AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]
MessageSujet: Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]    Ven 3 Mai - 20:59

    Holyrood Park, un lieu mythique qui faisait peur mais qui était redevenu comme avant, du moins, on pouvait le croire. Il y avait eu des combats titanesques dans le coin, j'avais pu y assister plus ou moins disons de loin, car je n'étais qu'une petite humaine, et même en ayant du courage, je ne pouvais combattre contre ces ennemis surnaturels. Si le parc était à présent à nouveau parcouru par la foule en ce temps de paix, il avait été longtemps boudés, car ce qu'on racontait sur celui-ci faisait peur. J'ai pu voir les cadavres jonchant le sol après de dures batailles. Nous étions à l'ouest d'Edimbourg, donc pas dans le centre de la ville mais les combats furent d'une rudesse improbable. J'ai vu de nombreux corps jonchant le sol. Je n'ai pas participé à leur enterrement mais l'on dit qu'il aurait fallu plus de 3 jours enterrés les corps de tout les lycans et sans doute quelques humains tombés au combat dans le coin. Je sais pas si cela est véridique, mais en tout cas, ça ne m'étonnerait pas le moins du monde. J'ai toujours vu Holyrood Park comme un lieu de repos, j'y ai fait de nombreuses photographie par ici par tout les temps, à n'importe qu'elle heure du jour et de la nuit. Le Lieu n'a pas tellement évolue malgré les massacres ayant été perpétrés dans le coin. Mon coin préféré reste l'ancien volcan, la roche volcanique y est d'une grande beauté, j'en avais apporté un peu d'ailleurs chez moi, enfin dans mon ancien appartement à Glasgow. Je ne sais pas vraiment pourquoi j'avais voulu me rendre ici ce soir là. Je savais qu'en pleine nuit personne n'osait s'y promener ou presque. Je n'avais jamais eu cette peur là, et ce n'était pas aujourd'hui qu'elle arriverait.

    J'avais donc enfourchée ma moto à Livingston pour arriver ici au bas du volcan. Je ne voulais pas polluer l'air plutôt pur qu'il y avait par ici alors je la laissais là, sans plus de protection, avec mon casque. Ma veste en cuir et ces protections au niveau du dos et des bras me tenait un peu chaud en ce mois de juin, mais qu'importe, je ne la quitterais pas. Il y avait tout mon attirail dans la coque de résistance dans le dos de la veste. J'arrivais donc ici en terrain conquis, et je n'avais pas d'appareil photo, mais d'autres appareils. J'avais dans l'idée de sondé le sol par endroit pour trouver des traces de corps enterrés. Mais pour le moment, je laissais ces appareils dans le petit coffre qui était à l'arrière de ma moto. J'avais envie de prendre l'air, de m'imprégner de ce lieu comme je l'aurais fait lorsque je prenais des photographies, il n'y a pas si longtemps que ça. J'allais essayé de faire mon boulot d'agent. J'apporterais des échantillons de terre à notre petit laborantin qui se ferrait une joie d'analyser tout ceci. Il était environ 2 heures du matin, j'étais presque certaine de ne croiser aucun humain dans le coin. Pour les autres créatures, cela était possible. Avec la chance que j'avais, je croiserais bien un petit vampire voulant ma peau. Mon arme de service et mon badge de l'agence se trouvait sous ma veste, ils ne se voyaient pas, pas encore tout du moins, mais s'il le fallait, je n'hésiterais pas à les utiliser. Je faisais avant tout de la prévention, mais quand même ...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]    Sam 4 Mai - 12:04


Ce soir j’avais faim, pas de sang ou de sexe, mais de cruauté. J’avais besoin de laisser libre court à mon appétit de douleur et de larme. C’est pourquoi j’errai dans la nuit sans autre compagnon que la lune au-dessus de moi. Mon objectif était simple : capturer une proie et la torturer dans ma cave d’Edimbourg. Néanmoins je ne voulais pas d’un sdf mais de quelqu’un de bien portant, voire un sportif, homme ou femme peu m’importait. C’est donc avec l’instinct du prédateur que je me dirigeai vers Holyrood Park. Il m’était arrivé d’y trouver un joggeur nocturne par le passé, avant les Années Sanglantes, et j’espérais qu’un courageux viendrait courir ce soir en ce lieux. Je m’étais fait déposer dans le quartier adjacent par un taxi et évoluai à présent dans les ombres de la nuit sur les collines, me dissimulant au regard d’éventuels visiteurs.

Alors que je progressai hors du chemin qu’empruntaient les promeneurs le jour, une odeur vint me chatouiller les narines. Un humain, ou plutôt une humaine à en juger par les fragrances que percevaient mes narines. Ayant enfin découvert une proie potentielle je me rapprochai de ma cible sans un bruit, évoluant d’ombre en ombre afin de rester dissimulé dans le cas où elle viendrait à se retourner. J’étais à présent à une vingtaine de mètres derrière ma cible, évoluant désormais sur le chemin, toujours en silence, lorsqu’un détail me fit arquer un sourcil. L’espace d’un instant je me dis connaitre cette odeur, comme un lointain souvenir. Mais n’en retrouvant pas l’origine je décidai de poursuivre ma traque, ne serait-ce que pour savoir si j’avais déjà croisé cette femme.

Réduisant peu à peu la distance qui me séparait de l’humaine en veillant à demeurer silencieux, j’étais à présent à dix mètres environs de cette dernière et m’apprêtai à franchir la distance restante d’un bond lorsqu’une chouette hulula bruyamment dans un arbre proche sur notre droite, faisant se tourner ma cible en sa direction et au passage éclairer son visage par un rayon de lune. C’est alors que je reconnu la photographe que j’avais rencontré avant les Années Sanglantes, Makayla.

Merde.

Depuis le début du conflit et jusqu’à cette nuit, nous ne nous étions plus revus et j’ignorais tout de ce qu’elle était devenu à présent. La curiosité l’emportant sur mon appétit, je décidai d’aller à sa rencontre, restant prudent cependant quant à sa réaction. Après sept ans de guerre les gens avaient tendance à paniquer et certains à porter une arme aussi me tenais-je prêt à éviter une quelconque attaque lorsque je m’adressai à elle, à dix mètres d’elle.


Makayla ? dis-je pour m’annoncer avant de poursuivre et de me rapprocher légèrement d’elle. Et bien, cela fait quelques temps que l’on ne s’est pas croisés tous les deux. Comment vas-tu après toutes ces années ? Besoin de prendre l’air en pleine nuit ? dis-je en esquissant un léger sourire.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]    Mer 8 Mai - 18:13

    Oui, de la prévention, comme le P de la brigade PES, mais si j'étais attaquée, je ne pourrais pas en faire bien malgré moi. Je ne sais pas pourquoi j'étais venu à Holyrood Park durant la nuit, sans doute parce que je savais que j'avais plus de chance de croiser un vampire ou une autre créature surnaturelle. J'avais envie de tester mon arme de service en condition réelle peut être, je ne savais pas trop. Je faisais donc mes prélèvements quand soudain, je me suis sentie observée, de loin, mais je sentais comme une présence se rapprocher. Je regardais dans mon dos mais je ne voyais absolument personne, sans doute que mon côté paranoïaque se faisait trop présent depuis que cette paix s'était installée. Je ne sais pas, je crois que cette guerre m'avait mis sur la défensive en n'importe qu'elle circonstance, comme si, dès que je me sentais oppressée ou que j'avais cette sensation là, j'étais prête à sortir mon arc et ces flèches, voire maintenant, carrément mon arme et ces belles petites balles en argent. Bref, je continuais ces petits prélèvements, rien d'extraordinaire quand il me sembla entendre des bruits de pas. Alors, soit je devenais complètement parano, soit il y avait effectivement quelqu'un. Je restais aux aguets prête à sauter sur l'intrus ou quoique ce soit qui approchait de ma position. Mon arc et mes flèches seraient dégainées en quelques secondes, alors à moins qu'on ne me saute tout de suite dessus, je pourrais réagir. Une chouette ou un hibou ulula alors dans un arbre à ma droite. Mon coeur loupa un battement, mais rien de grave. Nous étions en pleine nuit, ces bestioles ne sont pas sensées dormir ? A moins qu'elles ne vivent que la nuit, je ne m'en souviens plus, il faudrait que je vérifie mes vieilles leçons de science et vie de la terre. Il y avait quelqu'un, j'en avais à présent la certitude. Cette personne était-elle un danger ? Je ne le savais pas encore mais la menace que je percevais s'éclaircirait rapidement au profit d'un rayon de lune. Une voix sortie alors de derrière un autre arbre où se trouvait le hibou prononçant mon prénom. Cette voix me fut familière mais je ne l'avais pas entendue depuis très longtemps, peut être bien 4 ou 5 ans, à croire que cette guerre m'avait esseulée de tout mes contacts que j'avais eu avant les années sanglantes. C'était Guillemaud. Et merde ... Bizarrement, je gardais plutôt un bon souvenir de lui, le dernier qui me revenait en tête était ce soir là à la National Arena lorsqu'il avait géré la sécurité de ce concert qui avait marqué pour ainsi dire le début des années sanglantes. Il était pourtant un vampire influant dans le coin, surtout depuis qu'Augustus n'était plus de ce monde. Il était pour ainsi dire le second derrière la reine ou quelques choses comme ça, un fin manipulateur devant l'innocente jeune femme que j'étais alors. Il me dit alors que nous ne nous étions pas vu depuis des lustres, enfin quelques années quoi. Il me demanda si j'allais bien, se demandant si j'avais besoin de prendre l'air en esquissant son petit sourire charmeur. Il dut s'appercevoir de ma stupéfaction à le voir simplement là. Je ne m'attendais pas vraiment à croiser quelqu'un, enfin c'est ce que je voulais me dire intérieurement. Ce n'était pas pour rien que j'étais venue ici de nuit, non ? J'aurais très bien pu faire ce que j'avais prévu dans la journée ?

    " Julien Guillemaud, pour une surprise, c'en est une. Ces années ont été rudes, ravie de voir que tu es passé à travers les mailles de la mort définitive. "

    Et j'esquissais moi aussi le plus naturellement du monde un petit sourire sur mes lèvres comme pour lui répondre, ou plutôt comme pour me rassurer moi-même. Je n'avais pas peur de lui bien que je sache qu'il soit potentiellement très dangereux. Ce n'était pas un petit vampire pour Anderson, il était bien plus vieux, bien plus puissant, autrement dit, même si nous étions en bon terme, je devais me montrer prudente. Pourtant, en même temps que j'avais parlé, j'avais fait un pas dans sa direction.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]    Ven 10 Mai - 17:58


En attendant la réponse de la jeune femme, je me contentai de l’observer. Les Années Sanglantes ne l’avaient guère changé physiquement bien qu’elle semblait un brin plus… Makayla. Tandis qu’elle me saluait je la vis s’approcher dans ma direction. Soit elle était toujours ignorante de ma nature soit elle s’en sentait à l’abri. Quoi qu’il en soit je fis à mon tour un pas en sa direction afin de lui répondre.

En effet, bien que cela ne se soit pas fait sans peine. dis-je en esquissant un léger pincement de lèvre, pour exprimer une peine que je n’avais pas connu tout au long du conflit.

Si je n’avais pas revu l’humaine ce soir je n’avais pas pour autant oublié le masque je lui avais présenté lors de nos rencontres par le passé. Là résidait toute la force de ma maîtrise de la manipulation, garder en chaque instant à l’esprit l’ensemble des masques que je présentai à mes différents interlocuteurs, humains ou autres. Makayla n’avait été qu’une distraction lorsque je ne me servais pas d’elle, comme la majorité des humains que je rencontrais. Concernant la photographe, elle m’avait servi pour la publicité de mon entreprise par le passé et si à présent j’ignorais tout de son devenir, je comptais bien déterminer si elle avait toujours de la valeur.


Et toi Makayla, comment as-tu vécu ses longues années de conflit inter-espèces ? Et qu’es-tu devenue à présent ? Toujours photographe de presse ? Tu pratiques encore la boxe ? Ce pourrait être sympa de voir tes progrès sur un ring un de ces quatre. lui dis-je pour tenter d’en apprendre davantage à son sujet.

Cela n’a pas dû être guère plaisant pour toi ses années de combats, d’autant que ton père n’y a pas survécu, lui parmi tant d’autres. lui demandais-je avant d’écouter sa réponse.

Je savais que son père était mort, l’ayant appris via un des comptes-rendus de nos pertes au cours des Années Sanglantes. Son décès ne m’avait pas peiné le moins du monde, ayant même fait naître en moi un sentiment de satisfaction. Il avait payé pour ses actions insensées. Ceci ne s’appliquait pas à l’ensemble de mes rivaux de l’époque, par exemple j’avais été un peu attristé par le décès d’Evey, celle avec qui je me disputais un temps le poste de shérif d’Edimbourg. Si j’avais pris le dessus sur elle en devenant Maître vampire, nul doute qu’elle aurait pu devenir une partenaire satisfaisante au fil du temps.



Dernière édition par Julien Guillemaud le Mar 14 Mai - 2:13, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]    Ven 10 Mai - 23:20

    Voilà, Guillemaud était dans la lumière à présent, c'était donc le premier round d'observation et de prise d'informations. Qu'est ce que nous étions devenus durant ces années ? De toute évidence, nous avions survécus sans problème, enfin, si avec de nombreux problèmes, j'avais failli mourir, mais j'avais survécu, ne vous en déplaise. J'aurais pu devenir vampire, ou louve, mais le destin avait fait en sorte que je conserve ma nature initiale. Est ce que cela m'aurait gênée de devenir louve ou vampire ? Je ne sais pas trop, la question ne se pose pas, je ne le suis pas, c'est aussi simple que ça. J'étais donc surprise de le voir ici, enfin, surprise était un bien grand mot, Guillemaud ne m'avait jamais vraiment fait cet effet là. Il savait maîtriser son monde à la perfection, c'était un expert de la manipulation, l'un des meilleurs. Cela ne m'étonnerait même pas qu'un jour il remplace Augustus qui n'était plus là et qu'il fasse tomber Krystel. Il devait fomenter dans son coin un complot bien caché contre la reine pour devenir le prochain dirigeant. Oui, je l'imaginais bien avec la couronne, il aurait du style. Il répondit à me petite phrase me disant que s'il avait survécu à la mort, il y en avait eu de nombreuses. Oui, on avait perdu un nombre incroyable de personnes, que ce soit humains, vampires ou encore lycanthrope. Mais bon, c'était un cycle, nous avions purger un peu tout ça pour que tout redevienne comme avant. Douce ironie, comme si tout pouvait redevenir comme avant. Je ne dis pas que je regrette le temps de mon innocence, mais cela fait plusieurs années que je ne suis plus cette Makayla, la Makayla que Guillemaud a connu. Lui, il n'a pas du changer avec le temps, toujours égal à lui même, je n'en doutais. Nous n'étions qu'à 4 ou 5 mètres l'un de l'autres. S'il en avait envie, il pouvait me saigner en un rien de temps même s'il n'en avait plus vraiment le droit. Il me posa alors ces questions pour faire le point sur la situation mais je n'avais l'intention de lui répondre. Cela tomba bien, il me parla de mon père, cet imbécile s'était fait réduire en cendres durant les premières années, que dis-je les premiers mois du conflit.

    " Ah oui, mon père s'est fait réduire en cendres durant les premiers mois de ces années sanglantes. Tu sais très bien ce que j'en pense, bon débarras, il ne me servait à rien de toute façon. Si tu veux, on peut se donner rendez-vous dans la même salle de sport que la première fois, elle doit toujours exister je pense, ça pourrait être drôle de voir ce que je peux faire. Enfin, tu seras toujours plus fort que moi, je ne fais pas vraiment le poids. "

    Oui, il était un vampire, alors même si je me donnais à fond, je ne ferrais jamais le poids face à lui et il le savait très bien. Je conservais un entrainement régulier de boxe, mais aussi de tir à l'arc et bientôt, de tir par armes à feux puisque c'était obligatoire avec la brigade PES. J'étais un peu amère vis à vis de ces années. Plus j'y repense, et plus je me dis que cela aurait du se passer autrement me concernant, mais ce qui était fait ne pouvait plus changer à présent.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]    Mar 14 Mai - 3:01


Si j’étais doué pour manipuler une bonne partie de mes interlocuteurs, Makayla possédait un don pour éviter de répondre aux questions qui la dérangeaient. C’est ainsi qu’elle me répondit au sujet de son père et de la boxe mais qu’elle omit, volontairement à n’en pas douter, de me donner une réponse quelconque au sujet de son devenir après les Années Sanglantes. Soit il était risqué pour elle de me faire part de son statut soit elle n’en avait pas envie. Et bien soit, je m’en contenterai pour le moment, à voir si cela était une chose importante ou non. A moins qu’elle ne redoute une tentative de manipulation de ma part si j’apprenais son rôle actuel. Autant d’hypothèses et si peu de réponses.
J’acquiesçai d’un signe de tête lorsqu’elle me fit part du peu de considération qu’elle avait pour son père puis affichai un sourire lorsqu’elle énonça la perspective de monter sur le ring avec moi. Bien sûr que je serai plus fort qu’elle, néanmoins il pourrait être intéressant de pouvoir observer sa progression dans ce sport.


Une petite séance pourrait être agréable, histoire de faire quelques échanges. Je crois qu’effectivement la salle est toujours là malgré le conflit passé. Tu pourras me montrer ta progression. lui dis-je en souriant.

J’allai reprendre la parole lorsqu’un cri puis un bruit de crépitement se firent entendre à environ trois-quatre cent mètres de nous, derrière une haie de buissons suffisamment hauts pour nous en dissimuler l’origine. Néanmoins malgré cette végétation nous pûmes apercevoir une lueur aussi vive qu’éphémère illuminer l’espace d’un instant le parc plongé dans la nuit quelques minutes auparavant.


Tu as vu aussi Makayla ? lui demandai-je avant de reporter mon regard sur elle. Vu son regard elle devait l’avoir vu aussi, ou au moins l’avoir entendu tout comme moi. Alors que nos regards se croisèrent je poursuivis. Tu me suis ? lui dis-je en affichant un léger sourire.

Puis sans attendre vraiment sa réponse je m’avançai sans bruit dans la direction de ce qu’il venait de se passer. Usant de ma vitesse de vampire j’avançai par section de vingt mètres, prenant soin de jeter à chaque fois un œil en arrière histoire de m’assurer que l’humaine me suivait. Nous arrivâmes ainsi jusqu’à notre destination, dissimulés tous deux dans l’ombre de la végétation.

Nous avions en face de nous deux personnes dont l’une était étendue au sol, inconsciente, peut-être morte, tandis que la seconde lui fouillait les poches sans se soucier de sa santé en lui parlant.


Tu pouvais pas te contenter de payer ta dose et de te barrer. Fallait que t’essaye de me piquer ma came. Je suis sûr que t’as rien connu de mieux que le jus que je viens de t’envoyer, ça équivaut à foutre tes doigts dans une prise ducon. Les connards de ton espèce je les électrocute comme ça.

Tandis que ce qui semblait être un dealer poursuivait son inspection des poches de sa victime, je me déplaçai légèrement sans un bruit afin de mieux observer la personne allongée. Cette dernière ne semblait pas porter de blessure apparente, sinon ce qui s’apparentait à une brûlure sur une portion de son bras. Je portais ensuite mon regard sur Makayla, comme pour l’interroger quant à ce qu’elle désirait faire.

Hrp :
Spoiler:
 
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]    Mer 15 Mai - 10:51

    Même si je ne l'avais pas croisé depuis un long moment, je savais toujours noyé le poisson avec lui répondant en partie à ces questions, mais sans vraiment répondre aux parties essentielles, à celles qui sont les plus importantes. Et comme il ne redemandait jamais, il n'avait jamais de réponse. De toute façon, depuis qu'il était arrivé, je sentais de mauvaises ondes autour de moi, comme si quelques choses de mauvais allait se produire. Je ne sais pas si c'était le fait que je sois devenue un peu paranoïaque ou quoi que ce soit, mais avant qu'il ne se passe quelques choses de mauvais, je le pressentais souvent. Est ce que cela venait de la part de Julien ou de quelqu'un d'autres ? Il était fort possible que cela vienne de lui et de quelqu'un d'autres aussi. Je lui répondais donc au sujet de mon père, il faut bien avouer que son sort m'avait été égal. S'il n'y avait pas eu les années sanglantes, il se serait quand même fait tuer de toute façon, je n'en doute pas une seule seconde, il était trop bête, ou un synonyme de ce mot pour survivre longtemps. Ce n'est pas pour rien qu'il s'est fait dégommé lors des premières batailles, trop de risques, pour finalement si peu de résultats. Guillemaud semblait être tout à fait d'accord avec moi sur ce point même s'il n'avait pas dû bien connaître mon père. Puis, je lui répondais donc au sujet de la boxe. Je lui proposais même un petit combat un de ces jours même si j'avais le sentiment que ça ne se ferrait jamais. Jusqu'à présent, notre lien était un peu ambigu. C'était neutre, à tendance vers le positif, mais vu mon nouveau statut, je n'avais pas de raisons que cela reste ainsi. Enfin, je ne sais pas quel grade il avait obtenu chez les vampires mais s'il ne transigeait pas la paix, alors je n'avais rien à lui dire, rien à lui faire de mauvais finalement. Je n'étais pas à la PES pour mener une vendetta personnelle, mais pour maintenir la paix, du moins, c'est ce que je me disais intérieurement. Il semblait cependant d'accord pour que nous échangions quelques coups de poings sur un ring, au même endroit que la première fois. J'étais devenue assez habile mais il avait des années d'expérience de plus que moi, quelques choses que je ne pourrais jamais rattraper.

    Puis ce que je pressentais arriva malheureusement. Un cri plus ou moins lointain se fit entendre dans le calme de la nuit, suivit d'une sorte de crépitement, mais je ne saurais en dire l'origine. Mes sens étaient aux aguets. Je me retournais dans la direction d'où venais le bruit. Il fallait que je sois avec Guillemaud lorsque cela arrivait, c'était bien ma chance. Si c'était ce que je pensais, une personne avec des capacités extraordinaires, c'est à dire un semi-démon, j'allais devoir utiliser la force si nécessaire pour l'embarquer. On me demanderait bien entendu ce que je foutais ici en plein milieu de la nuit, mais après tout, j'occupais ma vie comme je le voulais. Je regardais donc dans la direction du cri et je vis une lueur qui ne devait pas se trouver là, quelques choses d'impossible vu qu'il n'y avait pas d'éclairage dans le coin, à part la lune. Guillemaud me demanda si j'avais vu. Je ne pipais aucun mot, lui faisant signe de la tête que oui, j'avais vu. Je me mettais déjà en mode combattante, mais je ne sortais, ni arme, ni arc, juste une lampe torche pour éclairer au devant de moi. La lueur qu'elle produisait était suffisamment faible pour ne pas me faire remarquer, surtout qu'il y avait une haie devant la ou les personnes que je regardais de loin sans vraiment les voir. Alors que j'allais prendre les devant, il me demanda si je le suivais. Comme si j'allais partir en courant, il se fichait de moi. Je lui fis signe de la main donc de passer devant; histoire que si jamais la personne attaquait, qu'elle s'attaque à quelqu'un de plus robuste que moi pour que je puisse lui décocher une flèche en pleine poitrine, ou pleine tête. Il avançait rapidement mais je suivais en courant derrière parcourant approximativement trois cents mètres ou un peu plus. Bon, à quoi est ce que nous avions à faire ? Visiblement, il y avait deux personnes, l'agressée et l'agresseur. La première personne était au sol. Je n'arrivais pas vraiment à voir si elle respirait encore puisque son agresseur cachait son poitrail en lui fouillant les poches et en parlant tout haut. Il ne devait pas s'attendre à ce que quelqu'un se trouve dans le coin. J'analysais rapidement ces quelques paroles. Un dealer qui maîtrisait apparemment l'électricité, car je ne voyais pas de taser ou quelques choses d'autres pouvant émettre une forte dose d'électricité. La source de courant devant donc provenir du corps de la personne qui ne nous avait pas vu pour le moment. Guillemaud se déplaça alors légèrement pour pouvoir mieux voir et jauger la situation. Il ne verrait sans doute pas bien mieux mais il me regarda comme s'il me laissait maître de la situation. J'aurais bien brandi mon badge de la PES à ce semi-démon mais à quoi est ce que cela aurait servi ? Simplement à me prendre une décharge, pas bien mieux sans doute. Non, il ne nous avait pas encore vue, il fallait bénéficier d'un effet de surprise. Je prenais alors un petit caillou pour la balancer contre un arbre dans le dos du dealer. Je sortais alors mon arc et deux flèches. Je lançais le caillou, le dealer se retourna et je balançais les deux flèches en même temps au niveau de sa main pour la clouer au sol et l'autre au niveau d'un poumon, histoire que sa respiration soit littéralement coupée. Il n'avait rien vu venir et il était suffisamment mal en point pour ne pas mourir, mais nous donner quelques informations sans que nous nous fassions griller.

    " Bonsoir à vous cher semi-démon, enchantée de faire votre connaissance. Ce n'est pas joli joli de griller ces clients comme ça. Qui est ce qui va vous acheter votre camelote après ? "

    Je ne regardais même pas derrière moi, Guillemaud était peut être resté caché dans son coin, peut être qu'il était juste derrière moi me menaçant ou menaçant doublement le dealer. Je m'en fichais, j'allais pouvoir m'amuser avec quelqu'un qui ne méritais pas de vivre de par sa nature, mais aussi parce qu'il avait vraisemblablement tuer une personne. Je me baissais alors légèrement, prenant le pouls de la personne allongée sur le sol. Bon, elle s'était prise une bonne décharge, mais son pouls bien que faible était encore là.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]    Mer 15 Mai - 14:17


J’avais laissé la main à l’humaine et elle n’avait pas hésité à la saisir. Bien que nous n’avions pas un lien fort avant les Années Sanglantes, justes quelques rendez-vous à l’occasion, néanmoins elle semblait avoir pris en maturité avec ce conflit de sept ans. Toujours dans l’ombre je l’observai attirer l’attention du dealer à l’opposé de notre direction et le neutraliser à l’aide d’un arc et de flèches. Il était déjà surprenant de la voir attaqué un individu, mais d’autant plus avec ces armes à cette époque où l’Humanité combattait avec des armes à feu. Eh bien voilà qui me renseignait là où Makayla avait une fois de plus éviter de me répondre. Quel que soit sa nouvelle vie on voyait bien qu’elle avait retenu une expérience des combats, nul doute désormais qu’elle avait pris part à sa manière au conflit des Années Sanglantes. Intéressant…

Tandis qu’elle s’avançait vers le semi-démon blessé et qu’elle s’adressait à lui, je fis le tour d’eux deux en restant dans l’ombre pour arriver de l’autre côté, en face de Makayla sans que le dealer ne découvre ma présence prématurément.


" Bonsoir à vous cher semi-démon, enchantée de faire votre connaissance. Ce n'est pas joli joli de griller ces clients comme ça. Qui est ce qui va vous acheter votre camelote après ? "

Je souris à ses paroles, demeurant dans l’ombre, tandis qu’elle prenait le pouls du drogué qui avait tenté de voler le semi-démon. N’étant qu’à une faible distance d’eux je pouvais entendre le faible battement de son cœur. Alors que Makayla se relevait le démon lança sa main valide pour tenter d’attraper l’humaine et lui faire goûter de son pouvoir. Usant de mes capacités de vampire je sautai d’un bond près de lui pour attraper son avant-bras près du coude afin de rester hors de portée de sa main, brisai l’os d’un mouvement sec de poignet puis laisser choir son bras mollement au sol en reculant un peu tandis que le dealer criait sa douleur.

Chuuut, il ne te sert à rien de beugler ainsi. Ne crois pas que tu peux t’attaquer ainsi à cette femme. dis-je simplement sans regarder Makayla.

Nul désir de la protéger, simple élan tactique visant à neutraliser totalement un ennemi à terre. Rien de plus dangereux qu’un animal blessé. Je n’usais pas de mon don hypnotique pour le moment, curieux de voir de quelle manière la jeune femme allait interroger l’individu, aussi j’invitai Makayla d’un signe de la main à reprendre la main. Quelle allait-être sa méthode ? Peut-être avait-elle développer un certain savoir au fil du temps…


Spoiler:
 
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]    Mer 15 Mai - 17:50

    Je m'étonnais encore que Guillemaud me laisse gérer cette rencontre, comme s'il n'était que mon assistant, qui veillait sur moi au cas où il y aurait un quelconque problème. Vu l'individu, je me serais attendue à autre chose, mais je voyais clair dans cette tactique. Il voulait voir de quoi j'étais capable. Il voulait savoir ce que j'avais fait durant ces années sanglantes, il savait à présent que j'avais peut être pu combattre durant celles-ci, cela semblait même une évidence. Je n'avais pas toujours eu autant de réussite, mais en bénéficiant d'un effet de surprise, j'avais toujours réussi mes coups. Je lui avais perforé un poumon, clouant une de ces mains au sol, laissant libre l'autre main pour voir ce qu'il en ferrait. Son pouvoir était lié à l'électricité, ça ne faisait aucun doute, alors de sa main valide il tenterait sans doute de s'emparer de moi pour me griller, mais j'avais prévu le coup. Néanmoins, je ne pus pas mettre cela en place après avoir commencer à parler à cet énergumène. Je venais de prendre le pouls de la véritable victime dans l'histoire et le semi-démon tenta une manoeuvre contre moi. J'allais paré à cette petite attaque, mais Guillemaud choisit ce moment là pour intervenir, reprenant donc le "pouvoir" dans cette situation encore inédite pour nous deux. En effet, il venait de lui sauter dessus d'un seul coup sans prévenir bénéficiant lui aussi à son tour d'un effet de surprise imparable. Il lui brisa un os au niveau du coude et de l'avant bras, ça devait faire mal, il n'y avait pas de doutes la dessus. Je me surpris à avoir un petit sourire sur les lèvres à ce moment là. Après tout, il ne méritait que ça, non ? Ce fut alors au dealer de pousser un cri de douleur. En quelques secondes, il avait été salement amoché le pauvre. Ces deux mains étaient hors service et en plus de cela, il avait un poumon perforé. Ce serait sans doute suffisant pour le faire parler, il n'en faudrait pas plus. Après, cela dépendait s'il était solitaire ou s'il était avec les autres, avec Maryana notamment. Cette humaine que je connaissais depuis longtemps faisait partie de cette race, elle avait bien changé, et son humanité était de plus en plus restreinte. Celui a qui j'avais à faire semblait être plus humain, seul sa capacité semblait véritablement sortir du lot. Bref, je restais étonné du geste de Julien, je ne comprenais pas pourquoi il avait fait en sorte que le demi-humain à mes pieds ne puisse pas me toucher d'une quelconque façon. Il prononça quelques phrases pour ma défense, du moins, si l'on peut dire avant de me faire un signe de la main pour reprendre là où j'en étais. Je n'avais pas encore eu le temps de mener un véritable interrogatoire mais ce serait sans doute le bon moment de le faire.

    " Ca va aller ou tu veux encore ? Non, parce que je peux te mettre une flèche qui pourrait te faire perdre une certaine virilité. Qu'est ce que tu fous ici en plein milieu de la nuit ? T'es tout seul ou t'es avec tes petits copains ayant des capacités hors norme comme toi ? Allez, crache le morceau, et dépêche toi, sinon, je te castre. J'ai déjà effectué cette opération, et je n'ai jamais revu la personne alors si tu veux vivre, je te conseille de tout me dire ! "

    Oui, bon, j'y allais un peu à l'intox, je n'avais jamais castrer personne en lui enfonçant une flèche dans l'entrejambe, mais vu le bonhomme, j'étais prête à le faire. Je le mettais en joue avec mon arc et une flèche qui se dirigeait vers son sexe. je n'en faisais pas plus, je verrais ce qu'il allait me dire. J'espérais sincèrement qu'il allait parler. S'il ne le faisait pas, je n'hésiterais pas à le chatouiller un peu plus, en lui écrasant sa main fléchée par exemple. Appuyer là où ça fait mal, ne fait en général jamais vraiment de bien.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]    Jeu 16 Mai - 16:52


Avec la paix illusoire que les humains venaient d’imposer à toutes les espèces surnaturelles, je prenais d’autant plus de plaisir à faire souffrir un individu aussi lorsque les os du semi-démon craquèrent avant de se briser sous ma poigne, mon masque impassible sans sourire dissimulait tout mon plaisir aussi bien au dealer qu’à l’humaine. Je ne voulais qu’elle voie mon action que comme une nécessité et non comme un divertissement. Aussi lui laissai-je reprendre la main quant à la direction de l’interrogatoire du semi-démon.

Ca va aller ou tu veux encore ? Non, parce que je peux te mettre une flèche qui pourrait te faire perdre une certaine virilité. Qu'est-ce que tu fous ici en plein milieu de la nuit ? T'es tout seul ou t'es avec tes petits copains ayant des capacités hors norme comme toi ? Allez, crache le morceau, et dépêche-toi, sinon, je te castre. J'ai déjà effectué cette opération, et je n'ai jamais revu la personne alors si tu veux vivre, je te conseille de tout me dire !

J’arquai un sourcil lorsque Makayla prononça des menaces à l’encontre du dealer des plus surprenantes venant de sa bouche. S’il s’avérait qu’elle était capable de torturer quelqu’un alors je serais le premier surpris par un changement si radical opéré chez elle. D’autant que l’homme blessé n’avait semble-t-il aucune envie de lui répondre.

Va crever sale p*te… Nous vous sommes supérieurs et c’est pas une sal*pe comme toi qui va me faire quoi que ce soit. Profite-en tant que tu peux, parce que quand mon pote va arriver tu feras moins la belle et lui il maîtrise le feu alors gare à ton gros cul. Les démons surpassent toutes les autres espèces, y a qu’à voir vos gueules…

Cet homme était vraiment idiot car il venait de nous prévenir qu’un de ses camarades devait arriver, au lieu de laisser à ce dernier l’effet de surprise. Afin de vérifier ses dires j’humai l’air afin de percevoir la présence de son comparse, et pour l’heure nous étions seuls dans le coin. Laissant le soin à Makayla de poursuivre son interrogatoire, je décidai de faire un rapide tour des lieux, dans un rayon de deux cent mètres autour des deux blessés et de l’humaine après avoir prévenu cette dernière d’un signe de la main. En d’autres circonstance j’aurai hypnotisé le semi-démon afin qu’il ne puisse prévenir son compagnon qu’elle n’était pas seule, mais présentement j’espérais que Makayla soit en mesure de réduire au silence le dealer. Au pire cela me permettrait d’observer davantage encore les nouvelles capacités de la jeune femme. Il ne me faudrait qu’une ou deux minutes pour faire ma ronde et lorsque j’en aurai terminé alors je retournerai près de l’humaine, demeurant dans l’ombre mais me manifestant suffisamment pour qu’elle soit la seule à me savoir présent, au cas où…
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]    Jeu 16 Mai - 18:35

    Je sentais le regard de Guillemaud dans mon dos, je pouvais deviner qu'il aimait me voir proférer des menaces du genre. Il ne devait pas y être habitué, enfin de ma part, il ne m'avait jamais vu dans ce contexte là. Il faut dire qu'avant les années sanglantes, je n'aurais sans doute jamais réagit de la sorte. Je serais resté dans l'ombre et il aurait mener la danse quand à ce minable qui était là devant moi. Je voulais le faire sortir de ces gonds le plus rapidement possible et si dans un premier temps il ne semblait pas vouloir daigner m'adresser la parole, il l'ouvrit bien grande pour me révéler des choses essentielles. Il me traita de tout les noms, mais sortant de sa bouche, cela sonnait comme un compliment. Guillemaud restait trop en retrait, ça ne me disait rien qui vaille mais bon, pour le moment, je ne m'en préoccupais pas trop, j'avais à faire à ce guignol. Il se sentait donc supérieur aux humains. Dans un sens, il n'avait pas trop, il possédait des capacités physiques que je n'aurais jamais en gardant ma nature d'humaine mais est ce que cela rendait les gens supérieurs aux autres ? Non, visiblement, ce type n'avait rien de supérieur à moi. Je n'étais pas la meilleure, pas la plus intelligente, c'était une véritable certitude, mais j'avais quelques grains de jugeote en plus que lui. Il m'annonça alors l'arrivée d'un ami pyromane. J'avais alors un petit sourire sur les lèvres, comme si le feu pouvait me faire peur. Il ne savait de toute évidence pas ce que j'avais connu. Il me dit que j'avais un postérieur volumineux. Je fis à ce moment là une petite moue, mes fesses venaient de se sentir insultées. Et quand elles se font insultées, en général, c'est que tout va mal. J'avais envie de m'énerver contre ce pou humain, mais je n'y arrivais pas. J'éprouvais de la pitié pour son imbécillité criante. Il s'amusait donc à nous insulter de façon totalement gratuite. Je sentis la présence de Guillemaud disparaitre dans mon dos, il devait sans doute vérifier les alentours pour voir si le copain de monsieur je suis un imbécile qui ne s'assume pas était dans le coin. Je lui flanquais un bon coup de pied dans le visage histoire de le calmer un peu avant d'appuyer sur la flèche qui clouait sa main au sol.

    " Tu crois vraiment que tu me fais peur en m'insultant de la sorte. Tu sais, mon postérieur s'est senti insulté. Et quand il se sent insulté, il est obligé de réagir. En attendant ton petit copain tapette, si tu essayais de dire quelques choses ayant un peu de sens pour une fois. Je vais donc te poser une autre question. Qu'est ce que tu foutais là en plein milieu de nul part ? Pourquoi t'as mis au courant l'autre là ? Qu'est ce qu'il t'a fait ? "

    Mon pied droit était sur son visage, l'écrasant à moitié mais il pouvait néanmoins parler. Je sentis alors cette présence dans mon dos, c'était Guillemaud qui avait apparemment fait le tour pour vérifier si le noctambule dealer disait la vérité. Peut être que son pote arriverait au bout d'un certains temps ne le voyant pas revenir. En tout cas, j'espérais qu'il m'en dise un peu plus. Cela me ferrait quelques informations à donner à Mc Borough quand j'irais le voir.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]    Jeu 16 Mai - 21:52


Alors que je faisais ma ronde à l’écart de Makayla et du dealer, progressant uniquement dans l’ombre et en silence. Mes sens en alerte, je m’assurai que le compagnon du semi-blessé ne nous surprenne pas. Tout en évoluant dans la nuit je repensai au début des Années Sanglantes, notamment à ma relation avec Maryana Watheerey, celle qui désormais devait avoir un rôle important voire même de leader auprès des semi-démons.

Pendant que j’étais en train de gérer autant que possible l’attaque de la part de l’HCV au cours du concert que j’organisais alors au National Arena, se liait au manoir royal une alliance entre notre espèce et une partie des semis-démons, l’autre partie s’étant alliée avec les lycans. Caïn et les siens étaient soit disant à nos côtés pour combattre nos ennemis. C’est au cours des premières années de combats, du temps où les démons n’avaient pas encore manqué à leur engagement, que nous avons sympathisé, en apparence tout du moins. Avec le recul nous avions le même but, faire semblant de se rapprocher pour tenter de deviner les desseins de l’autre, sans qu’aucun n’y parvienne. Nous avons occasionnellement couché ensemble, partageant des étreintes purement sexuelles sans aucun sentiment.

Si j’ignorais ce qu’elle est devenue maintenant je suis certain que si nous venions à nous rencontrer à nouveau la situation serait explosive. Pas même par rancune mais simplement parce qu’ils se sont servi de nous et que notre ligne de conduite est de ne laisser passer aucun affront. Pour autant elle ne mérite pas que je mobilise mes ressources pour me lancer à sa poursuite. Elle finira bien par se dévoiler d’elle-même, alors je me montrerai patient vu mon peu d’intérêt pour elle.

Parvenant au terme de ma ronde j’allai retourner vers l’humaine mais c’est alors que je sentis une nouvelle odeur et me dirigeai vers elle tout en restant invisible, me contentant d’observer le nouveau venu. Il y avait une maigre chance qu’il ne soit pas le camarade du dealer aussi le suivis-je à quelques mètres seulement prêt à lui sauter dessus s’il devenait dangereux, alors qu’il s’approchait de Makayla avant de s’arrêter dans son dos, silencieux, à quelques mètres de l’humaine. Je ne savais pas si elle avait obtenu des réponses du dealer, quoi qu’il en soit ce dernier n’avait pas encore aperçu son camarade. C’est alors que je me fis une réflexion en silence : Etait-elle si sûre de ses capacités qu’elle ne prenait même pas la peine de vérifier qui venait dans son dos ? Je me tenais d’autant plus prêt à sauter sur le nouveau semi-démon.


Hrp :
Spoiler:
 
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]    Sam 18 Mai - 13:36

    J'avais pris le temps de savoir qui pouvait venir dans mon dos, et ce soir là, il n'y avait pas 36 000 solutions. Guillemaud ne pouvait pas s'être enfuit de la sorte. Enfin, il n'allait pas s'enfuir, ce n'était pas son genre mais il pourrait partir sans rien me dire, juste pour que je me fasse décimer. J'avais déjà connu ça, mais bizarrement, je lui faisais "pour le moment" confiance, comme si je savais qu'il était là en arrière plan au cas où ça déraperait. Le semi-démon était donc dans une position qui n'était pas très enviable. Mais je restais persuadée qu'il pourrait me surprendre avec son petit copain qui ne tarderait pas à arriver selon ces propos. J'avais mon pied sur sa gueule mais il ne faisait que gémir, comme si cela était une sorte de code pour son collègue qui était sur le point d'arriver. Je restais donc attentive. Je jetais un coup d'oeil dans mon dos néanmoins, rapide, furtif, pour confirmer la présence du vampire non loin de moi. J'aurais aimé qu'il me fasse un topo sur la situation alentour, mais s'il était revenu là, en étant apparemment très calme, c'est que la situation n'avait rien de dangereux pour le moment. J'essayais d'humer un peu l'air, mais je ne captais rien, pas de présence de feuillage noirci dans le coin, pour le moment. Le semi-humain qui était à mes pieds ne semblait donc pas vouloir ouvrir la bouche à nouveau, c'était décevant. Il voulait vraiment que je le mette à nu pour avoir un semblant d'info. D'accord, ainsi soit-il alors puisqu'il venait de le décider par son silence.

    " Tu es sur que tu ne veux rien me dire ? Non, parce que là, je ne suis même pas à 5% de ce que je peux te faire de pire. Dernière chance avant que je ne te castre pour de bon ! "

    Ouais, j'avais décidé de le faire, et s'il n'ouvrait pas la bouche dans les dix secondes qui suivait, il recevrait une flèche dans l'entrejambe. J'attendais, tapotant sur mon arc qui était dirigé donc vers ce qui lui servait à se reproduire. Ma patience avait des limites et celles-ci allaient être atteintes.

    " Va te faire enc*ler. "

    Au moins, c'était clair.

    " Tu sais que j'aime bien ça, mais tu n'auras plus l'occasion de le faire. "

    Et la flèche partait directement dans l'entrejambe de ce monstre. Un râle de douleur se fit alors entendre, sortant de sa bouche. Je n'étais pas très loin de lui, la flèche n'avait pas pénétrer en profondeur, mais suffisamment pour sentir sa virilité disparaitre.

    " Toujours certains de ne rien vouloir me dire ? "

    Au moment où je prononçais cette phrase, j'entendis un craquement. Guillemaud ne semblait pas avoir bougé. J'humais l'air à nouveau. Son collègue arrivait, j'en étais persuadée, il y avait comme une petite odeur de brûlé dans le coin. Julien avait du le sentir avant moi, c'était une certitude. Son pote était donc aussi débile que lui, il marquait son territoire, sans vouloir nous surprendre. Mon pied s'enlevait alors de son visage, l'autre restait néanmoins en appuie sur sa main la plus blessée. Il tenta avec l'autre de me l'attraper mais une flèche la cloua à son tour au sol. Avec son bras en miette, il devait avoir très mal. Il en avait eu pour son argent. Le type à côté de moi était toujours dans les vappes, il se réveillerait bien assez tôt ! L'autre était sur le point d'arriver, mais je ne le voyais pas, même si je pouvais sentir sa présence. Mon regard jaugeait mon environnement, j'étais prête à décocher une flèche s'il le fallait.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]    Sam 18 Mai - 16:08


A observer ainsi l’humaine je repensai à celle qu’elle était à mes yeux avant les sept années de conflit. Malgré nos quelques rencontres je ne savais rien d’elle que ce que j’avais pu observer à l’occasion, néanmoins j’étais conscient ne connaitre d’elle que la façade qu’elle m’avait présentée tout comme je lui en présentai une. Aurait-elle été capable de mener un tel interrogatoire auparavant ? Ou cette méthode était-elle due à son vécu au cours du conflit ?

Autant de questions au sujet de Makayla qui me poussaient davantage encore à la connaître, dans le but de savoir à qui j’avais à faire et ce que je pourrais tirer d’elle. Pourrait-elle être un pion, une alliée, une ennemi ou simplement une humaine ? La suite pourrait me donner un début de réflexion à ce sujet.

Le compagnon du dealer était toujours entre Makayla et moi mais il n’avait pas encore agit pour le moment, se contentant d’observer l’humaine s’occuper de son compagnon. Pendant les Années Sanglantes j’avais combattu aux côtés de certains semi-démon avant qu’ils ne révèlent leur félonie et en avais affronté de l’autre camp, ceux qui s’étaient alliés aux lycanthropes. Ceci m’avait permis d’avoir une certaine connaissance de leurs capacités, notamment ceux qui maniaient le feu. Je savais qu’ils ne pouvaient lancer de simples boules de feu mais qu’il leur fallait toucher de leur main leur cible. Certains avaient cependant trouvé la parade en incendiant leurs projectiles afin de toucher leurs cibles.

Je compris que tel était le projet du second semi-démon lorsqu’il sortit un objet de petite taille d’une de ses poches, sûrement un projectile adapté pour être enflammé puis lancé sur sa cible. Je franchis alors les cinq mètres qui me séparaient de lui pour atterrir dans son dos alors qu’il venait d’embraser l’objet qu’il avait en main. Ne lui laissant pas le temps de le projeter je lui brisai les deux bras en prenant garde à éviter tout contact avec ses paumes ou l’élément incendié puis l’envoyai s’écraser près de son compagnon blessé. Je m’approchai ensuite de l’humaine et m’adressai à elle.


Voici son second compagnon Makayla, tu veux t’en charger ? Parce qu’il pourrait être sage de contacter la PES afin que l’on vienne se charger d’eux. Ceci permettrait de montrer aux autorités que nous respectons le traité tout en traquant nous aussi les semi-démons.

Loin de moi le désir de plaire aux humains, notamment à ceux de la brigade PES, toutefois il pouvait toujours être utile d’être biens vus auprès d’eux. Cela ne nous ferait pas apprécier d’avantage, encore moins d’avoir la paix car cela pourrait même les rendre davantage soupçonneux à notre égard. Mais tel était justement mon objectif, les pousser à se dévoiler et éventuellement à faire sortir d’éventuels infiltrés parmi les humains évoluant près des vampires.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]    Sam 18 Mai - 23:46

    Le type, enfin se qu'il restait de lui ne voulait donc rien me dire, je ne pourrais savoir que des broutilles malgré mon interrogatoire plutôt féroce à son égard. Il ne voulait pas lâcher le morceau, et il s'en était pris des bonnes dans les mains, le poumon, et pour finir dans l'entrejambe. Ce dernier coup m'avait d'ailleurs fait sourire. Je prenais du plaisir à le torturer. Je n'en prenais pas conscience encore, mais j'étais devenue quelqu'un de sanguinaire. Son petit copain arriva alors, jouant avec le feu, mais pas assez rapidement pour Guillemaud. En effet, je le vis sauter d'un seul coup en direction de l'autre semi-démon que je vis enflammer quelques choses. Il lui brisa les deux bras avant de le balancer dans ma direction. Immédiatement, je décochais deux flèches dans ces mains pour les clouer au sol. Un râle sortit de sa bouche, il avait mal, mais n'étais-ce pas normal ? Leur seul nature faisait qu'il méritait leur sort. Etre un semi-démon, s'est être l'ennemi de chacun, que vous soyez vampires, lycan ou humain. En agissant comme ceci avec Julien et moi, ils avaient été comme des taureaux lors d'une corrida. Mes flèches représentaient les banderilles que j'aurais pu leur planter dans le corps. Mais je n'irais pas jusqu'à les abattre, je ne vais pas m'amuser à les saigner comme s'ils n'avaient aucune valeur. Il représentait plus vivants que morts. J'avais longtemps cru me trouver dans un monde de bisounours, je dois bien vous l'avouer, mais quand je vois ce genre d'individu, je me dis que j'étais bien naïve avant ces années sanglantes, mais cela fait partie de moi. C'était comme cela que Julien me connaissait, une innocente jeune femme qui n'était pas très intelligente, et pure vis à vis des vampires notamment. Ce qu'il me dit une fois le corps du deuxième à ma portée me fit sourire. Est ce que je devais lui montrer mon badge ? Je m'étais engagée, alors je le devais mais avant cela, je savais que Guillemaud pourrait être un allié dans la tâche que je voulais accomplir.

    " Vous ne savez pas à quoi vous vous attaquez en agissant de la sorte tout les deux ! Vous devriez avoir peur pour vos vies à présent. "

    Le second venait d'ouvrir la bouche d'un seul coup. Nous devions avoir peur pour nos vies, mais quelle blague. J'avais envie de lui demander pourquoi, mais j'étais persuadées qu'il ne dirait rien de plus. Je regardais alors Guillemaud dans les yeux, pour lui prouver que je n'avais pas peur qu'il m'hypnotise. Il avait une image à entretenir le bougre, celui d'un vampire qui était plutôt bon avec les humains. Avec moi, il n'y avait jamais eu de soucis. J'espérais que cela continue de la sorte. S'il me parlait de la brigade PES ce n'était pas parce qu'il nous aimait, mais bien pour préserver son image.

    " Tu crois vraiment que j'ai peur de toi ? Tu as de la chance que je ne t'achève pas dans l'instant, car vous le mériteriez tout les deux ! "

    Alors que je prononçais ces quelques mots, l'homme qui avait reçue une décharge sembla reprendre conscience du monde qui l'entourait. Je chuchotais alors quelques mots que seule une ouïe assez fine comme celle du vampire pourrait entendre.

    " Ces deux semi-démons vont être escorter en lieu sur, j'ai déjà appeler du renfort, car oui, je fais partie de la brigade. Je suis certaine que cela ne t'étonne même pas. Nous pourrions partager quelques informations toi et moi, donnant, donnant, qu'en penses-tu ? "

    Oui, je lui révélais que je faisais partie de cette brigade et que nous pourrions avoir un accord sur le principe. Il pourrait avoir un pied chez nous, et nous chez les vampires. Je ne sais pas si cela lui dirait mais j'en aurais parié ma salopette. Comment ça, je ne porte pas de salopette ? Vous ne saviez pas que je suis fétichiste de ce genre de vêtements ? En plus, j'en ai une avec un bisounours qui tient une banderille sur l'une d'elle. Si, si, je vous jure ! Bon, d'accord, je rigole, je ne sais même pas pourquoi je parle de ça. Bref, j'attendais une réaction de sa part. J'avais appeler des renforts en activant ma balise de détresse, pour montrer que j'étais en danger. J'avais réussi à maîtriser le danger, du moins le danger principal. Guillemaud pouvait en être un autre mais jusqu'à présent, ça allait. Pour combien de temps ?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]    Mar 21 Mai - 3:22


Après avoir jeté le corps blessé du second semi-démon près de l’humaine, cette dernière le cloua littéralement au sol de deux flèches plantées dans ses mains, laissant perler un peu de sang couleur groseille couler de ses plaies. Malgré la douleur qui devait être sienne cet idiot se permit de nous menacer avant que l’humaine ne réponde à ma question. J’émis un léger rire pour seule réponse, n’estimant l’homme pas même digne que je ne lui apporte une quelconque répartie. La jeune femme néanmoins se chargea de lui apporter une réponse du même acabit que les précédentes tandis que la victime du dealer semblait émerger peu à peu. J’écoutai ensuite les paroles que Makayla me murmura et demeurai aussi immobile qu’une gargouille malgré l’annonce qu’elle me fit.

Ainsi donc elle avait rejoint la fameuse brigade PES. Cela ne me surprit que peu vu son comportement de ce soir, mais j’estimais en silence le chemin qu’elle avait parcouru depuis sept ans, époque à laquelle elle semblait bien inoffensive voire naïve à en juger par le souvenir que j’avais de la réaction de son amie d’alors, une hystérique du nom d’Alaina. Une question cependant m’effleura l’esprit et je décidai de là poser à l’humaine.


Que tu aies intégré la PES ne me surprend guère en effet, néanmoins est-ce que cela est dû à ton ami Alaina ? Est-elle parvenue à te calibrer comme ces gens de l’ancienne HCV et t’as ainsi ouvert l’accès à la brigade ou bien as-tu rejoint cette dernière par une autre voie ? lui demandai-je avant de faire une brève pause.

Sa proposition pouvait effectivement sembler intéressante de prime abord, à voir si elle comportait d’autres aspects plus sournois. Je réfléchis rapidement à plusieurs éventualités et possibilités avant même de lui répondre en quelques instants, visualisant même la possibilité d’un rendez-vous ultérieur où nus tous les deux, elle a califourchon sur moi, elle pourrait me confesser quelques informations plus croustillantes entre deux gémissements de plaisir au sujet de sa brigade.


En effet un échange de bons procédés me parait judicieux et tout à fait approprié Makayla, d’autant plus si cela peut prouver notre bonne volonté de respecter le traité de paix. Et si cela peut t’aider à bien être vue par ton supérieur que la rumeur décrie comme quinteux, alors ce serait un plaisir. Tu veux que l’on commence maintenant ? lui demandai-je en souriant.

Il était de notoriété publique que le commandant Mc Borough, cet intriguant à l’origine de l’attentat lors du concert de l’Arena que j’avais recherché conjointement avec l’agent Oppenheimer au début des Années Sanglantes, avait un caractère bien trempé et qu’il ne valait mieux pas le provoquer. Néanmoins si un jour je venais à croiser sa route, nul doute que je ne pourrais m’en empêcher vu que je n’ai pu lui faire payer son affront à ce jour.


Quel sort réservez-vous aux semi-démons que vous parvenez à capturer ? Je ne pense pas qu’ils puissent subir le même sort ou même pire s’il faut respecter les lois humaines. Tant mieux pour eux car s’ils tombaient sous notre justice ils mourraient dans la douleur. A moins que ton commandant agisse encore avec les mêmes méthodes qu’à l’époque de l’Arena. dis-je cette fois sans sourire.


Dernière édition par Julien Guillemaud le Jeu 23 Mai - 10:43, édité 3 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]    Mer 22 Mai - 19:55

    Oui, je n'étais dans la brigade que depuis peu, mais déjà, j'essayais de me tisser un réseau de relations parmi les multiples races. Je me doutais que je pourrais obtenir quelques choses de ces semi-démons vu comment je les avais traité mais l'homme ou l'autre semi-démon s'étant pris une décharge pourrait être une bonne source, à voir. J'espère qu'il ne soit pas quinteux, un peu comme les deux autres là. Peut être qu'il pourrait m'abreuver d'informations, un peu comme un gargouille peut nous abreuver d'eau lorsque vient la pluie mais son état ne permettait pas encore de lui poser des questions. Bref, je ne me préoccupais pas trop de lui, pour le moment, j'étais en train de calibrer un accord avec Guillemaud. J'allais peut être devoir faire quelques compromis, être à califourchon entre mes idées, celles de la PES, et celle du mort que j'avais devant moi, mais ça ne me dérangeait pas le moins du monde. Avant de me dire qu'il acceptait notre accord, il me demanda si je n'avais pas intégrer cette fameuse brigade à cause d'Alaina. Il en serait peut être étonné mais elle n'avait rien à voir avec ça d'ailleurs, au fil des années sanglantes, je l'avais perdue de vue, je ne savais pas si elle avait survécu, mais elle n'avait pas voulu me suivre dans mon combat. Je n'avais même pas envie de lui répondre, à quoi bon ? Mais comme je lui demandais quelques choses, je devais bien lui donner quelques peanuts. Il me répondit cependant par la positive avant que je n'ouvre la bouche. Il me dit que cela pouvait arranger tout le monde, que cela pourrait me faire bien voir de la part de Mc Bourough qu'il traitait de quinteux, ce qui me fit sourire. Je ne savais pas s'il l'était véritablement, mais ça lui correspondait bien. Mais, je ne voulais pas forcément me faire bien voir de sa petite personne. Je n'en avais rien à cirer à vrai dire, même s'il avait envie de me fourrer avec ces groseilles, je restais insensible à son charme de pépé bien calibré. Vu qu'il continuait de parler, j'en oubliais sa première question, mais cela m'arrangeait fortement. Je l'écoutais me dire ce qu'il aurait fait à ces deux gnomes là devant moi. Il avait raison, ils méritaient la mort, mais patience, ils auraient ce qu'ils mériteraient.

    " En effet, nous ne les tuons pas. Ils sont encore bons pour le service, peut être qu'en leur pressant les groseilles, ils sauront nous donner quelques informations juteuses. Je ne doute pas que s'ils tombaient malencontreusement entre de mauvaises mains, ils finiraient mal. Peut être même qu'ils pourraient se retrouver à califourchon, immobile comme des gargouilles sur le toit de Notre Dame de Paris. En même temps, pour des quinteux comme eux, ça ne m'étonnerait pas, ils ne sont pas bien calibrer dans leur petite tête de semi-démon. "

    En disant cela, je laissais donc sous entendre qu'un fois qu'ils ne nous seraient plus utiles, qu'ils pourraient tombés sous la juridiction des vampires, mais je disais ça, je ne disais rien, officiellement.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]    Jeu 23 Mai - 11:25


Notre rencontre totalement fortuite de ce soir était sur le point d’atteindre son paroxysme et nous approchions donc de sa fin. Néanmoins je souhaitais lui poser quelques questions encore, notamment l’une que Makayla avait soigneusement esquivée comme à son habitude. Certains affichaient clairement leur désir de ne pas répondre à une question qui les dérange ou encore vous envoyer sur les roses mais pas elle. Elle se contentait de faire comme si la question n’avait jamais été posée. Dans la plupart de nos discussions je ne prenais pas la peine de réitérer ma question mais cette fois-ci il en serait autrement car ma question portait sur son chef, ce Mc Borough.

Loin de moi l’envie de jeter l’anathème sur ton supérieur Makayla, mais il faut dire que s’il y en a bien un pour qui les Années Sanglantes ont été bénéfiques c’est bien lui. De terroriste recherché par les autorités il est devenu héros de guerre et placé à la tête de la PES. Dois-je encore m’attendre à tuer ceux parmi les miens rendus fous par l’intermédiaire de Mc Borough ? lui demandai-je sans sourire mais d’un ton ironique.

L’Humanité méritait bien de finir en galimafrée pour se présenter comme garante de la paix et comme un exemple de vertu alors qu’elle offrait une place de choix à celui qui sept ans plus tôt menaient ses actions au nez et à la barbe de Scotland Yard. Suite à son action terroriste à l’Arena je l’ai cherché, en vain, avec le concourt d’Oppenheimer mais aussi de mon côté et il semblerait que Mc Borough bénéficiait déjà à l’époque d’alliés de poids ayant le bras long. Nul doute que cela devait encore être le cas, d’autant plus qu’à présent il avait la loi de son côté. J’attendis qu’elle réponde avant de reprendre à mon tour la parole pour revenir au sujet des semi-démons, ne comptant pas la laisser éviter le sujet de son patron.


Si à l’avenir j’obtiens quelques informations au sujet de semi-démons avant que les miens ne se mettent en chasse, vous laissant le chemin libre pour une arrestation, je peux compter sur toi pour m’informer d’une quelconque action d’une autre espèce à notre encontre ? Non pas pour répliquer mais justement pour éviter un incident diplomatique. lui demandai-je en sortant une poche de Tru-Blood de ma poche, en réalité pleine de sang humain que j’avais transvasé d’une poche de sang, puis en la vidant d’une traite après en avoir percé l’opercule avant de ranger la bouteille vide dans ma poche.

Désolé c’est impoli de boire sans rien proposer à son interlocuteur mais je n’avais pas encore dîné, et le sang synthétique est moins nourrissant que le vôtre aussi dois-je me sustenter plus souvent. lui précisai-je d’un sourire poli. Je n’allais pas non plus lui dire que j’avais simplement soif et que j’avais envie de sang humain non plus, elle restait une humaine malgré notre accord fraîchement conclu, de la PES de surcroît.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]    Jeu 23 Mai - 13:03

    Ah, ah, j'aimais mon nouveau statut d'agent de la PES, et j'aimais encore plus ces crétins de semi-démon qui se croient plus intelligent que les autres. C'était aussi aconché de trouver Guillemaud dans le coin. Oui, je trouvais que sa présence ici était plaisante, il jouait toujours aussi bien son rôle, mais il était achancri par les humains. Qu'est ce que je veux dire par là ? Il était gangrené par nous, il avait besoin de nous pour survivre, que ce soit à travers notre sang, mais aussi à travers les relations qu'il avait avec les humains. Je restais persuadée que si je n'avais pas fait le premier pas pour notre accord, qu'il l'aurait fait. Peut être que j'aurais pour faire preuve d'avulsion à son égard dans d'autres circonstances, lui arrachant le coeur, mais pour le moment je n'en étais pas arrivé là, et j'espère d'ailleurs ne jamais en arriver là. Ce n'est pas que je n'aime pas tuer, je peux le faire sans crainte, mais voilà, même s'il était d'une sournoiserie sans nom, Guillemaud représentait un allié de poids, jusqu'au jour où il décidera que je ne servirais plus à rien. Néanmoins, alors que j'avais soigneusement évitée de répondre à la question concernant Mc Borough, il la souleva à nouveau. Cela n'était simplement jamais arrivé, alors j'en étais étonné. Pourquoi est ce que Phil l'intéressait à ce point là ? Je lui répondrais franchement quoiqu'il arrive puisqu'il voulait absolument savoir, je n'avais pas envie de le mettre en colère. Ce que je pensais de Mc Borough n'était pas tellement à son avantage, mais ça je lui l'avais fait comprendre lors de mon entretien d'embauche. Ce que me disait Guillemaud était juste.

    " Je suis tout à fait d'accord avec toi. Il ne ressort pas perdant de ces années sanglantes, mais je n'approuve pas toutes ces méthodes. Je lui reprocherais toujours ce qu'il a fait à la National Arena, 7 ans en arrière. Officiellement, ce genre d'action ne devrait pas se reproduire, officieusement, je le sais encore capable de cela, mais il ne le ferra pas tout de suite. C'est comme si là, un mouche le piquait et qu'il voulait éradiquer seulement les cheveux zains du paysage. Ce serait tellement insensé. "

    Il prenait cela comme il voulait mais à chaque fois que j'avais répondu à ces questions, je n'avais pas usée de langue de bois et je n'allais pas commencer maintenant parce que j'étais agent de la brigade de Prévention. Je me doutais bien que Guillemaud avait essayé de le rechercher après l'incident, mais que mon supérieur actuel savait bien se couvrir, ayant des relations plus grandes que la troisième jambe du vampire que j'avais en face de moi. Il revint alors au sujet des semi-démons. Il voulait les informations pour éviter les incidents diplomatiques, soit disant. Je savais très bien que ce n'était pas pleinement la vérité, mais je faisais comme si, après tout ne m'étais-je pas engagé pour cela ?

    " Oui, il faut éviter cela au maximum, nous avons réussi à entrer en période de paix, ce serait bête qu'à cause d'un manque de communication, elle reprenne, surtout qu'il ne faudrait qu'une petite étincelle pour que ce feu tout juste éteint reprenne. "

    Il sortit alors une poche de sang pour la boire d'une seule traite. Il semblerait qu'il avait soif le vieux briscard. Une bouteille de Tru-Blood, soit disant là aussi, mais je n'avais pas eu le temps de voir si cela était du vrai ou du synthétique mais après tout quelle importance ? Il s'excusa de ne rien me proposer à boire avec son petit sourire polissé, trop aimable pour être véridique.

    " Tu sais, tu peux bien boire du vrai sang, je m'en fiche royalement. Moi aussi il m'arrive d'avoir soif et de boire un peu d'alcool quand j'en ai envie. "

    Je lui faisais à mon tour un petit sourire, comme pour lui faire comprendre que je n'en avais rien à faire. Le type qui s'était pris le courant de l'autre se réveilla pleinement. Les deux semi-démons étaient bien trop sage, ils ne disaient plus rien, sans doute qu'ils avaient écoutés attentivement notre conversation entre Julien et moi. Je m'en fichais d'eux aussi, il ne représentait rien à mes yeux, ils mériteraient que je les laisse entre les mains de Guillemaud, mais pas tout de suite, nous devions les embarquer pour leur soutiré un maximum d'information. Je regardais l'homme se mettre sur les coudes. Je me méfiais de lui, il n'était assurément pas très clair. Je jetais un oeil au vampire dans mon dos, lui disant de surveiller mes arrières.

    " Alors, on a bien dormi ? "

    Je disais cela d'un ton plutôt ironique mais en fonction de sa réaction, je verrais tout de suite si je pouvais lui faire confiance ou si je devais lui clouer les mains au sol à son tour.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]    Jeu 23 Mai - 15:01


Lorsqu’elle me conta, tel un troubadour, son opinion au sujet de Mc Borough et qu’elle l’estima encore capable d’user des mêmes méthodes à l’avenir, je répondis d’un bref rire. Bien entendu que son patron n’hésiterait pas à lancer des attaques similaires, c’est justement pour cela qu’il avait dû être nommé à ce poste. Force m’était d’admettre qu’il avait du cran pour un humain, et qu’il ne reculait devant rien pour atteindre ses objectifs, mais ma considération pour lui s’arrêtait là. Si jamais nos routes étaient amenées à se croiser à nouveau, il me faudrait faire appel à toutes mes capacités pour me retenir de le dévorer tel un renard sur un poulet.

Tout le monde n’a pas d’alliés immuns avec autant de pouvoir que semblent avoir ses amis. La prochaine fois que tu le verras, passe-lui un bonjour tout ironique de ma part, et qu’un jour ou l’autre il devra assumer ses actes passés. lui demandai-je avant qu’elle ne poursuivre. Gageons qu’il ne soit pas à l’origine de la prochaine étincelle qui attisera le brasier d’une nouvelle guerre.

Lorsqu’elle s’adressa à moi au sujet du sang humain et de ma soif j’affichai un léger sourire avant de lui répondre. L’accord que nous venions de passer ne changeait en rien à sa nature d’humaine aussi je n’avais aucune confiance en elle. C’est pourquoi je décidai de ne pas apporter de précision à la nature de ma boisson, à savoir s’il s’agissait de sang synthétique ou de vrai, par simple sécurité mais j’allai lui répondre tout de même.

L’alcool est autorisé Makayla, toute la différence est là. Toutefois même si je pourrais encore le faire, je respecte autant vos lois que celle édictées par notre Reine, c’est pourquoi je me contente de boire du sang synthétique, malgré son goût bien moindre. indiquai-je simplement sans en faire trop.

Alors qu’elle allait poursuivre, la victime du dealer avait repris conscience et tentait désormais de se relever. Au coup d’œil que me jeta l’humaine je compris sans peine qu’elle attendait que je couvre ses arrières tandis qu’elle comptait certainement interroger le troisième personnage. De par son statut d’agent de la PES je la laissai faire tout en gardant un œil sur les deux semi-démons neutralisés. Je sortis tout de même mon smartphone pour y voir l’heure, ce dernier éclairant mon visage d’un teint ianthin. J’espérais que ses collègues n’allaient pas tarder afin que je puisse m’en aller retourner vaquer à mes affaires, fort d’une nouvelle alliance permanente, du moins tant que nécessaire. En attendant l’arrivée de ses camarades je l’écoutai interroger celui qui s’était à présent mis debout.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]    Jeu 23 Mai - 17:14

    Nous venions de former une sorte de contrat synallagmatique, enfin par oral, il n'y avait rien de signer. Je restais persuadé que dès qu'il n'aurait plus besoin de moi ce contrat, cet accord sauterait comme s'il s'agissait de sa pénultième chemise. J'avais pleinement conscience de cela à vrai dire, mais je le faisais en parfaite connaissance de cause. Il me jetterait comme une vieille chaussette qu'il trouverait superfétatoire, superflu, dont il n'aurait plus besoin. Il voulait donc se venger de Mc Borough, un jour ou l'autre, il ne lui plaisait pas. Soit, cela ne me dérangeait pas plus que cela, il avait raison après tout, Philipp devrait payer un jour ou l'autre pour son fardeau qu'il portait chaque jour. Il savait que mon supérieur avait de nombreux alliés qui lui permettait d'être en quelques sortes immunisé. Il n'était pourtant pas tout puissant et si jamais je décidais de le faire tomber, il tomberait. Evidemment, je n'en avais pas l'intention, mais si jamais je sentais le coup fourré venir de trop loin, je me préparerais en conséquence. Il se peut qu'à un moment ou un autre je devienne peut être trop gênante et qu'il décide malencontreusement de me supprimer. Je venais d'entrer à la PES, donc ce jour n'arriverait pas tout de suite, mais je restais persuadée qu'il arriverait à un moment ou un autre !

    " Je ne peux rien promettre sur l'étincelle, mais je suis sûre que tu arriveras à tes fins le concernant, tu es assez doué pour cela. "

    Puis il sortait son Tru-Blood qu'il but à une vitesse folle, il avait vraiment soif. Enfin, je préférais ça à ce qu'il se serve directement au niveau de ma nuque. Il ne s'y amuserait pas, j'en étais persuadée, surtout connaissant mon statut d'agent de la PES à présent, mais cela ne l’empêchait pas de boire ce sang si précieux pour lui mais pourtant interdit. Il ne m'avoua pas la véritable nature de ce qu'il venait de boire mais je m'en fichais un peu à vrai dire, je n'irais pas le coffrer pour ça, je n'en avais aucun intérêt. Le 3ème type essaya donc de se relever, j'allais pouvoir lui poser quelques questions.

    " Bon alors, qu'est ce que vous foutiez dans le coin pour jouer avec ces deux zigotos ? En plein milieu de la nuit, et nul part, j'ai des doutes à émettre je vous écoute. "

    Oui, ne connaissant rien de lui et étant à priori sans ressource, je me montrais sympathique avec lui. Je recevais à ce moment là un sms m'indiquant que les renforts se trouvaient à hauteur de ma moto, ils ne tarderaient donc plus vraiment. Si Julien tendait un peu l'oreille il devait entendre tout ce qu'il fallait. Je ne doutais pas qu'il ne resterait pas trop dans le coin une fois que mes collègues seraient là, il devait avoir d'autres choses à faire vu qu'il venait de regarder discrètement l'heure.

    " J'ai rien à vous dire. J'ai encore le droit de faire ce que je veux, non ? "

    Au vue de sa réponse, je bandais mon arc immédiatement, il ne semblait pas être du genre à coopérer et ça tombait mal, car il le fallait absolument. Son regard était devenu d'un seul coup mauvais.

    " Et bien, je vais le redemander gentiment. Qu'est ce que tu foutais là cette nuit ? Je ne sais pas si tu vois tes collègues là, ou peu importe ce qu'ils sont pour toi, mais je peux te mettre dans le même état, ça ne me dérange pas une seul seconde. "

    Il ne semblait toujours pas décider malgré mes menaces. Il me fit un doigt d'honneur avant de donner un grand coup dans la terre créant une mini secousse. Je ne savais pas trop ce qu'il pouvait faire, mais je dégainais une flèche rapidement dans son épaule. Je n'avais pas réussi à viser mieux, étant légèrement déstabilisée. Je lui clouais alors les mains au sol pour qu'il ne puisse pas bouger. Il poussa un râle de gémissement à son tour. Qu'est ce que je détestais ces semi-démons qui se croyaient plus intelligents les uns que les autres, c'était officiel. J'entendis alors des bruits de pas non loin de ma position. Il y avait 4 personnes, logiquement les renforts mais je bandais mon arc en direction des bruits avant de constater effectivement que c'était mes collègues qui arrivaient. Je ne regardais plus Guillemaud, pour moi, c'était comme s'il était déjà partie.

    " Bonsoir les enfants. On a trois semi-démons aussi débiles que leurs plantes des pieds. J'ai du user de la force pour les maîtriser. Ils sont pour le moment hors jeu, mais faites attention. Faut les ramener en vie à Mc Borough, on pourra sans doute leur tirer les vers du nez. "

    Je n'étais pas venue ici pour m'amuser avec trois semi-démons à la base, mais ils avaient été là. Je les avais appréhendé, et nous allions pouvoir les emmener au QG de la brigade. Je ne faisais pas cela depuis longtemps mais j'aimais déjà énormément mon métier. J'injectais donc un somnifère au niveau de la nuque de chaque semi-démon, histoire d'être que mes collègues soient tranquilles sur le trajet. Il était assez tard, nous étions au plein milieu de la nuit, je n'avais pas la place de ramener ces trois êtres sur ma moto. Je leur laissais donc la place. Après l'action, j'avais besoin de réconfort, autrement dit, j'allais à présent dormir. Je récupérais mes flèches néanmoins, mon carquois ne se remplissait pas de façon indéfini. En partant, je jetais un oeil derrière moi. L'un des semi-démon souffrait de stéatopyge, ces fesses étaient simplement énorme, je ne l'avais pas remarqué. Je riais toute seule à cette observation, je pourrais appuyé la dessus lors de l'interrogatoire que je mènerais. Je passais un appel à Mc Borough, peut être voudrait-il poser quelques questions à ces messieurs.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]    Jeu 23 Mai - 17:45


C’est non sans sourire que j’écoutai la réponse aconchée de l’humaine. Je ne savais si ses paroles étaient d’une mielleuse flatterie ou bien si elle le pensait réellement mais toujours est-il que je lui répondis par le masque de la reconnaissance modeste. Ne reprenant pas la parole je me contentai de l’observer interroger le troisième homme, encore un semi-démon à ce qu’il semblerait.

Décidément l’espèce surnaturelle désignée par tous comme ennemi public numéro une était achancrie par la stupidité de ses membres. Cette conclusion se fit d’elle-même dans mon esprit lorsqu’il décida d’envoyer paître Makayla. Cette dernière ne se fit pas prier pour réagir et neutralisa l’homme plus ou moins de la même manière que ses deux autres congénères. Ces trois individus n’étaient pas zains d’une certaine défaillance en matière de jugement. A leur place j’aurai pris conscience de la situation et aurait tenté d’en tirer le meilleur parti au lieu d’émettre de vaines bravades sans vigueur.

Le son de plusieurs personnes en train de courir à bonne distance de nous m’indiqua que les collègues de la femme devaient être sur le point d’arriver, aussi décidai-je de me fondre dans les ombres de la nuit pour quitter le parc et ses nouveaux visiteurs. Il commençait à y avoir trop d’humains de la PES à mon goût et la soif commençait à me tenailler sérieusement. Je décidai donc de me mettre en chemin pour rejoindre mon logement d’Edimbourg et plus précisément sa cave où je pourrai à loisirs étancher ma soif de sang et de violence en prenant plaisir à l’avulsion des yeux de ma victime que j’aurai attrapé en chemin. Pourquoi lui infliger une telle torture ? Par pur plaisir de la souffrance infligée. Puis après avoir liquéfié le cadavre vide de sang je retournerai à Glasgow.

Je devais m’entretenir avec Shane, ma Pomme, au sujet d’une affaire épineuse qui semblait peser sur elle. Un policier, ne travaillant pas pour la pes du moins officiellement, avait décidé d’enquêter sur elle, ou plutôt sur le « suicide » de l’un de ses anciens concurrents. Suivant mes recommandations à la lettre pour liquider quelqu’un elle n’avait laissé aucune trace cependant mieux valait faire un point avec elle au cas où ce fonctionnaire se montrerait trop curieux. Au pire une simple utilisation de mon don hypnotique pourrait le convaincre de « perdre » son dossier au sujet de cette enquête ou encore de mettre hors de cause Shane.

Outre ceci j’avais aussi à réfléchir à mon partenariat que j’avais conclu avec Jana, ma future épouse, si tant est que Krystel nous donne son accord pour cette union purement stratégique et politique des deux parts. Je présentais déjà que la convaincre ne serait pas une mince affaire et comptait bien sur l’ex-épouse de William pour persuader sa mère des avantages d’une telle union pour notre espèce comme pour sa fille. Les Années Sanglantes n’avaient été qu’un contretemps dans mes plans, aussi biens ceux pour servir mes Maîtres que pour mon ascension au sein de notre espèce.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]    

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Est ce vraiment des retrouvailles ? [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coktails et retrouvailles [Livre 1 - Terminé]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Alentours :: Holyrood Park
-
Sauter vers: