que j’avais contenu dans ma bouche. Il ne fallait pas lui laisser le plaisir d’entendre le moindre son de ma gorge lui laissant croire que je pouvais avoir une quelconque douleur. Même si je doutais que ce loup soit assez débile pour ne pas l’avoir entendu. Mon visage se crispait sous la chute, je sentis mon dos raide, tous mes membres également alors que je m’étais protégé avec mes deux avant-bras. Mais pas comme pouvait le faire les gens normaux, qui ne savait pas se défendre, j’avais fait en sorte de protéger mes vaisseaux vitaux et avait les paumes de main vers moi. J’avais des réflexes de l‘entrainement de Dom. Ça me servait en cet instant, même s’il ne m’avait pas appris à combattre les loup-garous, si du moins c’en était un. Je doutais fortement que ce soit autre chose. Un loup lambda se serait aventuré ici ? Non je ne pensais pas, je n’étais pas assez naïve pour croire qu’ils puissent avoir un territoire en ces lieux. Mais c’était trop tard pour penser de toute façon, je devais agir désormais, et ce n’était pas masse à faire. Ses pattes me bloquaient, m’empêchant de bouger mais je sentais ce fluide chaud en moi m’envahir doucement. Je voyais sa gueule, ses yeux et sentait son haleine d’où sortait une odeur de fer, de sang. Quelque chose de répugnant pour moi, mais qui ne m’était pas inconnue, ou du moins je connaissais l’odeur de la chair brûler. C’était d’ailleurs ce que je ressentais présentement, brûlant en même temps mes vêtements, quels qu’ils soient, à chaque endroit où le loup me maintenait avec ses pattes. Je ne pouvais plus contenir mon pouvoir, je ne pouvais plus le cacher. Elle savait désormais que cette chaleur émanait bien de quelque part, que ce n’était en rien humain. Je ne l’étais qu’à moitié…

    Il décala ses pattes sur les côtés, sentant très bien cette chaleur trop grande pour lui alors qu’elle était minime pour moi. Je me demandais s’il ne fallait pas que je laisse mon côté démoniaque prendre le dessus, mais comme j’étais totalement incontrôlable, je préférais le réserver pour le moment. Elle ne m’avait en rien attaqué en m’en faire saigner, du moins pour le moment. Je profitais qu’il se décale pour essayer de le faire basculer. D’un mouvement de mes deux mains en même temps d’écarter mes jambes pour le déstabiliser au maximum sur ses pattes arrières, je pris son cou et le jetais de toutes mes forces sur le côté pour ensuite me remettre debout presque aussitôt et courir en direction opposé. Non pas que je prenais la fuite, ou peut-être un peu, mais je cherchais quelque chose au sol pour pouvoir me défendre, pas n’importe quelles branches, pas n’importe quel bois. Il me fallait quelque chose de solide. Je m’arrêtais quand je pensais trouver quelque chose de solide, le pris avec ma main droite qui était bien plus experte que la gauche et fit volte-face pour arpenter les environs. C’était sûr, il n’allait pas tarder à arriver et je gardais le bras droit, le bâton en arrière pour avoir un meilleur élan et de ce fait un meilleur coup.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I play with shadow and dance with the devils of the night [Livre II - Terminé]   Mer 8 Jan - 17:33


En effet, mon joujou du jour savait se défendre. Très bien ma belle, dans ce cas nous jouons à armes égales. Ou presque. Je ne savais rien d'elle, si elle avait ou pas fait la guerre, si son pouvoir était puissant ou pas, mais en attendant elle dégageait une chaleur qui m'obligeait à ne pas rester sur elle. Elle était entrainée à se défendre un minimum et c'était tant mieux pour elle, et pour moi. Prendre pour cible une personne totalement faible qui n'arriverait pas à me montrer une résistance concrète me dégoutait quelque peu. Moi j'ai combattu pendant les années sanglantes, j'ai participé aux recrutements de masse de Jonathan. Je sais me battre, oui, mais surtout j'aime la violence. La jeune femme me rejeta en arrière, je roulais sur le côté pour me remettre sur mes pattes tandis qu'elle partait en courant. Elle ne m'avait pas spécialement blessée mais elle avait réussi à me surprendre quelque peu. En attendant elle fuit. Vraiment ? Tu comptes t'en aller comme ca ? Je la suivis quelques instants avant de me rendre compte qu'en vérité elle cherchait de quoi se défendre. Je m'éloignais, jouant avec les arbres, les ombres et mon pelage noir, parfait pour un camouflage en pleine nuit. Je profitais quelques instants du calme et du silence qui m'entourait, guettant le moindre bruit. Une légère brise s'était mise à souffler, faisant voler les feuilles sur le sol. Je tendais toujours l'oreille et finis par entendre des bruits venant de ma gauche. Je revins sur mes pas, restant néanmoins à une distance raisonnable. Elle ne devait pas me voir, pas pour l'instant. Elle tenait à la main un bon bout de bois, qui m'avait l'air solide. Si elle croyait que j'allais la laisser me taper dessus avec ca... Je marchais autour d'elle, formant un cercle beaucoup plus grand qu'il y a quelques instants, mais un cercle tout de même. Etait – elle consciente que j(étais déjà là, attendant simplement de trouver un bon angle d'attaque ? On ne dirait pas, en tout cas. Elle restait figée là, tenant fermement son baton comme on tiendrait un martinet pour faire peur à un chien. Mais chose essentielle à savoir sur nous, les loups, nous ne sommes pas de vulgaires caniches. Si elle en doutait, j'allais lui donner la preuve.

Je décidais d'attaquer dans son dos, presque de profil gauche. Elle tenait son arme de la main droite, j'en déduisit qu'elle était moins habile de l'autre côté. M'avancant doucement au départ pour ne pas attirer son attention, je pris de la vitesse au dernier moment, ouvris la gueule et visait la cuisse. Beau morceau de chair, vous ne trouvez pas ? Je ne compte pas le lui arrache sec, mais je veux au moins la mordre, une morsure profonde mais pas trop sévère non plus. Lui infliger une unique blessure par laquelle elle perdrait tout son sang serait une grave erreur. Mon attaque était largement plus sérieuse et dangeureuse pour elle que la précédente. Egalement, je l'attaquais par surprise. Elle ne pouvait savoir à l'avance par où j'arriverais.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I play with shadow and dance with the devils of the night [Livre II - Terminé]   Ven 10 Jan - 20:55

    Une brise, des feuilles qui roulent jusqu’à mes pieds. Le vent qui s’élève peu à peu et je me demandais comment je pouvais être aussi peu chanceuse si jamais un orage se préparait. Je ne voulais pas regarder vers le ciel, de toute façon à quoi bon ? Je n’étais pas doté d’une vue nocturne, qui me permettait de voir dans l’obscurité. J’aurai préféré d’ailleurs, car le pelage du loup d’un noir ébène ne m’aidait guère dans cette obscurité, dans cette nuit presque sans lune. On ne pouvait pas dire que les arbres étaient feuillu, mais pourtant je n’y voyais pas grand-chose, combien même ma vue s’était faite à l’obscurité. Non, mes yeux se plissaient arpentant chaque périmètre carré à la recherche d’une arme que j’avais trouvé. Je m’étais retournée, même si je me doutais que le loup n’allait pas arriver devant moi, c’était bien trop facile. J’étais sa proie, il allait jouer avec moi avant de m’arracher un membre ou deux. J’espérais que cette dernière idée ne soit pas réalisée cependant. Mon cœur s’emballait, ma respiration aussi tout comme ce fluide en moi que je ressentais au plus profond de mon être. Ma peau était encore brûlante, plus que la normale et pourtant je ne pensais même pas à sortir une seule flamme. Pourquoi ? Je n’étais pas habitué à me battre en m’aidant avec mon pouvoir. Je ne l’avais jamais fait en vérité, le cachant toujours et le renfermant en moi encore et toujours. Je ne l’avais jamais sollicité pour faire du mal, pas volontairement du moins, car j’avais déjà tué une fois alors que je n’étais même pas encore une adulte, je n’étais encore qu’une simple adolescente ignorante au sujet de ma vrai nature.

    Je serrais le bâton entre mes doigts, les replaçant alors que j’étais en plein stress. Oui j’avais peur, comment ne pas l’être alors qu’un prédateur était à nos trousses ? Mon regard visait l’horizon, se baladant de tronc d’arbre en tronc d’arbre essayant d’y voir quelque chose, une silhouette peut-être, le moindre indice qu’il était là. Que le loup était présent. Je m’étonnais qu’il n’ait rien fait alors que j’avais réussi à le surprendre et m’étais enfui. Il aurait pu me rattraper facilement et m’attaquer dans le dos. Mais il n’avait rien fait, il m’avait laissé prendre ce bout de bois qui avait l’air d’être solide. Avait-il continué sa route ? Dans ce cas j’aurais une chance folle. Tandis que je n’arrêtais pas de scruter mon champ de vision, je ne vis pas qu’il était en fait derrière moi. Le bout de bois s’alignait avec mon bras qui était tendu et légèrement en arrière pour pouvoir majorer mon élan lorsqu’il le faudrait. J’entendis un bruit qui parvient trop tard à mon oreille gauche. Je me retournais, mais une violente douleur m’arracha un cri strident. Impossible à éviter, mes cordes vocales s’étaient serré à s’en déchirer. Ses crocs, ses crocs dans ma cuisse me firent flancher, mais pas pour autant tomber. Je m’appuyais sur mon autre jambe, la droite et levais mon bâton franchement avant de viser très nettement la tête de l’animal pour qu’il lâche prise. Je me décalais alors que j’avais visé son œil et avait atteint ma cible avec violence. Il avait lâché, non sans m’arracher une douleur écrasante et maintenant le sang coulait et salissait mon jeans petit à petit. Je me reculais et brandissait une nouvelle fois pour lancer un autre coup vers le loup qui devait avoir un bon goût en bouche. Mon sang en vérité qui allait lui mettre l’eau à la bouche. J’essayais de garder ma jambe tendue, la glissait pour l’immobiliser au maximum et je reculais non sans une certaine crispation du visage. Beaucoup d’émotion se mélangeaient en moi. La colère, la souffrance, la peur, la terreur même alors que je voyais les yeux trop proche du loup. Je sentis également ce fluide, ce pouvoir m’envahir alors que ma main droite se mit en flamme, puis la gauche et les flammes s’étendirent jusqu’à mes bras, s’arrêtant à mes épaules alors que je laissais finalement ce côté démoniaque m’envahir quelque peu.

    « Tu veux jouer ? »

    Mon ton n’était pas le mien, je me laissais emporter même si mon côté démoniaque ne prenait pas le dessus pour le moment ; et m’élança vers le loup, bras tendu pour lui faire un joli câlin flamboyant.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I play with shadow and dance with the devils of the night [Livre II - Terminé]   Dim 12 Jan - 12:25


J'étais tendue, très tendue. Pas que je ne m'amuse pas, non, mais le jeu prend tout de même une tournure très dangeureuse, autant pour moi que pour elle. J'eu vraiment l'air de la surprendre quand je la mordis. Mes crocs percaient sa chair blanchâtre et son sang rouge innondait ma gueule. Des instants unique, dont je savais profiter. Bah oui, depuis la fin de la guerre, ce n'est pas tous les jours qu'on a droit à du sang humain – ou vampirique, comme l'autre jour. Il y avait autre chose à savourer en cet instant. Son cri. Déchirant de souffrance et de colère. Sans dire que je suis sadique, j'aime que mes proies me montrent leur douleur. Ce qu'elle faisait parfaitement. Sa chair tendre, son sang délicieux, ses cordes vocales qui se déchirent... Ma louve s'en délecte, son côté sauvage et sanguinaire en extase. L'autre jour avec la marionette de Pandore, je n'ai pas tellement pu profiter. Je l'avais tué, mis en pièce, mais j'avais vite déguerpi. Tandis qu'ici, en plein fôret, alors que la nuit est noire et que la scène qui se joue n'a pour seuls témoins ses deux acteurs.... J'apprécie ma bestialité à sa juste valeur.

La jeune femme a mal, mais elle reprend vite ses moyens. Vraiment, je suis tombée sur une proie de choix ce soir. Elle m'assène un coup sur l'oeil avec son bout de bois. Merde, merde, merde, ca fait mal ! Elle ne me blesse pas sérieusement mais elle me déroute au plus haut point. Je fus contrainte de lâcher sa cuisse. Dommage, dommage, mais j'y reviendrais à ce beau morceau de chair. Bon, je l'avais bien amochée. Reculant de quelques pas, je pus nettement voir le sang, son sang, couler sur son jean. Ma louve voulait se soucier de rien et bondir, là maintenant tout de suite, sans rien attendre, et gouter une fois encore à ce sang. C'était tentant, je le reconnais. Même si j'avais décidé de la laisser se déchainer pour ce soir, je ne pouvais me résoudre à la laisser accomplir un acte aussi stupide. Savoir imposer sa volonté à son côté animal tout en lui laissant le dessus, c'est ce qu'avait toujours essayé de m'apprendre Jonathan. J'y arrivais plutôt bien, au final. La semi-démone se mit à reculer, trainant sa jambe ensanglantée. Suivant son mouvement, j'avancais tout en gardant la même distance entre nous. Et je fis bien. Soudain, des flammes jaillirent de sa main, puis de l'autre. C'était donc ça. La chaleur anormale ressentie lorsque j'étais sur elle, son mystérieux pouvoir. Elle contrôlait le feu. La fôret s'innonda de cette lumière crépitante. Son désavantage majeur face à moi venait d'être gommé : la vue. Ses yeux avaient du s'habituer au noir mais personne ne pouvait voir aussi bien qu'un loup. Que moi. Sauf si elle se baladait avec de la lumière. Ce qui était le cas. Et re merde. Voilà qu'elle me demande si je veux jouer tout en s'élancant vers moi, les bras en feu. J'esquivais de justesse, me roulant en boule sur le côté, mais me retrouvais tout de même avec quelques flammes sur la queue. Sentant cette violente brûlure, je me mis à courrir dans tout les sens, secouant fébrilement la queue pour éteindre ces modites flammes. Le spectacle devait être comique. Je m'enfuyais une fois de plus, et après une minute et des brouettes de course, la chaleur disparut. Néanmoins j'étais brûlée au derrière, ma queue quelque peu carbonisée. J'avais mal et je n'avais pas envie de recommencer. M'arrétant sur place, je remis mes pensée en ordre : je ne pouvais fuir. J'étais le prédateur, c'était moi, pas elle. Je n' avais pas à avoir peur. Elle aurait pu m'infliger bien plus mais j'avais réussi à m'en tirer avec une queue à moitié carbonisée. Plutôt pas mal, non ? Et puis... Son sang m'appelais. J'en voulais encore. Elle m'avait donné la fureur, l'envie d'en avoir plus, d'y regouter. Je ne m'étais pas éloignée très longtemps et revins une fois de plus sur mes pas. Pas question de le laisser m'échapper. Cette fois je ne cherchais pas à me cacher d'elle. Elle devait voir que je n'étais pas trop bléssée. Oh bien sûr, j'avais mal, on m'avait brûlé la queue, mais j'essayais d'oublier la douleur, ou en tout cas de ne pas la lui montrer. J'arrivais au pas de course et me jetais sur elle. Il n'y avait plus du flammes et j'espérais qu'elle n'ait pas le temps de les rallumer.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I play with shadow and dance with the devils of the night [Livre II - Terminé]   Lun 13 Jan - 18:16

    Les flammes, la lumière, le visage de ce loup qui s’illuminait à présent. Le sang parcourant sa bouche et qui devait s’en délecter. Mon propre sang. La douleur qui animait ma cuisse au rythme de mes battements artériels, puissante et paralysante. Je ne pouvais trop bouger au risque de réveiller la douleur. Mes yeux ne quittaient pas ce loup désormais que je pouvais mieux le voir avec ses flammes qui dansaient sur mes mains et mes bras. Mes flammes, mon pouvoir, mon espoir. Oui c’était bien cela, car sinon je n’aurais que très peu d’espoir envers ce prédateur. N’était-il pas sensé ne pas attaquer les humains ? N’y avait-il pas une trêve ? Pour sûr, cela ne me concernait pas ce soir, et n’étant pas tout à fait humaine cela n’avait fait qu’envenimer les choses, peut-être cela excitait ce loup ce soir. J’espérais pourtant qu’il prenne la fuite à la vue de mes flammes, histoire que je puisse rentrée rapidement et que je soigne cette blessure avant qu’elle n’ait raison de moi. Car oui, je sentais le liquide chaud descendre sur ma cuisse puis mon mollet doucement avant d’atterrir dans ma chaussure. J’avais mal, je souffrais c’était certain, mais je ne voulais pas le faire paraître devant mon ennemi, quand bien même ses crocs m’avaient arrachés un cri puissant et strident.

    Je n’étais qu’à moitié moi-même, je percevais toujours assez bien ce qu’il se passait, je n’avais pas de perte de conscience comme je pouvais l’avoir parfois. Mon côté démoniaque était bien trop puissant, et peut-être ne voulais-je pas voir ce qu’il se passerait si je le laissais faire. En vérité, j’étais toujours accroché à ma part d’humanité. Je me demandais même comment je n’avais pas pu basculer après cette nuit. Sûrement grâce à Dom qui m’avait recueilli chez lui et considéré comme sa propre fille, m’offrant un toit, de l’affection et un entraînement hors pair. C’était peut-être ce qui m’aidait aussi en cet instant. Je ne m’étais encore jamais battu avec un loup, mais sa peau n’était pas invisible…
    J’entends ses mots qui ne sont pas les miens mais qui sortent tout de même de ma bouche, avant que je me jette sur le loup. Les flammes ne me font absolument rien, sur lui, sur ses poils, ça flamberait aussitôt. Dans mon élan, j’étais presque certaine de l’avoir, de pouvoir le toucher assez bien pour lui faire une brûlure mortelle, sauf que son esquive fut très efficace. Je m’étale à terre, reprenant conscience de mon corps, de mon pouvoir, alors que les flammes s’éteignent presque aussitôt après avoir brûlé des feuilles et des branches autour de moi. Le noir total, m’engloutissant une nouvelle fois et mes yeux ne sont pas habitué après cette lumière que j’avais provoqué. Au sol, je m’attendais à ce qu’elle se rue sur moi mais en tournant la tête je l’aperçois tourner en rond. Je l’avais touché et je fus satisfaite de ce que j’avais fait. Il tournait sur lui-même pour ensuite prendre la fuite. Il ne me fallut pas un instant de plus pour me relever tant bien que mal en ne m’appuyant pas sur ma jambe ensanglantée et trouver le chemin de la sortie. L’attendre ? Non, ce n’était pas mon intention. Je voulais courir, mais je ne pouvais pas, je boitais affreusement et je grimaçais à chaque pas. L’odeur du sang n’allait pas m’aider non plus, si le loup décidait de revenir à la charge…
    Parallèlement ma vue c’était de nouveau fait à l’obscurité. Ma main s’appuya sur un tronc d’arbre pour soulager ma jambe et quand je relevais la tête pour me remettre en marche je vis le loup pile dans mon champ de vision. Pile devant moi. Je me stoppais instantanément alors que tous mes espoirs tombèrent d’un seul coup. Je riais intérieurement alors que je me demandais pourquoi j’avais eu tant d’espoir. Pas devant un loup, pas devant ce loup. Néanmoins, j’avais plaisir à revoir sa queue qui avait l’air d’avoir souffert. Tant mieux, nous n’étions pas au même niveau encore, mais si il insistait, je ferais tout pour me battre… jusqu’au bout. Puis de nouveau il se jette sur moi, et par réflexe j’esquive sur ma jambe gauche sur le côté avant de m’effondrer, me réceptionnant sur mon coude. J’avais évité l’assaut du loup, mais j’étais de nouveau à terre. J’espérais qu’elle ne m’approche pas, mes bras nus pouvaient très bien se remettre en flamme et mon corps était encore chaud, je le sentais. Ô combien j’aurais aimé contrôler parfaitement ce don pour le réduire en cendre…
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I play with shadow and dance with the devils of the night [Livre II - Terminé]   Ven 17 Jan - 18:36


Je revenais donc à la charge, sans chercher à me cacher cette fois. Elle était bléssée, elle avait mal, pas besoin d'avoir fait des études d'infirmière comme moi pour le savoir. IL était normal qu'avec une telle blessure la douleur l'empoigne. Elle avait beau essayer de le cacher, elle n'y arrivait, pas et c'était entièrement normal. Quand je revins vers elle, vers l'endroit de ma brulûre, elle avait eu le temps de se déplacer de quelques pas, trainant sa jambe derrière elle. Coriace, celle là. Tant mieux, ca lui servira. Malgré le risque immense que j'encourais de me faire carboniser en entier, je ne comptais pas relacher mes attaques. La laisser partir alors que tout ne faisait que commencer n'était pas dans mes habitudes. Peut être l'achèverais-je, peut être pas, ce n'est pas l'important pour l'instant. Quand je bondis, elle s'apuyait contre un arbre, soulageant ainsi sa jambe en sang. Soudain elle me vit et esquiva mon assaut. Rapide, en plus. Mais c'était sans compter sur sa précédente blessure. Oubliant momentanément son état, sa jambe bléssée la jeta au sol. Intérieurement je riais. Elle m'évite et se mène d'elle même par terre.

Et maintenant, qu'allais-je faire ? Elle était à ma merci, ou presque. Oui, elle pouvait encore se défendre, désormais je connaissais le danger que son pouvoir représentait. Même ainsi je suppose qu'elle pouvait encore s'en servir. Le sang... Le sang coulait abondammant de sa jambe, son odeur se frayait un chemin jusqu'à mes narines, c'était alléchant, j'en voulais, de ce sang, de cette chair, tout cela m'attirait inexorablement. Il y avait une trêve, bien sûr, je n'étais pas ignorante de la loi, mais n'avons nous plus le droit de nous amuser quand la situation le permet ? Je suis une louve, les animaux, c'est bien, mais on ne s'amuse pas autant qu'avec un véritable humain. Et puis... je n'en n'avais que faire, de cette fichu trêve, au fond. Je ne la tuais pas, elle s'en sortirait sûrement très bien. Pour moi, aucun remords, je ne fais qu'obéir à ma nature, mes pulsions. D'ailleurs, en ce moment même ces pulsions me guidaient vers ce sang en abondance, cette blessure béante sur sa jambe... Et merde, hein. Il faut bien qu'on se fasse plaisir, nous les loups aussi, non ? Les humains ne peuvent comprendre ce qui se passe en nous, nos pulsions charnelles et violentes, auxquelles j'aime succomber. Pourquoi m'en priver ? Au nom de quoi ? Je m'approchais de son membre tout en me mettant à lécher le sang, pas celui à moitié séché sur son jean, mais celui bien frais près de la blessure. Je mordillais sa chair, rien que pour la faire souffrir et en arracher quelques miettes, mais rien de grave qui pourrait la mener à une mort. Il ne fallait pas non plus que je l'amoche trop, sinon elle risquerait de laisser son côté démoniaque me détruire, me brûler toute entière. Une fois ma besogne finie sur sa jambe, je m'attaquais à son bras droit, celui qui tenait la bâton il y a quelques instants. Ce dernier avait volé deux mètres plus loin, alors qu'elle tombait. Je plantais mes crocs, pas trop profond mais juste assez pour qu'ils laissent un filet de sang couler. Elle allait réagir, elle était loin d'être faible et démunie.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I play with shadow and dance with the devils of the night [Livre II - Terminé]   Sam 18 Jan - 13:23

    La douleur était intense, je suais sur chaque parcelle de mon corps, sur chaque pore de ma peau. Pourtant je n’avais pas froid, je dirais même que je commençais à avoir terriblement chaud. Ceci n’était pas dû à mon pouvoir que je sentais toujours, mais plutôt à cette blessure qui me gagnait peu à peu. Je ne perdrais pas conscience, non, c’était quelque chose qui m’était impossible, malgré le fait que je perdais beaucoup de sang et que je ne pouvais me faire un garrot ou même me soigner tout simplement. Je me demandais si ce n’était pas un cauchemar. Je n’avais jamais de chance finalement, et même si cette douleur était plus qu’intense, elle n’égalait pas celle de mes tortures passées. Il fallait que je me souvienne de ses sévices pour que cette douleur à ma jambe à côté ne soit que poussière. Je rageais intérieurement, car ce putain de loup me faisait me remémorer des souvenirs que je ne souhaitais pas raviver et en plus il me prouvait à quel point mon pouvoir ne me servait pas, ou du moins que je n’avais aucun contrôle dessus. Pourquoi ne s’était-il pas déclaré une nouvelle fois alors que désormais j’étais à terre ? J’avais une belle esquive, soit, sauf que me réceptionner sur ma jambe gauche n’avait pas été la meilleure idée. Dans un réflexe, je ne réfléchissais pas, mon corps agissait tout simplement. J’avais évité son assaut de peu et m’étais étaler par la suite, m’arrachant un grognement au fond de la gorge.

    Ma main agrippa quelques feuilles alors que je serrais le poing autant que je le pouvais pour me concentrer sur autre chose que cette jambe. J’avais perdu mon bâton dans cet assaut et me demandais comment j’allais bien pouvoir me débrouiller avec cette jambe en moins et qui ne finissait pas d’écouler mon sang et d’imbiber peu à peu mon jeans et ma chaussure. Aussi l’odeur attirait ce loup c’était certain. J’avais l’impression que cela ne faisait qu’un moment que je m’étais égarée, mais cela faisait beaucoup plus longtemps et lorsque je voulu me retourner pour ne pas perdre de vue le loup, je me crispais brusquement. Putain mais il allait me bouffer ! Cette putain de trêve n’était bon que pour les illusionnistes ! Je voulu lui foutre un coup avec mon pied mais impossible, la douleur me paralysait presque, luttant pour rester éveillée et ne pas sombrer dans l’inconscience. C’est là que je sentis ses crocs sur mon bras droit. Une sueur froide traversait mon échine, comme si j’allais bientôt sombrer. J’appelle à l’aide intérieurement alors que je sens mon bras se vider doucement. C’est alors après quelques secondes où je paraissais démuni, je le sentis de nouveau. Grandissant en moi et affluant vers mes mains, je pris de ma main gauche l’oreille de l’animal et mes yeux atteignirent les siens emplit de meurtre. Les flammes s’emparaient de mes mains brusquement, parcourant mes bras et brûlant la gueule de l’animal et son oreille par la même occasion. Je serrais autant que possible ma main gauche pour qu’il ressente toute cette chaleur que j’appréciais tellement, et qui devait le faire terriblement souffrir. J’espérais qu’elles ne s’éteignent plus. Le feu était mon allié, et il ferait fuir à coup sûr l’animal si j’arrivais à les garder autant que possible.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I play with shadow and dance with the devils of the night [Livre II - Terminé]   Lun 20 Jan - 17:43

Elle avait mal, et moi presque plus. Oh, bien sûr, si je n'étais pas concentrée sur autre chose que ma queue j'y sentirais encore la vive brulure, mais pour l'instant je savourais. Son sang, sa chair... Pendant la guerre, au fond, ai-je vraiment pris le temps de ces plaisirs sadiques ? Il me semble aujourd'hui que non. En ce moment tout allait bien pour moi, au fond. Mes plans concernant Mary se concrétisent, un anniversaire se prépare, l'autre jour j'ai eu droit à une bonne dose de sexe suivie d'un diner vampirique, non je n'ai vraiment pas à me plaindre. Bon, le sang de nocturne, c'est dangeureux, très dangeureux. J'avais pris des risques en en buvant autant mais il ne m'était rien arrivé. La j'étais face à une humaine, enfin une semi démone, mais au niveau sanguin cela revient au même, rien de toxique. Je pouvais me régaler, déchiqueter son corps sans compter en attendant de peut être l'achever. J'étais en position de force, elle à terre, ensanglantée, une vue réduite, moi debout, peu blessée, l'habitude de la violence. Ce combat, c'est moi qui l'ait engagé après tout. Néanmoins quelque chose clochait. Son pouvoir. Le métrisait – elle si peu qu'elle n'osait s'en reservir ? Avait -elle peur de le faire ? Franchement, je ne vois pas pourquoi, mais on ne sait jamais. Oui, vraiment, à cet instant là, je pensais que j'avais gagné, ou presque. Je voulait planter mes crocs partout dans son corps, lui enlever les tripes, déchainer enfin véritablement ces pulsions trop longtemps retenues en moi.

Mais elle me fit vite savoir qu'elle avait encore de l'énergie à revendre. Elle me surprit, oui, tant que je n'eus pas le temps de réagir. Elle n'avait pas besoin d'un futile bout de bois pour se défendre, loin de là. La réponse à ma question précédente, elle m'en donna rapidement la réponse. Une vive lumière envahit la forêt, éclairant les arbres et projetant des ombres étranges et rougeoyantes autour de nous. Puis arriva la douleur, la chaleur, l'intense brulure, l'insupportable. Ses yeux se plantèrent dans les miens, des yeux dans lesquels je vis des choses auxquelles je ne m'attendais pas. On prends par au jeu alors ? Le meurtre, la violence, la noirceur. Le feu, qui se reflétait dans ses pupilles. Je soutenais son regard dur avec la même obstination, même si la douleur m'ordonnait de concentrer mon énergie ailleurs. Elle avait saisi mon oreille gauche, la tenant fermement, la brûlant par la même occasion. J'étais aveuglée, handicapée soudain. Néanmoins je ne restais pas immobile, je me mis à balancer mes pattes en avant, vers elle, essayent de la frapper, d'atteindre son visage, de la faire reculer. Dans le même temps, je rassemblais mes forces et tentais un coup de gueule, crocs sortis, vers le bras qui me tenait prisonnière. Il était en feu, oui, mais ma gueule aussi, alors un peu plus un peu moins... Puis je n'avais pas envie de mourir, vraiment pas, pas maintenant, pas ici, alors que c'est moi le loup et elle la proie. Enfin, au départ. Maintenant, chacun a l'air d'un loup pour l'autre. Chacun est à la fois la proie et le loup. Le prédateur et la victime. Après l'avoir écorché au bras, je me jetais sur elle, la fit rouler sur le dos, mais son étreinte ne faiblissait pas. Je lancais des coups de crocs et de pattes au hasard, là où il me semblait voir de la chair à travers le feu. Certains arrivaient à bon port, d'autres non. Le sang se mélait aux flammes, le rouge à l'or et à la noirceur de la nuit. La douleur me rattrapait, je faiblissais tandis que ces brulures s'abattaient sur moi. Elle voulait un affrontement d'égal à égal ? Il me semble qu'on y était.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I play with shadow and dance with the devils of the night [Livre II - Terminé]   Lun 27 Jan - 17:51

    Je dégoulinais de sueur, me sentant affreusement chaude mais également gelée. Je me sentais fiévreuse en somme et pas très en forme au vu des plaies que m’avait infligé ce putain de loup. Ma vue se troublait par moment, même si j’avais du mal à y voir très clair, quand bien même mes yeux s’étaient fait à l’obscurité après la vive lumière de mes flammes de tout à l’heure. Je voulais qu’elles ressortent d’ailleurs, pour pouvoir réduire en cendre ce putain d’animal sanguinaire qui ne rêvait que de m’achever. J’en étais certaine, si je perdais conscience ou si je n’avais pas eu mon don précieux, il m’aurait déjà dévoré. Je ne pouvais pas me permettre de lui laisser le loisir de me déchiqueter petit peu par petit peu. Car au vue de son plaisir à lécher ma blessure qui m’étouffa un cri et me crispait avant de s’attaquer doucement à mon bras, il aimait prendre son temps avec sa proie. Bordel de merde, mais fait quelque chose ! Presque aussitôt pensée, aussitôt fait. Je le sentis de nouveau, ce fluide alors que j’agrippais fermement son oreille et sa gueule ensanglanté… de mon propre sang. Tu vas voir ce que c’est que de boire le sang d’une semi-démone ! Je ne rêvais que de lui défigurer la face, qu’elle porte ma marque à jamais. Celle de la chair brûlée à vif. Qu’il se souvienne de moi, la proie qui n’en était pas du tout une. Je me défendais comme je le pouvais, alors que j’avais puisé dans mes réserves pour éviter de tourner de l’œil.

    Je me sentais forte en cet instant, ce fluide qui me revigorait alors que j’en oubliais presque ma blessure au bras et à ma jambe. Je ne sentais que cette chaleur réconfortante et puissante en moi et mes yeux reflétaient ses intenses flammes alors qu’elles parcouraient mes mains et mes bras. N’oubliant pas de brûler au passage mon adversaire. Sauf que, à s’y attendre, il se débattit. Une des pattes arriva sur mon visage, me griffant la joue gauche et m’arrachant une grimace de douleur au passage alors que je tenais toujours prise, aussi fermement que possible, avec le reste de force qu’il me restait. Je ne m’attendais pas non plus à sentir de nouveau ses crocs sur mon bras alors qu’il était en feu. Il n’avait plus d’option, mais ses crocs me firent lâcher prise alors que la douleur me remontait jusqu’à la tête, me provoquant une intense migraine. Mes flammes s’éteignirent pour rester dans mes mains alors que le loup sauta sur moi pour me faire rouler. Ses crocs sortis, j’entendis sa mâchoire claquer à plusieurs reprises, parfois non car elle atteignait ma chair. Le fait que mes bras se renflammaient ne semblait pas la déranger pour autant. Alors je ne réfléchissais guère plus longtemps, je me vidais de mon sang petit à petit et j’allais y rester si je nem soignais pas d’ici quelques minutes. Je la pris de nouveau par où je pouvais, laissait s’accumuler en moi le pouvoir, fermant les yeux un moment alors que je le sentais toujours se débattre. Je e lâchais pas prise, je rouvris les yeux et on pouvait voir à travers le regard assassin qui s’y trouvait et la confiance que j’avais également quant à lui prendre la vie. Cela s’accumula dans ma poitrine avant que je ne lâche tout. Aller, joue avec ta vie pour voir…
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I play with shadow and dance with the devils of the night [Livre II - Terminé]   Mer 29 Jan - 21:05

Le sang, la chair, la mort... Tout cela me plait, je suis aux anges même si je frôle les enfers. Car en plus il y a ces flammes, ces foutues flammes de cette semi-démone ! Pourquoi m'en suis-je prise à elle ? La réponse je la connais, je sais que je n'aurais pas pu faire autrement. Elle a croisé mon chemin et je ne pouvais la laisser filer comme si de rien n'était. Elle était devenue ma proie, elle avait croisé ma route alors que ma soif de violence était à son maximum. Je croyais qu'elle n'avait pas eu de chance et qu'elle était foutue, vouée à périr sous mes crocs après que j'ai bien joué, puis... Cela n'allait pas être si facile. J'étais dans le pétrin, autant qu'elle. Je ne voulais pas finir carbonisée par ma proie, même si j'étais devenue la sienne. Deux proies pour deux prédateurs, au final. Comment tout cela allait-il se finir ? Je ne préférais ne pas y penser. Un cadavre ? Deux cadavres ? Aucun mais deux blessés ? En tout cas aucune n'allait en ressortir indemne.

Elle était en train de me brûler. Heureusement que j'avais une capacité de régénération rapide, car sinon j'aurais peut être déjà péri. Vais-je jouer avec ma vie jusqu'au bout ? Le jeu n'étais plus un jeu, ou en tout cas il était devenu mortel. Sans pitié. Je voyais la démone en elle, la lueur assassine et sanguinaire dans son regard. Oui, nous nous battions d'égal à égal, désormais. Un hurlement s'échappa de mes entrailles. La douleur me tenaillait, les flammes me dévoraient mais je ne devais pas faiblir. Son pouvoir s'éteignit quelques instants puis elle se reprit, m'attrapa et la brûlure revint. Deuxième hurlement. Je me jette sur elle. Littéralement, crocs sortis, le tout pour le tout. Mais je ne peux plus, je flambe presque entièrement. Je vais mourir si je reste ici. Il faut que je fasse quelque chose. Quelque chose qui change le cours de l'action à mon avantage. Quoi ? Que puis-je faire concrètement ? Je roule sur le côté, répandant le feu autour de moi. Voilà, c'est ici qu'Ashleigh Seymour va finir, achevée par une semi-démone qu'elle a elle même attaqué. Ashleigh Seymour perd la vie alors qu'elle était en passe de devenir Lupa. C'est du propre, tout ça. L'histoire de ma maigre vie ne peut se finir ainsi. Punaise réagis ! Réagis ou ta proie va t'achever ! Je rassemble mes forces, ce qu'il en reste, tout ce que j'ai. Je me relève. Avance. Accélère. Cours le plus vite que je peux. Il ne faut plus penser, il faut agir. Trouver quelque chose, de l'eau pour éteindre ce feu. Ou au moins s'éloigner, le temps qu'il s'éteigne de lui même. Peut être retournerais-je vers la jeune femme, peut être pas. Ce n'est pas la question. Il faut que je reprenne des forces. Je retrouve mon cerf et mange ce qu'il en reste. C'est déjà ca, un peu de chair. Est-ce qu'elle me cherchera ? Est-ce qu'elle me retrouvera ? C'est possible, si elle en a le courage. En attendant, je dois récupérer le plus possible. Si elle revient, ca va chauffer. Pour chacune d'entre nous.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I play with shadow and dance with the devils of the night [Livre II - Terminé]   Dim 2 Fév - 17:41

    Mon regard avait changé, ma personnalité également alors que mon côté démoniaque prenait le pas rapidement sur ma propre personne. Je n’aimais pas tuer, je n’avais jamais aimé. Pour autant, si c’était pour sauver ma peau ou accomplir ma vengeance, c’était vite vu. Il se trouvait que j’étais en mauvaise posture, seules mes flammes m’aidaient à ne pas périr dans ses bois. Cela me rappelait fort bien des autres bois, un autre souvenir aussi douloureux même s’il n’était pas aussi intense. Le fait d’avoir vécu le pire alors que j’étais bien jeune m’immunisait un peu contre la douleur aujourd’hui. Jamais je ne pourrais oublier l’immense douleur, pire même, mais il n’y avait pas de mot aussi transcendant et aussi fort pour transmettre tout ce que j’avais en moi. Les flammes le faisaient pour moi, c’était mon pouvoir, ma chaleur, ma puissance et ma souffrance. Tout cumulé, cela pouvait être fatal. Qui n’avait pas peur du feu ? Moi. L’avantage c’était que je lui faisais peur, combien même il insistait avec ses coups de mâchoire et de griffes. Pour sûr, s’il continuait ainsi il allait avoir ma peau. Mes vêtements étaient déchiquetés, ensanglanté par les griffures de toute part. Je me contentais de maintenir sa gueule, pour éviter qu’elle ne me porte un coup fatal à la gorge. J’étais une survivante, une combattante, mourir comme ça sous les crocs d’un loup ? Absolument pas.

    Les flammes s’intensifiait, je ressentais toute une accumulation en moi, et si ça continuait, j’allais flamber tout autour de moi et me retrouver complètement nue. Ce n’était pas quelque chose que j’envisageais, seulement s’il continuait, je ne pourrais le retenir. Je provoquerais une explosion de flamme, carbonisant tout autour de moi. Elle ne savait pas à qui elle avait à faire tout simplement, et je me demandais si elle se doutait qu’elle était aussi proche de la mort que je devais l’être en cet instant. Car sous le coup de l’adrénaline, et du pouvoir qui m’envahissait, je ne sentais pas encore le côté sombre s’emparer de moi petit à petit. Pour le moment, j’avais tous mes sens en éveil, toute ma force dans mes bras et mes mains alors que je me prenais ses crocs en pleine main, m’arrachant un cri de douleur sourd et profond. Mais je ne voulais pas lâcher, si je lâchais, j’étais morte pour sûr. Il était acharné, plus qu’acharné même. Bordel, mais le feu ne lui faisait rien ? Je sentais l’odeur du brûler, ses poils brûler avant que sa peau ne prenne aussi la chaleur brûlante. Seulement après un temps qui me parut interminable, il roule sur le côté. Je le suis du regard et me redresse, prête à recommencer au besoin alors que les flammes illuminent la nuit et le pelage du loup qui se roule pour éteindre le feu. Il réussit au final, mais j’étais toujours aussi flamboyante pour lui re-cramer les poils avec grand plaisir ! Je l’observe tandis qu’il reste immobile, je me demande si je ne l’ai pas achevé au bout d’un moment, mais je vois un membre bouger. Je reste prête, mes flammes toujours aussi puissantes, il ne faut pas que je faiblisse sinon j’étais morte à coup sûr. Sauf que je le vis s’en aller. J’attendis un moment, me demandant si ce n’était pas pour mieux revenir, par derrière par exemple, avant de sentir un soulagement en moi. Les flammes s’arrêtèrent et je n’attendis pas plus longtemps pour me relever et me diriger vers la ville, flamme dans ma main gauche pour pouvoir y voir quelque chose. Je cherchais aussi un bâton pour aller plus vite, mais rien, que des bout de bois trop humide ou trop court. Je décidais de continuer à marcher le plus vite que je le pouvais, grimaçant sous chaque pas posé. Je souffrais terriblement, mais je ne pouvais pas faire autrement, je devais quitter ses bois sinon j’allais y laisser la vie. Il me fallait de l’aide. Pour la première fois, je pensais à une personne qui ne me serait jamais venu à l’esprit dans le passé. En même temps, depuis combien de temps nous connaissions-nous ? Je m’étais dit qu’elle pourrait m’aider, combien même je détestais les vampires. Après ce qui me parut être des heures, sans me retourner au risque de perdre du temps, je vis enfin le chemin puis les lumières… Comment avais-je pu faire toute cette distance sans m’évanouir ? Je ne réfléchis pas plus, marchant de nouveau comme je le pouvais.

    Hj:
     
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I play with shadow and dance with the devils of the night [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
I play with shadow and dance with the devils of the night [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» New Jersey Devils | Line Up
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» LES DEVILS À 10 PTS DES ÉLIMINATOIRES
» 05. The games we play
» New Jersey Devils

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Alentours :: Forêts
-
Sauter vers: