AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
« If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Mer 7 Aoû - 14:34




« [...] Edinburgh was another planet. »


Encore une journée ponctuée par la foule des clients qui s’amassaient dans l’agence, en quête de conseils de la part de mon équipe, qui était plus que débordée en ce début du mois d’août. Nous venions à peine de terminer le mois précédent, et ce début d’un nouveau amenait de nouvelles familles, de nouveaux couples, des aoûtiens désirant remplacer les juilletistes sur le pied de guerre. Nous avions fort à faire donc, surtout que j’avais réussi à prendre congé la semaine du 14 août. Il était inutile de dire que j’attendais cela avec impatience mais j’avais un peu peur que mon équipe ne sache pas se débrouiller correctement sans moi. Non pas que je ne les pensais pas capables de gérer l’agence seuls, mais une personne en plus pour gérer les clients n’était pas de refus, et mon absence risquait de les stresser encore plus. Chassant ces idées pessimistes, je me reconcentrai sur ce que j’étais en train de faire et sur le discours de mon interlocuteur.

Aaron Caron était debout à mes côtés, me montrant des photos qu’il avait prises la veille dans tout Édimbourg. Il les avait étalées sur la table pour mieux les voir. J’avais engagé le jeune homme il y avait une dizaine de jours, ayant passé une annonce dans le journal, en quête d’un photographe pour m’aider à remettre à neuf les différentes brochures d’informations de la ville qui en avaient bien besoin. Je n’avais pas eu trop le choix, sinon je me serai occupée de ça après le rush des grandes vacances, mais après tout, Édimbourg était la plus belle justement pendant cette période. Alors il avait fallu que je m’en charge ces mois-ci, avant que l’automne ne recouvre de son manteau terne les bâtiments de la ville… J’avais eu plusieurs candidats potentiels, et après avoir jugé leur travail, j’avais choisi Aaron. Je n’étais pas déçue, il travaillait bien, efficacement, et écoutait mes suggestions toujours avec une oreille attentive. Je sentais qu’il aimait ce qu’il faisait, et c’était une des raisons qui m’avaient fait le choisir. Il m’avait déjà pris des photos du Château, que j’avais adorées, ainsi que des cathédrales et il était actuellement en train de me montrer des clichés des jardins de Princes Street, absolument magnifiques sous le soleil de l’été. J’en pointai plusieurs des doigts.

« J’aime beaucoup ces deux-ci, et celle-ci aussi… »

Je continuai de regarder les différentes photographies, mettant de côté celles que j’avais appréciées.

« Oh et celle-ci est magnifique ! »

Je la mis de côté, terminant rapidement le tour des dernières photos. J’en avais une petite dizaine de côté, ce qui représentait une minorité par rapport à toutes celles qu’Aaron avait faites mais je ne pouvais pas en mettre vingt représentant le même endroit sur une brochure d’informations destinée aux touristes visitant Édimbourg. Bientôt allait se dérouler le festival international de la ville, et j’avais demandé à Aaron de s’en occuper également.

« Pour le festival, je ne serai pas à l’agence lorsqu’il débutera. J’ai pris une semaine de congé du 14 au 20. Mais ce n’est pas très grave, vous me montrerez les photos que vous avez pu prendre du festival la semaine suivante, à mon retour. Est-ce que ça vous irait si on se voit directement le lundi 21 ? »

Tout en lui parlant, j’avais rejoint mon bureau, à quelques mètres de la table où les photos étaient posées, et je pris mon agenda pour marquer la date de notre rendez-vous dès l’instant où il me confirmerait que cela lui allait. Il y avait un bordel incroyable sur le meuble et je dus soulever plusieurs papiers en piles menaçant de tomber à chaque instant pour me saisir de mon petit cahier. Il allait falloir que je range un peu tout ça, avant de partir. Sinon, à mon retour, je risquai de ne plus rien retrouver si ça continuait.

« Voilà, ça y est ! »

Je brandis mon agenda, l’agitant devant moi en souriant à Aaron qui m’avait regardée le chercher dans mon fouillis. Saisissant un stylo, je revins vers lui, attendant son accord pour la date du 21 août.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Jeu 8 Aoû - 0:51

Jamais je n’aurais pu imaginer qu’il puisse y avoir autant d’aller-venues en si peu de temps dans une agence de Tourisme. C’était hallucinant ! Mais il faut dire qu’Edimbourg regorgeait de multiples trésors. Merveilles que j’avais d’ailleurs photographiées et qui m’avaient conduite ici. Car contraire aux autres personnes qui allaient et venaient, j’étais là pour le boulot. Les photos qui étaient étalées sur la table le prouvaient tout comme mes commentaires qui les accompagnaient. Les jardins de Princes Street avaient été une source d’émerveillement et je ne m’étais pas lassé de les photographier. Le soleil avait cependant joué contre moi et j’avais perdu juste après avoir obtenu un splendide cliché du coucher du soleil sur les lieux.
Je souris à Kate tandis qu’elle choisissait avec enthousiasme les photos qu’elle préférait pour sa prochaine brochure. Travailler pour elle était un véritable plaisir ! Nous avions une vision des choses et des idées très similaires… Cela faisait que je comprenais assez vite ce qu’elle voulait ou ne voulait pas.



- C’est l’une de mes préférées, répondis-je en voyant la photo qu’elle trouvait magnifique. Je me suis douté qu’elle ferait partie de votre sélection.


J’étais sincère ! Je commençais à connaître les goûts de la directrice et cela m’aidait beaucoup à faire au mieux mon travail.
Après avoir sélectionné une dizaine de photos, Kate évoqua le festival international qui allait avoir lieu et auquel je devais me trouver. J’avais accepté car je n’avais pas de vacances de prévues étant à mon compte depuis trop peu de temps pour me le permettre. Je pris un air faussement choqué lorsqu’elle me parla de ses vacances et la suivie du regard lorsqu’elle se dirigea vers son bureau après avoir évoqué le 21 août.



- Vacances ? Hmmmm, quel est ce mot ? Je pense que j’ai dû en oublier la signification… Enfin, ajoutais-je en observant mes clichés, ça n’a rien de dramatique quand on voit les merveilles que j’ai le plaisir d’observer.


En parlant d’observation, je regardais à présent Kate en train de farfouiller sur ce qui semblait être un bureau… son bureau ! Je n’en étais pas sûr car il y avait un tel amoncellement de papiers que l’on ne pouvait même plus distinguer la couleur du meuble qui les supportait. J’eus un sourire amusé lorsque la brune agita un calepin triomphalement. Après s’être munie d’un stylo elle m’avait rejoint pour me demander confirmation pour le 21 août…
Je jetais alors un coup d’œil sur mon Smartphone pour être sûr que j’étais libre et c’était le cas. Je n’avais rien de prévu ce jour là et la directrice de l’agence aurait également le choix quant à l’heure du rendez-vous.
En même temps que je répondais à ma cliente préférée, une nouvelle personne arriva à l’agence… Cette silhouette, cette chevelure me parurent familières.



- C’est parfait pour le 21 et à l’heure que vous vou… Je m’étais interrompu car j’avais été tenté de jeter de nouveau un coup d’œil en direction de la nouvelle venue. Elecktra ! Ma jolie sirène… Mais je me reprenais et regardais Kate après avoir souri à la belle rouquine. A l’heure que vous voulez ! répétais-je.


Il n’y avait pas à dire… Elecktra avait vraiment quelque chose de surnaturel ! Elle avait presque failli me faire perdre mes moyens alors que je bossais et qu’elle n’avait fait qu’entrer dans l’agence.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Messages : 1177
Membre du mois : 6
Je crédite ! : (c) LBG (c) Inconnu
Localisation : Edimbourg
Caractère : Passionné - franc - déterminé - impulsif - rêveur - souvent solitaire.
Vos Liens : Fiche - Liens - Rps - Portable - Facebook

Spoiler:
 


Humeur : A envie de changement !
Autres comptes : Dafné O'Connell & Damon Black
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Jeu 8 Aoû - 3:10

    Cela faisait quelques jours que je l'avais croisée, quelques instants seulement, quelques minutes devrais-je dire, mais je n'arrivais pas à me le sortir de la tête, c'était simplement impossible. J'avais accroché son magnifique dessin à un mur de ma chambre, occultant donc volontairement le numéro de téléphone qui se trouvait derrière. C'était en quelques sortes une torture que je m'obligeais à vivre, tout du moins une petite torture, car il était dans mon esprit, et m'inspirait des mots, des phrases, et il pénétrait doucement mais sûrement dans mon coeur, et ça devenait problématique. Je ne pouvais pas tomber amoureuse aussi rapidement, je ne le connaissais pas vraiment après tout, c'était ça qui me posait problème. Mais bon, ce n'était peut être qu'un petit béguin comme j'en avais déjà eu par le passé. C'est ainsi que j'avais déjà commencer à écrire une chanson, tout du moins un peu de texte, car je n'avais aucune mélodie en tête, pour l'instant. C'était une chanson sans titre mais j'avais déjà quelques rimes.

    " Rencontré un soir d'été
    Quelques instants nous avons parlé
    La porte s'était ouverte
    Je partais à ta découverte.

    Je ne savais pas quoi en penser
    Tout cela était-il insensé ?
    Tout cela n'allait-il pas un peu vite ?
    ... "


    C'était à peu près tout ce que j'avais pour le moment, mais je n'étais pas à l'abri de tout changer, encore et encore mais ce début me convenait. Est ce que cette poésie se transformerait en chanson ? C'était possible, il y avait pourtant beaucoup de mes textes qui ne devenaient jamais une chanson. J'essayais de me le sortir de la tête mais non, je n'y arrivais pas. Je me devais d'aller demander conseil à ma grande soeur. Elle le connaissait un peu, peut être même mieux que moi, elle saurait me dire quoi faire. Alors je me rendais à son agence de tourisme en fin de journée, là où il y aurait peu de monde logiquement. Et c'est là que je les vis. Ils étaient en train de travailler ensemble. Je n'allais pas les déranger tout de suite quoiqu'il arrive, j'attendrais patiemment qu'ils finissent, et qu'il s'en aille pour discuter avec elle. Enfin, j'osais espérer que les choses se passent ainsi.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Jeu 8 Aoû - 11:11




« [...] Edinburgh was another planet. »


J’avais ri légèrement quand Aaron m’avait demandé ironiquement ce que signifiait le mot « vacances ». J’avais eu tendance à ne plus connaître sa signification non plus ces derniers temps, et j’aspirais à être en congé, bien tranquille chez moi, avec Alan à mes côtés. Il n’avait que peu d’heures de cours l’été, car à part les quelques cours de rattrapage qu’il pouvait donner, il était bien connu que l’été, les étudiants fuyaient les classes comme la peste. Je savais que nous allions avoir du temps pour nous et cela me faisait déjà sourire de bien-être. Cela faisait presque un mois à présent que je lui avais annoncé ma grossesse et il avait toujours plein d’attentions pour moi, c’en était touchant. Inconsciemment, ma main droite vint se poser quelques secondes à peine sur mon ventre, mais je la retirai vite fait, faisant comme si de rien n’était, ne voulant pas que l’on suspecte quoi que ce soit. Tant que mon ventre ne serait pas visible, je comptais bien continuer de me taire sur ma grossesse. Nous ne l’avions dit qu’à Camille, le meilleur ami d’Alan car je n’avais pas envie que tout le monde sache. Alors, depuis que mon ventre s’était légèrement arrondi, je portais des vêtements amples, qui cachaient ce signe évident de grossesse. Ce n’était pas toujours facile de savoir quoi porter pour ce faire, étant donné que l’été nous débarrassait de ce trop-plein de vêtements que l’hiver nous donnait, mais, pour l’instant, j’avais réussi à ne pas éveiller les soupçons de mes collègues, ce qui était un exploit. Je comptais bien continuer de la sorte aussi longtemps que possible.

Aaron jeta un œil sur son Smartphone pour consulter son agenda pendant que j’ouvrais mon calepin à la bonne page, qui était encore vierge. Au même instant, la petite clochette suspendue au-dessus de la porte m’indiqua qu’une personne venait de rentrer dans l’agence, mais je lui tournai le dos et je ne vis donc pas de qui il s’agissait. Je ne me tournai pas, me disant qu’une de mes collègues s’occuperait de ce visiteur. Continuant de discuter avec Aaron sur l’heure de notre prochain rendez-vous, j’avais commencé de noter à la date du 21 quand il s’interrompit. Je relevai alors mon regard vers lui, pour comprendre ce qui avait provoqué cela, et je le vis regarder derrière mon épaule. Je tournai la tête, pour apercevoir ce qu’il regardait, et la silhouette d’Elecktra apparut dans mon champ de vision.

« Oh Elecktra ! Qu’est-ce que tu fais là ? »

Je lui fis un petit signe de la main, lui souriant, et je me retournai à nouveau quelques instants vers Aaron, pour terminer de fixer rendez-vous avant d’aller saluer mon amie.

« 17 heures ? Ça irait pour vous ? Je risque d’avoir énormément de choses à faire dans la matinée, donc je préfère vous dire de ne pas venir trop tôt. »

Cela me laisserait le temps de faire les choses vraiment importantes dans la journée. Je finissais généralement à 18h, l’agence fermant à cette heure-là, mais j’étais rarement partie avant 19h, surtout pendant l’été. Terminant de noter dans mon agenda, je le refermai aussitôt, plaquant un sourire sur mon visage, destiné à Aaron, mais aussi à Elecktra, que je m’empressai d’aller voir en demandant à l’homme de m’excuser quelques instants. Arrivée à sa hauteur, je lui fis la bise, heureuse de la voir, même si je ne connaissais pas les raisons de sa présence.

« Comment tu vas ? Tu venais me voir ? »

J’avais laissé mon photographe ranger le reste de ses affaires entre-temps, reprendre ses photos, et je m’attendais à ce qu’il parte sans tarder. Après tout, il n’avait plus rien à faire là, non ? Je n’avais aucune idée qu’en fait, Elecktra et Aaron se connaissaient.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Jeu 8 Aoû - 14:52


Vacances ! Il est vrai que cela faisait un moment que je n'avais pas pu en prendre mais mon métier me faisait voyager. Et puis je venais tout juste d'arriver en Écosse ce qui faisait que j'avais vraiment l'impression d'être un touriste à la découverte d'un nouveau pays. Comme tout globe-trotteur qui se respecte, je faisais des tonnes de photos et la seule différence était que moi, je les faisais pour mon métier. D'ailleurs, ces fameux clichés étaient pour la plupart destinés à attiser l'envie des touristes de visiter les différents endroits d'Édimbourg.
Voilà ce qui justifiait ma présence dans l'agence de tourisme de la ville. J'avais amené mes clichés à Kate afin qu'elle fasse sa sélection et j'avais été ravi de voir à quel point mon travail lui apportait satisfaction. J'étais même sûr et certain que Kate en aurait choisi plus si elle l'avait pu. Mais il était évident que la brochure ne pouvait comporter les images d'un seul et unique lieu.

Une fois la sélection faite nous en étions venu à parler du festival. Ils nous fallait convenir d'un rendez-vous qui aurait lieu après l'événement car la directrice serait en vacances durant ce dernier. Le 21 août me convenait, j'aurais le temps de faire une présélection du mon travail avant de le partager avec ma cliente. Et alors que je confirmais le jour, une magnifique sirène avait fait son apparition. Je savais que Kate et Elecktra se connaissaient mais je n'aurais jamais imaginé que j'allais croisé cette dernière aujourd'hui. La directrice s'était étonnée de la venue de la rouquine... Arrivée qui m'avait légèrement surpris moi aussi mais mon professionnalisme avait repris le dessus et je m'étais reconcentré sur ce que me disait ma cliente.



- Oui, c'est parfait 17h.


Tout comme Kate, je notais le rendez-vous et cette dernière partit ensuite rejoindre son amie. Je rangeais alors mon Smartphone et commençais à réunir mes affaires non sans jeter un coup d'œil aux jeunes femmes. Enfin, à une en particulier ! Elecktra ne m'avait toujours pas contacter depuis notre rencontre qui datait de quelques jours mais je me doutais qu'elle devait être occupé avec son métier tout comme je l'étais avec le mien.
Lâchant du regard la sirène, je pris le parti de reporter mon attention sur mes affaires. Les photos non sélectionnées finiraient dans un book spécifique à la ville d'Édimbourg et je prenais donc soin de ne pas les abimer. Toutes mes affaires réunies, je les mettais dans ma sacoche et me dirigeais vers les amies afin de dire au revoir à Kate et surtout saluer Elecktra.

J'arrivais auprès d'elles, ravi. Et oui, certaines personnes arrivent à vous donner le sourire par leur simple présence.



- Kate, je vous dit au 21 alors ! Puis, je tournais vers Elecktra. Salut mademoiselle la sirène, dis-je en souriant. Comment vas-tu ? L'écriture de tes nouvelles chansons avance bien ?


Moi ? Envie de rester ? D'accord... J'avoue ! Mais je ne le ferais pas... Du moins, pas sans une invitation. Et le fait que j'ai interrogé la rouquine n'était pas une excuse. J'étais vraiment intéressé car je n'avais pas oublier que j'aurais peut-être le droit d'écouter les nouvelles mélodies de la jolie sirène en avant-première.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Messages : 1177
Membre du mois : 6
Je crédite ! : (c) LBG (c) Inconnu
Localisation : Edimbourg
Caractère : Passionné - franc - déterminé - impulsif - rêveur - souvent solitaire.
Vos Liens : Fiche - Liens - Rps - Portable - Facebook

Spoiler:
 


Humeur : A envie de changement !
Autres comptes : Dafné O'Connell & Damon Black
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Jeu 8 Aoû - 17:48


    Ce n'était pas que je ne voulais pas parler à Aaron, mais je ne sais pas, mon coeur me disait que je devais le faire, mais mon esprit mettait un frein à cette relation amicale naissante, craignant que mon coeur ne soit bien vite brisé. Mais qu'est ce qu'il y avait de mal à lui parler en compagnie de Kate après tout, n'est ce pas ? Il n'y avait vraiment rien de mal, mais je ne sais pas, j'avais comme un petit pincement en le voyant là, après quelques jours. Je savais que j'étais sa sirène, mais je ne l'avais pas rappelé, peut être qu'il allait m'en vouloir et qu'il serait fâché. C'est ce que mon esprit craignait, pour mon coeur me disait que s'il n'avait pas demandé mon numéro c'est qu'il me laissait gérer la situation à la vitesse que je désirais. Bon, il était là, je ne pouvais pas l'ignorer, il ne comprendrait pas pourquoi j'agis de la sorte et je perdrais peut être de grandes chances de l'avoir pour moi. Kate était mariée, il n'y avait pas de raisons qu'elle soit une concurrence pour moi. Cette idée me paraissait tellement bête, mais mon esprit y avait pensé, contrairement à mon coeur. C'était une situation que je n'aimais pas vivre. Je préférais qu'une bonne amitié se fasse avant de penser à aller plus loin. Mais là, le courant était si bien passé, qu'il m'était arrivé ceci. En le voyant, je fermais les yeux un instant. Je mettais mon coeur et mon esprit en adéquation : Aaron était pour le moment un ami, rien de plus. Aaron et Kate travaillaient ensemble, et je m'étais rendue dans leur direction donc, sans vouloir les interrompre mais le jeune homme s'était interrompu verbalement à la vision de mon visage semble-t-il. Aussitôt mon coeur était repartie de l'avant laissant mon esprit loin derrière. Il ne faisait pas de doutes que nous nous plaisions de façon réciproque. Kate était étonné de me voir là mais je lui répondais simplement par un petit sourire la laissant finir ce qu'elle faisait avec le photographe. Puis le laissant ranger les photos, elle vint me voir.

    " Oui, j'aurais aimé parler de ... "

    Mais je n'avais pas le temps de finir ma phrase qu'Aaron était déjà en train de me saluer m'appelant la sirène. Je rougis à cette appellation devant Kate. Il aimait plaisanter mais là, j'aurais préféré qu'il m'appelle simplement par mon prénom. Ce n'était pas que ça me gênait mais bon, un petit peu quand même. Je ne pus cependant pas m'empêcher de lui sourire. Il me demanda comment ça allait et et l'écriture de mes nouvelles chansons avançaient bien. Je fermais les yeux l'espace de deux secondes, pour que mon visage retrouve une couleur normale.

    " Salut monsieur le chasseur. Je vais bien et toi ? L'écriture avance doucement mais sûrement. "

    Je lui fis un petit sourire, puis plus rien à vrai dire. Il me dirait sans doute que ça allait et il s'en irait. Oui, je me faisais des films, je le savais bien, mais je n'ai pas réussi à articuler autres choses, même si je le désirais au fond de ma personne. Kate se douterait de quelques choses, un inconnu ne pouvait pas m'appeler la sirène sans une raison. Mais non, je ne réussis pas à prononcer un mot de plus comme si mes cordes vocales ne désiraient plus vibrer. Si ma grande soeur de coeur ne l'invitait pas à se joindre à nous pour boire un verre, il partirait ... et si cela contentait mon esprit, mon coeur lui n'aimais pas vraiment ça. Il loupa d'ailleurs un battement, du moins j'en eus cette impression.


Dernière édition par Elecktra E. Hamilton le Sam 10 Aoû - 23:15, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Sam 10 Aoû - 21:00




« [...] Edinburgh was another planet. »


Je ne faisais plus attention à Aaron, occupé à ranger ses affaires derrière moi, tandis qu’Elecktra se tenait en face moi. Elle avait un air préoccupé sur le visage et je fronçai un instant les sourcils, perplexe de la voir ainsi. Avait-elle des problèmes ? Je lui avais à peine demandé ce qu’elle faisait là qu’elle me répondit, mais fut vite interrompue. Je voulus la pousser à me révéler de quoi elle voulait me parler. Je lançai donc une petite syllabe, l’encourageant d’un petit geste de la main :

« De… ? »

Mais je vis qu’elle était bloquée, comme par quelque chose. Me demandant ce qui la tracassait, je me retournai alors, sentant une présence derrière moi. Aaron s’était approché de nous, et me dit quelques mots, pour me saluer, avant de partir, pensai-je. Je lui répondis gentiment.

« Oui Aaron, merci encore pour le super travail que vous faites. Au 21 donc. »

Je m’attendais à ce qu’il parte, mais il n’en fit rien, prenant le temps de s’adresser à Elecktra, qui n’avait pas eu le temps d’achever sa phrase. Ma surprise fut totale quand il lui parla de façon familière, comme s’ils se connaissaient très bien, et qu’ils partageaient même une certaine intimité. Ce « mademoiselle la sirène » ne serait certes pas venu s’ils ne s’entendaient pas bien et s’ils n’étaient pas au moins amis. Voilà qui était pour le moins… étonnant. Je vis l’air gêné de mon amie, qui avait rougi en souriant, aussi intervins-je, d’un ton surpris et innocent, pour la sortir de cette situation embarrassante :

« Vous vous connaissez tous les deux ? »

Je n’en savais rien et voilà qui m’étonnait grandement. En même temps, je connaissais Aaron depuis peu, mais ce n’était pas le cas d’Elecktra, que j’avais connu il y avait plusieurs années à présent. On partageait beaucoup de choses, et j’étais quasi-certaine qu’elle m’aurait dit pour Aaron si ce que je soupçonnais entre eux deux était vrai et réel. Ils ressemblaient à deux adolescents épris l’un de l’autre, que j’aurais pris sur le fait. C’était comique. Je décidai de les tester un peu, guidée, il est vrai, par ma soif de curiosité sur ce qui se passait entre mes deux interlocuteurs.

« Ça vous dit qu’on aille se boire un verre quelque part pour discuter ? J’ai envie me changer les idées et de quitter ce lieu que je ne vois que trop ! Et puis comme ça vous allez me raconter comment vous vous connaissez tous les deux. »

J’avais lancé ça avec un petit rire, espérant qu’ils diraient oui, car je voulais savoir ce qu’il y avait entre eux. J’avais toujours été curieuse, mais après tout, n’était-ce pas une caractéristique propre à chaque femme ? Après tout, il était normal de vouloir savoir les petites histoires des gens proches de nous, et, si Aaron n’était pas dans cette catégorie, Elecktra l’était. En tant que grande sœur de cœur, j’avais le droit de savoir, non ?

« Je vais chercher mes affaires, je reviens. »

Me dirigeant alors vers mon bureau qui était un peu plus loin, je pris mon temps pour reprendre tout ce dont j’allais avoir besoin ce soir, une fois rentrée. J’avais l’habitude de relire deux-trois choses à la maison, de peaufiner un dossier ou autre. J’aimais avoir l’esprit occupé. Même si souvent, mes tentatives de bosser à l’appartement le soir étaient vite soldées d’un échec, à cause d’Alan. Il refusait généralement que je fasse quoi que ce soit d’autre le soir que de me détendre, en regardant la télévision avec lui par exemple, ou en lisant un roman. Mais depuis que j’étais enceinte, il me couvait et refusait encore plus que je travaille le soir. Je souris en pensant à toutes les fois où il m’avait enlevé les dossiers des yeux, pour m’obliger à passer du temps avec lui, à ne rien faire. Je vérifiai que j’avais tout, fermai mon sac à main, et me préparai à aller rejoindre ceux que j’avais abandonné quelques minutes à peine.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Dim 11 Aoû - 15:30

Après avoir récupéré mes affaires, je n’avais pas hésité à rejoindre les deux amies et après avoir dit quelques mots à Kate, qui m’avait de nouveau félicité, je m’étais orienté vers Elecktra. J’étais vraiment ravi de la revoir et cette joie me fit légèrement oublier le fait que nous n’étions pas seuls comme cela avait été le cas « Chez Andrews ». Je ne m’étais rendu compte que trop tard de l’erreur que j’avais faite en m’adressant à la rouquine en utilisant le surnom que je lui avais trouvé et non pas son prénom. Non mais quel idiot franchement, sur tout que la dernière chose que je voulais c’est mettre mal à l’aise la jeune femme qui me sourit avant de me répondre.
J’eus un sourire à son égard en constatant qu’elle n’avait pas l’air de m’en vouloir puisqu’elle me répondit en m’appelant le chasseur. La seule chose que je trouvais dommage c’est que je ne pourrais profiter de sa compagnie que quelques minutes seulement. Pour le coup, je n’allais pas m’incruster !



- Je vais bien, merci.


Je n’eus pas le temps de lui dire que j’attendais avec impatience d’avoir le plaisir d’écouter ses chansons car une autre personne prit la parole pour s’adresser à Elecktra comme à moi. Kate ! Oups… Non pas que j’avais zappé ma cliente mais presque. Elle posa une question affirmative concernant le fait que la rouquine et moi-même nous connaissions. Je souris légèrement en pensant que je n’allais pas être plus maladroit encore. Mais j’aurais presque été tenté d’embêter Elecktra en lui disant que j’étais surpris qu’elle n’ait pas encore interrogé la directrice de l’agence à mon sujet.
Bien entendu, je n’en fis rien et je me contentais de reporter mon attention sur Kate qui n’attendait pas une réponse mais une confirmation. Cette fois, j’allais faire attention de ne pas trop en dire et si Elecktra voulait apporter des précisions, elle pourrait le faire.



- Oui, oui, on se connait, affirmais-je. On a travaillé au même endroit durant une soirée le mois dernier…


Stop. On ne rajoute rien d’autre et c’est très bien. Et maintenant, aussi décevant cela était-il, il me fallait partir… Les deux amies avaient sûrement un tas de choses à se dire et je ne voulais pas les déranger plus longtemps. J’allais donc les saluer après avoir réajusté ma sacoche sur l’épaule lorsque Kate reprit la parole pour me surprendre. Aller boire un verre ? J’aurais directement répondu oui même si cela était étonnant. Après tout, Kate était une cliente ! Mais je l’appréciais énormément alors avoir une relation professionnelle sublimé d’une pointe d’amitié ne me dérangerait absolument pas. Et puis, passer de nouveau un peu de temps avec Elecktra m’enchantait. Le hic était de savoir si la rouquine était également d’accord. Voilà pourquoi j’aurais préféré qu’elle réponde la première mais Kate partit chercher ses affaires ce qui me laissa le temps de dire deux mots à la jolie sirène sans que la directrice de l’agence n’entende.


- Désolé… pour le surnom, m’excusais-je. J’ai été un peu trop spontané je crois ! Je rajoutais avec franchise. Après, je n’ai rien de prévu pour le reste de la journée mais tu voulais peut-être discuter de choses et d’autres avec Kate et si c’est ça je peux trouver une excuse pour vous laisser entre filles.


Mon raisonnement avait pour unique but de ne pas déranger Elecktra qui avait peut-être prévu d’avoir pour unique compagnie celle de Kate. Cependant, intérieurement, j’espérais vraiment qu’elle me dise que ma présence n’était pas dérangeante.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Messages : 1177
Membre du mois : 6
Je crédite ! : (c) LBG (c) Inconnu
Localisation : Edimbourg
Caractère : Passionné - franc - déterminé - impulsif - rêveur - souvent solitaire.
Vos Liens : Fiche - Liens - Rps - Portable - Facebook

Spoiler:
 


Humeur : A envie de changement !
Autres comptes : Dafné O'Connell & Damon Black
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Lun 12 Aoû - 14:35

    Bon, je ne savais pas quoi dire là. Je n'avais pas fini de parler à Kate, en fait, j'aurais vraiment aimé lui parler seule à seule, mais en même temps, je ne pouvais pas me résoudre à abandonner Aaron de la sorte. Peut être qu'il aurait simplement pu me dire bonjour de façon polie, mais il m'avait appelé la sirène, ce qui mettrait automatiquement la puce à l'oreille à ma grande soeur de coeur. Elle ne pourrait pas être dupe. Je savais que Kate et Aaron devait se revoir le 21 août apparemment, juste après les congés de cette première. Sans doute pour d'autres photos ou quelques choses dans le genre. Il aurait pu partir, mais non, ce n'était pas le cas. Je n'aimais pas faire face à des dilemme comme celui-ci. Mais Kate avait parler pour moi, pour nous trois à vrai dire, car je ne suis pas sur que mon chasseur de sirène avait comme plan de rester plus auprès d'une de ces employeurs et d'une "amie". Est ce qu'il me considérait comme une amie ? Oui, à n'en pas douter, mais je me trouvais tellement bête. J'étais tellement gênée. Je ne suis pourtant pas forcément quelqu'un de spécialement timide mais là, je l'étais, du moins un peu. J'étais plus mal à l'aise que timide, mais dans ce cas, cela revenait pratiquement à la même chose, non ? Kate demanda alors si on se connaissait, mais elle n'attendait même pas de réponse, c'était une question de rhétorique, il était évident qu'on se connaissait, car je vois mal quelqu'un m'appeler sirène alors que je ne le connais pas. Ou alors ce serait une façon bien audacieuse d'essayer de me draguer. Mais ma bouche semblait ne plus vouloir s'ouvrir. Aaron répondit que nous nous connaissions donc. Il lui avoua que nous avions travailler au même endroit le mois dernier. Combien cela faisait-il de jours ? Je ne saurais même pas vous le dire, mes idées n'étaient pas très claires, comme si j'avais bu un peu trop d'alcool, ou que j'étais en plein trip, mais j'étais pourtant totalement clean. Aaron allait donc partir, mais Kate proposa quelques choses que je n'avais pas osé faire, voulu faire ? Je ne sais quelle option il fallait choisir, peut être les deux après tout. Kate s'en alla quelques secondes, le temps de prendre ces affaires, pour elle, il n'y avait même pas à discuter, nous étions à présent tous les trois dans le même bateau en direction d'un bar ou quelques choses comme ça pour boire un verre. Aaron s'excusa pour le surnom mais ce n'était pas grave. Il était un bon gars, il me proposait même de trouver une excuse pour partir. Je lui fis un petit sourire. Je devais lui dire quelques choses.

    " Non, ça va aller, passons un peu de temps avec Kate. "

    Je ne savais pas ce que je voulais dans ma tête. En cet instant, j'aurais voulu me transformer en mouche et partir ni vue ni connue je crois mais ce n'était pas une bonne idée, même si je devais en être capable. Je lui faisais un petite sourire. Je crois que j'avais peur de m'engager avec lui, c'était aussi simple que ça. Pourtant, il semblait être quelqu'un de tout à fait charmant, pire, il semblait être quelqu'un de profondément gentil. Il avait senti mon mal aise que j'avais eu du mal à cacher devant ma grande soeur de coeur. Je ne pouvais pas le laisser sur le bord de la route comme si je n'avais pas envie de le voir. Au fond de mon être, je voulais passer du temps avec lui mais mon esprit me disait de faire attention. Mon coeur et ce dernier n'arrivaient pas à se mettre sur le même rythme, au même diapason, et c'était ce qui me rendait si nerveuse en somme. Bref, Kate revenait à présent vers nous.

    " Où est ce que tu comptes nous emmener Kate ? Parce que finalement, je commence à avoir une grande soif. "

    J'essaye de me détendre en disant cela, comme si nous allions pouvoir rester des heures au bar pour discuter de tout et de rien, mais je ne sais pas, je n'arrivais pas à me convaincre pleinement de cela, nous verrons bien. Kate était ma grande soeur de coeur, je la laisserais mener la danse, enfin façon de parler.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Mar 13 Aoû - 14:53




« [...] Edinburgh was another planet. »


Revenant auprès d’Aaron et Elecktra qui visiblement s’échangeaient quelques paroles amicales, je lui souris en approchant. J’ajustai la sangle de mon sac sur mon épaule, remis une mèche de cheveux derrière mon oreille et demandai d’un ton joyeux :

« Alors vous êtes partants ? »

Je constatais alors que mon amie, elle au moins, semblait l’être, puisqu’elle me demanda où je comptais les emmener. Je lui fis un grand sourire, qui sous-entendait un « Je veux tous les détails de ta rencontre avec Aaron » très curieux, mais après tout, je l’étais. J’étais également ravie qu’elle veuille bien venir boire un verre avec moi, car je soupçonnais fort que du coup, l’homme le serait aussi. Bien bien, j’allais peut-être satisfaire ma soif de curiosité sur ces deux-là. Je me mis en route, passant la porte de l’agence pour les guider.

« Venez, on va aller à une terrasse de café un peu plus loin. Ils servent d’excellents smoothies et c’est exactement ce dont j’ai envie par ce temps chaud. »

C’était assez frustrant par moments d’être enceinte, même si l’idée d’avoir bientôt un bébé rien qu’à Alan et à moi supplantait tous les sacrifices que je devais faire pendant ma grossesse. Comme les boissons alcoolisées par exemple ou le thé et le café. J’aimais énormément le café et j’avais pour habitude d’en boire plusieurs tasses par jour. Avec ma grossesse, j’avais dû arrêter cette consommation trop importante et je me rabattais donc sur les jus de fruits. J’avais découvert ce petit café il y avait peu de temps, étant nouveau dans le quartier, et ses smoothies avaient sauvé plusieurs de mes longues journées pénibles. Ils servaient bien sûr d’autres boissons, et Elecktra et Aaron auraient donc le choix de ce qu’ils voulaient boire. En plus, c’était non loin de l’agence, et cela me permettait donc de ne pas avoir à marcher trop longtemps pour y parvenir.

Nous nous mimes à marcher dans la direction que j’avais indiqué, et, le trottoir étant assez large, nous pûmes marcher côte-à-côte, tout en devant parfois nous écarter pour laisser passer des passants qui venaient dans l’autre sens. Je trouvais mes deux compagnons bien silencieux et je me demandais ce qui les rendait si muets l’un avec l’autre. J’eus soudain peur d’avoir mal fait, en les invitant à se joindre à moi pour boire un verre, après tout, ils ne se connaissaient peut-être pas si bien que ça, et cela allait peut-être les embarrasser… Mais voyant qu’ils ne semblaient pas vouloir s’enfuir en courant sans demander leur reste, je décidais alors que s’ils n’avaient pas voulu, ils auraient trouvé une excuse. Voilà.

Nous parvînmes enfin à la terrasse, et je repérai une table disponible un peu plus loin, à laquelle je me dépêchai d’aller m’asseoir, suivie par les deux jeunes gens qui m’accompagnaient. La table était un peu à l’écart des autres, et empêchait que nous ne subissions les conversations parfois ennuyantes d’autres clients du café. Je souris, me disant que cette journée avait été bien réussie jusqu’à présent. Alan avait été adorable ce matin, les clients n’avaient pas été trop difficiles toute la journée, Aaron m’avait montré de magnifiques photos, et je me retrouvai à présent confortablement installée à une terrasse de café avec deux personnes que j’appréciais. Que demander de plus ?

Lorsque le serveur vint prendre nos commandes, je lui demandais donc mon smoothie, pendant qu’Elecktra et Aaron commandaient à leur tour. Puis, je me tournai vers eux et, un sourire aux lèvres, repris la conversation qui s’était arrêtée lorsque nous avions franchi la porte de l’agence :

« C’est drôle que vous vous connaissiez ! Et que je vous connaisse tous les deux. Et encore plus que nous nous soyons croisés au même endroit. Vous vous connaissez depuis longtemps ? »

Ma curiosité reprenait le dessus et j’étais sincèrement heureuse de constater que deux personnes que j’appréciais semblent bien s’entendre également. Après tout, s’appeler « sirène » et « chasseur » n’était pas rien, ils devaient forcément bien s’entendre. Je me tournai d’abord vers Aaron, pour lui poser une question :

« Aaron, j’espère que cela ne vous dérange pas que je vous ai invité à vous joindre à nous. Je n’ai jamais été très "carrée" dans les relations professionnelles. Pour tout dire, beaucoup de personnes avec qui j’ai travaillées sont devenues des amis et dès que je m’entends bien avec quelqu’un, j’ai tendance à sympathiser rapidement. »

Ça ne m’était venu qu’après coup que peut-être cela dérangerait Aaron que je les ai tous deux un peu forcé à me tenir compagnie autour de ce verre. Le jeune homme avait pu se sentir obligé de venir. Puis, je me tournai vers Elecktra :

« Et toi, raconte-moi. C’est quoi la soirée où tu as travaillé et où tu l’as rencontré ? J’ai l’impression que ça fait tellement longtemps qu’on s’est vues que je ne sais plus rien de ce que tu fais ! »

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Ven 16 Aoû - 21:22


J’avais peut-être proposé à la jolie sirène de trouver une excuse pour les laisser seules elle et Kate mais j’avais tout de même précisé que je n’avais rien à faire du reste de ma journée. Cela n’avait pas été innocemment dit puisque j’aurais bien souhaité partager quelques minutes, voir plus, en leur compagnie. J’appréciais beaucoup Kate mais dans le cas présent c’était surtout Elecktra que j’étais agréablement surpris de revoir. Surpris car elle ne m’avait pas donné de nouvelles depuis notre discussion « Chez Andrews » alors que je lui en avais laissé la possibilité en lui donnant mon numéro. Voilà pourquoi je lui laissais une échappatoire. Sans oublier le fait que je l’avais sûrement gêné en l’appelant par son surnom. Peut-être que la rouquine ne désirait pas faire plus amples connaissances.
Ce fait m’aurait déçu mais je fus ravi de voir qu’Elecktra n’était pas déranger par ma présence. J’eus un sourire ravi tandis que la directrice de l’agence revenait à nos côtés pour être immédiatement interrogée par Elecktra quant au lieu où nous allions. Kate proposa la terrasse d’un café se trouvant un peu plus loin et servant d’excellents smoothies. L’idée était parfaite avec le temps qu’il faisait en ce moment.



- Je suis partant ! Avec ce temps, il n’y a pas mieux qu’une boisson fraîche.


Alors que nous prenions la direction indiquée par Kate, un léger silence s’installa. Cela ne me dérangeait pas et j’espérais que le mutisme de la rouquine n’était pas dû à une quelconque envie d’être ailleurs ou tout simplement avec uniquement Kate. Après tout, elle avait peut-être prétendu que ma présence ne la gênait pas par simple politesse. J’espérais alors qu’elle n’état pas ce genre de personne qui vous mente pour paraître poli mais cela m’aurais étonné.
Pour ma part, j’étais plus que ravi d’avoir l’occasion de pouvoir discuter une fois de plus avec elle tout en apprenant à faire plus amples connaissances avec ma cliente préférée. Jetant un léger coup d’œil à la rouquine je constatais qu’elle n’avait pas l’air d’être ici de manière forcée et cela me rassura. C’est à ce même moment que nous arrivâmes à la terrasse dont nous avait parlé Kate.

Ce fut elle qui nous choisi une table un peu à l’écart des autres. Je trouvais l’idée excellente car cela nous permettrait de discuter sans avoir à subir les conversations de nos voisins de table ou à avoir à hausser le ton pour s’entendre. Les filles s’étant installées les premières, je choisis de me mettre face à ma jolie sirène… enfin, face à la jolie sirène, Kate se trouvant alors sur ma gauche. En temps normal, je n’aurais jamais pris la place me faisant tourner le dos à la route mais là, c’était exceptionnel. Du moins, la personne me faisant face l’était à mes yeux. J’attendais juste de savoir si elle le serait également au niveau de mon cœur.
Ce fut l’arrivée du serveur qui me sortit de mes pensées. Kate choisi un smoothie alors que j’optais pour mon éternel Coca-cola. Je souris à Kate lorsqu’elle déclara qu’elle trouvait amusant le fait qu’Elecktra et moi nous connaissions. Elle nous demanda ensuite de quand datait notre rencontre et je remarquais trop tard que je fus peut-être un peu trop rapide à répondre.



- Depuis le 22 juillet… Pendant la soirée « Chez Andrews », ajoutais-je.


Non, non, cette date ne m’avait pas marqué ! Quel con… Kate savait que j’ai une excellente mémoire des dates mais là... Enfin bref, le retour du serveur avec nos verres me sauva en quelque sorte la mise et tandis que je buvais une gorgée, Kate m’interrogea sur un sujet auquel je n’avais pas réfléchi. C’est vrai qu’elle était ma cliente ! Cependant, elle déclara ne pas être très à cheval sur les frontières relations amicales/relations professionnelles. Sur ce point, j’étais comme elle et je devais avouer que cela m’arrangeait. Pour commencer, je ne connaissais pas grand monde à cause de mon arrivée récente alors sympathiser avec Kate était un réel plaisir. Et ensuite, elle connaissait Elecktra.


- Non ! Au contraire, je suis ravi d’être là, dis-je sincèrement. En plus, j’ai moi aussi tendance à sympathiser rapidement. Et comme je suis arrivé il y a peu j’ai principalement des connaissances professionnelles, mais elles ne sont pas toutes aussi sympa que vous.


Kate s’était ensuite adressé à Elecktra afin qu’elle lui donne plus d’information concernant sa rencontre avec moi. Les paroles qu’elle prononça par la suite me prouvèrent que les deux amies devaient vraiment bien se connaître. J’aurais énormément apprécié d’entendre la réponse de la rouquine quant à mon sujet mais mon téléphone eu la mauvaise idée d’émettre une douce mélodie. Au premier coup d’œil je vis que le numéro n’était pas enregistré ce qui m’indiqua que l’appel devait être professionnel. Et merde !


- Désolé, il va falloir m’excuser… Je dois répondre.


Sur ces mots, je décrochais et me levais. Je ne m’étais pas trompé, l’appel était bien professionnel. Il s’agissait d’une demande de renseignements pour un mariage. Je m’éloignais alors de la terrasse en écoutant et répondant à l’éventuelle cliente aussi bien que me pas me conduisirent sur le trottoir d’en face. Tout en espérant que l’appel ne durait pas trop longtemps, je m’allumais une clope.
C’est en inhalant ma première bouffée que je me rendis compte que sur le trottoir d’en face, en pleine ligne de mir, se trouvait Elecktra. J’eus un léger sourire alors que je détournais mon attention. Je la trouvais vraiment magnifique et le mot était faible. Je constatais alors que cela ne m’était pas arrivé depuis un moment. Depuis Elle ! Mais ça, c’était le passé. Mon présent était différent et me plaisait… Mon avenir quant à lui, pourrait devenir vraiment merveilleux. A cette pensée je jetais un nouveau coup d’œil en direction de la jolie sirène.

avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Messages : 1177
Membre du mois : 6
Je crédite ! : (c) LBG (c) Inconnu
Localisation : Edimbourg
Caractère : Passionné - franc - déterminé - impulsif - rêveur - souvent solitaire.
Vos Liens : Fiche - Liens - Rps - Portable - Facebook

Spoiler:
 


Humeur : A envie de changement !
Autres comptes : Dafné O'Connell & Damon Black
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Dim 18 Aoû - 15:05

    Oui, cela ne serait pas une mauvais idée de passer un peu de temps ensemble, du moins c'est ce que je disais. Je n'avais rappeler Aaron depuis notre première rencontre, mais il ne semblait pas m'en vouloir, heureusement, cela aurait été dommage même si j'aurais pu comprendre qu'il soit déçu. Kate revint à notre hauteur nous demandant si nous étions partant. Je fis un petit signe positif de la tête avec un petit sourire, alors qu'Aaron lui répondrait de façon orale. Nous quittions donc l'agence, guidés par Kate qui était un petit peu devant, nous nous dirigions vers l'un des cafés de la ville. Elle allait donc prendre des smoothies, si je comprenais bien, je ne savais pas encore ce que j'allais bien pouvoir boire personnellement mais je verrais sur place, sans doute une bière ou peut être simplement un diabolo grenadine. Après quelques minutes d'une marche silencieuse de chacun, nous arrivions au café que mon amie nous avait indiqué. Je ne le connaissais pas, du moins, il ne me disait rien. Il faut dire que je ne suis pas forcément toujours sur Edimbourg, mais un peu plus sur Glasgow, après cela dépends du boulot aussi, je vais là où on a besoin de moi. Kate repéra une table un peu l'écart et nous prenions donc simplement place. Le serveur arriva rapidement, prenant donc nos commandes : un smoothie pour Kate, un coca pour Aaron, je prenais pour ma part finalement un thé glacé à la pèche, j'adorais cette boisson. Kate nous demanda alors depuis quand on se connaissait. Je n'ai pas eu le besoin d'ouvrir la bouche qu'Aaron avait déjà tout dit. Cela remontait donc déjà à une dizaine de jour, que le temps passe vite. Je n'avais rien d'autres à dire, opinant positivement de la tête. Je me montrais assez peu bavarde pour le moment, mais je ne doutais pas que mon temps de parole devienne plus conséquent à un moment ou un autre. Puis, elle s'adressa plus distinctement à Aaron. Il lui répondit qu'il sympathisait aussi facilement et que c'était sympathique pour lui d'avoir des connaissances comme ça dans la ville alors qu'il était là depuis peu. Puis comme je le pressentais, elle se tourna vers moi, me demandant donc plus de détails quand à ce 22 juillet. Alors que j'aillais répondre, le téléphone du chasseur de sirène se mit à sonner. Il devait prendre cette appel et il se leva pour être plus discret, tout du moins pour ne pas nous déranger outre mesure. Je lui fis un petit sourire, de toute façon ce que j'avais à dire, il le savait déjà. Je le regardais l'air de rien, alors qu'il se rendait sur le trottoir d'e face.

    " On s'est rencontré donc "Chez Andrew", je chantais, il prenait des photos. Je ne l'ai pas même remarqué au début, j'étais concentré sur mon public, puis après avoir fini mon travail, je suis allé boire un coup au bar et il était là, on a parlé un peu. Il m'a dit que je devais être une sirène avec ma belle voix ensorcelante, et je lui ai dit qu'il devait être un chasseur de sirène puisqu'il m'avait trouvé. Le feeling est bien passé, il m'a donné son numéro de téléphone, puis ce soir là, il est allé finir son travail dans le bureau du gérant, et je suis partie de mon côté. Il est gentil. "

    Pendant que je répondais à Kate, je la regardais à moitié, le regardant lui, de l'autre côté de la rue, en train de marcher, de tourner en rond. Je ne sais pas ce que ce coup de fil représentait, mais il semblait important apparemment, sans doute pour le boulot.


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Mer 4 Sep - 19:25




« [...] Edinburgh was another planet. »


J’avais été ravie de voir qu’Aaron était partant pour boire un verre avec nous, d’autant plus que je l’appréciais beaucoup et que la relation qui le liait à Elecktra m’intriguait énormément. J’espérais pouvoir savoir un peu plus ce qui se passait entre eux deux, qui semblaient bien timides l’un en face de l’autre. Elecktra n’avait presque pas décroché la parole pendant tout le trajet qui nous mena au café, mais j’espérais bien qu’elle le ferait une fois que nous aurions pris place à la terrasse. Je ne la connaissais pas si peu réservée et je subodorais quelque chose entre elle et Aaron. Dire que je les avais invité tous deux à boire un verre en ma compagnie n’avait rien d’anodin. J’avais toujours été très curieuse après tout. Et puis si je voyais que je les dérangeais, je pourrai m’esquiver en prétextant avoir quelque chose à faire.

Lorsqu’Aaron s’assit de sorte à se retrouver en face de mon amie, je cachai difficilement un sourire avec la paume de ma main, que je passai ensuite négligemment sur mon menton, comme pour continuer un mouvement prémédité. Je posai mon sac sur le sol, à côté de la table, et pris le temps de m’installer correctement sur la chaise recouverte d’un petit coussin avant de reprendre la parole. J’avais à peine fini ma question qu’Aaron répondit vivement, déclenchant un autre sourire sur mon visage, que je ne cachai pas cette fois-ci. Il semblait bien prompt à répondre ce petit !

« Chez Andrew ? Dans le port ? »

Si c’était le photographe qui m’avait répondu, je n’en continuais pas moins de m’adresser aux deux jeunes gens qui m’accompagnaient. Et comme Aaron semblait avoir remarqué qu’il avait été un peu rapide à me répondre, peut-être qu’il n’oserait plus parler trop vite. Je me tournai donc vers Elecktra, pour qu’elle me confirme ce que je pensais. Entre-temps, le serveur amena nos commandes et je le remerciais lorsqu’il posa le verre devant moi. Lorsqu’Aaron me répondit franchement, je ne pus m’empêcher de lui sourire amicalement. Bien, nous risquions fort de bien nous entendre nous deux, s’il avait la même vision des relations professionnelles que moi ! J’appréciais énormément son enthousiasme, sa gentillesse et sa franchise. J’étais persuadée qu’il pourrait aller loin s’il s’en donnait les moyens. J’étais déjà prête à le recommander auprès d’amis ou de clients, et je n’hésiterai pas à le faire si l’occasion se présentait.

Elecktra ouvrait la bouche pour parler lorsqu’une sonnerie se fit entendre. Je tournai la tête vers Aaron, qui vérifiait le numéro sur l’écran avant de s’excuser et de s’éloigner pour aller répondre. Détachant mon regard de lui, je revins me focaliser sur mon amie, qui, tout d’un coup, se mit à parler un peu plus, déclenchant un autre sourire sur mes lèvres.

« Ah c’est donc de là que viennent vos petits surnoms ?! Je dois dire que je trouve cela… attendrissant. Mais je ne savais pas que tu chantais parfois Chez Andrew ! Tu y vas souvent ? »

Je jetai un nouveau coup d’œil vers Aaron, qui avait rejoint le trottoir d’en face pour discuter sans nous gêner. Cela devait probablement être un appel professionnel, vu qu’il avait été obligé de répondre. Voyant qu’il était toujours en pleine discussion, je revins vers Elecktra.

« Et donc ? Avec Aaron ? Tu l’apprécies ? Mais vous vous êtes revus depuis ce jour-là ? Tu l’as appelé ? »

J’allais devoir me calmer, je posai question sur question, sans laisser le temps à la métamorphe de me répondre. Je lui fis un petit sourire d’excuse.

« Désolée, je suis assez curieuse en fait, mais tu sais déjà ça. Je trouve ça tellement drôle que tout cela soit arrivé par hasard, que tu viennes à l’agence alors qu’il travaille pour moi pour l’instant… Bref. »

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Jeu 5 Sep - 14:02

    Je dois avouer que je me posais des questions sur l'attitude à prendre vis à vis d'Aaron. Nous ne nous connaissons pas encore énormément mais le feeling est là, il est incroyablement bien passé, comme avec nul autre, alors je me suis dit qu'il y avait quelques choses à faire, cependant, je reste prudente, je ne veux pas aller trop vite dans cette relation qui ressemble à un début d'amitié, qui pourrait certainement se transformer en amour d'ici peu, mais avant de m'engager dans cette voie, j'ai besoin de parler à Kate, elle est mariée, elle saura me conseiller, ce qui est bon pour moi, j'en suis certaine. Alors, le téléphone d'Aaron se mit à sonner, comme un signe de la providence, il allait devoir le prendre, nous laissant quelques instants pour que je puisse discuter de lui avec ma grande soeur de coeur. Je lui racontais donc notre rencontre et tout ce qu'il fallait pour qu'elle me pose les questions qu'il fallait et que je lui fasse part de mes doutes à son sujet. Parce que oui, je doutais à quelques parts, je n'étais pas très sûre de moi, je n'avais pas envie de voir mon coeur se briser, je n'avais pas envie de retomber dans de vieux travers. Avant que le photographe ne parte quelques instants, elle avait demandé si "Chez Andrew" était sur le port. Je lui fis simplement un signe positif de la tête, avec un petit sourire. La présence d'Aaron devant elle me rendait terriblement nerveuse alors que je ne le suis pas habituellement, ou si peu. Une fois qu'il fut assez loin elle me demanda si je chantais souvent dans ce restaurant/bar.

    " Non, c'était la première fois que je chantais là-bas, et Aaron aussi travaillait pour la première fois là-bas. "

    Oui, une première fois qui s'était bien passé, et qui s'était encore mieux fini puisque j'avais rencontré le beau photographe. Puis Kate enchaîna les questions à une vitesse folle, mais elle était comme ça, elle voulait savoir, et je voulais lui dire.

    " Justement, tout à l'heure, je voulais te parler de ça. C'est un peu compliqué. Depuis qu'on s'est rencontré, ce soir là, il m'a laissé son numéro de téléphone derrière un dessin qu'il avait fait de moi, mais je n'ai pas osé le rappeler, pas encore du moins. Moi, et les relations de ce genre, ça ne fait pas forcément très bon ménage, du coup j'ai un peu peur. Le feeling avec Aaron a été très bon la première fois, mais je ne sais pas ... Je pense souvent à lui, mais c'est si soudain. Donc depuis ce soir là, on ne s'était pas revus, et on ne s'est pas appelé, je ne lui ai pas encore donner mon numéro. En fait, je trouve qu'il est tellement gentil, il n'a pas voulu me brusquer en me demandant mon numéro tu vois ... Il m'avait dit qu'il travaillait pour toi, qu'il te faisait des photos pour l'agence et qu'il t'appréciait. Du coup, si je suis venus aujourd'hui, je me suis dit que peut être il serait là aussi, enfin voilà ... "

    Oui, j'étais devenue aussi rouge qu'une tomate à parler de tout cela, mais ça me faisait un bien fou de lui dire ce que j'avais sur le coeur à propos du chasseur de sirène. Elle trouverait sans doute tout ça mignon, mais je voulais vraiment avoir son avis. Elle le trouverait sans doute parfait pour moi, mais je ne savais pas trop. Je l'appréciais grandement. Est ce que c'était déjà de l'amour ? C'était bien là une question épineuse. Je ne crois pas au coup de foudre, ce n'est pas réaliste mais après tout ...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Dim 8 Sep - 13:33




« [...] Edinburgh was another planet. »


J’écoutais attentivement Elecktra répondre à mes questions. Ainsi donc elle était venue me voir à l’agence pour me parler d’Aaron et pour peut-être même le voir. Cela me fit sourire. C’était une attitude tellement féminine de s’arranger pour faire d’une rencontre une rencontre par hasard alors que tout était fixé déjà dans sa tête. Je ne pouvais nier l’avoir fait moi-même avec Alan lors de nos premières rencontres. En y repensant, je nous revoyais tous deux à l’arrêt de bus, attendant que le véhicule ne vienne nous chercher et nous emporter soit au travail soit chacun chez soi, en fonction de l’heure de la journée. Je rigolais souvent quand je repensais aux premiers mots hésitants qu’il m’avait dits. Il m'avait semblé tellement attendrissant sur le moment que je n’avais pas pu m’empêcher de rire. Je ne me souviens plus bien de quoi nous avions parlé une fois dans le bus. Cela avait peu d’importance à présent. Nous étions encore jeunes et insouciants à cette époque. Enfin… insouciants, pas vraiment, mais bon. Nous avions prétendu l’être, aussi bien pour l’autre que pour nous-mêmes, parce que c’était plus agréable de s’imaginer avec un passé facile qu’avec une histoire tourmentée.

« Les relations de quel genre ? »

Je me doutais qu’Elecktra voulait avant tout être prudente dans ses relations et c’était normal. J’aurais fait exactement la même chose. Mais je ne voyais pas grand-chose d’anormal dans sa rencontre avec Aaron, ou quelque chose qui aurait pu la faire paniquer d’avance. Aaron était quelqu’un que j’appréciais beaucoup pour son travail mais aussi pour sa personnalité. Il était travailleur, soigné, attentif et précis, et ses qualités se ressentaient dans son travail. Je n’avais pas eu à regretter de l’avoir engagé pour faire ce que j’attendais pour l’agence. Il correspondait parfaitement à l’idée que je me faisais d’un collaborateur effectuant ces tâches. Ses photographies étaient toujours bien faites, il n’arrivait jamais en retard à nos rendez-vous et il se montrait patient même lorsque je lui faisais quelques critiques. Je n’aurais pas pu imaginer un meilleur photographe. Du coup cela m’avait donné envie de le connaître un peu plus et cette occasion était bien tombée. Le fait qu’Elecktra soit arrivée pile au moment où il s’en allait m’avait poussée à faire d’une pierre deux coups. Connaître plus Aaron et prendre des nouvelles de la rousse. Ah ok et aussi voir ce qui se passait entre eux. Bon, c’était plus d’une pierre trois coups au final…

« Et pourquoi tu dis que c’est compliqué ? Je ne vois pas ce qui est compliqué. S’il t’a laissé son numéro, je pense que c’est parce qu’il est potentiellement intéressé par toi. »

Ça me paraissait assez clair à moi. En même temps, c’était toujours plus facile d’analyser les relations amoureuses des autres que les siennes et je le savais. Elecktra avait juste besoin d’être rassurée je pense. J’étais son amie et j’étais ravie de savoir qu’elle était venue me voir pour me demander conseil sur sa relation avec le photographe. Cela me prouvait qu’elle accordait de l’importance à ce que je pouvais dire, mais aussi qu’elle me faisait confiance en tant qu’amie et cela signifiait beaucoup pour moi.

« Aaron me paraît être quelqu’un d’extrêmement gentil et de sympa. Je pense que tu n’as rien à craindre de lui. Et puis tu n’as pas à te précipiter hein ! Attends de voir comment votre relation évolue et tu aviseras à ce moment-là. »

Je ne savais pas quand l’intéressé allait raccrocher son téléphone après son coup de fil donc je voulais vite rassurer Elecktra sur lui, en lui expliquant ce que je pensais de lui avant qu’il ne soit à nouveau à notre écoute. Et puis je pensais vraiment qu’elle devait prendre son temps et surtout ne pas se précipiter. Cela ne lui amènerait rien de bon.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Dim 8 Sep - 15:26

    Je venais de m'ouvrir entièrement à Kate et elle faisait encore genre de n'avoir pas compris de quelle sorte de relation je parlais. Elle avait pourtant très bien du comprendre que je me sentais amoureuse d'Aaron, mais je ne savais pas encore si ces sentiments qui étaient en train de naître étaient vraiment ceux que je m'imaginais, ou juste un béguin de passage pour une beau jeune homme avec qui le contact avait été si facile, si bien passé.

    " Tu sais très bien de quelles relations, je parle, mais je ne sais pas, j'ai peur de mal faire, peur aussi de ... "

    Je ne trouvais pas mes mots. Et s'il n'était pas si gentil qu'il le prétendait ? Et si jamais, il me blessait ? Et si jamais il découvrait mon secret ? Et si jamais ... Alan sort de ma tête. Oui, j'étais peut être un peu parano sur les bords du coup. Et s'il était un agent de la PES infiltré afin de nous faire tomber ? Et s'il ne venait pas d'arriver dans le coin, mais qu'il était là depuis longtemps ? Je laissais Kate parler alors, et elle me rassura. Ils travaillaient ensemble depuis quelques semaines, et elle l'appréciait grandement apparemment. Pourtant, elle me laissait le choix, me disant que je n'avais pas à me précipiter, et elle avait totalement raison. Le feeling entre lui et moi était pour ainsi dire idéal, mais nous n'étions pas encore en parfaite osmose même s'il revenait souvent dans mon esprit. Dire que je ne l'avais pas recontacté depuis une dizaine de jour, peut être qu'il pensait que je n'étais pas intéressée. Heureusement que j'en parlais avec Kate, parce que c'était un peu en bazar dans ma tête le concernant.

    " Non, mais mes histoires d'amour, c'est toujours compliqué, je ne vois pas pourquoi cela serait différent avec Aaron, enfin, je ne sais pas. Je l'ai senti dès sa première phrase qu'il était gentil, mais, je n'ai pas envie de le décevoir, si jamais on va plus loin qu'une simple amourette ... Je vais laisser le temps au temps, ce sera mieux. "

    Même si tout n'était pas clair, je voyais un peu mieux dans le brouillard qu'il y avait devant moi concernant mon chasseur de sirène. Le temps agirait comme bon lui semblerait, même si j'étais persuadée qu'il irait dans le sens le plus fort, le plus passionnel, le plus dangereux aussi.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Dim 8 Sep - 23:04




« [...] Edinburgh was another planet. »


Elecktra me fit rire légèrement quand elle sembla gênée de me préciser de quoi elle parlait. Alors que j’avais parfaitement compris. Là n’était pas la question. Je tentai de m’expliquer après d’elle.

« J’ai très bien compris de quoi tu parles oui, je ne suis pas totalement à l’ouest non plus. Mais je pensais que tu parlais des circonstances de ton début de relation avec Aaron. Le fait que tu l’aies croisé dans ce bar, qu’il t’ait directement donné son numéro, etc. Le fait que ça aille vite sans pour autant que tu saches ce que tu ressens réellement pour lui. Donc ce genre de relation qui va trop vite, qui nous laisse perplexe mais qui nous attire en même temps… »

Je supposais tout de même qu’elle allait comprendre du genre de relation donc je voulais parler. Parce que bien que j’adorais Aaron, je ne le connaissais pas tant que ça après tout. Je ne savais pas quel genre d’homme il était au niveau des relations amoureuses. J’aurais détesté qu’il ne drague Elecktra que pour remplir son lit un soir où il en avait envie mais il ne fallait pas se faire d’illusions : ce genre d’hommes existait et je ne pensais pas connaître suffisamment mon nouvel "employé" pour affirmer qu’il n’en était pas hein. Le mieux était de laisser le temps faire son œuvre et qu’Elecktra ne perde pas son jugement et son bon sens.

« Tu ne dois pas avoir peur. Tu dois faire les choses à ton rythme, attendre de voir ce que ça amène, ce que le temps va donner de vous deux, et voilà. Reste toi-même. »

Elle semblait terriblement gênée de me parler de tout ça, alors que, de mon côté, j’étais ravie de pouvoir l’aider autant que je le pouvais. J’espérais que tout allait bien aller pour elle.

« Et je ne connais pas toutes tes histoires amoureuses mais, personnellement, je pars du principe qu’aucune relation n’est similaire aux autres. Il ne s’agit jamais du même mec, pourquoi cela serait-il pareil ? Comment savoir ce qu’une relation avec Aaron pourrait donner si tu ne lui donnes pas sa chance ? »

J’avais toujours fonctionné de la sorte, même si avant Alan, je n’avais eu que de très courtes relations, qui ne se développaient jamais beaucoup et qui finissaient par s’essouffler toutes seules. Cela ne m’avait jamais dérangée. À vrai dire, si je n’étais pas tombée sur Alan, je ne savais pas si j’aurais envisagé de me marier un jour. Fonder une famille avait toujours été logé dans un coin de ma tête ; j’adorais les enfants et j’avais toujours souhaité en avoir, mais sans le bon compagnon, c’était tâche impossible. J’aurais pu adopter, certes, mais je n’avais jamais poussé la réflexion plus loin. Après tout, quand j’avais rencontré Alan, j’étais encore jeune et j’avais l’avenir devant moi pour y penser. Et, après m’être mis avec lui, je n’avais plus y de raison de m’y attarder. Et maintenant j’étais enceinte et nous allions bientôt avoir notre premier enfant. En pensant à ça, je ne l’avais toujours pas annoncé à Elecktra ! J’ouvris la bouche pour parler, mais à cet instant, je vis Aaron raccrocher son téléphone et revenir rapidement vers nous en traversant la rue d’un pas vif. Alors je refermai la bouche, plaquant un sourire sur mon visage en le regardant arriver et se rasseoir avec nous.

« Tout va bien ? »

Je ne voulais pas savoir qui l’avait appelé ni quoi que ce soit, c’était juste histoire de le réintégrer dans notre conversation, même s’il était évident que nous allions changer de sujet. Nous ne pouvions après tout plus parler de lui alors qu’il était le sujet principal de la petite conversation qu’Elecktra et moi venions d’avoir. Je lançai d’ailleurs un petit sourire discret à mon amie, pensant qu’elle allait sûrement redevenir bien silencieuse à présent qu’il était à nouveau là.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Lun 9 Sep - 0:01


La poisse ! Voilà ce que j'avais pensé lorsque mon téléphone avait interrompu la discussion qui naissait entre Kate, la sublime sirène et moi. Si je n'avais pas besoin de contrats, j'aurais laissé la messagerie vocale de mon portable se charger de l'éventuel client ! Mais ce n'était pas le cas, j'avais besoin d'obtenir quelques contrats supplémentaires. Et puis, la sonnerie m'avait en quelque sorte sauvé ! Vous vous demandez de quoi ? C'est simple, sauvé de ma précipitation. Car je m'étais bel et bien rendu compte que j'avais été prompt à répondre à la première question de Kate concernant notre rencontre avec Elecktra. A croire que cette date avait été marquante pour moi ! Mais, elle l'avait été... Car depuis ce jour là, la jolie sirène n'avait pas quitté mon esprit. Il n'était pas rare que j'ai espérer qu'elle m'appelle ou qu'elle m'envoie un simple sms. Cependant, rien. Elle ne m'avait pas recontacté. J'étais déçu mais peut-être n'avait-elle pas eu le temps ou peut-être que je ne lui plaisait pas. Cette dernière idée ne m'enthousiasma pas car j'appréciais énormément la rouquine. Je ne savais pas comment cela était possible mais je l'avais clairement dans la peau.
Bref, j'avais dû répondre à ce fichu coup de fil et donc m'éloigner de Kate mais surtout d'Elecktra. L'appel provenait d'une femme qui allait se marier et qui voulait que je sois présent pour ce merveilleux jour afin que je l'immortaliser. Et moi ? Allais-je me marier un jour ? Peut-être ! Je n'en savais rien. Je n'avais jamais réfléchi à ça. M#rde ! J'avais rien écouter à ce que me disait mon hypothétique cliente. Je mentais aussi sujet d'une mauvaise réception et écoutais plus attentivement. Cependant, je ne pouvais m'empêcher de continuellement regarder en direction des deux amies. C'était vraiment pas bon car je m'embrouillais dans mes réponses téléphoniques. Je me re-concentrais alors sur ma conversation et détaillais les divers forfaits que je proposais tout en communicant les tarifs lorsqu'ils m'étaient demandés par la future mariée. Cette dernière se mit alors à me parler de sa rencontre avec le futur époux, leurs premières sorties, etc. et je décrochais.




*Magnifique...*


Je ne faisais absolument pas référence à la belle histoire d'amour de ma cliente avec son homme mais à la personne que j'étais en train de regarder. C'était fou ça ! Je n'arrivait pas à lâché Elecktra du regard. D'ailleurs, elle et Kate semblaient bien discuter depuis que j'étais parti. Je fus encore plus sous le charme en voyant un sourire apparaître sur le visage de la rouquine. A cet instant, je remarquais que juste le trottoir qui me séparait de la demoiselle était de trop. Oui ! J'allais envie d'être près d'elle, d'entendre sa voix et de... Oups ! Kate... Comment ça, quoi Kate ? Je venais de remarquer que ma cliente préférée m'observait tandis que j'admirais son amie. Je venais carrément de me faire grille là ! Je suis sûr que, même si c'était extrêmement rare chez moi, j'avais rougis !
Je me détournais rapidement et failli même percuter un passant ! Après ça je me concentrais définitivement sur ma conversation téléphonique en osant tout de même quelques regards en direction de la table qui m'attendait. Et, après de longues, très longues minutes, je fixais un rendez-vous avec Mademoiselle Black qui deviendrait prochainement Madame MacJefferson ! Je raccrochais et n'attendais pas une seule seconde pour traverser et rejoindre les deux amies. Je reprenais ma place en souriant tandis que Kate me demandait si tout allait bien. J'hochais la tête.



- Tout est parfait, répondis-je. J'espère que je n'ai pas été trop long et que vous n'en avez pas profiter que cancaner à mon sujet, dis-je en riant. Je bus une gorgée de Coca. J'ai vu que vous étiez en grande discussion ! Je ne vous ai pas interrompu au moins ?
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Messages : 1177
Membre du mois : 6
Je crédite ! : (c) LBG (c) Inconnu
Localisation : Edimbourg
Caractère : Passionné - franc - déterminé - impulsif - rêveur - souvent solitaire.
Vos Liens : Fiche - Liens - Rps - Portable - Facebook

Spoiler:
 


Humeur : A envie de changement !
Autres comptes : Dafné O'Connell & Damon Black
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Jeu 12 Sep - 14:22

    Oui, j'étais remplie de doutes concernant ce qui était en train de m'arriver à propos d'Aaron et de mon coeur. Que faire ? Comment devais-je agir ? Je ne savais pas du tout et ma grande soeur de coeur serait là pour m'éclairer, car j'avais cette fausse impression que le chemin qui était devant moi n'était que très peu lumineux, comme si j'allais m'enfoncer vers les ténèbres. Il fallait qu'elle me donne donc un peu de clarté. Avec Aaron, cela aurait pu aller très vite, cela aurait pu aussi se finir rapidement. J'aurais pu l'appeler le soir même pour que nous passions du temps ensemble, pour que nous couchions ensemble peut être, j'en avais eu envie, mais je m'étais ravisée. Ce n'est pas comme ça que j'envisage une relation qui pourrait durer sur le moyen ou long terme. Je ne sais pas, quand je pensais à Aaron, mon coeur loupait un battement, comme s'il était l'homme de ma vie, mais je ne voulais pas que cela se passe trop vite. J'étais irrémédiablement attirée par lui, c'était un fait, mais est ce que c'était bien ? Je voulais vraiment apprendre à le connaître plus avant d'envisager une relation sérieuse avec lui.

    " Justement, je l'aime bien, mais je ne le connais pas encore vraiment. Alors bien qu'il me plaise, avant d'envisager une relation sérieuse, je veux apprendre à le connaître. Enfin, j'ai peur du coup que ça ne lui plaise pas, je n'ai pas envie de griller des étapes. Notre conjoint doit être avant tout notre meilleur ami, non ? "

    Elle me disait d'aller à mon rythme, de rester moi-même. Justement, j'étais tiraillé entre les deux avec Aaron, car si je reste moi-même, je lui sauterais tout de suite dessus, de peur de griller des étapes, mais si je veux suivre mon rythme habituel, je dois me montrer plus patiente, un terrible dilemme s'offrait donc à moi, mais j'avais appris à me montrer raisonnable au possible, alors je ferrais en sorte de ne pas griller d'étapes.

    " Oui, je vais lui donner sa chance, c'est une certitude, mais je vais essayé d'y aller doucement. Comme ça, je pense que je verrais si ça lui convient ou pas. En espérant que ça lui convienne. "

    Je souriais mais ce n'était pas si naturel que ça, j'essayais juste de me persuader de ce que je disais. Oui, je l'aimais bien, et oui, je voulais apprendre à le connaître avant toute chose. Et si cette avancée, lente mais plus sûre ne lui plaisait pas, tant pis. J'aurais une peine de coeur durant quelques semaines. Oui, j'envisageais déjà le pire, mais il n'y avait pas de raisons que cela se passe ainsi. Puis Kate semblait être sur le point de me dire quelques choses mais Aaron revenait enfin, ou déjà, je ne saurais tellement dire si son absence de quelques instants avaient été trop courte ou trop longue, peut être les deux à la fois tellement les choses étaient paradoxales entre mon esprit et mon coeur mais c'était ainsi. Pourtant, j'essayais de prendre un peu d'assurance d'un coup, comme pour ne pas montrer qu'intérieurement j'étais toute chamboulée. Aaron était donc revenu et tout semblait bien allé pour lui. Il demanda si nous n'avions pas parler en mal à son sujet. S'il savait, enfin, il avait du s'en douter un peu, enfin, je ne sais pas.

    " Non, non, ne t'en fais pas. Nous discutions un peu du temps qu'il fait. "

    Et je disais cela avec un petit rire, comme pour lui dire que nous ne parlions pas vraiment de ça mais que notre conversation ne le regardait pas, bien qu'elle le concerne pleinement. Je bus une gorgée de ma boisson à mon tour. Je me demandais bien de quoi nous allions parler à présent que j'avais levé le voile ...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Ven 20 Sep - 14:47




« [...] Edinburgh was another planet. »


Avant de voir Aaron revenir vers nous, Elecktra avait eu le temps de me poser une dernière question, à laquelle je répondais rapidement avant que le photographe ne soit à nouveau à portée de voix, capable d’entendre qu’il était le sujet principal de notre petite conversation.

« Oui, c’est comme ça que je le vois personnellement. »

Après tout, c’était le cas de mon couple. Alan était la personne en qui j’avais le plus confiance, il n’y avait aucun doute là-dessus. Je ne l’aurais pas qualifié de « meilleur ami » car je n’avais jamais cru en cette appellation. Mais il était aussi bien un mari qu’un amant et un ami. Nous nous disputions souvent, quand on y pensait bien, mais elles étaient rarement longues. Et puis, j’étais partisane des disputes. Je considérais que cela faisait du bien au couple, car, lors de celles-ci, chacun se révélait souvent bien plus franc avec l’autre que d’ordinaire. Cela permettait de faire sortir des rancœurs qui, une fois exposées au grand jour, perdaient peu à peu leur poids, nous soulageant tous deux dans nos esprits tourmentés.

À cet instant, alors que je jetai un dernier regard à Aaron avant qu’il ne nous rejoigne, je vis ses yeux à nouveau fixés sur Elecktra, qui semblait ne pas s’en apercevoir particulièrement. C’était la deuxième fois que je le voyais faire ce petit jeu et il avait déjà croisé mon regard la première fois, et il me semblait l’avoir vu devenir gêné parce que je l’avais vu. Je trouvais ça assez drôle pour ma part. Cela faisait longtemps que je ne vivais plus ça, étant mariée avec Alan depuis neuf ans à présent. Du coup, je trouvais ça amusant de le voir chez deux personnes que j’appréciais. Ce petit jeu de la séduction était amusant après tout, il restait pour moi une des meilleures parties d’un couple. J’avais adoré cette période avec Alan et parfois, cela me manquait. Me penchant vers Elecktra, je lui murmurai :

« Et crois-moi, vu la façon dont il te regarde, il a aussi très envie d’apprendre à te connaître. »

Aaron vint se rassoir à nos côtés et, comme je l’avais présumé, je vis Elecktra se tendre légèrement. Je souris au photographe et laissai échapper un petit rire quand la métamorphe lui répondit d’un ton qu’elle voulut léger. Je pris sur moi de trouver un nouveau sujet de discussion, car je me doutais que ce ne serait pas Elecktra qui allait en lancer un. Me tournant vers le jeune homme, je lui demandai :

« Est-ce que vous comptiez aller à l’ouverture de la nouvelle exposition sur les vampires qui se passe le 15 ? J’aurais bien aimé avoir quelques photos de l’événement, mais je ne peux pas m’y rendre moi-même. Ça risque d’être assez impressionnant, on dit qu’ils attendent des milliers de personnes. »

Le musée national de Glasgow s’activait en effet depuis de nombreux mois à présent pour offrir au public une toute nouvelle exposition dédiée à l’histoire des vampires et sur leur art. Cela promettait d’être un événement d’envergure nationale. Je n’avais pas prévu d’y aller pour ma part. Être entourée de tout un tas de vampires autour de moi ne me disait rien, merci bien. Dire que je détestais les vampires était un euphémisme. Je les fuyais comme la peste. Quand on savait que les vampires étaient capables de reconnaître un métamorphe à son odeur et que notre sang était exquis pour eux, il y avait de quoi fuir. Je n’avais pas spécialement envie d’aller les tenter dans leur propre domaine – cette exposition leur étant dédiée, c’était un peu chez eux – surtout avec le bébé qui grandissait dans mon ventre. Je n’osais imaginer ce que ces suceurs de sang auraient été capables de me faire et de lui faire si j’en croisais un avec des intentions un peu trop mauvaises. Certes il y avait de nouvelles lois qui régissaient les rapports vampires et humains. Mais je n’étais pas assez stupide pour croire que la plupart d’entre eux respectait effectivement ces lois. Ils se faisaient plus discrets, c’était tout. J’étais persuadée que rien n’avait réellement changé, au final. Nous étions toujours leurs proies. Et nous le serions toujours.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Ven 20 Sep - 21:42


Tandis que j’étais au téléphone avec ma future cliente je n’avais pu m’empêcher de jeter des coups d’œil vers la table qui m’attendait et plus précisément sur la jolie sirène. J’aurais donné cher pour savoir ce que les deux amies se racontaient ! Mais je ne savais pas lire sur les lèvres et même si cela avait été le cas, je ne l’aurais pas fait. J’étais curieux mais pas impoli ! La discussion professionnelle me parut encore plus longue lorsque je m’étais aperçu que Kate m’avait grillé. Bah oui ! J’étais tellement en admiration de la rouquine que je n’avais pas vu tout de suite que Kate m’observait.
Lorsque l’appel avait enfin pris fin je n’avais pas attendu une seule seconde pour retourner sur le trottoir d’en face. J’avais inscrit mon futur rendez-vous sur mon Smartphone tout en traversant la route. Moi, pressé ? Non ! Juste impatient de rejoindre une personne que j’avais espérer revoir à plusieurs reprises. Si je m’étais écouté, j’aurais essayé de trouver ses coordonnées juste pour lui offrir un café mais je n’en avais rien fait. Je n’avais pas envie qu’Elecktra pense que je la harcelais. Donc, voilà pourquoi j’étais si ravi que le hasard se soit rangé de mon côté.

Bref, j’étais vraiment aux anges une fois que j’avais repris ma place en face de la sirène… Cependant, même si cela n’était pas évident à voir, je trouvais que la rouquine semblait moins à l’aise que lorsque nous nous étions rencontrés la première fois. Je commençais sérieusement à me demander pourquoi et j’espérais que ce n’était pas ma présence qui la dérangeait. Après tout, les deux amies semblaient avoir des choses à se dire ! Du moins c’est ce que j’avais remarqué depuis mon point d’observation. Mais peut-être que c’était un sujet personnel du genre… je ne sais pas moi ! Petit copain !

« Bah ouais ! Elle a sûrement trouvé un copain… Du coup ça explique pourquoi je n’ai pas eu de nouvelle ! » Cette pensée ne me plut absolument pas mais c’était logique comme réflexion. Voilà pourquoi je demandais à Kate et à Elecktra si je ne les avais pas interrompues dans leur conversation. Ce fut la sublime rouquine qui me répondit avec un léger rire qu’elles n’avaient fait que discuter du temps qu’il faisait. Mais oui bien sûr ! Cette réponse eut le dont d’attiser davantage ma curiosité. Je lui aurais bien dit qu’elles avaient beaucoup parlé pour un sujet si restreint mais il m’aurait fallu avouer que je ne les avais quasiment pas lâché du regard… surtout elle !

De toute façon, je n’eus pas le temps d’ouvrir la bouche pour dire quoique ce soit car Kate s’en chargeait pour s’adresser à moi. Elle me demanda la confirmation de ma future présence à l’exposition qui se préparait à Glasgow. Elle me précisa qu’elle aurait voulu avoir quelques photos de l’événement qui était celui de l’année apparemment. A vrai dire, je voulais y aller car j’aimais l’art mais c’est les organisateurs de cette soirée qui me posaient problèmes. Les vampires ! Je n’en connaissais aucun mais je n’en avais pas forcément entendu du bien… D’abord de la part de Makayla qui m’avait dit de m’en méfier malgré les lois, puis il y avait Elecktra qui m’avait dit qu’elle ne les appréciait pas. Je jetais d’ailleurs un coup d’œil à la rouquine avant de reporter mon attention sur Kate.



- C’est THE événement… donc j’envisageais d’y aller ! répondis-je en souriant. Et le fait que vous aimeriez avoir des photos de la soirée est une raison de plus qui s’ajoute au fait que j’adore l’art sous toutes ses formes. Je bus de nouveau une gorgée et j’ajoutais le fond de ma pensée. Cette exposition a vraiment tout ce qu’il faut pour me donner envie d’y aller… si on met de côté les organisateurs ! Enfin, rien n’est parfait et cet événement ne déroge pas à la règle apparemment.


Bah oui ! Je n’avais pas dit « J’ai pas envie de trop m’approcher de nocturnes » mais je l’avais clairement fait comprendre. En bref, j’avais tout simplement dit ce que je pensais.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Messages : 1177
Membre du mois : 6
Je crédite ! : (c) LBG (c) Inconnu
Localisation : Edimbourg
Caractère : Passionné - franc - déterminé - impulsif - rêveur - souvent solitaire.
Vos Liens : Fiche - Liens - Rps - Portable - Facebook

Spoiler:
 


Humeur : A envie de changement !
Autres comptes : Dafné O'Connell & Damon Black
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Lun 23 Sep - 16:22

    Je doutais un peu de moi, mais aussi d'Aaron, sans vouloir le vexer, je ne savais pas si je pouvais lui faire pleinement confiance. J'avais donc donner mon point de vue à Kate, et elle m'avait simplement répondu qu'elle pensait comme moi, autrement dit, je tenterais ma chance à un moment ou un autre bien entendu, mais je saurais me montrer patiente, je ne voulais pas que tout aille trop vite non plus. Je préférais apprendre à le connaître un peu mieux avant de faire une erreur de parcours comme j'avais déjà pu en faire par le passé. Je ne risquais pas grand chose à tenter le coup, mais je voulais le faire dans les meilleures conditions. Kate me murmura une dernière petite chose à l'oreille, me faisant sourire. Il semblerait que je sois tombée sur quelqu'un de bien en tout cas. Pour vu que cela continue dans cette voie, ce serait bien que je puisse avoir de la stabilité à ce niveau là, n'est ce pas ? Non, parce que du côté des métas, je ne sais pas, il y avait toujours quelques hauts et quelques bas, même depuis que la paix était instauré, cela se passait plutôt bien. Nous n'avions pas eu besoin de faire de réunion de crise dans notre QG comme cela avait été le cas quelques fois durant ces années sanglantes, mais je m'avançais peut être un peu trop à ce sujet là. Pour le moment, je ne pensais pas tellement à notre nature surnaturelle à Kate et moi, mais plutôt au chasseur de sirène et de photos qui se trouvait à présent à nouveau à mes côtés. J'aurais bien voulu dire quelques choses, mais je ne savais pas quoi dire. Et puis après tout, n'étais-ce pas Kate qui nous avait invité tous les deux ? C'était à elle de faire la conversation, enfin, sans doute, non ? Elle lança alors un sujet en s'adressant à Aaron. Elle parla de la fameuse exposition sur les vampires qui allait être inauguré le 15 août, soit dans quelques jours à peine si on y réfléchit bien. Je n'avais pas envie de voir de quoi ils étaient capable, je ne m'y rendrais probablement pas de toute façon. Je resterais sans doute chez moi, quoique, peut être que j'aurais à faire une représentation en ce jour un peu particulier. Bref, je n'avais pas mon programme de ce soir là en tête, mais Aaron lui semblait l'avoir. Il voulait y aller et le fait que Kate veuille des photos de l'évènement l'encourageait à s'y rendre de façon presque obligatoire. Il ne voudrait pas décevoir une gente dame à propos de photos sur quelques statues, peintures et que sais-je encore. Qu'est ce que je pouvais dire pour ma part ? Je me retrouvais bête, mais je devais me trouver une excuse pour ne pas y aller.

    " Pour ma part, je ne crois pas que je pourrais y aller. Il faut que je regarde mon emploi du temps, mais il me semble que j'ai une représentation ce soir là. En tout cas, oui, ce serait bien que tu puisse faire des photos de ça Aaron. "

    Je faisais un petit sourire, un peu gêné, comme depuis que nous étions venus ici alors qu'il n'y avait pas tellement de raisons de l'être. Je ne suis pas quelqu'un de trop timide en général, je ne l'avais pas été du tout lors de notre première rencontre à Aaron et moi mais parfois, les choses changent un peu, surtout le fait que je ne l'avais rappelé, ni envoyé de sms durant une période qu'on peut juger longue quand il y a ce genre de sentiments en jeu.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Lun 30 Sep - 17:56




« [...] Edinburgh was another planet. »


Je souris gentiment à Aaron lorsqu’il me confirma vouloir aller au vernissage de l’exposition sur les vampires qui aurait lieu le quinze août. Je lâchai même un petit rire quand il fit un léger commentaire sur les vampires, organisateurs de l’événement. Je le trouvais un peu imprudent de donner son avis de la sorte face à deux personnes qu’il ne connaissait, il fallait bien l’avouer, que très peu et surtout depuis peu. Comment pouvait-il connaître notre opinion sur les vampires ? Peut-être étions-nous de leur côté ? Il ne savait pas que j’étais métamorphe et je doutais fort qu’il ne le sache pour Elecktra aussi. Je le trouvais tout d’un coup bien franc à nous avouer son sentiment sur les vampires alors qu’il ne savait pas lui-même ce que nous en pensions. Heureusement pour lui, ni Elekctra ni moi-même n’étions dans le camp des suceurs de sang, mais il aurait pu tomber sur leurs alliés. Alors, je n’aurais pas donné cher de sa peau s’il avait osé affirmer avec plus de véhémence ce qu’il pensait d’eux.

« Parfait ! Vous pourrez me montrer ces photos-là aussi lors de notre rendez-vous dès mon retour de congé alors. »

Cela tombait plutôt bien, car si je ne comptais pas me rendre à cet événement pour les raisons que j’avais déjà évoquées, j’étais assez curieuse de savoir ce que cela allait donner. Cela promettait d’être un événement de grande envergure et, même si je n’aimais pas les vampires, je me disais qu’apprendre à les connaître un peu plus via ce type d’exposition était une bonne idée. Il valait mieux bien connaître ses ennemis après tout. Je partageais totalement la méfiance qu’Alan avait à leur propos, surtout puisque nous étions des changeurs et que notre sang était délicieux pour eux, encore plus que celui des humains.

Elecktra prit la parole pour nous dire qu’elle ne participerait pas à l’événement pour sa part. Je pouvais la comprendre, nous autres métamorphes avions énormément de difficultés à apprécier les vampires et je me doutais que ses raisons devaient être proches des miennes. Plus on se tient éloigné d’un vampire, mieux on se porte. Je n’en démordais pas, et j’étais persuadée que c’était le mieux à faire. Alors que je cogitais, mon téléphone émit une petite sonnerie, signe que je venais de recevoir un message. Je le sortis de mon sac et ouvrais le message pour le lire. Ah, quand on parlait du loup. Alan me demandait où j’étais et s’inquiétait pour moi. Et pour Globule. Ah oui, j’avais oublié de le prévenir quand nous avions décidé d’aller boire un verre avec Aaron et Elecktra. Mince, il devait sacrément s’inquiéter de ne pas m’avoir vue rentrer à l’heure habituelle. Je jetai un coup d’œil à ma montre avant de fixer mon regard vers les deux complices qui me regardaient tous les deux.

« Je suis désolée, c’est mon mari. Je vais devoir vous laisser, il faut que je rentre. »

Je leur fis un petit sourire d’excuse avant de terminer en une gorgée le reste de mon smoothie. Faisant signe au serveur pour pouvoir régler notre commande, je sortis rapidement l’argent de mon portefeuille avant de le lui tendre, annonçant en même temps à Aaron et à Elecktra que c’était pour moi. Réajustant la sangle de mon sac sur mon épaule en me levant, je leur fis un petit geste de la main pour leur dire au revoir :

« Désolée de vous abandonner si rapidement… Elecktra on s’arrange pour se voir bientôt, ça fait trop longtemps qu’on ne s’est pas vues plus d’une demi-heure. Et Aaron on se voit après mon congé à l’agence. Passez une bonne fin de journée tous les deux ! »

Prenant congé, je leur lançai un dernier petit sourire avant de refaire en sens inverse la rue que nous avions traversée pour arriver jusqu’au café, allant chercher ma voiture pour reprendre la route de notre appartement. J’allais devoir appeler Elecktra rapidement. Je voulais absolument connaître la suite de leur histoire. Moi curieuse ? Non si peu.

Hors-Jeu:
 
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Mer 2 Oct - 23:07


Après mon absence, trop longue à mon goût, j’avais été interrogé par ma cliente préférée concernant l’exposition à venir. Elle voulait des photos de l’événement et cela me motiva donc à y aller… Je n’avais pas vraiment envie mais je pourrais y distribuer mes cartes professionnelles en évitant qu’elles ne tombent entre les mains de vampires. J’envisageais ensuite de demander à Elecktra de m’accompagner mais la jolie rouquine prit la parole pour me décevoir sans même sans rendre compte. Enfin, elle avait son boulot et n’allait pas le lâcher pour venir voir de l’art avec moi ! Kate, enchaîna en déclara que mon déplacement à Glasgow serait parfait. Je lui offris un sourire et acquiesçais d’un signe de tête lorsqu’elle me dit que je pourrais lui montrer les photos en même temps que les autres, c'est-à-dire à son retour de congé.


- OK, on fera comme ça, répondis-je avant de reporter mon attention sur Elecktra. C’est dommage que tu sois peut-être prise ce soir là ! Je t’aurais inviter à venir, dis-je avec un sourire à son égard.


Bah quoi ?! Cela aurait été l’occasion de nous revoir. Mais c’est alors que je revins à penser qu’elle avait peut-être un petit-ami. Je me remémorais notre première rencontre pour réaliser que je ne lui avais même pas posé la question. Si j’avais été seul, j’aurais poussé un soupir d’agacement, mais ce n’était pas le cas ! J’espérais alors que cette éventualité était fausse car j’aurais été on ne peut plus déçu si mes chances avec la sirène était réduite à néant. C’est alors que je réfléchissais à cela qu’une légère mélodie me sortit de mes pensées. J’observais Kate qui lisait un message avant d’annoncer qu’elle allait devoir nous laisser car le sms venait de son mari.
Coool ! Enfin, je ne disais pas ça parce que je n’appréciais pas Kate bien sûr. Mais j’allais me retrouver seul avec la jolie rouquine et peut-être que je pourrais en apprendre plus sur son nouveau comportement. Kate termina alors rapidement sa boisson et régla même la note avant de filer.



- Ok ! Profitez bien de votre congé et merci pour le verre. Bonne fin de journée !


Je regardais ma cliente partir dans la direction par laquelle nous étions venus et reportais ensuite toute mon attention sur la charmante demoiselle qui me faisait face. Il n’y avait pas à dire ! Je la trouvais sublime et ses yeux étaient à tomber par terre. Je lui souris. Pouvait-elle s’imaginer à quel point j’avais pensé à elle et le nombre de questions que je m’étais posé sur son silence. Sûrement pas ! Je crevais d’envie de lui demander si elle avait quelqu’un dans sa vie mais cela serait trop direct. Cependant, avais-je envie de continuer à me faire de faux espoirs ? Non, pas vraiment !
Je me décidais alors à reprendre la parole à la façon Aaron… C'est-à-dire sans ce prendre la tête ! Après tout, je n’avais rien à perdre et tout à gagner.



- Pas très bavarde aujourd’hui, dis-je simplement avec un sourire, surtout en ma présence. Il ne me semblait pas t’avoir fait peur quand on a discuté au bar, précisais-je amusé. D’ailleurs, je pensais que tu allais me donner des nouvelles pour être sincère. Mais t’as sûrement eu beaucoup de boulot… ou peut-être tout simplement quelqu’un dans ta vie.


Voilà, je lui avais demandé de manière légèrement indirecte et il ne me restait plus qu’à croiser les doigts pour que son silence ait été provoqué par divers concerts et représentations.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Messages : 1177
Membre du mois : 6
Je crédite ! : (c) LBG (c) Inconnu
Localisation : Edimbourg
Caractère : Passionné - franc - déterminé - impulsif - rêveur - souvent solitaire.
Vos Liens : Fiche - Liens - Rps - Portable - Facebook

Spoiler:
 


Humeur : A envie de changement !
Autres comptes : Dafné O'Connell & Damon Black
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   Ven 4 Oct - 0:25


    Alors que je venais de dire que je ne participerais pas à cette soirée d'exposition sur les vampires, Aaron me dit qu'il m'aurait invité mais même si je ne savais pas vraiment si j'étais prise, je préférais m'abstenir pour le coup. Je ne répondis que par un petit sourire, histoire de dire que ça serait pour une prochaine fois. Puis le téléphone de Kate se mit à émettre un son. Elle avait reçu un message texte et vu sa tête, elle allait partir, ce devait être Alan. Non, mais non, ne me laisse pas seule tout de suite avec lui Kate ! Enfin, pas que je ne le veuille pas, mais c'était trop tôt. J'avais peur. Ce que je pensais se confirma alors quand elle dit que c'était son mari et qu'elle devait donc rentrer chez elle. Mon regard se mit alors à fuir, je ne sais où, mon cœur se mettant à palpiter de façon inconsidérée pendant quelques secondes. Je sentais le léopard en moi qui voulait sortir, parce qu'il se sentait esseulé et qu'il ne le voulait pas, mais je le faisais taire par une gifle mentale. Je comprenais alors que je ne devais pas me prendre la tête maintenant, et que je devais me montrer comme au premier jour chez "Chez Andrew". La situation était un peu différente après tout, n'est ce pas ? Il y avait eu ces quelques jours de non nouvelles de ma part. Je ne sais pas ce qu'il en avait pensé, mais je le saurais sans doute bien vite, trop vite. Kate n'était pas encore partie, mais mon cerveau l'avait déjà enlevé de l'équation. Je sortais de mes songes lorsqu'elle nous dit aurevoir.

    " Oui, ne t'en fais pas, on s'organise ça rapidement, j'attends ton appel. "

    Je savais qu'elle m'appellerait tôt ou tard pour savoir comment ça allait évolué avec Aaron, c'était une certitude. Elle partait donc en payant la note, elle invitait alors je n'avais pas insisté à ce niveau là. Aaron lui avait dit de bien profiter de ces congés et donc qu'ils se reverraient après pour parler business. Puis, il se mit à ouvrir la bouche, constatant mon presque silence. Il pensait que je lui donnerais des nouvelles mais que si ça n'avait pas été le cas, c'était à cause du boulot, ou parce que j'étais avec quelqu'un déjà. Mon cœur fit un bon dans ma poitrine. Il ne me demandait pas de sortir avec lui mais cela confirmait ce que je pensais, il était libre, et moi aussi alors ...

    " Oui, je suis désolé, j'ai été assez prise ces derniers jours. J'aurais du t'envoyer un message au moins pour te demander si tu allais bien. Enfin, maintenant, tu es là, je peux te parler de vive voix, c'est encore mieux, tu ne trouves pas ? Sinon, je suis libre comme l'air, je n'ai pas de petit copain, si c'est ce que tu voulais savoir. "

    Après, je ne lui disais pas ouvertement que je voulais bien sortir avec lui, mais ça y ressemblait un peu. Je voulais apprendre à le connaître un peu plus néanmoins. J'espérais que ça ne le dérangeait pas. Enfin, je verrais bien.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
« If London was an alien city, Edinburgh was another planet. » [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» City of delusions [Livre II - Terminé]
» Dark City 2.10 FIN
» Pink city
» Bloody London
» Paradise City

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Le Centre-Ville :: Agence de tourisme
-
Sauter vers: