AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Ven 27 Déc - 19:04




Chapitre 4 « L'union, même de la médiocrité, fait la force. »

Je ne pouvais pas passer à côté de ce soir, même si j’aurais voulu ne pas me rendre sur un plateau de Tv pour parler de la vidéo du métamorphe imbécile se transformant en cheval. Mais, je n’avais pas vraiment le choix que s’accepter. Je suis la Reine, et j’ai une image politique à maintenir. Et puis, j’avais des projets, de grands projets à venir qui nécessité que une ligne de conduite. Pour sur, je ne pouvais pas vraiment compter sur Morgane ou Jana. Elles n’étaient pas prêtes à être au courant, et à comprendre. Cette mission était celle de deux de mes serviteurs, et de personne d’autre. Il fallait jouer très finement et elles étaient trop connues pour cela. Nous avions décidé, pour sa propre sécurité, que Torben resterait au manoir ce soir. Il n’était pas question que l’on puisse mettre un visage sur La Mort. Et puis, nous avions des choses à régler avant qu’il ne retourne en vadrouille dans la nature. Nous devions nous fortifier, faute de quoi, nous causerons la perte de l’autre. Hors, mon heure n’était pas venue, loin de là…

J’attendais dans les coulisses que l’on me permette de faire mon entrée, qui devait être, soi-disant « spectaculaire ». De ma loge, je pouvais suivre tout ce qui se déroulait et je n’étais pas satisfaite de la tournure que prenaient les choses. Julien était en train d’aller contre mes ordres, et pourtant, j’avais été clair avec lui : il devait laisser tomber et ne parler à personne de ce qu’il savait sur cette nouvelle espèce. J’avais correspondu avec lui par téléphone, et il n’avait aucune excuse pour son comportement, aucune. Et Jana s’y était mise aussi. Grand Dieu, n’étais-je entourée que d’incapables ? Heureusement, ce fut à mon tour d’entrer en scène. Je revêtis mon plus beau sourire charmeur puis arriva sur le plateau en saluant le public. Le présentation fut une légère courbette devant moi, puis une baise main, comme le devait mon statut. Je prenais place à ses côtés, croisant les jambes et balayant la salle du regard. Je repérais tout de suite Camille, et sourit à pleines dents à ce dernier. Oh mon petit oiseau, mon bel oiseau, quelle joie de te revoir… Je respirais l’air, constatant qu’il n’était pas le seul changeur présent. Magnifique. Je m’ouvrais à Torben, lui indiquant cette pensée et lui demandant de trouver l’identité de toutes les personnes présentes. On me les livrait sur un plateau d’argent, n’est-ce pas magnifique ? Le présentateur interrompit mes pensées, en me demandant mon avis, ce que je donnais tout de suite Pardonnez l’ignorance de ma pupille. C’est une bien jeune enfant, qui a encore tant à apprendre. Certes, nous n’existions pas aux yeux du mois avant 2007, cependant, de là à penser qu’une nouvelle espèce puisse exister ? Quel serait donc les intérêts des loups de cacher un tel fait ? Mary Wellesley est une femme sage, et intelligente. Elle n’aurait rien à gagner à agir ainsi. Si nouvelle espèce il y a, soyez certains que, ni elle, ni moi n’en avons connaissance. Je serais plutôt d’accord avec Mlle Brown. Il s’agit sans doute là de l’œuvre de semi-démons. Leur but n’est-il pas de semer le chaos, et le doute dans nos esprits ? Non, à ma connaissance il n'y a pas d'autre espèce foulant ce monde


_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Sam 28 Déc - 16:37


Julien Guillemaud, l’enfoiré. Quelles étaient ses intentions en prenant la parole ce soir ? Parce que là on pouvait se demander s’il ne comptait pas foutre les projecteurs sur les lycans et son hypothèse fumeuse qu’ils cachaient des membres de cette prétendue nouvelle espèce. Que cherchait-il au juste ? Simplement faire chier ses ennemis poilus ou plutôt éloigner la lumière des siens ? Dans tous les cas cela n’allait probablement plaire aux loups-garous. Mais après tout, qu’ils se démerdent entre eux, au moins ne s’attaqueraient-ils pas à l’Humanité.

Et comme si cela ne suffisait pas de voir ce connard ce soir, voilà qu’à présent se pointait sa patronne, Krystel Raybrandt. Là aussi son attitude me troua le fion. Contrairement à son général, elle semblait vouloir calmer les choses et rejoindre l’avis de Brown. Sa description de la lupa me semblait fausse, d’autant plus lorsque l’on savait leur considération respective. Ce n’était un secret pour personne que les deux dirigeantes ne pouvaient pas se piffrer. Cachait-elle aussi là un but mystérieux ? Probablement au vu du personnage.


Tu vas voir qu’elle va aller serrer la paluche du spécialiste lycan tant qu’elle y est. dis-je plus à moi-même qu’à l’attention d’une de mes voisines.

Je n’avais aucune envie de prendre la parole, préférant encore une fois écouter ceux qui voulaient s’exprimer. S’exposer n’était à mon sens la meilleure idée ce soir aussi me contentais-je de rester le cul rivé sur mon siège et d’attendre. J’avais une terrible envie de fumer, autant parce que je me faisais un peu chier malgré l’importance de cette soirée à mes yeux, et aussi parce que j’avais besoin de ma dose de nicotine, encore plus aujourd’hui que jamais.

Je décidai de balayer de mon regard le public et ne vis qu’une porte se fermer, signe que quelqu’un parmi les spectateurs en avait eu ras le cul et s’était barré. Etait-ce là un signe précurseur d’une drame quelconque ? Un individu se barre juste avant que la reine des suceuses (de sang) n’arrive. Etrange…

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Sam 28 Déc - 19:11




Chapitre 4 « L'union, même de la médiocrité, fait la force. »



Le souvenir de ce vampire restait étrangement positif dans l'esprit du métamorphe. Les Années Sanglantes ne lui avaient pas ôté toute sympathie de manière radicale pour une espèce qu'il jugeait pourtant néfaste. Complètement ironique et ridicule. Quand Mercutio releva les yeux vers lui, Camille vrilla néanmoins les siens vers un autre coin de la pièce. Par crainte ? Par méfiance, oui. Simple réflexe et habitude afin de ne pas se faire hypnotiser gratuitement. Les propos de son ancien sauveur le firent légèrement grimacer. Il ne se rappelait pas de cette légère arrogance qui semblait l'animer. La guerre transforme tout après. Et puis, ses souvenirs d'il y a sept ans étaient largement trompeurs vu son état d'ébriété au moment des faits. Cependant, ce mystérieux nocturne l'avait aidé et il s'était juré de ne pas l'oublier. C'était le cas. Lui aussi notait son malaise perceptible. Le changeur avait toujours été un mauvais acteur de toute manière. Ça n'était plus vraiment inédit. Le buveur de sang blond entre eux faisait un peu obstacle entre eux – pour le meilleur et le pire. L'oiseau se contenta d'un nouveau haussement d'épaule à cette question et s'arma d'un sourire pour palier à son manque de mots. Son comparse d'infortune se pencha vers lui et même si l'envie y était, le voleur ne recula pas. Son autre interrogation le déstabilisa réellement mais il n'en montra rien. Très tranquillement, il éluda avec « Les complots et supercheries font parties intégrantes de notre tragédie, mon cher Mercutio. Il n'y a rien à dire de plus, je le crains. »  Du second degré pur et dur. Il arriva encore à user de décalage malgré le sérieux de la situation ? Surtout à cause de ce sérieux à vrai dire. La présence de tous ces crocs à proximité des siens et avec un secret quasi éventré nécessitait un certain self-control de sa part qu'il n'obtenait en se montrant léger dans le ton bien que l'attitude manquait trop souvent. Le leader réajusta sa position en veillant à se pencher du côté couloir afin de ne plus être si près de son ancien allié. Sa remarque sur les piafs lui arracha un autre rictus. « J'héberge bien de drôles d'oiseaux dans ma tête mais aucun que vous ne puissiez admirer avec vos yeux, désolé. » Que répondait-il ? Aucune idée, son stress ne faisait que croître. Il avait écouté Guillemaud s'exprimer et apparemment, la Reine lui avait tout dit à leur propos. Il était trop précis pour que ça ne soit pas le cas. Il savait pour eux et il entendait bien soutenir sa princesse de pacotille. De l'amertume vis-à-vis de la royauté ? Il semblerait. Le volatile avait trop de griefs à leur encontre. Il commençait à condamner de plus en plus sévèrement leur race et pas seulement pour leurs actes commis durant les hostilités.

Son voisin l'avait menacé un peu plus tôt ce qui n'avait pas manqué de le faire se murer dans un silence religieux avant l'apparition de son ancienne connaissance. Et désormais, le blondinet s'énerva sur son camarade vampirique pour cause de nuisance sonore. Ça allait tourner au drame si ça continuait. L'absurdité de cette scène manqua de peu de faire mourir de rire le français. Ses nerfs pouvaient réellement lâcher à tout moment, il le sentait. Après s'être plaint, néanmoins, le râleur quitta sa place et sortit carrément du bâtiment. L'ancien fumeur hésita à le suivre, sûrement pas pour le rejoindre – bien entendu mais bien pour partir à son tour. A quoi servait-il ici ? En témoin silencieux ? Il pourrait participer, il est vrai. Mais il ne voulait toujours pas attirer l'attention et de toute façon, les siens étaient déjà voués à être exposés. Quand il esquissa un mouvement pour se lever, Elle apparut. Il crut un instant halluciner et se mordit fortement la langue pour être sûr de sa présence ici. Ses pires craintes se confirmèrent quand il sentit la douleur rouler sur le bout de chair qu'il venait de maltraiter. Mais ce n'était rien en comparaison à la souffrance mentale que cette arrivée suscitait. Un long frisson déchira son échine quand Krystel se tourna pour lui adresser un sourire. Comment pouvait-il sûr qu'il s'agissait de lui au milieu de l'assemblée ? Il le sentait, il le savait. Avait-il peur ? Oh, c'était bien pire qu'une simple tétanie qui le clouait sur sa chaise. Car déjà captivé, il la suivait du regard avec autant de frayeur dans la poitrine que de fascination dans le regard. Non. Non. Non. Il devait visser son attention sur autre chose et vite. Il chercha vainement de l'oxygène alors que ses prunelles caressaient toujours la silhouette de la Reine. Ses pulsations raisonnaient dans son crâne avec une véhémence folle. Va-t-en. Fuis. Tout son être cherchait à le bousculer mais pourtant, il se laissa dominer par cette horde de sensations trop extrêmes. Comme un drogué sevré, il ne pouvait que poser son attention sur l'objet de sa dépendance en priant intérieurement pour qu'elle s'éloigne d'elle-même. Et sa volonté, ses idéaux et tout le reste ? Tout ça reviendrait assurément une fois le choc passé. Pour l'instant, il était cloîtré dans une cage qu'il avait lui-même forgé. Il n'y avait plus qu'elle dans la pièce et sa voix qu'il cueillait avec précautions. Il y avait tant de violence dans sa façon d'accuser ses termes et tellement de ... Il parvint à fermer les paupières et serra les poings sur ses genoux pour tenter de retrouver un peu de lucidité. Il avait 28 ans, pas 21. Est-ce que l'âge intervenait là-dedans ? Oui et non. Aucun élément rationnel ne pourrait jamais expliquer un phénomène surnaturel de cette ampleur. Attraction et colère se mêlaient actuellement. Là où autrefois, il n'y avait que la soumission simple et certaine. Une évolution ? Il faudrait attendre les prochaines heures et événements pour pouvoir le déterminer. Elle était un test qu'il ne craignait pourtant pas passer. Après tout ce qu'il avait vécu et tous les êtres qu'il avait côtoyé ? Camille ne savait vraiment plus où il en était.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Sam 28 Déc - 21:09




Chapitre 4 « L'union, même de la médiocrité, fait la force. »




Je croisai les bras, m’adossai à mon siège, prêt à admirer le spectacle de bêtise que ces soit-disants scientifiques voulaient bien nous offrir. Visiblement, je ne me trompais pas : ce qu’ils racontaient tous les deux était, malheureusement, à la hauteur de mes espérances. Du vent, du vent, de la bêtise et encore du vent. Je soupirai. Jezabelle était aussi bête que dans mes souvenirs, et Matthew n’était pas beaucoup mieux – ce qui ne m’étonnait pas de sa part. Je grommelai « Je ne savais pas que c’était un spectacle comique… Ils sont pathétiques. » à l’intention de mes voisins. Kate me donna un coup de coude réprobateur, et je m’excusai en levant les yeux au ciel : « Non mais regarde-les ! On vit au milieu de vampires, de loups-garous, de semi-démons dont visiblement le seul objectif est l’apocalypse, et voilà qu’ils se demandent à quelle espèce on a affaire. C’est ridicule : la question c’est plutôt : pourquoi est ce que des suceurs de sang sont sur scène, à se la péter avec leurs grands airs et à minauder sous les projecteurs. » Je me radossai au siège, prenant sur moi pour me la fermer. Sinon Kate allait s’énerver à son tour. Je me rendais bien compte que j’étais en train de déranger à peu près toutes les personnes en autour de moi, mais la présence de vampires à proximité me mettait sur les nerfs : et pour cause. J’avais fait les frais de leur « sympathie » il n’y avait guère longtemps de ça. D’ailleurs, ce n’était pas censé leur être interdit par la trêve ? Sottises. C#nneries. C’était visible que les vampires étaient encore maîtres de leur situation. Et voilà qu’en plus, c’était une vampire qui montrait par A plus B à Jez’ qu’elle n’était qu’une idiote qui avait trouvé son diplôme dans une pochette surprise. Voilà qu’une vampire disait à haute voix ce que j’aurai voulu lui balancer à cette pimbêche. Kate posa sa main sur mon épaule, m’intimant de me calmer. Oui, je savais qu’il fallait que j’arrête d’avoir l’impression de vouloir massacrer toutes les personnes qui parlaient. Il fallait que j’arrête de m’énerver. Mais c’était plus fort que moi : je voulais leur faire payer de ne pas m’avoir fait venir. Alors que je me forçai à me détendre, ce fut au tour d’une autre personne, un homme cette fois, qui était un peu plus loin sur ma gauche. Julien Guillemaud ? J’arquai un sourcil. Ses propos m’intéressèrent plus que les précédents en revanche. Ils étaient bien trop… bien trop… justes. Cette fois, alors que je me décollai du siège pour observer un peu mieux l’homme, Kate ne me retint pas. Qui était il ? J’essayai de l’étudier olfactivement, mais sans effet notoire. Ce n’était clairement pas un métamorphe, ou alors son odeur était bien trop mêlée à celle des autres personnes pour le masquer, ce dont je doutais. Mon flair était mon point fort. J’étais un métamorphe, ce qui était déjà un plus, mais j’étais aussi un berger allemand. Ce n’était pas ma vue qui était améliorée, ni mon sixième sens animalier. C’était mon flair. Et je lui faisais confiance. Mais il n’y a pas de risque zéro. Je fis rapidement le compte de ce que pouvait être cet homme : un métamorphe que je ne connaissais pas ? Non, définitivement peu probable. Un Loup ? Encore moins, même si je ne les connaissais pas tous, et de loin. Semi démon ? Il aurait un intérêt certain à écarter la thèse de Jez’, mais… oui. Semi-démon donc. Ou Vampire. Ou simple humain. J’arquai un sourcil. Qu’un simple humain ou qu’un vampire en sachant autant sur nous, serait étrange. Sauf s’il souhaiterait protéger un semi-démon, ce qui serait tout aussi étrange. Non. Je n’avais aucune certitude sur l’espèce de ce Julien, en dehors du fait que je ne l’aimais pas. Parce qu’il en savait trop, ou en suspectait trop. Ce fut à ce moment là, que les organisateurs de cette soirée plantèrent définitivement un couteau dans mon cœur. Krystel Raybrandt. Bien. Bien. La cerise sur le gâteau, le pompom. « Oh les c#ns… » Mes yeux glissèrent instantanément dans la direction de Camille. Vu la couleur de son visage, il l’avait vue. En même temps, comment ne pas la voir, elle se pavanait, consciente de sa bêtise et de sa supériorité sur les misérables humains que nous étions supposés être. Je tapotai sur l’accoudoir du fauteuil. Non. Non, je ne pouvais pas laisser ça. Le berger allemand n’avait qu’une envie : laisser place au tigre blanc pour aller sauter à la gorge de cette créature. Mais ce serait signer mon arrêt de mort, et j’étais trop conscient de ce fait pour risquer de perdre la vie. Et risquer la vie de Kate. Il fallait quand même que je fasse quelque chose, bon sang de bois ! Le boitier bien en main, j’écrasai le bouton. Ils avaient intérêt à me donner l’opportunité de prendre la parole, histoire que ces vampires soient pris pour une fois à défaut. Oui, parce que je savais exactement ce que je voulais dire, et j’allais le dire qu’on m’en donne, ou non, l’autorisation. Parce que, à ce que je sache, leur boitier ne rendait pas muet. Et si j’avais envie de parler, je pouvais me lever et parler.


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Dim 29 Déc - 0:21

    J'avais réussi à prendre la parole et à donner un point de vue, celui que je voulais défendre, celui qui n'était qu'un mensonge, mais je ne voulais pas que la vérité soit connue. Est ce que c'était une bonne chose à faire ? Je n'en savais strictement rien, mais c'était ainsi que je voulais que tout se passe. Je sentais déjà les regards désapprobateurs à mon égard mais je m'en fichais pas mal. Je jetais un oeil à Mc Borough, il n'aimait pas ma version, et il avait raison. Il connaissait Rebecca et elle n'agirait pas de la sorte même sans maîtriser son pouvoir. Ce n'était pas ce qui s'était passé durant la matinée qui me ferrait changer d'avis quoiqu'il advienne, les semi-démons sont très dangereux à 95% du temps. Il y a toujours une petite minorité qui est plus docile, comme les vampires à une époque qui n'est pas celle d'aujourd'hui pour ainsi dire. J'écoutais ensuite l'intervention de Jana. Il était clair qu'il n'y connaissait rien au sujet que nous traitions ce soir. Pourquoi avait-elle été invitée ? Je me le demandais vraiment, surtout qu'elle était sans intérêt à mes yeux depuis notre rencontre au bowling. Il était bien loin le temps où son humanité avait encore le pas sur sa soif de sang et de paillettes. Quelqu'un se leva dans ma rangée, mais je ne regardais pas la personne plus que ça, mais il semblerait que ce soit une personne blonde. La thèse pour le moment qui semblait avoir le plus de crédit était celle d'une nouvelle espèce et ça ne me plaisait pas. En tout cas, sur le podium, Morgane restait bien silencieuse. Elle ne semblait rien comprendre vraiment de la situation, et au moins, elle avait la décence de ne rien dire sauf si c'était une consigne d'agir de la sorte mais j'en doutais puisque Guillemaud pris alors la parole. Et visiblement, il en savait énormément, plus que moi de toute évidence et il crachait son venin, sans peur aux yeux de tous. Il avait beau dire que cela était des hypothèses, pour moi, il avait raison, pourtant, j'appuyais fortement sur le bouton rouge pour dire que j'étais contre ces propos qui sonnaient comme étant trop vrai. Je regardais la foule, je voyais des visages souriantes, d'autres plus suspicieux, mais je ne saurais dire qui était le plus dans l'embarras.

    En tout cas, à peine Guillemaud a-t-il le temps de finir de parler que l'invité mystère fait son apparition, du moins, le présentateur s'en voit informé. Et ce n'est personne d'autres que Krystel Raybrandt en personne. Je suis étonnée de la voir ici. La dernière fois, elle n'avait pas daigné se présenter laissant les princesses sur le front, mais ce soir, pas de menaces officielles. Alors elle avait jugé bon de venir pour mettre son grain de sel dans tout cela, comme si ce qu'elle allait bien pouvoir dire était une parole d'évangile. Quelles étaient ces intentions ? Elle en savait sans doute bien plus que Guillemaud lui-même, mais pour quelle stratégie opterait-elle ? Elle était bien trop souriante pour dire la vérité. D'ailleurs ce sourire semblait être destiné à quelqu'un en particulier, mais je ne savais pas qui, il y avait bien trop de monde ici pour que je puisse voir sur qui elle s'attardait. Le présentateur demanda son avis à la Reine et ce qu'elle dit me surprit dans les deux sens, positivement et négativement. Elle allait dans mon sens, elle citait même mon nom. Elle savait donc qu'il existait une nouvelle espèce, j'en mettrais ma main au feu. Mais elle décidait de ne pas la révéler au monde entier. Je ne savais pas quelle était sa stratégie, mais dans mon cerveau, tout cela cogitait de façon sévère. Elle ne voulait pas qu'on connaisse cette race pour mieux la décimer avant qu'on ne connaisse l'existence de celle-ci. Étaient-ils nombreux en dehors de Thomas ? Je n'en savais rien, peut être qu'ils ne l'étaient pas, ou au contraire, peut être qu'ils étaient très nombreux. Je me posais de nombreuses questions encore à présent, et je n'avais pas de réponses. Je voulais que les semi-démons soient poursuivis, mais si les vampires en avaient après les kelpies cela n'était pas très bon signe. Mon regard croisa celui de Mc Borough l'espace d'un instant, ce dernier semblait être dépité par les propos de la reine.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Dim 29 Déc - 13:56

Tout cela prenait une tournure des plus intéressantes, des plus intrigantes. J’avais bien fait de venir, vraiment. Les avis divergeaient sensiblement et il faudrait m’arracher le visage plutôt que je n’admette que j’étais plutôt d’accord avec Julien. Je n’aurais pas mieux dit mais là encore, je n’étais pas prêt à le reconnaître.
Bien calé contre le dossier de mon siège, je jetais un regard derrière moi et m’amusais de la présence de mon client canin. Si seulement j’avais été plus près. Quel dommage. Une chose était certaine, je ne raterais pas une occasion de le tourmenter désormais et son sang avait été particulièrement intéressant. J’y aurais bien replanté les crocs. Dans la foulée, j’aperçu mon chien de garde sortir en trombe. Tout ça avait dû l’ennuyer prodigieusement, lui qui était aussi bavard qu’un champ de mines...

Seulement voilà, ce qui se passait dans la salle devint bien moins intéressant quand la Reine fit son entrée et répondit au présentateur. Les choses devenaient décidément très intéressantes. Non seulement elle contestait totalement la théorie de sa fille mais aussi dans la foulée, celle de Julien. La chose n’était pas pour me déplaire et je pris soudain conscience de deux choses. Premièrement, j’avais eu la chance de ne pas avoir la parole et de fait de ne pas avoir dévoilé mon opinion sur le sujet. Deuxièmement, elle en savait plus là-dessus que nous. J’en avais la certitude désormais...
Je pouvais certes me tromper mais j’étais convaincu qu’il y avait bien quelque chose dehors que je connaissais mal. Le petit incident de mon atelier m’avait laissé avec beaucoup de questions et il me fallait faire attention à ce que j’étais censé savoir. J’avais un cerveau, autant qu’il serve. J’eus un léger sourire, mi amusé, mi carnassier. J’aurais vraiment pu adorer les débats s’ils avaient été plus musclés. Comme un gamin, totalement immature, j’étais ravi de voir mon cher général se la faire boucler par la Reine en personne sous couvert d’un avis plus qu’attendu dans la salle. Beaucoup avait beau ne pas aimer notre espèce, personne n’oserait dire que cette femme n’attirait pas les regards même si sa beauté avait dû être et devait être mortelle pour bien des gens.

Nettement moins ennuyé qu’à l’origine, je me redressais sur mon siège non sans jeter un coup d’œil à ma voisine. La question me revint en tête... pourquoi Julien lu avait-il porté un tel intérêt ? Curieux.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Dim 29 Déc - 17:10

« Tu pouvoir fermer tienne gueule ou je arranger ça pourrr toi ? »

Interloqué, je regardais le tueur en me demandant ce qui lui prenait... bof, je le savais un peu bizarre, solitaire, plus vieux que moi, ayant un vécu humain pas rigolo, alors, je ne relevais pas, sauf une main pour lui faire signe que c'était bon, j'avais reçu le message.

Je haussais un sourcil, dubitatif...

* Des oiseaux dans la tête ?... *

Il était fou, rêveur, désordonné, sale ? Sa réponse ne me satisfit... pas, mon regard se fit dur : il prenait pour un idiot ? non... en fait... j'avais une terrible envie de jouer... la fille, à côté de moi était toute chaude, et moi, en bon ado (vampire !), j'avais les hormones à l'envers. Enfin, si j'avais encore des hormones. Mon boss m'avait expliqué ça, que c'était normal, que je devais me maîtriser... tu parles ! il avait pas une bombe à côté de lui !!! D'ailleurs, il semblait bien parti avec sa voisine...

* Intéressant... *

- Je pensais que vous bossiez dans une volière, un zoo, ou un truc comme ça... du genre, même avec du savon... ça part pas...

Bon... C'était pas gentil. Là... j'étais persuadé que j'allais m'ennuyer à mourir. J'avais faim, bien qu'ayant descendu un True juste avant de venir, en vitesse, j'avais soif. Je voulais du tiède, du frais, du vrai, quoi... cette réunion à la c*n me donnait l'impression d'une réunion de bureau, comme au temps où j'étais commissaire de police. Et humain. Vivant. Ce type qui sentait le corbac... je le sentais pas. Pour moi, il était un hors la loi, mais je n'avais rien pour le prouver. Le pif, l'instinct du flic, du chasseur.... appelez ça comme vous voulez... bref, je le sentais tendu et mal à l'aise, faisant tout plein d'efforts (inutiles !) pour paraître cool. On ne me trompait pas si facilement.

- Vous travaillez où ?

La question, pour innocente qu'elle soit, me donnerait pas mal de réponse. Déjà, il aurait une réaction à ma première réflexion, peut-être même qu'il se détendrait un peu à la boutade, la question, juste derrière, le destabiliserait, l'interrogerait, ou le prendrait de court. ou autre chose. Je me grattais négligemment l'arrière du cou à gauche, geste pathétiquement humain qui me faisait marrer intérieurement, et qui, je le savais, mettait toujours à l'aise, me faisant paraître anodin...

* C'est ça... laissez-vous avoir par le brave Leslie... *

Y avait un type qui parlait dans le micro... puis, se fut le tour de...

* Oh ! celle-là ! je la connais ! elle chasse le rat à l'arbalète dans les docks... ! *

Un sorte de son sorti de ma gorge, rire étouffé, court, sourd... j'étais surpris, estomaqué, même. D'où elle sortait, elle ? elle avait survécu aux Années Sanglantes ?...  Elle était sur la vidéo... comment ne l'avais-je pas reconnue ? en fait, Mak'... c'est à la voix que les souvenirs me revinrent. Je humais discrètement et saisis son odeur... oui... c'était bien elle... La chasseuse parlait comme une puce excitée, une petite fille demandant un cadeau au Père Noël dans une galerie marchande, tenant des propos parfaitement incohérents à mon sens. Tout ce petit monde, y compris la princesse, parlaient de créatures surnaturelles comme de scones...

* Ahurissant... *

D'un autre côté, j'étais bien un vampire, maintenant... bien sûr, j'allais pas au lycée comme dans les films pour adolescentes attardées, je brillais pas au soleil -ni tout court d'ailleurs... tentant de me fondre dans la nuit et l'oubli-, et je dormais pas dans un cercueil. Je souris :

* Le mythe du vampire a du plomb dans l'aile, avec moi... *

Une main sur la cuisse tiède et effilée, délicieusement couverte d'un bas qui faisait frissonne l'humaine à mon contact, je regardais mes voisins, tantôt le vampire, tantôt l'humain mal à l'aise... qu'avait-il à cacher ? Yaâkov se leva et sortit sans bruit. Je tentais de lui parler par télépathie, histoire de lui dire de surveiller la deuxième porte arrière, de se tenir prêt au cas où il faudrait évacuer ces Dames dont nous avions la garde. Sans résultat, évidemment. J'avais jamais discuté de choses aussi personnelles avec Julien, mais il était temps, non ? était-on télépathe comme le clamaient les bouquins, ou non ? Finalement, le petit coq allait peut-être surveiller tout notre petit monde du sommet des gradins... il était malin... y avait pas à dire...

* Faudra qu'on ait une conversation tous les deux, un de ces quatre, en rangeant les couteaux et les crocs... *

J'avais l'impression cruelle qu'il m'en voulait, mais j'ignorai pourquoi. Cà me mettait mal à l'aise en sa présence. Sans lui... j'avais à choisir entre "Chérie" et "Corbac"... je m'assis à côté du corbeau. Julien prit la parole, j'écoutais attentivement les deux. Se pouvait-il qu'un vampire de son âge ignore l'existence d'une autre espèce ?... ou jouait-il la comédie comme il le faisait si bien habituellement, pour manier les pions à sa guise ? Je me penchais vers mon voisin et chuchotais :

- Et toi ? t'en penses quoi ? nouvelle espèce à découvrir ou pas ?

J'espérai confusément qu'il répondrait à "Mercutio"... c'est pourquoi je ne le fixais pas dans les yeux contrairement à lorsque j'attendais les réponses d'avant. Julien chassait, j'avais vu son regard croisé celui de sa proie. La mienne, pas hypnotisée du tout mais chaude comme la braise, avait pris place sur mon fauteuil.

* Une qu'a pas froid aux yeux... *

Je me sentis un peu bousculé... mais j'avais lancé le jeu, non ?

Mais quand la reine elle-même entra en jeu... je me demandais un instant si je devais me lever pour saluer son apparition ou pas, mais comme aucun autre vampire ne faisait mine de bouger... je fis de même, calquant mon attitude sur celle de Julien. J'écoutais notre souveraine avec plus de soin encore que pour les autres. Elle aussi clamait son ignorance d'une nouvelle espèce... je trouvais ça louche, en bon flic... J'interrogerais Julien sur ça aussi. Je posais une main sur l'avant-bras du corbac, et le tapotais gentiment :

- Tout doux, mon beau... tu vas me faire une crise cardiaque à ce rythme là... Je peux t'aider... en toute simplicité... sans risque pour toi...

Sans rire ! juste une gouttelette... c'était pas cher payé la sérénité, non ?!!! Le sang battait tellement fort dans ses veines.... ouhhhhhh ! tellement attirant... la fille, me voyant la délaisser pour un mec, prit le partit de me rouler une pelle. Elle devenait collante... trop de témoins aussi... j'avais rien fait, moi... pas hypnotisée ni rien ! D'un coup d'oeil, je lui ordonnais de retourner à sa place et de m'oublier. Sans vraiment croire que ça marcherait...

Ben si !

et mon pote le corbeau allait mourir de trouille...

* A cause de... la reine ?!!!!! il la connaît !!! *

Comment ? mystère....

- Tu connais la reine, hein ? dis-je d'un ton badin, l'air de rien, regardant l'estrade en contrebas. Je me penchais vers lui pour lui susurrer :

- Si tu veux, je t'aide à sortir sans qu'elle te voit. Gratos. Enfin... à charge de revanche, quoi... J'étais sincère. Je voyais ses poings se serrer sur ses genoux : il me faisait pitié. J'étais encore trop humain, jugeait toujours Julien.

En jetant un coup d'oeil en haut, je ne vis pas Yaâkov et jurais tout bas : où s'était-il barré celui-là ?!!! Julien était toujours à sa place, mais d'autres l'avaient remarqué, désormais. Impossible de sortir moi aussi, et de laisser le général sans défense -enfin, manière de parler, quoi-. Je plaisantais pour tenter de dérider mon pauvre corbac :

- Ben c'est ça ! c'est les quatre cavaliers de l'Appocalypse ! on a déjà le cheval noir !

Quelqu'un ricana derrière moi, et je pris le parti d'en rire discrètement aussi, tout en observant se liquéfier celui qui m'avait nommé Mercutio... il était livide. Je le pris par le bras et me levais pour l'entraîner dehors. Il avait assez dégusté comme ça. Me suivrait-il ?



hors rpg : je ne demande pas la parole (et je ne quitte pas l'intrigue !)
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Dim 29 Déc - 17:20

    La situation était assez imprévisible, enfin, ce qui était dit partait dans deux directions opposées. Les uns étaient pour une nouvelle race, et ils avaient malheureusement raison, les autres pour des semi-démons, et je crois que je pouvais parler au nom de chaque métamorphe pour dire que c'était cette option là qui était la meilleure, comme le disait Jézabelle et Makayla. Je n'aime pas ma situation, vraiment pas, car je connais la vérité, mais je n'ai pas de légitimité à m'exposer inutilement. J'écoutais donc les différentes interventions, Jana, la princesse des vampires semblaient être d'accord avec une nouvelle espèce. Je jetais un oeil à Aaron, puis à Camille, puis aux Dougals, puis à Dafné. Je ne croisais pas vraiment le regard de chacun, mais je sentais les métamorphes un peu soucieux. Mon chasseur semblait être un peu agacé pour une raison que je n'arrivais à pas à saisir. Sur ma gauche, il y eu un peu de mouvement, un homme blond se leva, il quittait apparemment la salle, il n'aimais sans doute pas le débat, je ne voyais que ça. Puis ce fut au tour d'un certain Julien Guillemaud de prendre la parole, et il semblait connaître, tout un tas de choses sur nous, sur les métamorphes. Il devait avoir des informateurs chez nous, ou chez les loups pour en savoir autant. Je n'aimais déjà pas ce vampire. Je ne connaissais pas son grade, mais il était certains qu'il ne se prenait pas pour un moins que rien, son ego semblait être sur dimensionné. C'est à ce moment là que l'invitée surprise arriva. Le présentateur nous en fit part et la reine des vampires apparues avec une grande hypocrisie dans le regard, et les courbettes qui se faisaient sur scène étaient d'un tel mauvais goût. Elle avait ce sourire carnassier sur les lèvres, comme si elle était prête à nous manger, mais peut être que c'était le cas ou presque. Son intervention vint clouer le bec à son vampire qu'elle semblait connaître. Elle parla de Wellesley et dit qu'il n'existait pas de nouvelles espèces. Qu'avaient-elles bien pu se dire ? Elles se détestaient, et je pense que Mary nous avait vendue contre un peu de calme pour elle et les siens. Pourtant, la reine des buveurs de sangs affirmait qu'il n'y avait pas de nouvelles espèces. Je n'étais pas convaincue par ces propos, je n'étais pas convaincue par ce que cela présageait. Je regardais Alan, puis Camille. Ce dernier semblait avoir vu un fantôme, tout du moins, la reine des vampires, et il ne semblait pas l'apprécier, vraiment pas. Je ne connaissais pas vraiment leur passé commun, mais je savais qu'il y avait quelques choses, sans plus de détails. En tout cas, personne ne semblait avoir à redire aux propos de la reine, jusqu'à quand ?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Mer 1 Jan - 17:54

Si vous trouvez que cette conférence manque d’animation c’était jusqu’à l’arrivée de ma mère. En même temps, il commençait à me sembler étrange que ma mère ne soit pas présente à un événement de tel ampleur. Et pourtant j’avais beaucoup de mal à croire que c’était l’œuvre des semi-démons. Bon après tout, si elle le disait, je ne pouvais qu’approuver ses propos. Il y avait deux choses, la vidéo qui montrait qu’un homme se transformait bien en cheval sous nos yeux, et en même temps, les paroles différaient du coup dans l’assemblée. Restant stoïque, j’essayais bien de mettre du clair dans mes idées ce qui n’était en rien facile. Comme je disais j’avais ce que je voyais, et ce que j’entendais. Et les deux me semblaient plausibles. D’une part, si une nouvelle espèce faisait son apparition, alors cela n’était ni bon, ni mauvais, cela aurait un impact à plus ou moins long terme. Mais ça jouerait sur l’équilibre naturel, avoir des humains qui puissent se transformer en animaux pourraient berner beaucoup plus de personnes que nous pourrions penser. Et c’était un coup des semi-démons, alors nous en seront au même point, il faudra rapidement mettre sous contrôle cette situation avant que eux aussi nous bernent en nous faisant croire à une nouvelle espèce. Dans tous les cas, il fallait assumer et savoir rapidement ce qu’il en était.
Des gens souhaitaient prendre la parole, il fallait désormais voir ce que chacun avait à répondre. Quelques-uns au sein du conclave autour de nous, avec Jana s’exprimait. Je restais campée dans mon silence, ne cherchant pour le moment à ne pas me mettre sur l’avant de la scène. Je préférais écouter et construire ma réponse correctement, pour ne pas me tromper dans l’avancement de mes théories. J’avais l’impression que les idées fusaient en contradiction, c’était un peu le but à mon avis de cette conférence après tout. Chercher à mettre en contradiction les idées pour finalement arriver à une réponse ?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Jeu 2 Jan - 12:09

    Mon regard parcourrait les spectateurs. Je voyais des gens complètement indifférents se contentant de bavarder entre eux, d’autres qui était très soucieux, d’autres encore s’intéressant grandement au débat et y participant même. Il y avait eu des départs même et mon regard tomba sur Yaâqov lorsque celui-ci quitta son rang pour s’éclipser. Je ne le voyais pas faire autrement, pour moi c’était quelqu’un de très passif, peut-être ne s’intéressait-il pas à ce sujet, qui me semblait quand même d’une grande importance. J’espérais que cela ne soit guère un carnage comme au musée. Pas de second échec, sinon je pensais bien tuer tous mes chevaliers pour apaiser la haine et la furie au plus profond de moi. Mais pour le moment, tout allait pour le mieux. Il y avait des interventions, la première fut celle de Mak, puis de Julien où je m’étonnais de le voir se lever. En même temps, j’étais assez peu surprise, je savais combien il était actif dans notre communauté. Je le voyais mal se taire face à ce débat, ce n’était pas dans son caractère. Je l’observais se présenter, souriais en entendant ses paroles alors qu’il avait l’air de penser comme moi. J’avais l’impression aussi qu’il savait de quoi il parlait et cela m’intrigua au plus haut point. Je continuais à l’écouter avec sérieux et grand intérêt. J’étais en train de me dire qu’il fallait peut-être que j’envisage de parler avec lui de tout cela. Je ne l’avais pas encore fait, surtout pas dans les détails mais pour moi un vampire de rang inférieur à moi ne pouvait pas en savoir plus. Quelle déception lorsque j’avais appris de ses lèvres le plan avec la louve-garou… Tout le monde avait ses petits secrets finalement.

    Son intervention fini, je croisais rapidement le regard de Julien pour tourner la tête et observer Morgane. Comme pour essayer de parler avec elle par télépathie. Nul besoin de le faire, j’étais certaine qu’elle pouvait lire en moi bien distinctement. Pour le moment, je ne suspectais rien pour le moment mais j’avais de grands doutes quant aux informations données. J’avais l’impression d’être l’invitée la plus inutile qu’il soit, chose qui m’insupportait grandement. Je ne supportais pas de rester dans l’ignorance. Mon regard fut attiré de nouveau vers le présentateur où il avait l’air d’avoir une mine tout à fait… ravie. Je fronçais légèrement les sourcils alors que je me demandais ce qu’il allait se passer. A ces mots, et avant même qu’il prononce son nom, je savais d’ores et déjà que notre mère viendrait sur scène. J’avais été surprise au début de ne pas la voir parmi nous, c’était tout de même un sujet important, et il fallait que nous sachions la vérité. Je me devais de tout savoir. Je tournais la tête pour voir son entrée, tandis que je sentis très nettement les invités se tendre dans leur siège. J’affichais un léger sourire en signe de contentement. La Reine faisait toujours cet effet-là à bon nombre de personne. Elle s’installa à côté du présentateur et de Jezabelle qui devait être tout à fait ravie. On demanda l’avis de la Reine, et j’étais sur le point d’assister à quelque chose qui allait vraiment me scotcher sur place. Au lieu d’entendre ce que Julien et moi-même avions dit plus tôt, c’était tout à fait le contraire. Les premières paroles me le confirmèrent, me faisant passer pour une enfant aux yeux de tous. Je cachais ma colère qui avait émergé presque immédiatement, pourtant je ne lâchais guère le regard sur elle. Je voulais tout entendre. Entendre comment ma Mère me dénigrer. Oui c’était bien le mot et c’était comme ça que e le ressentais. J’étais bien jeune en effet ; neuf ans d’existence ne rivalisait avec aucuns de la famille royale. Mais dans ce cas, pourquoi diable avais-je été invitée ? J’aurais préféré être dans une pièce vip, regardant la scène de haut et de loin. Je repris mon attention sur la Reine, balayant tout ce qu’on avait pu dire auparavant, ce que j’avais pu dire. Ma parole ne valait rien face à elle, j’en étais consciente. Elle parlait de Mary, la louve que je n’avais pas revue depuis des lustres, depuis ma rébellion momentanée, depuis William. Et enfin, elle approuvait les dires de cette humaine, Makayla. Je réprimais toutes mes émotions négatives, et pour sûr, je ne reprendrais pas la parole avant un moment. J’aurais dû imiter ma sœur qui n’était pas intervenue jusque-là, peut-être aurais-je eu l’air moins conne devant tant de gens.
    J’essayais d’afficher un visage impassible, alors que dans ma tête ma présence ici sonnait véritablement faux.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Ven 3 Jan - 11:39


En reprenant place dans mon fauteuil j’étais plutôt satisfait de ma prise de paroles. Je m’étais mis en lumière suffisamment pour attirer l’attention de la tueuse de vampire mais aussi de ma proie. De plus j’étais certain d’avoir instillé un doute dans l’esprit de quelques personnes au moins parmi les téléspectateurs et le public. Pourquoi cette assurance ? Parce que la foule était tels les jurés dans un tribunal, terriblement sensible à la moindre idée. Il suffisait de simplement évoquer une idée, quand bien même elle ne serait pas fondé, pour que celle-ci germe dans l’esprit d’au moins une part des individus et ajoutée à leurs fantasmes personnelles deviennent une vérité muette.

Ce soir ceci servirait mes plans, notamment celui qui pouvait à l’avenir me permettre d’obtenir une faveur de la louve, ou au moins de jeter l’opprobre sur sa rivale et nourrir les tensions au sein de sa meute dont elle m’avait parlé. Ceci avait à mon sens son utilité pour notre espèce, déstabiliser nos ennemis qui de leur côté devaient probablement tout faire pour se relever des nombreuses pertes dues aux Années Sanglantes, tout comme nous. Et puis cela me permettait aussi de montrer à ma future-épouse que je soutenais son idée, même si j’avançai d’autres arguments.

Lorsque sa mère arriva sur le plateau et prit la parole, je me raidis mais n’en montrai rien, maître de ce masque je portais en chaque instant. Ainsi donc voilà le discours qu’elle attendait de nous. Je venais de me vautrer comme une merde et elle allait me le faire payer assurément, simplement en éloignement de moi la perspective de sa bénédiction de mon union avec sa fille. Jana qu’elle venait par la même occasion contredire aussi, par une évocation brève mais réductrice.

A ses paroles je demeurai impassible mais croisai le regard de Jana. Nul besoin d’être devin pour deviner les sentiments qui devaient l’habiter en ce moment même. Elle devait avoir l’impression que sa mère la descendait gratuitement et la ridiculisait devant un nombre important d’individus. Son jeune âge pourrait peut-être la pousser à ne pas comprendre le but des actions de sa mère. Pour ma part je pensais en avoir une brève idée, me remémorant la visite de Krystel dans mon bureau de la Reds il y a peu. Il faudrait que je parle à Jana afin de l’apaiser, car malgré son masque de neutralité elle devait se sentir blessé par l’attitude de sa mère. Attitude qui avait peut-être aussi pour but d’assoir son autorité davantage, montrant par-là que Jana et moi étions encore bien loin de ses espérances en dépit de nos titres respectifs.

Restant muet durant son intervention, je réfléchissais à ses mots. Au lieu de jeter la suspicion et le doute sur les lycans comme je venais de le faire, notre Reine au contraire présentait une image d’apaisement vis-à-vis des lycans. Ainsi nul ne pourrait lui reprocher d’attiser les braises du conflit récent entre nos espèces. Cette réflexion me fit remonter à l’esprit ses paroles lors de sa visite passée.


* Il est temps que tu agisses dans le bien des nôtres et non pas dans ton intérêt unique, qu’avec seul but de me plaire, car, de toute évidence, cela ne fonctionne pas.*

Je m’étais planté, lamentablement. J’aurai dû débiter le même type de discours, j’aurais dû voir plus loin que mes propres plans et actions. Je ne devais plus réfléchir qu’à mes projets mais adopter une vision bien plus large. Je devais penser en tant qu’espèce et non plus en tant qu’individu. Si je n’avais eu qu’une compréhension limitée lorsqu’elle m’avait opposé ses paroles dans mon bureau, je commençai à en apercevoir le véritable sens. Et il fallait que je partage cela avec Jana.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Ven 3 Jan - 18:21

Le débat se poursuivait mais la jeune femme commençait sincèrement à trouver le temps long. Tout ce blabla pourquoi ? Au final, ni les uns, ni les autres n’avaient de quelconques preuves leur permettant d’asseoir une théorie plutôt qu’une autre. Ils se contentaient tous de se prendre le bec, se jetant au visage quelques explications fumeuses. Des preuves bon sang ! Des preuves !

Malgré que le public puisse participer, certains semblaient partager le désarroi d’Eva et quelques individus n’hésitèrent d’ailleurs pas à carrément se lever et se barrer de là. D’autres piétinaient presque sagement sur leur siège, alors que les plus motivés (ou grandes gueules) pressaient leur télécommande avec force et convictions, obnubilés par leur désir d’obtenir eux aussi, leurs quelques minutes de gloire.

Sa tête bascula en arrière, alors qu’un long soupire s’échappait de ses lèvres. Une clope l’aurait sans doute détendu un brin, mais le staff du show ne semblait pas avoir prévu d’entracte. Un comble lorsque l’on sait la quantité astronomique de publicités nauséabondes qui inondent habituellement le petit écran. Mais là, étrangement… pas de coupure pub. Misère…

Alors qu’elle scrutait le plafond, se désintéressant totalement du débat, le présentateur annonça l’arrivée du fameux invité surprise. Et quelle surprise ! La Reine en personne faisait son entrée, tout sourire. Cette apparition eut le don de faire se redresser d’un bond la demoiselle sur son siège, ses yeux se fixant sur la silhouette d’une des plus puissantes ennemies de l’humanité. Là tout de suite, elle aurait apprécié avoir son flingue contre sa cuisse, pour pouvoir le dégainer et tirer. Lui loger une balle en plein cœur, histoire de débarrasser ce monde du fléau que la reine des vampires représentait. Elle incarnait tout ce qu’Eva détestait, tout ce qu’elle avait combattu et s’était juré d’exterminer une bonne fois pour toute. Si proche, mais si inaccessible.

Rageant intérieurement, elle n’en entendit qu’à moitié les propos de la Dame, qui, une fois son tumulte intérieur à peine apaisé, la scotchèrent sincèrement. Au contraire de ses semblables, la reine privilégiait la théorie sur les semi-démons. Surprise qu’elle n’aille pas dans le sens de ses ouailles, il était peut-être temps qu’elle se concentre d’avantage sur les propos qui s’échangeaient sur le plateau. Cette femme puissante, ne pouvait ne pas savoir ce qu’il en retournait exactement. Elle devait connaître la vérité et avait décidé de tenir le discours qui l’arrangerait le plus. La vérité ? Ou au contraire un tissu de mensonges ?


Spoiler:
 
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Sam 4 Jan - 20:12




Chapitre 4 « L'union, même de la médiocrité, fait la force. »


Le mercredi 08 novembre est une date que beaucoup attendent. Ce soir, à 20h se réunit une délégation scientifique exceptionnelle. Le sujet ? L’image d’une forme humaine se transformant en cheval au musée, lors de l’ouverture de l’exposition sur les vampires. Des débats et des pistes de réflexions seront lancés, avec une intervention active du public. Personne ne sera laissé de côté. Le but de cette réunion ? Trouver une réponse. On murmure d’ailleurs que des vampires seront présents, pour eux aussi percer le mystère… Cette question concerne tout le monde après tout !

Alors que tout le monde prend place, - et que certains sont reconduits à la bonne place- les caméras s’allument et pointent la scène. Un jingle démarre et le présentateur arrive, alors que le public applaudit comme le prompteur lui indique. Dès lors la soirée commence et le présentateur essaye de lancer le sujet du cheval, en montrant les vidéos. Mais contrairement à ses attentes, les vampires princesses restent silencieuses sur le sujet. Il se tourne alors vers les spécialistes pour les inciter à prendre la parole, ce que fait "Matthew" Scientifique "loup" puis Jesabelle. Leurs propos déclenchent différentes réactions et des débats sont soulevés dans le public, pour le plus grand plaisir de la chaine. Alors que le vampire nommé Julien prend la parole, on fait signe au présentateur discrètement. Ce dernier prend alors la parole Ah, il semblerait que notre invitée spéciale vient d’arriver ! Je suis sûre qu’elle saura nous aider à éclairer cette situation… Mesdames et messieurs, je vous pris d’accueillir… La reine des Vampire, Mme Raybrandt ! Et alors qu’elle est annoncée, >, "Matthew" Scientifique "loup" n°I4, et "Kimberly" Scientifique "humain", siège n° I6 se crispent sur leur fauteuil. Ils ne sont pas à l’aise, ça crève les yeux…

La reine prend alors la parole, déclarant qu'aucune espèce n'existe, contredisant son générale et sa pupille, qui ont très mal agis à son sens, même si elle se garde bien de le dire ou de le laisser transparaitre. Et alors que dans le public un chahut se met en place et des personnes quittent la salle, non sans tremblement, "Jezabelle" Scientifique "humain", siège n°I3 est toute heureuse sur son siège. Elle se tourne vers la Reine, d'abord pour la complimenter hors micro, puis ensuite lui répondre, vu que personne ne semble vouloir converser avec elle, pas même ses propres filles La transparence, voilà ce que vous nous apportez, et nous ne pouvons que vous remercier de collaborer autant avec nous. La paix entre les humains et les vampires est la meilleure chose qui ait pu nous arriver. Vous êtes d'ailleurs un vrai mystère pour nous, génétiquement parlant, même si cela n'est pas le propos de cela. Pour en revenir à notre sujet, ce qui est regrettable, c'est qu'il n'existe aucun test pouvant détecter les semi-démons. Ou du moins n'avons-nous pas en notre possession assez de matériel sanguin pour y arriver. Ce qu'il nous faudrait, ce serait un Semi-démon en chair et en os. Mais nous savons tous que cela est hélas impossible, vu que les autorités ont pour ordre de tirer à vu. Quelle perte vraiment pour l'avancée médicale. ... Attendez là, vous parlez bel et bien de vous servir de cobaye semi-démon? Ce serait aller contre tous les principes d'humanismes qui aminent notre société. Tout ne peut pas être fait au nom du progrès médical. Sinon nous mettrions en cage un membre à part entière de chaque espèce, pour déterminer exactement son code génétique ... Ce qui serait inacceptable, car aucun de nos dirigeants ne nous laisseraient aux mains de scientifiques. Et je dis cela en étant moi même médecin. Nous avons beau être de très jeunes alliés, je ne peux qu'aller dans le sens de Mme Raybrandt. Ma Lupa, Mary, n'aurait jamais agis contre la paix des loups-garous et des humains. Nous sommes après tout, contrairement aux vampires, un peuple qui a toujours œuvré pour le bien de l'humanité ... Vous outre-passez vos droits Andrew. Les vampires se sont toujours montrés honnêtes avec nous. Ils n'ont pas été dénoncé par une autre espèce, contrairement à la votre qui s'est toujours caché.... Je ne me laisserais pas insulter de la sorte, ni moi, ni les miens ... Et vous comptez faire quoi? Me faire du mal et montrer à tous quelle est votre véritable nature si animale et brutale? ... C'est moi que vous traitez d'animal alors que vous n'êtes pas capable de vous contrôler? Jezabelle s'était levée d'un bon, et plaçait devant le loup, prête à en décours, le poing serré et le visage tordu de colère. Pourtant, elle est connue pour son calme et sa patience. Quelque chose ne va pas, non, c'est évident. Et alors qu'il s'apprêtait à les calmer, l'animateur se met lui aussi à sortir de ses gongs, balançant sont micro par terre, et piétinant ce dernier. L’atmosphère est tendue, plus que tendue. Dans le public aussi, on se bouscule, et on commence à en venir aux mains. Des signaux d'alertes sont déclenchés et les portes de secours indiquent le chemin. Et alors que sur la scène, l'humaine commence à se jeter sur le loup qui arrive à l'esquiver d'un bond en arrière, la Reine des vampires se tourne vers la Kimberly, qui elle, n'a pas bougé de place. Elle lui assène un coup dans la nuque, violent, mais pas mortel. Et toute la frénésie retombe aussi vite qu'elle a commencé. Pour autant, tout le monde est invité à sortir. On ne sait jamais...






Ordre de passage n°1


Sont Inscrits et doivent poster : Makayla siège n°C15 , Elecktra siège n°A8 , Alan siège n°B1 , Dafné siège n°A7 , Aaron siège n°B2 , Philippe siège n°C11 , Julien siège n°B4 , Camille siège n°C14 , Leslie siège n°C10 , Kate siège n°B3 , Ninon siège n°A6 , Eva siège n°C13 , Yaaqov siège n°C12 , Spencer siège n°A5 , Enola siège n°C09 et en invités : Morgane siège n°I5 , Jana siège n°I7 et Krystel siège n°I2 . Les PNJ invités : "John" Présentateur, Siège n°I1, "Jezabelle" Scientifique "humain", siège n°I3, "Matthew" Scientifique "loup" n°I4, et "Kimberly" Scientifique "humain", siège n° I6.

Les membres ayant un numéro de siège ont tous été placés de manière aléatoire. Ils seront le public du show. Briffés sur le déroulement du show : applaudir, rire, s'étonner, s'offusquer, taper des pieds... tout cela réglé par un prompteur en hauteur qui leur indique quoi faire. Jusque là, rien d'étonnant.

Les scientifiques et le présentateur seront joués en PNJ, par le maitre du jeu.

Le plan de la salle sera donc le suivant :

Ceci sera le dernier ordre de passage de la mission qui est avortée faute de participation au débat. Cela n'étant pas des plus pertinents que vous soyez passif à des évènements, nous bouclons une semaine plus tôt cette mission ;) Vous ne pouvez ici poster qu'une fois pour clôturer votre participation

avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie :
Coups du Destin: 0
Votre destin est entre mes mains.
Messages : 8501
Membre du mois : 7544
Je crédite ! : Avatar (c) Kanala
Localisation : Nulle part et à la fois partout
Compte Administrateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Sam 4 Jan - 20:50

    J’étais avide d’en savoir plus. J’étais là pour ça à l’origine. J’avais pas mal de doutes, un sacré paquet d’ailleurs. Sans aucun doute, j’aurais apprécié en savoir plus et même si cela me faisait mal de le reconnaître, j’avais plutôt été d’accord avec mon général. Cependant, si la Reine en personne contredisait mon supérieur, c’était qu’il y avait une bonne raison. J’étais presque persuadé que mon client canin... félin... tout ce qu’on voulait n’avait rien d’un semi-démon et si c’était le cas, quel piètre spécimen. Je commençais à sérieusement me demander combien d’autres espèces existaient en ce bas monde mais ça n’était pas le débat du jour. Non pas que voir des scientifiques s’écharper sur le sujet ne fut pas divertissant mais ça manquait de combattivité, d’éclats de voix et de tout le reste.
    Les bras toujours croisés sur mon torse, quelle ne fut pas mon enthousiasme en voyons le débat se lancer de plus belle. La Jezabelle commençait à sérieusement me courir, si elle avait pu, elle nous aurait bien disséqué, je me demandais avec beaucoup de sérieux si elle aurait apprécié goûter à ses propres idées. Après tout, j’étais un as en matière de dissection dans le passé même si tout cela relevait plus de la torture pure que de la médecine. J’eus un sourire narquois en la regardant m’imaginant fort bien lui infliger quelques idées passagères.

    Je me désintéressais cependant progressivement de la joute verbale qui avait lieu bien que je n’oubliais pas du tout mon idée. Mon très cher client particulier... Je n’en avais pas fini avec lui, c’était ma pensée du moment quand tout parti en vrille sur le plateau. Je m’étais à peine aperçu que j’avais démoli une partie de l’accoudoir de mon siège en m’apprêtant à me diriger tout droit vers ma proie toute désignée, Alan. Je n’avais pas oublié son nom malgré tous les qualificatifs que je pouvais employer. J’avais la rage au cœur et la faim qui me tirait les entrailles. Pourquoi ? Comment, je n’en avais aucune foutue idée et je n’en avais rien à secouer. J’aurais bien tordu le cou à mon obsession du moment mais j’eus soudain les idées plus clair, apercevant en diagonal la Reine qui venait de mettre KO une des scientifique. Je fronçais les sourcils et me levais d’un bond n’appréciant guère ce que je soupçonnais à présent de s’être passé. Ma rage et mes humeurs n’appartenaient qu’à moi et même si je n’avais aucune certitude sur ce qui s’était passé, je trouvais fort à propos qu’un tel déchaînement ne se produise ainsi et s’arrête aussi vite. Je n’étais pas Einstein mais je n’étais pas non plus le dernier des imbéciles.
    Aussi, avant qu’un autre événement du style ne se produise, je filais vers la sortie en deux-deux non sans glisser un regard carnassier vers celui que j’avais décidé de traquer allègrement, le tout accompagné d’un sourire qui en signifiait long sur mes intentions.

    Une fois dehors, je patientais un moment pour être certains que rien de plus intéressant n’éclaterait. Et par plus intéressant, j’entendais bien un véritable pugilat digne de ce nom. Si rien ne se passait, je rentrerai chez moi avec plus de questions que de réponses.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Dim 5 Jan - 1:10

    Je ne savais vraiment pas quoi penser de tout cela, vraiment. La vieillerie de Raybrandt semblait avoir cloué le bec à tout le monde ou presque, notamment, les princesses et Guillemaud. Ils avaient voulus faire les malins en disant qu'il y avait une nouvelle espèce, mais la reine les avait déjugé bien rapidement. J'essayais de voir le possible intérêt que les vampires avaient avec cette nouvelle race, mais dans l'immédiat, je ne voyais rien. Peut être voulaient-ils les asservir ? Je ne savais pas trop, en tout cas, les hautes sphères vampiriques n'étaient pas en accord avec Krystel, mais son autorité était si importante que ces subordonnés étaient à présents muets. Le public semblait accroché aux lèvres de la reine des vampires comme si elle avait hypnotisée tout le monde. En vérité, tout le monde parlait plus ou moins dans son coin, comment fallait-il prendre tout cela ? Je ne savais pas trop à vrai dire, c'était à la fois bon signe que les kelpies ne soient pas révélés au grand jour, mais cela voulait dire qu'au moins les vampires en avait après eux. Les lycans devaient aussi connaître leur existence, non ? L'odeur de cette espèce doit être différente de celles des humains, mais aussi des vampires ... Les semi-démons savaient-ils ? Possible aussi, aucune certitude, comme pour à peu près tout ce que je pensais savoir. Le débat repris alors sur la scène. Jézabelle était heureuse des propos de la reine, en même temps, elle donnait du crédit à sa théorie. Cependant, elle allait très loin dans ces propos, trop loin même si bien que tout commença à partir en vrille. Cela m'amusait vraiment. Tout le monde sur la scène s'énerve plus ou moins à vrai dire à part Krystel et Kimberly. La première donne un coup sur la nuque de la deuxième et la folie sur scène semble se calmer promptement. Pourtant, on demande l'évacuation de la salle. Quoi déjà ? Vous appelez ça un débat ? Il a duré 10 minutes, et on nous renvoi déjà chez nous ? C'est une blague, c'est ça ? Je n'ai pas envie de bouger de mon siège, on n'en sait pas plus au final, si ce n'est que la reine des vampires a dit que nous avions à faire à des semi-démons pourtant, tout ce qu'elle dit n'est pas parole d'évangile. En fait, si le débat n'a pas continué c'est assurément de sa faute. J'aurais bien essayé de reprendre la parole mais pour dire quoi ? Je n'avais rien à ajouter à ces propos, c'est ça le truc. Je reste donc sur ma faim avec débat qui n'en a même pas été un au final. Un vrai fiasco, enfin pas dans le même sens que le 15 août, mais on n'est pas mieux avancé. Enfin, si un peu, mais ce sont que des suppositions. On demande donc l'évacuation de la salle. Cela ne me plait guère. Je me lève, mais je m'attarde, je n'ai pas envie de partir pourtant, il le faut. Je suis dans les dernières à partir ...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Lun 6 Jan - 0:17




Chapitre 4 « L'union, même de la médiocrité, fait la force. »




Plus le temps passait et plus je le trouvais interminable ! D’ailleurs je ne m’étais même pas rendu compte que j’avais sorti mon carnet de croquis pour commencer à dessiner ce qui m’entourait. Un peu à la façon d’un jugement au tribunal… J’avais esquissé les ‘‘célèbres’’ invités dont les princesses puis j’avais entrepris de réaliser un dessin plus appliqué de ma belle rouquine. Je délaissais cependant ce dernier pour observer discrètement mon voisin qui ne cessait de maugréer ! J’eus un léger sourire ; j’étais du même avis que le mari de Kate concernant la présence des princesses vampires. Elles n’avaient pas vraiment de raison d’être invitées mais bon… que pouvait-on y faire ? Le genre humain était et agissait souvent de manière bizarre. Ce fut alors à mon autre voisin de siège de prendre la parole mais à voix haute et je ne l’écoutais absolument pas ! Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il ne m’inspirait pas confiance et que je n’accordais aucun crédit à ses paroles. Mais j’avais tout de même cessé de dessiner et avais pris le parti de faire comme tout le monde, c'est-à-dire observer avec un intérêt feint la personne qui s’exprimait.
J’aurais très bien pu me replonger dans mon dessin et c’est ce que j’allais faire lorsque Monsieur Dougal me surprit par son très bref commentaire. Curieux, je lui jetais un coup d’œil pour le voir regarder en direction de la scène et je fis de même pour voir débarquer la Reine Raybrandt ! Rien que ça… Toute la famille avait été invitée ou quoi ? Très vite, la dernière arrivée donna son avis concernant la vidéo et il était évident pour elle qu’il ne s’agissait pas d’une nouvelle espère ! Bizarrement, entendre cela de la bouche acérée d’une nocturne me conforta dans le fait que je devais avoir raison. Cet homme, celui qui s’était transformé en cheval, devait appartenir à une espère encore non-répertoriée et qui, j’espèrais pour lui, ne le serait jamais !

Je baillais ensuite discrètement tandis qu’un débat assez agité avait lieu entre les scientifiques… Je me mis à observer Elecktra avec un léger sourire tout en glissant mon carnet de croquis dans ma sacoche ! J’aurais tout le loisir de terminer mon dessin plus tard… Puis, soudain, mon attention fut de nouveau attirée sur la scène où la situation dégénérait. Tous en arrivaient à se taper dessus et il était de même concernant certaines personnes du public. Je reportais mon attention sur Elecktra après avoir jeter un coup à Makayla… Très vite, je compris que le débat n’aurait plus vraiment lieu puisque les issues de secours devaien être empruntées par les personnes présentes !
*Je savais que ce n’était pas une bonne idée !*
Je soupirais, enfilais rapidement ma veste, récupérais ma sacoche mais ne me dirigeais pas vers la sortie. N’ayant pas envie de faire le tour pour rejoindre ma sirène, j’enjambais d’un saut les sièges devant moi qui avaient déjà été désertés. Je passais mon bras autour de la taille de mon cœur dès que j’arrivais près d’elle…


- Ravi de te retrouver aussi vite, dis-je avant d’ajouter plus sérieusement, et si on allait prendre l’air loin de tout ce foutoir ?



avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Messages : 1177
Membre du mois : 6
Je crédite ! : (c) LBG (c) Inconnu
Localisation : Edimbourg
Caractère : Passionné - franc - déterminé - impulsif - rêveur - souvent solitaire.
Vos Liens : Fiche - Liens - Rps - Portable - Facebook

Spoiler:
 


Humeur : A envie de changement !
Autres comptes : Dafné O'Connell & Damon Black
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Lun 6 Jan - 0:37

    La reine semblait avoir cloué le bec de tout le monde ou presque. Il n'y avait donc pas de nouvelle espèce. Est ce que c'était déjà la conclusion de ce débat ? Personne dans la salle ne semblait vouloir ajouter quelques choses en tout cas. Néanmoins, sur scène le débat eu lieu et il fut animé. Très animé, trop animé même. Qu'est ce qu'il se passait ? Non, mais je rêve, ils vont se battre ? Et oui, si au départ cela se faisait à coup de mots, sur scène, il y avait de la bagarre entre les loups et les humains. Nous étions au cirque ? Alors que je pensais que le présentateur allait arrêter tout cela, il jeta son micro au sol. Mais que se passait-il ? Le pire c'est qu'il semblerait que tout cela gagne la salle ... Mon voisin sur le siège A10 se mit à m'apostropher. Qu'est ce qu'il me voulait ? Puis il me donna un coup de poing sur l'épaule. Le léopard en moi répliqua aussitôt.

    " Non, mais qu'est ce qui vous prends ? Qu'est ce que je vous ai fait ? Vous ne savez pas qu'on ne frappe pas les femmes ... "

    Alors que j'avais envie de lui donner un coup de poing dans ces dents, je m'abstenais. Il n'en valait pas la peine, à moins que ce ne soit carrément autre chose, je ne savais pas trop ... Je me retournais, je cherchais Aaron du regard. Où était-il ? Il n'était plus à sa place, mais je fus rassurée car il était là, à côté de moi, me prenant par la taille. Il me demanda si nous allions prendre l'air, et je le lui confirmais.

    " Oui, c'est une excellente idée, allons-y. "

    Et nous sortions le plus rapidement possible de la pièce. L'ambiance n'avait pas été très bonne sur la fin, et puis, on avait déjà vu bien mieux comme débat, enfin, je ne sais pas trop, c'était bizarre. Nous n'étions pas vraiment avancé avec tout ceci. Peu importe, nous étions dehors avec Aaron, loin de tout cela à présent, et c'était tout ce qui comptait !
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Lun 6 Jan - 1:28




Chapitre 4 « L'union, même de la médiocrité, fait la force. »




J’avais de plus en plus de mal à me concentrer alors que de toutes les personnes présentes je comptais parmi celles que le débat aurait dû le plus intéresser ! Mais ce n’était pas de ma faute… C’était comme si mon esprit avait choisi de partir en vacances on ne sait où ! Tout ce que j’arrivais à capter c’était des brides de discours et une fois mis bout à bout, ça ne donnait pas grand-chose. C’est une nouvelle espèce… bla bla bla… non s’en est pas une… bla bla bla… un coup des semi-démons… bla bla bla… Je me massais les temps et me re-concentrais pour me rendre compte que mon esprit n’était pas forcément si égarer que ça. Le débat tournait en rond et même lorsque le bel apollon prit la parole, rien ne changea. *Bel apollon ?!? Hayden me tuerait s’il savait ça…*
Quelques rumeurs et murmures appelèrent de nouveau mon attention sur la scène et j’écarquillais les yeux lorsque je vis la Reine des vampires faire son apparition. Après m’être redressée dans mon siège sous l'effet de l'étonnement, je choisis de me faire petite. Il y avait décidément trop de vampires à mon goût ici ! Mon esprit allant légèrement mieux, je jetais un coup d’œil aux autres métamorphes et même si tous n’avaient pas l’air d’être à l’aise, le pire était Camille. J’avais cru comprendre lors de la réunion que notre leader avait eu à faire à la Reine des nocturnes mais je n’en savais pas plus. Et j’avais tellement peu vu les autres métamorphes depuis que je n’avais pas eu le loisir de me renseigner à ce sujet.

Les propos de la dernière venue me surprirent ! Elle déclarait qu’elle n’avait pas connaissance de l’existence d’espèce en dehors des connues et ajoutais même qu’elle ne pensait pas que cela soit le cas. Pourquoi faisait-elle ça alors qu’elle savait ? Je jetais de nouveau un coup à notre leader mais un simple regard ne m’aurait apporté aucune réponse. En parlant de regard, le mien failli une nouvelle fois s’égarer vers l’homme qui m’avait ‘‘dérangé’’ avant que le show ne commence mais le débat semblait s’emballer sur scène. Je regardais alors dans cette direction pour me rendre compte que les scientifiques en venaient carrément aux mains… et cela se propageait au public ! Cela n’avait rien de rassurant et je ressentis comme un soulagement lorsque les sorties s’éclairèrent. Il fallait évacuer la salle et c’est ce que j’allais faire.
Machinalement et sans chercher à rejoindre les autres métamorphes, j’avais pris la direction indiquée avant de prendre, pour je ne sais qu’elle raison, celle des toilettes. Je me serais rendue là-bas si un vigile ne m’avait pas dit qu’il me fallait regagner la sortie et raccompagnée. Une fois dehors, l’air frais me fit du bien et me réveilla ! Cette soirée ne serait absolument pas dans mon top 10 et il me tardait déjà de rentrer chez moi…






avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Ven 10 Jan - 21:41




Chapitre 4 « L'union, même de la médiocrité, fait la force. »



Drôle d’animal – mauvais choix d’expression peut-être ?, ce Mercutio. De ses faibles réminiscences, le changeur se rappelait de lui comme d’un sauveur excentrique et un brin décalé en comparaison à la population vampirique qu’il avait pu côtoyer. Son histoire sur les oiseaux et puis l’animalerie manquèrent de le faire éclater de rire – terrifiant d’avoir les nerfs à fleur de peau. Il se contenta d’un haussement d’épaule. Il n’a pas à connaître sa vie. Bien indiscret ce mec, non ? Ah les vampires. Ils se sont toujours crus tout permis. De toute évidence, celui-là ne faisait pas exception malgré sa gentillesse passée. Il ne pouvait plus se faire d’illusions au sujet de cette espèce de toute manière. Il ignore volontairement la question suivante de son interlocuteur – mal poli, Camille Fontayn ? Distrait par le débat et puis trop rapidement subjugué par l’apparition de la Reine. Comme si tout ne se résumait qu’à elle et l’effort qu’il devait appliquer pour ne pas se faire remarquer. Son rythme cardiaque en vrac ne l’aidait pas à faire la part des choses et à raisonner avec discernement. L’afflux de souvenirs allait jusqu’à altérer ses sens. Il avait l’impression de percevoir son odeur de là où il était. Mais c’était impossible - pas vrai ? Tous les bruits devenaient confus, sa perspicacité s’évaporait complétement. Il l’avait écouté, Elle. Mais le reste des discussions lui passa au-dessus de la tête complétement. Son voisin le tira à un moment, peut-être avait-il parlé avant ? Il n’en savait rien. D’une voix blanche, il s’entendit prononcer un léger « Qu’est-ce que tu fais ? » avant de repousser sa tentative de sortie. En soi, il allait le sauver de ce qu’il avait été mais le métamorphe ne supportait clairement pas le moindre contact physique – surtout pas avec un buveur de sang. De quoi se mêlait-il ? Le français voulut se rasseoir quand tout dégénéra. Il n’avait rien suivi de la fin du débat. Espèce dévoilée ou non ? Dans un spasme, ses yeux fouillèrent l’assemblée en quête des siens et surtout d’Alan. Il le connaissait suffisamment pour évaluer la situation en voyant son attitude mais les gens commençaient à s’agiter et à déserter. Au milieu de la panique, il ne parvint pas à l’entrevoir suffisamment.

Un coup d’œil vers l’estrade suffit à le faire lentement remuer vers la sortie. Il fallait qu’il s’éloigne de Krystel Raybrandt au plus vite. Son instinct de survie se cognait à celui de protection envers les métamorphes mais de toute évidence, rien de fâcheux ne s’était encore produit. Enfin… Où était Dafné ? Il n’en savait rien. Peut-être déjà sortie ? Et Guillemaud ? Il n’eut pas le loisir de le savoir car on le bouscula suffisamment pour qu’il se sente forcé de battre en retraite. La plupart des changeurs avait réussi à partir – leur sixième sens animal n’y était pas étranger ainsi que leur esprit de conservation très développé. Lui-même, une fois qu’il fût dehors, n'eut que l'envie de fuir le plus rapidement possible. En bonne vieille proie, il s’évapora au milieu des silhouettes et se réfugia dans sa voiture. Conduire vite et rentrer dans son appartement là où elle ne pouvait pas l’atteindre. Enfin – ses sbires… L’oiseau fit tomber trois fois ses clés avant de parvenir à se calmer suffisamment pour faire démarrer le moteur et quitter l’endroit. Mauvaise idée. Très mauvaise idée d’être venu.


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Ven 10 Jan - 22:29

Le gars ne m'avait pas répondu sur son lieu de travail... sa prudence cachait quelque chose, mais quoi ? C'était dingue cette odeur de volatile qu'il transportait... j'avais vu aussi que mon boss était passablement énervé, à moins que ce ne soit de la contrariété. Je me demandais pourquoi ? à cause du départ du tueur ? Maintenant, debout, tournant le dos à la scène, je vis que Yâquov n'était plus là.

* Sans doute dans le hall... ou près d'une sortie... *

Camille hésitait à sortir, visiblement surpris de ma proposition de l'escorter hors de la salle... Je lui répondis :

- Je te donne ta chance, mon vieux... tu la saisis ou pas ?

Instinctivement, je n'avais qu'à peine murmuré ces mots, comptant sur le peu de lumière pour qu'il lise ma réponse sur mes lèvres. Moi, perso, je pensais que ça tournait au vinaigre, et que surtout, on nous cachait quelque chose. La Reine savait un truc qu'elle ne voulait pas partager... et le mal être passable de mon voisin ne faisait que confirmer mes soupçons... Il se leva, finalement. Je me tenais entre lui et la scène. Il voulait échapper à quoi ? Alors que nous remontions l'allée, je lui murmurais :

- De quoi as-tu peur ? Que caches-tu ?

tout en songeant que probablement, il ne me répondrait pas. J'étais un vampire. Autant dire que, pour lui... j'étais la mort, ou un truc approchant. Un truc dégoûtant... je me souvins de ce que je ressentais pour les vampires avant mon Etreinte. de la peur. du rejet. le désir de protéger mes concitoyens de ces horreurs. Fini Dracula et les errements maladifs d'écrivains en recherche d'ados à faire flipper. Tout était devenu réel, et bien pire que les imaginations les plus folles avaient pu présenter. A présent dans le hall d'entrée, tenant toujours mon "homme sentant le perroquet" par la coude, les gardiens nous laissèrent passer, pensant sans doute à quelque expulsion rondement menée. Plus que trois mètres avant la porte vitrée donnant sur la rue.

- Je comprends ta gêne. Je te répugne. Pire, peut-être.

Je m'arrêtais d'un coup, l'obligeant à faire de même, ma poigne fermée sur son coude, l'empêchant de gagner l'extérieur si proche... ça devait être horrible pour lui. Je plongeais mon regard dans le sien, mais sans user de quelque ruse vampire que ce soit, pas d'hypnotisme, ni rien d'autre. D'homme à homme. Confusément, je savais que je venais de lui sauver la vie, ou au-moins, la mise. Sans doute, je venais de me mettre à dos des gens bien plus puissants que moi, qui eux, savaient qui était mon "oiseau" sans ailes -tout en espérant qu'"ils" n'aient pas remarqué que je leur ôtais le poulet de la bouche-... Je venais encore de me mettre dans le pétrin.

* Super... *

Mon regard se fit las. Le gars voulait sortir, ça se sentait. Je lui fis franchir le dernier poste de garde. L'air frais nous saisit. Je lâchais son bras. Il s'envola, disparaissant dans la foule qui déambulait ce soir là... Si j'avais été méchant, je lui aurai fait remarqué qu'il me devait une vie... mais je n'étais pas ce genre de mec... Pas de traces de Yâquov... quel lâcheur celui-là ! à moins qu'il n'ait reçu des ordres du Général ?... Je retournais dans la salle et me rassis, en me coulant des les ombres qui me protégeaient. Julien n'avait pas bougé, mais peut-être avait-il pris la parole pendant ma petite balade ? que c'était-il passé pendant ces trois ou quatre minutes d'absence ? déjà, pas mal de gens s'étaient barrés... pourquoi ? j'avais raté un truc ?

* C 10... *

Curieux que je sois placé si loin de mon maître à penser... Se posait-il cette question, lui aussi ? et le blondinet... où s'était-il sauvé ? avais-je dis un truc qui l'ait vexé ?... Je relevais discrètement un peu la manche gauche de ma veste, découvrant la trace de brûlure de mon poignet. La douleur avait disparue, mais la présence de cette peau martyrisée me rappela qu'être vampire n'avait rien d'un rêve mais tenait plutôt du cauchemar... Bizarrement, j'aurai tant voulu avoir une conversation avec Camille... mais lui ne pensait qu'à fuir. A fuir qui .... ? je me promis de poser bien des questions à Guillemaud, dès que nous serions hors de portée d'oreilles indiscrètes... ce que cachait la reine, ce qui l'irritait tant, s'il connaissait Camille, s'il avait une idée sur cette odeur persistante de pigeon... enfin, de plume, quoi... Oui... j'avais hâte que tout se termine, car visiblement, tout le monde mentait éhontément ici : un scientifique à la noix, des nobles non-morts, des représentants de la PES...

* Breuhhh.... de quoi vous donner froid dans le dos ! *

Mes pensées retournèrent au Prince... Qu'aurait fait William Raybrandt dans cette situation ? Qui interrogerait-il ? comment s'y prendrait-il pour... mon regard sur la scène se brouilla, même si, discrètement, je conservais un oeil sur le Général. Après tout, j'étais son bras droit, non ? je devais me reprendre. Je lui dirai que je ne me sentais plus d'être son aide de camp, que je... que je... n'étais pas à la hauteur, que... je voulais partir d'ici.

* Quoi ?!!!! et pour aller où ?!!! Julien est ma chance d'intégration ! *

Ouep... mais toute la question était... voulais-je vraiment être un vampire. Un vrai, s'entend... ces questions sur le bourrin m'en faisaient poser plein sur mon propre état et provoquait en moi des vagues de sapes terrifiantes qui érodaient dangereusement le peu de certitudes que m'avaient donné les Années Sanglantes.

Je fus brutalement sortit de mes pensées par une alarme, pourtant, je ne bougeais pas tout de suite, regardant les gens sortir, guidés par le personnel, puis m'assurant de la position de Julien, je fis tout pour me trouver à ses côtés en haut des marches.

hrpg : oups ! j'ai édité pour noter ma sortie (oubliée...) - pardon...


Dernière édition par Leslie Ryan Anderson le Sam 11 Jan - 23:03, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Ven 10 Jan - 22:57

Toujours calée dans son fauteuil, attentive au moindre détail et captivée par la présence de la Reine vampire sur le plateau, Eva ne sentit pas tout de suite le vent tourner alors que le débat s’animait de plus en plus. Jusqu’à ce que le ton monte un peu trop à son goût, réveillant sa méfiance naturelle. Quelque chose clochait, c’était évident et il y avait qu’une seule sous-espèce aussi terrible qu’ignoble capable d’attiser ainsi la haine et le malheur.

Alors que les intervenants en venaient aux mains sur la scène mais aussi dans la salle, la jeune femme se laissa emporter par une vague d’agacement. Elle gifla un gaillard placé derrière elle qui non seulement jurait comme un charretier, mais en plus, avaient des gestes colériques à l’égard de d’une voisine qui la firent sortir de ses gonds. La bouffée de haine qui l’avait submergée se dissipa d’un coup, s’envolant aussi rapidement qu’elle était arrivée. Sur la scène, ce qui devait être la responsable de tout ça gisait à terre, assommée proprement par la reine en personne.

Même si la foule se calmait quelque peu, le personnel de la salle pria les convives de bien vouloir sortir du bâtiment. Le débat s’arrêtait là, sur un final des plus pathétiques. Quelle farce ! Tout ça n’avait servi strictement à rien. Personne n’en savait plus sur ce mystérieux homme-cheval qui avait fait son show au musée cet été, il pouvait continuer à gambader où il le souhaitait en toute quiétude, lui comme ses semblables, qu’ils soient démons ou d’une nouvelle race.

Fatiguée, encore énervée, sa main se cala contre sa hanche, machinalement. Mais elle n’y trouva rien d’autre que la douceur de ses collants. Pas de flingue, pas de chance de dégommer le mal personnifiée qui se pavanait sans gêne à quelques mètres d’elle. Bon dieu comme elle aurait aimé pouvoir venir armée et tenter sa chance. Il aurait suffi d’un instant, une seconde, une seule balle. Chassant ses idées noires d’un geste las, Eva regagna la sortie non sans un dernier coup d’œil à la reine.

Une petite pause cigarette devant l’enceinte du bâtiment lui ferait le plus grand bien et lui remettrait les idées en place. Elle n’avait plus le cœur à rentrer chez elle. Pas encore.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Sam 11 Jan - 22:58

    Un regard vers Julien, je ne savais même pas pourquoi je cherchais son regard. Je me demandais s’il comprendrait mon ressenti. Et pourquoi ? Je n’en savais strictement rien. Pour qu’il puisse me soutenir dans ce que j’étais en train de vivre. J’avais pris une grosse claque dans la gueule par la Reine en personne. Je détournais le regard pour chercher quelque chose dans les yeux de ma sœur, Morgane, et me disait que j’aurais mieux fait de ne pas prendre la parole. De rester discrète et muette comme elle. J’avais l’impression d’être le dindon de la farce, là la dinde de cette émission. Je ne savais rien de ce qu’il s’était produit ce soir-là, je ne savais pas ce qu’il s’était passé pour que l’homme se change en cheval. Pour moi c’était une nouvelle espèce pure et dure. C’était tout à fait possible mais du moment que la Reine avait fait son entrée, elle avait cassé tout ce que j’avais dit plus tôt. Je n‘avais pas apprécié qu’elle brise d’un seul coup mes paroles et qu’elle avoue en public que je n’étais pas grand-chose finalement. J’étais jeune oui, mais dans ce cas pourquoi étais-je là ? Seulement par le statut de Princesse ? Je ne supportais pas de ne pas être au courant de quelque chose, et a première vue, la Reine savait quelque chose. Et l’ignorance ne m’allait pas ce soir, je n’aimais pas m’afficher en public de la sorte. Moi qui faisais toujours attention à mon image… je ne savais comment récupérer cela…

    La Reine faisait au moins une heureuse alors que je tentais d’afficher toujours un léger sourire et de rester de marbre malgré toute la fureur et la confusion en moi. Jezabelle… toute excitée, voire trop à mon goût sur les dires de Krystel. Elle prenait son parti à cent pour cent et envisageait même d’autre chose en parlant des semi-démons. Les prendre vivants disait-elle pour les étudier ? Pourquoi pas, c’était vrai qu’il était traqué et généralement tué, mais Kimberly n’avait pas tout à fait tort non plus. Ça allait à l’encontre de plusieurs principes, même si en réalité ce n’était pas les miens, pas ceux des vampires. Les semi-démons je m’en fichais éperdument, en ce qui concernait leur mort en tous les cas. Car ils étaient un sérieux problème, il ne fallait pas le nier. C’était animé sur le plateau, on ne pouvait pas dire l’inverse, j’écoutais et mon regard suivait les paroles avant que cela ne dégénère franchement. Je les vis se lever et ne fis rien pour le moment, s’ils allaient se battre et bien soit, et puis Krystel était la plus haut placé pour arranger les choses. N’était-elle pas là pour cela ? Oui je lui en voulais, je lui en voulais d’avoir parlé de moi de la sorte devant des milliers de téléspectateurs. Je la respectais pourtant, je l’aimais aussi, mais je n’avalais pas son entrée tout simplement. Si seulement elle m’avait briefé sur cette soirée…
    Soudain je me lève, prise d’une folie meurtrière alors que je prends le cou du présentateur qui s’excitait sur son micro qu’il avait jeté, avec une rapidité folle. Je lui serrais le cou alors que ma bouche s’approche dangereusement de sa joue pour descendre doucement. Mes crocs sortirent alors qu’enfin tout redescende et que je reprenne contrôle de moi-même et prenne conscience aussi de ce que j’avais fait. Je lâche le présentateur alors que j’entends seulement l’alarme parvenir à mes oreilles plus qu’experte. Tout le monde est évacué. Je lâche un regard vers ma Mère, ne comprenant rien de ce qu’il vient de se passer, cherchant dans son regard quelque chose qui pourrait me permettre de comprendre, avant que finalement on nous oblige à partir vers la sortie. J’essaie de chercher en même temps du regard Julien qui devait être dans les tribunes, mais je fus bien vite dehors alors que j’étais totalement désemparé. Que venait-il de se passer ? Il faudrait vraiment que j’arrive à avoir une discussion avec ma Mère, sur tout un tas de choses en réalité.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Dim 12 Jan - 1:41


Tout à mes réflexions quant à mon attitude qui était un véritable échec ce soir, je gardai le regard sur notre Reine. Non pas pour tenter d’accrocher son regard par lequel elle ne manquerait pas de m’indiquer sa déception mais bien plus dans le but de graver en mon esprit ses paroles et instructions. Par sa visite inattendue dans les locaux de mon entreprise Krystel m’avait apporté la réponse qui nous faisait défaut à Jana et moi, me concernant en tout cas. Par conséquent je savais dès lors ce qu’elle attendait de moi pour qu’elle accepte de me donner la main de sa fille mais n’avais pas encore eu le temps d’en informer cette dernière.

Dans le même temps j’écoutai aussi d’une oreille ce qu’il se disait sur scène, ayant décidé de ne pas reprendre la parole pour à nouveau me planter. Passer pour un incapable une fois m’avait suffi et cela n’était guère plaisant, autant ne pas me décrédibiliser davantage. C’est donc en écoutant les différents intervenants que j’esquissai un léger sourire aux paroles de ces derniers, notamment de la scientifique humaine. En repensant à ma dernière rencontre avec Makayla et à ses méthodes dont elle m’avait offert le spectacle, j’étais à peu près certain que la PES ne devait pas se gêner pour effectuer des recherches sur les démons qui tombaient entre leurs mains. Cependant il semblait qu’ils soient devenus plus discrets sur leurs secrets, du moins davantage qu’à propos de la fameuse vidéo qui était à l’origine de cette soirée.

Comme de vulgaires animaux qu’ils étaient les différents invités, à l’exception de nos dirigeantes, se mirent à monter le ton et même à en découdre physiquement. Pendant cela je fus moi-même pris d’une rage sourde, montant peu à peu en moi, occultant à mes oreilles le vacarme ambiant, synthèse sonore du bordel qui animait chacun de ceux présents. Tournant ma tête à droite je vis les cinq sièges près de moi vides et me tournai donc de l’autre côté pour voir que la personne à ma gauche ne s’était pas encore carapatée. Affichant un large sourire carnassier je commençai à planter mon regard dans le sien, dévoilant mes crocs à son regard. Mais avant que je ne l’hypnose pour laisser place à mon envie de goûter à son sang, tout ceci s’évanoui aussi vite qu’il était apparu. Je fus le premier surpris par ce comportement qui m’était étranger.


C’est vraiment le bordel ici, rentre chez-toi et oublie cette minute. dis-je à l’attention du spectateur qui était à ma gauche, ayant à présent repris le contrôle de moi-même. Reposant mon regard sur la scène je vis Jana qui lâcha le cou du présentateur et sa mère qui venait d’assommer une des scientifiques. Etait-ce là une coïncidence de timing ou au contraire la manifestation du pouvoir d’un démon ? Revenant au reste de la salle je pris conscience que la foule avait commencé à évacuer les lieux et décidai d’en faire de même. Je me levai après avoir jeté un dernier regard vers la scène qui était désormais vide, les invités ayant probablement déjà été évacués, et remontai l’allée peu à peu en prenant garde à ne pas blesser un humain au passage.

Arrivé au bout des tribunes je fus rejoins par Leslie mais pas par Yaâqov qui semblait avoir disparu de la circulation. Je n’eus pas besoin de prononcer un mot pour que mon bras droit se mette à me suivre au travers de la foule, quelques pas derrière moi. Leslie progressait au gré du temps, non sans certaines difficultés. Mais il semblait motivé et de ce fait je lui donnai sa chance.

Ainsi escorté par mon second j’évoluai jusqu’à me trouver à l’air libre et parmi la foule des spectateurs qui cherchaient à comprendre l’ensemble des faits de cette soirée, aussi bien la tournure du débat que ce qu’il s’y était dit. Pour ma part je cherchai Jana mais trouvai quelqu’un d’autre dans un premier temps en la personne de ma cible d’un soir. En m’approchant discrètement d’elle de manière à demeurer invisible à ses yeux, je passai suffisamment près d’elle pour lui murmurer quelques mots à l’oreille qu’elle seule serait en mesure d’entendre mais inconsciemment.


44-131-XXX-9191. Contacte-moi demain soir pour me rencontrer. Je sais que tu en meurs d’envie. lui murmurai-je donc avant de m’évanouir parmi la foule, suivi tout aussi discrètement par Leslie.

Un léger sourire aux lèvres, je me mis de nouveau à la recherche de Jana et finis par la trouver. Je m’approchai d’elle et passai un bras autour de sa taille avant de m’adresser à elle.


Etrange soirée ma chère, tu ne trouves pas ? Nos prises de paroles respectives n’ont pas plus à ta mère et ce débat a failli tourner au massacre. Bien triste bilan.

En dépit de cela j’aimerai te parler de quelque chose, serais-tu libre ce soir ?
lui demandai-je proche d’elle. Quelle que serait sa réponse je m’en accommoderai car ce dont je voulais lui parler n’était pas urgent en soit mais nécessitait néanmoins qu’on en discute. Cela ne pourrait qu’être bénéfique pour nous deux assurément.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Dim 12 Jan - 2:09


Tout comme moi Eva semblait s’emmerder ce soir, mais bon cette nana semblait avoir encore plus de mal que moi à s’intéresser à quoi que ce soit. Depuis notre dernière entrevue nous n’avions pas vraiment eu l’occasion de discuter un peu elle et moi et je ne pouvais pas vraiment dire que cela me manquait. Elle était à mon goût trop endoctrinée par l’Eglise et ne semblait pas en mesure de s’en détacher aussi ne comptai-je pas l’intégrer dans l’immédiat à mes futurs projets.

Lorsque les intervenants se mirent à échanger sur d’éventuelles recherches sur cobayes vivants je ne pus m’empêcher de laisser échapper un ricanement. Si seulement ces blaireaux savaient quel traitement nous réservions à ces enfoirés de semi-démons. Pour ceux qui survivaient à leur interpellation, les choses ne devenaient pas forcément plus faciles après. Oh non, leur incarcération dans la prison secrète qui leur était réservée ne devait franchement pas leur plaire, quand bien même ces connards étaient tarés. Les civils pensaient-ils réellement qu’aucune recherche n’était effectuée sur les démons ? Pitoyable…

Une excitation inattendue me prit aux tripes lorsque la scientifique humaine décida de s’attaquer à son collègue lycan. Ce même sentiment lorsque j’assistai à une époque à des combats de boxe clandestins. A tel point que lorsque l’enfoiré assis derrière moi donna un coup dans le dossier de mon fauteuil, je me levai et lui fis face.


T’as un problème connard ? Tu veux peut-être que je t’apprenne à faire gaffe. lui dis-je sans aucune politesse tandis que je vis vaguement que ma voisine venait de filer une claque à un gus. Mon interlocuteur prit la mauvaise décision en s’imaginant que j’allai m’aplatir devant lui s’il gueulait plus fort que moi et en voulant m’attaquer. J’usai d’une esquive de karaté pour lui coller un pain et l’immobiliser autant que possible en dépit de mon fauteuil que j’avais enjambé de sorte à me trouver à ses côtés avant la « bagarre ».

T’es calmé maintenant mon pote ou je t’en fous un autre ?

C’est alors que l’excitation retomba aussi vite qu’elle était apparu. Pour ma part je restai prêt à poursuivre la baston avec mon adversaire mais ce dernier décida de battre en retraite et s’éclipsa rapidement vers la sortie. Pour ma part je jetai un regard circulaire sur la salle et les individus qui s’y trouvaient encore.

*Qu’est-ce que c’est que ce bordel ?* pensai-je en me dirigeant à mon tour vers les issus de secours.

Une fois à l’extérieur je m’allumai une clope salvatrice et savourai la première bouffée en fermant les yeux. Une fois ceux-ci ré-ouverts je progressai tant bien que mal parmi la foule et décidai de passer quelques coups de fils à quelques agents de la PES pour tenter de tirer cette histoire au clair.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   Lun 13 Jan - 9:49




Chapitre 4 « L'union, même de la médiocrité, fait la force. »


Je râlais, et si ça avait un peu amusé Kate au départ, je compris rapidement que ça commençait à l’énerver, vu les regards noirs qu’elle ne cessait de me lancer. Mais ça ne changeait rien au fait que je râlais, en appuyant de plus en plus violemment sur ce bouton qui refusait de me laisser la parole. A croire qu’il était amorphe, à croire qu’il était saboté. Voilà que je pestai davantage, en le tapotant dans la paume de ma main pour lui remettre les circuits en place. « Pourquoi faut il que j’aie la poisse au mauvais moment… » J’étais prêt à le démonter pour regarder les piles quand j’entends Jezabelle qui raconte des c#nneries inversement proportionnelles à la taille de son cerveau : ce qui laissait imaginer leur importance. Jez’. Une petite pimbèche opportuniste, voilà ce que tu es. « Ca ne m’étonne pas d’elle… Toujours à lécher les bottes des autres pour monter en grade. C’est pat… » l’autre scientifique, celui du trio que je ne connaissais pas, venait de la couper, de me couper d’ailleurs, aussi, pour me laisser coi. Pardon ? Cobaye humain ? « Mais qu’il est c#n. Quand elle dit matériel sanguin, c’est juste des échantillons de sang, on compte pas l’éviscérer, nous ne sommes pas des vampires aux dernières nouvelles… » Ah ben voilà, cette personne était inconnue de ma mémoire, mais déjà je la classais dans la catégorie « stupide » doublée de celle des « crétins » profonds. En soi, elle rejoignait la grande famille de la plupart des personnes qui avaient dit une bêtise devant moi, et elle rejoignait donc Jezabelle. Mais était-ce utile de le penser ? Je levais les yeux au ciel. Pas besoin de mettre les gens en cage, mais elle voulait quoi, provoquer une réaction de colère chez les péquenots sans culture que nous étions ? Qui donc allait croire qu’il fallait des trentaines de litres de sang pour analyser le code génétique d’une espèce ? C’était ridicule, c’était stupide… Ce qu’il fallait, à la rigueur, c’était des dizaines d’échantillons de salive ou de sang, de dizaines de personnes, d’une même espèce. Là, on pouvait établir des ressemblances génétiques inhérentes à une espèce donnée, et les différences entre les individus d’une même espèce. On pourrait même voir tout ce qui était épigénétique, dans le cas des métamorphes, je pensais notamment à ce qui était lié à l’animal de prédilection de la transformation. Dans tous les cas, le débat était de plus en plus stupide, et je me levai, exaspéré, pour attirer l’attention – que ce fichu boitier m’avait refusée – de ces crétins qui n’y connaissaient rien. « Mais vous êtes ridicules ! Vous donnez l’impression d’être deux pokémons en train de débattre de physique quantique. » Kate se prit la tête entre les mains à côté de moi, et dut dans un même temps se réjouir du chaos qui régnait dans la pièce et qui avait totalement étouffé mes mots exaspérés. Pas tout à fait, d’ailleurs, puisque mon voisin de devant se leva et se retourna pour m’apostropher. Il semblait presque décidé à en venir aux mains, et sans l’intervention gracieuse du vampire à qui je devais ce pansement au cou, qui voulut nous faire peur, nous attaquer ou simplement me lancer un avertissement, je lui aurai fait cet honneur avec joie. Soudain, tout disparut. Un calme violent venait de s’abattre sur l’assemblée, et j’observai la scientifique inconnue, inconsciente, à terre. Mes yeux croisèrent notamment ceux de la vampire, qui devait être bien satisfaite d’être l’héroïne de la soirée, avant de se reporter sur Kate. La bousculade l’avait épargnée, mais je vis dans ses yeux de la fatigue et un ras-le-bol évident. Je l’aidai à se relever, avant d’apostropher les gens pour qu’ils nous laissent passer, sans hésiter à jouer des épaules pour nous tracer un passage dans la foule. Au moins, puisque les portes de sortie d’urgence étaient ouvertes, nous n’avions pas toute la salle à retraverser. C’était déjà ça de pris.


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Mission Chapitre un : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]
» Mission Chapitre Quatre : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]
» Mission Chapitre trois : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]
» Mission Chapitre deux: « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]
» L'union fait la force.... Oui ! Mais....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: West End :: Immeubles
-
Sauter vers: