AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Promentory [Livre II - Terminé]
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageSujet: Re: Promentory [Livre II - Terminé]   Ven 6 Déc - 22:30


    Aucun souvenir, d’aucune sorte avant l’âge de 31 ans. S’il n’y avait pas eu Torben pour me faire part de mes zones d’ombre j’aurais continué ma vie quand même, ne me souciant guère d’avoir été une humaine avant. Pourquoi diable y penser alors que j’avais une tout autre vie désormais ? Une éternité devant moi pour faire tout ce que je souhaitais, tout ce que je désirais. Et c’était ce pourquoi j’avais cédé volontairement à Torben. Le fait d’envisager un mariage avec Julien me l’enlèverait totalement. Je ne pouvais résister trop longtemps car je le voulais un peu pour moi. Oui, c’était cela, le vouloir même entièrement, sans aucun sentiment, sans douceur, mais cela me permettait de l’avoir quand même. Ce serait sûrement la dernière fois, car tout ceci était dangereux. Si seulement il n’était pas avec la Reine, si seulement il ne s’opposait pas à ce mariage. Qu’avait-il donc à part qu’il se haïssait l’un l’autre ? J’avais l’impression d’être au cœur d’un espèce de carnage alors que je n’en voulais provoquer aucun. Il y avait beaucoup de chose à faire avant que la Reine n’accepte le mariage. Car oui, il fallait convaincre la Reine, Torben dans tous cela n’était rien de plus qu’un simple servant. Inutile dans cette circonstance. Je ne devais rien lui prouver, et surtout pas lui faire croire ni même lui montrer une once de faiblesse. Ceci par pure fierté, et je ne voulais pas que mes pensées, mes gestes soient parasités. Mais pour le moment, je profitais de ce corps nu, totalement nu.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promentory [Livre II - Terminé]   Mar 10 Déc - 19:38

[HJ ; désolé pour la qualité, j'essaie de faire comme je peux  ]




_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Promentory [Livre II - Terminé]   Mer 11 Déc - 18:48

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promentory [Livre II - Terminé]   Mer 11 Déc - 22:04


_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Promentory [Livre II - Terminé]   Ven 13 Déc - 11:59

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promentory [Livre II - Terminé]   Ven 13 Déc - 18:29

    [justify]



_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Promentory [Livre II - Terminé]   Ven 13 Déc - 23:28

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promentory [Livre II - Terminé]   Sam 14 Déc - 11:27




    | Pourquoi es tu si cruelle ? Tu as aimé chaque instant de ce qu'il vient de se passer. Tu as aimé que je te séduise, comme tu as aimé me voir me battre et vaincre. Tu as aimé que l'on baise, tu as aimé ce sentiment de perdition pendant qu'on l'a fait. Je ne vois plus rien dans tes yeux, je n'y vois rien de ce que j'y voyais autrefois. Pourtant, je le sais, je le sens. Tu n'es pas avec moi comme avec les autres. Aurais tu embrassé ainsi une pomme lambda ? J'en doute. |


    Je l'embrasse encore, presque du bout des lèvres.


    | je sais que tu m'aimes encore, Jana. Alors pourquoi veux tu à tout prix t'éloigner dans les bras d'un vampire qui ne désire rien d'autre que la légitimité de ton pouvoir? |


    Je reste collé à elle, nos deux corps nus étalés sur le lit, mon corps brûlant sur le sien qui se tièdit peu à peu pour redevenir froid.

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Promentory [Livre II - Terminé]   Sam 14 Déc - 12:24




    Je restais stupéfaite par ses mots, même si je restais tout autant impassible extérieurement. Il me donnait du fil à retordre, essayant peut-être de m’avoir autrement alors qu’il était toujours sur moi, me provoquant toujours un pur désir. J’aimais sa proximité, ce pourquoi j’avais essayé de garder mes distances, mais même lui était aussi désireux. Et au vu de ses paroles, j’étais de plus en plus en train de me dire que cette partie de jambe en l’air était une erreur, quand bien même j’avais adoré. Je ne pouvais le nier, il avait entendu mes cris, mes gémissements, mon corps tout entier le désirer ardemment. J’enfonce mon regard dans le sien.

    « Je ne suis pas aussi cruelle que tu le penses. J’ai aimé que tu me séduises, mais tu me connais parfaitement bien pour savoir que j’aime la séduction. » Je fis une pause alors que ma main sur sa nuque revint vers l’avant pour lui caresser la joue. « As-tu déjà croisé une femme qui n’aime pas le sexe ? J’ai aimé, mais détrompe-toi, c’est ce que je peux faire avec un autre homme… »

    Je lui mentais, à l’évidence. Mais il partait un peu trop loin à mon humble avis. Déjà qu’il était une épine dans ma main, il devenait bien plus à présent des ronces qui pouvaient m’engloutir complètement. Non, je me devais de l’arrêter sur cette voie. Ses lèvres touchent encore les miennes, pour le moment je reste immobile, mais ses prochains mots mettront un profond gouffre entre nous. Je le pousse brutalement en arrière et il atterri à l’autre bout du lit, sur le dos, tandis qu’avec une rapidité extrême je me mets sur lui, mes deux mains sur chacune de ses épaules.

    « Tu ne peux pas la fermer ? Qu’est-ce qui te dérange tant ? Satisfais-toi de ce que nous venons de faire et épargne-moi tes belles paroles. » Je fis une pause pour me pencher vers lui doucement. « Ça te dérange que je sois aussi sûr de moi pour Julien, n’est-ce pas ? »

    Aussitôt, j’étais debout à côté de mon armoire pour l’ouvrir et enfiler une chemise de nuit en soie d’un blanc presque transparent. Ca y est, j’avais pris mon pied et désormais il fallait que je fasse extrêmement attention. La proximité avec lui n’était pas mon fort, je le savais. Il avait le don de m’agacer par bien des points, surtout celui concernant mon futur mariage.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promentory [Livre II - Terminé]   Sam 14 Déc - 12:53

    Je savais que je venais de lâcher une bombe, mais j'avais envie de voir comment Jana réagirait, comment elle allait prendre position. J'étais venu pour ça ; tout ce que nous avions fait au final n'était jamais qu'un prélude pour ce moment. Il avait fallu que je passe par toute une série de tests pour pouvoir définir au mieux ce qu'elle voulait de moi, ce qu'elle retirait du plaisir que je lui procurais. Je la sentais se bloquer très concrètement entre mes bras, comme si elle se figeait de colère, ou de peur, ou de dédain. Dans tous les cas ce que je disais la heurtais. Je savais très bien que son regard sombre qui accrochait le mien allait au devant de ce qui allait caractériser probablement une explosion. Jana m'expliqua qu'elle n'était pas cruelle, et qu'elle avait aimé que je la séduise, mais elle tempéra tout aussitôt en disant qu'elle aimait de toute façon la séduction. Elle me caressa la joue, la nuque, et elle me dit qu'elle avait aimé ce que nous venions de partager comme l'aurait fait n'importe quelle femme pour la compagnie de n'importe quel homme. Etait ce la vérité ? Elle semblait sincère, mais je savais qu'avec les vampires en général et elle en particulier on ne pouvait pas se fier à leurs paroles. Ils jouaient sur bien des plans. Je soutenais son regard sans faillir, toute chaleur, toute proximité disparaissant progressivement sur mon visage. Elle voulait vraiment jouer à cela ? Le plateau de notre jeu d'échec se bouleversait progressivement, mais j'étais persuadé que mes réserves allaient pouvoir fonctionner pour un dernier coup de maître.


    | D'accord. Tu me dis que ce que nous avons fait ce soir n'était que normal. Que tu as des besoins et qu'au titre de ma nature d'humain, je t'ai satisfaite. Je comprends, Princesse, je comprends très bien. |


    Mon ton était suave, mais empli d'une certaine méchanceté contenue. La belle me repousse brutalement en arrière et je vole deux bons mètres plus loin. J'attéris sur le lit ; diable que ce mobilier est vaste ! Sa rapidité extrême de vampire, que je suis du regard uniquement parce que je ne suis plus non plus totalement humain, l'amène à se mettre sur moi à nouveau, dans une parodie de position sexuelle alors qu'elle me maintient sur le lit par le biais de ses mains sur chacune de ses épaules. Toute trace d'amusement ou de complicité a disparu de son attitude. Comme de la mienne. Elle me parle avec brutalité, me disant de la fermer. De profiter de la partie de jambes en l'air ue nous venons d'avoir sans me faire d'idées sur la suite. Elle me parle de Julien, et je soutiens son regard du mien, le vrai, je ne me pare plus d'un masque. Le fond de mes pupilles est bien plus dénué d'âme que les siens c'est un fait. Mais c'est ce qui me rend efficace. Elle part se rhabiller d'une parodie de vêtement, qui couvre à grand peine ses formes généreuses et la couleur de sa peau, qui rendraient fou n'importe quel homme.


    | Ce qui me dérange autant ? Tu demandes encore ? Ma femme va encore en épouser un autre. Alors que je sais, que je sens que tu m'aimes toujours. Mais dans ce cas, si les choses sont claires pour toi, je m'adapterais comme je l'ai toujours fait. Après tout, la Reine n'a t-elle pas donné son autorisation pour que je m'unisse avec Cora, et que l'on ai des enfants ? Peut être que c'est la solution, ce que tu proposes. Une cassure nette. Tu feras ton petit jeu politique de ton côté. Je ferais ma vie de l'autre. |


    Je m'approche d'elle, me plantant juste devant son corps. Je viens lui murmurer à l'oreille


    | Tu me repousses, soit. Je me suis battu pendant des années pour t'avoir à nouveau. J'ai parcouru tout un continent pour te venger, je suis devenu fou de ta disparition. Je t'ai aimée et je t'aimerais toujours. Je suis passé par le fer et le feu pour te retrouver, j'ai enduré mille morts. Mais tu préfères poursuivre ta route. Soit. |


    Je me recule, en continuant de lui faire face.


    | Puisque tout ce que j'ai fait aura été vain... j'espère que cette union t'apporteras ce que tu cherches. Quant au reste, tu recevras un faire-part pour mon propre mariage au manoir royal, et tu en recevras un aussi lorsque Cora mettra au monde notre enfant. |

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Promentory [Livre II - Terminé]   Lun 16 Déc - 11:16

    Je n’explosais pas. Pas encore du moins. C’était vraiment une épreuve pour moi que de l’avoir dans une seule et même pièce. Il faisait tout pour me tester, du moins c’était mon ressentie. Je faisais pareil, je ne pouvais donc pas lui en vouloir. Mais je ne pouvais me résoudre à lui dire réellement ce que je pensais, car ça me mettrait dans une situation plus que délicate et qui entraverait tout ce que j’avais déjà prévu. Ne pouvait-il seulement se satisfaire de ce qu’il pouvait avoir et rien de plus ? Ses paroles m’exaspérait de plus en plus, car non seulement elle n’était pas totalement fausse, mais surtout parce que j’avais l’impression d’être transparente à ses yeux. Je n’aimais pas qu’on puisse lire en moi, pourtant je faisais tout pour lui prouver le contraire de ce qu’il avançait. Je soutenais son regard alors qu’il répondit à mes paroles un peu crues sur ce que nous venions de faire. A cet instant, j’avais été cruel oui, surtout connaissant vraiment ce que je ressentais. De par ses mots, son tons, je ressentais qu’il n’était plus du tout le même. Une certaine méchanceté gâchée, tout comme ma propre exaspération que j’essayais de contenir. En vain. Mes gestes avaient raison de tout ce que je ressentais, c’est pourquoi je l’avais violemment poussé pour le bloquer avant que l’impulsivité ait raison de moi. Il fallait que je me reprenne, quel homme était-il pour me mettre dans cet état ?

    Pour moi c’est la fin. Le fait que j’enfile une chemise de nuit le lui prouvait et lui indiquait indirectement la sortie. J’aurai été étonné qu’il parte sans rien dire, mais terriblement soulager. Pourquoi ? Parce qu’il devenait plus qu’une épine, je devais me l’enlever rapidement, quand bien même notre union m’avait rendu folle. J’aurai cependant dû garder mes questions pour moi, car je lui donnais un chemin propice pour continuer dans sa lancée. Je ferme la ceinture lentement, alors que j’entends ses paroles trop distinctement. Sa femme ? Il me considérait toujours comme sa femme ? Comme c’est étrange sortant de sa bouche… surtout que je n’avais aucun souvenir de l’être finalement. La suite eut comme conséquence de m’arracher la chair, j’avais arrêté mon mouvement de laçage de ma ceinture, me figeant un moment. Cora n’est-ce pas ? Un sourire étira un coin de ma lèvre alors qu’il s’avance jusque devant moi. Pour le moment, je garde tout en moi, ses paroles cinglantes que j’aimerais lui balancer, tout autant que ma colère profonde et peut-être de la jalousie mais je résistais. Je ne devais pas lui laisser ne serait-ce qu’une petite ouverture. Je l’entends de nouveau dire qu’il s’était battu pour moi, pour me venger et pour me retrouver. Sauf qu’il avait fallu qu’on se retrouve avec des vies totalement différentes, et le fait que je sois amnésique n’arrangeait rien. Bien au contraire, même si je savais que nous avions un passé commun, je pouvais toujours me raccrocher aux autres souvenirs que j’avais. Seulement posait le problème de cette attirance perpétuelle et qui ne me quittait pas.

    « Tu me considères encore comme ta femme ? Voudrais-tu que l’on officialise un divorce pour que tu puisses m’oublier ? »

    Paroles cinglantes, quelque chose qui ne devait encore pas sortir de ma bouche. Je soufflais, sentant la pression monter en moi. Pourtant je ne quitte pas ses yeux, j’essaie de lui paraître sincère. Tout est une question d’efficacité…

    « Tu dis jeu politique ? » Un rire s’échappa de mes lèvres, bref. « Je vis ma vie, j’ai fait des choix et il est temps que tu en fasses également. » Je fis une pause avant de repenser à sa souffrance qui m’était inconnue. « Je suis désolé mais mon amnésie ne me permet pas d’accéder à cette partie de ma vie. Je peux peut-être me mettre à ta place mais je ne peux pas réellement comprendre. Mon premier mari fut pour moi William… »

    Il se recule, me parle de nouveau alors que je m’approche de lui jusqu’à presque le toucher. Ma main droite se serre. Il faut presque que je lui donne ma bénédiction…

    « Tu recevras aussi le mien, hormis le fait que je ne peux procréer… »

    Je plonge mon regard dans le sien, ma main droite se serre davantage. Ma main gauche se lève pour juste effleurer la joue de Torben avant d’arrêter en m’écartant soudainement.

    «As-tu oublié que tu souhaitais former une famille ? Avec Cora à tes côtés, elle pourra t’offrir tout ce que tu veux… » soufflais-je alors que j’avais l’impression que chaque mot m’arrachait quelque chose en moi que je ne pouvais décrire. Mais c’était comme ça, je ne pouvais faire autrement. Je me recule doucement de lui, même si le désir reste présent.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promentory [Livre II - Terminé]   Lun 16 Déc - 15:42

    Jana continue de se rhabiller. Le voile très peu épais recouvre tout juste sa peau, faisant ressortir ses formes avec plus de force encore. Je la désire, c'est quelque chose que je ne saurais en aucun cas contester. Je serais prêt à la refaire mienne dès maintenant, je serais prêt à n'importe quelle folie. Mais comme toujours, je me domine. Je fais ce qui est nécessaire, parce que c'est ce pourquoi j'ai été fait. Je ne me leurre pas un seul instant ; je sais très bien que je viens probablement de gâcher toutes mes chances auprès d'elle. Je reste froid et concentré, stoïque. Mon timbre de voix bouge beaucoup, je le manipule au gré de mes besoins bien plus que je ne le manipule au gré de mes émotions. De ce fait, je garde une totale emprise sur moi même, mes gestes, mes paroles. Je sais pourtant que sans tout ce contrôle, je serais probablement en train de la dénuder à nouveau, de déchirer ses vêtements pour pouvoir m'accaparer une fois encore son corps, sa passion. M'aliéner son cœur, comme je n'avais jamais cessé de le désirer au fond de moi. Mais non, rien. Je ne bougeais pas, je soutenais son regard. Cruelle, elle l'était assurément. Et j'en étais venu à savoir apprécier ce genre de caractère depuis que j'étais devenu moi même un monstre de pragmatisme totalement dénué de compassion. Je laisse éclater un rire sombre, un rire sans joie, alors que la belle me dit que l'on pourrait officialiser notre divorce. N'était elle pas au courant ?


    | Cela fait six ans que j'ai effacé sur ordre de la Reine jusqu'à la plus petite trace de notre union passée. L'état civil, l'église, les photos. J'ai tout retrouvé, et j'ai tout détruit, lorsque tu m'avais refusé pour William. Une Reine ne pouvait pas laisser le moindre discrédit rejaillir sur cette union qui l'importait tant, n'est ce pas ? J'ai dû effacer toutes traces de ce mariage, même si le divorce n'avait jamais été prononcé. |


    Je me rappelais l'ambivalence d'alors, celle que j'avais connue lorsque j'avais attaqué ces archives, lorsque j'avais été jet dans des abîmes de corruption, drogué au sang de Krystel, pour récupérer la plus petite trace de ces documents. J'avais tué des gens pour cela, de manière indirecte bien sûr mais il semblait bien que le plus petit aspect de notre mariage avait provoqué de multiples et sanglants désastres à répétition. La vampire me parle de ses souvenirs, du fait que je dois faire des choix. Elle me parle de son faire-part ; elle semble assumer jusqu'au bout son mariage avec Julien, au delà de l'amour qu'elle n'a pas nié me vouer, au delà de cette attraction qui existe entre nous. Jana fait ses choix en conséquence de ses calculs ; cela je l'ai bien compris et plutôt deux fois qu'une. Elle me caresse la joue, et finit par temporiser en me disant que Cora peut m'apporter tout ce que je désire. Je sans sa gorge se nouer ; je la connais suffisamment pour savoir que ce n'est pas anodin, elle n'a pas craché ces mots comme elle laurait fait si elle avait été en colère sans rien avoir à s'en faire. Je la laisse s'éloigner quelques secondes, comme si je éfléchissais. J'ouvre la bouche, puis la referme, prenant conscience que son attachement à moi est certain mais qu'elle ne nous voie pas d'avenir. Je finis par me rapprocher. Doucement. Simplement. Non sans hésitation ni tendresse, je la force à se détendre, passant l'une de mes mains derrière sa chemise de nuit, encadrant son bassin pour l'attirer contre moi. Mon autre main prend la sienne, y déposant un baiser fugace. Je ne lâche pas son regard.


    | Je suis servant humain, je vais vivre nettement plus longtemps qu'un humain lambda. Si je continue de servir la Reine, peut être fera-t-elle de moi son enfant. Elle n'aura pas le choix, elle a tellement besoin de moi qu'elle devra bien me garder... Et lorsque je serais immortel à mon tour, pourquoi ne pourrions nous pas continuer notre histoire ? Tu peux enfanter, Jana. Je le pourrais aussi à ce moment là. Ne me dis pas que tu es prête à renoncer à tout cela juste pour d'obscurs gains à long terme, incertains. Ce que nous ressentons l'un pour l'autre est réel, au moins. Et à nous deux rien d'impossible... |


    Je l'embrasse encore, tendrement, mais avec une passion presque désespérée...


    Echec et mat?

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Promentory [Livre II - Terminé]   Lun 16 Déc - 22:38

    Le divorce… j’avais sortie ça à la voler mais n’avait pas du tout pensé qu’il était mort, et avec lui tous ce qu’il pouvait avoir, posséder avant sa mort. Je ne savais pas pour toute la paperasse, sûrement parce que je ne savais pas que j’étais mariée il fut un temps. J’avais presque regretté mes paroles maintenant que je l’entendais de nouveau parler. Il avait réponses à tout, trouvait à chaque fois quoi répondre en ne m’évitant pas de m’énerver un peu plus. Je me disais finalement qu’il devait se sentir seul, si comme il le disait il avait tout effacé de lui, que lui restait-il ? Etait-ce pour cela qui se raccrochait au physique de sa femme perdue ? Il l’avait lui-même dit, il me considérait encore comme sa femme, et par ses paroles, je ne pouvais m’empêcher de me dire que finalement, il m’aimait toujours. Même en étant transformé, même en ayant changé radicalement. La seule chose qui restait de mon passé était mon physique. Je redoutais cette conclusion, je redoutais le fait que je comprenne trop de choses par ces phrases. Aurions-nous un avenir ensemble ? Je ne l’avais jamais envisagé car il était humain, j’étais une vampire. C’était aussi cela qui nous séparait, tout comme bien d’autres choses et mon acharnement à vouloir qu’il fuit. Ce n’était pas dans son tempérament, tout comme dans le mien d’ailleurs. Il ne lâchait rien et moi non plus, qui allait donc flancher finalement ?

    Je ne déviais pas mon regard, le transperçant de mon regard alors que je me demandais s’il réfléchissait à ce que j’allais sortir. J’étais ignorante à ce sujet, je ne savais pas qu’il avait lui-même tout effacé. On m’avait octroyé le droit d’épouser William et je l’avais pris, sans trop me poser de questions. Peut-être que finalement il n’avait pas tort sur un point, le mariage avec Julien serait peut-être un fiasco, se terminerait comme tous ceux que j’avais eu jusque-là. Mais je n’allais guère rester seule toute ma vie, combien même je me débrouillais fort bien et aimais énormément mon indépendance. Non, le fait d’être à deux exposait à une plus grande force, à un plus grand pouvoir aussi. Je ne pouvais pas dire que je n’aimais pas voir mon pouvoir s’étaler, c’était quelque chose de délicieux. Comment ne pas aimer cela ? J’affichais un léger sourire avant d’enfin prendre le temps de lui répondre. J’essayais de rester aussi distante que possible et ne perdais pas de vue qu’il fallait que tout s’arrête ce soir.

    « S’il n’y a plus de preuves que je sois ta femme… ne m’appelle donc plus ainsi. »

    Oui, j’étais cruelle, mais c’était un peu la dure vérité. Le fait qu’il n’y ait plus rien qui nous relie en tant que mari et femme concluait bien que le divorce est prononcé, même s’il n’avait pas été fait à proprement parlé. Je lui répétais de nouveau que pour moi il m’était inconnu, que je ne connaissais pas cette partie de ma vie où j’étais avec lui. C’était bien dans un sens, car je ne savais guère si j’aurais pu me retenir avec autant de ferveur contre ce désir certain. Mais en même temps, cela aurait pu me faire comprendre tout ce chamboulement en moi, même si j’étais sûre et certaine de ce que je ressentais. Je ne voulais pas le lui avouer, car sinon cela voulait dire que je m’engageais. C’était absurde mais vrai. Je ne pouvais me le permettre étant donné que j’avais déjà envisager mon mariage avec Julien. Si un jour la Reine accepte notre union. Il était vrai que je n’allais pas attendre longtemps s’il y avait un refus catégorique de ma Mère, je ne pouvais m’opposer à elle indéfiniment. C’était d’ailleurs quelque chose que je gardais pour moi, pour le moment. Je doutais que Julien comprenne si je le lui faisais part.

    Il me semblait qu’il jouait avec moi, me prouvant qu’il avait déjà une autre femme vers qui il pouvait aller. Quand bien même ça me mettait hors de moi, car je ne savais guère si ce n’était que la pure vérité, cela m’intriguait aussi sur le fait qu’il en aimait sûrement une autre. Pourquoi diable s’acharner dans ce cas avec moi ? Eprouvait-il des sentiments plus fort que ceux de cette Cora ? Mon poing était toujours fermé, et je le serrais avec toute ma force possible pour contenir cette boule qui était prête à sortir. Je lui avais dit ce qu’il ne voulait pas entendre, tout simplement parce qu’il ne pouvait entendre rien d’autre, et moi non plus. Je m’éloigne de lui, pense qu’il va me sortir quelques mots avant de s’en aller. Et pourtant, le revoilà à la charge. Il s’approche de nouveau de moi, sa main encadre mon bassin et je le laisse faire alors que je pourrais le faire valdinguer une nouvelle fois. Je ne me détends pas pour autant, étant toujours aussi distante dans mes yeux, sous mes expressions même si mon corps me dictait le contraire. Il me fait un baise main et je fus plus que surprise. Je l’observe tandis qu’il reprend la parole. Je sais plus que faire, quoi faire. Même si je lui demandais de partir le ferait-il ? J’avais l’impression qu’il était pire qu’un parasite… un beau parasite…

    « Voudrais-tu de l’éternité ? Toi qui haïssais les vampires autrefois… »

    Ma voix n’était plus dans l’agressivité ni la colère. Mon poing se desserrait petit à petit, même s’il restait encore ferme.

    « En ce qui me concerne ce serait plutôt commencer… »

    Je m’échappe de son emprise, de ses lèvres avant que tout bascule de nouveau. Je ne veux plus jouer, je suis lasse de constamment le contrer. Je le repousse doucement avec ma main à plat sur son torse. Je l’oblige à me quitter, je lui fais dos et me dirige vers la fenêtre avant de rester un moment silencieuse, observant les lumières dans la nuit sombre.

    « Franchement, pourquoi tu insistes ? Tu dis toi-même souhaité te marier avec une autre… »

    Je me coupe, car je sais que je regretterais mes paroles. Je préfère rester silencieuse. Je croise les bras, non sans une certaine force. Il me faut de l’air, de l’espace, peut-être même du sang. Je ferme les yeux, me demande si tout ça est réel. Je perds la tête ? Peut-être, mais il va falloir que je me reprenne bien vite.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promentory [Livre II - Terminé]   Mar 17 Déc - 22:37

    La belle se fit plus cruelle encore, et je sentais qu'elle avait pris sa décision, ce que je n'espérais pas pour le bien de ma mission ici ce soir. Je ne perdais pas de vue mes objectifs, et j'affichais un air plein de morgue et d'orgueil blessé lorsqu'elle me dit de ne plus l'appeler ma femme. J'avais cru sentir qu'un peu de possessivité lui plairait, mais je m'étais fourvoyé. Ne plus être tout à fait humain ne préservait en rien des faiblesses liées à cette nature, mais je me corrigeais aussitôt. Etais je en train de perdre pied dans notre échange au moment où je sentais que j'étais proche de la victoire finale ? Je n'espérais pas, ce n'était absolument pas à envisager. Pourtant, je la sens hésiter, je la sens accepter ma présence lorsque je reviens vers elle, que je rapproche nos corps, que nous sommes de nouveau l'un contre l'autre. Je passe la tête à côté de la sienne, embrassant sa clavicule tout juste couverte par sa robe de chambre qui n'a de vêtement que le nom. Je sens presque sa peau diaphane sous mes lèvres, et je m'autorise un sourire alors qu'elle évoque l'immortalité. Elle accepte l'éventualité, elle laisse l'idée faire son chemin. Victoire. Qu'elle ai succombé à la tentation charnelle implique un grand pas en avant. Qu'elle succombe au reste implique des avancées extrêmes. Guillemaud et elle n'auront plus jamais une existence facile. Non, je venais de leur complexifier les choses, de creuser un fossé presque impossible à combler entre eux. Celui d'un espoir fou mais tenace. Il fallait que je lui fasse prendre racine, sinon tout cela n'aura servi à rien. Je continue donc, et je me sens pris d'un nouvel élan de désir pour elle. Je soutiens son regard alors qu'elle me parle de haine et de vampires. Comment pourrait elle se douter seulement des pensées qui m'habitaient?


    | On révise son jugement, quand la femme qui nous rend fou devient ce qu'on haïssait. Et la Reine m'a fait ouvrir les yeux sur votre vraie nature, sur ce que vous êtes et ce que vous pourriez être pour ce monde. Est ce si inconcevable ? Il a bien fallu s'adapter pour survivre. |


    Enième perche tendue. Etre auprès de Krystel, si proche d'elle, ne serait qu'un moyen d'assurer une certaine continuité de mon existence alors qu'elle aurait été bien plus courte sans cet échappatoire. Donc en somme, que je n'étais pas attachée à la personne de la Reine elle même mais de ce qu'elle avait simplement permis d'accomplir : ma survie. Pour être avec Jana. La belle s'éloigne, me tourne le dos et contemple la nuit. Elle me demande ce que je souhaite vraiment. Je ne la brusque pas plus physiquement, elle n'a de cesse de se reprendre et de s'éloigner autrement. Alors, je persiste et signe. Et j'enfonce le pieux jusqu'au cœur.


    | Si je ne peux obtenir la lune, pourquoi me priverais je de quelqu'un qui veut bien de moi. C'est chose rare, depuis des années. Cora a la folie de m'aimer pour ce que je suis, quand bien même je ne l'aimerais jamais. Si tu ne veux plus de moi, et bien soit, dis le moi une bonne fois pour toutes et je sortirais de ton existence. |


    Echec et mat. Quoiqu'elle dise, j'étais parvenu à mon but. Je serais toujours là, dans ses pensées, dans son cœur froid et mort. C'était tout ce pourquoi j'étais venu. Bourreau, fais ton office, et annonces moi ton verdict, et je rejoindrais la nuit pour me fondre dans son obscurité.

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Promentory [Livre II - Terminé]   Mer 18 Déc - 17:52

    Je commence à perdre pieds, doucement. Sentir ses lèvres sur ma peau, sentir sa présence. C’est affolant, si je m’écoutais, je l’aurais déjà possédé, parcouru son corps une nouvelle fois et goûter de nouveau à ses lèvres… sentir son odeur enivrante et me perdre de nouveau dans la folie de son corps. Je n’avais pas les idées claires en sa présence, c’était une chose certaine et même si je faisais tout pour le contrer, cela me demandait beaucoup d’effort. J’aimais qu’il se batte pour moi, j’aimais l’entendre dire certaines choses, tandis qu’il arrivait fort bien à me faire des piques… tout comme moi je pouvais le faire également. Je savais que je n’étais pas innocente dans l’histoire, je savais que tout ceci ne nous mènerait un rien. Ou peut-être que si, mais je ne souhaitais l’envisager. Pourquoi ? Je n’en savais fichtrement rien. Je ne voulais pas réfléchir à nous. Je ne voulais pas qu’il devienne officiellement ma faiblesse. Le voyait-il donc autrement ? Sûrement, et je serais bien trop fière pour lui avouer pleinement ce que je ressentais. Même si je ne me le cachais absolument pas. Seulement, le divulgué, le lui dire par des mots… C’était comme tout lui avouer. Comment réagirait Julien dans ce cas ? Ce n’était pas difficile à imaginer, même si je pouvais en effet choisir de laisser cette union de côté, surtout que ma mère elle-même était contre. Tout comme Torben d’ailleurs…

    Mon regard se perd dans la nuit noire, de ma fenêtre qui surplombait la ville. Je me devais de laisser un peu de distance, que je ne me perde de nouveau dans sa chaleur, dans ses baisers, dans ses caresses qui me rendait folle. Folle de lui c’était certain. Je lui avais posé une question qui ne méritait pas de sortir, et s’il me disait qu’il voulait de cette éternité ? En tout cas, il n’avait fait que me prouver le contraire par ses mots. La Reine, ma mère pouvait faire de lui son enfant, c’était une chose envisageable. Pour autant, cela changerait-il ma position envers lui ? Je ne savais pas. Tout comme j’étais un peu perdu dans tout ce qu’il me disait. Il posait les bonnes questions, c’était ce qui m’exaspérait. Putain, il ne pouvait donc pas la fermer ?
    Mes paupières se fermèrent un instant, imaginant qu’il n’était plus dans la pièce mais il brisa le silence, me faisant revenir à la réalité. Je souris alors que j’entends de nouveau le mot femme… Il ne lâchera pas. Que faut-il que je fasse ? Je ne peux pas attenté à sa vie sinon c’est attenté à la vie de ma mère adoptive. Je ne le veux pas. Ma tête se tourne, juste pour l’apercevoir du coin de l’œil.

    « Ce n’est pas inconcevable, seuls les idiots ne changent pas d’avis… »

    Un fin sourire étira mes lèvres. Torben était intelligent, et qui plus est un fonceur quand il voulait quelque chose. J’appréciais cette vigueur, seulement elle était placée au mauvais endroit, même si j’étais ravie qu’il puisse être autant insistant. Ma tête se tourne de nouveau vers la vue qui s’offrait à moi. J’apprécie qu’il ne me rejoigne pas, même si j’éprouve le contraire quelque part en moi. J’avais la tête en feu, les idées de plus en plus confuses. Que voulait-il que je lui sorte ? J’étais certaine de ce qu’il cherchait. Etait-il venu juste pour cela ce soir ? Ou avait-il d’autres intentions ? Je l’avais poussé de nouveau vers Cora, vers celle qu’il avait ouvertement dit qu’il pouvait se marier. Je me demandais finalement s’il ne voulait pas voir ma réaction. Mon dieu qu’elle réponse lui avais-je offert ? Je souris alors que je l’entends dire qu’il ne l’aimera jamais. Je ressens ce désir monté comme jamais, heureuse d’entendre ses paroles avant que je ne décroise les bras et que je me reprenne… un peu. Il voulait des réponses, des réponses que je ne pouvais clairement énoncé. Je me retournais alors, me dirigeais vers lui lentement avec une certaine élégance toujours présente. Je plonge mon regard dans le sien, m’avance jusqu’à le frôler. Son odeur m’entoure, sa chaleur également. Je ne peux nier ce désir, mais essaie de résister du mieux que je le pouvais. La suite des choses m’échappaient complètement.

    « Tu veux des réponses ? Je ne peux te les donner clairement… » je m’approche doucement encore, laissant mes mains de part et d’autre de mon corps alors qu’elles souhaitaient parcourir son torse une nouvelle fois. « … mais toi qui est si doué, que lis-tu dans ce regard ? »

    Mon dieu que n’avais-je pas fait… une brèche s’était ouverte, trop dangereuse… mais pourtant si tentante. Perdue de nouveau dans les méandres d’une folie et d’un désir certain.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promentory [Livre II - Terminé]   Mer 18 Déc - 19:29

    Je mettais Jana au pied du mur, alors que j'étais déjà persuadé d'avoir remporté la mise. Devant tout cet enchevêtrement de ficelles politiques et affectives, je ne ressentais déjà plus les douleurs de mon corps. Je me sentais de plus en plus frais et dispos, alors que cela ne faisait qu'un assez court moment que nous avions arrêté de baiser dans ce lit aussi énorme qu'incongru. Je savais que ma nouvelle nature n'était pas étrangère à cet état de fait, bien au contraire même. Tout avait à voir avec cette vigueur et cette endurance nouvelles que je cultivais depuis que j'avais dépassé ma condition de simple soldat voici des années, lorsque la Reine m'avait brutalement poussé à devenir meilleur, à devenir autre chose. Et plus encore depuis qu'elle m'avait marqué, faisant de moi son nouveau servant humain. Je n'avais plus grand chose à voir avec celui que j'étais autrefois, et sans être vampire je disposais pour autant d'une vigueur physique renouvelée qui ne pouvait que me faire honneur, et surtout faire honneur à celle qui m'avait gratifié de tels présents. Aucun doute à avoir sur le fait que je disposais d'une fraction seulement de la propre endurance de Krystel. Après tout, ce genre de lien métaphysique était sensé nous amener à être plus en adéquation physique et psychologique... Et comment pouvoir supporter une proximité charnelle avec une créature bientôt millénaire autrement qu'avec un surcroît de vigueur inhumaine ? Nous nous étions rapprochés sur tous les plans. Cela au moins, était un fait avéré. Jana reconnut qu'au moins, je n'étais pas un idiot fini. Merci à elle. Et lorsqu'elle se tourna de nouveau vers moi, un léger sourire ornait ses traits. Elle semble satisfaite de mon absence d'amour évoqué à l'encontre de Cora. Ce n'est qu'une demie vérité. J'aimais sans doute plus Cora que quiconque, depuis des années. Encore qu'aimer chez moi était quelque chose d'obscur, de relatif. On ne pouvait pas miser gros là dessus. Disons que je me sentais plus proche de Cora que de quiconque. Pourtant, je me sentais incapable de rétribuer son amour à sa hauteur. Et de cela, j'étais infiniment plus certain que le reste et cela suffit pour convaincre la beauté brune que j'avais sous les yeux. Jana me demande si je veux des réponses ; j'hoche la tête alors qu'elle dit qu'elle peut me les énoncer clairement. Enfin un peu d'honnêteté de la part d'une des deux parties prenantes de cette conversation ? Elle me demande de lire son regard. Je fais un pas, franchissant la plus extrême des limites, nos corps se frôlant sur toute leur longueur.


    Je reste pensif un moment. J'altère mon regard, j'essaie de lui donner consistance. Le tout n'est pas de convaincre ce que je peux lire dans le sien mais ce qu'elle peut lire dans le mien. Je fais ressortir tout ce que j'ai vécu grâce et à cause d'elle. Une tension incroyable, écrasante, violente même. Jamais nous n'aurions dû être aussi proches ; nous ne pouvons que nous brûler. Je lis cette ardeur universelle, que j'ai déjà lue dans tant de regards de vampires. Une lueur affamée, une lueur possessive, de prédateur. J'y lis ce que les vampires appellent amour. Du moins, je le crois.



    | J'y lis ce que j'ai vu plus tôt. Tu me veux pour toi et pour toi seule. Mais je sens que cela ne t'empêchera pas d'épouser Julien. |


    Mes mains se posent sur ses hanches, empoignant sa tunique pour la remonter sur ses cuisses, alors que je mêle mon souffle au sien.


    | Ce que tu veux, si c'est ce que je crois, est impossible. Tu ne peux nous avoir tous les deux et tu le sais, Jana. |

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Promentory [Livre II - Terminé]   Mer 18 Déc - 22:10

    Je ne le touchais pas, je ne faisais que le frôler, laissant quelques millimètres entre lui et moi. Je m’imprégnais de lui, me laissant complètement aller à mon sens de l’odorat, tout comme tous les sens. J’adorais sa chair, son corps chaud et tout autant désireux que le mien. Il était encore nu mais malgré le fait que je sois une vampire j’aimais que ma chambre soit un minimum chaude. Déjà parce que je pouvais avoir de la compagnie humaine et qu’il ne serait pas bon pour un hôte tel que moi de le laisser mourir de froid après distraction. Je ne le voyais pas marqué par le froid, j’étais rassurée car au moins je pouvais me satisfaire de lui, de son corps nu à souhait que je ne m’empêchais pas d’observer minutieusement. Désormais proche de lui, je savourais son regard pour y percevoir le moindre écho de ses pensées, la moindre chose qui pourraient ne serait-ce que me prévenir de ce qu’il allait encore me sortir. Je n’étais jamais sûr de sa réaction, jamais sûr ses prochains mots ni même de ses pensées. Parfois je me haïssais de n’avoir pas plus de pouvoir psychique. Je ri intérieurement à cette pensée, me demandant ce qu’il pouvait y avoir comme information, comme tonne d’information. Oui, j’avais le désir de pouvoir contrôler les gens, je le faisais fort bien sur certains, mais Torben n’était certainement pas un homme comme les autres. Et puis son imprévisibilité ne m’insupportait pas autant finalement. Il me surprenait, même s’il pouvait m’énerver au plus haut point.

    Il s’approche encore de moi, diminuant encore le peu de distance qui nous séparait, infime soit-elle. J’avais été franche. Peut-être ne voulait-il pas ce genre de réponse, peut-être qu’il en voulait une autre mais j’étais certaine qu’il savait bien plus en vérité. Avec mes mots, je le poussais à parler, car je savais qu’il n’était pas du genre à rester sans réponses, à me tourner le dos aussi rapidement alors qu’il n’avait cessé de m’enfoncer un peu plus dans le coin d’une pièce. C’était comme un entonnoir qui se refermait sur moi. Je ne le pensais pas idiot, bien au contraire, il savait parfaitement ce qu’il faisait. Je n’étais plus sûre de ce que je faisais cependant…
    J’essaie de déchiffrer son regard. Je sens une tension constante. Je sais bien que tout ceci est dangereux, lui aussi le sait également. Nous nous brûlions les ailes, si tant est que j’en avais encore. Je ne ressemblais plus un ange, mais plutôt à une diablesse incorrigible. J’entends ses mots. Oui je le veux, je le veux entièrement, sauf que ce n’est pas possible. Depuis que j’ai bu son sang il m’est difficile de ne pas y re-goûter. Je ne veux en aucun cas décevoir de nouveau ma reine, déjà que j’ai l’impression qu’elle met de la distance. Mais je ne dois pas penser à tout cela. J’essaie de ne pas tout lui transmettre par mes yeux, quand bien même je lui avais donné le droit de fouiller. J’avais été presque directe, trop franche peut-être.

    « Plus tôt ? »

    Je ne cesse de m’enfoncer, et pourtant je continue très sereinement.

    « Cela ne l’empêchera peut-être pas… »

    Un léger sourire étira mes lèvres, avant qu’il ne disparaisse pour me concentrer sur mes crocs qui avaient failli sortir. Je sentais ses mains sur mes hanches, remonter doucement. Je sentais aussi très distinctement la forte sensation qui se dégageait de ses mains et qui remontait mon échine. Je me forçais à ne pas bouger, à ne pas lui montrer, quand bien même il avait tout compris. Je me rapproche de ses lèvres, les observe avec une envie certaine, avant de lui souffler quelques mots.

    « Alors pourquoi t’interposes-tu… ? »

    Une question inutile, mais pas tant que ça étant donné qu’il avait lui-même compris mes attentes. Du moins s’il avait bien ciblé. Je ne pouvais avoir ce que je voulais, ça sortait tout droit de sa bouche. Je tournais peut-être autour du pot, mais j’adorais cette proximité. Son souffle que je sentais, ses lèvres que j’effleurais, mes doigts qui arpentaient ses bras pour venir de mes mains coiffer les siennes doucement.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promentory [Livre II - Terminé]   Jeu 19 Déc - 12:23

    La vampire comme moi même étions en train de profiter l'un de l'autre à distance, dans une attitude de sensualité extrême qui ne débordait pas sur le domaine physique. Nous respirions l'odeur de l'autre, nous étions en train de nous rapprocher à un niveau bien plus invisible mais bien plus important qu'en nous touchant. C'était incroyable. Comme dans les films ou les histoires, quand les deux amants se regardent, se frôlent sans se toucher, et on sent qu'il se passe quelque chose. C'était le cas ici, indéniablement. Il se passait quelque chose qui dépassait mes plans, quelque chose qui chamboulait tout ce que nous avions fait sans retenue aucune depuis le début de cette soirée. La belle me regardait, et je la surprenais à laisser promener son regard sur mon corps tout entier. Elle me désirait, cela se voyait comme le nez au milieu de la figure. La belle plongea ensuite son regard dans le mien, et elle s'y enfonça avec une certaine avidité, une tension palpable dans son ardeur de savoir ce que je ressentais se faisait fortement ressentir. J'étais désormais certain d'avoir remporté la mise que je m'étais prévue en venant ici ce soir. J'avais réussi à réveiller et à libérer la passion qui sommeillait en elle, j'avais réussi à faire en sorte que la tension sexuelle qui existe entre nous ne soit plus de l'ordre du fantasme muselé que de la possibilité envisageable à court, moyen, et à long terme. J'avais développé cette fièvre entre nous en laissant miroiter un avenir possible, mais pour lequel des choix étaient nécesaires. Bien que ce soit une vision très négative de mon expédition de cette nuit, on pouvait donner l'image d'un poison que j'instillais. Maintenant qu'il était entré dans le corps et dans l'esprit de Jana, elle ne pourrait plus s'en défaire. Et, je l'espérais, développerais une certaine accoutumance que je désirais entretenir. L'image du poison était donc la bonne, même si j'espérais que ce n'était pas encore l'image qu'elle même garderait de tous mes efforts. Notre rapprochement sexuel et affectif entre dans la même logique entamée depuis qu'elle avait commencé à boire mon sang lorsqu'elle avait été blessée. Je lui souris.


    | Oui. Juste avant que l'on couche ensemble. Tu te complaisais à l'idée de la luxure, mais j'y ai vu bien plus. Tu me veux tout entier, et tu ne te serais pas seulement satisfaite de t'envoyer en l'air avec un humain ou un vampire qui ne représente rien pour toi. Tu avais besoin de laisser échapper toute cette frustration qui est la tienne depuis longtemps. Je sais quel effet le sang a sur les vampires. Quand Krystel a goûté le mien, il lui fallait aussi me posséder pour qu'elle soit pleinement satisfaite. |


    Je laissais encore sous entendre que la Reine me possédait au sens humain du terme ; qu'elle buvait mon sang et que je buvais le sien, que nous couchions ensemble, que nous partagions la même vie. La réalité était bien plus complexe. Je lui appartenais bien plus que sur ces simples aspects et l'inverse était vraie également. Pourtant, nous n'avions pas tous les marqueurs standards de la possession. Nous ne nous voyons qu'occasionnellement, nous ne partagons pas non plus la meme couche en règle générale et ne couchons pas ensemble. Même nos échanges de sang se font parfois très distants dans le temps. Mais tout cela, Jana n'avait pas à le savoir. Jana me demande pourquoi je continue de m'interposer, alors que je la sens prête à me succomber à nouveau, elle semble crever de désir. Ses mains vinrent finalement prendre les miennes.


    | Parce que je ne peux pas t'abandonner sans combattre. |


    Je l'embrasse à nouveau. Un baiser lent, tendre mais passionné. Je m'abandonne à elle, et je remporte la partie.


_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Promentory [Livre II - Terminé]   Sam 21 Déc - 22:23

    Je me pose des questions, beaucoup trop même. Si je pouvais étaler tout ce que j’étais en train d’accumuler dans ma tête il y en aurait pour toute une décennie. Il fallait que je fasse le pour et le contre et avec lui, cet homme, ce corps dans les parages j’avais l’impression de ne parvenir à rien du tout. Je le contrais, pour revenir vers lui. C’était un jeu aussi mais je me demandais si je ne tombais pas moi-même, m’emmêlant alors pour sombrer petit à petit. Fallait-il que j’y mette un terme plus sérieusement ? Alors que je lui avais pourtant prouvé une partie de mes sentiments. Aurais-je mieux fait de ne pas le laisser faire ? J’étais aussi une femme désireuse. J’aimais les hommes, peut-être n peu trop dans le cas de Torben. Beaucoup trop, mais comment m’empêcher de ne pas résister à ce corps si délicieux. Je ne pouvais le mordre, alors j’excellais sur tous mes autre sens pour profiter au maximum de lui. Puis il m’offrit de par ses mots un espèce d’échappatoire, une route que je pouvais emprunter aisément pour essayer de me sortir de toute cette situation. J’étais aussi un peu jalouse de sa relation intime avec la Reine, je ne pouvais le nier complètement. Je le savais au fond de moi, je ne me mentais jamais de toute façon, c’était autre chose concernant les autres. Et c’était aussi le gouffre qui nous séparait lui et moi. Il me le rappelait alors que je m’étais rapprochée de lui sensuellement, augmentant mesurablement le désir que j’avais pour lui.

    « Je me complais toujours de la luxure, encore plus si on y ajoute un brin de saveur… de la chair fraiche. » Un sourire étira mes lèvres. « Et oui, le sang n’y est pas pour rien… une fois cette nuit passée, tu comprendras que j’ai eu ce que je voulais… toi également. »

    J’avais enveloppé ses mains qui étaient sur ma taille et qui avait relevé ma chemise de nuit, révélant mes cuisses. Ma peau était toujours aussi froide et je ressentais la chaleur que dégager le corps de Torben. Je m’en délectais, presque autant que son odeur. Je savais que je me contredisais depuis le tout début, mais c’était aussi pour cela que je m’étais tourné vers Julien. Lui à mes côtés, je ne pourrais plus avoir cette faiblesse et je me laisserais le temps d’avoir le plaisir de pouvoir l’ignorer à tout instant. J’ai des sentiments forts pour lui, mais comme il l’avait dit lui-même, c’était toute cette frustration depuis que j’avais bu son sang. J’arriverais peut-être après cette nuit à commencer à l’ignorer comme il se doit. Si seulement il n’était pas le servant de ma mère… S’il était bel et bien mort au combat. Je n’étais pas mécontente de le retrouver, disons que j’aurais préféré que la situation soit dans un autre sens que celui dans lequel on était actuellement. Encore cette question que je lui posais, juste pour comprendre, pour savoir, même si j’avais déjà une idée en tête. Mais la réponse fut tout aussi surprenante. Il m’embrasse et je le suis lentement, avant de le décaler. J’avais quitté ses mains, lui caressant une nouvelle fois sa joue avec un léger sourire. Puis je me reculais, non sans une certaine conviction. Je n’avais qu’une envie c’était de posséder de nouveau son corps… tout entier.

    « Tu ne m’as pas abandonné Torben et quand bien même j’aime de te voir combattre… »

    Je m’arrêtais, quittant sa joue et reculant dans le même temps. Je ne pouvais qu’aimer ce qu’il me disait, cela voulait dire que j’étais tout pour lui. Seulement je ne pouvais m’empêcher de me méfier soudainement. Il était ma faiblesse, la chose pour laquelle j’avais autant de mal à me contrôler, à me maitriser, mais il ne fallait pas que je perde de vue mes objectifs, mes ambitions. J’avais l’impression qu’avec lui je perdais le fil de ma raison. Chose dangereuse. J’essaie une nouvelle fois de le contrer, et le fait de me reculer et de pouvoir l’observer de haut en bas… je devais redoubler d’effort pour le coup.

    « Mais je crois que tout ceci n’est que subterfuge. Nous ne pouvons pas continuer. Ni toi, ni moi. »

    Clair et net. Je ne pourrais jamais oublier cette nuit, comme celle que nous avions eu durant cette folie fulgurante. Je me demandais si tout ceci ce serait produit si je n’avais pas goûté de son sang…
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promentory [Livre II - Terminé]   Sam 21 Déc - 23:17

    La vampire semblait tenir, elle m'expliqua de nouveau son goût pour la luxure. Ca, inutile de revenir dessus. Du temps où j'étais encore un jeune humain qui croquait la vie à pleines dents, j'aurais été ravi d'avoir sauté une gonzesse pareille, aussi bien foutue que demandeuse... parce qu'elle l'était assurément, elle assumait complètement cette envie de s'envoyer en l'air. Je savais d'expérience que les vampires, du fait de leurs sens décuplés, ressentais un plaisir bien plus grand dans l'acte sensuel. Chaque petite sensation physique était chez eux démultipliée et cela suffisait à en faire des créatures qui s'adonnaient avec joie à leurs penchants pervers. Jana n'y échappait pas. Et comme elle restait une jeune vampire, n'ayant que neuf ans derrière elle, cela la laissait encore plus soumise à ces pulsions de sexe et de sang. Sachant que je lui avais refusé la seconde, elle s'était particulièrement attachée à répondre à la première... De la chair fraîche ? De quoi parlait elle, de l'opportunité de se nourrir en couchant avec quelqu'un ? J'imaginais bien qu'elle le faisait avec d'autres partenaires, tous les vampires étaient tentés de le faire un jour ou l'autre. C'était une évidence incarnée, cela décuplait encore un peu plus le gain de jouissance dans leurs rapports charnels. La suite de sa phrase se fit plus énigmatique, alors qu'elle me parlait de la finalité de cette action. M'étais je fait manipuler ? Si c'était le cas, ce n'était guère préjudiciable. Jana n'avait aucun intérêt à entretenir un soupirant dans l'entourage de la Reine, surtout quand elle avait conscience de mon dévouement à sa personne. Non, je pensais qu'elle voulait plutôt dire que nous avions pu tous deux prendre notre pied selon l'envie du moment et que c'était tout ce qui comptait. Oui, cela ne pouvait qu'être ça.


    | J'ai eu ce que je désirais, oui. Une partie seulement, notes le bien. Si tout cela pour toi n'était que du sexe, j'ai perdu mon temps j'imagine. Tu aurais pu le faire avec n'importe lequel de tes suivants. Ravi de voir que ça ai compté à ce point pour toi, en tous cas. |


    Ironie ironie, et pas qu'un brin. C'était logique. Amoureux éconduit, c'était ce que j'étais maintenant et je le jouais à la perfection ; je n'avais qu'à me remémorer ce que j'avais ressenti lorsque la belle m'avait éconduit des années plus tôt pour son précédent mariage. J'avais connu de cruelles déceptions à ses côtés, et c'était pour cela qu'aujourd'hui j'avais choisi de suivre d'autres voies, de laisser émerger la possibilité de Cora comme alternative, et d'accepter pleinement mon rapprochement de Krystel. Jana m'avait trop fait défaut, et elle continuait encore et toujours. Elle m'embrasse, elle me touche. Je sens toujours son désir, bien présent. Pourtant elle me repousse. Encore et toujours. Je ne cache pas l'éclair de colère qui passe dans mon regard et sur mon visage en règle plus générale. Elle m'explique qu'elle est flattée de me voir me battre pour elle. Et la sentence tombe. Elle pense que tout ceci est faux, illusoire. Que l'on se perdra. Ni toi, ni moi. C'est ce qu'elle a dit. Je laisse un peu plus le Torben d'autrefois s'exprimer. Je tremble de colère, et je balaie toutes ses affaires sur la commode à côté de moi. Je lui jetais un regard noir. J'inspirais profondément.


    | Très bien, j'espère que tu n'auras pas à regretter ta décision. |


    je me retourne, et remets rapidement mes vêtements. J'enfile mes chaussures une fois habillé, sans lui jeter un regard de plus. Je ne me retourne qu'avant de quitter la pièce.


    | Je transmettrais tes amitiés à Krystel, et à Cora. |


    Je pars. Mission réussie, même éconduit. Elle pensera à moi, la prochaine fois qu'un homme la touchera.

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Promentory [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Promentory [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Promentory [Livre II - Terminé]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Centre-ville :: Immeubles
-
Sauter vers: