AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé]
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageSujet: Re: Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé]   Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé] - Page 2 EmptyVen 30 Aoû - 15:41

    Je pourrais même me vanter que je connais le monde entier, mais depuis le temps, bien des choses ont du changer, être modifiées, pire, certaines ne doivent plus exister même, mais c'est comme ça que voulez-vous. Alors oui, je connais bien l'Ecosse, je pourrais même dire que je connais bien le Royaume-Uni, il m'arrive souvent d'aller en Irlande, au Pays de Galles ou en Angleterre. Mais l'Ecosse était pour ainsi dire mon royaume, même si c'est en réalité Krystel Raybrandt qui le dirige vraiment pour ainsi dire. Alors, je savais où il pourrait prendre de belles photos, d'ailleurs, je l'emmenerais dans certains coins, pour voir comment il réussit à les mettre en valeur par la photo, car si un lieu peut être naturellement beau, il peut être sublimer par une belle prise de photo. Il était d'accord pour une petite expédition dans la campagne écossaise, et cela se ferrait avec grand plaisir. Il prendrait des repères, certes, mais il apprendrait à connaître le pays surtout, un pays qu'il ne connaissait pas encore.

    " Je vous ferrais visiter quelques coins, mais rien ne vous empêche de découvrir certaines choses par vous même Aaron, vous savez ! "

    Je ne savais pas s'il prendrait des initiatives, mais s'il ne faisait cela serait le bienvenue pour lui, il pourrait montrer ces oeuvres à d'autres personnes et pourrait peut être gagner des clients et ainsi vivre de façon convenable. Puis il m'avait proposé un verre, pour sympathiser après cette réunion professionnelle. J'aurais très bien pu lui dire non, que je n'avais pas le temps mais pourquoi lui mentir ? Cela ne servait à rien pour le moment, mais peut être qu'il y a certaines choses que je ne pourrais lui révéler dans le futur. Mais pour le moment, personne ne m'attendait, et je doute que ce soit le cas un jour, même si ... Et oui, même si j'avais 31 ans, je n'avais pas fondée de famille, tout simplement parce que cela n'avait jamais été une priorité. Peut être que s'il n'y avait pas eu les années sanglantes, je me serais mariée, tout du moins, j'aurais un petit ami mais non, ce n'était pas le cas. Aaron aussi était semble-t-il célibataire pour le moment, mais je ne doutais pas qu'il trouve sa perle rare. Ce n'est pas que je ne suis pas intéressait, loin de là, mais je préfère ne pas le mettre dans de sales draps. Et puis, il fallait mieux qu'il trouve une jeune femme qui était sans aucune pression sur les épaules, enfin quelqu'un dans ce genre là.

    " Oui, je n'ai personne, mais je me dois d'être disponible à tout moment pour le travail, mon téléphone n'est jamais éteint. D'ailleurs, si un jour vous vous retrouvez dans une mauvaise situation, n'hésitez pas à m'appeler, même si je préférerais que vous n'en ayez pas besoin, évidemment. "

    Oui, il pourrait m'appeler pour des conseils aussi pour la photo, mais je préférais qu'il ne se mette pas dans les ennuis, c'était mieux pour lui et son commerce. Aaron se remit alors en face de moi faisant tomber son paquet de cigarette sur le sol. Ne le ramassant pas, il n'avait pas du s'en rendre compte. Je le ramassais. Il me disait que c'était mieux d'être l'un en face de l'autre pour discuter.

    " Vous avez fait tomber ça. Vous savez que c'est mauvais pour la santé j'espère ? "

    Et je lui lançais le paquet dessus, en souriant. Ce n'était pas un reproche, je connais pas mal de monde qui fume mais ce n'était pas bien pour autant.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé]   Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé] - Page 2 EmptyVen 30 Aoû - 23:57


S’il me tardait de découvrir les alentours en compagnie de Makayla cela ne voulait pas dire que je ne prendrais des initiatives de mon côté. Au contraire ! D’ailleurs j’avais déjà commencé par visiter le coin… Il s’agissait principalement de mon quartier. Mais ce dernier regorgeait de coin sympa ! Le parc, la cathédrale, le musée… Bref, je n’allais pas m’ennuyer même en restant à deux pas de chez moi ! Je souris à Makayla lorsqu’elle reprit la parole… Lisait-elle dans mes pensées ? Elle venait de me dire ce à quoi je réfléchissais à l’instant.
Que je pouvais découvrir des choses par moi-même. Je n’en doutais pas ! J’avais toujours été quelqu’un d’assez aventureux et n’avait pas peur de marcher des heures et des heures pour faire mais une seule photo.



- Ne vous en faites pas, j’ai déjà commencé à visiter les alentours, déclarais-je simplement. Et juste le quartier est super. Le parc, le musée et la cathédrale sont magnifiques… Je ne me suis pas attardé et n’aie pas encore pris de photo mais je compte prendre le temps d’y retourne de jour et de nuit.


Tout était si différent la nuit ! Les monuments étaient comme transformés à la tombée de la nuit et c’est pourquoi j’aimais revenir les photographier sous lune. D’ailleurs c’était une vieille habitude que j’avais que d’aller me balader la nuit. Dans le cas présent, je ne me promenais pas mais je n’étais pas chez moi non plus. Non, je faisais connaissance avec ma mentor, une charmante personne à qui j’avais proposé un verre et qui avait accepté.
J’avais été étonné d’apprendre que personne ne l’attendait. Concernant la famille, non mais qu’elle n’ait pas de petit-ami me semblait surprenant. Mais bon, c’était sa vie et ses choix. Peut-être préférait-elle se consacrer davantage sur son travail que sur sa vie amoureuse ou peut-être n’avait-elle pas trouvé la perle rare. En tout cas, il ne faisait nul doute qu’elle pourrait faire succomber plus d’un homme. J’en étais persuadé !

Makayla me confirma de nouveau qu’elle était seule et confirma mon raisonnement concernant son travail. J’acquiesçais d’un signe de tête lorsqu’elle me dit que je ne devais pas hésiter à la contacter si un jour je venais à me trouver dans une mauvaise passe. Elle précisa qu’elle espérait que cela ne serait jamais le cas.



- C’est noté, dis-je avant de sourire. Et si j’ai besoin d’une acolyte pour une sortie ciné ou un resto, j’ai aussi le droit de passer un coup de fil ?


Oui, j’étais sérieux en lui demandant ça. Après tout, elle était seule et moi aussi ! Alors pourquoi ne pas se faire quelques sorties sympathiques ensemble ? On pourrait parler photo, moto et d’autres choses que nous avions peut-être en commun. Qui sait ? Après, je ne sais pas si elle allait accepter.
Nous avions ensuite été servi et j’avais repris ma place en face de ma charmante mentor. Je ne remarquais la perte de mon paquet de cigarettes que lorsqu’elle m’en parla. J’eus un léger rire en l’entendant me dire que c’était dangereux pour la santé. Je rattrapais mon paquet et le posais sur la table avant de dire en souriant.



- Traverser la rue aussi peut être dangereux. En tout cas, mes parents seraient d’accord avec vous et me diraient sûrement la même chose s’ils savaient que je fume !
Aaron Caron

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Messages : 1177
Membre du mois : 6
Je crédite ! : (c) LBG (c) Inconnu
Localisation : Edimbourg
Caractère : Passionné - franc - déterminé - impulsif - rêveur - souvent solitaire.
Vos Liens : Fiche - Liens - Rps - Portable - Facebook

Spoiler:
 


Humeur : A envie de changement !
Autres comptes : Dafné O'Connell & Damon Black
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé]   Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé] - Page 2 EmptySam 31 Aoû - 17:13

    Apparemment, il avait déjà pris l'initiative de visiter un peu le coin, mais sans un guide, il ne pourrait pas découvrir les petites merveilles, les petites pépites qu'il avait autour de lui. Il y avait tellement de coins magnifiques, avec bien souvent une légende ou un mythe qui y était associé. Et encore, je ne connaissais pas tout, mais certaines légendes étaient vraiment sympathiques. Mais ce soir, je ne lui raconterais rien à ce propos, ce serait une autre leçon. Peut être qu'un jour nous partirons à la recherche de dragons qui sait ? Aaron me parla en tout cas du quartier, le parc, le musée, la cathédrale, rien que cela valait le détour et il avait raison, mais il y avait tellement mieux que ces choses à porter de mains. Rien ne vaut l'aventure pour découvrir quelques choses de plus beau encore, car après l'effort de la balade, de l'exploration, il y a des choses si belles, une sorte de réconfort. En tout cas, les choses étaient aussi belles mais différentes de jour et de nuit, après tout dépends du point de vue et de l'éclairage, mais il avait raison.

    " Oui, les choses sont bien différentes la nuit, souvent plus dangereuses aussi. "

    Je disais cela pour parler des vampires, car mine de rien, la nuit, ils sont bien présents qu'on s'en rende compte ou pas. Je savais les repérer de loin depuis le temps mais Aaron lui n'avait pas un oeil aussi avisé que le mien, c'était une certitude. En tout cas, je lui disais donc que j'étais seule, pas de petits amis, rien, pas d'engagement de ce genre, lui laissant donc en quelques sortes une porte ouverte à ce genre de chose. Je lui disais que je pouvais me montrer disponible à tout moment pour le travail et pour lui si jamais il se trouvait en mauvaise posture. Il poussa le vice un peu plus loin en me demandant si j'étais disponible pour un cinéma ou un restaurant. Étais-ce une invitation à un prochain rendez-vous ? Cela y ressemblait grandement, mais il ne serait rien de plus qu'un ami, un jeune pousse à guider sur la bonne voie. Je souriais donc à cette question, je ne connaissais même pas ces goûts en la matière. J'allais rarement au cinéma, en général, c'était souvent Rebecca qui m'y poussait, du moins, elle me parlait d'un film et je lui disais qu'il avait l'air d'être sympathique, et quelques jours après, on se trouvait un créneau pour aller le voir.

    " Je ne sais pas, ça dépends quel film ou quel restaurant ! "

    Je ne lui disais donc pas non, mais je ne lui disais pas oui pour autant, c'était un peut être, il n'avait donc qu'à essayer pour voir si je serais ouverte à cela. Cela dépendrait donc du timing et du genre de film ou restaurant. Puis il avait pris sa place en face de moi tombant son paquet de cigarette. Je lui faisais une petite remarque comme si j'étais sa mère ou presque. Puis je fis l'offusqué lorsqu'il me dit que ces parents ne le savaient pas.

    " Comment ? Vos parents ne savent pas que vous fumez ? Je vais les appeler tout de suite ! Non, mais je rigole, moi aussi je fume occasionnellement. "

    C'était très rare et ce n'était pas du tabac que je fumais, mais de la vieille herbe. C'était un don d'un certains vampire que j'avais connu, il y a de cela quelques années. Je ne savais pas du tout ce qu'il était devenu peut être qu'il n'avait pas survécu aux années sanglantes à moins qu'il ne soit en train de se la couler douce quelques parts sur la planète.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé]   Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé] - Page 2 EmptySam 31 Aoû - 23:17


Je savais que Makayla serait d’accord avec moi concernant la différence que pouvait apporter la tombée de la nuit à un paysage. Un lac, par exemple, devenait totalement différent lorsqu’il était illuminé par l’astre lunaire ! A Vancouver, j’avais adoré photographier les différentes étendues d’eau à différentes heures du jour et de la nuit. Cependant, je ne compris pas de suite l’allusion aux dangers ! Dans un premier temps j’avais pensé aux lieux qui pouvaient être risqués, genre une falaise ou un chemin escarpé ! Les voies d’accès aux beaux paysages n’étaient pas toujours sans risque… surtout la nuit ! Mais je me rendis compte que je devais faire fausse route.
Ah oui ! Les nocturnes… Makayla avait surement fait allusion aux vampires lorsqu’elle m’avait parlé de danger. C’est vrai que je n’avais pas encore le réflexe de penser que ces créatures surnaturelles rôdaient la nuit et que je pouvais en croiser à tout moment lors de mes balades nocturnes. Il faudrait que j’apprenne à me montrer plus vigilent dorénavant si je ne voulais pas finir comme encas à un suceur de sang malintentionné !



- Plus dangereuses ! répétais-je. C’est vrai que je n’avais pas pensé à ça… Je n’ai jamais été bien vigilent lors de mes précédentes sorties nocturnes, avouais-je. Faudrait que je remédie à ça, sans pour autant mettre un terme à mes balades de nuit…


Car il était hors de question que je cesse de vivre à cause des vampires ! Et puis aux dernières nouvelles je n’avais pas entendu parler d’attaque depuis mon arrivée en Ecosse. Mais quoi de plus normal ? La paix avait été instaurée non ?

Le fait que Makayla ait accepté de boire un verre m’enchanta et je fus encore plus ravi de voir que je ne serais pas à l’origine d’une dispute de couple puisqu’elle était libre. Je n’aurais pas aimé apprendre qu’elle avait un copain jaloux qui risquait de lui faire une scène lorsqu’elle rentrerait. Cependant, j’étais surpris de la savoir célibataire mais je compris que son boulot devait lui prendre beaucoup temps. Elle me proposa d’ailleurs de l’appeler en cas de problème.
Je lui en fus reconnaissant mais je choisis de lui répondre d’une manière différente à laquelle elle s’était peut-être attendue. Sa réponse me parut très vague, elle n’avait pas dit oui mais sans pour autant refuser. Je souris ! Je ne connaissais pas ces goûts concernant le cinéma et la gastronomie mais une idée m’était venue.



- Quels restaurants ?! Hmmm, c’est une bonne question. Je ne sais absolument pas ceux qui valent le déplacement. Mais je suis sûr que vous pourriez m’en faire découvrir et dans ce cas, je pourrais vous inviter ! ajoutais-je en souriant.


Bah quoi ? C’était tellement plus sympa de manger à deux ou plusieurs que tout seul. C’était une chose que je détestais, je trouvais ça ennuyeux à mourir ! Et pour manger en solo je préférais encore le faire chez moi, sur ma terrasse. Mais peut-être que cette vision des choses m’était propre, peut-être que Makayla aimait se retrouver seule pour manger et dans ce cas mon invitation ne serait pas la bienvenue.
Au fil de la discussion, j’avais regagné ma place d’origine et ma mentor m’avait redonné mon paquet de cigarettes égaré. Elle n’avait pas oublié de me préciser que fumer était dangereux pour la santé. Mes parents l’auraient adoré rien qu’en l’entendant dire ça. Je ris en entendant mon interlocutrice me dire de les appeler de suite pour avouer mon péché.



- Ils me tueraient s’ils savaient, déclarais-je. Fumer occasionnellement ? Quand vous êtes énervée ou juste de temps en temps, pour accompagner un fumeur qui va s’en griller une par exemple ?


Bah quoi ? Qui ne tente rien n’a rien ! Peut-être que l’envie d’en allumer une la prendrait et lui donnerait envie de sortir quelques minutes. En attendant, je bus une gorgée de ma bière en appréciant pleinement sa fraîcheur.
Aaron Caron

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Messages : 1177
Membre du mois : 6
Je crédite ! : (c) LBG (c) Inconnu
Localisation : Edimbourg
Caractère : Passionné - franc - déterminé - impulsif - rêveur - souvent solitaire.
Vos Liens : Fiche - Liens - Rps - Portable - Facebook

Spoiler:
 


Humeur : A envie de changement !
Autres comptes : Dafné O'Connell & Damon Black
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé]   Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé] - Page 2 EmptyJeu 5 Sep - 14:27

    La nuit tout était bien différent, les paysages étaient bien différents, mais les rencontres que nous pouvons faire le sont encore plus. Les vampires la nuit sont absolument partout, ou presque. Ils ne seront pas forcément dangereux de prime abord, mais un vampire reste un vampire malheureusement, vous voyez ce que je veux dire. Si jamais vous vous amusez à traîner seul dans un endroit isolé et qu'il vous flaire, il pourrait vous faire disparaître sans laisser de trace. Et je ne voulais pas que cela lui arrive, ce serait tellement bête. Mais il avait encore cette innocence qui me rappelait dangereusement ce que j'avais pu être. Aaron n'avait semble-t-il pas souvent eu à faire à des vampires, sinon, il s'en méfierait bien plus que cela. Enfin, au début, je me souviens de Belle Renard et de William Drake. Ils étaient des vampires, mais vraiment sympathiques. Cette race de vampire n'existe plus aujourd'hui, j'en ai bien peur. Je ne dis pas que tous ressemble à Constance ou Guillemaud, mais ils sont bien plus sournois encore avec les humains, surtout que la loi leur interdit de nous saigner, du moins officiellement. En tout cas Aaron venait de comprendre de quoi je parlais.

    " Oui, je ne dis pas qu'il ne faut plus se balader la nuit, mais les vampires sont très présents à ces moments là et même si la loi leur interdit de nous faire du mal proprement dit, il faut se montrer discret. Nous aurons sans doute l'occasion de faire une petite balade de nuit, un de ces jours. "

    Oui, ce serait l'occasion pour lui de découvrir de beaux coins mais aussi, d'avoir à faire face à des vampires pas forcément très commodes, comme certains qui étaient présents ici. Mais, cette conversation semblait être à peu près close, car il enchaînait sur un peu de drague, si je peux dire cela ainsi. Je lui demandais alors ou il voudrait m'inviter et quel genre de film il voudrait venir voir avec moi. Oui, c'était une façon de savoir s'il pouvait m'inviter en dehors de nos phases de travail. Mais je n'étais pas du genre à mélanger le travail et l'amour vous voyez. Que nous devenions amis ne me posait pas de problème, mais ça n'irait pas plus loin que ça. Après, s'il voulait manger un morceau avec moi, sans arrières pensées, ça ne me posait pas de soucis. Je ne voulais cependant pas qu'il puisse se trompe sur les intentions de chacun.

    " Si ça fonctionne comme ça, c'est moi qui invite alors. Il faudrait plutôt que vous cherchiez les restaurants qui valent le déplacement avant de pouvoir m'inviter. Je ne vais pas vous mâcher le travail dans tout les domaines. "

    Et je riais d'un petit rire. Oui, ce que je disais était vrai mais ce n'était pas un blâme. J'étais son mentor dans la photographie, seulement dans ce domaine. Dans les autres domaines, il pourrait se débrouiller seul, c'est un grand garçon après tout, n'est ce pas ? Puis il fit tomber ces cigarettes sur le sol et je lui fis une petite remarque. Je lui révélais que je fumais donc occasionnellement. Il demanda des précisions.

    " Si vous voulez savoir si je vais vous accompagner pour en griller une dans quelques instants, la réponse est non. Je ne fume pas de tabac, c'est pour cela que je fume rarement, pour certaines occasions à vrai dire, mais je n'ai rien sur moi là. "

    Qu'allait-il comprendre avec ces propos ? Je le laissais imaginer ce qu'il voulait, je verrais bien ce qu'il en pense, mais oui, je devais fumer peut être une fois par mois et encore, même pas sans doute. Ce n'était pas du tabac mais de la vieille herbe qui m'avait été laissé en héritage si l'on peut dire cela ainsi.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé]   Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé] - Page 2 EmptyVen 6 Sep - 13:24



La nuit ! J'avais complètement oublié qu'elle devait être complètement différente ici, avec les vampires. Au Canada, comme en France, je n'avais jamais croisé le chemin d'un seul nocturne et je ne savais pas ce qui pouvait résulter d'une telle rencontre. Durant les Années Sanglantes cela devait être on ne peut plus dangereux. Mais maintenant, avec la loi, est-ce que c'était toujours le cas ? Car cela ne devait pas être difficile pour un vampire de faire disparaître un corps ! Non ?
Makayla confirma alors mes pensées. La loi était censée nous mettre en sécurité vis à vis des nocturnes mais elle m'expliqua qu'il nous fallait tout de même rester vigilent vis à vis des créatures. J'hochais la tête en guise de compréhension et je souris à sa proposition d'aller faire une balade nocturne ensemble. Cela était tentant car je bénéficierai d'une leçon de nuit ainsi que de la présence d'un agent de la fameuse brigade PES.



- Une leçon de nuit me plairait beaucoup et puis en compagnie d'un agent de la brigade serait un plus niveau sécurité, déclarais-je amusé. Il faut dire que je n'ai jamais côtoyé, ou ne serait-ce croisé la route d'un vampire. Alors j'avoue que je ne sait pas vraiment quel comportement est à adapté vis à vis d'un nocturne. Je marquais une pause avant d'ajouter. En fait, je ne sais pas du tout pour être franc !


C'est vrai ça ! Comment fallait-il se comporter face à un vampire ? Comme avec un humain ordinaire ? Mouais, peut-être. Cependant, il devait y avoir plus d'avantage à discuter avec l'un d'eux... Comme par exemple, conversr avec ce genre de créatures devait être enrichissant puisque leur âge devait leur permettre de parler de faits historiques en les ayant vécu. Mais je n'étais pas fou, je n'allais pas chercher à croiser un vampire juste pour parler d'histoire. Ma rencontre avec l'un d'eux se ferait bien un jour... ou lors d'une soirée plus exactement. A celle de l'exposition qui allait bientôt avoir à Glasgow par exemple.

En était ensuite venu le moment de la plaisanterie ! J'avais appris que Mak était libre sentimentalement, tout comme moi et je m'étais pris à apprécier de la taquiner gentiment en lui proposant de l'inviter au cinéma ou à diner. Cependant, dans le fond, l'invitation était sincère ! Mon interlocutrice m'avait alors répondu vaguement ce à quoi j'avais tenté de trouver une parade. Pour être sûr qu'elle apprécie le restaurant et qu'elle accepte, je lui avais demandé de m'en indiquer parmi ces préférés.
Mais ça n'avait pas marché ! C'était, selon elle, à moi de trouver les endroits où l'on se réglait le plus. Je souris. Je ne manquerai pas de tester les brasseries du coin puis des alentours pour me faire une petite liste des meilleurs. Et je le ferais tout seul s'il le fallait ! Je ne voulais pas conduire les membres de ma famille dans n'importe quel troquet si un jour ils venaient me rendre visite. C'est alors que j'eus une idée !



- Curieux et gourmand comme je suis, je devrais vite trouver les meilleurs restaurants du coin, dis-je pour répondre à Makayla. Mais je connais déjà un excellent endroit où la cuisine est, d'après divers avis, très bonne. Je pourrais vous montrer le reste de mes photos et dessins, ainsi que mon labo photo en vous invitant à manger chez moi. Je cuisine plutôt bien les plats canadiens, français et certains espagnols. Et puis, cela me changerait de mes repas en solitaire si vous acceptiez.


Bah oui, c'était toujours plus sympa d'avoir de la compagnie le temps d'un dîner. Il est vrai que je bossais la plupart du temps en même temps que je mangeais mais cela n'avait rien de réjouissant ! Cela étant dit je n'avais personne avec qui partager mes repas pour le moment.

Makayla me dit ensuite que si j'avais l'intention de lui demander de sortir fumer une clope, la réponse serait non.
*Bon, bah tant pis* Je fronçais les sourcils à la suite de ses paroles ! Elle fumait rarement car elle ne parlait pas de tabac. Cependant, elle n'avait rien sur elle en ce moment. Euh... C'était quoi si c'était pas du tabac !? Ma curiosité reprit le dessus.


- Pas de tabac, répétais-je. Qu'est-ce que vous fumer alors ? demandais-je en souriant.
Aaron Caron

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Messages : 1177
Membre du mois : 6
Je crédite ! : (c) LBG (c) Inconnu
Localisation : Edimbourg
Caractère : Passionné - franc - déterminé - impulsif - rêveur - souvent solitaire.
Vos Liens : Fiche - Liens - Rps - Portable - Facebook

Spoiler:
 


Humeur : A envie de changement !
Autres comptes : Dafné O'Connell & Damon Black
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé]   Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé] - Page 2 EmptySam 7 Sep - 16:49

    J'avais déjà tout un tas de leçon à lui donner en matière de photographie en tête, mais toutes ne se feront pas immédiatement. J'espacerais ça dans le temps. La prochaine aurait lieu d'ici quelques semaines sans doute, pas avant. Ce n'est pas que je n'ai pas de temps à lui accorder, mais il doit savoir se débrouiller seul, chose qu'il semblait avoir compris et dont il semblait être capable. Aaron me confirma alors ensuite qu'il était bien trop novice dans le domaine des vampires. J'allais donc lui donner une nouvelle leçon dans l'instant même.

    " Je vois, je vais vous donner une nouvelle leçon, immédiatement dans ce cas. Observez la pièce, observez toutes les personnes ici, et dites moi si vous voyez un nocturne, ne serais-ce qu'un seul. "

    En arrivant, j'avais pu voir qu'il y avait plusieurs vampires, et je lui donnais un indice en lui disant de m'indiquer ne serais-ce qu'un seul vampire. Cela sous entendait qu'il y en avait plusieurs, n'est ce pas ? Une leçon d'observation qu'il ne devrait pas réussir. Il m'avait fallu plusieurs semaines avant de voir les vampires. Aujourd'hui, mon oeil était suffisamment exercé pour les voir d'un seul coup mais pour Aaron, cela serait sans doute compliqué. S'il arrivait à repérer un vampire, et même s'il n'y arrivait pas, je lui donnerais quelques consignes pour éviter le pire, même si ce n'est pas aussi simple que ça. Si un vampire a envie de vous faire mal, il n'y a pas 36 solutions. Puis il m'invita en quelques sortes à un repas en duo. Il était plein de ressources, étonnant. Il m'invitai chez lui dans un premier puisqu'il n'avait pas encore testé les restaurants du coin. Il était malin, je devais le reconnaître.

    " Je ne sais pas si ces avis sont très objectifs, mais je testerais cette tanière de solitaire alors, un de ces jours. "

    Oui, il m'avait dit qu'il ne cuisinait pas trop mal selon divers avis, selon ces amis et sa famille en gros, donc peut être qu'ils lui avaient dit cela pour lui faire plaisir, n'est ce pas ? En tout cas, je testerais comme je venais de lui dire, mais je ne fixais pas de dates pour voir diverses photos et dessins qu'il aurait pu faire. J'apporterais alors quelques unes des miennes aussi pour lui montrer ce que nous avions pu vivre par ici. Puis était venu la question de fumer. Je sentis qu'il ne comprenait pas pleinement ce que je voulais dire, et cela me fit sourire. Il avait envie de fumer une cigarette, je pouvais le voir.

    " Je ne saurais vous dire exactement la provenance de ce que je fume mais j'en ai assez peu, tout du moins, le stock n'est pas renouvelable. C'est une vieille herbe qui a séché durant de nombreuses années, elle est plus vieille que nos deux âges réunis. "

    Je ne savais pas ce qu'il en penserait mais cela serait drôle de voir sa réaction en tout cas.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé]   Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé] - Page 2 EmptySam 7 Sep - 18:01


Je n'étais pas du genre à mentir sur mes compétences ! Voilà pourquoi j'avais clairement dit à Makayla que je ne savais absolument pas quel comportement il fallait adopté face à un vampire. D'ailleurs je n'étais même pas certain d'arriver à dire si j'en avais déjà croisé ou non. Je réfléchissais à cette question quand Makayla me parla d'une nouvelle leçon. Déjà ? Je souris mais les propos de ma charmante interlocutrice me firent comprendre que le « cours » ne porterait pas sur la photographie.
En entendant la demande de Makayla je sus que j'allais me planter. Il fallait que je trouve ne serait-ce qu'un seul vampire parmi nous ce qui sous-entendait qu'il y en avait plusieurs. Pourtant, je m'étais balader un peu plus tôt dans la salle pour faire des photos et je n'avais pas remarqué de différence parmi les divers clients. Cependant, je regardais de nouveau les personnes présentes en mordillant légèrement ma lèvres inférieure, signe de concentration chez moi. Rien ! Que dal ! Personne ne me semblait être un vampire et pourtant je savais de source sûre qu'il y en avait. Reportant toute mon attention sur ma mentor, je soupirais en souriant !



- Je viens d'échouer je crois ! C'est pas moi qui pourrais postuler à la brigade, déclarais-je amusé. Je n'ai pas trouvé le moindre nocturne et le pire c'est que je sais maintenant qu'il doit y en avoir.


Cependant sans échec, pas de leçon ! J'allais donc avoir droit à quelques indications de la part d'une personne experte dans le domaine pour reconnaître des vampires. Et pour le coup, j'allais me montrer plus qu'attentif dans tout ce que Makayla me dirait car ce genre d'information était très utile.
Le sujet qui avait suivi était différent. Plus léger pourrais-je dire puisque je m'amusais à taquiner Makayla. Elle m'avait tendu une perche en disant que je pourrais l'appeler en cas de problème et j'avais saisi celle-ci mais pour lui parler de sorties ciné ou resto. Par deux fois, elle avait répondu vaguement sans que je puisse savoir si c'était un oui ou un non. J'avais alors fait le choix de carrément lui proposer une invitation chez moi. Cela me permettrait de montrer de façon plus large mon travail à Mak et elle pourrait même amener le sien ! Je ris légèrement à ses propos.



- C'est vrai que la famille et les amis sont pas toujours très objectifs mais le fait qu'ils venaient s'incruster à manger dès qu'ils pouvaient m'a fait pensé que ma cuisine était bonne, expliquais-je. Et puis j'adore cuisiner mais pour une personne c'est pas très sympa. Je marquais une légère pause et réfléchis quelques secondes. Tanière ? J'sais pas si ça correspond bien à mon appart'... En entendant ça, j'imagine plutôt un studio sans-dessus-dessous de célibataire endurci, expliquais-je en riant.


Bah oui ! Mon appartement était certes celui d'un célibataire mais il était bien rangé. Faut dire que j'avais pas le choix puisqu'il s'agissait aussi de mon lieu de travail.
Makayla avait ensuite attirer mon attention en me disant qu'elle fumait rarement mais qu'elle ne faisait pas référence à un quelconque tabac. Visiblement, ma surprise et ma curiosité amusèrent ma mentor ce qui me fit sourire davantage. J'écoutais ensuite la jeune femme me dire qu'il s'agissait d'une herbe dont elle ignorait la provenance et dont l'âge dépassait le mien et le sien réunis. D'ailleurs, je me rendis compte que je ne connaissais pas le nombre d'année de ma mentor et selon moi elle n'avait pas plus de 28 ans. En tout cas, je la trouvais chanceuse d'être en possession de cette herbe qui était visiblement très très rare.



- Hé ! La chance... Tout le monde n'a pas le plaisir de fumer ce genre d'herbe, dis-je en observant Makayla. Vous devez la fumer pour de grandes occasions je suppose.


Bah oui, grandes occasions du genre, promotion au boulot, ou retrouvailles avec des amis de longues dates ! Enfin, c'est ce que j'imaginais et je me dis que j'aurais volontiers gouter cette herbe mais je rêvais là !
Aaron Caron

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Messages : 1177
Membre du mois : 6
Je crédite ! : (c) LBG (c) Inconnu
Localisation : Edimbourg
Caractère : Passionné - franc - déterminé - impulsif - rêveur - souvent solitaire.
Vos Liens : Fiche - Liens - Rps - Portable - Facebook

Spoiler:
 


Humeur : A envie de changement !
Autres comptes : Dafné O'Connell & Damon Black
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé]   Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé] - Page 2 EmptySam 7 Sep - 22:45


    Il était un novice, un vrai, c'était rare d'en croiser encore après les années sanglantes mais j'avais un beau spécimen sous le nez et j'allais lui apprendre, j'allais lui dire comment remarquer un vampire. Bon, ce ne serait pas une mince affaire, elle serait plutôt épaisse, mais non seulement j'allais lui apprendre des choses concernant la photographie, mais aussi concernant les vampires, je serais donc pour ainsi dire doublement sa mentor, car de nos jours, on ne peut pas passer à côté de ces nocturnes. Même si la loi fait en sorte qu'ils ne doivent rien faire à notre encontre, il y en aura toujours qui passeront par là, pour ne pas respecter la loi. On en récupérait parfois à la brigade mais en général, ils sont plus malins que ça. Mais Aaron devait en savoir un minimum, ici en Ecosse, ce n'est pas le Canada ou je ne sais quel pays il connait bien, c'est plus dangereux et pas dans le bon sens du terme. En tout cas, il était franc, il me disait qu'il n'y connaissait rien alors j'allais lui donner une autre leçon, pas des moins importantes cela dit. Je lui demandais de me dire s'il voyait un vampire dans le coin, un seul, mais je savais qu'il allait échouer lamentablement, pourtant je le laissais faire. Quand votre oeil n'est pas exercé, il est pratiquement impossible de faire une quelconque différence, pourtant, il était concentré, mais il avoua qu'il n'en voyait pas, pourtant, la pièce en était pleine. Je souriais à ces remarques. C'est vrai qu'il avait échoué, c'est vrai aussi qu'il ne ferrait pas forcément une très bonne recrue à la brigade. Je devais donc mettre un filtre devant sa vue pour qu'il puisse apercevoir ces dites personnes, mais pour cela, j'allais lui apprendre à les reconnaître.

    " Je m'en doutais vous savez. Quand nous sommes novices avec ça, notre regard n'est pas affûté pour voir les nocturnes. Connaissez-vous quelques caractéristiques physiques spécifiques aux vampires ? Cela pourrait vous aider à vous rendre compte qu'ils sont justes là. "

    Lorsqu'on apprends de cette façon, c'est toujours mieux. Je veux dire par là qu'en posant les questions, qu'on cherche les réponses, et bien tout rentre plus facilement dans votre crâne. Si je lui disais qu'il y avait un vampire, là et là, il n'apprendrait pas à les voir. Il les verrait parce que je lui l'avais dit mais ce n'est pas comme ça que ça fonctionne. Il était photographe, son potentiel d'observation était donc au dessus de la moyenne logiquement, alors s'il se rendait compte qu'un vampire est un peu plus pâle, que son cou ne bouge, et j'en passe et des meilleurs, peut être qu'il les verrait. Selon ce qu'il allait me dire, je verrais s'il était novice à 200%, ou simplement un novice simple qui connait un peu les vampires mais qui n'ayant jamais eu à faire à eu n'a jamais exploité son potentiel pour les voir.

    Puis nous parlions popote et nourriture. Il m'invitait, et je ne disais pas oui, pas non, non plus, je m'amusais à voir jusqu'où il était capable d'aller et il m'invitait carrément chez lui. C'était amusant, il n'avait peur de rien, cela me plaisait. Je lui avais donc dit oui, mais en employant des mots qui ne correspondait pas vraiment à la réalité. Il semblait être un véritable cordon bleu, pas un célibataire comme les autres. Je le soupçonnais d'avoir été une femme dans une autre vie, car il ne vivait pas dans une tanière. Du coup, il ne me proposait pas de venir dans sa tanière à proprement dit, ce qui me fit sourire. Donc Monsieur Caron ne vivait pas dans une tanière, j'en prenais bonne note.

    " Vous adorer cuisiner ? C'est au même rang que la photo ? Et quel est le plat que vous cuisiner le mieux ? Pour moi, tout bon célibataire vit dans une tanière, qu'elle soit bien rangée ou non, mais peut être que vous faites exception à la règle pour la confirmer, mais là, je ne peux pas juger par moi-même. "

    J'aimais bien le mener un peu en bateau. Je me demandais ce qu'il savait bien faire cela dit. Du riz ? Des pâtes ? De la blanquette de veau ? J'étais curieuse de savoir mais pas autant que lui à propos de mon herbe rare et donc que je ne fumais que lors de grandes occasions. Il semblait jaloux de cela en tout cas.

    " Oui, et les occasions sont très rares, mais peut être que je pourrais trouver un prétexte pour rendre une occasion très rare. Elle m'a été légué par un vampire qui avait plus de 300 ans, alors je vous laisse imaginer la vieillesse de l'herbe. Soit disant, elle viendrait de l'époque des pirates, comme Jack Sparrow, vous voyez ce que je veux dire ! "

    Si avec ça, il n'avait pas envie de la fumer, je ne comprenais plus. Enfin, je n'avais rien sur moi de toute façon. Si jamais il réussissait à rendre un évènement rare, il y aurait peut être droit mais, il allait falloir m'impressionner !
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé]   Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé] - Page 2 EmptyDim 8 Sep - 15:57


Ma nouvelle leçon était donc un jeu à la « Où est Charlie » mais dans le cas présent le personnage à trouver devait être un vampire. J’avais toujours été pitoyablement nul pour retrouver le bonhomme au tee-shirt rayé et à lunettes et n’étais pas plus brillant pour repérer un quelconque suceur de sang. J’avais su qu’il y en avait car Makayla me demandait de lui en indiquer un mais je ne voyais pas lequel des clients pouvaient en être. Je me concentrais alors mais ce fut vain ! J’essayais également de me remémorer les visages aperçus lorsque j’avais pris des photos mais rien ! Je ne trouvais absolument aucune personne à désigner à ma mentor photographe qui était en passe de devenir ma mentor dans le domaine de la reconnaissance des nocturnes.
Après quelques minutes je m’étais résolu à avouer à mon interlocutrice que je ne ferais pas une bonne recrue au sein de la brigade PES. Cela ne la surprit pas apparemment ! Tant mieux, ça voulait donc dire que reconnaître un vampire parmi les humains n’était pas à la porter de tout le monde. En bref, je n’étais pas un gros nul ! Mak essaya donc de me mettre sur la voie en me demandant ce que je connaissais des particularités des vampires…



- Euh… Je sais qu’ils sont plus pâles qu’un humain lambda, commençais-je par dire. Qu’ils ne supportent pas la lumière du soleil mais en ce moment ça ne risque pas de m’aider, ajoutais-je avec un sourire. Et aussi qu’ils ne… qu’ils ne respirent pas !


Cet état de fait pouvait m’aider bien que l’observation à distance n’était pas à mon avantage. Cependant, minutieusement, je contemplais chaque client en gardant la pâleur et l’inexistence de respiration en tête. Un individu attira mon attention ! A vrai dire, je n’avais pas souvenir de l’avoir vu lorsque je faisais mes photographies un peu plus tôt. Il était au bar, un peu à l’écart du reste des clients et il était pâle, plus blafard que les autres personnes l’entourant. Pour ce qui est de la respiration, je ne pouvais pas dire ! Mais à cette instant il ôta sa main de la bouteille qu’il venait de reposer sur le bar. Je souris ! J’avais vu juste. La boisson « True Blood » me le confirmait.
Cependant, je n’étais pas dupe ! Sans cet indice je n’aurais pas été certain du statut de nocturne de l’homme solitaire. Je reportais mon attention sur Makayla.



- L’homme au bar en est un, dis-je simplement. J’ai pu remarquer qu’il était beaucoup plus livide que les autres clients se trouvant non loin de lui, expliquais-je. Je marquais ensuite une pause avant d’ajouter quelques précisions. Enfin, je dois dire que la pâleur m’a juste mis la puce à l’oreille… mais le fait qu’il boive du True Blood est plus qu’un indice. Si je l’avais croisé dans la rue, j’aurais pensé qu’il était malade ou qu’il manquait de sommeil, avouais-je.


Oui ! J’avais trouvé un vampire mais n’importe qui aurait été capable de faire de même dans le cas présent. Dans la rue, en pleine nuit, il devait être beaucoup plus difficile de remarquer leur présence et de les reconnaître. Je remerciais donc ma bonne étoile d’avoir mis ma mentor sur ma route. Elle me donnerait des conseils en photographie mais aussi dans un autre domaine bien utile. La survie en milieu hostile ! ^^

La suite de la conversation était plus légère… Invitations à sortir, à manger en étaient le sujet ! Visiblement je m’en étais bien sorti puisque Makayla avait accepté de venir manger un jour dans ma tanière. Ce mot m’avait fait sourire. Je réfléchis à ses questions… Non, la cuisine était un passe-temps qui permettait de passer d’agréable moment autour d’un bon repas. Jamais elle n’égalerait la photographie à mes yeux. Pour ce qui était du plat que je savais le mieux cuisiné, je réfléchissais aussi.
En attendant, je répondais quant au sujet de ma tanière qui, elle ne le savait pas, était aussi mon bureau !



- Parfaitement bien rangée, déclarais-je amusé. Mais il faut dire que mon appartement est aussi mon bureau et mon labo photo… donc je ne vais pas accueillir mes éventuels clients dans un sympathique bordel ! Je réfléchis ensuite de nouveau. Le plat que je cuisine le mieux ce doit être le saumon en papillote et sa fondue de poireaux. C’est simple à faire et c’est bon ! Pour le dessert le dirait la tarte tatin accompagnée d’une boule de glace. Mais la cuisine est un simple passe-temps pour moi, un moyen de passer d’agréables moments autour de bons repas.


Après la cuisine, nous avions commencé à parler d’herbe ! Mais pas de celles qui servent à assaisonner les plats. Non, loin de là ! Makayla faisait allusion à l’herbe qui se fume. La rareté de qu’elle possédait avait automatiquement attisé ma curiosité et j’interrogeais donc ma mentor pour en savoir plus. La vache ! J’étais jaloux là. Bah oui, qui n’aurait pas envie de gouter à ça ?


- Noooon ! 300 ans ? répétais-je. J’vais être jaloux là ! Pouvoir fumer de l’herbe qui daterait de la piraterie… la grande classe quoi !


J’imaginais à peine le truc ! C’était fou de pouvoir fumer l'herbe qu’un quelconque grand pirate aurait lui aussi gouté, fièrement posté à la proue de son navire admirant l’horizon qui s’offrait à lui.
Aaron Caron

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Messages : 1177
Membre du mois : 6
Je crédite ! : (c) LBG (c) Inconnu
Localisation : Edimbourg
Caractère : Passionné - franc - déterminé - impulsif - rêveur - souvent solitaire.
Vos Liens : Fiche - Liens - Rps - Portable - Facebook

Spoiler:
 


Humeur : A envie de changement !
Autres comptes : Dafné O'Connell & Damon Black
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé]   Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé] - Page 2 EmptyDim 8 Sep - 16:34

    Est ce qu'il connaissait les caractéristiques des vampires ? Il semblerait qu'il en connaisse quelques unes mais qu'il n'arrive pas à trouver les potentielles menaces qui planaient sur sa tête. Je le voyais se concentrer mais quand on se concentre sur quelques choses qu'on ignore ou presque, ce n'est pas facile à faire, n'est ce pas ? C'est ce qu'il faut se dire en tout cas. Il me donna alors quelques indices pour les reconnaître. Je faisais une petite moue approbatrice, avec ces quelques petites choses, il pourrait voir des vampires, mais son oeil n'était pas aiguisé pour cela. Pourtant, il réussit à en trouver, en trichant un petit peu, il faut bien se l'avouer. Une bouteille de Tru Blood régnait en maître sur le comptoir, juste devant un vampire qui avait donc choisit de boire cela pour la soirée. Je souriais à ce qu'il me dit, un petit rire s'échappa même de mon gosier. Il était franc, je ne pouvais pas lui retirer cela. Il n'aurait donc pas reconnu le vampire dans la rue s'il l'avait croisé, c'était la bouteille qui lui avait confirmé ces éventuels doutes à son sujet.

    " En effet, c'est bien un vampire. Vous avez parfaitement conscience qu'il n'est pas évident de les reconnaître, pour un oeil non avisé comme le votre, mais avec de l'entraînement, et un peu de patience, ils vous sauteront aux yeux. Cependant, il est bien de les remarquer, mais il ne faut pas trop insisté, un vampire qui se sent dévisagé ne sera jamais de très bon poil. Après, il ne faut pas leur faire sentir notre peur, notre rythme cardiaque qui s'accélère d'un seul coup, ils peuvent l'entendre, et deviner que nous sommes en train de faire dans notre froc. "

    J'en avais vu plus d'un avoir tellement peur qu'ils se sont fait dessus. Quand on en arrive là, c'est quand même grave. Après, je ne dis pas, il ne faut pas se montrer trop sûr de soit, c'est assez mauvais devant un vampire, il faut un juste milieu mais ce n'est pas facile, surtout quand on découvre. Puis il m'invitai ouvertement chez lui. Peut être que je pourrais lui donner des conseils en cuisine ? Non, à ce niveau là, je me débrouillais, mais j'étais assez loin de savoir faire tout ce qu'il y avait comme possibilité. Aaron me dit alors que sa tanière lui servait aussi pour son travail, alors je comprenais que cela soit bien rangé. Il me dit alors qu'il était un vrai cordon bleu, du moins, ces dires semblaient le prouver. Sinon, la photo était devant la cuisine, et j'en étais heureuse, car je ne voulais pas qu'il se dirige vers ça, une fois que la photographie l'aurait lassé.

    " Je comprends mieux pourquoi la tanière est bien rangée alors. Je suis sûre que si l'appartement ne servait pas de travail pour vous Aaron, qu'il y aurait des chaussettes qui traîneraient de partout. "

    Je m'imaginais la scène, et je riais de ma bêtise. J'aurais pu dire qu'il y avait des caleçons qui traine par terre aussi, mais ça n'aurait pas été de bon goût. Puis je reprenais la parole.

    " En tout cas, vous avez l'air d'être un vrai cordon bleu, votre mère vous a appris de bien bonnes choses, elle doit être fière de son garçon. "

    Oui, enfin, ça, je le supposais. Mais qui à part une mère peut apprendre ça à son fils ? Son père ? C'était possible après tout mais je n'y croyais pas. Peut être qu'il avait appris tout seul aussi, c'était une autre possibilité vu qu'il semblait être un touche à tout. Ni ma mère, ni mon père ne m'avaient appris la cuisine. J'avais d'ailleurs à peine connu mon père, mais ça, il ne le saura pas, tout du moins, pas tout de suite. Mais ce qui me fit rire, c'était qu'il était jaloux de l'herbe que je possédais. Il avait envie de la fumer, cela se voyait. Peut être qu'il aurait la primeur de la fumer, une petite fois, je verrais, mais si c'était le cas, c'est qu'il aura été un élève très assidu, ce que je ne doute pas.

    " Pas trop fort voyons ! Je ne veux pas que tout le monde sache que je possède ceci. Mais, je confirme, elle est divine. "

    Et je m’esclaffais une nouvelle fois devant lui. Décidément, le courant passait très bien. J'étais ravie de l'avoir rencontré en tout cas, je suis sur que nous deviendrons de bons amis. Il fallait de toute évidence que je le protège de lui-même, de son ignorance, car si pour le moment, tout allait bien, je ne voulais pas qu'on lui fasse du mal !
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé]   Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé] - Page 2 EmptyDim 8 Sep - 22:00


Coool ! J'avais réussi le petit jeu. Oui, bon d'accord ! C'est vrai que la réussite n'était pas totale puisqu'un élément capital s'était offert à moi pour que je sois sûr que l'homme indiqué à Makayla était bel et bien vampire. J'imaginais bien que les nocturnes ne passaient pas leur temps à sa balader avec des bouteilles de True Blood à la main. Mais j'avais quand même eu les bons doutes avant que la boisson ne vienne les confirmer ! J'avais expliqué tout ça à ma mentor et elle m'apporta quelques précisions. Il fallait éviter de fixer un vampire car cela aurait sûrement pour effet de le mettre sur les nerfs ! Rien d'étonnant me direz-vous car il n'est jamais agréable de se sentir dévisager. Pour ce qui est de la peur, je prenais note de tout ce que m'expliquait Mak. Après tout, cela pourrait peut-être me servir un jour ! Bien sûr, j'espérais que cela ne serait jamais le cas mais je devais me mettre en tête que je vivais au milieu de créatures surnaturelles à présent. La sécurité n'était pas la même qu'au Canada !


- En tout cas j'avoue que les reconnaître n'est pas aussi facile que dans les films, déclarais-je. S'il faut de l'entraînement pour ça, je pense que je pourrais y arriver. Mais encore faut-il que j'ai un aussi bon professeur que vous à ce sujet. Vous allez vous dévouer à m'aider aussi dans ce domaine ? Si c'est le cas, il va falloir que je pense à une rémunération, ajoutais-je amusé.


Le sujet des vampires était quelque chose de sérieux, tout comme celui des autres créatures surnaturelles, j'en avais pleinement conscience. Cependant, je ne voulais pas que cela ne devienne un sujet angoissant. Non, je n'avais pas envie de devenir parano et d'imaginer que toutes les personnes que je croisais pouvaient être un nocturne, un loup ou je ne sais quoi d'autre ! Je reprenais alors...


- Je plaisante mais je sais que c'est un sujet sérieux... Et qu'ici en Ecosse, ça l'est encore plus que par chez moi !


Je ne voulais pas que ma mentor pense que je prenais tout ça à la légère et que je n'avais pas conscience que malgré les lois, le danger existait. Au contraire, je me doutais que même chez les créatures surnaturelles il devait exister des hors-la-loi qui se fichaient des textes écrits dans le but de protéger les humains tels que moi.

Je souris lorsque mon interlocutrice me dit qu'elle comprenait le pourquoi du comment ma tanière était bien rangée. C'était aussi mon bureau ! Elle avait en partie raison. Mais je ne pense pas que si mon logement n'avait pas été mon bureau j'aurais laissé trainer des chaussettes ! J'aurais juste été moins... comment dire... moins ordonné. Parce que là, c'était toujours nickel ! Le seul endroit qui prouvait que mon appartement n'était pas sorti tout droit d'un catalogue était ma chambre. Il arrivait que le lit ne soit pas fait ou que quelques bricoles trainent par ci par là.



- J'avoue que mon appartement serait moins ordonné et ressemblerait moins à logement témoiin si je ne m'en servais pas pour mon travail, avouais-je. Mais pour les chaussettes, je ne pense pas ! On ne sait jamais qui peut débarquer à l'improviste... Quoique ici je ne connais pas grand monde.


Je fus amusé de voir que Mak pensait que c'était ma mère qui m'avait appris à cuisiner. Elle cuisinait certes mais ce n'était pas une passion. A vrai dire, j'avais appris tout seul, juste parce que j'aimais la bonne bouffe et que je trouvais sympa le fait de se réunir autour d'un bon repas.


- Oui, je pense qu'elle est assez fière d'avoir un fils qui cuisine et qui, en plus, sait tenir un appartement propre, répondis-je amusé. Mais la cuisine, j'ai appris ça tout seul. Je me suis même payer des cours en France ! C'était marrant et instructif mais bizarrement rempli d'élèves féminines principalement !


Le bizarrement était de trop car les mecs qui aimaient cuisiner n'étaient pas très courant. Il m'était d'ailleurs arrivé que certaines élèves pensent que j'étais homo ! Ah les préjugés... j'vous jure !
La discussion devint autrement intéressante lorsque Makayla me parla de ce qu'elle fumait et qui m'enthousiasma. Un peu trop peut-être car ma mentor me dit en riant de parler plus doucement et me confirma que cette herbe était divine.



- Oups ! Désolé... C'est dû à l'enthousiasme d'apprendre de nouvelles choses, dis-je. Et sinon, ce n'est pas très gentil de me narguer de la sorte. Je devrais me mettre à bouder tel un gamin qui ne peut pas avoir ce qu'il veut, plaisantais-je.
Aaron Caron

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Messages : 1177
Membre du mois : 6
Je crédite ! : (c) LBG (c) Inconnu
Localisation : Edimbourg
Caractère : Passionné - franc - déterminé - impulsif - rêveur - souvent solitaire.
Vos Liens : Fiche - Liens - Rps - Portable - Facebook

Spoiler:
 


Humeur : A envie de changement !
Autres comptes : Dafné O'Connell & Damon Black
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé]   Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé] - Page 2 EmptyDim 8 Sep - 23:36

    Ainsi, je devenais sa mentor dans un deuxième domaine mais je sentais que l'expression, jamais deux sans trois s'appliquerait avec lui. Nous étions donc voués à nous revoir à intervalles réguliers, et ce serait enrichissant pour nous deux, sans doute plus pour le photographe que pour moi, mais il était une bonne compagnie alors cela ne me dérangerait pas le moins du monde. Mais comme pour la leçon sur la photographie, je ne lui avais pas tout dit, chaque chose en son temps après tout n'est ce pas ? En tout cas, il était un élève attentif, alors je lui donnerais un bon point. Il me dit alors que reconnaître les vampires n'était pas une chose aussi simple que dans les films. Les films ne montrent jamais vraiment la réalité des choses, mais que voulez-vous, il faut bien en faire pour gagner de l'argent, ou peut être même en perdre selon le succès du film. Mais les vampires, cela fonctionne bien en général, je pense à la saga Twilight qui datait de quelques années déjà mais qui avait fait fureur à l'époque. Il me fit rire en parlant de rémunération mais aussi en s'excusant presque de rire de la chose qui était quand même sérieuse.

    " Mais ne vous inquiétez pas, la photographie et les vampires ce ne sont pas deux choses si opposée que cela voyez-vous. Je vous apprendrais toutes les ficelles là aussi, mais point de rémunération en vue, je ferrais ça avec grand plaisir, disons que c'est mon domaine, alors c'est bien de partager ça avec un élève aussi attentif. "

    Non mais c'est vrai que c'était agréable d'avoir quelqu'un avec qui parler sans se soucier de ce qu'on disait vraiment. Evidemment je ne pouvais pas lui parler à propos des enquêtes en cours. Puis, il me dit que sa tanière serait quand même bien ranger même si elle ne lui servait pas de lieu de travail qu'il serait simplement moins ordonné. Je ne sais pas trop ce qu'il voulait dire par là, mais il ressemblait à un homme parfait : il faisait le ménage et la bouffe, le rêve pour une jeune femme de bonne famille. Mais même si je m'entendais bien avec lui, je n'envisageais pas cela, il resterait une relation de travail améliorée, un ami en somme qui pourrait compter sur moi, et j'espérais que la réciproque était vrai même si je ne voulais pas qu'il vienne m'aider. Car si c'était le cas, cela signifiait que je serais dans de sales draps et jamais je ne le mêlerais à cela.

    " Les hommes laissent toujours traîner quelques choses, c'est une obligation. Alors qu'est ce que vous laissez traîner ? "

    S'il ne laissait rien traîner alors il serait mon idole, car même moi qui aimait que tout soit à sa place et propre, il m'arrivait de laisser traîner quelques vêtements dans ma chambre ou dans la salle de bain. Et en plus, il avait appris à faire la cuisine tout seul. En fait, non, il avait pris des cours en France entouré de belles jeunes femmes. Je comprenais pourquoi il avait si bien appris à faire de la cuisine, tout s'éclaircissait, mais je riais à cette pensée. Il ne semblait pas être comme ça, mais cela avait traverser mon esprit l'espace d'un instant. Il ne comprendrait peut être pas pourquoi je riais mais cela faisait du bien.

    " Je comprends mieux pourquoi vous savez bien cuisiner Aaron ! "

    Mais je n'en disais pas plus. Puis nous parlions de mon herbe si bonne et si rare. Il était jaloux, ça en crevait le plafond mais c'était assez drôle de voir ça. Et il me fit encore plus rire en me disant qu'il devrait se mettre à bouder comme un gamin.

    " Si vous êtes sage, vous aurez le droit d'y gouter, cela ne tient qu'à vous Aaron. Alors si vous boudez, vous pouvez être sur que l'herbe va vous passer sous le nez. "

    Et je riais encore, je n'arrivais plus à m'arrêter, comme si j'avais fumé, mais non, je n'avais justement rien fumer, peut être que c'était le manque justement. Je finissais mon verre d'une traite, en commandant un nouveau, c'était tellement rafraîchissant de passer une soirée en bonne compagnie.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé]   Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé] - Page 2 EmptyLun 9 Sep - 11:39


Makayla était aussi en passe de devenir ma mentor pour la reconnaissance vampirique et cela me plut. Elle était sympathique et surtout elle avait les compétences pour devenir un excellent professeur... Elle posait les bonnes questions, celles qui amenaient à la réflexion et sa façon d'expliquer les choses donnait envie d'en apprendre toujours plus. N'est-ce pas là les qualités d'un bon enseignant ? Selon mon point de vue, oui ! J'étais donc ravi que Makayla devienne ma mentor dans ce qui touchait les nocturnes car j'avais bel et bien besoin que quelqu'un éclaire ma lanterne à ce sujet. Avec un sourire, je plaisantais au sujet d'une éventuelle rémunération.
La brune m'expliqua que la photographie et les vampires n'étaient pas deux choses si opposés ; et pour le coup, je n'étais pas bien sûr d'avoir bien saisi. Je réfléchis et je vins à en déduire que lorsqu'elle avait dit vampire, Makayla voulait sûrement parler de la façon de reconnaître les nocturnes. Après tout, il s'agissait principalement d'observation et ce, dans les deux cas. Le fait que ma mentor parle de moi comme un élève attentif me fit plaisir. Mais comment ne l'aurais-je pas été face à Makayla.



- Pas si opposés que ça ! répétais-je. Surtout au niveau de l'observation non ? Enfin, c'est ce que je pense. Je marquais un pause avant de reprendre. Comment ne pas être attentif ? Vous avez toutes les compétences d'un vrai professeur. Vous savez donner l'envie de vouloir en apprendre plus. J'adore, j'suis certain de voir mon niveau s'améliorer.


Les sujets sérieux avaient laissés place à de plus légers... Une complicité naissait entre ma mentor et moi et je n'allais pas m'en plaindre ! Je n'avais jamais vraiment bien su fixer les limite des relations professionnelles avec celles de l'amitié. Tout ça était flou mais c'était dû à mon métier ! Un photographe froid et distant n'attirait pas les clients car lors de prises de vue d'un mariage par exemple, il devait savoir se fondre dans le décor, se montrer joyeux devant tant de bonheur.
Le sujet de mon appartement était amusant, surtout lorsque la brune le comparait à une tanière ! Mon logement était impeccablement rangé parce qu'il s'agissait de mon bureau et dans le cas contraire, il n'aurait pas été bordélique pour autant. Voilà pourquoi je me mis à réfléchir un sourire accroché aux lèvres lorsque Makayla déclara que les hommes laissaient toujours trainer quelques chose et que je ne devais pas faire exception à la règle.



- Je suis démasqué, déclarais-je amusé. Zut ! C'est vrai qu'il arrive que je laisse traîner quelques petits trucs dans les pièces privées, expliquais-je. Mes DVD par exemple mais le plus souvent ce sont mes croquis qui traînent un peu partout. Je veux pas perdre la main en dessin. Et voilà, je viens d'avouer que je ne suis pas parfait, ajoutais-je en riant.


J'avais ensuite expliqué à l'ex-photographe où est-ce que j'avais appris à cuisiner. Car non, ce n'était pas ma mère qui avait partagé ses secrets avec moi ! J'avais été dans un premier temps autodidacte dans ce domaine et j'avais ensuite pris deux – trois cours pour que j'apprenne les techniques.
Lorsque la brune reprit, pour le coup, je ne compris absolument pas. Enfin, j'avais compris les mots mais pourquoi est-ce que Makayla rigolait ? J'avais dit une c#nnerie sans m'en rendre compte ou quoi ?! Bref, avec un sourire...



- Euh... C'est ce que je raconte qui vous fait rire ?


Bah oui quoi ! Je voulais savoir ce que j'avais dit d'amusant, du moins aux yeux de la brune. Non pas que j'allais me plaindre de la voir rire car c'était plaisant. Mais j'étais curieux !
D'ailleurs, Makayla devait se rendre compte à quel point j'étais curieux vu le nombre de questions que je posais au sujet de son herbe. La brune prit même un malin plaisir à me narguer en évoquant son âge, le fait qu'elle était divine ! Je déclarais donc que j'allais bouder si elle continuait. Cette bêtise eut l'effet inverse et me fit rire. Et Makayla était dans le même cas que moi après m'avoir dit que bouder risquait de me priver de ce délice.



- D'accord, d'accord ! répondis-je. Je ne bouderai pas ! Et pour ce qui est d'être sage, je pense que je devrais y arriver facilement.


Bah oui ! J'avais jamais été du genre à faire tout et n'importe quoi. J'avais fait quelques bêtises mais rien de bien méchant... juste ce qu'il faut pour être un gamin normal.
Aaron Caron

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Messages : 1177
Membre du mois : 6
Je crédite ! : (c) LBG (c) Inconnu
Localisation : Edimbourg
Caractère : Passionné - franc - déterminé - impulsif - rêveur - souvent solitaire.
Vos Liens : Fiche - Liens - Rps - Portable - Facebook

Spoiler:
 


Humeur : A envie de changement !
Autres comptes : Dafné O'Connell & Damon Black
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé]   Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé] - Page 2 EmptyJeu 12 Sep - 16:58

    Aaron semblait être étonné que la photographie et les vampires ne soient pas si opposé. Pourtant, si on cherche bien, dans presque chaque chose, il y a un point en commun, même s'il y a énormément de différences au final. Mais étant un élève attentif, il avait réussi à faire le rapprochement entre photos et canines crochues. Tout est une question d'observation, évidemment, même si elle ne devait pas être la même. Pour prendre une photo, l'observation peut être longue et précise. Pour reconnaître de belles canines, il fallait agir bien plus rapidement en général, parfois si rapidement que nous n'avons pas le temps de faire autre chose que le nocturne est déjà sur nous ayant une vitesse et une force accrue. En tout cas, il semblait trouver en moi un bon professeur. C'est vrai que j'aurais pu essayé de l'être mais j'avais opté pour la photographie, suivi du journalisme et ensuite être enseignante. Ce que je voulais faire dans la vie était dans cet ordre là, et au final, je me retrouvais à la brigade PES, cherchez l'erreur. Non, mais en fait la photographie et le journalisme, j'y avais gouté pendant de longue année. Et là, je commençais à être faire la professeur dans deux matières, pour un seul élève, mais c'était mieux que rien. En fait, j'avais réalisé tout ce que je désirais comme métier. Aaron n'était pas avare de compliment envers ma personne c'était déjà quelques choses de bien, mais peut être qu'il en rajoutait un peu, enfin, je prenais cela pour moi, ce n'est pas tout les jours qu'on reçoit des compliments.

    " C'est tout à fait ça, même si l'observation pour prendre une photo et pour trouver un vampire ne sera pas forcément la même mais ça, vous l'apprendrez tout seul. En tout cas, j'espère bien que votre niveau va s'améliorer, surtout concernant les vampires, car pour la photo, vous vous en sortez déjà bien. "

    Oui, ici, en Ecosse, il ne pouvait pas rester le petit canadien ou français innocent qui n'y connait rien, il en allait de sa vie, de sa survie même je dirais. En tout cas pour ce soir, ce sujet semblait être clos, avant de peut être revenir, on ne sait jamais. Je lui demandais donc ce qu'il laissait traîner dans son appartement, car même s'il était ordonné, il y avait forcément quelques choses qui traînait, sinon, je le demandais directement en mariage. Non, je rigole, mais un homme si ordonné, ça n'existe pas même dans les contes de fées. Et il m'avoua qu'il laissait traîner quelques petites choses, mais bon, ça allait quand même. Il laissait donc un peu de partout des croquis, et des DVD. Il y avait plus sale comme choses qui s'éparpillent un peu de partout dans un appartement. Ainsi donc, il dessinait souvent s'il laissait des croquis un peu de partout et il regardait pas mal de films à en croire ce qu'il me disait.

    " C'est dommage, si vous aviez été parfait, je vous aurais demandé en mariage directement, mais ce ne sera pas le cas ! Je savais bien que l'homme parfait n'est pas de ce monde, bien que vous vous approchiez de cet idéal. "

    Je souriais, je riais même en disant toutes ces bêtises. Mon rôle de mentor proprement parler était en train de s'estomper au fil de la soirée. J'étais en train d'endosser le rôle de l'amie avec qui tu rigole bien en soirée, et ça n'était pas plus mal. Au moins, il aurait une amie dans le coin avant de s'en faire ailleurs. Ce n'est jamais évident d'être seul quand on arrive quelques parts, ou de voir tout ces amis disparaître de façon plus ou moins tragique. Lorsqu'il me parla des cours de cuisine en charmante compagnie, je me suis mise à rire en lui disant que je comprenais pourquoi il savait bien faire la cuisine, mais il ne tilta pas. Il était décidément bien innocent, un type trop parfait. Que cachait-il ? Rien, j'en avais bien peur, mais l'Ecosse ne l'avait pas encore éprouver. Je savais qu'elle le ferrait mais que tout se passerait plus ou moins en douceur. Ce serait tellement bête de le rendre complètement blasé en peu de temps comme je pouvais l'être même si je n'en montrais aucun signe ce soir.

    " Rien, je rigole de ce que je dis plutôt, mais cela ne m'étonne pas que vous fassiez si bien la cuisine, si votre professeur était si charmante. "

    Et je riais encore. Je le narguais à propos de mon herbe, et il voulait bouder mais il n'y arriva pas, riant alors avec moi. Il n'allait pas bouder, et tant mieux. Même s'il l'avait dit pour rire, bouder ce n'est pas pour des gens de notre âge. Je commandais alors une nouvelle bière que le serveur m'apporta rapidement. J'en bu une nouvelle gorgée, comme si rire m'avait donné soif, mais je ne devais pas non plus trop boire. Ce serait mon dernier verre alcoolisé, même si l'alcool à l'intérieur n'était pas forcément très élevé.

    " Je vous paye un autre verre Aaron ? "

    Oui, dans ma générosité, je pouvais bien lui payer un verre de bière, je pourrais lui apprendre au passage à la déguster aussi, ce serait drôle, non ?

Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé]   Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé] - Page 2 EmptyJeu 12 Sep - 19:26


C'est pour avoir des conseils en photographie que j'avais contacté Makayla et elle avait accepté de devenir ma mentor sur ce point. Mais la conversation avait ensuite fait que je m'étais rendu compte que j'avais de sérieuses lacunes. Au sujet de la photographie ? Absolument pas. Et cela aurait été beaucoup moins grave que de ne pas avoir les connaissances suffisantes concernant les créatures surnaturelles ! Et c'était malheureusement mon cas. Jamais je n'avais eu à faire face à un quelconque vampire ou loup-garou... Je ne m'en étais pas soucié jusqu'à ce que Makayla m'explique ce qu'il en était et pour le coup, mon manque d'acquis à ce sujet me dérangea. J'avais un peu trop souvent tendance à oublier que si l'Ecosse était calme aujourd'hui, cela n'avait pas toujours été le cas. Je serais mort dès les premiers jours si j'avais débarqué ici pendant les années sanglantes ! Bref, mon inexpérience quant au sujet des faces à faces surnaturels était dangereux pour moi et il faudrait que je remédie à ce problème !
Mais déjà j'avais quelqu'un pour m'aider. Et qui de mieux placé qu'un agent de la brigade PES pour vous apprendre comment réagir et faire face à telles ou telles créatures ? Personne. D'ailleurs, en plus d'une leçon de photographie, j'avais eu le privilège d'en avoir une autre concernant la manière de reconnaître un vampire. Même si j'avais échoué, j'avais compris que tout était dans l'observation... comme pour la photographie ! J'acquiesçais en souriant lorsque la brune me dit qu'elle espérait que mon niveau s'améliorait, surtout concernant la partie surnaturelle. J'étais du même avis qu'elle... Je n'étais pas venu en Écosse pour y perdre la vie mais pour m'en refaire une nouvelle !

Le sérieux de la discussion s'était ensuite fait oublier pour mon plus grand plaisir. Je n'aurais pas voulu que Makayla me voit comme un simple élève surtout que je ne lui apportais absolument rien en contre-partie ! Et puis, des amis... C'est ce qu'il me manquait ici. Mais apparemment, la brune allait le devenir. Nous avions pas mal de points en communs et nous arrivions à nous faire rire l'un et l'autre alors que nous ne nous connaissions absolument pas il y avait quelques heures.
Je souris en entendant la brune me dire qu'elle m'aurait demander en mariage si j'avais été parfait... Mais je ne l'étais pas car j'avais avoué laisser traîner quelques bricoles chez moi ! Bah voilà... Comme quoi la franchise ne paie pas toujours ^^ Ma mentor me déclara cependant que je me rapprochais fortement de l'idéal masculin. Euh... Ah bon ? Pour le coup, je fus limite gêné et j'en aurais presque rougi. Je n'étais plus habitué à recevoir des compliments de la part de femmes aussi jolies que Mak. Je passais mes journées à faire des photos ou chercher des clients alors bon. Je souris de nouveau et reprenais alors sur les premiers propos de la brune histoire de rebondir face à ma légère gêne.



- Et zut ! J'ai manqué une occasion de me taire, dis-je avec un clin d'œil. Surtout que c'est un défaut que je pourrais facilement corriger si tel était le souhait d'une femme aussi charmante que vous.


La draguer ? Non, la charmer peut-être. Mais c'est elle qui avait commencé d'abord ! Et puis, je n'avais pas menti. Makayla était une belle femme et quel mec serait assez idiot pour laisser partir pour une histoire d'affaires qui trainent ? Sûrement personne !
La discussion suivant son cours, je fus ravi de voir qu'elle trouvait intéressant le fait que j'ai appris à faire la cuisine de mon propre chef et grâce à des cours. Cependant, je perdis un peu le fil lorsqu'elle se mit à rire et je lui avouais. Ouf, elle ne se foutait pas de ma gueule ! Elle rigolait de ses propres paroles. La brune prit le soin de m'expliquer et je me mis à rire ! Si elle avait su... Une fois mon rire passé, je reprenais la parole, amusé.



- Un mètre quatre-vingt dix, euh... à vu d'oeil quatre-vingt dix kilos et une moustache à la « Mario Bross » ! Oui, voilà ce que je peux dire de mon professeur de cuisine. Le genre de gars que l'on préfère avoir comme copain... même pour moi qui ne suis pas petit, ajoutais-je. C'était une véritable armoire à glace ce type mais aussi un enseignant hors-pair.


Oui, j'avais appris pas mal d'astuce culinaire avec ce chef et je m'en servais lorsque j'avais des invités. La plupart du temps, j'arrivais même à impressionner ces derniers même si le but de mes invitations été uniquement de passer une bonne soirée.
Le sujet de l'herbe que Makayla possédait fut aussi bref que désirable ! Mais qui sait ? Peut-être aurais-je un jour le droit d'y goûter puisqu'elle me l'avait clairement dit. Il suffirait que je sois sage et je n'avais nullement l'intention de faire de conneries donc tout était parfait. Cette discussion close, cela ne voulait pas dire que la soirée était finie. Non ! Makayla venait de commander un autre verre et proposait de m'en offrir un. J'étais venu à pied, je pouvais donc accepter sans problème. Et sa compagnie était si agréable que je comptais en profiter encore un peu.



- J'accepte votre offre, dis-je en souriant. Je vais prendre la même chose que vous !
Aaron Caron

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Messages : 1177
Membre du mois : 6
Je crédite ! : (c) LBG (c) Inconnu
Localisation : Edimbourg
Caractère : Passionné - franc - déterminé - impulsif - rêveur - souvent solitaire.
Vos Liens : Fiche - Liens - Rps - Portable - Facebook

Spoiler:
 


Humeur : A envie de changement !
Autres comptes : Dafné O'Connell & Damon Black
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé]   Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé] - Page 2 EmptySam 14 Sep - 0:10

    Nous avions donc passé pas mal de choses en revue ce soir, c'était même fou. Le but premier de cette rencontre était de parler de photographie, une passion commune avec le jeune homme et nous en avions bien parlé, mais ce n'était pas tout. Nous faisions donc connaissance le plus simplement du monde. Je me suis donc rendue compte qu'il avait de très grosses lacunes concernant l'Ecosse et son environnement, notamment concernant les vampires. Et je n'avais pas pu passer à côté de cela. Il ne pouvait pas être comme moi 7 ans auparavant, non, il devait s'ouvrir au monde, ouvrir son esprit à ce genre de créatures, qu'on pouvait croiser à presque chaque coin de rue à Edimbourg ou Glasgow. Mais avec le temps, il y arriverait, je ne me faisais pas de soucis pour ça. On s'améliore avec l'entraînement, les choses sont aussi simples que ça. On peut être très mauvais dans quelques choses, mais avec de l'entraînement, de l'acharnement et un bon professeur, on peut devenir meilleur et excellé ! Je ne doutais pas que monsieur Caron y arrive ! Mais après avoir parlé sérieusement, photo et vampire, je me mettais à rire à propos de tout ce que nous racontions. Aaron était un comique qui s'ignorait, peut-être qu'il avait raté sa carrière dans les one man shows. Non, je disais ça en rigolant, mais il avait voulu bouder, rien que ça, pour un grand garçon comme lui c'est drôle. Et puis le fait qu'il prenne des cours de cuisine en compagnie de charmantes jeunes femmes expliquait tout à propos de son talent à ce niveau. Mais ce qui était le plus marrant dans tout cela ce fut sa tête quand je lui ai dit qu'il se rapprochait d'un idéal masculin. Il avait presque rougi à cette remarque, je pouvais le sentir et cela me fit rire de plus belle. Non, je n'envisageais rien avec lui, simplement que nous devenions amis, c'était déjà pas mal, non ? Et puis, je ne voulais pas non plus qu'il court des risques à cause de mon travail, ce serait tellement bête. En tout cas, il semblerait que nous étions partie sur une petite série de compliment, qui ne faisait de mal à personne. Il me dit donc que j'étais une charmante jeune femme. Bon d'accord, je n'allais pas le contredire, mais il y avait mieux que moi, c'était une certitude. Je souriais à son clin d'œil, faisait un petit regard, comme si j'étais étonnée de cela, même si je m'y attendais. Je ne rajoutais donc rien à ce niveau. Je le laissais alors me décrire son professeur de cuisine qui ressemblait à Mario, le petit plombier inventé par Nintendo.

    " Ah mais, je ne doute pas qu'il fut un bon enseignant. Je disais surtout cela si vous étiez entouré de belles jeunes femmes. Vous avez voulu les impressionner, j'en suis certaine ! "

    Je me souviens des gars qui ont essayé de m'impressionner que ce soit en cours ou dans d'autres contextes. Il arrivait toujours quelques choses qui faisait en sorte que finalement, ils se ridiculisaient et repartaient la queue entre les jambes sans être arrivés à leur fin. En tout cas, la soire se passait bien avec Aaron, c'était un régal. Pourtant, il semblerait que nous n'ayons presque plus rien à nous dire. Alors, au lieu de parler, nous allions boire ! Je lui proposais donc un verre qu'il accepta.

    " Deux bières ambrées pour la 15 ! "

    Et on nous apporta ça très rapidement. Je bus déjà une gorgée de ma bière alors qu'il y avait encore plein de mousse. Cela me faisait presque une moustache que je léchais rapidement, la faisant disparaître.

    " Bon, alors, il ne faut pas boire cette bière n'importe comme Aaron. C'est une bière écossaise bien spécifique. Comment est ce que vous la boiriez pour qu'elle soit la meilleure possible ? "

    Pour ce sujet là, je blaguais, il n'y avait pas spécialement de bonnes façons de boire la bière, mais je me demandais ce qu'il allait faire ou me dire pour me montrer qu'il savait sans savoir.

Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé]   Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé] - Page 2 EmptySam 14 Sep - 14:17


Nous avions abordé divers sujet de conversation avec Makayla. De la moto aux vampires en passant par la photographie qui avait été le motif de cette rencontre. Tous avaient été intéressants voir même enrichissants mais un seul avait fini par me mettre légèrement mal à l'aise ! J'avais tenté de ne rien laisser paraître mais n'avais pas réussi puisque Makayla s'était mise à rire. Cela n'arrangea pas ma situation même si je n'en perdais pas ma répartie. Mais que voulez-vous ? Je n'avais jamais été le genre de personne qui se pavane face aux compliments. Au contraire, cela m'avait toujours un peu mis mal à l'aise même si je dois reconnaître qu'il était fort agréable de se faire flatter par une femme séduisante comme Mak. Après, il est vrai que la voir rire était un véritable plaisir mais j'aurais préféré que ce ne soit pas à mes dépends ! Même si ça ne m'empêcha pas de sourire en la voyant s'esclaffer.
Lorsque le sujet de mes cours de cuisine fut évoqué comme un moyen de séduire, je ne compris pas de suite ! Quel naïf je faisais parfois... Cela m'étonnait moi-même. Mais bon, comme je l'expliquais à la brune, l'enseignant était un homme tout à fait viril. Rien de bien attirant à mes yeux puisque je m'étais toujours cantonné au statut d'hétéro ! Mais, visiblement, je n'avais rien compris... Makayla m'expliqua que j'avais sûrement dû essayer d'impressionner mes camarades de cuisine. Ce fut à mon tour de rire... Ce n'avait absolument pas été le cas ! Et puis, les demoiselles qui suivaient les cours avec moi avaient dans un premier temps pensé que j'étais gay. Elle avait compris leur erreur le jour où Andreia était venue me voir pendant la pause.



- Faux ! Je n'ai jamais essayé d'impressionner les jeunes femmes qui étaient en cours avec moi... et puis elles pensaient que j'étais gay, répondis-je amusé. Elles ont remarqué qu'elles s'étaient trompées le jour où Andreia est venue me faire un p'tit coucou pendant une de nos pauses. Je marquais une légère pause. Mais je dois reconnaître qu'à l'époque c'est elle que j'essayais d'impressionner...


Mais ça n'avait pas marché du tout... Enfin si, elle avait été impressionnée et avait apprécié mes talents en cuisine (et dans un autre domaine) mais elle n'avait jamais envisagé de réellement s'engager avec moi parce que j'étais trop jeune selon elle ! C'était une excuse que j'avais trouver bidon... Sept ans de différence c'était quoi ? Rien du tout de mon point de vue. Mais pas du sien... Bref, je n'étais pas là pour ressasser le passé !
J'étais en charmante compagnie et je me voyais même offrir un autre verre. J'acceptais et choisissais de prendre la même chose que ma mentor. En l'occurrence, une bière ambrée. Je ne me souvenais pas en avoir déjà bu et j'aurais très vite l'occasion d'y gouter car nous fûmes servis rapidement. La brune but une gorgée et avant que j'ai pu faire de même, elle s'adressa à moi.

Je fronçais légèrement les sourcils... Une manière de boire cette fameuse bière ! Je pensais qu'elle blaguait car je me doutais que je ne connaissais pas toutes les coutumes de mon pays d'adoption mais quand même.



- Une façon spécifique de boire cette bière, répétais-je sérieux. La meilleure façon de la boire... Je fis mine de réfléchir puis souris... C'est la mienne, déclarais-je en buvant une gorgée à mon tour.


J'ôtais ensuite les traces de mousse sur ma lèvre supérieure avec l'inférieur.
Aaron Caron

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Messages : 1177
Membre du mois : 6
Je crédite ! : (c) LBG (c) Inconnu
Localisation : Edimbourg
Caractère : Passionné - franc - déterminé - impulsif - rêveur - souvent solitaire.
Vos Liens : Fiche - Liens - Rps - Portable - Facebook

Spoiler:
 


Humeur : A envie de changement !
Autres comptes : Dafné O'Connell & Damon Black
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé]   Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé] - Page 2 EmptyDim 15 Sep - 16:46

    Gay ? Andreia ? En peu de temps, il m'avait donné pas mal d'information sur son passé. Ainsi, il avait donné l'image d'être gay durant ces cours de cuisine ? Je l'imaginais avec un regard lubrique à l'égard de son professeur ressemblant à Mario, et cela me faisait encore plus rire, mais vraiment, je crois qu'un peu d'alcool et un peu de fatigue devait accentuer cela. Je ne voulais pas le blesser, mais mon imagination jouait contre moi, il m'était donc impossible de lutter pour ne pas rire. Vu comme nous parlions, j'avais du mal à voir un gay en Aaron, mais bon, peut être que ça façon de voir les choses, ou de parler, ou de se tenir durant ces cours de cuisine le laissait penser. Il avait donc appris à bien cuisiner pour une femme, j'aurais du m'en douter, un homme normal n'apprends pas à cuisiner juste pour lui, mais pour les autres, pour une autre principalement, c'était tellement logique. Je m'arrêtais enfin de rire après quelques minutes d'une complète euphorie. J'avais envie d'en savoir plus au sujet de cette femme, mais je ne sais pas pourquoi, le passé, le passé amoureux d'Aaron ne m'intéressait pas, tout du moins, pas dans l'instant. Je sais que lorsque cela se finit mal, ce n'est jamais très bon pour le coeur, pour l'âme de chacun. Alors comme nous nous amusions plutôt bien, je ne voulais pas gâcher ce moment. De toute façon, je lui offrais ce verre, et je ne tarderais pas trop après, encore quelques minutes de plaisir et il sera temps pour moi d'y aller, de rentrer chez moi, pour affronter une nouvelle journée le lendemain après une nuit de sommeil plus ou moins longue. Nous étions servis rapidement et je bus déjà une gorgée. Je lui demandais alors quelle était la meilleure façon de boire cette bière, et il me répondit que c'était la sienne.

    " Je ne suis pas bien convaincue, mais bon, disons que cela sera satisfaisant. On fait un jeu ! Celui qui descends le plus vite sa bière, ça vous dit ? "

    Je ne savais pas s'il allait dire oui, mais je prenais ma bière et je la vidais dans mon gosier, comme si elle devait être bu si rapidement qu'elle pourrait exploser dans le verre. La soirée touchait à sa fin, mais elle n'était pas encore tout à fait finie.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé]   Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé] - Page 2 EmptyLun 16 Sep - 13:01


Toutes les bonnes choses ont une fin et cette soirée me le confirmait. Il était indéniable qu'elle était sur le point de se finir tout comme il était sûr qu'elle avait été agréable pour moi ainsi que pour Makayla. Je ne pensais pas me tromper sur l'avis de la brune concernant notre rencontre quand je la voyais rire ! Apparemment j'étais un clown qui s'ignorait et cette pensée me fit sourire. Je détestais cordialement les clowns que je trouvais flippants avec leurs éternels sourires trop immense pour être vrai... Bref, je pouvais dire merci au célèbre auteur du roman « Ça » ! Euh... Je m'égarais là. Oui, un peu ! Bref, j'avais su être drôle à mon insu même si le dernier sujet abordé m'avait rappeler mon passé. Je n'étais pas du genre à ressasser ma vie d'antan mais le faire ne me rendais pas trop nostalgique non plus.
Enfin, de toute façon, le dernier chapitre de notre discussion ne s'était pas éternisé. Makayla avait en effet mis un terme au sujet en proposant de m'offrir un verre que j'avais accepté. Les bières ambrées nous furent rapidement amenées et je choisis de répondre à ma mentor que la meilleure façon de boire ce nectar était la mienne ! Je plaisantais car je n'avais aucune manière précise de savourer la boisson. Je me contentais de boire et c'est là que Mak me proposa un jeu ! Qui terminerait sa chope en premier ? Je n'eus pas le temps d'accepter le divertissement que la brune avait déjà recommencé à boire. Je ne trainais pas pour faire de même mais posais, malgré tout, mon verre quelques secondes après ma mentor. Je souris...



- Bon... Vous gagnez ! Vous aurez le droit de m'imposer un gage la prochaine fois que l'on se verra alors, ajoutais-je en souriant. J'aurais bien dit maintenant mais il commence à se faire tard.


Et oui, la soirée était fini. J'échangeais encore quelques banalités avec le charmante brune devant la porte du Pub. J'eus sa permission de lui faire la bise en guise d'ailleurs et après un dernier signe de la main à son égard, je pris la direction de mon appartement d'un pas tranquille.

FIN
Aaron Caron

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Messages : 1177
Membre du mois : 6
Je crédite ! : (c) LBG (c) Inconnu
Localisation : Edimbourg
Caractère : Passionné - franc - déterminé - impulsif - rêveur - souvent solitaire.
Vos Liens : Fiche - Liens - Rps - Portable - Facebook

Spoiler:
 


Humeur : A envie de changement !
Autres comptes : Dafné O'Connell & Damon Black
« Je ne suis pas optimiste, je suis déterminé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé]   Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé] - Page 2 Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Entre photographes, on se comprend. [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» La curiosité est un vilain défaut ! [Livre 1 - Terminé]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Entre chien et loup [Livre II - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Oldtown :: Celtic Pub
-
Sauter vers: