AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]
MessageSujet: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Sam 14 Sep - 14:03

    Je n'en parle jamais parce que je ne l'ai jamais connu, mais il fait partie de moi, il parait que je lui ressemble tellement, ce même caractère, cette même détermination, ce même regard. Il est mort quelques mois avant ma naissance, comme si mon arrivée devait compenser sa perte. Oui, je parle de mon grand-père, du côté maternel. Je ne sais pas pourquoi je me remémore son souvenir aujourd'hui. Nous ne sommes pas à la Toussaint que je sache, même si elle approche d'ici quelques semaines. Peut être que le fait que je me retrouve aux archives à la PES me remets un temps soit peu en question ? Non, je sais que cela est temporaire, que j'ai bien fait mon travail jusqu'à présent et que je retrouverait pleinement mes fonctions. Mais, je n'étais pas ici pour penser à cela, non. Je ne voulais pas penser à mon travail parce que dans l'instant, cela me pesait, et je n'étais pas venu ici pour que tout cela me pèse sur l'esprit, ça non. Au contraire, je voulais me recueillir pour me ressourcer auprès de cette personne que je ne connaissais qu'à travers quelques photos, quelques légendes, quelques paroles de ma défunte mère. Pourtant, dans l'instant, il semblait être si réel pour moi. En fait, je sais pourquoi j'étais là en ce début d'après-midi en cette fin août. J'avais revues d'anciennes photos que je croyais encore à mon ancienne appartement, autrement dit dans un placard fermé à clé chez Rebecca, mais en fait non, elles étaient bien dans mon appartement. Et j'avais regardé ce vieil album de famille qui était aussi vieux que moi. On pouvait voir clairement la transition, avec les dernières photos de mon grand-père suivi de mes premières apparitions. Cela aurait été bien s'il avait pu me tenir dans ces bras ne serais-ce qu'une fois mais non, il n'avait pas pu. Ainsi, je m'étais mis dans la tête de lui faire une petite visite. Je prenais donc ma moto et me rendait au cimetière d’Édimbourg puisque sa tombe se trouvait là-bas. Comme je pouvais m'y attendre, en plein milieu de l'après-midi, il n'y avait personne ou presque. Je mettais quelques minutes à peine avant de retrouver la tombe qui était bien entretenue. Il y avait même des fleurs fraîches, tout du moins, elles n'étaient pas là depuis plus d'une semaine. Je me demandais bien qui pouvait venir se recueillir ici, mais je ne cherchais pas. Je posais mon bouquet sur la tombe, les jambes pliées devant cette stèle presque immaculée.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Dim 15 Sep - 8:51

Hayden n’en parlait jamais, mais avoir perdu sa compagne lors des années sanglantes l’avait énormément touché. Depuis, il n’arrivait plus à se posait, il ne voulait plus se poser. C’était comme la peur de perdre son âme sœur à nouveau. Un loup reste fidèle à sa compagne lorsqu’il la trouve à la vie à la mort. Le deuil est donc long et parfois bien plus long que celui d’un humain. Des fois, même il ne se fait jamais. Celui d’Hayden était achevé depuis un moment, cependant, il allait la voir, chaque fois qu’il le pouvait, au cimetière d’Edimbourg. Faire les allers et retours entre Glasgow et la capitale lui permettait donc de se rendre assez souvent sur la tombe de sa défunte amie.

Il avait, comme d’habitude, pris le temps d’aller acheter un bouquet de roses rouges. C’était niais et pathétique, mais il pensait toujours à elle, il l’admirait à l’époque. Une femme forte transformée en une louve sanguinaire. Il avait beaucoup aimé la voir à l’œuvre Il s’était senti fier de sa louve. Fier de sa création. A présent il se demandait même s’il serait encore capable de tourner un humain en loup juste par peur de faire mal. N’avait-il pas affaibli la jeune fille en la transformant. Peut-être était-celà la clef de sa perte.

Le cimetière était un endroit où l tristesse régnait, mais plus encore, chaque fois qu’Hayden s’y rendait il s’y sentait mal à l’aise. Il avait l’impression de pénétrer la vie privée d’autres personnes en voyant les tombes de chacun. Certaines étaient à l’abandon, alors que d’autres étaient décorées de mille façons. Ce qui ‘étonna ce jour-là, c’est qu’il trouva la tombe voisine occupée par une jeune femme qu’il n’avait jamais vu auparavant. En arrivant, il se stoppa, net. Que devait-il faire ? C’était délicat rester et être silencieux ou bien partir et revenir plus tard. Le mieux restait peut être de demander.

« Hum. Hum. Excusez-moi, je peux rester ou vous préférez que je parte pour être tranquille. Vous étiez là avant, je peux revenir ne vous inquiétez pas. »

Hayden avait son sourire compatissant accroché aux lèvres. Il était indifférent à beaucoup de choses, mais le respect de la mémoire des défunts restait une notion essentielle de son éducation et par principe, il préférait être juste avec la volonté d’autrui. Il n’étudiait pas l’anthropologie pour être finalement quelqu’un d’irrespectueux. Surtout quand on sait l’importance qu’à la sépulture d’un mort dans moult civilisations. Enfin, il se pencha tout de même pour déposer la gerbe de fleur sur la tombe de Gwendoline, parce que c’est ainsi qu’elle se prénommait, et il attendit la réponse. Quelque part, il s’en voulait d’avoir interféré dans le recueillement de la jeune femme qui semblait un peu ailleurs. Mais au moins, il saurait concrètement ce qu’il devait faire ou non.

Le temps se couvrait, comme bien souvent en Ecosse et commençait à être le reflet des sentiments des gens qui se trouvaient sur la tombe de leur proche. Car même si Hayden était plus ou moins détaché, lui aussi avait le cœur serré lorsqu’il venait voir ici son ancienne compagne et ses parents. Parents qu’il n’avait jamais eu l’occasion de connaître.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Dim 15 Sep - 17:46

    Il était rare de me voir ici, jamais je ne venais ou presque, à part pour le pèlerinage annuel où je viens voir mes grands parents et ma mère. Mon père n'a pas même eu d'enterrements digne de ce nom, il est mort au début des années sanglantes en tant que vampire. Méritait-il un enterrement ? Oui, même s'il n'a fait que de mauvais choix dans sa vie, il était quand même mon père, celui qui m'a donné la vie, avant de se perdre dans la sienne. Devenir vampire pour être plus fort pour me protéger, pour m'influencer, telle avait été sa brillante idée de carrière. Il m'avait révélé cela à l'aube des années sanglantes, idée encore plus ingénieuse. Je ne l'avais plus jamais revue après cela, et j'avais cru comprendre qu'il avait fait partie des premières victimes de ces années terriblement sanglantes. Ce n'était donc pas une si grosse perte que cela, mais il restait mon père, la moitié de mon code génétique. Mais aujourd'hui, je n'étais pas là pour penser à lui, mais à mon grand-père du côté maternel qui me ressemblait tant parait-il. Je n'étais pas quelqu'un de très croyante, je ne me disais pas qu'il était au ciel et qu'il veillait sur moi, non, mais venir ici me faisait toujours un petit pincement au coeur. Je savais très bien qu'il était là, à moitié en poussière dans cette tombe, dans son cercueil. J'avais donc déposé mon bouquet sur cette tombe qui était là depuis déjà trente et une années. J'avais sentie que quelqu'un n'était pas très loin de moi, mais je n'y faisais pas attention. Après tout, tout le monde peut venir ici, et vu l'heure, je savais que je n'avais pas à faire à un vampire, alors pourquoi prendre peur de cet individu ? Je voulais verser une larme, mais même si mon visage reflétait la tristesse, je n'étais pas triste au point de pleurer. Sans doute que ce sentiment de tristesse n'était pas assez fort, je ne savais pas trop à vrai dire, mais mon coeur se serrait véritablement. Puis, le jeune homme qui était venu se recueillir sur la tombe d'à côté me demanda si sa présence n'était pas de trop. Sa requête ne fit pas tilte tout de suite dans mon cerveau. Il ne me gênait pas du tout, pourquoi serais-ce le cas ? Il semblait être quelqu'un de très respectueux des autres ce qui était devenue rare depuis quelques temps et sans m'en rendre compte ma curiosité était piquée. Je le regardais alors avec un faible sourire.

    " Votre présence ne me gêne pas. Je suis même étonnée que vous vous en souciez. C'était mon grand-père. "

    Je lui montrais la tombe en disant cette dernière phrase. Je n'avais osé regardé la tombe qu'il était venu fleurir, peut être qu'il venait pour un membre de sa famille, un ou une amie, je ne savais pas spécialement. En tout cas, je restais dans la même position, les jambes pliées devant cette tombe.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Lun 16 Sep - 13:13

Pour Hayden rien de plus normal que de respecter autrui. Il avait d’abord été élevé ainsi et sa vocation avait continué le processus d’apprentissage. Certes il n’était pas parfait et avait de nombreux défauts, mais il essayait au moins de tendre vers la perfection dans ce domaine là. C’est pourquoi il avait sollicité l’avis de la jeune femme même s’il savait que dans quatre vingt quinze pour cent des cas on n’osait pas dire à la personne que sa présence dérangeait. C’était assez délicat, il fallait le dire, de faire ça dans un cimetière alors que la personne dérangée et celle qui dérangeait étaient toutes les deux là pour la même chose. Se recueillir. Un acte profond et triste durant lequel on n’avait pas forcément envie d’être dérangé. Un acte qui nécessitait de l’intimité. C’était certain.

« Merci. »

Hayden s’agenouilla alors devant la tombe, observant la photo de la jeune femme qui y était enterrée. Il ne savait même pas l’objet de la mort déclaré par les autorités. Il s’était refusé de lire la presse à ce sujet. Il se contenta alors de déposer un baiser sur la tombe à l’aide de sa main avant de répondre à la jeune femme vivante à côté de lui.

« Je suis désolé pour votre grand père. Nos proches ne devraient pas partir si vite. Il s’agit de ma défunte compagne. Je viens la voir de temps en temps. Je me sens responsable de sa mort. »

Hayden n’avait pas relevé le fait qu’elle disait rare les gens qui se soucient d’autrui. Elle avait tellement raison et c’était affreusement désolant. L’humanité partait à volo, plus personne ne respectait ne serait-ce que le minimum à donner à autrui. Plus il étudiait les comportements humains, plus il se disait qu’ils retournaient à une civilisation sous développée dans laquelle chacun vie pour soi et où les questions basiques de civilités n’existent plus. Une civilisation où l’homme serait moins qu’un animal. Car oui un animal suit des règles strictes malgré son instinct. Il chasse d’une certaine manière, fait son terrier selon un principe préétabli etc. L’homme, lui est égoïste et profondément vile si le bon chemin ne lui est pas indiqué.

« Il est décédé de quoi si ce n’est pas indiscret ? »

La jeune femme semblait triste de par ce que ses traits faciaux montraient cependant la tristesse semblait être gérée ce qui faisait dire à Hayden que le grand père devait être mort depuis bien longtemps. Tout comme lui avait le cœur qui se serrait mais acceptait à présent les choses et venait ici en toute quiétude. Même la nostalgie ne l’atteignait plus ; Il fallait dire que ces derniers temps étaient très mouvementés et ne lui laissaient pas le temps de réellement s’appesantir sur sa propre situation. Il devait avant tout s’occuper de Camille et de trouver les traîtres de la Meute s’il y en avait encore.

« Au fait, Hayden Clearwater… enchanté . »

Tant qu’à faire, ne pas être un sauvage après avoir été soucieux de son bien être. Hayden avait son côté Don Juan qui ressortait malgré tout il n’en restait pas moins quelqu’un de naturellement doux et poli quand il était sous sa forme humaine.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Mer 18 Sep - 21:32

    C'était un hasard bizarre, mais j'étais venu ici, et la personne qui était à côté de moi, venait se recueillir sur la tombe à côté de celle où je venais me recueillir. Ce jeune homme aurait très bien pu se rendre à une tombe plus loin, mais non, c'était juste celle à côté de celle de mon grand-père. Mais le pire, c'était qu'il avait été très respectueux vis à vis de ma personne, car j'étais là avant. Un tel respect m'avait vraiment étonnée, car de nos jours qui se soucie de ces petites choses ? Sa présence ne me gênait pas plus que ça, mais il avait tenu à me demander s'il pouvait être là. Le cimetière est à tout le monde, et ce n'est pas parce que nous venons sur des tombes voisines que cela ne convient pas. Ce jeune homme méritait donc un peu de mon attention, même si notre conversation ne durerait pas, enfin, je l'imaginais. Je lui disais donc simplement que la tombe qui se trouvait devant moi était celle de mon grand-père. Je l'observais alors faire avec celle qui était devant lui, il y déposa un baiser de la main, peut être une amie proche, voir une épouse, ou l'équivalent s'ils n'étaient pas mariés. Il me répondit alors que c'était sa compagne et qu'il se sentait responsable de sa mort. Mon regard à ce moment dû me trahir. C'était horrible de se sentir responsable de la mort de certaines personnes. J'avais malheureusement connue cela, avec trop de monde durant ces années sanglantes. J'étais la survivante du groupe, avec un peu de chance, car j'aurais pu devenir une louve, ou une vampire, si j'avais survécu pour le premier cas, si on m'avait transformé dans le deuxième, mais j'y avais échappée. Je m'étais toujours trouvé au bon endroit, au bon moment, pour survivre même si j'étais passée plusieurs fois à proximité de la mort. Je me demandais pourquoi il se sentait responsable de sa mort, mais je n'osais pas lui poser la question car je ne connaissais que trop bien ce sentiment. Je ne voulais pas rouvrir de profondes blessures intestines, il était là pour se recueillir après tout, pour se remémorer les bons souvenirs, et donc pas forcément la mort de la personne. Je ne pu lui offrir qu'un maigre sourire. Il me demanda alors de quoi était mort mon grand-père. Je fouillais dans mes souvenirs, ma mère avait du m'en parler, mais impossible de m'en souvenir sur le moment.

    " Mon grand-père est mort il y a 31 ans, je ne l'ai jamais connu, je ne sais pas de quoi il est mort, mais ma mère m'a dit que je lui ressemblais tellement ... "

    Je ne sais pas pourquoi je lui racontais cela, il n'en avait probablement rien à cirer de ce que je disais quoique, s'il m'avait posé la question, c'était qu'il y avait un minimum d'intérêt, non ? Puis il se présenta en tant qu'Hayden Clearwater. C'était un drôle de nom de famille, mais il était clair comme de l'eau de roche.

    " Moi, c'est Makayla Brown, enchantée. "

    Dans un réflexe, je lui tendais la main même si ça ne servait pas à grand chose, mais quand je me présente en général, une poignée de main s'en suit, je ne voyais pas pourquoi ce soir ferrait exception à la règle.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Ven 20 Sep - 7:53

Se recueillir sur une tombe n’avait jamais rien d’agréable  et un cimetière n’était vraiment pas le lieu où l’on pensait faire des rencontres, pourtant aujourd’hui, alors que le temps se dégradait à vu d’œil et qu’Hayden, pour une fois laissait libre court à ses envies, il se trouvait à rendre hommage à sa défunte compagne aux côtés d’une jeune femme qui elle honorait la mémoire de son grand père. C’était assez étrange comme situation. C’était pourquoi Hayden avait tenu à demander à la jeune femme s’il ne dérangeait pas. Bavard comme il était, ça promettait de ne pas s’arrêter là. Et bingo ! D’une simple question, ils entamèrent une discussion.  Certes pas vraiment très joyeuse, mais elle pouvait tout de même mener un peu partout à la fois ou alors ne jamais se poursuivre ailleurs que dans ce cimetière. Peu importe, Hayden n’aimait pas vraiment le silence, pour lui il était synonyme de mort. Chez lui, jamais il ne travaillait dans le silence le plus complet, il ne connaissait pas cela. Il était angoissant. Une faiblesse ? Peut-être, difficilement exploitable cependant.  Quoi qu’il en soit, ils s’écoutaient attentivement. Il ne savait pas vraiment pourquoi il avait parlé d’elle à la jeune femme mais il l’avait fait. C’est pourquoi il lui avait directement demandé de quoi était décédé son grand père et fut surpris d’apprendre qu’elle ne l’avait finalement jamais connu que par des récits.

« C’est généreux de votre part de rendre hommage à votre grand père même si vous ne l’avez pas connu. Quelque chose vous motive ou c’est parce que vous auriez aimé connaître celui à qui vous ressemblez ? »

Et oui son instinct d’anthropologue chercheur, demandeur de réponses même les plus improbables revenait à la charge. Vous savez ce que l’on dit : chassez le naturel il revient au galop. Un jour, il réussirait à avoir une discussion simple où il n’observerait pas le comportement d’autrui. Un jour… Il finit par sourire à nouveau de ce sourire qui se voulait charmeur.

« Enchanté Makayla. C’est original est très jolie. Vous êtes de quelle origine ? Je n’ai jamais entendu tel prénom. Ca fait très exotique et en même temps cela sonne anglais. »

Hayden ne savait pas vraiment s’il allait sur une pente savonneuse ou non alors il se redressa et commença à tendre la main pour serrer celle de la demoiselle. Il n’aimait pas s’attarder dans les cimetières. Il ne s’y sentait pas à l’aise. Et surtout il avait d’autres personnes à voir comme ses parents. Sa mère morte en couche et son père assassiné. Ils étaient là aussi. Ce qui l’étonnait d’ailleurs… Surtout son père. Mais peut-être avait-il demandé à être enterré avec sa mère, bien que les loups normalement se contentent d’engrosser une humaine et ne s’attachent pas. Enfin….

« J’ai été ravi de vous rencontrer. Je dois aller voir d’autres personnes. Je ne veux pas vous embêter plus longtemps. En tout cas, une jolie plante comme vous ne doit pas se laisser abattre. Vivez votre vie pleinement. »

Un nouveau sourire. Il se retourne et engage le pas vers les autres tombes. Peut-être l’arrêtera-t-elle, mais d’un côté, il lui donnerait bien son numéro dès à présent. Une rencontre, reste une rencontre quelle qu’elle soit.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Mer 25 Sep - 3:30

    C'était une bien drôle de rencontre que je venais de faire dans ce lieu si solennel que le cimetière d’Édimbourg, mais je l'avais fait alors que je venais simplement me recueillir pour reprendre des forces après tout ce qui m'était tombé dessus. Parfois, tout va bien, parfois tout va mal, parfois, on ne sait même pas dans quelle situation nous nous trouvons, et c'est sans doute ce qui est le plus étrange. Étais-ce une bonne ou une mauvaise rencontre ? Je ne saurais le dire, nous avions tout les deux parler de l'être qui se trouvait six pied sous terre depuis plus ou moins de temps. Ils n'en avaient plus rien à faire de nous, ils étaient morts, sans pensées, mais pourtant, je sentais que si Hayden était là aujourd'hui, ce n'était pas pour rien, comme si nos destins s'étaient liés à travers ces deux tombes mises côte à côte. Mais ce qui m'avait le plus surprise, c'était le respect qu'il avait eu. Les gentlemans existeraient-ils encore en 2017 ? J'en doutais, ce genre d'homme avait péri en même temps que les années sanglantes avaient commencées, n'est ce pas ? A moins qu'il n'en reste encore quelques spécimens, peut être en avais-je un devant moi ? Je me souvenais des récits que ma mère m'avait dit à propos de mon grand-père. Elle adorait son père, il était un modèle partie bien trop tôt selon ces dires. Et je lui ressemblais tellement, le même caractère, cette force qui vient de nos tripes, cette force qui nous aide à aller au delà de ce que nous pouvons supporter. Peut être que c'était cela que je venais chercher en venant ici, comme si en posant la main sur la tombe, j'allais redevenir cette super héroïne que je n'avais jamais été, comme s'il pouvait peut être m'entendre, qu'il pouvait me dire quelques choses à l'oreille qui me rendrait ce sourire, qui m'aiderait à aller toujours plus loin. Ce 15 août avait été mortel, pas pour moi, mais pour ce que je représentais. Est ce que je m'étais perdue en voulant aller trop loin ? La guerre était officiellement finie, et dans mon esprit, il m'était encore difficile de le comprendre, il m'était difficile de me dire que la paix était vraiment là. Alors que nous aurions pu nous arrêter à nos prénoms, Hayden me posa une question, même plusieurs. Il était curieux, comme si le fait que je vienne me recueillir sur la tombe de quelqu'un que je n'avais jamais connu était quelques choses d'extraordinaire. Pourtant, je trouvais cela normal de venir se recueillir sur la tombe de son ancêtre.

    " Je crois que c'est un peu tout ça. Je sais qu'il ne peut pas m'entendre, qu'il n'est qu'un tas de poussière depuis le temps, mais en venant ici quand de mauvaises choses me tombent dessus, je ne sais pas, cela m'aide à repartir de l'avant ! Il en va de même pour vous ? "

    Je lui retournais la question, j'avais aussi envie de savoir après tout. Puis il me posa une question à propos de mon prénom. J'étais originaire d'Ecosse, en tout cas, c'est ce que m'avait affirmé ma mère. Je me demandais pourquoi il se posait autant de questions sur un simple prénom. Je ne m'étais jamais posée ce genre de questions en tout cas. Je m'appelais Makayla Estrella Brown, même si personne ou presque ne connaissait mon deuxième prénom.

    " Je dois bien vous avouer que je n'ai jamais vraiment réfléchie aux origines de mon prénom. Ma famille est écossaise depuis plusieurs générations. Je suis originaire de Glasgow pour ma part alors je ne pense pas qu'il y ait quelques choses d'exotique dans mon prénom. Mais c'est vrai qu'il est assez original. Hayden est plus répandu, c'est une certitude. "

    Je me montrais finalement aussi bavarde, voir plus que lui, c'était un comble. Je suis assez bavarde en générale mais là, c'était lui qui avait commencé et je lui avais emboîté le pas sans aucune hésitation alors que je ne pensais pas rencontrer d'âmes vivantes durant ce périple. Puis, il semblait ne plus avoir rien à me dire. Il s'était levé, tournant les talons après une petite phrase de séduction, je l'avais clairement sentie.

    " Qui vous dit que je me laisse abattre ? Je vis ma vie pleinement, plus que vous ne le pensez Monsieur Clearwater. "

    Je ne sais pas si cela était un jeu pour lui mais je ne bougeais pas de ma position, seule ma langue était en action pour lui parler. Allait-il partir comme ça ? Sans rien me dire de plus ? Je ne le connaissais pas du tout, pourtant, je sentais qu'il avait la langue bien pendue et qu'il allait me parler encore un peu de temps ou pas.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Dim 29 Sep - 19:28

La mort apaise l’âme des vivants.  Etrange paradoxe de la vie, mais il a plusieurs fois été vérifié qu’un humain angoissé par sa vie personnelle et / ou professionnelle se calme et trouve plus facilement des solutions lorsqu’il vient se recueillir sur la tombe d’un proche. Peut-être parce que le silence du lieu de recueil lui permet de réfléchir et de se poser les bonnes questions, ou bien parce que la personne défunte trouve le moyen de communiqué avec la personne vivante d’une manière ou d’une autre.  Ainsi entendre Makayla dire qu’elle venait ici sur la tombe de son aïeul lorsque sa vie n’est pas la meilleure qui soit ne l’étonnait guère. Bien au contraire. Elle était de ces personnes qui trouvent un moyen sain et doux de reprendre des forces. Le seul moyen efficace : la force de son propre esprit. Car souvent on attribuait les résultats à un quelconque lien spécifique entre le vivant et le mort mais il ne s’agissait en réalité que de sa propre force morale.

« Je pense, oui. On a besoin du calme et d’un retour aux sources quand les choses ne vont pas comme on le voudrait.  Quand je viens ici, j’imagine ce que ce serait un monde sans guerres ; un monde où chacun pourrait s’exprimer sans que le voisin ne prenne le fusil par précautions. »

Idéaliste ? Oui il l’était, peut-être était-ce dû à son métier, ou bien à son caractère tout simplement. En tout cas, ayant toujours vécu en Ecosse, il se passionnait à étudier le monde et il en connaissait autant sur la France que son propre pays. Le seul problème, c’est que malgré ses recherches il ne connaissait aucune civilisation qui ait un jour prôné la tolérance et le pacifisme… Dommage.

« je ferais des recherches tiens. Je suis anthropologue, c’est pour ça que je me pose pas mal de questions sur les origines, tout ça. Ne t’inquiète pas je ne suis pas un fanatique des prénoms. Je suis juste curieux. »

Il lui sourit et laissa un blanc que la jeune femme combla plutôt rapidement. Ils semblaient faits pour se rencontrer, comme si le destin les avait placé là tous les deux au même moment pour une raison quelconque, dont ils auraient connaissance que bien plus tard.  Cependant, Hayden n’aimait pas déranger les gens qui se recueillaient dans un cimetière, car pour lui chacun avait le droit à son calme et son jardin secret. C’est pourquoi il entamait un éloignement, pensant aller voir ses parents non loin de là. Seulement, la jeune femme ne semblait pas prête à lui dire au revoir.

« Oh je n’en doute pas ! Et bien puisque vous semblez disposée à bavarder plus longtemps, puis-je vous inviter à boire un café à la sortie du cimetière ? Je dois d’abord aller déposer ces fleurs sur la tombe de mes parents… »

Il sourit, attendant la réponse de la jeune femme. Après tout, elle ne lui avait pas dit au revoir et elle semblait bien lancée dans la discussion ; Le fait qu’elle ne bouge pas ajouté au reste lui indiquait également qu’elle n’avait pas envie de rompre ce contact. Autant en profiter. Hayden n’était en rien contre faire de nouvelles rencontres, qu’elles soient durables ou éphémères.  Le seul problème du loup était de réellement s’impliquer dans ces relations naissantes, qui n’étaient généralement pour lui que des passades. D’autres pourtant pouvaient se fructifier avec le temps sans qu’il ne s’en inquiète et sans que cela ne soit bizarre comme avec Kate.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Jeu 3 Oct - 15:55

    Je savais très bien que mon grand-père ne pouvait rien pour moi, il était mort depuis tellement d'années, que si je venais ici, c'était plus pour me persuader moi-même que j'étais capable de le faire, de faire ce qu'il fallait pour aller plus haut, ou plutôt pour remonter au sommet. Mais le fait de venir ici avait l'effet de me vider l'esprit pour le remplir de chose positive, comme si j'étais devant une cheminée, et que je faisais brûler ce qui était la cause de mes soucis et que tout partait en fumée. Il restait des cendres, autrement dit presque rien et tout allait mieux. Enfin, je ne venais pas souvent ici, parce que souvent, j'arrivais à aller au delà des problèmes sans passer par cette case départ. J'écoutais alors Hayden, il semblait être aussi utopiste que moi dans le fond. Un monde sans guerre, c'est ce que je voudrais, mais à mon humble niveau, je ne peux pas faire grand chose malheureusement, même si j'essaye. Je pensais donc que je pourrais m'entendre avec lui, puisque dans le fond nous avions les mêmes idées, les mêmes utopies malheureusement. Parce que oui, s'imaginer un monde comme ceci était beau, mais bien peu réaliste quand on y réfléchit.

    " Moi aussi j'aimerais bien que nous puissions vivre dans un monde de paix, sans guerre, mais c'est malheureusement utopique. Enfin, je continuerais à y penser dans un coin de ma tête, car à notre échelle, nous ne pouvons pas faire grand chose. "

    Je lui faisais un petit sourire, comme pour lui dire que je pensais comme lui mais que tout cela était théoriquement possible mais dans la pratique impossible. Il me demanda ensuite l'origine de mon prénom comme si ça pouvait lui faire quelques choses. Il me révéla qu'il était anthropologue, la raison de son intérêt pour mon prénom si particulier. Le sien était plus commun, c'est sur mais bon, il allait faire des recherches sur ce prénom. Peut être qu'il avait une signification particulière dans une langue particulière, à moins qu'il ne soit une totale invention de mes parents, je ne pouvais pas le savoir ça. Il le saurait peut être, enfin si nous restions en contact, car même si le courant passait bien, nous étions voué à ne jamais nous revoir, semblerait-il. En tout cas, il commençait déjà à partir, pour me laisser en paix sans doute vu son raisonnement, mais pourquoi ne pas débattre de choses et d'autres, s'il en avait envie. Parce que peut être qu'il avait d'autres personnes à aller voir, je ne sais pas trop, je ne voulais plus l'importuner que ce qu'il avait fait pour moi. Mais il semblait ouvert à la discussion autour d'un verre même. Il ne perdait pas le nord, mais j'aimais bien les types respectueux mais avec ce brin d'audace qui les rendait si charmant.

    " Et bien pourquoi pas oui. Faisons ceci. "

    Et je faisais un petit sourire, comme pour lui dire que j'étais prête à aller boire ce verre une fois qu'il aurait fleuris la tombe de ces parents. Je voulais lui poser des questions à leur propos, mais je ne le connaissais pas assez, pas du tout même pour cela. Je ne voulais pas paraître indiscrète surtout.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Mar 22 Oct - 7:44

Hayden trouvait un écho à ses mots alors que Makayla disait elle aussi rêver en un monde de paix. Leur utopie n’était qu’illusion, mais sans rêve nous n’avançons pas, sans rêve nous ne trouvons pas l’utilité de vivre.  Le rêve c’était espérer, espérer c’était vivre. Ce n’était pas plus compliqué que cela. Dans ses études, Hayden avait souvent constaté que les personnes âgées perdent espoir et en même temps l’envie de vivre. La preuve inéluctable que l’un va avec l’autre et que l’un péri avec l’autre. Etait-ce pour cette raison que les gens rendaient hommage aux morts ? Parce qu’ils leur rappelaient à quel point la vie est éphémère ?  Enfin, une réflexion en amenant une autre, Hayden se laissa tenter par la curiosité que provoquait la jeune femme en lui. Ce qui avait commencé comme une marque de respect et de courtoisie devenait littéralement un rendez-vous ; une proposition à boire un verre pour faire plus ample connaissance. Hayden ne pouvait le refuser.  

Il sourit alors qu’elle acceptait et se contenta de lui tourner le dos pour aller deux allées plus loin poser les fleurs sur la tombe de ses défunts parents. Il observa leurs noms gravés sur cette pierre depuis bien des années, et comme chaque fois il se posa la même question : suis-je à la hauteur de leur espérance ? ». Il ne le saurait probablement jamais puisqu’il n’avait quasiment pas connu son père et jamais sa mère qui était une humaine.  Avec tendresse, il mit une main sur la pierre froide et commença à chanter une chanson apprise dans son enfance. Une chanson qui parlait d’espoir. Voir Hayden exprimer un sentiment aussi profond se faisait rare car il avait décidé de garder ça pour lui, néanmoins, il était comme le tout à chacun, sa fierté refusait juste de l’avouer, à lui-même comme aux autres.

Lentement, il se redressa puis dit un dernier au revoir à ses parents. Dans une semaine, il reviendrait au même endroit et referait le même rituel. Et c’était ainsi chaque fois qu’il le pouvait et depuis des années. Ca le rassurait quelque part. Ca le maintenant à flot l’obligeant à garder la tête hors de l’eau. Son espoir, il était dans ce cimetière.  Etrange mais pourtant bien vrai. Enfin, l’heure n’était plus au recueil mais bien au rendez-vous.

Lorsqu’il retrouva la jeune femme, à la sortie du cimetière ce fut avec un sourire qu’il la rejoint.

« Makyla Brown, désolé d’être partie comme un voleur. Pour ma part je crois que je ressemble à mon grand-père selon le peu d’information que j’ai eu sur lui. Je m’échappe d’un coup sans crier gare parfois. Mais je reviens toujours c’est l’avantage. Ce n’était pas son cas semble-t-il. »

Il lui offrit alors son bras comme on le faisait dans les années dix-neuf cent. Et commença à marcher vers la ville. Il avait proposé à la sortie du cimetière mais l’un était fermé et l’autre était crasseux et franchement glauque. Le soleil se levait c’était le moment de trouver une terrasse.

« Une envie particulière quant au café ? »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Ven 25 Oct - 15:00

    Il semblerait que Hayden et moi voulions que ce monde soit une belle utopie, impossible dans les faits, simplement possible dans nos esprits, même si je dois vous avouer que mes rêves n'étaient plus vraiment roses à ce niveau, et qu'ils étaient plutôt pessimistes. M'enfin, les années sanglantes étaient passées par là, et ces rêves qui semblaient être possible, plausible étaient partis en fumée, tout simplement. Le jeune homme semblait être heureux que j'accepte son invitation, puis il me tourna le dos pour se rendre au niveau d'autres tombes, probablement d'autres personnes de sa famille qui lui tenait à coeur. Je ne le suivais pas, le regardant de loin agir sur ces deux tombes. Je ne savais pas si cela lui ferrait du bien ou pas, mais il ne le faisait pas pour rien de toute évidence. Alors qu'il semblait avoir fini de se recueillir sur ces nouvelles tombes, je me dirigeais à la sortie de ce cimetière pour le retrouver, pour aller boire ce verre qu'il m'avait proposé pour faire plus ample connaissance. Est ce que je devais craindre quelques choses de sa part ? Evidemment, je me méfiais de tout le monde ici, mais là, ma garde était assez basse. Le fait de le rencontrer dans un cimetière et le voir faire preuve d'autant de respect avait largement jouer en sa faveur, mais peut être que les apparences sont trompeuses, cela ne serait sans doute pas la première fois, ni la dernière fois d'ailleurs, j'en étais persuadé. Il me dit qu'il ressemblait à son grand-père, comme moi je ressemblais au mien même si nous ne les avions pas vraiment connu. Il me tendit le bras comme plus personne ne le faisait, c'était tellement étrange, un gentleman des temps modernes. Pourtant, je n'avais pas envie de m'attacher à lui, je savais que ma vie pourrait lui faire du mal, et même si nous ne nous connaissions pas vraiment, je ne voulais pas cela pour lui, même s'il n'avait pas de mauvaises intentions à mon propos. Nous marchions alors vers la ville pour trouver un bar de potable, mais le premier qui s'était offert à nous ne semblait pas convenir. Il me demanda alors si j'avais une envie particulière.

    " Non, pas d'envie particulière, mais si vous connaissez un café ou un pub où vous avez vos habitudes, ça ne me dérange pas. "

    Moi aussi, j'avais mes habitudes ici, je me rendais souvent au Celtic Pub, mais peut être qu'il y avait d'autres cafés sympa qu'il connaissait. En tout cas, je me laissais guider, comme cela avait été rarement le cas ces dernières années, comme si je savais que je pouvais lui faire confiance alors que je ne le connaissais pour ainsi dire pas du tout. Mais parfois, vous le sentez au fond de vous en voyant une personne, vous sentez que vous pouvez lui faire confiance, comme s'il émanait de cette personne de bonnes vibrations. C'était assez inexplicable; mais je crois que ça ressemblait à quelques choses comme ça.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Jeu 14 Nov - 7:40

Hayden était l’une des rares personnes en ce monde qui agissait pour ses propres idéaux. C’est pourquoi, quoi qu’on puisse penser de lui, il fonçait droit devant, toujours, pour essayer d’atteindre sa cible et respecter les principes qu’il s’était donnés.  Beaucoup le trouvaient vieux jeu à se recueillir sur la tombe de ses parents et surtout de sa mère qu’il n’avait pas connue et qui n’était pour beaucoup qu’une mère porteuse. Pour lui elle était une partie de sa chair et méritait tout le respect qu’il lui devait pour l’avoir conçu.  Tout ça pour dire qu’il n’était pas du genre à se soucier des autres mais encore moins lorsque ça le touchait personnellement. C’est pourquoi il prit son temps sur les deux tombes et ne rejoint Makayla qu’au bout d’un bon quart d’heure.

Toujours aussi gentleman, non seulement parce qu’il avait eu cette éducation mais aussi parce qu’il la cultivait dans son paroxysme pour avoir la côte parce qu’au fond il était bien solitaire et n’aimait pas cela, il tendit son ras à la jeune femme.  Souvent, on lui disait que ses manières relevaient d’un temps ancien et révolu, mais encore une fois, il savait qu’au fond les demoiselles adoraient ça, lorsque ce n’était pas à outrance surtout, et il s’amusait à continuer à faire prospérer ces manières. Bref, à l’heure actuelle, c’était plutôt un bar qu’il fallait trouver, car ceux à l’entrée du cimetière n’étaient pas des plus ragoutants à ses yeux. Il voulait quelque chose de typique et de classe. Sur le coup il ne savait pas trop à vrai dire il allait toujours au même bar avec Camille et ce n’était pas franchement ce genre-là.

« Et bien je te laisse choisir. Et puis pendant qu’on y est tu peux me tutoyer. Je n’aime pas trop le vouvoiement. Même mes élèves me tutoient. Je trouve que c’est plus agréable et plus convivial. Ça met moins de barrières.  Je préfère »

Une porte ouverte pour plus de proximité, certes, mais quelque chose plus agréable aussi. Même à l’université, Hayden demandait à ses étudiants de le tutoyer. Il avait l’impression ainsi, que les gens se libéraient plus facilement et le voyaient moins comme le monstre qui leur met des notes tous les semestres qui vont jouer sur leur moyenne et leur passage en année supérieure.

« Si j’ai bien compris, tu te recueilles pour te ressourcer et non par tristesse alors ? »

Pour sa part c’était juste mitigé. Ses parents, il ne les avait pas vraiment connus donc il se recueillait sur leur tombe, en leur mémoire et il leur montrait ce qu’il devenait, leur racontait ce qu’il se passait. Quant à la femme qui avait partagé une fois sa couche il en était autre chose.  Sa disparition avait changé quelque chose en lui. A vie ? C’était une bonne question. L’une de ses dernières rencontrent semblait attestait le contraire. Mais seul l’avenir le dirait et il n’était pas spécialement pressé de savoir.  Pour le moment, il préférait se laisser vivre.

« Tu n’es pas obligée de répondre hein ! »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Jeu 14 Nov - 15:30

    Je continuais à penser que cette rencontre était étrange, comme si elle venait d'un autre temps, comme si la personne que j'avais en face de moi était un vieux vampire qui ne s'était pas complètement adapté à son temps. Mais non, même si nous étions dans un cimetière, il faisait jour, autrement dit, un vampire ne pouvait être là, pourtant Hayden avait ces bonnes manières que plus personne ne possède ou presque. Je ne dirais pas que j'étais sous le charme, mais il aspirait une certaine confiance, mes barrières étaient un peu plus basse qu'en temps normal, je m'étais laissé prendre au jeu, toutefois, si je sentais qu'il tentait un coup, je n'hésiterais nullement à agir. J'espérais cependant ne pas avoir à le faire, tout le monde ici n'est pas mauvais, il existe encore de bonnes personnes et il en fait clairement partis, n'est ce pas ? Dans mon esprit, oui, il en faisait partie. J'étais venu là pour me ressourcer après ce qui m'était tombé dessus. Me retrouver aux archives alors que j'avais essayé de sauver la situation ça ne me plaisait pas mais je faisais avec. Peut être que je pourrais lui en parler de façon un peu détournée, il étudiait les humains après tout, n'est ce pas ? Je savais qu'il m'étudiait là, même s'il le faisait inconsciemment. Moi aussi, je l'étudiais à ma façon, celle d'un chasseur à vrai dire analysant celui qu'elle avait devant lui, pour savoir s'il était une proie ou un prédateur, mais il ne semblait pas appartenir à l'une de ces catégories. Ce parfait gentleman me proposa alors de choisir le bar que je voulais pour que nous puissions discuter et donc boire un verre. Je visualisais les bars qu'il y avait dans le Newtown, et je savais où est ce que nous allions nous rendre. Nous aurions pu nous rendre au Mcdo pour y boire un verre de coca mais ce n'était pas vraiment un bar. Peut être qu'ils faisaient un campagne spéciale en ce moment, je ne sais pas, mais non, nous n'irions pas là-bas. Nous irions dans un petit bar, très british que je connaissais un peu pour y avoir pris une de mes premières cuites. Depuis le temps, les propriétaires avaient changés, mais je gardais toujours ce lieu dans ma mémoire comme quelques choses d’irrésistible. Hayden me dit alors que je pouvais le tutoyer. Cela m'étonnait un peu, au vue de ces manières, mais ce n'était pas très dérangeant.

    " Et bien, nous allons nous rendre dans un petit bar que je connais bien, même si je n'y suis pas retournée depuis la fin des années sanglantes, si cela TE convient donc. "

    J'avais inconsciemment insister sur le "te" pour lui montrer que je le tutoyais bien. Il me posa alors une question intéressante. Est ce que je me recueillais pour me ressourcer simplement et non par tristesse ? Je ne connaissais plus ce sentiment de tristesse depuis la mort de ma mère à vrai dire. Je m'étais forgé une carapace si dure que la tristesse ne m'atteignais plus, simplement de la nostalgie de temps à autres, mais pas de tristesse à proprement dit; alors oui, je pouvais lui dire que je venais ici pour me ressourcer quand je recevais une violente tape dans le dos et sur la tête. Il m'avait dit que je n'étais pas obligé de répondre mais je ne voyais pas pourquoi je ne le pourrais pas alors je lui répondais.

    " Oui, on peut dire cela comme ça. C'est un moyen pour moi de me ressourcer, de repartir de l'avant. Je ne suis pas vraiment triste, je n'ai pas connu mon grand-père alors c'est difficile d'être véritablement triste puisque je n'ai pas de souvenirs de lui. Je sais simplement ce que ma mère m'a dit de lui, des photos, quelques vidéos aussi, rien de plus. "

    Ma mère m'avait donné quelques uns de ces écrits aussi, et je me retrouvais tellement dans ce qu'il avait pu écrire, comme s'il était en avance sur son temps, comme s'il connaissait l'existence des vampires et qu'il sentait qu'une guerre comme celle que nous avons connus éclaterait un jour de mon vivant.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Dim 1 Déc - 14:18

A chaque rencontre venait une étude. Hayden, aussi jeune soit il ne pouvait pas se permettre faire connaissance sans essayer d’en savoir un maximum sur son interlocuteur pendant la première phase d’approche. C’est ainsi qu’il classifiait rapidement ses contacts dans des cases dont peu bougeaient finalement. Jusqu’à présent il ne s’était trompé que de rares fois. C’était déjà ça. Surtout lorsqu’il voyait combien les gens pouvaient souffrir de leurs relations. Il se croyait à l‘abris, mais savait pertinemment que cela finirait par le rattraper un jour où l’autre. Pour le moment néanmoins, il pouvait aisément se reposer sur ses acquis, d’autant que la jeune femme qu’il accompagnait semblait calme, douce et endurcie par la vie à la fois.

Offrir la possibilité à la jeune femme de choisir le bar où ils iraient semblait finalement une bonne solution puisque d’un côté, il lui faisait plaisir et de l’autre il pourrait aussi voir ce qui lui plait et le type de personne qu’elle était. Comme ça, on aurait pu croire qu’Hayden n’éprouvait aucun plaisir à rencontrer des gens et à faire connaissance. Tout semblait calculé. Alors qu’en réalité, rien ne l’était vraiment. C’était un comportement assez naturel. Comme inné. Et ce fut avec un grand sourire qu’il accueillit la remarque de la jeune femme qui employa bien la seconde personne du singulier pour le désigner.

« Et bien vu que je suis accompagné par une jolie fille agréable je crois que tout peut me convenir. »

Hayden draguait-il ? Oh que oui ! C’était sa spécialité. Les gens qui le connaissaient ne l’appelaient pas Don Juan pour rien. Il ne pouvait se mentir, elle lui plaisait, mais il savait déjà que ce ne serait que le coup d’un soir puis une amie, rien de plus. C’était étrange mais la sensation du premier regard dont il avait besoin pour se remettre en cause n’était pas là. Quoi qu’il en soit, ils n’en n’étaient pas là non plus. L’heure était à la découverte. C’est pourquoi, tout en la suivant, vint la question du recueil. Certains allés sur une tombe dans l’espoir de retrouver la paix, d’autre de se rappeler le passé, un passé qui les rendait heureux, d’autre se rappeler la tristesse de cette perte pour relativiser sur le monde actuel… Il existait tout un tas de raisons pour aller se recueillir, et Hayden demandait à la jeune femme quelle était la sienne. Pure curiosité.

« C’est étrange comme un souvenir induit par le souvenir des autres ou ce qu’on a laissé sur terre après notre mort peut influencer la vie d’autrui. C’est comme les auteurs célèbres post-mortem ; comme si la conscience était immuable, que jamais elle ne disparaissait de la Terre, qu’elle allait juste à un autre endroit pour qu’on la retrouve en cas de besoin. C’est assez fascinant je trouve comme on peut se raccrocher à quelque chose qui n’existe plus mais qui fait finalement parti de notre héritage. »

Son discours pouvait paraître froid, mais pour le loup ce n’était qu’une constatation. Il aimait bien essayer de voir la perception du monde à travers les yeux d’autrui. Quoi qu’il en soit, elle avait parlé d’années sanglantes et il se demandait qu’elle était sa vision, d’autant qu’il ne sentait rien de particulier chez elle ce qui le laissait croire qu’elle était humaine. Quoi qu’il ne pouvait pas déceler toutes les créatures existantes.

« Tiens au fait, j’ai vu que tu évoquais les années sanglantes. Tu en connais beaucoup ? Tu as une opinion ? »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Jeu 5 Déc - 14:58

    Cet homme était étrange, dans le bon sens du terme, une personne comme on en voit rarement, charmant mais aussi charmeur comme s'il venait d'une époque qui n'existait plus. Avait-il voyagé dans le temps ? A ma connaissance, les semi-démons n'avaient pas cette capacité, et s'il était le premier ? Non, je souriais intérieurement à cette hypothèse, ce ne pouvait pas être le cas. Si nous avions été la nuit, je me serais permise de penser qu'il était un vampire mais vu la luminosité, cela était simplement impossible. Je lui indiquais donc que nous nous rendions dans un petit bar que je n'avais visité depuis plusieurs mois, la dernière devait être au début du printemps, peu de temps avant la fin des années sanglantes. Nous étions en août, cela ne faisait pas si longtemps, après, cela dépends de quel point de vue nous nous plaçons, si c'est celui d'un nouveau né, cela représente une éternité, mais pour des jeunes gens comme nous, cela n'était pas si lointain que cela. Il me lança quelques fleurs à nouveau, et me dit que ce bar devrait lui convenir puisqu'il serait avec moi. Il n'était pas très loin du cimetière, c'était pratiquement le plus proche, celui où vous allez après l'enterrement, pour passer un moment plus ou moins douloureux en famille. En tout cas, même si je n'étais pas insensible à ces remarques, ni insensible à son physique, il ne se passerait rien de plus entre nous. Nous allions continuer de discuter, autour d'un verre plutôt qu'autour d'une tombe, cela faisait une différence, le verre étant un peu plus convivial que la tombe, n'est ce pas ? Pour moi cela ne changeait guère les choses, j'aurais pu discuter un long moment dans ce cimetière, avec mon aïeul, ou avec Hayden. Il me parla ensuite du recueillement sur les tombes, du souvenir que l'on a des personnes et ce qui va avec. Sa théorie était une théorie intéressante, que pouvais-je dire de plus ?

    " Je ne parlerais pas de conscience dans ce cas là, mais simplement des idées d'une ou plusieurs personnes. La conscience de l'être meurt en même temps que le corps, mais les idées sont parfois porteuses d'espoir pour ceux qui sont encore là. Et oui, cela nous influence, peut être plus qu'on ne le veut mais je ne pense pas que ce soit un mal en soi, puisqu'on se souvient souvent du meilleur de ces personnes, oubliant leurs défauts. "

    C'était une sorte de théorie complémentaire à ce qu'il avait pu dire. Ou une autre théorie, le débat pourrait durer sans doute un long moment mais il me demanda ce que je pensais des années sanglantes, comme s'il débarquait ici. Au vue des proches qui reposaient au cimetière, il ne faisait pas de doute qu'il était originaire d'ici. Avait-il fuit durant ces années avant de revenir ? Ou voulait-il simplement savoir ce que je savais ? Il voulait clairement en apprendre un maximum sur moi, mais je n'allais pas trop me livrer à ce sujet.

    " J'en connais oui, j'ai pleinement participé à ces années sanglantes à vrai dire. Et toi ? Tu as participé ou tu es resté un simple spectateur de tout ce sang versé ? "

    Je sentais que les questions fuseraient encore et encore, mais cela ne me dérangeait pas, le journalisme ça me connait, même si j'étais plus photographe que journaliste il y a encore quelques mois.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Dim 15 Déc - 20:21

Hayden ne put s’empêcher de sourire à la réflexion de Makayla. Pour elle, la conscience mourrait avec le corps. Justement, en tant qu’anthropologue, il se posait la question. Cette discipline était souvient liée à la religion, à la foi en quelque chose, quelle qu’elle soit, aussi Hayden ne pouvait avoir la même opinion que la jeune femme. Il la laissa toute de même finir, avant de reprendre.

« Pour ma part je ne crois pas que la conscience de l’être décédée s’éteint avec le corps. Pour moi elle reste quelque part, elle gagne peut être un état supérieur de l’être. Je ne sais pas je n’ai que trop d’hypothèses à ce sujet auxquelles je n’aurais finalement probablement jamais aucune réponse. Cela dit oui les idées rattachées à nos défunts, leurs croyances, leurs principes restent et nous aident à avancer et à nous construire quelque part. Je ne peux pourtant pas m’empêcher de croire que quelque part, ils continuent de vivre à travers la mort pour nous influencer d’une quelconque manière. Surtout lorsque la mort a été violente et soudaine. … Non je ne suis pas croyant si tu te poses la question. »

Des théories, un débat tout était possible. Vint alors le sujet des années sanglantes. En effet la jeune femme l’avait évoqué et Hayden, surpris voulut en savoir plus. Etait-elle impliquée ? Avait-elle juste entendu parler de l’histoire ? il voulait savoir ; La réponse fut quelque peu vague. Très vague. Il devint alors qu’elle ne voulait pas vraiment se dévoiler. Ce qu’il pouvait comprendre. Après tout elle ne le connaissait pas et s’il y avait bien une chose qui se ressemblait dans toute civilisation c’était la méfiance entre personnes inconnues. Naturellement, chacun se protège et teste l’autre avant de donner telle ou telle information.

« Malheureusement je connais bien j’y ai participé et il y a eu beaucoup de pertes bien trop de pertes. J’ai essayé d’aider on camp pour limiter les morts de tous les côtés, malheureusement l’imprévisibilité des autres et la hargne de certains ne sont pas des variables contrôlables. »

Sans doute ne comprenait elle pas vraiment le rôle qu’il avait eu ni même le camp dans lequel il était, mais Hayden évoquait toujours ces années avec difficultés. Il y avait perdu une potentielle compagne, et de nombreux loups qui auraient pu devenir des amis. Depuis il se protégeait pas mal et se contentait de forniquer un peu à gauche et à droite sans se soucier des attaches. De même très peu étaient ceux qui pouvaient prétendre à son amitié tout simplement car il ne voulait pas s’attacher si c’était pour perdre la personne presqu’aussi vite qu’elle était entrée dans sa vie.
Alors qu’ils arrivaient devant ledit bar, Hayden décida d’y aller au culot puisque de toute façon c’était sa manière d’être. Et puis au moins, il en aurait le cœur net.

« Tu es humaine ? »

Il était certain qu’elle n’était pas une louve ni même une méta mais il n’aurait pu juger d’autre chose. Son flair n’était pas encore assez aiguisé pour cela.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Jeu 19 Déc - 22:03

    Notre conversation était assez spéciale, mais je n'avais pas à faire à un simple humain de toute évidence, c'était même une certitude. Nous parlions du corps, de l'âme. Il faut dire qu'en partant d'un cimetière, la rencontre en elle-même était déjà épique, la conversation qui suivait l'était tout autant. Alors que je donnais mon point de vue, l'âme et le corps ne faisant qu'un il me dit le sien. Hayden croyait en une certaine immortalité de l'âme, mais j'étais bien moins spirituelle dans mes croyances, tout du moins, je me trouvais plus réaliste. Une fois que nous sommes morts, il n'y a plus rien du tout, nous n'avons pas la chance d'influencer ceux qui sont encore là, ceux qui restent en place. Après, il y avait les vampires, mais c'était un cas particulier. Si les morts influencent les vivants, c'est par les idées qu'ils ont pu véhiculé de leur vivant et que nous connaissont ou que nous avons nous même adopté, mais aucune âme ou force ne leur survit. Je pense que cela pourrait être un long débat, et que personne, enfin aucun de nous deux n'aurait vraiment la réponse, n'est ce pas ?

    " Je pense que nous pourrions débattre la dessus pendant un moment, sans pour autant avoir la véritable réponse. Je reste convaincu que rien ne survit à notre mort. Une fois que nous sommes morts, c'est simplement la fin du cycle de notre vie. Je ne crois pas en une certaine immortalité de l'âme. Enfin, après tout, peut être que je me trompe, tout est possible, il existe bien, les vampires, les loups et les semi-démons, pourquoi pas les fantômes ? "

    Et je souriais à cette idée. Pourquoi est ce qu'ils n'existeraient pas ? Je n'y croyais pas, mais peut être que dans quelques années, ils se révéleront au monde, allez savoir. Chaque espèce se dévoilera en son temps de toute façon. Puis nous avions parler d'un autre sujet, un sujet plus ou moins douloureux avec ces années sanglantes qui m'avaient rendues orpheline, même si j'étais déjà totalement indépendante. Ce n'était sans doute pas le cas de tous, des enfants se sont sans doute retrouvés sans parents, sans mère ou sans père. En tout cas, il semblerait que nous ayons tout les deux participer activement à ces années sanglantes. Je ne savais pas les pertes qu'il avait eu exactement, mais ces années m'avaient considérablement isolée de beaucoup de personnes. J'avais été l'une des rares à passer à travers la tempête sans trop de séquelles. Il avait essayé de limiter les pertes de son camps. Cela me laissait penser qu'il pouvait appartenir aux loups, aux humains voir même au semi-démon. Vu l'heure de la journée, il n'était pas un vampire, sinon il serait déjà brûler vif. Peut être avait-il perdu celle a qui il était venu rendre hommage dans ce cimetière, je ne savais pas, et vu que je ne le connaissais pas, je ne préférais pas trop demander. Nous ne nous connaissons pas encore vraiment. Il y a des choses qui restent dans le domaine du privé.

    " Si cela se trouve nous avons lutter l'un contre l'autre, ou du même côté durant certaines batailles, qui sait ? Je suppose que je me serais souvenu de ton visage si j'avais combattu avec ou contre toi, donc ça ne doit pas être le cas, ou pas sous cette forme. "

    Je sous-entendais par cette dernière réplique qu'il était possible qu'il ne soit pas humain, même si je n'en savais rien du tout après tout. Puis alors que nous arrivions pratiquement à destination, il me demanda si j'étais humaine. Par cette question, je le soupçonnais de ne pas l'être du coup, sinon, il ne me l'aurait pas posée de cette façon, à moins que je ne me fasse des idées.

    " Je suis humaine en effet. Et toi ? Je sens que tu ne l'es pas bizarrement. "

    Il pouvait répondre comme il voulait à ma question. S'il me disait qu'il était humain, je n'avais aucun moyen de vérifier sur moi si c'était bien le cas. Je n'allais pas lui tirer une balle en argent dans le bras pour vérifier. Et puis, même s'il était humain, il aurait quand même mal de toute façon.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Sam 11 Jan - 19:40

Si Hayden appréciait les débats, il préférait encore plus essayer de deviner les gens. Essayer de découvrir des facettes cachées, des parties d’eux qu’ils ont l’impression de cacher mais qui au fond, à force d’observation, sont bien visibles pour un œil averti. Il observa alors la jeune femme parler, avec un grand sourire. Il comprenait sa spiritualité. Finalement elle était peut-être plus terre à terre que pourrait l’être n’importe quelle femme connaissant le monde des loups et vampires, le monde qui fait d’Hayden ce qu’il est. En partie du moins. Il finit par se dire qu’il fallait mieux respecter pleinement ce qu’elle disait, car entrer dans le débat ne mènerait qu’à un discours de sourds.

« Tu viens de résumer ma pensée. Il existe tellement de créatures, les fantômes n’en seraient qu’une de plus. Mais je comprends ce que tu veux dire. Croire aux fantômes reste une conviction. C’est comme la religion. C’est comme tout un tas de choses. Tant que l’on n’en a pas, le scepticisme réside… ou pas. Enfin, quoi qu’il en soit on ne peut nier que nos ancêtres font partis de nous d’une manière ou d’une autre. »

Et hop, un clin d’œil. Tout en Hayden respirait le charme quand il était dans de bonnes conditions et qu’il n’y avait pas de danger. Il restait un homme à femmes et quoi qu’en disent ses amis il était persuadé qu’il ne se poserait jamais. La preuve, la semaine passée, il était avec quelqu’un d’autre, actuellement, il se disait qu’elle était très jolie et par ailleurs intéressante. Il était de ces hommes qui réfléchissent en même temps avec leurs deux cerveaux. Cela dit, il ne ferait rien parce qu’il n’était pas non plus de ce genre. Ça venait si ça venait. Généralement ça venait, quoi qu’il fasse. Mais finalement, son esprit n’était pas entièrement là et plus dans la discussion qui se jouait entre eux. D’autant qu’ils évoquaient les années sanglantes, une période des plus noires pour tous : humains, vampires, loups, semi-démons, tous les êtres vivants sur Terre. Des déchirements, de pertes sanglantes, des trahisons, mais aussi de nouveaux liens.

Je ne pense pas que nous ayons combattu ensemble. Comme tu le dis, je me souviendrais également de ton visage. Il en est de même pour le combat l’un contre l’autre »

Bien évidemment il savait que ce n’était pas possible car il ne touchait pas les humains si ce n’est pour les transformer, et les humains ne combattaient pas avec les loups. D’ailleurs elle semblait avoir mis le doigt sur le point essentiel de la discussion. A nouveau, comme il savait si bien le faire, il sourit.

« Perspicace, très perspicace. En effet…. J’ai de long croc et je suis très poilu » dit-il avec un clin d’œil et le tout dans un murmure que seule Makayla pouvait entendre.

Ils étaient dans le bar et il commanda une bonne bière choisissant par la suite une table isolée au fond de la pièce. Il attendit que la jeune femme s’installe et poursuivit où ils s’étaient stoppés avant de commander.

« Mais toi alors quel a été ton rôle durant cette époque sanglante ? »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Jeu 16 Jan - 0:30

    Chacun possédait ces croyances, n'est ce pas ? Hayden et moi-même n'avions visiblement pas les même, mais quelle importance ? Il faut bien de tout pour faire un monde. Les fantômes ça n'existaient pas pour ma petite personne, mais si on arrivait à me prouver par a + b qu'ils existaient alors je le croirais mais jusqu'à preuve du contraire, ce n'est pas le cas. Nos ancêtres avaient plus ou moins d'incidence sur ce que nous étions donc, que ce soit par la réputation de la famille, les gênes de la famille aussi, même si nous étions des entités bien différentes ! Si mon père avait été un loup, peut être que je l'aurais été, peut être pas. Si mon père était un semi-démon, je le serais sans doute. En ce qui concerne les vampires, ma famille aurait pu être issue d'une longue lignée de vampire, qui sait ? En tout cas, c'était un sujet délicat. Mon père s'en était allé quand j'avais 6 ans, il s'était fait transformé soit disant pour me protéger et à cause de lui, j'avais connu quelques déboires. Aujourd'hui, il était simplement mort durant les premiers mois des années sanglantes comme du vulgaire gibier. Je ne savais pas exactement les conditions de sa mort, mais il avait péri durant les premiers combats, c'est ce qu'on m'avait dit et cela m'allait bien ...

    " Oui, nos ancêtres ont une influence sur notre vie, même si cela est plus moins limité. Un peu de leur sang coule quoiqu'il arrive dans nos veines. "

    Et le sujet s'arrêterait probablement là, mais il y en avait tellement d'autres à explorer que notre conversation pourrait durée très longtemps. Surtout qu'après le cimetière nous nous dirigions vers un petit bar. Les années sanglantes arrivaient donc sur le devant de la scène, enfin, sur le devant de la conversation. Nous n'avions donc vraisemblablement pas combattu ensemble, ni l'un contre l'autre même sous une autre forme pour lui, puisqu'il m'avoua être un loup. Enfin, il me parlait de ces crocs et de ces poils, il ne pouvait pas en être autrement.

    " Oui, il parait que j'ai cette qualité. Et cette nature est là depuis la naissance ou c'est venu après ? "

    Autrement dit, était-il un loup de naissance, ou bien avait-il subit une morsure peut être durant les années sanglantes, je ne sais pas trop. A moins que cela ne se soit passé avant, allez savoir, peut être qu'il me le dirait en répondant à ma question ce petit charmeur. Nous arrivions donc dans le bar et nous commandions tout les deux une bière avant de nous installer au fond de celui-ci à une table un peu à l'écart. Puis la discussion autour des années sanglantes reprenait comme si nous n'avions pas bouger.

    " Mon rôle a été assez insignifiant à vrai dire. J'ai tué quelques créatures surnaturelles. J'ai surtout la chance d'être encore en vie, je suis passé pas loin de la mort une ou deux fois ... Et toi ? Tu donc lutté tour à tour contre les vampires, les semi-démons et les humains ? Ou tu t'es tenu assez éloigné de tout ça ? "

    Non, parce que si la majorité des loups avaient pris part au conflit, peut être que certains étaient restés plus en retrait par rapport à d'autres, je ne savais pas trop.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Mer 29 Jan - 13:09

Hayden appréciait discuter avec des personnes comme Makayla. Elle en se faisait pas influencer et conservait ses convictions mais elle acceptait aussi les croyances des autres, intégrant parfaitement chacun des arguments que l’on pouvait lui exposer. C’était une vraie discussion entre personnes civilisées. Ce que le professeur d’anthropologie qu’il était recherchait. Il était bien trop souvent confronté à des gens bornés et complètement fermés, voire intolérants. Ca l’insupportait au plus haut point. Ici, il pouvait être naturel, sans que cela ne la choque. C’était parfait. Il y voyait une opportunité assez rare. Parler sans être jugé ni bloqué.

« Tu as raison. »

Ou presque. En disant cela, Hayden songeait à son père qui avait fécondé sa mère qu’il n’avait alors jamais connue. Une humaine, dont il avait le sang dans ses veines mais qui demeurait un art abstrait pour lui dans le sens où il n’avait qu’entendu brièvement parler d’elle. Personne n’était capable de lui donner une photo, ou bien de lui expliquer comment elle était, parce que personne ne la connaissait vraiment. Le sang est important, mais encore plus la mémoire que nous avons de nos pères et mères, de nos ancêtres. La mémoire est un marqueur de l’ADN qu’on ne peut pas négliger.

Il abandonna néanmoins le sujet dans cet état. Cette pensée l’avait refroidi. Et la conversation dévia, de toute manière, vers les années sanglantes. Ils auraient pu en raconter des heures sur cette période, d’autant que Makayla semblait en savoir pas mal sur le sujet, ce qui étonna Hayden. Une combattante ? Une méta ? Une louve ? Impossible… il se dit qu’il l’aurait probablement vue ou sentie. Même s’il ne pouvait sentir la nature de chaque être vivant ici bas, il était des odeurs qui ne trompent pas. Mais Hayden finit par sourire, il l’apprendrait bien assez tôt.

« Depuis la naissance. Heureusement ou malheureusement je ne saurais le dire. ET tu es humaine, simplement ? »

La question pouvait, sortie de son contexte, sembler bien étrange. Pourtant, elle avait un réel sens. Au moins pour Hayden. Il était intrigué, car généralement, les hommes et femmes avaient peur des loups aussi bien que du changement. Ils étaient comme de la peste pour beaucoup d’entre eux. Et pourtant ils pensaient toujours que les temps évolueraient en leur faveur. L’espoir fait vivre comme on dit.

« Je vois… » dit-il plus sombre. L’idée qu’elle ait tué des créatures surnaturelles ne le réconfortait pas. Peut être venait-il de se vendre pour un futur attentat…. Qui sait ?

« Non d’un côté j’ai été observateur pour mettre en place la stratégie, et de l’autre j’ai participé à la fin des combats. Mais beaucoup plus contre les vampires. Cela dit, je ne juge pas avant de connaître. Actuellement encore je peux être proche de n’importe quelle race, si tant est qu’on me fiche la paix. Tu n’aimes pas les créatures ? »

Une question perspicace pour la fin essayant de sonder ce qu’il en était. Il n’avait pas vraiment envie de mourir maintenant du coup de la petite cuillère.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Jeu 30 Jan - 16:20

    Notre premier sujet de conversation était à peu près clos, personne ne semblait avoir vraiment raison, personne n'avait tord, chacun avait son opinion, en tout cas une fois sortie du cimetière, et installé dans le café/bar, la conversation fut bien différente. On parlait de nos natures respectives, mais aussi de ces années sanglantes. Reviendraient-elles un jour ou l'autre ? Sans doute, peut être pas sous la même forme que ce que nous avions connus par le passé, mais la guerre reprendrait à un moment ou un autre, c'était plus qu'une certitude. J'avais en face de moi un loup, un loup de naissance selon ce qu'il me disait. Devrais-je avoir peur ? En d'autres circonstances, cela aurait pu être le cas, mais là, je ne risquais pas grand chose, surtout qu'il était amical, charmeur même je dirais, autrement dit sans animosité envers moi, pour le moment. Peut être que cela ne serait plus aussi limpide quand je lui dirais que j'ai tué des créatures surnaturelles durant ces années sanglantes. Je n'avais rien contre lui en particulier, ni contre son espèce, ce que je voulais avant tout, c'était que la paix reste le plus longtemps possible par ici. Étais-ce trop demander ? Sans doute, mais le sujet n'était pas là, pour l'instant. En tout cas, il ne savait si être un loup de naissance était plus bénéfique qu'être un loup par morsure.

    " Je ne sais pas si c'est mieux d'être ainsi depuis la naissance à vrai dire. Mais cela doit faire bizarre de devenir un loup alors que l'on n'y est pas habitué au début. De toute façon les premières transformations doivent faire mal, non ? Moi, je suis une simple humaine, et oui, il n'y a pas une once de sang démoniaque qui coule dans mes veines. "

    Non, parce que s'il me demandait ça, c'est qu'il n'avait pas du remarquer d'odeur particulière pour ma part. Il aurait su si j'étais une louve ou un vampire assurément, mais je n'étais pas une semi-démone, pas que je le sache, et je ne pense pas que je puisse le devenir si facilement enfin, ce devait être un processus bien compliqué. Puis le sujet sur les années sanglantes était arrivé. Il ne semblait pas tellement apprécié le fait que j'ai tué des créatures surnaturelles comme je pouvais m'y attendre. Il me dit qu'il avait participé à la fin des combats principalement. Il pensait que je n'aimais pas les créatures.

    " Oh, disons que je ne suis pas fan des vampires, histoire de famille, mais je n']ai rien contre elles. Du moment qu'elles ne font pas de mal, je n'ai rien à leur faire, je n'ai pas envie que la guerre reprenne, alors je n'aimerais pas être la petite étincelle qui pourrait la faire reprendre. Il en faudrait tellement peu sans doute ... "

    Je finissais ma phrase, songeuse, je ne savais pas ce qu'il en pensait, mais à mon humble avis, il n'en faudrait pas trop pour que tout reprenne.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Lun 10 Fév - 19:54

La paix : « État de pays, de nations qui ne sont pas en guerre ». Voilà ce que dit le petit Larousse. La paix est une notion si facile à atteindre et pourtant si fragile. Un acte, une seconde de trop pour prendre une décision et tout bascule. Ils en étaient là. Tout comme tout pouvait changer entre deux personnes d’apparences amicales. C’était ce qui se passerait alors qu’Hayden découvrirait que Makayla avait tué des siens durant les années sanglantes alors qu’elle n’est qu’une humaine. Il n’a rien contre eux, mais il ne comprend pas qu’ils prennent part à une guerre qui ne les concernent pas et pire qu’ils l’alimentent par pure peur de l’inconnu. Pour le moment, néanmoins, ils restaient calmes, l’un et l’autre, discutant autour d’un café du statut de lycan. En effet, il ne savait pas ce qui était mieux, loup de naissance ou transformé bien qu’il ait sont idée propre sur le sujet. Tout pouvait être discutable. Des loups de naissances aimeraient parfois savoir ce qu’est être un simple humain quand les loups transformés haïssent cordialement leur « père » ou « mère ». Parfois tout se passe si différemment de ce à quoi l’on s’attend.

« Au-delà de la douleur physique il y a le psychologique. Soit un nouveau-né s’en sort bien soit il a besoin d’aide et longtemps. De même quand on est gosse. L’avantage de naître comme ça c’est qu’on n’a pas connu autre chose on ne peut donc pas regretter ce qu’on était avant. «

Hayden nota que la jeune femme précisait ne pas être un semi-démon mais il n’en dit rien. Il n’avait rien contre eux non plus. Dans l’absolu, tant qu’on ne l’emmerdait pas. Ce n’était pas pour rien qu’il avait été avec Becca et que jamais il ne l’avait rejetée même s’ils avaient décidé de mettre fin à leur relation pour leur espèce commune. Son métier lui donnait surement une tolérance que d’autres ne pouvaient avoir ou ne voulaient avoir mais il s’en trouvait bien mieux ainsi, à voir le monde dans son intégralité. Rien ne l’empêchait d’être également injuste, intolérant, en colère et de ressentir toute autre émotion négative. Il ne pensait juste pas guerre à chaque mention d’un vampire, d’un humain ou encore d’un semi-démon. Bref.

« Tant que tu es pour la paix alors nous serons amis. Il y a trop de fauteur de troubles ces derniers temps pour ne pas en plus en rajouter. Les trahisons vont trop bon chemin. »

Et il faisait référence aux siens qu’il sentait de plus en plus tendus depuis quelques temps. Après pour ce qui était des autres, il ne s’était pas vraiment penché sur le sujet.

« Quel a été ton intérêt de te battre pendant les années sanglantes ? »

Pure curiosité mais il apprenait aussi à la connaître, à décoder ses réactions, à comprendre ses instincts et ses désirs les plus profonds. Jamais Hayden ne quittait réellement sa casquette d’anthropologue car elle était bien trop importante pour lui, pour se faire une place dans le monde et pour choisir ses connaissances surtout. D’autant, qu’en plus de ça, ses capacités de loup lui permettaient de déceler les mensonges, en écoutant les battements du cœur de son interlocuteur.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Jeu 13 Fév - 15:16

    Pour le moment, nous parlions de façon très cordiale, même si j'avais cru sentir que le loup n'avait pas apprécié que j'ai pu tué certains de ces congénères, mais cela ne s'était pas produit très souvent. Et puis, c'était durant les années sanglantes, il y a peut être une année ou même deux ou trois. En tout cas, nous parlions à présent du statut de loup par naissance ou par morsure. Je ne savais pas quel statut était le plus enviable à vrai dire, vu que je n'étais qu'une simple humaine. Je ne voulais pas savoir ce que cela faisait vraiment, enfin, je ne voulais pas le tester sur moi, c'était une certitude. Il en savait mieux que moi, alors je lui demandais et apparemment, il y avait plus qu'une simple douleur physique, c'était une certitude. Il y avait une dimension psychologique. Visiblement Hayden préférait son statut de loup par naissance, comme ça, on ne peut pas comparer avec l'humanité que l'on a pu avoir avant. C'est vrai, mais même s'il y avait la contrainte de se transformer lors de la pleine lune, un loup a un meilleur odorat, il est plus fort physiquement qu'un simple humain. Il y a certainement des personnes qui ont été envieuse de ces avantages et qui ont voulues se faire loup, du moins je le suppose. Je lui précisais donc que j'étais bien une simple humaine, et que je n'étais pas une semi-démone. Il ne semblait pas tellement s'en soucier, comme si cela n'avait pas d'importance alors que ces derniers étaient particulièrement recherchés pour le bien de l'humanité, car trop dangereux. Je connaissais quelques semi-démons, notamment Rebecca, mais nous nous étions un peu perdue de vue ces derniers temps. Elle devait infiltrer les rangs de Maryana, mais depuis, je n'avais plus vraiment de nouvelles, mais ceci devait être bon signe, non ? Il me dit alors que si j'étais pour la paix, alors il y avait moyen de bien s'entendre. C'était une bonne chose, je ne le voulais pas en tant qu'ennemis à cause d'actes que j'avais pu faire dans le passé. Il me parlait de trahison, chose que je comprenais bien, l'homme était remplis de chose tortueuse et il était devenu un pro dans l'art de tromper son monde, par ces genre d'actes notamment. Les actes récents le prouvait bien, il y avait même des traîtres au sein de la PES. Je ne faisais pas partie de ceux-ci, de ces fauteurs de troubles, mais cela m'énervait, certains s'en étaient trop bien sortie.

    " Oui, je suis pour la paix, même si les trahisons en effet commence à devenir légion, mais comme partout, il faut balayer devant sa porte pour repartir du bon pied. "

    Je ne savais pas ce qu'il en était du côté des loups, mais il semblerait que ce ne soit pas calme non plus comme si l'Ecosse avait décidé de redevenir un terrain dangereux comme ce fut le cas durant ces années sanglantes. Le pays avait toujours été le berceau de ces combats, de ces légendes qui semblaient être réalité. Puis il me posa une question qui méritait d'être clair. Quel avait été mon intérêt à me battre durant ces années sanglantes ? Rien n'était vraiment simple. Comment pourrais-je tourner cela ?

    " La paix, je voulais la paix. Je sais dit comme ça, c'est un peu bête, se battre pour avoir la paix, mais les guerres sont faites pour ça, à la base ? On combat pour avoir la paix ensuite. Je n'ai pas pris part aux combats tout de suite, je me suis d'abord entraînée pour pouvoir survivre. J'ai eu du mal à le faire mais je suis toujours là. "

    Est ce que je répondais à sa question ? Je n'en savais trop rien. D'un réflexe, je me touchais le bas du coup, là, où l'on pouvait voir une cicatrice de guerre, quelques points de suture et un grain de peau irrégulier, comme si je me remémorais ces moments si difficile. Mais j'en avais besoin après ce que j'avais reçu récemment sur la tête ...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Jeu 6 Mar - 13:00

Hayden ne voulait pas dans son cercles de gens qui n’aimaient pas les loups et préféraient les tuer plutôt que de remettre en question l’opinion publique et d’essayer de les comprendre. Ce qui ne pouvait être que légitime quand on savait qu’il était un lycan. C’est pourquoi il réagit plutôt froidement lorsque la jeune femme lui dit avoir tué certains des siens. Cependant, il devait également reconnaître que certains loups s’en prenaient aux humains, pour tuer simplement ou pour transformer. Finalement ils ne valaient pas mieux. Il ne put donc lui en vouloir bien longtemps d’autant qu’elle voulait, comme lui, la paix entre les races. Quelle utopie ! Ils étaient fous, complètement fous. C’était une certitude.

Il sourit et accueillit ses mots comme il se devait. Sereinement. Il en fut de même de l’information selon laquelle elle n’était pas une semi-démone. Mais ça, il s’en fichait, il ne faisait pas vraiment de distinction malgré les oppositions naturelles. Il connaissait Rebecca, ils avaient été amants pendant un certain temps et il savait que tous n’étaient pas si vils qu’on pouvait le laisser croire. Il savait, en tant qu’observateur des races à travers le temps, que les apparences sont vraiment trompeuses, et pas que parfois. De plus, l’homme a tendance à faire le mouton et croire ce qu’on lui dit, les yeux fermés. Faire sa propre expérience n’est pas un automatisme de chacun ce qui fait que l’humanité y perd beaucoup de sa tolérance envers les autres.

Une tolérance qui se perdait de partout à bien y réfléchir. Quoi qu’il en soit, la discussion sur les loups n’était pas sa préférée et il préféra dévier. Clore la douleur de la transformation une fois pour toute. La paix, était un sujet bien plus utopique moins réaliste mais toujours présent. Il était conscient de la difficulté de l’obtenir, mais si personne ne se battait pour, ils ne l’auraient jamais et autant s’achever de suite. D’ailleurs elle avait la même opinion que lui. Il en sourit une nouvelle fois.

« Je suis bien d ‘accord avec toi. Il faut se battre pour la liberté et la paix… M… »

Soudain, alors qu’il allait ajouter quelque chose, son téléphone sonna. Il n’attendait aucun coup de fil, ainsi, par précaution il le sortit et observa le numéro qui s’affichait. C’était un élève. Flûte son cours particulier ! Il devait être l’heure. Il regarda sa montre. Bingo ! Il décrocha vite fait, dit qu’il arrivait et raccrocha. Il observa Makayla quelques instants et sortit de sa poche une carte de visite. Dessus figurait son nom, son adresse mail, son numéro de téléphone et la mention « anthropologue ». Il n’avait délibéremment pas mis les universités où il enseignait. Enfin, il la tendit à la jeune femme.

« Je suis désolé de couper court à la discussion, j’avais complètement oublié que j’avais un cours particulier aujourd’hui. Je suis déjà en retard. N’hésite pas à me recontacter pour boire un verre ou autre chose. »

Avec un clin d’œil il se leva et enfila son manteau.

« Ce fut un plaisir de te rencontrer. Un charmant moment. Au revoir. »

Il ramassa ses affaires et partit à son rendez-vous.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   Ven 7 Mar - 14:52

    Oui, la paix dans ce monde semblait être une belle utopie, mais c'était ce que je désirais et lui aussi apparemment. Il fallait se battre pour ceci, même si ce n'était pas simple et cela ne le serait jamais. Alors que notre discussion ne semblait pas être finie, j'avais cette impression que nous pouvions restés là pendant des heures et des heures son téléphone sonna pour venir nous interrompre. Serais-ce la fin de cette rencontre ? Possible, à moins que ce coup de fil ne soit pas très important. Apparemment, le coup de fil n'était pas si important que ça, mais il devait quand même partir. Il me donna alors sa carte, il y avait tout ce qu'il me fallait comme renseignements dessus. Il devait donc partir mais je ne devais pas hésiter à le contacter si jamais je voulais parler ou boire un verre. C'était assurément une invitation pour quelques choses d'autres mais je ne sourcillais pas. Le moment passé avait été fort agréable bien que la fin soit abrupte, mais parfois, on oublie de petites choses, comme son rendez-vous, enfin son cours particulier d'anthropologie semble-t-il puisque c'était ce qu'il était.

    " Au plaisir également, à la prochaine. "

    Je ne lui promettais rien de spécifique, peut être que je ne le rappellerais jamais, en tout cas, j'avais son numéro mais lui n'avait pas le mien, du coup cela serait à moi de faire le premier pas. Cela ne me dérangeait nullement. Je le regardais partir, il était en retard. Je restais là, quelques minutes de plus à réfléchir sur cette paix que nous voulions tout les deux. Si pour le moment, elle était là, je ne savais pas si elle serait durable, peut être que oui, peut être que non, je ne pouvais pas le deviner. Puis, je réglais l'addition et je m'en allais vers d'autres cieux.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Se recueillir, se ressourcer - [Livre II - Terminé]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Newtown :: Cimetière
-
Sauter vers: