AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
"Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]
MessageSujet: "Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]   Ven 10 Mai - 18:15

Assise en tailleur au milieu de son salon, Jana songeait à ses dernières années. Depuis sept ans elle combattait, sans foi ni loi elle survivait. Aider son peuple à survivre. La trêve a été instaurée entre les factions hormis celle des démons, en apprenant cela elle s'était faite une joie de pouvoir traquer ses ennemis, Jana était certaine que Maryana n'en avait pas terminé. Mais sa joie fut de courte durée quand les humains avaient déclaré que vampire comme toute autres espèces seraient assidument surveillée par cette nouvelle brigade. Et le sang...Jana fixait la bouteille ouverte entre ses jambes comme si cela allait lui exploser à la figure. Ca n'avait même pas l'odeur du sang, c'était froid, et tout bonnement dégueulasse.

Et Krystel voudrait que les vampires ne se nourrissent que de cela ? Quelle idée avait eu Jana en dédaignant le conseil sanglant ? Elle n’aurait jamais permis cela, elle se serait battue bêtes et ongles pour préserver leurs droits de se nourrir des humains, mais non au lieu de cela elle s’était laissé aller à sa quête sanglante contre les démons. Et même cela lui était enlevé au profit de cette brigade, que lui restait-il ? Veiller à la sécurité du corps royal, elle y comprit, c’était le plus simple, une formalité depuis sa promotion, de veiller à ce que quiconque n’approche ces majestés. Surveiller que la population vampire exécute bien les nouvelles lois et ne s’éloigne pas de leur quartier ? Fâcheux, tant qu’elle-même ne les approuvaient pas. Surveiller qu’aucun intervenant ne fasse du mal à son peuple ? Si seulement il y avait des débordements ce serait beaucoup plus amusant. Dire qu’elle s’ennuyait serait un euphémisme.

Il n'était pas envisageable de continuer sur cette voie, Jana devait à tout prix retrouver sa place délaissée au conseil sanglant. En se relevant elle alla jeter ce qui restait de cette boisson imbuvable dans l'évier et se chaussa de ses escarpins favoris, avec la trêve elle avait délaissé la tenue pratique de combat pour la tenue plus sophistiquée et élégante allant de soi avec son rang de princesse. En petite robe noire, talon haut et cheveux attachée en chignon elle faisait honneur à son port royal.

Mais au moment d'ouvrir la porte de son appartement elle ressentit une présence à travers celle-ci, ses doigts se crispèrent autour de la poignée. Ses sens la prévenait déjà de qui il s'agissait, mais sa logique refusait d'y croire. Elle inspira une fois, son odeur, et montra les crocs à sa porte. Quel mauvais tour lui jouait son esprit encore une fois ? Ces derniers temps, alors que l'ennuie et la soif de sang humain la tenaillait, elle avait l'impression de revivre des angoisses sorties de nulle part. Si sa mémoire d’antan était en train de lui revenir, elle s'évertuait à la tenir éloigner. Certaine que son esprit jouait avec elle, Jana ouvrit la porte et se trouva nez à nez avec Torben. Si son coeur avait pu battre, il aurait raté au moins trois battements, avant qu'elle ne lui claque la porte au nez.

Il était certain désormais que Jana devenait folle à cause de l'ennui. Elle jura allègrement en russe tout en se dirigeant vers la fenêtre tout en fixant cette maudite porte, s'il hantait sa porte elle sortirait par la fenêtre. Mais son appel la retint. Son odeur, son physique, sa voix, tout semblait réel, mais la logique de Jana la prévenait qu'il était mort, tout cela était impossible.


Dernière édition par Jana P. Raybrandt le Ven 28 Juin - 8:49, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]   Ven 10 Mai - 21:48

    Je me remettais petit à petit de mes blessures. Cela faisait des semaines et des semaines, sans aucun doute. Je savais que tout ne pouvait pas aller mieux en une seule journée, c'était tout simplement trop tôt. Pour autant, il était indéniable qu'il y avait de l'amélioration. Quand la Reine m'avait tiré presque mort du champ de bataille, je n'étais plus qu'un débris à peine humaine. Il m'avait fallu de grosses quantités de son sang pour me soigner, ça et énormément de patience, de repos, et de sommeil sans rêve aussi. Je m'étais refait petit à petit, j'avais regagné mon apparence et ma force d'antan jour près jour. Tout ne m'était pas encore revenu, mais maintenant que j'avais pris conscience de mes limites et de l'impact de celles ci sur l'état de santé de Krystel, je me ménageais. J'avais été aidé dans ma convalescence par le fait que tout le monde ignorait ma survie. Tout le monde à part Krystel. Cora, qui avait partagé de nombreux moments avec moi, l'ignorait encore, tout comme les principaux conseillers de la Reine, des vampires avec qui je m'étais battu à leurs côtés depuis sept ans. Personne ne savait. Pas même Jana. Jana, ma femme d'autrefois, lorsqu'elle était encore humaine, et quand j'avais encore un peu d'humanité en moi. Nous nous étions aimés passionnément, par dessus tout. Elle avait été la prunelle de mes yeux... Je me rappelais encore du tout dernier jour passé ensemble, ce 31 décembre 2008. Je préparais le repas du nouvel an, pendant qu'elle même se préparait dans la salle de bain. Un coup de sonnette. Elle va ouvrir à ma place, et invites l'inconnu à rentrer. C'était un vampire. Je me rappelle la souffrance de mon corps brisé quand j'avais résisté pour le combattre. Je n'avais eu aucune chance, mais j'aurais volontiers donné ma vie. Et Jana avait disparu. J'avais passé des mois sur les traces du vampire qui me l'avait enlevée. Et quand je l'avais retrouvé, qu'il m'avait dit l'avoir violée et tuée... J'étais devenu fou. J'avais rejoint l'Eglise HCV et m'était lancé dans une croisade pour exterminer cette vile engeance. Des mois durant, je m'étais noyé dans le sang des vampires, dans l'alcool, puis dans les femmes, pour éponger mon désespoir. En vain. Jana était devenue vampire, et n'avait pas été tuée. Je tombais dans les mailles de la Reine, puis, torturé à mort, je finissais par la rejoindre en reniant mon Dieu.


    Et ensuite, les Années Sanglantes... Je n'avais que croisé Jana pendant toutes ces années. Séparés par nos expériences, notre vie, et notre nature respective, elle et moi avions emprunté des chemins différents. Nous n'étions plus intimes. J'étais toujours attiré par elle, aujourd'hui encore. Et maintenant que j'avais rejoint Krystel et que mon point de vue sur les vampires s'était profondément modifié, j'en venais à toujours la surveiller, garder un œil sur elle. Je savais qu'elle se fourrait souvent dans de beaux draps. Bref. J'avais décidé de la prévenir du fait que j'étais toujours en vie, de la prévenir aussi de ma nouvelle situation. Et aussi, je comptais la prévenir de l'avenir qui allait être le nôtre. La paix ne durerait pas éternellement, et il restait énormément à faire pour rétablir l'empire d'Augustus. Je voyageais cependant incognito. Ancien soldat russe puis spécialiste au sein de l'Eglise Humains Contre Vampires, j'avais perfectionné mes compétences. J'étais devenu l'un des meilleurs combattants de toute l'Europe. Formé par les meilleurs, entraîné par les meilleurs, j'étais ce qu'on appelait un tueur fanatique. Le genre à ne jamais abandonner, peu importaient les blessures et les privations, peu importait tout ce qui pouvait m'empêcher d'accomplir mes tâches, je passais outre. Je restais aussi fragile qu'un humain, mais j'étais devenu bien plus avec le temps.


    Je pénétrais sans être remarqué dans l'immeuble hautement sécurisé. Je prenais l'escalier de secours pour éviter la majorité des caméras de surveillance. Allant dans les ombres et les angles morts, je me déplaçais tel un fantôme. De nombreux vampires étaient en poste dans le bâtiment pour assurer la sécurité de Jana. Je me faufilais, comme je l'avais fait tant de fois où je chassais la bête à crocs. Et je finissais par toquer au niveau où habitait mon ex femme. La porte s'ouvrit, la silhouette de Jana se découpa dans l'embrasure, et la porte se referma en claquant. Je ne sursautais pas plus que je ne m'émeuvais. Elle avait dû croire à un fantôme, et s'était détournée de moi. Je toquais à nouveau.



    | Jana ? C'est moi. C'est Torben. Ouvres moi. J'ai des choses importantes à te dire. |

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: "Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]   Ven 10 Mai - 22:26

Im-po-ssi-ble. Jana laissa échapper un rire nerveux, une plaisanterie de mauvais gout, elle aurait pu y croire si l’odeur n’était pas aussi semblable à celle de son ex-mari. Qui sait si d’autres créatures capables de prendre l’apparence des morts pour tourmenter leur entourage n’existaient pas ? Jana qui n’était vampire depuis 9ans seulement et qui en avait beaucoup appris sur le monde surnaturel auprès de Krystel, elle ne s’étonnait plus de rien. Elle entrouvrit sa fenêtre et glissa le visage pour observer en contre bas, sauter était faisable, en aucun cas elle ne voulait passer devant le fantôme de Torben. Mais les vampires montaient également la garde pour elle, sa reine avait insisté pour que même la chef des chevaliers, sa fille adoptive soit sous bonne garde à tout instant. L’un d’eux releva le visage dans sa direction en entendant la fenêtre s’ouvrir et lui jeta un regard interrogateur. Jana lui fit signe que tout allait bien et referma sa fenêtre.

« Des choses importantes ? Du style, Bonsoir Jana je suis revenu d’entre les morts… »

Mort. Il l’était assurément, elle l’avait vue de ses propres yeux, son cœur s’était brisée alors même qu’elle tentait désespérément de l’en sortir. Elle était persuadée que ses sentiments à son encontre avait disparu, jusqu’à sa mort, où elle avait peu à peu plongée dans la déchéance. Son seul but avait été de ne penser qu’aux combats en délaissant sa place de membre du conseil sanglant. Nul doute que la princesse en dédaignant son poste avait soulevé des questions, ce dont Jana se fichait bien.

« …Et je vais te hanter jusqu’à la fin de ton existence… »

Une existence qu’elle s’était promis qu’elle serait longue. Jana était une survivante, peu importe les épreuves qui se dressait sur son chemin, elle les combattaient et peu importe les moyens qu’il fallait utiliser pour y parvenir.

« …Mais pourquoi ? Que t’ai-je fait à la fin ? »

Jana était bien forcée d’admettre que continuer à discuter avec sa porte close ne l'avancerait en rien, si elle empruntait le chemin de la fenêtre pour sortir, cela élèverait trop les soupçons de la garde royale. Elle avait autre chose à faire que discuter avec un fantôme d’ailleurs, et elle n’était pas de ceux qui s’effarouchait face à un revenant. Fière et impitoyable, elle n’avait plus rien de la douce et fragile Jana d’avant. Elle rouvrit sa porte d’entrée et chercha à se faufiler entre le revenant et la sortie, pointant le doigt menaçant vers lui.

« Ne t’avise surtout pas de me suivre, j’ai autre chose à faire que m’occuper d’un fantôme. »


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]   Ven 10 Mai - 22:59

    Je ne me serais pas douté que Jana aurait eu une telle surprise de me revoir en vie. Même vampire, elle avait toujours conservé une certaine émotivité. Selon Krystel, c'était parce qu'elle était encore jeune, et qu'elle n'avait pas encore fait le deuil de son humanité. En somme, qu'elle restait emprunte d'une certaine dose de faiblesse, et qu'elle n'était pas encore à même de contrôler. Je savais cependant que Jana avait fait d'énormes progrès dans la voix du vampire. L'humaine que j'avais jadis épousé était une séductrice, une femme aussi belle qu'intelligente. La femme qu'elle était devenu étant sans pitié ni compromis. Elle était devenue une véritable princesse, une dominante. La Jana d'aujourd'hui aurait bouffé tout cru la jeune femme rieuse qu'elle était autrefois, qui n'avait alors rien d'une combattante. Les choses changeaient. Moi aussi, j'avais changé. Enormément. Personne d'autre que ma Reine ne pouvait cependant prendre la mesure des bouleversements que j'avais pu subir dans mon existence. J'entendais la voix de mon ex femme derrière la porte fermée, même si j'avais du mal à l'entendre tant sa voix était atténuée par l'épaisseur importante de la porte. Je savais que celle ci était ouverte, mais je n'entrais pas, malgré que je sois convaincu que je ne risquais rien. Jana était restée l'une de mes principales faiblesses au fil du temps, quand bien même l'amour qui nous unissait autrefois était mort, engloutit sous tout le sang que nous avions chacun été appelés à verser. Les choses auraient pu être pires. Nous aurions pu mourir à notre tour, ce qui n'était pas arrivé. J'entendais à peine Jana dire que j'étais revenu la hanter. Un pâle sourire orna mon visage. C'était m'accorder beaucoup d'importance que de croire que j'étais suffisamment puissant pour revenir fouler ce monde sous mes pas une fois la mort véritable subie. Elle me demanda ce qu'elle m'avait fait. Mon sourire s'accentua. Voulait elle vraiment une réponse à cette dernière question. Je me fis diplomate, et ne dis rien de plus. Je ne voulais pas aggraver la situation. L'ancien Torben, en des temps qui me semblaient bien lointains, aurait obéit à son impétuosité. La femme que j'avais jadis épousé rouvrit la porte et se faufila entre le mur du couloir et moi, me pointant dessus un doigt accusateur.


    | Je ne suis pas un fantôme, Princesse. Je suis là. Tu peux me sentir. Si tu ne crois pas en mes capacités et en ma détermination, crois en au moins tes sens. Ton odorat, si tu ne crois pas tes yeux. Cependant, fantôme ou pas, ton service de sécurité est une vraie passoire. Il faudra que j'en touche un mot à la Reine à mon retour. On ne peut pas te laisser ces imbéciles. Serais je animé de funestes desseins que j'aurais pu te liquider sans risquer grand chose avant d'être suffisamment près de toi. |


    Je lui offris un sourire plus franc.


    | Ce n'est pas le cas, je te rassure. Je suis venu pour parler, comme je l'ai dit. |


    J'analysais ses traits incrédules et en colère. Je réfrénais mon sourire.


    | Si tu te fies à ton odorat, tu devineras comment j'ai survécut. L'odeur de Krystel. Ta chère mère adoptive m'a sauvé. Je la sers depuis des années, j'ai versé mon sang pour elle, et ai fait de ma vie un enfer pour elle. Tu sens son sang qui coule dans mes veines ? Elle a fait de moi son servant humain. Je suis sien, Jana. C'est comme ça que j'ai survécu. Même mon horrible habitude à survivre à d'affreuses boucheries n'aurait pu me sauver de ce coup là... |

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: "Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]   Dim 12 Mai - 16:31

Il souriait, comme si la réaction de Jana l'amusait beaucoup. Comme s'il n'était pas le fruit de son imagination, Jana plissait des yeux en le dévisageant ouvertement, cherchant une faille dans cette apparition plus que vrai. Elle le laissa parler, car elle l'avait toujours fait du plus loin qu'elle se souvienne, il n'était pas seulement sa faiblesse, il était de très bon conseil. Jana se refusait d'inspirer à nouveau, son odeur lui rappelait trop de choses, bonne comme mauvaise, la dernière en date étant sa mort. Elle espérait, au plus profond de son coeur qu'il soit vivant comme il l'assurait, mais elle craignait plus encore que cela ne soit qu'une illusion et que la souffrance ne la reprenne. Jana pouvait supporter la souffrance physique, elle rendait coup pour coup, mais la souffrance des sentiments étaient trop complexes pour qu'elle en accepte davantage.

Quand il en vint à insulter les capacités des gardes posté à assurer sa sécurité, elle observa par-dessus son épaule l’ouverture menant aux escaliers de secours. Mais il n’en avait pas terminé, maintenant il insultait les propres capacités de Jana à se défendre elle-même. Il n’y avait que lui pour être aussi arrogant ! Jana plia son doigt tendu pour former un poing, avant de se laisser aller à sa première impulsion qui était de le gifler, elle inclina le visage vers le bas et l’observa à travers ses longs cils. Chef des chevaliers de la reine, si Jana ne pouvait se défendre seule, elle n’en serait pas là actuellement. Sa réputation à ce sujet n’était plus à refaire, seul Torben se targuait de s’être glissé entre les mailles de la sécurité sans le dire clairement. Et elle ne lui ferait surtout pas le plaisir de le laisser voir comme il l’avait vexée, après tout ce qu’ils avaient traversé il osait encore la sous-estimer.

« Tu n’iras rapporter leurs incompétences à personne. Qui s’est déjà vanter d’avoir attrapé Torben Badenov ? A part moi. »

Une façon comme une autre de dévié le sujet, ce qu'elle ne disait pas c'est que leurs incapacités à assurer sa protection lui convenait très bien. Jana détestait être suivi par ces gardes, tous étaient susceptibles de rapporter ces faits et gestes à quiconque, amis comme ennemis. Elle n'accordait sa confiance en personne, hormis une petite minorité qui pouvait se compter sur les doigts d'une main. Elle-même avait suivis le chemin de la dissidence pendant un temps, et savait que trop comme il était aisé de tromper le monde. Jana était indépendante, et dès qu'elle le pouvait, elle leurs échapper. Que les généraux se débrouillent avec leurs incapables de gardes, elle se fichait de la punition qu'ils recevaient si cela venait à se savoir.

Quand Jana écouta le rôle de Krystel que lui relatait Torben, elle lui accorda le bénéfice du doute. Elle s'approcha d'un pas et inspira, une fois, deux fois, elle semblait incapable de s'arrêter alors que l'odeur de Krystel l'enveloppait. Elle lutta contre elle-même, bien sûr c'était tout à fait possible, mais alors qu'elle était prête à bondir de joie, elle songeait à la souffrance qui avait pris possession d'elle lorsqu'elle l'avait trouvé mort et alors qu'elle ne s'en était jamais remise, il se pointait à sa porte en se prétendant vivant, non Jana ne voulait plus souffrir. Son corps semblait décider de son propre chef, avant qu'elle ne réalise ce qu'elle faisait, ses mains emprisonnaient le visage de Torben, son visage était proche du sien, prête à l'embrasser. Là sous ses mains, sa peau chaude et son souffle aussi proche, Jana ne pouvait qu'admettre qu'il était bien vivant.

Des voix venant de l'étage du dessous l'avaient interrompu dans son élan, elle reconnaissait les voix de deux des gardes assignés à sa protection, ils venaient vers son étage. Si Torben avait eu l'intention de la repousser, ou de l'embrasser aussi passionnément qu'elle l'aurait fait, elle ne le saurait sans doute jamais. Elle se doutait qu'il ne serait pas dupe de son revirement, mais en homme intelligent il n'insisterait pas.

« Tu avais un cil. »

Jana glissait son pouce sur sa joue et se reculait à la seconde où les voix murmurées lui étaient parvenus, et alors qu'une avalanche d'émotion l'avait surprise, elle se rappelait pour quel raison elle les avaient éradiqués. Si au début Jana s'était plu auprès de Krystel en tant que vampire, les épreuves passées et les années sanglantes l'avaient particulièrement endurcie. Elle était passée du stade de nouvelle née, à princesse, puis chef des chevaliers de la reine, parce qu'elle n'avait que 9 petites années vampirique, amnésique et sans aucun doute pas leurs puissances, Jana avait dû faire ses preuves. Et les sentiments n'avaient été qu'une faiblesse. Torben était son talon d'achille, si elle ne prenait garde il serait la perte de Jana. Elle s'était battue trop fort pour laisser une chose pareille se produire.

De surcroit, elle se remémorait ses derniers mots, il était devenu le serviteur humain de sa reine. Du point de vue de Jana, il était intouchable et la princesse n’y faisait pas exception. Elle ignorait encore si elle devait remercier sa reine, ou se sentir trahie de l’avoir tenue à l’écart de ce secret aussi longtemps.

« Qu’a donc d’aussi important l’homme revenus d’entre les morts à me dire ? »

Jana était très douée pour oublier et passer à autre chose, ainsi elle reprit son allure toute professionnelle. Elle rebroussa chemin vers son appartement dont la porte était toujours ouverte et invita Torben à entrer d’un signe de la main.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]   Dim 12 Mai - 20:31

    Jana avait toujours du mal à croire à mon retour, à ma survie. L'ancien moi aurait sans doute été vexé du peu de confiance accordé à mes capacités et à ma farouche détermination de survivre envers et contre tout à à peu près tout ce qui pourrait arriver. Mais cet ancien moi était mort depuis des années. Depuis que Jana m'avait sans le vouloir attiré les foudres de la Reine, qui n'était pas encore couronnée à l'époque. J'avais combattu de toutes mes forces ces vampires, rendu fou à l'idée de m'être engagé dans une croisade et une vengeance sanglante contre les suceurs de sang alors que ma femme, l'amour de ma vie, en était devenue une elle même. C'était quelque chose qui m'avait profondément traumatisé. Sur le coup, j'avais considéré qu'il aurait mieux valu qu'elle soit morte. Cela m'avait pris beaucoup de temps d'accepter la nouvelle situation de celle qui avait partagé mon existence. Et aujourd'hui, je ne l'imaginais plus autrement que vampire. Je ne l'imaginais plus faire quoi que ce soit d'autre que diriger les armées des vampires. Finie, la tendre et douce Jana. Elle aussi avait été profondément changée par les années, les transformations physiques et psychologiques. Personne n'était resté indemne dans toute cette histoire. J'avais moi même subit de profonds bouleversements, qui m'avaient à leur manière radicalisés. J'étais devenus beaucoup moins sujet aux pulsions d'autrefois et à ma témérité d'alors. J'avais fini par oblitérer toute émotion qui risquait d'obscurcir mon jugement ; ce n'était tout simplement pas quelque chose que je souhaitais. Jana regarda par dessus mon épaule pour vérifier mes dires. Je la laissais faire. Avec le temps, j'avais appris à entendre ou à sentir les vampires approcher, et la garde était toujours occupée ailleurs. Je ressentais d'ailleurs la colère de mon ancienne épouse ; son poing se crispa et je la sentis imperceptiblement se tendre, comme si mes propos l'avaient giflée. Lorsqu'elle parla à nouveau, ce fut de la nouvelle voix qu'elle avait, la voix princière. Pleine d'autorité, catégorique. Elle ne souffrait plus qu'on la contredise. C'était étrange comment sans même s'en rendre compte elle avait calqué une partie de son comportement sur celui de Krystel, sa mère d'adoption.


    | Ce n'est pas faux. Pour autant, quelqu'un doit bien faire quelque chose. La guerre est terminée mais peut reprendre dès demain. Et quoi de plus stratégique comme cible que l'une des principales personnalités vampiriques ? Je ferais mon rapport, c'est ce qu'on attend de moi. |


    Par « on » j'entendais principalement la Reine. Elle seule me commandait, je n'en répondais d'ailleurs qu'à elle échappant à l'autorité de tous les autres vampires de haut rang. Je n'avais pas pris la place du Roi en devenant le servant humain de Krystel, mais je n'étais pas pour autant un simple humain sans force ni appuis. J'étais quelqu'un. C'était comme ça que fonctionnait la hiérarchie vampirique. Je laissais ensuite Jana s'approcher sans manifester ni gêne ni impatience, et la laissait renifler mon odeur. Elle sentirait immanquablement la trace de Krystel, c'était une obligation, parce que j'avais son sang en moi, et parce qu'en tant que son servant humain nous étions devenus sous bien des aspects indissociables. La vampire finit par me toucher en un geste que je n'aurais plus cru assister entre nous ; elle semblait contente de me voir, et je sentais qu'elle était toute proche de m'embrasser. Cela éveilla une certaine chaleur en moi, mais je restais stoïque, attendant de voir ce qu'elle comptait faire finalement. Au moins, semblait elle désormais convaincue que j'étais bel et bien vivant ! Des voix s'élevèrent derrière nous dans les escaliers, et la belle s'écarta en me disant que j'avais un cil. Un sourire imperceptible vint orner mes traits.


    | Un Cil ? Merci, de m'avoir délivré de ce si terrible ennemi... |


    Bien sûr que je n'étais pas dupe, mais je ne comptais pas la pousser dans ses retranchements inutilement. Cependant, je ne pouvais pas nier de mon côté que son contact m'avait laissé indifférent, comme il en allait toujours à propos d'elle. D'un signe de la main, elle m'invita à entrer à sa suite dans son appartement tandis qu'elle me demandait de manière très théâtrale ce que j'avais à lui dire. Je la suivais, refermant la porte sous le regard de gardes hébétés.


    | Bien. Je suis venu te voir de mon propre chef, la Reine n'est pas au courant. Comme je te l'ai dit, je suis sien désormais. Et je me préoccupe plus que jamais du Royaume, même si je ne suis pas moi même vampire. Je sais pour tes absences au conseil. Et je sais aussi tes expéditions vengeresses. Ca me flatte que tu te jettes depuis ma « mort » avec une ardeur renouvelée dans le combat qui est le nôtre mais... Tu ne vas pas pouvoir continuer. On ne peut pas se permettre de te perdre. Alors tu vas prendre une garde rapprochée conséquente à chaque fois que tu sortiras, et tu reviendras au Conseil Sanglant. Il le faut. Pour ta mère. Elle a besoin d'appuis, tu sais ? La « perte » du Roi a été un coup très dur pour elle. Et pour le royaume. Ta place est parmi les tiens. Pas au milieu de la mêlée alors que tu disposes d'assez d'hommes. |

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: "Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]   Lun 13 Mai - 11:50

Que Jana soit une cible n'était pas nouveau, parce qu'elle était princesse, ou parce qu'elle dirigeait les armées de vampires durant les années sanglantes, elle s'était faite beaucoup d'ennemis. Et avant de découvrir que Torben était finalement vivant, grâce à sa reine, elle n'aurait sans doute pas bronché si elle s'était faite attrapée, torturée ou tuée, même si elle s'était toujours battu becs et ongles contre les démons. Simplement parce qu'il n'était plus là. Elle s'exaspérait elle-même d'être aussi faible dès qu'il s'agissait de cet homme. Son ex-mari, pour qui elle éprouvait des sentiments, mais dont elle n'avait aucun souvenir de leurs vies passées. Pour autant jamais elle n'avouerait ressentir quelque chose à son égard, c'était un danger autant pour lui et pour elle, si cela venait à se découvrir l'on n'hésiterait pas à l'utiliser contre elle. Ce serait désastreux. Jana laissa échapper un marmonnement inaudible exaspéré lorsqu'il affirma faire son rapport, elle n'en attendait pas moins de lui, si loyal envers sa reine. Après toutes les tortures, les épreuves, il lui était entièrement fidèle. Tout comme elle, qui avait réalisé depuis bien longtemps comme elle était en tout point impitoyable et semblable à sa mère adoptive.

Stoïque elle observa Torben s'avancer dans son appartement, le dévisageant ouvertement alors qu'il se lançait dans ce qui ressemblait beaucoup à des remontrances. Jana songeait que le silence de sa reine au sujet de la survie de son ex-mari importait peu finalement, il était devant elle, bien en chair, un souffle régulier et le sang chaud. Vivant ! Elle continuerait de le croiser régulièrement auprès de sa reine. Cette fois au lieu de la haïr pour les épreuves passées, comme elle l'avait fait 7ans plus tôt, Jana lui était reconnaissante, d'autant plus que Torben semblait fier de son nouveau rang de servant. Quelle ironie alors qu'il la haïssait auparavant.

« Crois-moi pour ce qui est de mes absences au conseil je le regrette amèrement, j’ai bien l’intention de reprendre la place qui est mienne. Tu t’accordes beaucoup d’importance, je suis chef des chevaliers Torben, je n’envisage pas une seconde de cesser de combattre. »

Il avait entièrement raison pourtant, Jana s'était jeté corps et âmes dans le combat après sa mort, sans cela elle serait devenue folle, mais il n'avait pas besoin qu'elle le confirme. Ce serait lui accorder trop d'importance du point de vue de la vampire qui allait devoir redoubler de vigilance à son encontre chaque fois qu'elle le croiserait à nouveau. En outre il avait beau être devenu le servant de sa reine, elle l'écoutait, mais ne lui obéissait pas pour autant. Sa manière de se préoccuper de sa sécurité l'horripilait, elle avait déjà bien assez de garde, aussi incompétent soient-ils, autour d'elle.

« Si la reine ignore ta venue ici, elle ignore sans doute que tu me donnes des ordres. Reviens me voir lorsqu'elle t'aura explicitement demandé de me faire passer le message. En attendant j'assume le rôle qu'elle m'a confié, j'attends avec impatience que les hostilités reprennent, à ce moment-là les chevaliers seront prêts et je les mènerais à la bataille. »

Quoique radoucit par l’état critique d’Arthur et ce que pouvait éprouver Krystel, Jana n’acceptait cependant les ordres que de sa reine. Et elle n’espérait pas une seule seconde qu’elle l’a destitue de son rôle de commandement de ses armées, sans cela Jana n’aurait que trop de temps libre à perdre dans ses propres pensées, qui la menait toujours indubitablement vers son amnésie et l’angoisse. Combattre lui permettait de garder l’esprit clair.

« Mais ne t’en fait donc pas pour moi Torben, je m’assure toujours que l’image princière des vampires ne soit pas entaché par mes propres combats, en dehors de cela ce que je fais de mon temps libre ne regarde que moi, les démons sont toujours nos ennemis. Préoccupe toi plutôt de la sécurité de notre reine, nous n’avons que trop souvent échoué dans le passé, je m’occupe moi-même de mes arrières. »

Avec dédain elle souriait, bien que de nombreuse fois blessée elle s’était toujours relevé bravement et repris le combat. Durant sept ans, elle avait été elle-même. Féroce combattante, intraitable avec ses chevaliers, elle était l’une des premières à espérer que la trêve ne dure pas et qu’ils puissent combattre, au vu et su de tous, les démons. Actuellement, la princesse sur estimer sans aucun doute ses compétences, mais quoiqu’il advienne la plus haute protection revenait à sa mère adoptive et sa sœur. L’enlèvement de Krystel par Belle en 2014 avait été un coup dur pour Jana, elle aurait dû mieux se méfier des capacités de son ancienne meilleure amie. La vampire s’était juré que cela ne se reproduirait pas au détriment de sa propre sécurité.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]   Lun 13 Mai - 14:14

    Je me permettais de faire la morale à l'une des dirigeantes les plus importantes de notre monde ; je savais bien que je gonflais artificiellement l'importance que j'avais moi même dans cette hiérarchie mais peu m'importait. J'étais réputé de mon « vivant » pour ne prendre de gants avec personne et de ne m'en faire en aucune manière si ce n'était pour optimiser l'efficacité de chacun. On me pardonnait donc mes manquements à l'étiquette, car ce que je pouvais apporter en valait réellement la peine. Bien entendu, je me retrouvais dans une position pas forcément facile, il y avait le fait que j'étais proche de la Reine, que je ne faisais qu'un avec elle depuis qu'elle m'avait lié à sa personne, mais d'un autre côté... Je n'étais toujours qu'humain. Ancien tueur de Sa Majesté, j'avais pendant des mois été occupé à massacrer les dissidents du régime très dur du Roi et de la Reine en leurs noms. Ensuite, pendant les troubles des Années Sanglantes, j'avais massacré de nombreux loups garous et humains qui s'en prenaient aux vampires. J'avais même fini par former une milice humaine pro-vampire, dont l'organisation et l'entraînement était calqués sur celui des troupes d'élite du monde humain. Mieux encore, puisque je les avais tout spécialement entraînés à chasser les créatures surnaturelles. Cette unité des plus efficaces avait été dissoute au moment de la fin du conflit. Nos rangs avaient de toute façon été clairsemés par la bataille finale, où j'avais perdu une majorité des soldats que j'avais personnellement entraîné et encadré. Jusqu'à presque mourir moi même au milieu d'eux. Bref. Jana me regardait sans bouger, sans émotion apparente. La Reine pouvait être fière de sa pupille, qui faisait plus que jamais honneur à son éducation. J'hochais la tête aux paroles qu'elle me servit sur son rôle et sur son titre.


    | Tant mieux. Nous avons besoin de leaders, la récente guerre a beaucoup trop clairsemé nos rangs. La Reine compte sur toi. Et j'ajouterai encore une fois à titre personnel, qu'elle a besoin de toi. |


    Maintenant plus que jamais, même si la Reine aurait probablement du mal à tenir le même discours. Krystel était quelqu'un de très fier, et en plus de ça elle connaissait bien mieux que moi les rouages de la politique vampirique, et même de la politique tout court. Je remarquais bien que le reste de mes recommandations avait toujours autant de mal à passer. Je le voyais dans ce regard, ce nouveau regard qu'elle avait depuis qu'elle était devenue vampire. Un regard dépourvu de la chaleur, de la tendresse et de la passion d'autrefois. Jana était devenue plus forte que jamais, et cela s'en ressentait sur tous les aspects physiques et psychologiques qu'elle pouvait montrer à tout individu extérieur. Je ne masquais pas le sourire qui s'étira doucement sur mon visage lorsqu'elle me rembarra assez sèchement au motif que je n'étais pas là en visite officielle, et donc que mon autorité ne reposait sur pas grand chose. J'hochais la tête à ses dernières paroles.


    | Touché. Mais sais tu seulement quel lien m'unit à elle désormais ? Que je lui ouvre mon esprit, et elle sentira où je suis et ce que je dis. Ais je besoin d'une confirmation de sa part ? Et tu te méprends sur mon intention... Je ne suis pas tant venu te donner des ordres, mais plutôt des … conseils. Je suis toujours un soldat, mais ma nouvelle position a fait aussi de moi un conseiller. Ne te mets donc pas autant sur la défensive, je ne suis pas venu te manger. Ou alors, tu ne m'aurais ni vu ni entendu avant la fin. |


    Quelle arrogance ! Je me vantais ouvertement, mais à dessein. Bien sûr que j'étais un tueur chevronné, et que mon histoire particulièrement difficile et mortelle avait façonné mon esprit et mes réflexes pour faire de moi un combattant des plus efficaces. Mais on a aussi besoin de chance pour s'infiltrer et pour tuer quelqu'un. Ce qui me faisait parfois défaut. Et parfois aussi, de plus en plus rarement, je tombais sur plus fort que moi. La dernière fois que c'était arrivé, il avait fallu que Krystel m'insuffle son énergie pour que je survive, et ce n'était il n'y a pas si longtemps... Je me fis plus grave quand elle évoquait sa propre sécurité et celle de Krystel.


    | Ne crois pas que je prends les choses à la légère. Si Krystel meure ou si je passe moi même l'arme à gauche, il y a des chances que notre lien nous entraîne mutuellement dans la mort ultime. Crois moi, il n'y a rien de plus important pour moi que notre sécurité. Et mon serment m'engage aussi pour toi. Comme je l'ai déjà prouvé dans le passé... |


    Je m'approchais d'elle, frôlant les limites de ses frontières corporelles en la touchant presque. Je prouvais par cette mainmise symbolique sur les distances que je ne me plaçais pas en inférieur, mais plutôt en dominant. Ce qui n'était qu'à moitié vrai, mais j'étais là pour lui donner un sacré coup de fouet dans ses rôles et ses attributions.


    | Tu ne me sers rien à boire ? Tu sais, les morts ont aussi soif que les vampires... |

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: "Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]   Lun 13 Mai - 17:02

« Sache qu'avant que tu te pointes comme une fleur sur le pas de ma porte c'était justement notre reine que j'allais rejoindre. »

Jana réfléchissait à la question du lien qui unissait un vampire à son servant, elle en savait le principal. La vampire se demandait si ce lien était une bénédiction pour sa reine qui en serait plus forte ou une malédiction, la vie de l'un dépendait désormais de l'autre. Ce qui signifiait qu'elle pourrait bien perdre sa reine et son ex-époux d'un seul coup. C'était assurément une malédiction. Bien que secrètement elle désire connaitre les sensations que ce lien entre vampire et humain produisait, elle ne prendrait certainement pas le risque de placer sa vie entre les mains d'un humain qui deviendrait alors une cible. Elle comprenait mieux pour quelle raison la reine avait tenu ce fait secret alors que la trêve n'avait pas été encore signé. Torben devenait une cible plus importante encore que les princier, il suffisait de s'en prendre à lui pour éliminer la reine.

« Inutile de t'ouvrir à elle espèce d'arrogant. Je t'ai senti sur le pas de ma porte bien avant de l'ouvrir, cesse de dire des choses que tu n'as nullement l'intention d'exécuter. Garde tes prétendus conseils et préoccupe toi plutôt de notre reine, ne t'avise pas d'avoir le malheur de mettre ta vie en danger si la mienne l'est. Plutôt mourir que de mettre notre reine en danger par ta faute, aussi bonne tes intentions soient-elles. S'il faut une armée de garde du corps pour te garder éloigner de moi, soit. Bien que tu ne te satisfasses jamais de notre sécurité, cependant tu ne pourras pas protéger notre reine et les princesses toutes à la fois. »

Elle était excédée, quelle folie ! Jana était partagé entre être reconnaissante envers sa reine pour avoir sauvé la vie de Torben, ou au contraire lui signifiait à quel point cette décision était stupide en tout point de vue. Elle recevrait assurément une correction si elle osait l'annoncer à haute voix, sans aucun doute Krystel connaissait les risques. Il était plus sage de se taire, mais Jana n'en pensait pas moins.

Quand il s'approcha, elle avait envie de croiser les bras, de se protéger d'une quelconque façon de ce que cet homme éveillait en elle, colère, désir, peur, des sentiments qui la rendait faible, mais ce serait confirmé ce dont il se doutait déjà. Elle avait été à deux doigts de l'embrasser, emporter par sa joie de le savoir vivant, chose qui ne devait pas se reproduire. Il était trop proche, ses sens percevaient Krystel en lui, ce qui était assez dérangeant pour elle. Bien plus grand qu'elle, malgré ses talons elle devait relever le visage pour le garder à l'oeil, il la surplombait, la dominer, mais il n'était pas envisageable qu'elle détourne les yeux. Krystel était sa mère adoptive, mais aussi sa reine, désormais Torben était son égal, cela signifiait-il que Jana devait le considérer comme supérieur ? Jana se tenait immobile, indécise, peu désireuse de se placer en position de soumission face à lui.

« Que pourrais-je bien te servir Torben ? Il n'y a rien d'autre ici que du sang synthétique absolument répugnant, je n'entretiens aucune pomme de sang depuis que les lois sont passées, ni boisson, ni nourriture, nada. Mais si tu as une petite soif de true blood je t’en prie sers-toi, ce n’est pas ce qui manque. »

D'un signe de main elle indiquait son frigo. Bien qu'elle ne s'accorde pas volontiers avec les nouvelles lois concernant le sang humain, en tant que princesse elle se devait de montrer l'exemple et de pourchasser les vampires hors la loi. Du moins le temps que tout reviennent à la normal, car cela ne durerait pas, les vampires ne peuvent se contenter de sang synthétique, pas tous, une rébellion se lèvera surement.

« A ton avis, combien de temps avons-nous avant que la prochaine guerre ne soit déclarée ? »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]   Lun 13 Mai - 22:55

    Jana m'étonna lorsqu'elle me dit qu'avant que j'arrive elle s'apprétait à rejoindre Krystel. Je ne savais pas si c'était vrai, mais je n'avais absolument aucune raison de douter d'elle. Après tout, il n'y avait rien d'anormal à ce qu'une pupille aille rendre visite à sa mère d'adoption, plus encore quand on savait l'histoire commune qui unifiait ces deux là. Je savais bien qu'il y avait quelque chose de plus qu'un simple lien familial entre elles. Elles n'étaient pas du même sang, mais cela n'empêchait pas Jana de ressembler plus à Krystel que Morgane l'avait jamais fait. C'était d'ailleurs étonnant. Je ne comprenais pas toujours ce qu'il se passait dans la tête des vampires, même si être toujours en lien permanent avec la Reine m'avait aidé à mieux les comprendre. Au tout début, les suceurs de sang m'étaient complètement indifférents, quand je vivais encore une petite existence tranquille en Russie. Ensuite, ils étaient devenus mes ennemis. Créatures abjectes et innommables, des choses qui me faisaient peur et que je haïssais de tout mon être. D'ennemis, ils étaient passés à proie. Quand on termine de tuer une première poignée de vampire on finit très rapidement par devenir bien meilleur à ce petit jeu là. On savait comment ils allaient attaquer, où et quand. On les sentait arriver. On pouvait lire dans leur regard affamé. J'avais parfait mon art de leur mort aux côtés de combattants de Dieu, telle Andréa Donwood, cette femme que j'avais cru aimer dans ma folie, après la mort de Jana. Devenir proche de la Reine avant le début des Années Sanglantes n'avait pas vraiment modifié mon point de vue. Krystel était une déesse, Jana restait Jana. Et les autres restaient des proies. Parce que je continuais de faire ce que j'avais fait lorsque j'étais soldat de Dieu. Tuer des vampires, pour le compte de la Reine cette fois. La guerre n'avait pas changé grand chose, les vampires étant des alliés de circonstance mais rien de plus que de la viande froide. Depuis que Krystel m'avait ouvert son esprit, par contre... J'avais redécouvert cette espèce... Ce qui ne m'avait pas rendu faible pour autant. Je restais capable de tuer à n'importe quel moment.


    | Peut être irons nous la voir ensemble, dans ce cas. |


    Je jetais un regard ironique à Jana lorsqu'elle me traita d'arrogant. Cependant, je devais bien avouer qu'elle mettait le doigt sur un problème épineux. Je ne pouvais pas être partout à la fois, j'en étais même nettement moins capable qu'un vampire nouveau né alors que j'étais objectivement beaucoup plus dangereux.


    | Tu as raison. Mais ne crois pas pour autant que je considère tout ceci comme un jeu. |


    J'avais cessé de sourire ou d'être avenant. Jana était en colère. Je commençais à l'être aussi. Comment pouvait elle imaginer que je négligerais ma propre sécurité alors que ça risquait de coûter la vie à la véritable partenaire que j'avais désormais ? Je remarquais que ma proximité continuait de troubler Jana. Si j'aurais voulu être honnête, cela troublait aussi une certaine partie de moi même.


    | D'accord. Une bonne dose de rien me suffira, alors. |


    Froid, détaché, professionnel. Bas les masques. Le vrai Torben était toujours là, bien caché sous ce sourire mais néanmoins présent. Je ne m'éloignais pas de Jana pour autant.



    | Qu'elle reprenne maintenant et ce sera un désastre. Nous ne sommes pas assez nombreux, désarmés par le gouvernement et surveillés, incapables de recompléter les effectifs. Et tout le monde est encore sur ses gardes. Loups, humains, démons. Tous se savent encore menacés. Attendons quelques mois je dis, sinon des années. Que tout le monde baisse sa garde. Vous êtes des vampires. Vous n'oublierez pas, vous ne pardonnerez pas. La domination attendra je pense, le retour du Roi. Se lancer de nouveau dans les hostilités dans notre état actuel ne ferait que nous achever. Crois en mon expérience. Je fais la guerre depuis beaucoup plus longtemps que toi, même si tu la feras bien après moi... Il est vrai que je ne la pratique jamais qu'à la plus petite échelle. Un flingue entre les mains et la mort à mes trousses. Et un jour prochain, je ne courrais plus assez vite pour lui échapper. |


    Je laisse échapper un léger éclat de rire, dénué de joie mais pas complétement désabusé.


    | Mais toi, qu'attends tu de la guerre, Jana ? Moi, je suis fait pour ça, et ne suis bon qu'à ça, mais toi, quel intérêt y as tu ? |

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: "Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]   Mar 14 Mai - 12:42

« Tu as donc si peu confiance en moi que tu veuilles m'accompagner ? Ou bien t'es-tu découvert un penchant secret à être témoin de mes punitions ? »

Car en désertant consciemment le conseil sanglant pour se jeter corps et âme dans la chasse aux démons dans l’ombre, Jana savait à quoi s’attendre. Elle n’en serait surement pas récompensée, la punition serait à la hauteur de son outrecuidance. Au moins aura-t-elle mérité cette punition et elle l’accepterait. Si elle avait bien l’intention de reprendre sa place au conseil, elle n’abandonnerait cependant pas la promesse qu’elle s’était faite, elle chasserait les démons jusqu’au dernier. Dut-elle y laisser sa non-vie. Le retour de Torben n’était pas bon pour elle.

Ce dernier ne bougeait toujours pas de sa position face à Jana, ce qui l'insupportait et la troublait. Au temps où elle était arrivée auprès de Krystel qui n'était pas encore reine, Jana avait toujours dû se plier à supérieur à elle dans la hiérarchie vampirique, mais après son mariage avec William et les épreuves qu'elle avait dû surmonter elle n'acceptait plus si facilement la supériorité. Elle était une princesse, en tout point supérieur à tous malgré son jeune âge. La plupart des chevaliers sous ses ordres étaient bien plus âgé qu'elle, autant dire qu'ils n'avaient pas accepté sa supériorité avant qu'elle ne les mattes, avec un malin plaisir.

« Sur quelle échelle de la hiérarchie se place le servant humain de la reine ? Dis-le moi que l'on cesse ce jeu de domination. »

Jana faisait face à toute la froideur d'un maitre dans l'art de la guerre. Elle résistait à l'envie de bouger, de s'éloigner de lui, complètement immobile jusqu'à temps qu'elle reçoive une réponse catégorique concernant leur place hiérarchique. Jana ne se soumettrai pas si facilement devant lui, elle ne lui laisserait pas si aisément découvrir qu'il la rendait toujours aussi faible. La princesse allait devoir affermir sa position, elle s'était laissé surprendre une fois, mais pas deux.

« J’espère pour nous tous que tu courras toujours aussi vite des siècles encore, de ce que j’en sais le servant humain d’un vampire ne vieillit pas, il continue de vivre aussi longtemps que son maitre. »

Des mois, des années ? Attendre le retour du roi ? Jana était bien placé pour reconnaitre qu'ils étaient affaiblis par ses années sanglantes, elle avait perdu nombre considérable de ses chevaliers. Elle savait aussi qu'ils avaient perdu un nombre important d'humain et vampire venus gonfler leur rang. Avec tout ça l'état critique de leur roi n'arrangeait pas les choses, Jana ressentait l'indécision de ses chevaliers alors qu'elle continuait à les maintenir d'une main de fer, ils étaient tous inquiets pour l'avenir de leur espèce. Humains, lycanthropes, métamorphes, démons, tous pouvaient frapper à tout moment s'ils avaient le malheur de baisser la garde.

« Je ne suis pas aussi douée en politique que notre reine et ma soeur Morgane, je sais renvoyer une image positive, je sais être diplomate et je sais reconnaitre ce qu'il y a de mieux pour notre espèce, mais je suis bien meilleure lorsqu'il faut agir sans préambule. Au combat tu frappes, tu survis, pas d'ambages, en politique il faut être plus subtil, c'est une stratégie différente il me faudra des années pour comprendre les rouages de la politique. »


Jana était très attentive aux faits et gestes de sa reine et sa soeur et l'image qu'elles renvoyaient aux humains, elle apprenait vite et sans aucun doute un jour parviendra-t-elle à s'élever au même niveau. En attendant les conditions de vie de Jana avait fait d'elle ce qu'elle était, donnée au fils de Krystel, utilisée, la dissidence à une époque où elle était perdue, tout juste née, sans souvenir de sa vie humaine, elle avait fait face à la cruauté. Jana n'avait connus que ça. Etre une victime, ou être une survivante, son choix eut vite était fait. Aujourd'hui elle ne souffrait plus d'indécision, lancé dans le nerf de la guerre assez vite, elle s'était découverte une facilité déconcertante à éteindre ses émotions qu'elle ne comprenait pas toujours et était devenue implacable.

Mais surtout, elle n'avait pas autant de temps libre à perdre en réflexion. Elle se demandait trop souvent ce qu'était devenue sa famille russe, s'ils étaient tous encore vivants et ce qu'ils pensaient d'elle s'ils l'avaient vu sur les écrans en compagnie de sa mère adoptive et soeur. Etaient-ils fier ? Ecoeuré ? Voudraient-ils la revoir ? Pour autant elle ne souhaitait pas les retrouver, l’attachement de quelque manière que ce soit était une faiblesse trop facilement utilisable. Mais surtout ce qu'aurait été sa vie sans l'intervention d'un vampire et c'est alors que l'angoisse la prenait. Elle ne rêvait pas, aucun cauchemar ne venait hanter son sommeil la journée, mais dès qu'elle se perdait dans ses réflexions, Jana devenait paranoïaque, imprévisible. Elle savait que son créateur était mort, elle ignorait ce qu'il lui avait fait subir, et ne voulait en tout point, ne pas le découvrir.

« Quand je combats je ne réfléchis pas, j’agis et je n’y pense pas. »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]   Mar 14 Mai - 14:07

    Jana me demanda si je voulais l'accompagner par déficit de confiance en elle ou par pur sadisme. Cela ne me faisait pas rire, et je lui répondis la vérité comme je le faisais toujours. Parce que c'était ce qu'on attendait de moi. Parce que j'avais la force de l'assumer envers et contre tout, jusqu'à ce que la mort n'arrive. Même si aujourd'hui, elle ne voulait plus du tout dire la même chose pour quelqu'un dans ma position.


    | Non. Je t'accomperais parce que ma place est plus que jamais auprès de Krystel. Pourquoi te défies tu autant de moi ? Je ne pense pas que tu serais punie. Krystel comprend ton désir de revanche peut être mieux que toi. Son époux, son compagnon depuis plus de huit cent ans, est dans ce que je pourrais qualifier de coma vampirique. Cela peut prendre des lustres avant qu'il ne recouvre sa force, et il a lui même failli mourir. |


    L'espace d'un moment, je revois défiler devant mes yeux les images de cette fatidique soirée qui avait vu les armées principales des camps opposés se rencontrer dans la lande. Mon unité, fidèle et résistante jusqu'au bout. La ligne n'avait pas flanché. Ils s'était tous avérés précis et mortels ; je revoyais les dizaines de loups garous et de semis démons tomber sous leurs rafales fiables et mesurées. La horde hurlante et galopante des loups garous. L'odeur du sang, de la merde, et de la peur. Les hurlements de ceux qui se font tailler en pièces sous la férocité de l'assaut. La peur et l'adrénaline mêlés, qui me rendent meilleur que jamais. Les blessures... Intensément douloureuses. La phase finale, enfin. Le Roi qui découpe ses ennemis avec la rapidité et l'efficacité d'un expert boucher. Couvert de sang de la tête au pied. Et enfin, la confrontation avec le démon. Ses tentations, doucereuses et multiples. Tout avoir pour moi, si je tuais le Roi plutôt que lui. La Reine, Jana, Les femmes, l'argent et le pouvoir. J'avais failli succomber à la tentation malsaine. Mais j'avais tenu bon. Et enfin, la douleur. Une douleur si intense et si terrible que je n'en avais jamais connu de telles, même sous la torture. Ma peau qui brûlait et qui s'effilochait dans le vent, dévoilant ma chair à nu, puis mes muscles, mes tendons, mes organes. Mon cœur s'était arrêté quand le démon était parti, et j'avais entendu son rire résonnait dans ma tête dans le coma qui avait suivi, et sa voix toujours aussi doucereuse et mauvaise me murmurant qu'il était patient, qu'il reviendrait, et qu'il aurait mon âme pour l'éternité. Le souvenir m'indifférait, convaincu que j'étais d'avoir perdu mon âme il y a bien longtemps déjà. Jana me tira de mes pensées en me demandant de clarifier une bonne fois pour toutes ma position.


    | Tu ne me dois pas obéissance, tandis que moi je n'en réponds qu'à la Reine. Nous sommes indépendants l'un vis à vis de l'autre. La domination n'est pas un jeu. Elle est affaire de perception. |


    Du moins, c'était comme ça que je le concevais. Je n'avais rien à imposer à quelqu'un qui allait vivre l'éternité, qui avait énormément de pouvoir et qui ne manquerait pas d'avoir le dessus sur moi sauf si j'étais moi même libre d'attaquer comme je le voulais. J'hochais la tête au compliment déguisé qu'elle venait de me faire.


    | Sauf si le servant humain en question est un soldat qui ne connaît que la guerre et la mort. La Reine l'a déjà envisagé. Je ne suis pas éternel, Jana. Je ne suis pas comme vous. Je vieillirais plus lentement, c'est vrai. Mais je n'aurais probablement pas l'occasion de vieillir. |


    L'ombre d'un sourire passa sur mes traits lorsque la jeune vampire. Me dit que l'exercice du pouvoir lui parlait même si elle n'en ressentait pas les attraits et qu'elle se trouvait plus douée pour la guerre. Quel couple nous faisions... Tous deux avec un passé commun dont elle ne se rappelait plus et que j'avais moi même laissé de côté. Des projets, un avenir partagés. Des enfants que nous n'aurons jamais. Je comprenais ce qu'elle voulait dire, mais elle n'était pas allé au bout de ce que je lui avais demandé.


    | Tu ne penses pas à quoi, Jana ? La politique ? Moi non plus. Je ne suis pas taillé pour ce rôle de proche et de conseiller de la Reine. Ma place est sur le terrain. Tu as tellement changé ; jamais je n'aurais cru que j'aurais pu un jour ajouter « toi aussi » à ceci. |

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: "Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]   Mar 14 Mai - 16:19

« Ne prend pas ma défiance personnellement Torben, c'est ainsi que je suis devenue. Tu l'as dit toi-même, Krystel avait besoin de moi et j'étais absente. Mais maintenant que la pomme du diable est entièrement reconstruite j'ai plus de temps libre que je n'en ai jamais eu. Plus que jamais nous devons renforcer nos rangs et nous montrer unis j'en suis consciente. »

Jana n'attendait que ce qu'il confirme être indépendant de toute supériorité l'un envers l'autre pour reculer d'un pas et se détourner vers la fenêtre de son appartement impersonnel, Jana ne s'embarrassait pas d'une décoration à son image, le peu de temps qu'elle passait ici était pour y trouver un semblant d'intimité lorsqu'elle se sentait trop proche de craquer. Cela arrivait un peu trop souvent à son gout ces derniers temps ou une certaine paix régnait. Epauler au chambranle de sa fenêtre elle relevait son regard pour contempler le ciel étoilé.

« Mais votre lien m’inquiète, j’espère sincèrement qu’Augustus se remette rapidement, car toi et Krystel deviendraient les premières cibles de nos ennemis si l’on ne prend pas garde. Il est déjà dur d’en perdre un, mais deux … Les conséquences seront terribles tant que le roi sera dans le coma. »

La vampire serait effondrée de perdre sa reine et son ex-mari. Face à ce dernier elle ne cachait plus l'inquiétude qui la rongeait. Bien sûr en tant que princesse elle se devra de rassurer leur espèce en compagnie de Morgane, jusqu'au retour de leur roi, mais elle n'était pas prête. Autant qu'elle le pourrait Jana s'assurerait que sa reine et son servant soient en sécurité durant la convalescence d'Augustus.

Durant ses années sanglantes, Jana avait possédé une chance inouïe et étais toujours revenu vivante des confrontations. Elle savait que trop à quel point il était dur de se tirer en un seul morceau de ces guerres, elle avait sacrifié beaucoup pour être à sa place actuelle et sa reine l'avait récompensée en lui offrant le commandement de ses chevaliers. Quand elle avait cru que Torben n'avait pas eu la même chance et était mort, elle s'était détachée de tout. Et alors qu'elle combattait par nécessité jusque-là, elle s'était davantage ouverte à la cruauté et au sadisme, elle avait rendu au centuple ce que les autres créatures lui avaient envoyé, la souffrance causée par la mort de son ex-mari. Il n'en aurait pas été autrement si sa mère adoptive avait trépassé. Et aujourd'hui une double menace pesée sur eux tous, Jana risquait de les perdre tous les deux d'un coup.

« Non Torben, je deviendrais une grande politicienne comme ma mère et ma soeur, mais je serais aussi une éminente chef de guerre, car c'est là qu'est également ma place. J'attends avec la plus grande impatience de pouvoir envoyer nos ennemis en enfer, ils souffriront mille fois avant que je ne les autorise à rejoindre la mort. »

De sa voix émanait toute la haine et la rancoeur qu'elle ressentait désormais pour toutes les créatures ayant pris en chasse les vampires. Elle détourna son attention de l'extérieur pour le poser sur lui, son regard sombre qui faisait chavirer son coeur dès qu'elle avait l'occasion de les croiser. Si seulement son organe battait il serait irrégulier chaque fois qu'elle le regardait. C'était incompréhensible pour Jana, elle s'était battue si fort pour éteindre toutes émotions, et il suffisait à cet arrogant d'être dans la même pièce qu'elle, pour que toutes ses résolutions volent en éclat. Avec un sourire enchanté aux lèvres elle s'approcha de lui et leva sa main pour lui caresser tendrement la joue.

« Venant de toi je ne peux que le prendre comme un compliment, j'ignore la façon dont tu te souviens de ta Jana humaine, mais je suis fière d'être celle que je suis aujourd'hui. D'autant plus que tu n'y es pas pour rien, j'ai toujours pris exemple sur toi. Ce n'est pas à la politique que je pense, mais à ma vie d'antan, je ne veux pas y réfléchir parce que mon esprit n'a sans doute pas oublié tout cela pour rien, si j'en venais à me souvenir j'en deviendrais folle. Bien que parfois, j'aimerais me rappeler ce que l'on a pu vivre. Tu es ma faiblesse Torben, mais tu me rends toujours plus forte que jamais. »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]   Mar 14 Mai - 23:10

    Je m'en rends bien compte, que ce n'est pas contre moi. Le « nouveau » Torben ne prend rien personnellement, de toute façon. Parce qu'auparavant, il n'avait plus d'identité propre, plus de personnalité, plus rien qui le caractérisait en tant qu'être unique, qu'individu à part entière. Je pouvais donc rassurer Jana, mais j'attendais d'abord qu'elle eut terminé de parler. Elle me parlait de la manière qu'elle avait d'occuper son temps libre, ce qu'elle avait accomplit récemment avec la Pomme du Diable. La Pomme du Diable... C'est endroit que j'avais jadis menacer de détruire, du temps où je priais un Dieu qui se fichait de moi, du temps aussi où je pensais que ma femme était morte. Elle l'était bel et bien, de manière définitive. Je ne l'avais découvert que bien plus tard ; Jana ne redeviendrait jamais qui elle était auparavant. Et moi non plus. Je me rendais compte que tout ceci n'avait jamais été qu'un leurre... Mais la Pomme du Diable avait été quelque chose de très réel, sur lequel je pouvais agir. J'avais appris que ma sœur était retenue en son sein par son maniaque vampire de « propriétaire », un certain William Raybrandt. J'avais joué de tous mes contacts pour préparer une attaque incroyable. J'avais menacé le propriétaire des lieux, et j'avais rassemblé mon matériel. Le hasard avait voulu que la veille de mon attaque je retombe sur Jana, devenue vampire. L'évènement, violent et sensuel, m'avait laissé de profondes blessures émotionnelles et c'était à moitié fou que j'étais parti pourchasser d'autres chimères, laissant un répit à cette fameuse Pomme. Aujourd'hui propriété de la même défunte épouse. Allez y comprendre quelque chose.


    | Ne t'en fais pas pour moi, princesse. Ca ne me touche pas et tu n'as pas besoin de me fournir d'explications. |


    En fait, il n'y avait plus grand chose qui me touchaient depuis bientôt une dizaine d'années, lorsque la Jana que j'avais aimée m'avait été brutalement enlevée. Ensuite, j'avais vécu dans un trop plein émotionnel permanent. Et finalement, depuis les tortures infligées par Krystel, plus rien. Le vide. Je ressentais toujours le désir, la colère, les flux constants d'adrénaline... Mais ni amour ni haine. Je n'étais plus capable de ressentir des émotions extrêmes qui définissaient aussi bien les hommes que les vampires. Jana s'éloigna vers sa fenêtre, et sembla regarder le ciel. Je la regardais. Je l'analysais. Comme je le faisais toujours. C'est alors qu'elle me confia ses appréhensions. Sur moi, sur Krystel. Sur nous en règle générale. Je laissais échapper volontairement un éclat de rire ironique.


    | Tu surestimes mon importance, princesse. Je ne suis jamais que Torben. Lorsqu'un soldat tombe, on le remplace. La dure loi mathématique de la guerre. Je ne suis qu'un rouage. La Reine me survivrait, parce que je ne dispose pas de la puissance nécessaire à l'attirer avec moi. J'en suis convaincu. Cela l'affaiblirait, bien sûr. Mais j'ai pris mes dispositions. Comme pour toi. J'ai formé des jeunes qui seront très rapidement bien meilleurs que je ne le serais jamais. |


    C'était vrai. J'étais doué, assurément. Ma maîtrise absolue de mon corps et de mes émotions et ma connaissance des armes, de l'humain et du surnaturel avaient fait de moi un grand chasseur, un tueur de renom. Mais je savais que tout cela avait pris fin lorsque Krystel avait bouleversé ma nature à jamais. Je ne serais plus le même, et ne pourrait plus jamais jouer le même rôle sans une terrible appréhension au ventre. Je souris aux paroles suivantes de la princesse.


    | Tu ne te doutes pas à quel point tes paroles vont rendre fière ta mère adoptive... |


    Je n'en doutais absolument pas, Krystel avait longtemps rêvé d'une vampire à poigne pour assurer les fonctions que sa royauté l'empêchait d'effectuer personnellement. Je notais au passage la haine que semblait nourrir Jana à propos des autres créatures surnaturelles. Se doutait elle seulement de quelle haine je lui avais voué en voyant qu'elle était devenue l'ennemi juré que je m'étais mentalement construit après sa « mort » ? Jana s'approcha de moi tout sourire, et me caressa la joue. Je maîtrisais mon corps à son contact, qui n'avait rien oublié de la voluptuosité de son corps, de ses caresses, au bien être que cela pouvait procurer. Je souris à ses paroles. Un sourire franc, nullement calculé. Pour changer. Ce qu'elle dit me toucha aussi, toucha cette petite partie d'âme que je tenais muselée depuis des années. Je ne laissais rien transparaître de mon désarroi. Je ne pus pourtant m'empêcher d'emprisonner sa main qui courait sur ma joue dans la mienne, lui pressant délicatement la chair en la détachant doucement de moi. Je la maniais avec douceur, avec tout l'amour que je lui avait jadis porté. Parler du passé fit revivre en moi un certain nombre d'émotions inattendues.


    | Ma Jana humaine ? Elle était rieuse, douce, aimante. Passionnée. Nous avions des rêves. Une vie honnête, des enfants. Ma Jana humaine est morte depuis longtemps. Je connais une partie de ce passé qui t'échappes toujours aujourd'hui, et tu as raison de le tenir éloigné de toi. Ta transformation en vampire ne s'est faite ni de plein gré, ni dans le plaisir comme ça arrive parfois. Je te l'ai déjà dit, quand je t'ai retrouvée il y a sept ans. J'ai pourchassé ton kidnappeur vampire sur des centaines de kilomètres. De Kharkov, chez nous, à Prague. En passant par Minsk, Kiev, Lvow, Varsovie, Stettin. Ca m'a pris longtemps. Et quand j'ai retrouvé ce connard qui t'avait fait ça, il a chèrement payé ce qu'il nous avait retiré, me faisant croire à ta mort. On a vécu le bonheur, mais moi aussi, j'aurais aimé oublier ce qu'il s'est passé ensuite. |


    Je porte la main de Jana à ma bouche et y dépose un long baiser, tendre et éphémère.


    | Tu as l'éternité devant toi. Tu ne peux plus te permettre de penser au passé. Crois moi, il n'y avait rien d'heureux à finir ta vie avec moi. J'aurais fini par péter les plombs. Ta « mort » n'a fait que me précipiter dans la folie qui me tendait déjà les bras. Je n'ai tout simplement pas supporté te perdre. |

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: "Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]   Mer 15 Mai - 20:28

Jana n'appréciait que très peu son éclat de rire ironique suivis de sa tirade sur le peu d'importance qu'il s'accordait, elle avait envie de lui coller une bonne gifle afin de lui faire comprendre à quel point elle avait souffert de sa disparition, elle, comme d'autres. Bien qu'une gifle ne souffre pas de comparaison au vide qu'il avait laissé dans son existence. C'est dans sa quête contre les démons, qu'elle avait trouvé la force de vivre.

« Tu es un être froid, calculateur, un excellent combattant, dépourvu de toute émotion certes, mais pour quelle raison t'échine-tu à sous-estimer ton importance ? Non, il n'y en aurait pas deux comme toi, tu as mené des troupes contre nos ennemis d’une main de fer, tu n'es pas un soldat tu es un chef et nul ne pourra t'arriver ne serait-ce qu'à la cheville. Tu as imposé la crainte parmi les nôtres, surtout les renégats, en tant qu'humain, tu continueras en tant que servant de Krystel. Toi, arrogant comme tu es, te sous-estimer de la sorte, ça me dépasse. »

Une chose était sûre pour Jana, quoiqu'il en pense, ou dise, elle ferait son possible pour le garder vivant. Même s'il était la principal faiblesse de la princesse, ce qu'elle déplorait, elle accordait une énorme importance à sa vie humaine. Elle ne se voilait plus la face concernant les sentiments à son égard, elle apprendrait à vivre avec et confiné sa jalousie à le voir en compagnie d'autre femme, elle s'était toujours réconforté dans l'idée qu'il n'était pas amoureux d'elles. Pas comme il avait dû l'aimé elle, malgré son manque totale de souvenir de cette époque.

Son baiser lui chatouilla la peau et enserra son cœur dans un étau, Jana n'avait plus le privilège de son contact. Si elle avait couché avec lui il y a bien longtemps, une expérience qui l’avait marquée, cela ne s'était jamais reproduis. Sa main emprisonnée, elle leva la seconde pour caresser ses lèvres si chaude du pouce, son regard était captivé par ces lèvres qui venaient de lui offrir un baiser. La vampire était comme envoûtée par l'instant, le seul contact qu'ils n'aient eu l'occasion d'avoir depuis ces dernières années.

« C'est ainsi que nous a créés Krystel, on ne s'en porte pas moins bien pour autant, bien au contraire, je suis plus forte que jamais. Tu m'as libérée Torben en tuant mon créateur, ne serait-ce que pour cela tu es important à mes yeux. Malgré les épreuves que nous avons subies, je suis heureuse de la vie que je mène aujourd'hui. J'aurais aimé pouvoir t'épargner tout cela, si seulement je le pouvais j'effacerais notre passé de ta mémoire. Si seulement tu étais l'un des nôtres, à nous deux nous aurions pu faire de grandes choses pour notre reine. »

Le charme cessa. Pour un peu elle aurait avoué à haute voix qu'elle aurait aimé à nouveau le prendre comme époux, ridicule. Mais non seulement il n'était pas un vampire, deuxièmement il appartenait à sa reine. Elle seule décidée de l'avenir de son servant. Il avait le don de laisser un mode de pensée absolument absurde chez Jana. Tiraillée entre loyauté envers sa mère et ses sentiments envers Torben, Jana dégagea sa main d'un geste sec de sa poigne et recula d'un pas afin de mettre un minimum de distance entre eux, sans lui laisser croire qu'elle le fuyait. Ce qui était exactement le cas.

« Combien de personnes sont au courant pour le lien qui t'unit désormais à la reine ? Ou plutôt, combien savent que tu n’es pas mort ? »

Jana musela ses émotions et ses souvenirs comme elle savait si bien le faire, elle effaça toute trace d'émotion qu'elle aurait pu laisser transparaitre par mégarde et se forgea une expression neutre. Comme il le disait si bien, le passé était ce qu'il était et mieux valait se pencher sur l'avenir. Elle ne s'était que trop laissé aller à la surprise de le revoir en chair et en os, bien portant. La manière dont il l'avait décrite de son temps humaine la dérangeait, elle avait du mal à s'imaginait tel qu'il la voyait. Et comme chaque fois qu'il parlait de son passé, c'était une sorte d'alarme de sécurité qui se déclenchait en elle. Sa protection, et Torben mettait ses défenses à rude épreuve. Dorénavant elle devra faire attention, éviter son chemin autant que possible.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]   Jeu 16 Mai - 23:50

    Jana semblait relativement peu amène, comme si j'avais dit ou fait quelque chose de travers. J'oubliais sans cesse en la voyant qu'elle n'avait plus rien à voir avec qui elle était autrefois. Je devais bien reconnaître que ça sautait aux yeux pourtant, il suffisait de la regarder pour se rendre compte du fait qu'elle n'était décidément plus la même. Mais je l'oubliais, parfois. Je lui en disais trop, comme je me serais sans doute confié autrefois à celle qui partageais mon existence. Mais cette époque était depuis longtemps révolue. Aujourd'hui, elle était princesse des vampires, et elle vivrait une éternité de carnage, de plaisirs et de tourments. Quand on y pensait sous cet aspect bien précis, il semblait bien peu amène de vivre ainsi. Pourtant, je savais d'expérience que les plus vieux vampires, s'ils évitaient la folie, s’accommodaient très bien de leur immortalité. C'était même quelque part un euphémisme. Jana me répondit en détaillant tout ce qu'elle pensait que j'étais. Ou plutôt, ce qu'elle savait que j'étais. Parce qu'elle me connaissait bien. Elle n'avait beau pas se souvenir de moi, de nous, de notre vie d'avant, elle n'en était pas moins liée à moi d'une manière que je n'avais jamais vraiment réussit à définir. Elle sentait qui j'étais au fond de moi, si bien que j'avais l'impression face à elle d'être totalement à nu. La réciproque n'était pas totalement vraie. Parfois, j'avais l'impression de la connaître. A d'autres moments, Jana était une inconnue totale. Cependant, Jana avait tord sur un point. Je n'étais pas sûr que la contredire ferait réellement avancer le schmilblick, mais bon... Elle me pensait arrogant. Je n'allais pas la détromper ; je me savais juste pragmatique. Pragmatique à l'extrême, je discernais froidement quelles étaient mes qualités et mes défauts tant psychiques que physiques, pour mieux asseoir mon assise sur mon propre corps et mon propre esprit.


    | Je ne dis pas que je suis inutile, princesse. Chacun fait ce pourquoi il est venu au monde. Moi, ce n'était pas pour diriger, faire de la politique... Ni fonder une famille. |


    Objectif autrefois tout proche puisque nous commencions à essayer d'avoir des enfants avec Jana avant qu'elle ne disparaisse. Ce genre de choses me semblait énormément lointain, et à jamais disparu. Je n'aurais plus jamais d'enfants. Cora e protégeait et nous ne nous voyions que de manière très épisodique depuis un moment. De plus, elle ne savait même pas que j'étais encore en vie. J'appartenais à la Reine, nous ne faisions pas l'amour et de toute façon elle était vampire. Je n'avais personne d'autre, plus depuis des années. Et maintenant, pourrais je encore avoir une descendance en tant que servant humain ? J'en doutais fort. Je continuais de river mon regard sur Jana.


    | Je tue des gens. C'est la seule chose que je sais faire, soyons réalistes, veux tu. A chaque fois que je me suis mêlé d'autre chose, ça a fini en bain de sang, et pas forcément le bon. Je détruits des vies ; je fais ce pourquoi je suis fait. Et je ne peux le faire que n'en ayant pas moi même. |


    C'était vrai. J'étais mort sous bien des aspects en même temps que la jeune femme que j'avais en face de moi. Ca ne se voyait pas forcément puisque j'avais physiquement continué de vieillir et pas elle, mais c'était à l'intérieur. Froid. Vide. De l'affection, bien sûr. On ne pouvait vivre sans sympathie ni attachement pour quiconque. Une haine implacable que je maîtrisais. Mais plus rien d'autre. Alors que je venais d'embrasser sa main, Jana vint toucher mes lèvres du bout du pouce. Son contact me faisait quelque chose. Pas comme autrefois, mais considérant qu'il fallait maintenant des choses extrêmes pour me faire réagir, ce petit picotement que je sentais là où elle me touchait en disait long. Je pris sa main, et la gardais dans la mienne, jusqu'à ce qu'elle ne me la retire d'un geste sec. Mais je la tenais bien éloignée de mon visage.


    | A nous deux... C'est un rêve qui ne se fera jamais, Jana. J'appartiens à une autre, que je possède en égale partie. Ta mère adoptive... Je ne voudrais effacer le passé de ma mémoire. Il me rappelle pourquoi je me suis battu et ai enduré tant et plus pendant toutes ces années. |


    Les tortures bien sûr. Les blessures, innombrables. De simples égratignures jusqu'à des quasi-éviscérations, enfoncement du thorax et autres joyeusetés. J'avais conscience que je ne serais plus là depuis longtemps sans le sang divin de Krystel, qui m'avait fait échappé de la mort tant de fois que je mettrais un moment à toutes les énumérer. Ca et la détresse psychologique que j'avais ressenti suite à la « mort » de Jana. Tout cela m'avait renforcé, pour faire de moi ce que j'étais aujourd'hui. Elle recula, et mine de rien, me posa une énième question. Mais je sentais bien son malaise.


    | La réponse est la même dans les deux cas. Il n'y a que toi, et la Reine. Mais ça se saura bientôt dans le cas du conseil sanglant, peut être des généraux et immanquablement des autres pommes de sang de Krystel. |


    Je fis un pas vers elle, m'approchant une fois encore un peu trop. Je la testais, la dévisageant calmement, posant ma main contre sa taille, l'autre contre sa joue et son cou.


    | C'est ma proximité qui te met dans des états pareils ? Pourquoi? |


    La question n'était pas seulement curieuse, elle était autoritaire.

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: "Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]   Mar 21 Mai - 22:03

« Tu ne le dis pas, mais tu sembles persuadé d’être remplaçable, tu es indispensable. Irremplaçable. Estime-toi heureux d’être né pour tuer, sinon tu ne serais déjà plus de ce monde. Je suis à peu près aussi sûre que toi de ne pas être née pour être ce que je suis aujourd’hui, pourtant les choses évoluent et je me porte à merveille. La vie est trop précieuse et amusante pour la gâcher en se terrant dans une maison emplie de contrainte, entouré d’une barrière blanche et un jardin plein d’enfants. »

Parfois elle se demandait si elle aurait été horrifiée de ces actes en tant qu’humaine, mais à quoi bon songeait à cela ? Elle était vampire et se soucier peu des vies qu’ils détruisaient, la culpabilité était pour les faibles. Bien au contraire elle trouvait son plaisir à tourmenter les humains, du moins l’avait-elle trouvé lors des années sanglantes, désormais les lois étaient bien plus restrictives et parce qu’elle était princesse elle se devait de faire attention à l’image qu’elle donnait. Beaucoup moins amusant.

Les yeux dans les yeux il évoqua qu'il n'envisageait nullement d'effacer de sa mémoire les évènements de son passé, ce que Jana au contraire recherchait à tout prix. Elle avait entamé quelques recherches personnelle au sujet de son amnésie, soit elle était à un stade assez avancé d'une tumeur au cerveau et sa non-mort lui aurait surement sauvé la vie, soit cela provenait surement d'une protection de son esprit lui-même contre des sévices qu'elle aurait subies et qu'il valait mieux ne pas revivre. Ce qu'elle ne comprenait pas, c'est pour quelle raison le reste de son passé était toujours aux abonnés absents. Elle n'avait pas non plus cherché à s'en rappeler, en cela Jana se reconnaissait trouillarde. En cherchant trop profond elle craignait de trop en découvrir.

« Oui, les rêves ne sont que des jeux de l’esprit, comme se terrer avec des enfants sont des rêves humains. Crois moi je suis parfaitement consciente que tu lui appartiens, son odeur est partout sur toi. »

Jana était soulagée d'apprendre que très peu sache qu'il était toujours vivant, même privilégiée d'être la seconde et un sourire étirait ses lèvres. Torben était parfaitement capable de se protéger seul, sa mère également, ils étaient des combattants hors pair, mais cela ne l'empêchait cependant pas de s'inquiéter à leur sujet. Tant qu'ils seraient les seuls au courant elle aura le temps de profiter de ce privilège. Il décida d'approcher, beaucoup trop au gout de Jana qui le fuyait, elle ne voulait pas qu'il le comprenne, alors elle ne broncha pas au contact de ses mains sur elle.

« Oui…Non…C’est-à-dire qu’il y a à peine dix minutes encore tu étais mort et là… »

Si elle paraissait maitresse de son corps, sa voix avait décidé d'en être autrement alors elle préféra se racler la gorge au lieu de bredouiller comme une adolescente. Elle s'insurgeait de réagir de la sorte face à lui, mâchoire crispée, elle le foudroyait du regard. Elle s'en voulait à elle, et aussi à lui de la provoquer de la sorte. Mais surtout à elle de lui laisser l'occasion d'avoir un quelconque pouvoir sur elle, non sa mère ne l'avait que trop utiliser contre Jana. Elle évoqua le jour de son mariage avec William, cette fameuse nuit ou elle avait dû torturer Torben sous les yeux d'Augustus et Krystel, la nuit fatidique qui l'avait une bonne fois pour toute convaincue de se tenir éloignée de lui, pour leur bien à tous les deux.

Elle se détendait, peu à peu sa fureur disparaissait et le sourire revenait. Il ne serait pas dupé du changement radical de son comportement, mais peu importait. Il voulait jouer à la provoquer, elle savait jouer aussi. Sa main remontait lentement le bras qui la tenait par la taille et elle franchit les derniers centimètres qui séparaient leur corps, son torse touchait sa poitrine chaque fois qu’il respirait.

« J’ai été surprise, il y a encore quelques minutes je te croyais mort, puis tu es devant moi en chair et en os, bien vivant grâce à ma mère. Je n’avais pas imaginé une seconde qu’elle puisse te sauver la vie en faisant de toi son servant humain. Ta mort a été regrettée de beaucoup de personne, surtout quelques femmes. Dont moi. Ta sœur. Et Cora. Elle partage ta vie depuis plusieurs années, et pourtant elle ignore encore que tu es vivant. »

Son regard se faisait plus languissant à mesure que sa main remontait sur son épaule et se glissait dans ses cheveux. Son autre main agrippait la sienne pour l’approcher de ses lèvres et mordiller son pouce, laissant apercevoir ses crocs allonger. Jana était une séductrice, lorsqu’elle voulait un homme, elle ne lésinait pas sur les moyens. Elle n’avait plus peur du contact avec Torben, elle se persuadait d’être capable de tout arrêter à n’importe quel moment lorsqu’elle le déciderait.

« Torben, tu m’a vraiment manqué. »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]   Mer 22 Mai - 0:54

    J'avais l'impression que quoi que je dise et quoi que je fasse, je ne parviendrais pas à décider pour de bon sur la réalité de ma condition. Elle ne pouvait pas comprendre, parce que depuis aussi loin que remontaient ces souvenirs, soit à neuf ans environ, elle avait toujours été quelqu'un d'important, même quand elle ne faisait encore qu'exécuter les basses œuvres de sa mère adoptive, bien avant de devenir une princesse et de goûter au luxe de ce qui allait très vite devenir sa nouvelle existence. Irremplaçable ? Uniquement parce que je faisais partie des meubles, fantôme arpentant les rêves des traîtres et des dissidents, peuplant leurs cauchemars. Elle m'avait toujours connu, ou presque, dans l'entourage de sa Reine. Au moins depuis sept ans, quand bien même plus tôt je faisais partie de leurs pires ennemis. J'étais irremplaçable à ses yeux uniquement parce qu'elle était habituée à ma présence. Irremplaçable uniquement parce que désormais, Krystel avait besoin de moi et moi d'elle. Cependant, Jana avait raison. Si je n'avais pas ces aptitudes j'aurais été tué depuis longtemps. Quand on faisait le bilan de mes actions depuis dix ans environ, il fallait bien avouer que j'avais manqué un nombre incalculable de fois de passer l'arme à gauche. Dont de nombreuses fois des mains mêmes de celle dont je partageais aujourd'hui l'existence. Je lui offrais un sourire fugace pour ses dernières paroles. Elle ne savait pas exactement ce qu'elle disait en ce qui concernait ces rêves d'une vie simple, définitivement hors de portée des personnes que nous étions devenues.


    | Il n'y a rien de déshonorant à vivre une existence simple. Si j'avais été suffisamment fort et averti et que j'aurais tué ce vampire, nous en serions là aujourd'hui. Vie paisible, plein de marmots, toujours amoureux et sereins vis à vis de l'avenir. Et maintenant, je ne passe plus ma vie qu'à tuer et toi, tu participes à l'édification d'un empire à l'échelle terrestre. |


    Bien sûr qu'une part de moi regretterait toujours de ne pouvoir l'avoir gardée comme femme et de vivre une existence pacifique dans notre maison d'antan, dont j'ignorais le destin depuis la nuit de la disparition de ma femme, quand j'avais été récupéré mon arme dans le grenier, vidé mes comptes en banque et refermé derrière moi. Mes parents s'occupaient peut être toujours de l'entretien. Peut être l'avaient ils vendue. Je les avais vus le jour de mon « enterrement ». Ils me pleuraient, et pleuraient probablement l'homme dont ils se souvenaient que j'étais, et qui n'avait rien à voir avec celui que j'étais devenu. Jana me sentait, et reniflait l'odeur de Krystel. L'alliance de nos corps et de nos esprits n'avait jamais été plus parfaite.


    | Et elle est mienne aussi. Le lien qui nous unit est à double sens. |


    Je me demandais ce que cela impliquerait pour l'avenir. En attendant, je percevais clairement le trouble qui habitait mon ancienne femme alors que je posais mes mains sur elle. Jana bredouilla, et se laissa aller un instant. Elle se rapprocha de moi, effleurant mon torse de sa poitrine. Cela éveilla une douce chaleur en moi, que je conservais bien précieusement. Le désir et l'excitation devant la mort étaient les rares choses qui parvenaient toujours à me stimuler. J'écoutais ce que Jana avait à me dire, notamment sur les personnes qui étaient là pour mon enterrement. Son contact me stimulait, alors qu'elle jouait habilement de ses mains et de ses lèvres sur moi. Le désir montait déjà, c'est alors que je ressentis une sensation fugace, accompagné d'un flash sensitif qui me fit chanceler l'espace d'un instant. Krystel désapprouvait, elle me le faisait comprendre. Elle savait où j'étais, avec qui j'échangeais, et ce que j'avais envie de faire. Je ne savais pas pourquoi elle s'opposait à ce qui allait se passer, mais il n'y avait pas tant de possessivité dans la sensation que je venais d'avoir que.. Quelque chose d'autre, que je ne parvenais pas à identifier. Pas de possessivité puisque Krystel m'avait dit que nous n'avions pas à nous jurer fidélité d'un point de vue affectif ou sexuel, que les choses se feraient naturellement et simplement. Je rouvrais les yeux, ne me séparant pas de Jana, parfaitement maître de moi même.


    | Cora a partagé ma vie, et la partagera encore. J'ai fait d'elle ce qu'elle est aujourd'hui. Et sous bien des aspects, elle est le dernier espoir que je pourrais avoir d'une existence normale. |


    C'était vrai mais incomplet. Je couchais avec Cora, et j'avais de l'affection pour elle. Pour autant, elle me croyait mort, et pour changer de vie encore fallait il le vouloir.


    | Quant à ma sœur... Cela fait bien longtemps que nos chemins se sont séparés, et c'est probablement mieux ainsi. |


    Je me rapprochais d'elle, humant son odeur et frôlant son cou de mes lèvres.


    | Quant à toi... La Reine a senti ma présence et la tienne. Elle n'approuve pas ce que je fais, bien qu'elle m'ai laissé toute latitude pour faire ce que je voulais de mon côté. Comment l'expliques tu? |


    J'abrogeais toute frontière entre nous en l'amenant contre moi à l'aide de mon bras passé autour de sa taille. Nos corps étaient collés l'un contre l'autre. Je ressentais un désir de plus en plus fort pour Jana, mais je me contrôlais. J'avais acquis sous la torture un contrôle extrême de mon corps ce qui était à la fois ma plus grande force mais aussi ma plus grande faiblesse


    | La Jana que tu étais me manqueras toute ma vie. Celle que tu es devenue est tout autant désirable, pour d'autres raisons. Pourtant, nous savons tous les deux que tu es destinée à autre chose que moi, et moi de même. |

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: "Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]   Lun 27 Mai - 15:07

Comment visualiser une existence qui aurait promis d'être heureuse lorsque l'on s'est réveillé que neuf ans plus tôt, l'oubli, une faim dévorante et un instinct de prédateur ? Torben avait le don de trop la faire réfléchir. Il avait une vision de la vie différente de la sienne, et pourtant ils avaient un passé commun auquel Jana aurait consentie. Elle n'envisageait pas le moins du monde de se ranger du côté d'une existence simple, de toute manière elle ne pouvait guère enfanter. Mais quand il lui disait, à elle, que Cora était son dernier espoir, elle enrageait. La jalousie lui tordait les entrailles, émotion contradictoire à ses pensées. Si Torben avait tué ce vampire avant qu'il ne la transforme, ils auraient vécu heureux ou malheureux, avec des enfants, une vie paisible. Sa vie actuelle lui convenait parfaitement, malgré des débuts laborieux, elle avait appris à surmonter toutes les épreuves. Grâce à cela elle était devenue plus forte que jamais, elle était devenue quelqu'un d'influente et plus l'amnésique manipuler. Si elle avait préservée ses souvenirs d'antan, elle doutait d'avoir survécu à tout cela. Donc à défaut de connaitre son passé, elle se satisfaisait de sa non-vie. Elle en serait presque reconnaissante à son créateur. Pourtant l'entendre dire qu'une autre femme lui apporterait ce qu'elle ne pouvait et ne voulait pas lui donner, la rendait furieuse. Jana était amoureuse d'un humain qui allait chercher son bonheur ailleurs. Autant dire qu'il piétinait la fierté féminine de la vampire.

« Comment le saurais-je ? Ce n’est pas moi qui suis intimement lié à Krystel. »

Sa situation ne manquait pas d’ironie. Elle était la première à briser des couples, surtout des chevaliers dont elle avait le commandement, parce qu’elle haïssait ce sentiment qu’était l’amour. Supporter les manifestations d’amour de son entourage était écœurant à voir et à entendre. Les yeux doux, les caresses, les murmures coquins. Les voir s’entre déchirer était bien plus amusant. La reine avait-elle analysé le comportement de sa fille adoptive ? Avait-elle compris que Jana était jalouse de ce qu’elle ne pouvait posséder ? La prévenait-elle par l’intermédiaire de son servant qu’elle se trouvait sur une pente glissante ? Jana se faisait peut-être des idées, et cela ne concernerait que sa mère et son servant. Elle ignorait la nature exacte de leur relation, et préférait continuer à l’ignorer. Il ne fallait pas poser les questions dont on ne veut pas connaitre la réponse.

Elle répondit automatiquement en frottant sa joue contre la sienne lorsqu'il frôla sa nuque, malgré le fait qu'il piétine sa fierté elle le désirait et son corps avait soif d'être satisfait, par lui. Elle admettait que le fait qu'il soit vivant dépassait largement sa raison et sa prudence lorsqu'elle était aussi proche de son corps. Elle lâcha un rire amer lorsqu'il fit appel au destin.

« Tu viens toi-même de me conseiller de ne plus vivre dans le passé, il te reste encore pas mal d'années à vivre alors je te retourne tes propos. Oublie l'ancienne Jana, profite de la nouvelle. Agissons comme deux adultes consentants. Le destin n'est pas impliqué dans ce qu'il va se passer si tu ne te montres pas raisonnable et quitte mon appartement, ce qu'approuverait ma mère. Dans le cas contraire, assume et cesse de parler. »

La princesse en avait assez de discuter, si sa mère désapprouvait leur rapprochement tant pis, elle assumerait. Elle n’impliquait aucun sentiment, il la provoquait en allant à l’encontre de sa maitresse, elle répondait à ce défi comme elle le ferait avec n’importe qui. Elle devait légèrement se cambrer pour garder une certaine distance entre leurs visages, ses mains trouvaient le col de sa chemise et en ses doigts traçaient le chemin jusqu’à la colonne de bouton, elle s’attaquait au premier, au second. Son regard ancré au sien, elle lui faisait comprendre que son temps était compté. Elle ne fuirait pas.

« Décide toi vite Torben, car tu ne seras plus en état de le faire quand je m’occuperais de ton cas. »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]   Mar 28 Mai - 15:31

    Je percevais assez nettement l'agacement, la frustration voire même la colère de la vampire. Comme elle l'avait dit elle même, elle n'était pas aussi douée que sa mère et que sa sœur en politique, étant bien plus douée selon ses dires dans le domaine de la guerre et du sang. Je ne pouvais qu'acquiescer. Parce que si Jana maîtrisait parfaitement son corps et toute réaction physique suite à mes paroles, il me semblait assez clair qu'elle n'était pas encore tout à fait capable de dominer la moindre de ses réactions, comme son regard. On disait toujours que les yeux était le reflet de l'âme. Si c'était le cas, j'étais un cas désespéré, parce que mon regard restait pratiquement toujours froid, reflet peut être de la coquille vide que j'étais devenu voici des années, depuis que j'étais persuadé d'en être arrivé à perdre mon âme. Jana quant à elle, semblait contenir sa propre fureur, qui couvait dans les tréfonds de son cœur et que je pouvais lire au travers du regard de braises ardentes qu'elle me lançait. Elle n'était pas contente, je ne saurais pour autant définir pourquoi. Peut être pour tout ce que je venais d'évoquer ? Peut être. Peut être que quelque part, ce super-prédateur que j'avais sous les yeux éprouvait des regrets à ne plus pouvoir enfanter biologiquement parlant, et peut être plus loin encore, qu'elle nourrissait toujours une certaine forme de possessivité à mon encontre, malgré le sang et les années, les souffrances et l'amnésie... Je ne savais trop quoi en penser. Jana restait aujourd'hui encore spéciale à mes yeux, ma façon de me comporter avec elle le disait assez bien. Pour autant, il ne me semblait pas qu'un avenir ensemble soit encore possible, en tous cas pas un avenir sain, sans danger, et où nous pourrions tous deux trouver notre compte. Cependant, je gardais pour moi mes déductions, me contentant de dessiner sur mon visage l'ombre d'un sourire.


    | Non effectivement, c'est moi. Jalouse de ta propre Reine? |


    Oui, je marchais moi même sur la corde raide, le moindre faux pas et je risquais gros. Cependant, j'avais confiance en beaucoup de choses. Confiance en mes capacités, en mon lien qui me reliait à la Reine et à l'affection ou plutôt la loyauté de Jana vis à vis de celle ci. J'avais aussi confiance en son désir, qui était très fort, et qui réveillait le mien. Sous la force de la torture, j'avais appris à renier qui j'étais autrefois, à tout enterrer au plus profond de moi pour mieux annihiler ma personnalité d'alors. J'étais un homme faible, autrefois. D'une sensibilité incroyable. Très sensible aux charmes féminins, noyant la détresse inconsolable de la mort de celle que j'aimais dans le con d'autres femmes, et plus que tout, dans l'alcool. Aujourd'hui, après toutes ces épreuves et toutes ces... Expérimentations, que l'on avait fait sur moi, sur mon esprit, j'étais capable de me dominer comme jamais je n'aurais réussit à le faire auparavant. Pourtant, je n'en avais pas envie. Etre aussi proche, autant relié à Krystel, était une arme à double tranchant. Je gagnais en force, en vitesse, en tout. Mais je perdais en contrôle de moi même. J'étais parfois obsédé par sa soif de sang ou par son désir de luxure, parfois même par son ambition. Le fait que ma Reine soit insatiable dans bien des domaines ne m'aidait pas à me contrôler, aussi je ne parvenais pas à réprimer un frémissement lorsque Jana posa sa joue contre la mienne. Elle se décolla et commença à m'oter les boutons... ce qui présageait de quelque chose que j'avais envie de faire depuis près d'une décennie. Pour autant, je ressentais une gêne, un blocage.


    La Reine ne le désirait pas. Pourquoi ? J'essayais d'ouvrir tout grand les canaux de notre lien, lui faisant passer toutes mes émotions l'espace d'un fugace instant. Pas assez pour la destabiliser si la situation était délicate, mais plus que suffisamment pour qu'elle comprenne le message. Si la Reine me voulait, elle n'avait qu'à le montrer.


    C'est alors que je pensais à autre chose. Et si c'était Jana qui était visée, et pas moi ? Pour une obscure raison, la Reine se méfiait d'un rapprochement purement physique entre nous. Pourquoi ? Pourquoi devrais je étouffer mes besoins naturels qui pour une fois ne tenaient pas de la pulsion de meurtre, pour une personne qui ne m'offrait que... La force, la vitalité, tout ce qui faisait de moi un être à part. Je vins stopper les mains de Jana en les prenant dans les miennes, m'approchant d'elle, effleurant ses lèvres, sentant son parfum.



    | L'heure n'est pas aux moments récréatifs. Serais tu nécrophile ? Je suis mort, je te le rappelle. |


    Mes mains se déplacent, abrogeant plus qu'autrement les frontières entre nos corps en frôlant le creux de ses reins, ses fesses, remontant sur son bas ventre, sa poitrine, son cou. Je me détachais d'elle après avoir frôlé ses lèvres du bout des doigts.


    | Je ne suis plus le même non plus, Jana. Tu crois te rappeler de moi, mais l'image que tu conserves est celle de l'homme fou et perdu que tu as retrouvé, membre de la HCV et incapable d'aller de l'avant. Je ne suis plus cet homme, Jana. Je ne suis pas non plus un jouet avec lequel tu peux t'amuser dans le dos de la Reine. Je suis changé, Jana. Les humains ont un nouveau surnom pour ce mystérieux meurtrier qui erre les rues en ce moment, dit on... La Mort. C'est ce que je suis devenu, Jana. Et la mort ne s'amuse pas. |


    Mes propos semblaient durs. En vérité, ils ne l'étaient pas. Enoncés froidement, ils semblaient être un rejet pur et simple. Jana ne pouvait s'y tromper. Je la désirais au moins autant qu'elle le faisait. Mais était ce bien sage de succomber à une pulsion ? Une pulsion qui pouvait la menacer.


    | Pas maintenant, pas aujourd'hui, pas comme ça. Fais ton travail, et gardes toi en vie. La Reine a besoin de toi, les vampires et les humains aussi. Plus que tu n'as besoin de moi même. |

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: "Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]   Lun 17 Juin - 17:19

« Je n'envie aucunement Krystel, ni sa place, il n'y aura pas meilleure reine que ma mère. Ni son serviteur, qui représente une faiblesse à mes yeux et non une force. La vie que je mène me convient amplement, au-delà de mes espérances. »

Un petit mensonge parmi toute cette vérité ne serait pas détectable, évidemment qu'elle n'enviait pas sa reine pour toutes les raisons énoncer, la seule chose que Jana jalousait était qu'elle ait fait de Torben son serviteur. Ce dernier stoppait les mains de la vampire et l'embrassait fugacement, sa remarque ne manqua pas de la faire rire. Elle était morte depuis neuf ans et s'était toujours considérée comme une vampire, elle ignorait ce que c'était d'être humain, avoir un coeur qui bat dans son propre corps, ce qu'était le soleil, elle ignorait même la moitié des émotions humaines jusqu'à ce que sa mère la missionne pour lui ramener ce chasseur extrémiste. A partir de là, sa vie était devenue un véritable calvaire, loin de l'en tenir responsable ses sentiments à son égard était allé à l'encontre de sa raison. Elle s'était longtemps menti à elle-même, longtemps réfuté éprouvé quelconque émotions envers lui. Finalement il aura fallu qu'il meure pour qu'elle réalise sa duperie et qu'elle se plonge dans une traque sans merci pour y survivre.

« Chéri, toi et moi sommes tous les deux revenus d'entre les morts, je n'appelle plus ça de la nécrophilie ou cela impliquerait que l'un de nous deux soit vivant. »

Jana appréciait chaque caresse qu'il lui administrait, elle n'avait qu'une idée en tête, lui arrachait tous ses vêtements et de s'abandonner à la passion, mais elle voulait profiter de chaque instant qui se présentait même s'il ne s'agissait que d'un défi. Depuis trop longtemps elle s'était languie de lui et alors que ses mains étaient sur elle, la vampire se faisait l'impression de gagner une victoire. Elle avait oublié ce que c'était de se voir refuser les choses qu'elle désirait le plus au monde et elle restait interdite alors qu'il s'éloignait d'elle et lui jetait la dure réalité au visage. Une écrasante défaite et humiliation, alors qu'elle était complètement perdue par ses caresses, il lui administrait une gifle monumentale. Du septième ciel elle redescendait en enfer et son corps s'agitait de tremblement incoercible. Il pensait encore la connaitre, il pensait encore qu'elle ne l'avait pas vu évoluer au fil des années auprès de Krystel, n'avait-il donc jamais réalisé qu'alors qu'il se transformait en être dépourvu de tout sentiment et froid, elle était inlassablement tombée amoureuse ? Non, il la croyait encore douce et fragile, telle qu'elle était arrivée à la cour de Krystel. Il ne réalisait pas que c'était grâce à lui qu'elle était devenue aussi forte, impitoyable. Ce n'était pas de l'amour qu'elle avait ressenti lorsqu'il se faisait torturé par sa mère, mais de la pitié, elle se sentait responsable de son malheur et du sien par la même occasion et quand il s'était sorti de tout ça, elle avait simplement suivi son exemple. Torben était son roc, elle était devenue folle quand il était mort et elle redevenait impuissante maintenant qu'il était bel et bien vivant et devant elle en train de la rejeter.

« La mort aurait dû m’avoir il y a 9 ans. »

L'amour ça fait mal, n'avait-elle pas retenue la leçon la première fois ? Elle tremblait tant elle tentait de se contenir de lui avouer ses sentiments, elle préférait autant l'accuser de ne pas l'avoir tué neuf ans plus tôt, que d'avouer ce qui lui brûlait les lèvres. à cet instant il aurait été mille fois préférable qu'elle soit morte que de se faire piétiné le coeur et sa fierté par cet homme aveugle, dans son propre appartement. La surprise passée, elle lui souriait, un sourire tout aussi froid et un regard éteint.

« Tu as tout à fait raison, la mort à mieux à faire que de soulager les besoins d'une femme. Tu as du perdre un temps précieux en venant me voir, j'ai bien reçu le message et me montrerais plus présente pour ma mère. Je me suis bêtement laissé aller en te retrouvant vivant sur le pas de ma porte, sois assuré que cet incident ne se reproduira plus. »

"Pas maintenant, pas aujourd’hui, pas comme ça" ? Cela ne se passerait jamais. Elle s’assurerait que ce soit ainsi. Elle déposait un dernier baiser sur ses lèvres et se dirigeait vers sa porte qu’elle entrouvrait, lui signifiant clairement qu’il n’avait plus rien à faire chez elle.

« J'ai du travail, tâchez de me prévenir lorsque ta résurrection sera annoncée. Je sais que vous êtes parfaitement capable de vous protéger tous les deux, mais deux précautions valent mieux qu'une et les chevaliers seront prêts. Tout comme je serais prudente et me garderais en vie. Au revoir Torben. »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]   Lun 17 Juin - 22:47

[HJ désolé c'est pas top, je suis fatigué, mais je voulais quand même cloturer]




    J'écoutais ce que Jana avait à me dire, pour tenter d'y déceler toute trace de mensonges. Je savais qu'elle était loyale et fidèle à la Reine, elle l'avait prouvé à maintes reprises, mais il s'agissait tout de même de quelque chose que je pouvais sentir. Jana avait des secrets, et la clé du pouvoir était justement le contrôle des informations, et plus encore de celles dont les possesseurs voulaient les cacher. Ils n'avaient toujours pas compris que vouloir cacher son existence et ses plus sombres secrets était illusoire, tout finissait toujours par se savoir un jour. Je savais par exemple que tout ce que j'avais pu faire ou penser, sans parler de ma survie plus qu'improbable aux traitements que j'avais subit, avaient pour vocation à éclater au grand jour. A un moment ou à un autre, c'était inévitable. Jana continua de me parler, et je ne disais rien. Parce que cela ne changerait rien à cette soirée, parce que ma décision était prise et que je la sentais aussi brusquée qu'en colère. Frustrée, même. Cela ne fit rien pour me retenir, je n'étais plus du genre à agir sur un coup de tête. Quand bien même je la désirais, quand bien même je faisais en sorte d'être le plus impassible possible face à ses paroles. Je ne parvins pas pour autant à m'empêcher de répondre, froid, glacial même, ou pire encore, indifférent. Sans aucune chaleur dans ma voix, ce qui masquait presque parfaitement le fait qu'à l'intérieur je ne désirais qu'une chose, me brûler avec elle, jouir avec elle. Je n'étais plus ce jeune chien fou d'autrefois, c'était un fait.



    | La mort t'as prise il y a neuf ans, Jana. |



    Je la contredisais sans ciller, sans même. Et elle, calquait sa propre attitude sur la mienne, me parlant avec une fraîcheur insondable et visiblement prête à me foutre dehors. Je savais bien qu'il y avait beaucoup à faire, et que nous ne parviendrions sans doute pas à combattre toutes nos difficultés. Est ce qu'un nous était encore de mise ? Rien n'était moins sûr. Elle me reconduisit à la porte et m'invita à partir. Je m'arrêtais juste en face d'elle, et lui caressait doucement la joue, du bout des doigts, l'effleurant à peine. Mon regard n'était pas plus expressif, mais je n'étais de toute façon plus du tout capable de faire passer la moindre émotion dans mes yeux depuis un bon moment. Pour autant, n'importe qui aurait vu que quelque part, même si ça ne se voyait absolument pas, je faisais des efforts, mes yeux dans les siens. Je vins me pencher contre elle, pressant mon torse contre sa poitrine, ma main libre caressant sa cuisse, passant sur son entrejambe un court instant avant de décliner la courbe de sa chute de reins.



    | Pas ici, pas maintenant, pas comme ça, ne signifie pas jamais. Quoi que l'on fasse, Princesse, nous serons toujours attirés l'un vers l'autre. Et dans un futur très proche, nous nous laisserons aller. Mais pas maintenant, pas quand tu es choquée de me revoir, et pas quand je suis moi même en convalescence. |



    Je l'embrassais, poussant plus loin mon avantage.



    | Ce n'est que partie remise. Concentrons nous sur nos tâches, avant de nous concentrer sur nous mêmes, sur nos désirs. |



    Je rompais l'étreinte, et m'en allais. Sans un mot, sans un regard en arrière. Je ne suis qu'un fantôme. Une apparition fugace et fantasque, qui chamboule les sens, et répand le danger. Je ne suis pas mort, mais plus tout à fait vivant.

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: "Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
"Do you could not stay dead?" [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]
» Les démons de minuit [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: East End :: Habitations
-
Sauter vers: