AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé]
MessageSujet: I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé]   I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé] EmptyDim 5 Sep - 18:05

    Une mission à Glasgow. Je n'aimais pas du tout cette ville, mais j'étais parfois obligé d'y aller pour éxécuter mes ordres. Tout de même... J'avais des doutes sur cette grande cité. Ici, cela semblait être un coin particulièrement dangereux en matière de vampires. Je me doutais que leurs hauts gradés devaient se trouver dans le secteur, ce qui expliquerait sans doute qu'il y aie autant de vieux suceurs de sang dans les parages. Tout du moins, c'était la conclusion à laquelle on pouvait aboutir si on en croyait les renseignements dont disposaient les pontes de l'Eglise Humains Contre Vampires. Un de ces quatre, quand je me serais vraiment fait la main, il faudrait sans doute que j'essaie de capturer un vampire vivant pour l'interroger. Personne ne l'avait encore fait au sein de l'Eglise, du moins pas en Europe. Peut être que nos cousins d'Amérique ou d'Asie y étaient parvenus? Si c'était le cas, nous n'en avions rien su. Mais l'idée avait été récemment évoquée à un « conseil de guerre » à Edimbourg. Thomas et moi pensions être capables d'en choper un pourvu qu'on nous fournisse largement en chaînes en argent.A voir après, de ne pas tomber sur une sangsue trop costaud pour nous...


    J'étais donc à Glasgow. Un de ces foutus morts vivants avait déjà fait disparaître au moins une dizaine de vampires selon l'Eglise, et il ne semblait pas prêt à s'arrêter en si bon chemin. A moi d'y mettre un terme. Barset était indisponible, à l'hosto d'Edimbourg avec sa copine pour un truc avec leur bébé ou je ne sais trop quoi. Donwood était ailleurs. En vadrouille, en mission. Jamais trop possible de savoir exactement où elle se trouvait celle là. Tueuse de première d'après ce que j'en savais, mais je n'avais pas encore pu admirer ses talents sur le terrain. Barset aimait bien la chambrer, mais je doutais sérieusement qu'elle soit la moins douée de nous trois lorsqu'il s'agissait de buter du vampire. Elle avait ce petit truc inquiétant qui dénotait largement de ses capacités. Je n'aurais trop su dire quoi exactement, mais je sentais bien qu'elle était plus dangereuse que Thomas. Déjà, Thomas faisait trop le fanfarron pour paraître crédible de prime abord. Malgré tout, n'allait pas croire que je négligeais ses talents; c'est un sacré tueur. Il suffisait de voir comment nous nous étions occupés de la boîte de nuit vampirique à Edimbourg...


    On m'avait indiqué que toutes les disparitions avaient eu lieu le long des quais du port sur la Clyde. On disait que c'était un coin assez visité par les touristes, pour les anciens chantiers navals qu'abritait le port. Pouvait on aimer voir ces vieux amas de ferrailles et ces constructions vidées de toute activité suite à la grande crise économique? Plus rien ou presque ne sortait de ces chantiers. Je devais cependant reconnaître qu'ils étaient impressionnants. De monumentales grues étaient sensées amener les différentes pièces en hauteur, tandis qu'on voyait clairement l'armature de navires dont la construction avait été abandonnée faute de crédits. C'est alors que je sentis une présence. Ou plutôt, l'espèce de sixième sens ou d'instinct qui me guidait quand je tuais du vampire m'indiquait que je n'étais pas seul. Je me retournais et sortais mon flingue de sous ma veste. Je ne le braquais pas, et le gardais le long de mon corps pour ne pas affoler d'éventuels passants humains. Je m'engageais dans la coursive sur la droite du chantier, et longeais de larges parcelles grillagées. Un tintement méétallique, comme un marteau qui tombe, se fit entendre dans la nuit. J'avançais en silence, braquant maintenant mon arme devant moi. J'avançais entre deux piles de tôles d'acier lorsque quelque chose me renversa violemment.


    Me relevant, je suivais la silhouette qui s'enfuyait en courant. Je ne tirais pas; je n'avais pas pu voir s'il s'agissait d'un humain ou d'un vampire. Je me contentais de courir, encore et encore, jusqu'à ce que la silhouette débouche en plein sur les quais. Je déboulais à mon tour et rangeais mon arme, me rendant compte que la chose s'était volatilisée. Un vampire, pour faire un coup aussi fumant. C'est alors que je reprenais ma respiration que je me rendais compte que je n'étais pas seul. Sous la lumière des lampes à sodium et de la lune se trouvait une silhouette féminine. Humaine, d'après son teint. Je rangeais mon arme, espérant qu'elle ne l'avait pas vue.



    | Mademoiselle! Vous devriez partir vite d'ici, le coin est dangereux! Chantier, vous comprenez... mais vous n'auriez pas vu quelqu'un débouler de ce coin ci? | dis je en montrant du doigt la ruelle dont je sortais.

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
Torben Badenov

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé]   I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé] EmptyJeu 9 Sep - 12:53

Aujourd'hui était une belle journée belle et ensoleillée comme je les aimais. Je n'allais pas rester enfermé dans l'appartement ou alors dans le bar à faire du rangement. Je m'étais promis en acceptant ce poste de plus profiter de la vie. Plus de responsabilités ne voulait pas forcément dire plus de sacrifices. Surtout que côté sacrifices j'avais déjà mis la barre bien haute. Il fallait que j'aille m'aérer l'esprit, mais où ? Il y avait tellement de choses à voir à Glasgow, ça n'avait rien à voir avec mon village natale.

J'attrapais mon parka et décidais d'aller toquer chez mon voisin, ce très cher Vieux Franck et de sa charmante *tousse* épouse. Pas de bol c'est elle qui me répondit. Bon et bien après tout je voulais juste demander un conseil, je pouvais certainement lui faire confiance pour une fois. Les rumeurs étaient peut-être fausses et elle n'était peut-être pas aussi garce qu'elle le paraissait. Je sais ça fait beaucoup de peut-être, mais qui n'essaye rien n'a rien.


- Bonjour madame. J'aurais voulu savoir si vous connaissiez un endroit intéressant où passer l'après-midi. J'aimerais profiter de ce beau temps, c'est si rare à Glagow.

La femme réfléchit un instant, fronça les sourcils puis un sourire illumina son visage. Si, si, je vous assure illumina est le bon mot, même si cela paraît étonnant.

- Vous devriez faire un tour du côté du port. On y propose des sorties en mer et des visites du chantier naval.

J'hésitais un instant. La mer n'était pas vraiment ce que je préférais. C'est certainement en voyant la tête que je faisais qu'elle se sentit le devoir de rajouter :

- Vous savez que c'est là que mon mari a travaillé depuis ses quatorze ans et cela jusqu'à la retraite ?!

Rha la peste... Elle me prenait par les sentiments. J'adorais Vieux Franck, c'était le premier contact que j'avais eu en arrivant à Glasgow et il avait toujours été charmant et aimable avec moi, alors j'imagine que je lui devais bien ça.

Je remerciais la grosse Bertha. Euh... pardon... sa femme et prenais donc tout le nécessaire pour passer un bon après-midi à regarder des carcasses. Un ciré noir et des bottes au cas où les vagues éclaboussent trop en mer. Un jeans, un pull bien chaud et direction le port avec ma petite Titine qui arrivait en fin de vie. Cette pauvre voiture en avait vu des années et des kilomètres défiler.

Je débutais par une visite du port et du chantier. Bien que ce n'était pas du tout le genre de lieu où j'aimais m'éterniser, je me surprise à m'y intéresser, m'imaginant un gamin de quatorze ans s'activer au milieu de tout ces bateaux qui avaient dû être magnifique à une certaine époque. Le guide nous proposa de faire un tour en bateau. Je n'attendais que cela, j'avais envie de voir cette grande ville depuis les eaux. Mais voilà, je ne le savais pas encore, mais je n'ai pas le pied marin et je me retrouvais très vite malade. Cette-demi heure fut une horreur. Il commençait à être tard et l'on rentra à bon port. C'est toute blanche que je mettais pied-à-terre et que je courais vers les toilettes publiques.

Je ne sais pas combien de temps j'ai mis pour reprendre mes esprits, mais à vue de nez je dirais facilement vingt minutes. Je m'étais soulagée, rafraichi et j'avais reprit des couleurs. Il était temps pour moi de clore cette expédition et de rentrer à la maison.

Quand je sortais des toilettes le ciel s'était teinté d'un bleu sombre illuminé par une pleine lune éblouissante. L'air était devenu frais et un vent froid s'était levé me faisant frissonner de tous mes membres. L'atmosphère était pesante, inquiétante, sombre, parfait pour les filles comme moi qui voient tout de suite une corrélation avec des scènes de films d'horreur dont elles seraient l'actrice principale. Je soufflais me disant que je n'étais qu'une petite froussarde et que je ferais mieux de rejoindre le groupe, mais voilà.. le groupe n'était plus là. Il faisait nuit noire et tout était désert. Dans tout ce désordre je n'arrivais plus à reconnaître les lieux et je ne savais plus par où j'étais arrivée.

- Il y a quelqu'un ?

Je me mise à appeler en espérant que quelqu'un m'entende, mais personne ne me répondit. Je décidais de me diriger vers le seul endroit encore éclairé du port. Je marchais d'un pas rapide impatiente de croiser quelqu'un. Impatiente ??? et si je tombais sur un psychopathe. Rho ! Et voilà que je repartais dans mes délires quand soudain un homme sortit d'une ruelle. Je ne pus m'empêcher de sursauter et de pousser un cri qui s'étouffa immédiatement dans un souffle.

- Oh punaise ! Vous m'avez fait une de ces peurs.

Je posais la main sur mon coeur qui venait de s'emballer sous le choc et la surprise.

- Mademoiselle! Vous devriez partir vite d'ici, le coin est dangereux! Chantier, vous comprenez... mais vous n'auriez pas vu quelqu'un débouler de ce coin ci?

Partir, partir... il était bien marrant, mais c'est ce que je cherchais à faire depuis un moment maintenant.

- Justement je ne trouve pas la sortie. J'ai perdu mon groupe et il n'y a pas moyen de m'y retrouver avec tous ces coins sombres.

Il m'a l'air aux aguets. Serait ce le vigile ? Il n'en a pas la tenue, mais ce n'est peut-être pas obligatoire après tout.

- Non désolée, je n'ai pas vu âme qui vive à par nous.

Mon visage changea et je pris une petite mou et lui demanda timidement d'une toute petite voix.

- Cela ne vous dérangerait pas de m'amener jusqu'à la sortie *petit silence* Ce n'est pas que... mais cet endroit me donne la chair de poule et je serais plus rassurée d'être raccompagnée par quelqu'un de la sécurité du port vous comprenez ?

S'il ne le faisait pas j'étais certaine de faire une crise cardiaque dans cent mètres avec une imagination débordante comme la mienne et en plus je serais capable de me perdre au moins trois fois avant de trouver la sortie.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé]   I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé] EmptyVen 10 Sep - 16:03

    Je tentais de détailler du regard la jeune femme sur laquelle je venais de tomber. Avait elle vu mon arme? Que pensait elle de moi, de mon identité et de la raison de ma présence ici? Je n'en savais absolument rien, et je me devais de le découvrir. Depuis quelques temps, il m'était arrivé quelques bourdes et je ne pouvais pas permettre qu'il en arrive d'autre, et surtout pas que l'on découvre mon identité. Je n'étais pas non plus assez près pour être certain à cent pour cent que la jeune femme n'était pas le vampire qui m'avait renversé au passage quelques instants plus tôt. Cependant, mon instinct me soufflait qu'elle était bel et bien humaine malgré le fait que je ne pouvais la voir dans le détail, ni me rendre compte de son teint de peau, de la couleur de ses yeux ou la taille de ses canines. Je faisais toujours confiance à mon instinct; plutôt mourir de sa faute que de celle de quoi que ce soit d'autre. Bien sûr, je n'accordais pas pour autant ma confiance à la jeune femme pour la simple raison que des humains pouvaient très bien avoir été corrompus par les organisations vampiriques. J'avais été plus d'une fois la cible d'humains armés montant la garde de jour dans la tanière de vampires qui les avait achetés ou séduits. Ou pire encore, hypnotisé. Mais ceci était une autre histoire, et la jeune femme se mit à m'expliquer qu'elle ne trouvait pas la sortie. Plus encore, elle avait perdu son groupe.


    Mes neurones se connectèrent, et je supposais presque immédiatement qu'elle avait fait partie d'un des groupes de touristes qui venait ici visiter les chantiers navals de Glasgow. Mais que faisait elle encore ici à cette heure? Je me devais d'en savoir plus tout en entrant dans la peau de l'agent de sécurité pour laquelle elle semblait me prendre, vu la façon dont elle s'adressait à moi.



    | Votre groupe? Vous êtes une touriste? Bon dieu, vous avez dû rester bloquée ici un sacré bout de temps alors, la dernière visite se terminait il y a un bon moment, mademoiselle. |


    En fait, je brodais au fur et à mesure. Impossible pour moi d'être précis, car je ne connaissais pas le coin comme ma poche et je ne savais pas non plus la moindre information concernant les visites, dont j'ignorais tout du parcours jusqu'aux horaires, en passant par leur composition. En même temps, un vigile aurait il eu connaissance de toutes ces informations? J'avais bien peur que oui, malheureusement. Je ne pouvais plus qu'espérer être crédible dans mon nouveau rôle. Ce boulot était vraiment très étrange. J'avais l'impression d'être un joueur de jeu de rôle à chaque sortie; on me prenait le plus souvent pour un policier, mais j'avais déjà été pris pour un gangster par d'autres représentants des forces de l'ordre, ce qui ne faisait que me compliquer la vie. La jeune femme me confirma qu'elle n'avait vu âme qui vive. Damned, c'était justement ça le problème. Même si le vampire serait passé devant elle, elle n'aurait vu âme qui vive de toute façon...


    | Eh merde. |


    Alors, elle me demanda d'une moue littéralement irrésistible si je pourrais la ramener. J'eus un petit sourire qui se voulait confiant, alors que je ne l'étais pas du tout au fond de moi même.


    | Je comprends tout à fait, j'allais de toute façon vous le proposer. Un rôdeur est dans le chantier naval j'en ai bien peur, et je ne peux décemment pas vous laisser seule. D'autant que la sortie n'est pas évidente; je vais vous faire passer par un raccourcis connu seulement des agents de sécurité. |


    Mon dieu, ce que je n'allais pas inventer moi, quand même. Je me mis en route aux côtés de la jeune femme, scrutant avidement les ténèbres des yeux et gardant ma main sur la crosse de mon flingue, au cas où la sangsue voudrait se fait un « double » repas. Je regardais cependant la jeune femme au bout de quelques instants.


    | Vous vous appelez comment, mademoiselle? |

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
Torben Badenov

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé]   I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé] EmptyMer 15 Sep - 21:46

J'essayais de me remettre de mes émotions tout en lui expliquant que j'étais complètement perdu. Je souris d'un air gêné en l'entendant me dire que j'avais dû rester bloqué un bon bout de temps. Mais bon... voilà où était le souci, pour moi le temps n'était pas passé si vite. J'avais attendu d'être sûre que je n'allais plus rejeter tripes et boyaux pour pouvoir rentrer en voiture. Avec ma chance légendaire j'aurais été capable d'avoir un mal des transports. Mais comment lui expliquer ? Toute cette histoire n'avait rien de très glamour... alors peut-être que passer pour une idiote serait plus simple.

- À vrai dire, j'ai été me rafraichir et quand je suis sortie, le groupe avait disparu et la nuit était tombée.

J'étais restée vague, mais après tout il n'avait pas besoin de connaître les détails, c'était déjà assez gênant comme ça. Il avait vraiment l'air d'être embêté de n'avoir vu personne. Il cherchais quelqu'un j'en étais sûre et certaine. Il me le confirma, un rôdeur était sur les lieux. J'avais peut-être une imagination débordante, mais je n'étais pas si loin de la réalité alors. Il pouvait être sûr que je n'allais pas le lâcher d'une semelle tant que je ne serais pas arrivé à ma voiture. Bon sang que je regrettais mon village dans ces moments-là.

- Merci beaucoup de votre gentillesse. Je ne sais pas comment vous remercier.

On se mit en route d'un pas quand même rapide. Il prenait son travail très à coeur apparemment. Un petit silence s'installa pendant que je le suivais, je me faisais discrète, essayant de le déranger le moins possible. Puis il vint rompre le silence en me demandant comment je m'appelais.

- Je m'appelle Eileen.

Je ne sais pas ce qu'il essayait de faire... Détendre l'atmosphère, car j'avais l'air stressé et sur les nerfs ou simplement par politesse.

- Je ne suis pas une touriste vous savez... enfin pas tout à fait. Je viens d'emménager à Glasgow et comme je ne connais pas la ville... enfin voilà quoi.[/b]

Je ne voulais pas l'ennuyer avec tout ça. Il était déjà bien gentil de me faire la conversation, même si je l'aurais suivi sans broncher. Je le voyais avancé d'un pas rapide, regardant à droite ou à gauche, en l'air même, ce que je trouvais bizarre. Il ne me semblait pas du tout avoir pris ce chemin en arrivant... mais bon, il m'avait dit que c'était un raccourci, alors je le suivais. Cependant, je ne sais pas, je n'étais pas tout à fait rassuré en sa compagnie.

[b]- Et vous travaillez ici depuis longtemps monsieur...


Je cherchais son badge sur sa veste, mais là non plus il n'y avait rien. J'en fus très surprise, mais je ne m'arrêtais pas sur ce détail.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé]   I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé] EmptyMar 21 Sep - 14:20

    Je regardais le jeune femme avec suspicion. Pouvais je réellement croire à sa petite histoire? Je n'en savais rien. Il fallait dire que ces derniers temps j'adhérais tellement à la théorie du complot que je ne savais pas trop où donner de la tête. J'avais l'impression que chaque action était du fait des vampires et que leurs sombres maîtres tiraient les ficelles depuis leurs repaires. En plus de ça, j'avais de plus en plus conscience que l'homme ne se doutait absolument pas de ce qui l'attendait avec les vampires. Pouvait on dire que les puissances de ce monde se préparaient au moins à l'éventualité que les suceurs de sang ne soient pas aussi gentils qu'ils le prétendent? Je ne pensais pas. Que les vampires disposent toujours de leur humanité semblait être un fait acquis par le commun des mortels, et cela me révulsait. Les témoignages de victimes n'y changeait rien, les coups fumant de l'Eglise HCV n'aidaient pas non plus. Il me semblait clair et net que l'on était le seul contre courant qui s'installait vis à vis des vampires. La jeune femme me tira de ses rêveries en me disant qu'elle s'était éloignée du groupe pour aller se rafraîchir. Je devais continuer de la questionner en ce sens pour être définitivement convaincu de sa sincérité, car qui restait aussi longtemps aux toilettes?


    | Excusez mon indiscrétion, mais vous êtes restée vachement longtemps de côté alors! Vous ne vous sentiez pas bien? |


    J'étais convaincu qu'elle ne se formaliserait pas de ce que je pourrais lui dire. Après tout, n'étais je pas un agent de sécurité de cette zone du port? Techniquement, je devrais intimider les gens. Du moins c'est ce que je pouvais penser! On répondrait forcément aux questions de la sécurité, rien que pour espérer que tout se passe bien. Et pour ne pas se faire soupçonner de quoi que ce soit, aussi. Cet état de fait m''avait toujours semblé étrange dans ces pays occidentaux; la peur des représentants de l'autorité était telle que les gens préféraient se plier en quatre plutôt que déplaire à l'un d'entre eux. Mais bon, je ne devais pas me leurrer. Je n'avais pas mon badge de police directement sur moi, à moins qu'il ne traîne au fond d'une de mes poches. L'effet serait forcément moins important pour la sécurité portuaire que pour un officier de police.


    | Je vous en prie, ajoutais je simplement aux paroles de la jeune femme


    Elle me répondit rapidement son nom. Je lui donnerais le mien en retour, sans préciser mon identité complète, ce qui était toujours foncièrement dangereux. Sans doute pour pouvoir rompre le silence et la gêne qui s'installait, elle me raconta les raisons de sa présence ici. Par contre, je remarquais le regard qu'elle me lançait alors qu'elle se rendait compte que je n'avais pas de badge indiquant ma fonction réelle et mon identité. Je décidais de feinter pour ne pas avoir l'air suspect ou l'air de me justifier. Je tentais d'exhaler la confiance en moi, comme si tout ce que je faisais, je le faisais de façon naturelle. Elle me posa une question piège à laquelle je décidais de mentir de façon éhontée. Pardon seigneur, pour mes péchés. Mais si le Très Haut voulait que je continues de trucider du vampire, il fallait bien qu'il m'aide un peu n'est ce pas?


    | Et moi, Torben. Oui je travaille ici depuis longtemps. Enfin, quelques mois maintenant. C'est plutôt vieux pour ce poste; les gens cherchent souvent plus prestigieux que de bosser ici. Et mieux payer aussi, mais je suppose que vous comprenez le problème vu que vous aussi vous habitez cette ville. Très onéreuse. M'nefin, il faut ce qu'il faut. Vous faites quoi dans la vie, Eileen? |




_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
Torben Badenov

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé]   I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé] EmptyVen 24 Sep - 15:49

Punaise le mec il est soit super curieux, soit super têtu. J'étais vraiment mal à l'aise et j'avais de plus en plus l'impression qu'il n'allait pas me lâcher tant que je ne lui aurais pas dit toute la vérité. Je m'empourprais de honte.

- La situation est assez embarrassante pour moi, alors vous le dire à haute voix je ne vous raconte pas. .. Oui j'étais malade, j'ai découvert que je n'avais pas du tout le pied marin et vous n'êtes pas prêt de me revoir remonter sur un bateau ou n'importe quoi qui flotte.

Apparemment c'était tout naturel chez lui de m'aider et il n'ajouta qu'un je vous en prie. En même temps il faisait son boulot, je ne devrais pas me sentir plus flattée que ça. J'étais quand même rassurée de ne pas être seule avec un rôdeur dans les parages. Il me donna son prénom et me parla un peu de lui. Du coup je ne pus pas refuser de lui répondre quand il me demanda ce que je faisais dans la vie.

- Je suis gérante d'un bar. C'est nouveau pour moi... à vrai dire tout est si différent de ce que je faisais avant...

Je faisais aussi bien référence à mon travail qu'à la ville, mais c'est vrai que c'était surtout la ville qui changeait tout. J'avais encore du mal à concevoir que je ne connaissais pas tous mes voisins, alors imaginez ce que je ressens pour le quartier. Je revenais à ce qu'il avait dit.

- Pourquoi vous vous restez contrairement aux autres ? Vous ne cherchez pas à vous épanouir professionnellement ou justement votre travail vous plait vraiment trop pour en chercher un autre ?

Je jouais ma petite curieuse, mais c'était lui qui avait commencé sur ce terrain et puis apparemment le chemin était plus long que je l'aurai pensé, car ça faisait quand même un certain moment que nous étions en train de marcher. J'avais l'impression qu'il me faisait faire la visite du port en sens inverse.

- Je n'avais pas eu l'impression que ce port était si grand en arrivant. C'est le noir qui doit me donner cette sensation.

Il n'y avait pas que ça qui me dérangeait. Peut être était ce mon imagination qui me jouait des tours, mais j'avais l'impression d'être observée. En même temps après qu'il m'ait dit qu'il y avait un rôdeur c'était normal, froussarde comme j'étais j'aurai pu sursauter en voyant la feuille d'un arbre roulé sur le sol poussé par le vent. Je me rapprochais de Torben signe de rien... juste au cas où. Je ne considère jamais que l'on soit trop prudent dans la vie. Je regardais tout autour de moi scrutant je ne sais quoi, de toute façon on y voyait comme dans un four... en tout cas moi je n'y voyais rien et les lampes n'étaient vraiment pas assez forte pour éclairer tous les recoins qui se trouvaient dans le port. C'est en ne regardant pas devant moi que je rentrais dans Torben et que je découvrais qu'il était armé.

- Oh je ne savais pas que les gardiens de port étaient armés. Votre travail est si dangereux que ça ? Je ne sais pas, mais il y a surtout des carcasses rouillé dans le coin.

La vue de cette arme ne me choqua pas. Elle ne fit que m'alarmer davantage sur les lieux et ce rôdeur qui traînait. Peut être que finalement ce port contenait quelque chose de beaucoup plus important que ces carcasses rouillées.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé]   I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé] EmptyDim 26 Sep - 17:26

    J'avais de plus en plus l'impression que la jeune femme avait dit la vérité depuis le départ. C'était bien trop dur de simuler pareil mensonge et de rougir sur commande pour qu'elle ne me mente. Ne restait plus que la possibilité qu'elle soit sous le pouvoir d'hypnose des vampires, mais je n'y croyais pas vraiment. Le suceur de sang si c'était bien de ça qu'il s'agissait, n'aurait jamais eu le temps ni le loisir d'hypnotiser et de donner des instructions trop complexes à l'humaine. Maintenant que j'avais pas mal d'expérience derrière moi, il me semblait clair que je connaissais de mieux en mieux les techniques usitées par les suceurs de sang que je chassais. Bien entendu, cela ne faisait pas non plus de moi un expert. Cela ne faisait pas assez de temps que j'étais dans ce milieu et je n'étais meme pas certain qu'un expert dans ce domaine puisse exister, tant le taux de mortalité restait important. Elle m'avoua cependant sa gêne, et le simple fait qu'elle avait été malade. Je souris d'un air plus avenant. Je comprenais tout à fait. Moi, à part le plancher des vaches, je n'étais pas bien à l'aise où que ce soit.


    | D'accord, je comprends. On est pas tous faits pour aller en mer, je le pense aussi. Je suis désolé de ces questions, mais si je ne vous les pose pas, je vais me faire taper sur les doigts par mes supérieurs, vous comprenez? On ne peut pas laisser une touriste seule une fois la nuit tombée, pas dans un endroit pareil. |


    Je m'étonnais moi meme, tant j'arrivais à entrer dans la peau du personnage que je m'étais imposé. Il me semblait normal pour quelqu'un faisant ce job que de se renseigner sur la raison de la présence d'inconnus seuls en pleine nuit. Surtout à un endroit aussi stratégique. Sans parler de terrorisme, il devait y avoir toute une foule de voleurs ou de trafiquants qui seraient intéressés par ces lieux. Voire meme des saboteurs, on se souvenait tous de ces gens entrés dans les chantiers navals de Kyoto pour poser des bombes et protester contre le pillage des mers. En Ecosse, ce genre de tensions n'existait pas, ou en tous cas je n'en avait jamais entendu parler. La jeune femme me parla alors de son emploi; gérante de bar. Quelle coincidence; peut être que je l'avais déjà rencontrée lors d'une nuit de beuverie?


    | Ah bon? Quel beau métier! Vous êtes dans quel coin, c'est quoi le nom du bar? |


    Alors elle me posa la questions sur mon boulot. Comme à chaque fois qu'on m'interrogeait sur mes mensonges, je me devais de la jouer fine. Je savais fort bien que j'étais correctement entré dans la peau du personnage que je jouais, mais je savais que ce genre de couverture avait tendance à s'étioler rapidement à la moindre fissure. Je ne pouvais pas me permettre de ne pas paraître convainquant. D'autant plus que l'instant d'après, je la vis hésiter, et me dire que ce port était plus grand qu'il n'y paraissait. J'hésitais l'espace d'un instant.


    | Oh, non. Je suis bien ici. Le grand air, un boulot tranquille. Parfois un peu flippant, mais juste ce qu'il faut pour ne pas s'ennuyer. Et puis la paie reste correcte. Je préfère faire ça que pointer au chômage... Pour le port, ne vous inquietez pas. Nous sommes bientôt arrivés. |


    La jeune femme semblait vraiment apeurée par les lieux. En même temps je la comprenais; à découvert et sans couverture, je me sentais tout nu dans cette allée avec elle. J'avais l'impression d'être épié, et j'avais bien conscience que seule la chance me permettrait de rester en vie si je devenais la proie du monstre qui rôdait dans le secteur. Je n'osais avouer que c'était un vampire qui rôdait, je ne voulais pas que la jeune femme panique et n'offre une ouverture au démon pour nous sauter dessus. Je sentais Eileen se rapprocher de moi par réaction instinctive de peur. Elle n'était pas du tout rassurée, et j'espérais que son attitude n'allait pas inciter ma cible à nous sauter dessus en espérant que la surprise nous condamnerait. Alors, je la sentis me rentrer dedans. Et je sentis son corps faire pression sur mon arme, qui fit pression à son tour sur mon propre corps. Aïe, découvert. L'humaine ne me suspecta cependant pas, mais fut encore plus paniquée. Je tentais de balayer tous ses doutes d'un revers de la main.


    | Ne vous en faites pas. C'est que parfois on est confrontés à des imprévus. Des contrebandiers, des voleurs ou ce genre de choses. C'est dissuasif. Rien de plus, croyez moi. |

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
Torben Badenov

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé]   I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé] EmptyMer 29 Sep - 23:46

Effectivement nous n'avions pas tous le pied marin et je ne suis pas prête de remettre un pied sur un bateau de si tôt. Il s'excuse pour ses questions... il n'y était pas obligé. Je comprends qu'il fasse son travail même si raconter tout ceci soit des plus gênant.

- Vous allez donc faire un rapport sur moi ?

L'idée de retrouver mon nom dans un dossier ne me plait pas vraiment. J'ai bien compris que tout ceci fait partie de son travail, mais peut-être que je devrais faire attention à ce que je dis à l'avenir. Mais trop tard, le temps que je cogite à tout cela je lui ai déjà dit que je suis gérante d'un bar. Bien sûr il veut savoir où exactement et comment il s'appelle. Je ne veux pas répondre tant que je ne suis pas certaine que toutes ces informations ne seront pas consignées quelque part. Ce n'est pas trop en lui que je n'ai pas confiance, même si l'on vient à peine de se tomber dessus, quelque chose au fond de moi me dit de taire mes craintes et de lui faire confiance.

- Je suis dans les vieux quartiers. Pourquoi vous avez envie de venir me voir ?

Je lui souris. Je sais que ce n'est pas ce qu'il voulait dire, mais c'était une façon plus ou moins maladroite de faire diversion. Pendant qu'il allait certainement essayer de se dépatouiller pour m'expliquer que ce n'est vraiment pas ce qu'il voulait dire, il perdrait sa question de vue et je suis sûre que ces informations n'apparaitront nulles part.

Il se mit à parler un peu de son travail. J'étais tout à fait d'accord avec lui, il était préférable de faire un travail comme celui là plutôt que de pointer au chômage. Tant que son travail lui plaisait c'était tout ce qui importait après tout. J'adore mon travail et j'adore ma nouvelle vie, même si de en temps tout ce que j'ai connu avant me manque. Je suppose que c'est normal d'avoir de temps en temps un petit coup de blues et d'avoir des doutes. De toute façon cela ne dure jamais très longtemps et mon optimisme et ma bonne humeur reprenne très vite le dessus.

Par contre, là pour l'optimisme et la bonne humeur c'est plutôt raté. Cet endroit n'est vraiment pas rassurant et je peux dire qu'à ce moment-là je n'en menais vraiment pas large. Je mettais rapproché Torben instinctivement et je finis, maladroitement, par lui rentrer dedans. C'est comme cela que je découvre qu'il porte une arme. Il essaye de me rassurer, mais pétocharde comme je suis, j'ai besoin d'en savoir plus.

- Dissuasif ?! Hum... et vous avez déjà dissuadé quelqu'un auparavant ?

Bah quoi c'est une question tout à fait naturel. S'il me dit oui, c'est que j'ai bien raison de ne pas être rassuré dans ces lieux et s'il me dit non et bah... c'est que je fais bien de ne pas être rassuré par ces lieux. Dans ma logique cela veut certainement dire qu'il ne sait certainement pas s'en servir et si cela se trouve il n'est même pas chargé, alors avec ce rôdeur dans le coin tout ça n'a rien de très rassurant. Enfin bref je ne suis vraiment pas rassuré du tout.

- Vous avez quand même du courage de faire un métier pareil. Moi je ne pourrais pas, je suis trop froussarde et j'aime trop la chaleur humaine.

Le contact avec mes clients est primordiale, j'ai besoin de ça pour me sentir bien. Quand ils viennent dans mon bar ils attendent plus qu'une simple pinte de bière et souvent, même pratiquement tout le temps, ils me racontent leur journée. Ils me parlent de leur famille, de leur travail, me racontent leur vie. Je ne veux pas dire que je suis leur psy ou même leur amie, mais je pense être un défouloir pour eux. Après une journée de travail éreintante ils viennent me voir avant de rentrer chez eux. Une petite pose de douceur dans ce monde de brute.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé]   I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé] EmptyVen 1 Oct - 13:45

    Je m'épatais moi même. Si la jeune femme avait des doutes sur moi, ceux ci étaient plutôt modérés, et j'avais l'impression que je m'en sortais vraiment bien compte tenu des circonstances. Une chance que je n'avais pas vraiment bu aujourd'hui et ne sois pas ivre ce soir, puisque j'arrivais à entrer correctement dans la peau du personne qui était devenu mien. Avec de l'alcool dans le sang, pas sur du tout que les choses se seraient passées de la même façon. Pourtant, même si jusque là j'avais réussit à la jouer fine (pour une fois), je devais continuer de faire attention. N'étant nullement immunisé aux maladresses, ma langue pouvait fourcher à tout moment, ou je pouvais me trahir d'une façon ou d'une autre. J'avais frôlé la catastrophe lorsque Eileen avait découvert l'arme que je portais. Il me semblait clair cependant que les agents de sécurité dans un endroit aussi stratégique devaient bel et bien être armés, mais je n'avais aucune pièce sur moi justifiant de ma profession. J'avais toujours mon badge de flic parfaitement imité dans une de mes poches, mais je préférais éviter d'y avoir recours pour éviter d'avoir à trouver pour le coup une excuse vraiment vaseuse. J'évitais la question de la jeune femme et l'éludait avec le plus grand tact dont j'étais capable, en feignant le naturel le plus parfaitement dont j'étais capable.


    | Bien sûr; je devrais mentionner votre état civil dans nos registres, juste au cas où. C'est la procédure standard cependant; ne vous inquietez pas pour ça. |


    A tous points de vue, cela me paraissait hautement logique que les autorités portuaires voudraient garder une trace du passage de personnes non autorisées, surtout dans ce secteur. Ainsi, en cas de problème, les enquêteurs auraient toujours une piste pour retrouver le ou les coupables. M'est avis cependant que la personne que j'avais en face de moi n'avait rien de l'activiste politique en pleine campagne de sabotage ou de la terroriste forcenée. S'il devait bien y avoir un terroriste dans cette discussion, c'était plutôt moi. Ne tuais je pas des individus qui seraient bientôt mes égaux du point de vue légal? N'avais je pas contribué à l'incendie qui avait ravagé une boîte de nuit récemment? De nous deux, je semblais donc être le plus à craindre. Peut être légèrement sur la défensive, Eileen me répondit de façon évasive. Je souris de toutes mes dents, tentant de la rassurer. Plus je la braquerais et plus elle me suspecterait, n'est ce pas? Alors autant arborer un masque amical.


    | Pourquoi pas? J'aime beaucoup sortir et j'aime tout autant les vieux quartiers. Aller dans un bar qui m'est jusque là inconnu ne peut pas me faire de mal; j'ai peut être besoin d'un peu d'air ces derniers temps. |


    Entamer une discussion tout ce qu'il y a de plus banale me semblait être également une bonne idée de faire abstraction de tout ce qui pourrait me rendre louche. Mais là encore, mon petit effet semblait complétement raté. Elle avait découvert mon flingue et cela semblait l'apeurer encore plus que se retrouver seule de nuit dans les chantiers navals en compagnie d'un homme solitaire ayant déboulé de nulle part en courant. D'ailleurs, elle ne semblait me croire qu'à moitié, et me demanda si j'avais déjà dissuadé quelqu'un. Mon regard se fit instinctivement plus dur; je ne pus le controler et répondais presque au tac au tac d'un ton placide.


    | Oh oui. Ca m'est déjà arrivé. |


    Inutile de rentrer dans les détails, n'est ce pas? Mon interlocutrice n'avait probablement pas envie de savoir tout ce que j'avais pu faire dans ma vie avec une arme à feu. Les combats en Tchétchénie. La répression. Puis, mon premier meurtre de vampire. Et tous ceux qui avaient suivis, depuis. Ce qui pourrait cependant s'ajouter à mon crédit, c'était sans doute que je n'avais plus tué un seul être humain depuis que je m'étais lancé dans ma quête de vengeance. Je souris en écoutant la jeune femme.


    | Je vois ce que vous voulez dire. C'est vrai que c'est plus agréable de tenir un bar enfumé et bien pourvu en bouteilles et en clients que de vagabonder ici la nuit. C'est rare d'ailleurs en en parlant, de voir une femme aussi jeune tenir un débit de boissons. Vous avez toujours fait ça? |


_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
Torben Badenov

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé]   I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé] EmptyLun 25 Oct - 15:39

S'il aimait les vieux quartiers il serait ravis chez moi.

- Ah et bien le bar où je travaille est situé dans un vieux quartier. Il a été rénové, mais le comptoir est d'origine et il est magnifique. Je l'adore.

J'ai les yeux qui pétillent, j'adore vraiment cet endroit et j'aimerais tellement que les gens ressentent la même chose que moi en y entrant. Je sors une petite carte de mon sac, ce n'est en rien mon numéro de téléphone... quoique s'il appelle il y a de grandes chances qu'il tombe sur moi. Je lui ai donné les coordonnées du bar comme cela si un jour il se retrouve dans le coin, il saura où le trouver et je serais ravis de lui offrir une bière.

- Vous êtes du genre fêtard alors ? Il faudrait que je fasse un effort sur ce point. Depuis que je suis arrivée je ne suis pas réellement sortie et voilà une des raisons tiens. J'ai la poisse... si si je vous assure. A chaque fois que je décide de sortir ça se finit toujours mal. J'ai quand même réussi à me perdre dans un port... il faut le faire.

Peu importe après tout. Le souci n'est pas dû à ma malchance, c'est surtout parce que je n'ai pas beaucoup de temps pour cela. Du temps... j'allais devoir en trouver un jour sinon j'allais certainement finir vieille fille.

- Vous aussi vous travaillez beaucoup ces derniers temps ? Ce n'est pas facile hein ?! Imaginez vous que je ne connais personne dans cette ville et je sais très bien que ce n'est pas en restant chez moi que les choses vont changer.

Maladroite, je lui rentre dedans et découvre son arme. Curieuse et spontanée je ne peux m'empêcher de lui demander s'il s'en est déjà servi et il répond immédiatement, sans réfléchir que oui. Je déglutis. Ce port était-il aussi dangereux ?

- Rassurez-moi... c'était lors d'un autre emploi ? Parce que là je ne suis vraiment pas rassurée si vous me dite que vous avez déjà allumé quelqu'un dans ce port.

Ensuite il me dit que ça doit être vraiment plus agréable de travailler au Mac Carty qu'au port. Avec tout ce qui était en train de me passer par la tête, je ne pus qu'acquiescer d'un sourire gêné. Même si le côté enfumé était parfois difficile à vivre, le contact humain était ce qu'il y avait de plus enrichissant dans ce métier.

- Non je ne crois pas que ce soit rare d'avoir un poste à responsabilité dans ce milieu. Il est vrai que je suis peut-être une exception, car je suis vraiment seule à prendre les rênes, mais je ne pense pas non.

D'un coup je m'arrête, une question me vient à l'esprit.

- Vous croyez que j'ai quel âge ?

Ouh la vilaine question quitte ou double... soit il se plante complètement et dans ce cas il risque de froisser ma susceptibilité... mouai heureusement ce n'est pas trop mon genre. Soit il tombe en plein dedans et cela voudra dire qu'il pense que je suis trop jeune et pas assez expérimenté pour faire mon métier. J'attends sa réponse avec un certain amusement je l'avoue, le fait d'avoir parlé d'autre chose m'a déstressé un peu, mais je suis tout de même toujours aux aguets... enfin j'espère qu'il l'est tout de même plus que moi sinon on est mal.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé]   I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé] EmptyMer 3 Nov - 19:37

    Nous étions toujours en train de progresser dans une demie obscurité plutôt inquiétante, quand la jeune femme me parle de nouveau de son bar. Rien qu'à l'entendre, je sais qu'il s'agit de quelque chose de très important pour elle. Je n'irais pas jusqu'à dire que son bar, c'est sa vie, mais c'est l'impression qu'elle me donnait, pourtant. Quoiqu'il en soit, elle vouait un amour et une affection peu commune envers son lieu de travail. Ce... concept, me semblait plutôt étranger, si éloigné de la réalité que j'avais vécu... Entre les travaux pénibles, la guerre en Tchétchénie et mon arrivée ici, je n'avais jamais vraiment cessé d'oeuvrer dans un environnement de sang et de mort, et même avant que les vampires ne se révèlent à la face du monde, d'ailleurs. Je n'étais tout simplement pas parvenu à extirper ma vie du destin fatidique qui m'avait poussé lentement mais surement vers la porte de sortie. J'enviais Eileen, tout en la plaignant. C'était beau de se passionner autant pour quelque chose qui ne soit pas morbide, mais je trouvais cela triste car l'amour des choses excède parfois l'amour des gens. Mais je ne me sentais aucune compassion; je n'en avais même plus pour moi même et ma propre solitude...


    | Vous avez de la chance, d'avoir un tel coin de paradis à vous. J'ai toujours aimé les bars. Conviviaux, simples, accueillants. C'est une manière comme une autre de s'évader de son existence. |


    Je souris un peu, en coin. Je ne le montre pas. Elle dit me considérer comme un fêtard. Je ne me considérais pas vraiment comme un fêtard au sens joyeux du terme. Je souris un peu plus nettement. Je n'étais jamais qu'un couillon d'alcoolique paumé, qui n'était plus qu'un tueur sans foi, ni loi, ni espérance d'aucune sorte. Je n'étais plus qu'une machine froide et dénuée d'âme. Je n'aimais pas penser à tout ça, mais il fallait tout de même reconnaître que c'était la vérité. Eileen me dit alors qu'elle, elle devrait sans doute sortir plus. De prime abord, j'avais du mal à l'imaginer dans des bars ou dans des clubs. Je ne pensais pas qu'elle soit coincée, mais elle semblait un peu candide, un peu naïve peut être, mais dans le bon sens du terme. Elle ne semblait pas faible pour autant. Simplement, elle et moi ne vivions pas dans le même univers, cela paraissait évident. Peut être même qu'elle connaissait bien les vampires, qui sait? Je n'en savais rien, et pour tout vous dire, je ne voulais pas le savoir.


    | En même temps, ce port est grand... | relativisais je.


    Elle semblait véritablement catastrophée que j'eus déjà utilisé mon pétard. Nous vivions tous dans un monde dangereux. Certains tuent, les autres meurent et subissent. Moi, j'étais de ceux qui tuaient. Et ne pensez pas que je ne tuais que pour de bonnes raisons. Quand les vampires n'existaient pas encore dans l'esprit populaire, il n'y avait surtout que ma participation active aux actions d'anti-guerilla en Tchétchénie. J'avais tiré sur des civils. Cela me réveillait encore parfois, la nuit. Mais j'avais appris à vivre avec. Certains étaient faits pour avoir des remords toute leur vie. Je faisais définitivement partie de ceux là.


    | Pas dans ce port, non. J'ai pas mal roulé ma bosse. |


    Je restais dans le vague, dans le flou. Je ne voulais pas m'épancher sur les détails, des détails que je ne partageais qu'avec ma conscience et mon confesseur. Mais fort heureusement, le caractère très dispendieux de la jeune femme faisait que les silences ne duraient jamais fort longtemps. Elle acquiesça à mes paroles d'un air qui n'était pas vraiment neutre. L'avais je gênée? La pauvre ne l'avait pas mérité du tout. J'étais brute de décoffrage, et je ne faisais pas dans la dentelle quand il s'agissait de mes rapports à autrui. Je me reconcentrais sur l'environnement autour de moi, alors qu'elle me répondait quelque chose qui me semblait un peu contradictoire. Elle était la seule, mais elle ne pensait pas que c'était quelque chose de rare, une femme qui tenait les rênes d'un bar. Je ne comprenais peut être pas la situation. Elle me posa la question qui tue, qui m'embarassait étant jeune. Je me stoppais dans ma marche, et je me tournais vers elle, accrochant son regard. Je la détaillais pudiquement du regard.


    | La vingtaine, j'imagine. Plus jeune que moi en tous cas. Mais n'y voyez rien de méchant. Je vous pense tout à fait capable de gérer un bar, vous semblez volontaire et décidée. Et ça, ça ne s'invente pas, peu importe l'âge. Je passerais bien faire un tour à votre bar, tiens, d'ailleurs. |


    Je sortais un paquet de cigarettes et en prenait une, que je vissais dans mon bec avant de l'allumer, et de tendre le paquet à mon interlocutrice.


    | Je suppose que la fumée de la cigarette ne vous dérange pas, si vous tenez un bar? Prenez en une, si vous voulez. |


    La nuit s'annonçait longue...

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
Torben Badenov

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé]   I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé] Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I'm the Hunter. And you? [Livre 1 - Terminé]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Port sur la Clyde :: Chantiers navals
-
Sauter vers: