AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Et si ce n'était pas une nuit si ordinaire que ça ? [Livre 1 - Terminé]
MessageSujet: Et si ce n'était pas une nuit si ordinaire que ça ? [Livre 1 - Terminé]   Jeu 20 Sep - 13:54

    Ainsi j'étais tombé en quelques sortes sur l'exception qui confirme la règle si je comprends bien, c'est ça ? Avec Belle, ils faisaient donc bien la paire si je ne me suis pas trompé. Avais-je de la chance ? Si l'on veut oui, je pouvais considérer que j'avais de la chance d'être tombée sur de "bons" vampires. Je dis bon parce que finalement, est ce que nous sommes nous les humains vraiment bons ou vraiment mauvais ? Non avons tous nos côtés, les meilleurs, comme les pires. Donc si je croisais quelqu'un qui n'a pas trop envie d'en raconter sur sa vie, c'est que c'est un vampire ? Un peu facile comme raccourci quand même, il me faudrait vérifier ce qu'il m'avait dit avant d'en arriver à cette conclusion. Cependant, si Belle l'avait fait venir alors qu'ils ne s'étaient pas vus depuis plusieurs décennies, c'est que la guerre allait peut être se déclarer au sein même des vampires, ce qui pourrait être un cauchemar pour tout le monde, mais peut être que j’extrapolais un peu trop, la situation n'était sans doute pas aussi critique que cela, quoique, on n'est jamais à l'abri d'une surprise, vous savez ! Si elle l'avait appelé c'était pour une grosse affaire, à moins simplement qu'elle doive se battre contre des vampires encore plus vieux, et donc plus fort qu'elle, ce qui ne serait pas impossible non plus. Mais dans ce cas là, pourquoi faire appel à un petit jeune si elle doit se battre contre des peaux encore plus desséchées que les leurs ? Je ne savais pas trop, mais peut être qu'il fallait mieux que je ne sache pas, ça vaudrait mieux pour moi. Ma curiosité était piquée au vif quoiqu'il arrive, je lui en parlerais dès que je la croiserais, si la situation s'il prêtait évidemment.

    Il me dit ensuite qu'il était désolé mais qu'il ne pouvait pas voir Belle pour le moment. Mais justement, je n'avais pas l'intention de faire l'entremetteuse pour le coup. Je la rencontrerais personnellement, elle était mon amie donc je la voyais dès que j'avais envie et que nos emplois du temps pouvaient correspondre évidemment. Il me demanda alors ce que je voulais faire car l'heure de fermeture était bientôt là. Rentrer chez moi ou ne pas rentrer chez moi, telle était donc la question. Je n'avais même plus sommeil, alors autant passer un peu de temps avec lui puisqu'il me le proposait gentiment, non ? Après tout, il était l'exception qui confirmait la règle, non ? Donc je ne craignais pas grand chose, surtout que mon groupe sanguin n'était pas le bon, alors je resterais en vie. William se mit à ranger son comptoir et à faire un brin de nettoyage pour que son collègue puisse fermer tranquillement d'ici quelques minutes. Il m'attrapa alors par l'épaule en souriant me disant que la nuit ne faisait que commencer. Je me demandais bien ce qu'il pouvait sous entendre par là mais je le croyais tout à fait. Nous sortions donc du bar, en direction de son appartement qui semblait se trouver non loin de là. Je marchais donc à ces côtés, je ne savais pas trop où j'allais mais nous avons mis à peine 2 minutes pour nous rendre chez lui. Qu'allait-il me dire, qu'allait-il faire ? Me présenterai-il des amis ? Vivait-il seul ? Où dormait-il ? Dans un lit peut être ? A moins que ce ne soit dans une baignoire ou une autre chose ? J'aurais bien vite la réponse à cette question, il me ferrait sans doute visiter l'appartement en arrivant. En plus, j'avais envie d'aller aux toilettes ...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et si ce n'était pas une nuit si ordinaire que ça ? [Livre 1 - Terminé]   Sam 22 Sep - 23:56

Alors que William pensait rentrer bien tranquillement après une journée de travail, enfin une nuit, il se retrouvait avec une demoiselle à ses cotés qui pouvait avoir l'age de sa sœur. S'il avait beaucoup appris d'elle et notamment de sa vie basée sur des mensonges, la jeune Makayla n'était pas en reste non plus. En effet Drake avait sans le vouloir chamboulé toutes les pensées de la jeune femme, ce qui devait être dur pour elle mais ça il ne pouvait pas le savoir. N'empêche que si la jolie brune semblait pour le vampire une personne normale aux premiers abords, le flibustier a pu la connaître d'avantage et ainsi la classer dans les gens qu'il respecte. Ce qui intéressa le suceur de sang dans Makayla c'est qu'elle n'hésitait pas à poser des questions sans se soucier des conséquences, enfin bien que des questions restent des questions mais sait-on jamais avec les vampires. Il faut dire que jusque là elle devait avoir beaucoup de chance avec les vampires car si elle a rencontré Belle et qu'elle est amie avec, c'est qu'elle arrive à côtoyer des vampires sympathiques. Sacré Renarde... Le vieux loup de mer avait maintenant la certitude qu'il ne s'était pas trompé de ville, la blondinette était donc dans Glasgow. Allez savoir pourquoi cette ville, mais pour le moment il ne peut pas lui demander, ce qui l'importe vraiment c'est bien la tournure que va prendre l'after chez lui, car la jeune femme voudra encore poser pas mal de questions, hors il se doit de rester discret tout de même. En effet pour un vampire il en a beaucoup trop dit déjà. Rien que le fat de parler de Belle est normalement un sujet tabou pour lui, car il ne veut pas se mettre en danger et la mettre en danger. En plus elle lui rappelle des mauvais et bons souvenirs, c'est dur de faire le tri pour le pirate. En parlant de pirate, le jeune blondinet avait dans sa poche la roulée magique de son époque, sacré mère nature quand on te fume tu nous donnes des hallucinations. En marchant dans la rue au coté de Makay il s'alluma ce dit pétard puis il commença à tirer dessus. Bien sur étant vampire la fumée ne lui fait rien mais les avantages de l'herbe fonctionne toujours sur son cerveau. C'était l'un des bons coté dans la vie d'un vampire au final, fumer sans ce soucier de ses poumons. Le jeune homme tira quelques lattes dessus avant de l'éteindre et de le remettre dans sa poche. Il ne le proposa pas à la jolie brune tout simplement parce qu'il préférait attendre d'être chez lui avant de proposer à boire ou à fumer.

Après ce qui semblait être une dizaine de minute ils arrivèrent au pied de l'immeuble de Drake. Son appartement se situant non loin de son lieu de travail est pratique lorsqu'il s'agit de partir à la dernière minute. En plus le coin est légèrement plus tranquille car tout les bars du quartier se situe dans les artères principales et lui est un peu excentré. La bâtisse est un immeuble de type Hausmannien qui s'accorde parfaitement avec les autres bâtis du secteur. La brique rouge fait ressortir le côté pittoresque et ancien du lieu, malgré que des structures modernes comme le parking en bas de son immeuble soit présent. L'immeuble a deux ouvertures dont une donne sur une arrière cour qui est commune avec d'autres immeubles. Concernant l'autre entrée, elle donne sur la rue et pour la franchir il faut monter un escalier qui donne sur un couloir qui sert de hall. William habite au deuxième étage de cet immeuble qui en comporte trois plus une habitation sous le plafond comme cela se faisait à l'époque. Bien sur de nos jours ce n'est plus une chambre de bonne mais une habitation comme les autres. Bien que dénoué d'ascenseur, il n'est pas difficile d'atteindre le dernier étage. D'ailleurs le pirate et son amie d'un soir montèrent dans les escaliers jusqu'à atteindre le deuxième étage et trouver une porte indiquant numéro 7. Ce fameux numéro suivra le pirate tout au long de sa vie et qui sait jusqu'à sa mort. Mais ce qui lui semblait louche c'est qu'avec deux logements par étage, comment avoir un numéro 7 au deuxième. La réponse est qu'il y a trois biens au rez de chaussée, ce qui nuit à la symétrie du lieu, ce qui avait pour fâcheuse habitude de déplaire à Drake. Ouvrant les deux verrous qui composaient la porte, il ouvrit cette dernière. Le jeune homme et son amie se retrouvèrent directement dans un salon avec cuisine sur le coté. Si la cuisine semble moderne, le salon quand à lui rappelle plus la bonne époque. En effet le tonneau en guise de table, le hamac au plafond ou le coffre à trésor d'époque rappelaient son origine de pirate. D'ailleurs le coffre pouvait servir de fauteuil. Avec cela il avait deux canapés en cuir et une télévision dernier cris. La seule chose qui devait être moderne dans tout ce ramassis de détritus. Juste à coté de la cuisine qui se trouve dans un renfoncement se trouve une porte donnant dans la salle de bain. Cette dernière est plutôt classique avec toilette, cabine de douche et lavabo. Enfin dernier point important dans ce logement, il s'agit du placard dans le seul angle que l'on voit pas lors de l'ouverture de la porte. En effet dans ce placard qui pourrait s'apparenter à un dressing se trouve un cercueil de fortune dans lequel il dort la nuit. Bien sur pour qu'il soit plus confortable il a ajouté un oreiller et une couverture. Pour dormir rien de plus simple, le flibustier a juste à poser le cercueil dans le salon et à fermer les volés. Tout en entrant dans ce fameux salon, il indiqua à la jeune femme de s'asseoir et lui dit

Si tu veux t'asseoir ? Sinon tu veux quelque chose à boire ?

Le jeune homme se dirigea vers son frigo et sorti de ce dernier du True Blood et une bouteille de jus d'orange. Il prit également un verre et posa le tout sur le tonneau. Il remplit le verre de la demoiselle et il lui répond

J’espère que du jus d'orange te vas car je n'ai que ça pour les non vampires... Sinon j'aimerai savoir, pourquoi tu as accepté de venir, car je dois t'avouer que ça m'intrigue un peu.

Dit-il en ouvrant sa bouteille de True Blood et en avalant le contenu lentement.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et si ce n'était pas une nuit si ordinaire que ça ? [Livre 1 - Terminé]   Mar 9 Oct - 22:55

    [HJ : Désolé du retard, je pensais pas que ça faisait autant de temps Oo, bref, désolé encore ]

    Pourquoi j'étais venu ici ? Pourquoi avais-je acceptée de me rendre dans son appartement ? C'était une bonne question mais je crois bien que j'étais prête à tout après ce qu'il m'avait dit. Et puis, il était déjà tard, demain, enfin, je n'étais pas obligé de me lever tôt de la journée donc une heure de sommeil en plus ou en moins, ça ne changeait rien à mon affaire. J'en savais un peu sur lui et il en savait un peu sur moi, nous avions fait un échange de bon procédé. Il était ici pour une raison qui lui était à moitié inconnue, nouvelle ville donc, nouvelles connaissances à faire, un petit chamboulement dans sa vie de 300 petites années. Pour moi, le changement avait été plus brutal, et différent. Mais de ce côté là, nous nous ressemblions, nous partions en quelques sortes sur de nouvelles bases, encore très fragile pour ma part. Je le suivais, mais étais-ce une bonne idée ? Je crois que je ne me suis même pas posé la question à ce moment là. J'aurais peut être dû mais entre la fatigue, les nouvelles informations que j'avais reçu, mon cerveau travaillait beaucoup dans le vague, dans le vide. J'avais encore tout un tas de questions à poser à ce vieux briscard, mais une fois là-bas, peut être que je les aurais oubliées, ou alors que je n'aurais plus envie de les poser, que j'aurais juste envie d'observer l'appartement d'un vampire. Sur le chemin, il alluma une cigarette roulée manuellement, en tira une latte puis la reposa dans sa poche. Etrange procédé mais ceci ne semblait pas être du simple tabac, à première vue. Quelques choses donc que je n'avais probablement pas testé, ou alors peut être simplement dans certaines tributs d'Afrique ou indienne. Je ne me posais pas la question, peut être qu'il me ferait essayé tout à l'heure, ou pas. Sans doute y avait-il une part d'égoïsme en lui peut être. Nous avons donc marché quelques minutes, c'était assez bref, mais ça aurait pu quand même duré un quart d'heure comme seulement 5 minutes, je ne saurais vous dire. Il était un peu en retrait par rapport à toute l'animation qu'il y avait dans le coin. Il habitait au deuxième étage d'un immeuble, à l'appartement numéro 7 apparemment puisqu'il ouvrit la porte. Je me posais la question de savoir s'il était à lui ou pas, car peut être squattait-il cet appartement. Je ne sais pas pas pourquoi je me le suis demandé.

    Nous étions donc à présent à l'intérieur. J'observais son salon qui me fit avoir un sourire. Le tonneau et le coffre à trésor devait être des souvenirs qui remontaient à sa vie avant qu'il ne devienne vampire. Il semblait bien être un pirate. Il me demanda donc si je voulais m'asseoir et je voulais quelques choses à boire. Ma foi, ce ne serait pas de refus, même si je n'avais pas tellement soif. Un verra d'eau m'aurait suffit. Il ouvrit alors son frigo pour en sortir du jus d'orange. Un peu de vitamine C me donnerait du peps, enfin si on veut. Puis, il me demanda pourquoi j'avais accepté de venir à son appartement.

    " Du jus d'orange, ça sera parfait. Sinon, et bien pourquoi aurais-je refusé une si belle invitation ? Au passage, j'aime bien la déco pirate du salon, des souvenirs de ta vie ? "

    Je répondais à sa question par une autre question, sans vraiment le faire exprès. Mais la décoration de la pièce me faisait m'imaginer voguer sur les mers à la recherche du trésor.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et si ce n'était pas une nuit si ordinaire que ça ? [Livre 1 - Terminé]   Jeu 11 Oct - 22:36

La vieux loup de mer proposa un verre de jus d'orange à la jeune demoiselle qu'il avait amené et cette dernière l'accepta sans hésitation. Elle ajouta d'ailleurs qu'elle n'aurait jamais pu refuser une telle invitation, peut-être parce que le pirate avait su se montrer gentleman avec la jolie brune, ou tout simplement qu'il ne l'avait pas mangé alors que le flibustiers avait largement eu l'occasion de le faire. En même temps l'âge l'avait sûrement ramollis, mais il n'était plus prêt à manger des jolies jeunes femmes et apparemment Makayla en faisait partie. Alors qu'il se demandait ce qu'il pourrait bien raconter à la jeune fille, elle lança la discutions en parlant de la décoration intérieure du vieux vampire. Vraisemblablement, ce qui l'interpella était la nature ancienne de l'intérieur, mais il semblerait que malgré tout la simple humaine soit sensible à ce type de lieu. Elle lui demanda s'il s'agissait de souvenirs du bon vieux temps. Drake aimait bien sa manie à s’intéresser à sa petite nature et à tout se qui l'entoure, du coup il bu son True Blood cul-sec et il se mit à dire à la jeune femme

Ouer les souvenirs du bon vieux temps, je peux te raconter l'histoire du tonneau juste devant toi ou encore celle du coffre ici présent (en le désignant). Par contre je te préviens de suite que les histoires concernant ses objets ne sont accessibles aux âmes sensibles.

Il préféra demander à la demoiselle avant de se lancer dans un monologue, de peur de l’énerver. Essayant de trouver un sujet de conversation, il se demandait bien ce qu'il pourrait dire. Tout un tas de propos lui traversait l'esprit comme ses impressions vis à vis des vampires, sa vie en tant qu'humaine etc. Mais alors que toutes ses idées chamboulaient son esprit, William se remit à penser à ce que Makayla lui avait dit quand au fait qu'elle connaissait la Renarde. Rien que ce nom avait tendance à l'énerver, mais bizarrement elle aimait aussi en parler car après tout il n'était pas forcement insensible à son charme. Les sentiments qu'il éprouvait vis à vis de la jolie blonde sont incertains. D'un côté il la haïssais vraiment pour la raclée que cette dernière lui avait mise, mais de l'autre il l'aimait bien au même titre qu'une sœur ou une mère car elle lui avait appris l'essentiel de ce qu'il savait en tant que vampire. Grâce à la Hippie il apprit notamment à ne plus se nourrir exclusivement d'humain ou alors à ne pas les tuer lorsqu'il buvait de leur divin breuvage. Pour elle, comme pour quelques autres vampires, l'être humain était sur le même pied d'égalité que le vampire. Ces propos semblaient bien futiles pour des vampires bien placés comme le roi par exemple. Pour arriver où il était il avait nécessairement dû tuer de ses congénères et manger un bon nombre d'humain. D'un côté il enviait Augustus car il représentait la réussite même du vampire et la classe incarnée, de l'autre il ne l'aimait pas trop car il devait être trop vantard, sans doute comme la majeure partie de la famille royale. Quoi qu'il en soit l'anglais avait en face de lui une jolie fille qui représentait un lien important pour Belle et il voulait essayer de lui soutirer des informations. Pour cela il regarda son invitée puis il lui dit

Que peux tu me dire de Belle, car ça fait un moment et j'aimerai savoir si elle est toujours comme auparavant... Vous êtes vraiment des amies proches, car si c'est le cas elle sait bien s'entourer la blondasse !

Dit-il pour passer pour l'homme macho, même si avec le temps il s'était ramollis. Ce qui l’intéressait maintenant c'était d'en savoir plus sur l'Angeline et notamment trouver sa localisation. Cependant il n'oubliait pas non plus son invitée. Alors qu'il attendait la réponse de la jeune femme, il ressorti sa roulée magique qu'il alluma. Le pirate tira trois lattes dessus avant de regarder sa comparse avec des petits yeux tout en lui disant

Tu veux goûter la roulée magique de Tonton Drake, c'est à base d'herbe naturelle, une vraie clope de pirates !

Ajouta-t-il avant de tendre la roulée vers la demoiselle. Will se demandait bien si la lady allait accepter sa proposition, sachant que beaucoup de celles qu'il avait rencontré auparavant n'aimait pas les produits de mère nature.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et si ce n'était pas une nuit si ordinaire que ça ? [Livre 1 - Terminé]   Ven 12 Oct - 22:56

    Un verre de jus d'orange m'irait très bien après l'alcool que j'avais pu boire jusqu'ici. Je n'étais pas soûle mais je sentais que j'avais une dose suffisamment élevée. Ma limite n'était pas atteinte, mais elle n'était pas très loin quand même, enfin depuis une heure, j'avais du évacué un peu de ce fameux whisky. Bref, j'entrais donc chez lui et tout de suite je remarquais cette décoration d'un autre temps. J'aimais cette décoration, elle faisait tellement authentique, que je n'ai pas pu m'empêcher de lui demander si effectivement cela représentait de vieilles reliques. Et il me le confirma très vite. Il me proposa de me raconter leurs histoires respectives, histoires qui n'étaient pas pour les âmes sensibles. Mais je ne crois pas être trop sensible à ce niveau quand même.

    " J'ai déjà entendu et vu des choses pas très catholiques, donc je pense que je peux entendre l'histoire de cette barrique et de ce coffre ! Si tu le veux bien, je suis toute ouïe ! "

    Il allait donc me raconter une histoire certainement sordide avec des meurtres, du sexe, de la violence quoi, une partie de sa vie que je ne connais pas mais qui doit être vraiment sympathique à entendre. Il aurait presque fallu qu'on se retrouve sur une plage en bord de mer avec un petit feu de camps pour l'ambiance, ça aurait été marrant mais nous étions chez lui. Il venait de boire son Tru Blood d'un coup, j'allais savourer mon jus d'orange, enfin le boire doucement quoi. Il me manquerait peut être un peu de pop corn. Enfin, je verrais ce qu'il me raconte. Il restait cependant accroché à l'idée d'en savoir plus sur Belle. Elle était la raison de sa venue en ville, et il ne l'avait pas encore vue, donc c'était un peu normal. Il voulait savoir si elle était comme avant.

    " Je ne sais pas comment elle était avant, je n'ai pas de moyens de comparaison mais c'est une chic fille, très gentille, qui sait s'amuser. C'est comme ça que nous nous sommes rencontrées d'ailleurs, un vendredi soir ou quelques choses comme ça en boite de nuit. Entre blondes on a sympathisé et nous nous sommes par la suite croisées assez souvent. On a souvent discuté de pleins de trucs, elle m'a avoué être une vampire mais ça ne m'a pas choqué plus que ça tu vois. Elle est en ville depuis quelques temps déjà, je ne saurais te dire exactement depuis combien de temps, mais quelques années sans doute. Je ne sais pas ce que je pourrais te dire de plus. Tu aimerais savoir quoi ? "

    Il ressortit alors son joint de sa poche et en tira quelques bouffées dessus. Et il m'en proposa. Il s'appela tonton Drake, ce qui me fit sourire. Il me prenait donc un peu comme si j'étais sa nièce, c'était qu'il devait vraiment bien m'apprécier en si peu de temps finalement. Il me disait donc que c'était à base d'herbes naturelles. Qu'est ce qu'il y avait là dedans ? En tout cas, il n'attendait pas ma réponse, et me tendait déjà la roulée comme il disait. Je la prenais dans mes doigts et en tirait une latte moi aussi.

    " C'est de la bonne on dirait. Je me souviens que j'ai été initié à ce genre de roulée en Papouasie Nouvelle Guinée lors de mon voyage autour du monde. Dans une petite tribut de l'île, un chef m'a fait découvrir ça, il m'a dit que ça m’apaiserait grandement, que ça ressourcerait mon esprit fatigué du long voyage que j'avais pu faire. Et en effet, j'étais stone après en avoir fumée. Il s'était bien gardé de me dire que cela provoquait des sortes d'hallucinations. Enfin, je l'ai déduit seule après les effets dissipés car, j'ai pu voir des éléphants roses, ainsi que des gazelles vertes. Mon guide qui était avec moi, avait pris une vidéo de moi pour m'en faire un souvenir à ce moment là. Je ne l'ai pas sur moi, mais, ça se vois que je ne suis pas tout à fait moi-même. Je ne sais plus de quoi elle était composé cette clope magique comme il m'avait dit, mais ça m'avait bien fait planée. Y'a quoi dans c'te roulée chef ? "

    Ca y est, je commençais à parler un peu bizarrement. Pourquoi est ce que je l'avais appelé chef ? Sans doute les effets de la roulée magique sur mon esprit. Mais ça n'en serait que plus drôle par la suite. Mon corps n'était plus habitué à fumer ce genre de chose. La dernière fois que j'avais fumé quelques choses du même genre remonte au moins à 4 ans me semble-t-il ...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et si ce n'était pas une nuit si ordinaire que ça ? [Livre 1 - Terminé]   Jeu 18 Oct - 11:47

William souhaitait attendre la réponse de son amie d'une nuit ou plus avant de raconter ses histoires, aprés tout il avait peur qu'elle soit une petite nature. Sa réponse le soulagea, puis le vampire s'exclama avant de raconter son histoire.

Une vraie dure à ce que je vois ! Bon très bien je commence par le coffre... Un jour avec mon équipage, alors que l'on buvait tranquillement et que l'on profitait de Marie-Jeanne, nous avons croisé un bateau ennemie. Comment sait-on que c'est un ennemi, c'est simple tout ceux qui ne sont pas de notre navire sont des ennemies... Bref quoi qu'il en soit nous avons accosté la barque ennemie puis nous nous sommes lancé dans une lutte acharnée. Ce jour là j'ai vu une demie dizaine de mes camarades mourir à mes cotés ce qui fait que l'on a du lancé un bon nombre de cadavres par dessus bord pour éviter toute maladie. Pour ma part je me suis battu tout d'abord contre un homme qui faisait deux fois ma taille et mon poids, mais bizarrement il a arrêté de me frapper lorsque sa jambe s'arracha avec la lame de ma rapière. Je me rappellerai toujours de cette scène car j'ai bien ris pendant au moins une dizaine de minutes. Vient ensuite deux pigmés qui se sont mit à me sauter dessus puis à me frapper. Ne sachant quoi faire, j'ai pris celui qui se tenait sur moi et je l'ai lancé par dessus bord, quand à son acolyte disons simplement que je l'ai écrasé de ma bottine. S'en suis alors une aventure de malade, l'équipage adversaire voulu battre retraite décide de s'en aller et bien sur en bon samaritain je préviens mon capitaine avant de courir et de sauter de mon bateau au leur... Je peux te dire que les pirates sont les ancêtres de ceux qui font du Parkour de nos jours. N'étant plus beaucoup sur l'équipage je décidais donc de m'occuper d'eux mais leur capitaine semblait bien trop attaché à son coffre... Le Captain Smoke on l'appelait sur son bateau, toujours un cigare dans la bouche et crachant sa fumée sur tout le monde, il avait des cheveux bien long, complètement ridé, je dirais que Danny Trejo lui ressemblait vachement. Se battant avec deux machettes, il a osé laissé des marque sur mon si joli cours, ce qui a eu tendance à me mettre en rage... Sans réfléchir je me mis à le frapper puis lorsque je vis qu'il était plus faible et qu'il tenait fermement son trésor, je lui coupa la main et m'accapara de son bien avant de partir. Et oui petite je sais parfois être clément, même à cette époque ! Sinon pour le tonneau je dirai que son histoire est plutôt basique, juste qu'il a était témoin de nombreux viols et massacres de ma part, mais bon ce sont des détails qui appartiennent au passé, je veux pas que tu te fasses de fausses idées sur moi... Surtout que j'aurai pu te raconter des histoires de fesses, mais apparemment c'est mal vu d'en parler, enfin de s'en vanter.


En balançant tout un tas de choses sur sa vie, le flibustier se demandais comment la jeune demoiselle allait réagir. Si le vieux vampire semblait sympathique dans sa façon de raconter les choses, il restait tout de même crû, ce qui avait tendance à faire fuir les filles. Mais bon après tout c'est elle qui voulait connaître l'origine de ses objets et non le pirate qui l'a forcé. C'est alors que s'engagea la conversation fatidique sur Belle. Bien qu'il n'avait pas trop envie d'avoir de nouvelle de la Renarde après ce qu'elle lui avait fait, il resta tout de même en bon terme avec, alors il souhaitait en savoir plus sur elle. En même temps pour une blondinette elle est pas si mal, alors autant la garder dans son collimateur, surtout qu'elle ne vieillira jamais, l'avantage d'être un suceur de sang. La jolie brune lui déballa alors tout ce qu'elle savait sur Belle et lui demanda ensuite si il voulais savoir quelque chose d'autre. Le premier réflexe qu'il eu était

C'est un bon coup au pieu ?


Mais bon sang pourquoi sortir ce genre de choses à une fille qui plus est ce trouve être l'amie de l'Angeline. Malgré le ton sérieux qu'il avait pu employer il espérait grandement qu'elle se mette à rigoler de la situation, qu'elle trouve le coté drôle de la chose. Mais apparemment elle lui laisserait pas le temps de tergiverser car il se trouvait qu'elle venait d'accepter la roulée magique de Drake, cette fameuse cigarette non pas à base de nicotine mais d'herbes naturelles qui produits des effets diverses sur l'organisme. Dans le jargon on appelle cette herbe de l'Amnésia, tout du moins il s'agit de la race que le vampire avait choisi de présenter à la lady. Après avoir tiré dessus, la jeune humaine commença à raconter ses histoires autours du monde et notamment la fois où un chef de tribus invita la demoiselle à fumer sur le calumet de la paix. Si seulement elle savait la vérité, ses tribus sont des junkies, tout comme les chamans et autres gourous, tout du moins c'est la vision des choses de Drake. D'ailleurs le vampire rigola un bon coup lorsque la femme parla du fait qu'elle avait vu des éléphants roses et gazelles vertes, il ne pu s'empêcher de lui dire

A mon avis ton chef de tribus a dû mettre autre chose que de l'herbe dans son calumet de la paix pour que tu es ses visions là !


Rigolant toujours, Makay déclara que le type avait omit de parler de la composition de sa clope magique, tiens il y a que les anciens qui parle de clopes ou roulées magique. Ce qui interpella le plus William, c'était le fait que l’aventurière appela le vampire « chef ». Depuis le début bien que sympathique elle semblait tout de même garder une certaine distance avec le vampire, mais apparemment le joint aurait brisé ses barrières puisqu'elle se mit à lui parler comme un vrai pote. Il lâcha un sourire puis il se posa à côté de la simple humaine tout en posant son bras sur son épaule et en tenant le joint de l'autre il dit

Ceci ma ptite, c'est du 100% naturel... Tu vois cette feuille vient de plantation respectant l'environnement, quand au tabac c'est un petit producteur au fin fond de l'Amérique Latine qui le fait. Quand à la matière principale que vous appelez Weed, elle provient de ce beau pays que l'on appelle la Hollande.


Pourquoi il se mettait à faire de la géographie en parlant d'un simple joint, il ne le savait pas mais c'était sans doute pour faire la discutions. Il se demandait maintenant comment la jeune femme allait réagir quand au fait que le vampire se soit rapproché.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et si ce n'était pas une nuit si ordinaire que ça ? [Livre 1 - Terminé]   Jeu 25 Oct - 18:39

    Il allait donc me raconter l'histoire violente de ce tonneau de vin et de ce coffre au trésor, des histoires de pirates que je n'avais pas vraiment l'habitude d'entendre. Je ne sais pas comment il allait rendre vivant le récit, mais je me voyais déjà en train de visualiser le récit du coffre, il aurait tué des dizaines de pirates pour l'avoir d'un bateau ennemi. Pour le tonneau, je le voyais bien l'avoir vider tout en couchant avec une jeune femme faisant payer ces services. Il commença donc par me raconter l'histoire du coffre aux trésors. Son récit était passionnant, j'en avais même fermer les yeux pour bien visualiser. Je voyais son bateau comme étant la Licorne de Rackham le Rouge, vous savez, l'album d'Hergé avec Tintin et toute la bande. Je visualisé William avec un chapeau arborant une belle plume bleue. Je ne sais pas si c'était la roulée magique qui faisait effet, mais ça me faisait sourire que de visualiser tout ça dans ma tête. Un véritable roman d'aventure, avec les canons. Je le voyais en train de faire le Tarzan avec sa corde en abordant le navire ennemi, plein de petites choses dans ce goût là qui relevait le récit. Il avait lutter contre Smoke en lui coupant la main pour récupérer le trésor et son contenu, un vrai barbare ce Drake. Quand à l'histoire du tonneau, il ne m'en dit pas énormément, simplement qu'il avait vu pas mal de viols et de massacres. Une vie de pirate, ce n'est pas une vie de bonne soeur, ça c'est clair, mais je ne m'attendais pas à autres choses quand il m'a dit que c'était assez cru. Il me dit que tout cela était néanmoins du passé, comme s'il avait définitivement tourné la page et que cela ne le représentait plus. D'un côté, je le pensais, il semblait vraiment avoir changé de comportement, il ne semblait plus être ce pirate sanguinaire qu'il fut à cette époque, un mal pour un bien donc ! Il me dit alors qu'il aurait pu me raconter des histoires de fesses mais qu'il ne voulait pas s'en vanter devant moi. Peu importe à vrai dire, ce n'est pas ce qui m'intéresse le plus. Je sais comment marche le sexe, je pratique !

    " Quel gentleman tu es. Laisser en vie ce pauvre Smoke manchot, ça s'est la classe. Et il y avait quoi dans ce coffre ? Des pièces d'or ? Non, parce que ça m'intrigue quand même ! Ton histoire est bien différente en tout cas de ce qui se passe sur le Black Pearl ! "

    Oui, je faisais référence au Pirate des Caraïbes, il devait avoir entendu parler de ce film. Je ne sais pas s'il reflétait bien une certaine réalité mais en tout cas ce n'était pas tout à fait pareil que ce qu'il venait de me raconter. La conversation était ensuite partie sur Belle, je lui disais ce que je savais et il me demanda alors si elle était un bon coup au lit. Là, je voyais tout son côté prédateur ressortir. Il le disait sur le ton de la plaisanterie, mais je savais qu'il aurait aimé le savoir. J'avais simplement échangé un baiser avec Belle un soir où j'étais dans un état second et encore, c'est elle qui me l'a dit parce que je n'en avais aucun souvenir mais je n'ai jamais couchée avec elle donc je ne peux pas répondre à cette question. Je le laisserais mijoter cependant, juste pour voir sa réaction.

    " Tu aimerais bien savoir, hein ! Je ne te le dirais pas !"

    Je me suis mise alors à siffler quelques notes comme pour lui dire que je savais mais que je ne lui dirais rien. Je ne sais pas comment il réagirait mais j'éclatais de rire juste après ça. Ouais, je suis comme ça qu'est ce que vous voulez ? J'acceptais ensuite son joint datant de 200 ans au moins. J'en tirais une latte, et je me mettais à lui raconter mon expérience des éléphants roses et des gazelles vertes. Il me dit alors que mon chef de tribut n'avait pas du mettre que de l'herbe verte dans sa roulée pour que j'ai des hallucinations de ce genre. Sans doute avait-il raison, l'herbe ne provoque pas d'hallucinations, ça vous fait juste planer un peu. Il s'approcha alors un peu de moi et m'expliqua que son joint venait de la planète entière !

    " Et bien, il a fait du chemin ton joint ! Un véritable globe trotter ! "

    Oui, je planais déjà à 10 000, alors ce que je disais n'avait pas tellement de sens, ou alors il fallait le prendre au 99ème degré, enfin, je suppose. Mais c'était quand même drôle. Cela faisait tellement longtemps que je n'avais pas ressentie cela.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et si ce n'était pas une nuit si ordinaire que ça ? [Livre 1 - Terminé]   Ven 26 Oct - 14:02

Une chose interpella le grand flibustier qu'était William Drake : C'était que Makayla semblait prendre tout ça aussi facilement. Elle avait encore plus de sagesse d'esprit que les humains lambda et peut-être autant que le pirate.D'ailleurs elle ajouta qu'il était gentleman d'avoir épargné la vie de Captain Smoke. Le vieux loup de mer éclata de rire et il lui dit

Pas sur que l'on est la même notion du classe... Si j'ai fais ça à vrai dire c'était pour le voir souffrir, mais apparemment il serait mort au moins un an après dans une autre bataille où j'étais pas. Tu vas sûrement me demander comment je le sais mais tout les pirates digne de ce nom s'informe sur leur rivaux.

La jolie brune lui demanda ensuite ce que ce trésor pouvait bien avoir. A vrai dire il y avait une très bonne récompense, mais rien avoir avec de l'or. Pour ne pas laisser la pauvre demoiselle dans l'ignorance il lui dit

Disons qu'il y avait de quoi faire des calumets de paix comme celui que tu avais goûté en Papouasie, mais pour au moins six mois. Smoke était connu pour son célèbre trésor qu'il avait volé à des cubains et des hollandais.

Ajouta-t-il naturellement. Elle lui parla ensuite de Pirates des Caraïbes et se demandait s'il s'agissait d'une bonne vision de la piraterie. Le flibustier rigola légèrement puis il déclara à son interlocutrice tout en souriant

Il y a quelques part de la piraterie, en effet ça nous arrivais d'avoir des gens aussi tarés que Jack Sparrow, mais par contre les tafioles comme William Turner, on les envoyait directement par dessus bord. Ce genre de type qui veut se prendre pour le chef et qui boit même pas une demi bouteille de rhum cul sec n'est pas digne d'être des nôtres... Et une femme sur un navire de vrais mâles, non mais quelle connerie, ça porte malheur la gente féminine sur un bateau pirate si bien que celles que l'on viol finissent par dessus bord ou sont rapidement déposé au quai. Quand au Hollandais volant j'ai crû le voir une fois en pleine nuit, mais j'avais sûrement dû fumer. Par contre j'ai deux amis de mon équipages qui m'ont confirmé qu'ils avaient vu le Kraken, après je sais pas combien de litres ils avaient bu, mais pour ma part je ne l'ai jamais vu.

Parler aussi précisément de la piraterie n'était pas une chose qu'il faisait, c'était d'ailleurs la première fois. Les seules personnes qui en savaient autant sur sa vie sont ses compagnons d'aventures, mais ils sont tous mort il y a deux siècles au moins. Quand elle mentionna le Black Pearl, Drake lui avoua que ce bateau était stylé par rapport au rafiot qu'il avait avec son équipage. Le Wonderland il s'appelait le bateau, sans doute du au fait que tout le monde était dans un état second une bonne partie de la journée, si bien que l'on s'imaginait tout un tas d'histoires et de créatures. Si seulement elle connaissait cela, la jolie brune prendrait le pirate pour un taré. En fait en faisant attention il s'était engagé dans un équipage d'alcoolique et de junkies, mais ça c'était que des détails, le fait est que cette bande de bras cassée a survécu en mer pendant une bonne trentaine d'années avant de se faire tuer par la colère de Poséidon. Pauvre équipage, la mort la moins glorieuse leur était tombé dessus. William avait pourtant essayait de retrouver les restes de leur bateaux dans les fond marins mais il n'a jamais réussis, peut-être qu'il n'avait pas le matériel adéquat. La conversation partie ensuite sur Belle et l'expression du visage de la demoiselle semblait vouloir dire qu'elle avait déjà expérimenté avec la Renarde, mais elle refusait de lui dire. Makayla lui avoua qu'il aimerait savoir et qu'elle ne lui dirait pas. Le suceur de sang explosa de rire, car sa réponse voulait tout dire. Il lui fit un clin d’œil et il lui dit

Pas de ça entre nous, on sait très bien que c'est un bon coup hein ? Par contre j'ai jamais eu le temps d'expérimenter avec elle, ça doit être marrant vu son âge.

Elle rigola avant de tirer sur la fameuse roulée. Sans doute dans un état second, elle lui dit sur le ton de l'humour que son joint avait fait le tour du monde. Le pirate souri puis en étant toujours à coté d'elle il lui dit 

Tout comme celle qui tire dessus ! Dis moi vu que tu es apparemment une globe trotter, tu as des histoires intéressante à me raconter, je sais pas un combat contre un ours, exploration d'un temple perdu ce genre de chose...

Lui dit-il comme pour en savoir plus sur elle. Drake savait que lui demander ça sur le ton de l'humour était une bonne solution, cependant l'histoire risquerait d'être longue vu que le joint venait de faire effet. C'était une véritable claque pour le vampire qui fit en sorte d'être bien assis au côté de la demoiselle, tout en lui tenant l'épaule.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et si ce n'était pas une nuit si ordinaire que ça ? [Livre 1 - Terminé]   Mer 7 Nov - 22:49

    La nuit que j'étais en train de passer était véritablement folle. Mon existence, du moins le cours de celle-ci allait à jamais être bouleversé. En effet, en quelques jours à peine, j'avais pris conscience que les vampires existaient et qu'en plus, je savais à présent les reconnaître, plus ou moins grâce à ce que William m'avait dit. Vous m'auriez dit ça, il y a une semaine, je ne vous aurez pas cru. J'avais à présent des raisons de continuer à m'entraîner à la boxe et au tir à l'arc, de très bonnes raisons. Pourtant, je ne devais pas perdre de vue mon innocence face à ces créatures. Je crois que jusqu'à présent cela m'avait porté chance, du moins, cela ne m'avait pas attirés plus d'ennuis que ça, car j'avais du en rencontrer des vampires durant les nuits de fêtes et tout cela, sans jamais me faire agresser, du moins, d'après mes souvenirs car la réalité était peut être différente ... Mais pour le moment, j'écoutais Drake parler de sa fabuleuse histoire et ça me faisait presque rire, en tout cas, j'avais un franc sourire, peut être dû également à sa roulée magique vieille de quelques années de plus que moi.

    Nous parlions donc du Capitaine Smoke qu'il avait épargné quelques années auparavant. C'était tout à son honneur même si apparemment son but était bien différent. Il lui avait coupé la main pour le voir souffrir, tout simplement, une autre idée du sadisme de l'époque. Peut être que le Smoke avait mis un crochet pour palier à sa main manquante, peut être que c'était lui le Capitaine Crochet dans Peter Pan. Je souriais à l'idée de penser cela. En tout cas, le dit capitaine semblait avoir définitivement péris dans une autre attaque, une année plus tard. Je ne sais pas comment il pouvait savoir cela s'il n'était pas présent mais c'était un truc de pirate apparemment. Le trésor de Smoke était donc un trésor qui n'était pas des pièces d'or mais de l'herbe, ou quelques choses comme ça qu'il avait pris à des cubains et des hollandais, de quoi avoir de la fumette pour un bout de temps. Cette herbe avait du être fumée par Drake et certains de ces amis sans doute, sauf si cette herbe était celle qui nous étions en train de fumer, maintenant, je ne le savais pas vraiment. Je lui parlais ensuite de ce qui faisait référence pour moi à la piraterie, le film Pirate des Caraïbes et apparemment, la réalité n'était pas tout à fait ainsi. Il me parla du kraken. Qu'est ce que c'est que ce machin ?

    " Le Kraken ? C'est quoi ça ? C'est un tuc version géante ? Un crackers version mastodonte ? Désolé, je dois être à côté de la plaque à mon avis. "

    Mais qu'est ce que je racontais moi. Je réalisais moi-même que je racontais absolument n'importe quoi. Comparé le Kraken à un crackers, non mais il faut le faire. Surtout qu'à l'époque cela ne pouvait pas exister. Je le ferrais sans doute rire une nouvelle fois, mais je crois que sa fumette faisait vraiment effet sur mon cerveau qui n'était plus habitué à ce genre de traitement. Bref, après la piraterie nous parlions à nouveau de Belle. Il n'avait donc jamais couchée avec elle, elle n'était pas une amie avec qui il avait partagé un peu de sexe, étonnant vu sa capacité à avoir de belles femmes pour lui selon ce qu'il avait pu sous-entendre. Mais, je n'avais rien d'autres à dire à son sujet, il en savait autant que moi. Il me demanda alors de lui raconter une histoire d'un de mes voyages, si je n'avais pas fait l'Indiana Jones en gros lors d'une visite d'un pays plus ou moins perdus.

    " Des ours ? J'en ai pas croisé de près, du moins, je ne crois pas, à part si on peut comparer des hommes poilus à des ours ? Par contre des temples perdus, j'en ai vu un paquet, enfin des temples, des pyramides quoi. Enfin entre les deux, notamment au Bélize. Je ne sais pas si tu vois où se situe ce pays ? Bref, j'ai visité le temple de Caracol, avec son édifice principal, le Caana, je crois, un truc du genre et c'était assez impressionnant. Ce truc est perdu au milieu de la forêt c'est un truc de fou. Ca appartenait aux Mayas, je crois, ou aux Incas, je ne sais plus, mais le guide nous a fait visité l'intérieur et ce petit malin nous a fait croire à une malédiction et qu'on était perdus à l'intérieur de ce labyrinthe. J'y ai cru en plus, j'ai flippé, un truc de fou avant qu'on ne revoit la lumière du jour. Il nous avait fait voir des dessins qui indiquer des prophéties à venir, enfin pleins de choses palpitantes quoi ... "

    Je ne m'en souvenais plus très bien, sans doute l'effet de l'herbe sur mon esprit, mes idées n'étaient pas des plus claires, d'ailleurs, si quelqu'un qui avait l'habitude de m'écouter était dans la pièce, il verrait que je ne suis pas très cohérente. Mais pour Drake, cela devait avant tout être très drôle vu que nous riions de bons coeurs depuis tout à l'heure.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et si ce n'était pas une nuit si ordinaire que ça ? [Livre 1 - Terminé]   Dim 11 Nov - 11:02

La jeune ignorante voulait savoir ce qu'était un Kraken. William se demandait comment elle avait pu voir Pirates des Caraïbes sans faire attention à cette impressionnante créature qui faisait tout l’intérêt du deuxième opus de la saga. La suite de sa réponse le fit exploser de rire, car en effet il se demandait combien de lattes Makay avait tiré pour sortir une telle réponse, car il était clair qu'elle n'aurait jamais dis ça en temps normal. Prenant un air genre je me la pète et en levant légèrement la tête, Drake ajouta avec une voix sérieuse

Le Kraken vois-tu ma chère, c'est juste la hantise de tout les pirates de mon époque. On pourrait le comparer aujourd'hui au monstre du Loch Ness pour l’Écosse ou le Yéti. Mais pour revenir au « Crackers », il s'agit d'une sorte de pieuvre géante qui se ballade d'océan en océan pour détruire tout les bateaux qu'il voit, cependant j'ose avouer que personne dans mon entourage n'en a vu, car on dit qu'il n'épargne vraiment personne.

Le flibustier éclata de rire à la fin de son discours, car les propos sérieux ce n'était, mais alors vraiment pas pour lui. Passant vite fait le sujet de Belle, le pirate se mit à s’intéresser d'avantage à la vie de la jolie brune, et notamment de ses aventures autours du monde. Le vieux loup de mer écouta attentivement son interlocutrice et il en perdu pas une miette. Si elle ne vit pas forcement beaucoup d'animaux féroces, sa quête l'emmena donc dans des temples perdus. Cela choqua le suceur de sang qui pensait que ce genre de ruines n'étaient que des foutaises d'aventuriers, mais en y réfléchissant bien la piraterie est une pratique similaire, en somme on peut aussi la comparer à des conneries, mais ça il s'y refusait catégoriquement. Pour lui la piraterie est un art noble qui demande beaucoup d'entraînement et de pratique, en somme comme le sexe, le sport ou la danse, même si on sait tous et même lui que ce mode de vie n'a rien de glamour, mais il ne voulait pas se l'admettre, ça serait critiquer et insulter une façon de vivre que le vampire a pratiqué pendant une vingtaine d'années. S'empressant de vouloir lui poser tout un tas de question il lui répondit d'abords avant de poser les siennes

Tu parles des portugais, car je sais qu'ils sont poilus tout comme les français portent le béret !

Un Drake qui part dans les clichés n'est jamais bon, peut-être le côté pirate qui revient, mais quoi qu'il en soit il continua de parler

Le camouflage il n'y a que ça de vrai, mais dis moi c'est où le Belize, car je dois avouer que ma géographie reste approximative... J’espère que tu lui as fais la leçon vu comment tu as l'air débrouillarde, n'empêche j'aurai bien aimé voir ta tête sur le moment, pour ça nous les vampires on a pas de soucis avec l'obscurité.

Ajouta-t-il. Will aimait bien parlait avec cette jeune femme qui semblait particulièrement intéressante, bien qu'un peu jeune. Il resta fixé sur la dernière phrase de la demoiselle qui parlait de prophéties etc. Il se demandait bien de quel genre de prophéties les mayas parlaient alors il tenta d'avoir des réponses en lui demandant

Des prophéties sur la disparition des humains ou des vampires ? Un soleil qui se fait de plus en plus gros ? En tout cas il avait l'air de vendre dur rêve ton guide Moussaillon !

Mais pourquoi disait-il ça, manquerait plus qu'un « à la bordage » pour se retrouver comme à la grande époque. Voulant en savoir un peu plus encore, au risque de se voir refuser la proposition il lui dit

Et tu fais comme Indie... Genre tu te bats contre des russes, des néo-nazies ou des gens horribles pour récupérer des trésors de fous ? Sinon tu as déjà trouvé un vrai trésor que tu as gardé pour toi...

Lâcha-t-il avant de se diriger vers le frigo pour prendre un True Blood et une bouteille de jus d'orange qu'il jeta en direction de Makay.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et si ce n'était pas une nuit si ordinaire que ça ? [Livre 1 - Terminé]   Mer 14 Nov - 19:15

    Les propos que je tenais étaient de moins en moins cohérent avec mes pensées. Mais c'était tellement plaisant de discuter avec lui. La soirée était pour ainsi dire bien différente que ce que j'avais imaginé, mais peut être qu'il en profiterait pour me tuer. J'étais tellement défoncée, que cette idée là ne me vint même pas à l'esprit. Il me répondit alors sur ce qu'était le Kraken. C'était donc une grosse pieuvre géante qui se faisait un malin plaisir de bouffer les bateaux trop aventureux, et apparemment, il n'y a plus personne pour en parler après ça.

    " C'est un malin ton Kraken, il se fait des petits goûters à travers le monde pour manger de l'indien ou de l'américain, et il paye rien. En plus personne ne sait s'il a été satisfait de son festin. J'aimerais pas le rencontrer en tout cas moi non plus. "

    Oui, je racontais n'importe quoi et le pire c'était qu'on était mort de rire avec William. Surtout qu'il m'avait parlé du Kraken d'une façon si sérieuse que ce n'était même pas crédible. Je lui racontais donc mon aventure à la Indiana Jones féminine. Sur les bêtes féroces, il pensait que j'avais vu des portugais et des français apparemment, mais je ne les considérais pas comme des bêtes.

    " Euh, c'est possible, j'ai jamais vraiment croiser de portugais intimement, tu semble mieux t'y connaître que moi sur ce sujet. Pour les français, à part les vieux, j'en ai pas vu beaucoup avec des bérets lors de mon périple là-bas. Je sais pas si ces clichés sont vraiment la réalité de maintenant. "

    C'est vrai, pour les français, je n'ai pas vu de style spécialement marqués pour eux donc je ne pouvais pas trop en dire. A part des vieux, je n'en avais pas vu donc. Bref, il ne savait donc pas où se trouvait le Bélize, mais je m'en doutais. Avant de me rendre dans le pays, je ne savais pas non plus où il se trouvait sur la carte.

    " Le Bélize c'est en Amérique Centrale, monsieur Drake, là où les Incas ont régné. C'est pour ça que leurs temples se trouvent là-bas. Sinon, pour le guide, je n'ai pas fait de scandale ou de sermons, je l'ai félicité de rendre la visite si palpitante, c'est pas tout les jours qu'on croise des guide habités par leur passion du pays. En tout cas, si je me souviens bien, c'était sur la disparition en masse de toutes formes de vies sur terre, donc des humains, des vampires, des animaux, des plantes, tout quoi. Je pense qu'on en parlera de ce truc dans les mois à venir, je crois que ça doit avoir lieu le 21 décembre 2012, dans à peu près 2 ans, donc on aura le temps de voir venir. J'espère qu'on ferra partie des survivants en tout cas ! "

    Je crois que ce que je racontais été à peu près vrai, même si je n'étais plus sûre de la date mais ça ressemblait à quelques choses comme ça. Il me demanda ensuite si je faisais comme Indiana Jones, que je me battais contre des nazis ou des russes à la recherche de trésors perdus.

    " Désolé de te décevoir, mais quand je me suis rendu au Bélize, ce n'était plus la mode du nazisme ou de la guerre froide, donc je n'ai lutté contre personne de ce genre là. Je ne me suis pas amusé à partir à la recherche des mythes du coin, sinon je serais encore là-bas à chercher. La vie c'est pas comme au cinéma, enfin pas pour moi. Mais oui, j'ai ramené des trésors de là-bas. "

    En disant des trésors c'était peut être un peu exagéré, du moins, pas de gros trésors, j'aurais plutôt du dire des souvenirs, parce que là où je suis passé, j'ai toujours laissé une trace de mon passage et j'ai toujours ramené un petit quelques choses. Une touffe d'herbe, un caillou, du sable sont ces trésors que j'ai pu ramené ...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et si ce n'était pas une nuit si ordinaire que ça ? [Livre 1 - Terminé]   Sam 17 Nov - 21:57

Écoutant toujours la demoiselle à ses côtés, Drake ne pu s'empêcher d'éclater de rire au moins trois ou quatre fois le temps de la conversation tellement les propos de la jolie brune ne voulait rien dire. Ne sachant quoi dire à part des rires, il tenta le coup tout même en disant

Même un pirate comme moi a la trouille de ce genre de monstres, mais un bon lance roquette dans la tronche et la créature devient inoffensive... Apparemment les humains pêchent les gros gibiers ainsi.

Le pirate était fier de sa petite blague et cela se voyait avec les épaules remontées que l'on pouvait voir. Lui racontant ensuite ses exploits d'exploratrice, Will écouta attentivement sa nouvelle amie, même lorsqu'elle parlait sérieusement de son voyage. Elle ne connaissait pas de portugais et peu de français, cela lui semblait logique car même lui en a pas beaucoup rencontré sur les mers. Ah si il y a bien eu ce vantard de français qui voulait couler le bateau de l'équipage de Drake, mais qui se retrouva dépourvu de ses biens tellement sa force de frappe était ridicule. Le flibustier en rigolait intérieurement. Makay lui parla ensuite des Bélizes car le vieux vampire ignorait tout de cette contrée, bien qu'il soit déjà passé dans les mers des caraïbes. Il faut dire que son équipage avait pour habitude de se rendre dans des lieux riches en cigare, drogues et alcool et rien de mieux que Cuba pour réaliser se rêve. Comme ça cela se situait en Amérique Centrale, le vieux loup de mer comprenait mieux pourquoi il n'avait jamais vu cette contrée. En effet il n'avait pas pour habitude de se rendre à l'intérieur des terres, il naviguait comme les anciens c'est à dire le long du trait de côte, une idée qui sera abandonné que tardivement. Le 21 décembre 2012 était donc une date importante pour les incas, et il se demandait bien pourquoi, mais la réponse lui fût apporté juste avant par la jolie brune. Comme pour détendre l’atmosphère il regarda Mak et il lui dit

Je suppose que les zombies se réveilleront le 22 décembre ?

Cette blague sur les zombies la ferait sûrement rire et il en était conscient, mais Drake s'en fichait. Elle lui parla ensuite de ses aventures et du fait qu'elles n'étaient pas si glamour et exotiques que ça. Le vampire semblait déçu mais quand il entendit le mot « trésor » son esprit de vieux loup de mer se réveilla si bien qu'il lui demanda

Tu veux dire des trésors comme j'ai dans mon appartement ? Tu m'épates petite, tu aurais 200 ans de plus je me serai marié à toi sur le champ !

Dit-il naturellement en lançant un petit clin d’œil qui voulait tout dire. Discutant encore et encore avec Makayla il en oublia rapidement l'heure et un rayon de soleil lui indiqua qu'il était l'heure de se mettre au lit. Voulant tout de même rester à discuter avec elle, mais se devant de rentrer dans son placard pour dormir, il n'eut d'autre choix que de dire à sa compagne d'un soir de partir de chez lui. L'air déçu, il regarda cette dernière et il lui dit

My Lady, je suis désolé de te dire ça, mais il faut que tu t'en ailles, le soleil se levant je n'ai point envie de mourir aujourd'hui ! Si tu veux on peut toujours se revoir plus tard, bien sûr pour cela il te faut un numéro de portable.

Se levant tel un gentleman, William invita sa nouvelle amie à faire de même puis ils se dirigèrent tous les deux vers la porte d'entrée. Attrapant l'épaule de la jeune femme, le pirate lui lâcha un sourire ravageur et il lui dit

A la revoyure ma jolie, tu devrais venir plus souvent aux Danses Enflammées !

Le barman en profita pour déposer un papier son numéro de portable dans la poche de la demoiselle. Décidément Drake n'était pas un type comme les autres et Makayla non plus.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et si ce n'était pas une nuit si ordinaire que ça ? [Livre 1 - Terminé]   Jeu 22 Nov - 17:43

    Je sentais mes idées, elles sentaient l'herbe de Drake, assurément, autrement dit, ce que je pensais, ce que je disais n'avais pas vraiment de sens. D'ailleurs, je le sentais, il se moquait gentiment de moi, mais je me moquais de moi-même puisque je rigolais au moins autant que lui. Cette soirée semblait ne pas vouloir se terminer. Je n'avais d'ailleurs plus aucune notion du temps. Depuis combien de temps étais-je ici ? Une heure ? Plus que cela ? Je ne saurais vous le dire. Drake me raconta donc qu'il avait peur du Kraken apparemment mais qu'un bon lance roquette suffirait à calmer la bestiole. Il paraîtrait donc que les humains pèchent les bestioles de ce genre comme ceci. En entendant cela, je continuais à rire de plus belle. Lui aussi disait vraiment n'importe quoi mais c'était tellement bon. Je lui faisais donc un petit cours de géographie même si je n'étais pas à l'abri de lui raconter n'importe quoi. Je lui parlais des pseudos prophéties de fin du monde que nous avions pu entendre donc durant ces expéditions. Le 21 décembre 2012 faisait partie de cela. Il me dit alors pour rire une nouvelle fois que le lendemain les zombies se dévoileront au monde.

    " Non, tu crois vraiment que les zombies se révéleront au monde comme les vampires ont pu le faire ? Ils sont assez intelligents pour ça ? Non, mais tu sais que c'est possible ! T'es vraiment trop intelligent comme type toi ! T'as réussi à trouver le pourquoi du comment de ce truc ! Chapeau. "

    Oui, je disais absolument n'importe quoi de chez n'importe quoi mais je ne pouvais pas m'arrêter, c'était comme ça. Je lui parlais ensuite de trésors, et je peux avouer que je n'avais pas rapporté de tonneau ou de coffres, mais bien de grands souvenirs de chaque pays, une carte postale, mais bien souvent de petites statuettes, et toutes mes photos ! Il me fit cependant rire en me disant que si j'avais 200 ans de plus il m'épouserait.

    " Tu rigole, je suis pas aussi vieille que ça, heureusement sinon je serais toute ridée, tu n'imagine même pas la tête que j'aurais à cet âge là. Mais pour le mariage, y'a peut être de quoi négocier si tu offres une belle dote à ma mère. "

    J'aurais presque envie de dire sans commentaire, mais je sentais que la soirée se finissait, tellement je racontais de vaseline sous forme de suppositoire. Un rayon de soleil pointa alors le bout de son nez d'après mes calculs. Il devait être bien 7h du matin au bas mot. Il me dit qu'il était l'heure que je parte d'ici donc. Comme il voulait. Il faudrait se revoir et pour cela il avait besoin de mon numéro de téléphone mais j'étais trop à l'ouest pour le lui donner. Tant pis, une prochaine fois, j'arriverais à me souvenir de son appartement.

    " Bon, ben à la prochaine mon pirate adoré ! "

    Je ne voyais même pas qu'il me glissait son numéro dans ma poche tellement j'étais à l'ouest. Je franchissais la porte, je ne savais pas si j'arriverais à rentrer chez moi, mais ce devrait être possible, en prenant bien mon temps.



END OF STORY
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et si ce n'était pas une nuit si ordinaire que ça ? [Livre 1 - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Et si ce n'était pas une nuit si ordinaire que ça ? [Livre 1 - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Et si ce n'était pas une nuit si ordinaire que ça ? [Livre 1 - Terminé]
» Il était une fois... Carrefour!
» je croyais que c'était terminer...
» Ce n'était pas le moment de me déranger ! || PV Ginny Weasley
» Le moment était mal choisi [PV Robin-Edward]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: East End :: Habitations
-
Sauter vers: