AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Discuter entre adultes n'est pas chose aisée ! [Livre 1 - Terminé]
MessageSujet: Discuter entre adultes n'est pas chose aisée ! [Livre 1 - Terminé]   Jeu 5 Juil - 0:27

    Ce soir, j'avais besoin de faire le point, je ne sais pas, nous nous étions peut être précipité ici trop rapidement, non ? Nous étions là depuis quelques jours mais je ne me sentais pas à ma place. Tout ce que j'avais connu n'était plus là, je savais très bien que je ne pourrais jamais le retrouver. J'avais comme un arrière gout de nostalgie mêlé à de l'amertume dans la bouche, quelques choses de difficile à exploiter en somme. J'étais comme ça depuis que nous étions partie, je n'arrivais nullement à apaiser mes tensions intérieures. Heureusement que Nevaeh avait pu me suivre, sinon, je crois que ça n'aurait pas pu le faire. J'avais perdu tout ceux que je connaissais, ceux que j'aimais, il ne me restais qu'elle pour m'accrocher à mon passé, tout ça à cause de vils métamorphes qui avaient voulus se faire meilleurs que nous, une aberration totale en somme. Depuis quand des métamorphes chassaient les lycanthropes ? Depuis que j'étais devenu ulfric, autrement dit, j'étais la risée de tout ce petit monde. J'aurais pu perdre face à des vampires mais non, ça n'avait pas été le cas. Mais que pouvais-je y faire. Je tournais en rond dans notre appartement, je n'avais envie de rien ou presque. Ma seule obligation était de brosser dans le sens du poil Mary, une amie de mon père, faire le bon chien chien et me montrer discret dans la ville. La dernière règle me paraissait logique, mais faire le bon chien chien, je n'appréciais pas du tout le principe. J'avais toujours eu mon mot à dire dans la meute, jusqu'à ce que j'obtienne le dernier mot en tuant mon père justement. Mais ici, je redevenais un simple cabot ou presque. Je redevenais un simple loup en tout cas et j'avais encore du mal à réaliser. J'aurais pu ne jamais survivre, je ne serais même plus là pour penser, ou prononcer un quelconque mot, je ne sais pas quelle est la situation la plus enviable des deux. Je n'ai pas envie de comparer. Pourtant, je n'arrivais pas vraiment à exposer clairement ma frustration à Nev'. En même temps, si j'étais proche d'elle, si nous en étions là, c'était de sa faute, non ? Raah, je ne savais pas trop sur quel pied danser. Il fallait que je fasse table rase du passé, pour aller de l'avant, mais étant ici depuis peu, quelques jours, j'avais du mal, beaucoup de mal à faire la part des choses. Il fallait que je lui parle, et qu'après, je m'aère l'esprit loin de cette endroit calme, dans un endroit plus tumultueux j'ose dire, un endroit avec en bruit de fond la circulation, les paroles des gens m'environnant, enfin quelques choses comme ça ...


Dernière édition par Seth C. Melberg le Mar 28 Aoû - 16:09, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Discuter entre adultes n'est pas chose aisée ! [Livre 1 - Terminé]   Dim 5 Aoû - 15:40

Le point de la culpabilité pesait sur mes épaules. La meute avait été décimée. Je me sentais coupable d’avoir sauvé ma vie, et de n’avoir pas pu sauver ma meute. Je récoltais ce que j’avais semé. Une vie telle une bannie. La risée de tous dans une nouvelle meute où je n’avais pas ma place. J’avais suivi Seth, jusqu’ici à Glasgow… bien loin des montagnes Canadienne que je n’avais jamais quitté jusqu’à maintenant. Peur ? Oh oui, j’avais peur. Peur de ne pas trouver ma place dans cette immensité. Mes tendances suicidaires, j’y pensais mais j’avais cessé. Je n’allais pas laisser Seth seul. Pas maintenant, pas après tout ça. Même si, nous n’étions plus une lupa et son ulfric, il restait dans mon cœur comme tel. Un lien qui jamais ne périra. Un lien qui nous unissait. A la vie. A la mort. Un lien encore plus nouait, et fort avec tout ce que nous avions vécu dans notre guerre contre les métamorphes. Trop faible… oui je l’étais, je m’en rendais bien compte. Une petite fleur toute fragile, toute délicate dans la peau d’une louve qui pourrait devenir plus féroce qu’un lion. Il suffisait de réveiller cette nature là de moi, mais si cela ne s’était pas réveillé sous forme d’instinct de survie lors des événements que nous venions d’affronter je doutais que cela se réveille un jour. J’avais le même sentiment que Seth, nous n’avions pas notre place ici. Et pourtant… nous n’avions nulle part où aller. Alors, il faudrait s’y faire. Construire un nid douillet. Se reconstruire, se refaire. Mon seul lien avec le passé était lui, son regard charmeur, son sourire envoutant, ses cheveux blonds tel un dieu sur l’olympe. Ne prends pas trop la grosse tête. J’essayais de ne pas faillir, d’être forte pour lui. Pour mon ulfric. J’étais prête à tout pour lui, et surtout me faire pardonner. Lui faire oublier ce triste oublié. Effacer tout ça.

Je ne me plaignais pas, j’encaissais ce qu’il fallait encaisser. Je savais que ce n’était pas simple pour Seth non plus. Je ne pouvais pas faire partie de la meute locale, enfin pas totalement, pas tout à fait car il y avait déjà deux femelles. Je restais en arrière. Je restais effacer. Ce matin, j’étais sortie tôt pour me dégourdir les pattes. Je n’avais pas accès à Wolfheaven et je n’y mettrais pas les pieds. Il ne fallait pas commencer, au bout de quelques jours de vie anglaise, de contrariée la lupa que je détestais déjà. Je ne connaissais pas cet endroit, de nouvelles sensations, de nouvelles odeurs aussi. J’étais vigilante, mais je devais sortir ma louve sinon l’envie de liberté, et vivre à l’état sauvage devenait trop insoutenable. Ensuite, j’étais allée faire quelques courses. Il nous fallait de quoi vivre. C’est ainsi que j’entrais dans notre petit appartement que cette lupa nous avait aidé à avoir rapidement, les bras chargeaient de courses. J’ouvris la porte d’entrée des bouts des doigts, et la referma d’un coup de fesses. Je saluais Seth au passage debout au milieu de la salle principale qui faisait avouons-le peine à voir… Je posais mes achats sur ce qui nous servait de bar, et séparé la pièce à vivre de notre coin cuisine pour commencer à ranger. Je m’occupais comme je le pouvais. Si je restais là, enfermée dans cet appartement, je deviendrais folle à penser, à ressasser, à ruminer. Je passais beaucoup de temps en ville, je m’imprégnais de cette atmosphère nouvelle. Et j’allais bientôt rechercher du travail. Il fallait peu à peu recommencer à vivre, et je devais être l’épaule sur qui Seth pouvait pleurer.

    « Tu tiens le coup Seth ? » lui dis-je, en lui lançant un porte clé que j’avais acheté dans une boutique de souvenir en forme de loups. « Pour accrocher à tes nouvelles clés, cadeau ! » Je lui lançais un petit sourire réconfortant, je voyais bien qu’il avait beaucoup de choses sur le cœur… et que c’était de ma faute.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Discuter entre adultes n'est pas chose aisée ! [Livre 1 - Terminé]   Mar 28 Aoû - 16:08

    Nous n'étions là que depuis peu de temps, mais déjà je trouvais que le temps était long, très long, qu'il ne passait pas comme j'en avais l'habitude. Je ne sais pas pourquoi, mais le simple fait d'être loin de mes racines me donnait cette effet de lenteur. J'avais encore du mal à admettre cette situation de toute façon, je ne m'étais pas prédestiné à finir mes jours sur le vieux continent. Je ne pensais pas avoir besoin de fuir jusqu'ici à vrai dire mais les fait était là, Nevaeh et moi même étions ici dans cet appartement du port. Que faire à part ronger notre frein ? J'avais des envie de révolution, mais je devais être comme un chien respectueux et docile. Cela fait bien longtemps que je ne le suis plus depuis mon adolescence au moins, je ne suis plus le petit gamin obéissant au doigt et à l'œil de son papa chéri. C'est pour cela que je l'avais vaincu d'ailleurs car je ne supportais plus sa gestion anarchique de la meute, il fallait de la nouveauté. Mais je n'ai jamais vraiment eu le temps de mettre en place ce que je voulais, si j'avais su, je me serais bien abstenu de cela et je ne serais probablement pas dans cette situation. Souvent encore, je repensais à mon père, aux conseils avisés qu'il aurait pu me donner et que je n'aurais pas suivi s'ils ne me plaisaient pas. Pourtant, au final, tout ces conseils se révélaient bon à plus ou moins long terme. Bref, nous étions dans une situation compliquée et inédite surtout dans l'histoire des lycans, ou alors cela n'avait jamais été rapporté car trop honteux pour la race. Je tournais en rond dans cet appartement, c'était impressionnant. J'avais du mal à me faire à cette austérité, sans travail, sans personne à diriger. Ma soif de pouvoir n'était pas rassasiée et ça me manquait, or je devais rester calme, sans faire de vague, sous peine de devenir un simple cabot, comme si j'avais mordu je ne sais pas combien de jeunes femmes, comme si je ne savais pas me tenir et ça je ne le voulais pas. Nevaeh revint alors des courses, elle bougeait beaucoup pour ne pas trop tourner en rond dans l'appartement. Elle me demanda alors si je tenais le coup. La réponse semblait évidente. Mon regard devait en dire long, je n'avais limite pas besoin d'ouvrir la bouche pour qu'elle comprenne ma réponse. Si nous étions dans cette situation c'était en partie de sa faute aussi. Elle m'avait acheté un petit porte-clé pour accrocher à ces dernières. Une preuve d'attention que j'appréciais, un petit sourire jaillissant que mes lèvres même en voyant ce qu'il représentait.

    " J'essaye mais c'est dur, je n'aime pas être là, ne rien avoir à faire, devoir rester sage dans mon coin n'est plus une habitude. Merci pour le cadeau en tout cas. Et toi, comment te sens-tu ? "

    Elle demandait pour moi alors la moindre des politesses était de lui renvoyer la question. Elle devait être dans les même dispositions que moi, voir encore pire puisqu'elle n'avait pas accès au domaine de la meute.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Discuter entre adultes n'est pas chose aisée ! [Livre 1 - Terminé]   Mer 29 Aoû - 22:59

C’est fou comme le temps n’était pas le même selon les personnes avec qui nous étions. Mais au fond de moi, malgré les épreuves que j’avais traversé et encore quelque chose me disait que ce n’était que le commencement. Je me sentais bien auprès de Seth, en sécurité. Comme protégée. Après tout, c’était grâce à lui si j’étais encore en vie. Je m’inquiétais pour lui, beaucoup. Je me sentais coupable, et j’étais prête à tout pour lui. Je lui devais bien ça. Nous vivions comme décalés en marge de la société. Je me sentais comme une personne de voyage, qui voyageait beaucoup peut-être était-ce ce côté loup et sauvage. Je n’étais pas à ma place ici. Je n’étais pas chez moi. Je n’avais pas accès au domaine des loups. L’odeur d’une meute me manquait. La présence de mes congénères aussi. Je voyais bien que la situation ne convenait pas non plus à Seth, qu’il le vivait très mal et pourtant il faisait partie de la meute. Nous étions un déshonneur pour notre race. Il devait être docile, cela bouillonnait en lui je le sentais ! Quant à moi, j’avais peur de cette Mary. Une rivale directe, une épine dans ma relation avec mon Ulfric. Je remarquais que ma question n’empêchait guère mon compagnon de voyage. Je soupirais.

    « La question c’était juste pour être gentille, je m’inquiète pour toi, tu sais. J’aimerais faire quelque chose pour t’aider. Tu peux me demander ce que tu veux. » J’avais un regard triste, j’étais tellement désolée. Nous avions mal agis, nous avions sous-estimé les métamorphes, et puis nous n’avions pas eut de chance. Notre destin était alors de venir à Glasgow. Pourquoi ? Qu’attendait le destin de nous ? Qu’allait-il advenir de nous ? J’en frissonnais d’effroi, je craignais pour l’avenir, j’avais peur du futur et ce qui pourrait nous arriver. « Je culpabilise, et je m’en veux. Ca me ronge de l’intérieur. » Je marquais un temps de pause. Un silence. Un blanc. « Il le faut Seth. On en a déjà parlé. Faire profil bas. Se faire petit. Se fondre dans la masse. Se faire oublier. »


Je me tournais, faisant face à notre cuisine aménagée, et lui tournant le dos. A mes mots, mon cœur s’était emballé. Trop d’émotions. Je sentais le trop plein d’émotions m’envahir. Je me contenais. Je devais être forte pour lui, pour Seth. Je devais le porter dans cette nouvelle aventure qui nous tendait les bras. Je devais être sa force et sa vitalité. L’épaule sur laquelle il pouvait pleurer, la personne à qui il pouvait tout dire. Je tenais le coup, je le devais. Nous n’avions plus le choix. Nous n’avions pas eut notre chance, ou bien trop courte – on nous l’avait enlevée. Finalement non, je ne pouvais retenir mes paroles. Je me retournais assez fougueusement, mes cheveux retombant dans mon dos, un regard emplie de haine, de regret et de fatigue. Car oui, j’étais las des derniers événements. Une tension se faisait ressentir dans cette pièce démunie de décorations, je n’avais pas eut le temps de me pencher sur la question déco. Le visage grave, la voix à demi-cassée, je soutenais son regard qui me faisait craquer.

    « Qu’allons-nous devenir Seth ? Qu’allons-nous faire ? Je me sens vide sans la meute. Je du te décevoir et j’en viens à me demander pourquoi tu restes encore avec moi. Tout à l’heure, je courrais. Je me dégourdissais les pattes et je me disais que le monde tournerait mieux sans moi. Je ne t’apporte que des problèmes. Je suis terriblement désolée, si tu savais… J’aimerais revenir en arrière, et ne plus faire les mêmes erreurs ou mourir avec ma meute. C’est tout ce que je mérite. Et encore, la mort est une chose trop douce, j’en suis convaincue. »


Des paroles bien pessimistes, mais ma vie était en miette dans une ville que je ne connaissais pas et que je n’aimais pas.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Discuter entre adultes n'est pas chose aisée ! [Livre 1 - Terminé]   Jeu 13 Sep - 17:56

    Cette situation était difficile pour moi, je n'avais jamais voulu de cela, il avait fallut que nous manquions de chance, de cohérence avec Nev' pour que nous nous retrouvions ici. Nous étions comme des parias partout où nous avons demandé refuge au Canada. C'est un fait, mon père n'était pas forcément apprécié autour de nous mais je crois que je l'étais encore moins, sans doute pensaient-ils que je n'avais pas de légitimité à mener une meute et ils avaient eu cruellement raison. La meute avait été décimé par ma faute, je n'aurais pas du agir de la sorte avec elle. Pourquoi est ce que je me devais de ressasser le passé comme ça ? Je n'avais que ça en tête, c'était une obsession qui ne passerait pas facilement, je le savais clairement. Mais, avec elle a mes côtés, je me sentais moins esseulé même si elle me rappelait toutes mes erreurs. J'essayais de passer au delà de tout cela, mais c'était difficile. Elle s'inquiétait donc pour moi mais il n'y avait pas de raison de le faire. J'étais un grand garçon qui savait se tenir, même si c'était difficile, je savais prendre sur moi, et me défouler quand il le fallait pour ne pas ressembler à un simple cabot ! J'étais presque à ce stade, juste au dessus mais bon, je faisais avec de toute façon, je ne pouvais pas faire autrement. Elle me dit que je pouvais lui demander ce que je voulais, mais là tout de suite, ce que j'avais envie été trop violent pour que j'assouvisse cette pulsion avec elle. Je ne dirais donc rien à ce propos.

    " Je sais, je sais, mais nous ne sommes là que depuis quelques jours et déjà ... J'ai du mal à ne rien faire ou presque. Il faut que je me trouve une occupation saine, je crois que je vais m'inscrire dans un club de sport, ça ne me ferra pas de mal. "

    Quelle idée j'avais là. Un club de sport ? Je risquais de détruire le matériel mais peut être que ça m'aiderait à mieux me canaliser. Peut être qu'il me faudrait devenir maçon, bosser dans le bâtiment pour que je me façonne à ce pays pluvieux. J'avais tellement de choses à faire pour me fondre dans la masse, tellement de choses que je n'avais plus l'habitude de dire, de faire ... Je l'observais, je sentais que ça n'allait pas, elle était dans une situation encore pire que la mienne puisqu'elle n'avait pas accès au domaine. Elle regardait la cuisine comme si elle regardait par la fenêtre et qu'elle était prête à y sauter. J'arrivais à le sentir, elle avait déjà tenter de faire de telles choses. Et ces propos ne me rassurèrent guère. Son regard était à moitié rempli de fatigue, de haine, de folie presque. Je m'approchais alors d'elle pour la prendre dans mes bras. Je lui caressais les cheveux, lui donnant un baiser sur le front. Mes deux mains autour de son cou, enveloppant également son menton, je la regardais dans les yeux.

    " Ne dit pas cela. Si tu es là, c'est que tu devais vivre, tu ne méritais pas la mort ! Moi aussi je n'aime pas notre situation, mais tu sais que je ne suis pas en position de négocier pour que tu accède à la meute. Dit toi que cela pourrait être pire, que nous pourrions être carrément à la rue, sans aucun revenue, sans rien du tout. Nous avons un toit, certes modeste mais nous l'avons. La patience n'est pas notre fort à tout les deux, mais il va falloir la cultiver avant que tout ne s'arrange vraiment. Tu le sais mieux que personne ! Essaye de t'approprier ce lieu, cette ville, tu verras, ça ira déjà mieux. "

    C'est ce que j'essayais de faire pour ma part, de m'approprier cette ville qui me faisait me sentir comme un étranger. Ce serait difficile mais il le faudrait, pour notre survie à tout les deux.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Discuter entre adultes n'est pas chose aisée ! [Livre 1 - Terminé]   Dim 30 Sep - 21:23

Des hippies. Des gens du voyage. Des parjures. Des rejetés. Seth était vraisemblablement le seul être qui me restait au monde. J’étais tellement attachée à lui, il était mon dernier souffle de vie, ma bouffée d’air frais tout droit venu du domaine de Wolfheaven. Un jour, j’oserais y mettre les pieds. Un jour… pour le moment, nous devions nous montrer patte douce, pas très dur pour moi. C’était beaucoup plus dur de jouer les parfaits toutous pour Seth mais il en était capable. Il fallait redorer notre blason, seule Mary connaissait l’histoire, j’ignorais ce qu’il en était pour les autres loups. Glasgow, cette ville tellement étrangère et pourtant un nouveau départ. Personne ici ne se doutait tout ce que l’on avait pu vivre, tout ce qu’on avait enduré. Voir sa meute décimée… j’aurais du rester avec eux et mourir tuer par des changeurs, moi aussi. Glasgow, l’occasion de remettre les choses en ordre et de repartir sur de meilleures bases. Je priais pour que Seth ne m’abandonne pas, j’étais un poids mort pour lui. Pourquoi me gardait-il prêt de lui ? Je lui pimentais sa vie avec mes maladresses, je lui craignais des ennuis mais j’étais une compagnie aussi. Lui aussi n’avait que moi, finalement.

    J’étais toujours dans ce qui nous servait de cuisine que j’avais essayé de rendre agréable à vivre. J’allumais la vieille radio que j’avais récupéré. « Wolfheaven. La meute locale tout ça, cela ne te suffit pas ? Tu veux que je cherche s’il y a un club de sport ici ? Même si… » Je voulais tellement me rendre utile pour lui. Pour Seth. Pour mon Ulfric. Je m’arrêtais quand même, je ne pensais pas que le club de sport soit la meilleure des solutions mais bon … mes conseils n’étaient plus les bienvenue. Peut-être que cela lui ferait du bien. Avouons-le, il n’avait guère besoin d’aller dans une salle de sport pour muscler son corps déjà bien bâtie. Je préférais la nature, le plein air avec tous les risques qu’un loup pouvait encourir. Ma louve, je m’y étais faite, attachée, c’était une partie de moi désormais et même si ce n’était pas simple tous les jours. J’avais aimé mon statut de lupa, et malgré les inconvénients de ma nature, j’affectionnais ce petit côté sauvage que j’avais. « J’ai le même ressenti, tu sais... Je vais me chercher un boulot moi. Je ne peux pas rester enfermer toute la journée dans cet appartement quelque peu lugubre. Je ne demande pas à faire partie de la meute, je sais que c’est impossible et je me plie à ce choix, ne t’en fais pas. Il faut recommencer à vivre en oubliant les vestiges du passé. Cela ne va pas être simple, mais on y arrivera. »


Seth s’approcha de moi, bizarrement j’avais besoin de son contact, de sa présence à mes côtés. J’en ressentais le besoin de l’avoir près de moi. Il me caressa les cheveux, et me fit un baiser sur le front. Je ne voulais pas le regarder dans les yeux mais j’y étais obligée. Il savait que j’avais mal, je faisais tout pour que cela ne se voit pas mais il me connaissait bien. Je le pris dans mes bras. Cinq minutes. Dix minutes. J’ignorais pendant combien de temps on était restés comme ça. On restait là pendant un moment se laissant bercer par la musique de la radio du coin. J’avais besoin de lui, comme il avait besoin de moi. Tous deux, on tenait le même discours. Sentir sa peau, sa chaleur. Je ne savais pas où on allait avec Seth, où cette nouvelle vie allait nous mener ? Comment savoir … On s’entendait tellement bien, trop bien, que ça finirait mal nous deux. Je me retirais toute chose, et je me retournerais. Tout va bien, Nev. Reprends-toi. Hum. Peut-être devrais-je aller avec lui à la salle de sport ? Peut-être devrions-nous sortir ? Prendre l’air ? Faire des connaissances ? Boire un verre ? Glasgow n’était pas un coin pommé, on trouverait des choses à faire. Il fallait juste que les souris que nous sommes sortent de leurs trous. Une question me brûlait les lèvres, mais je n’avais jamais vraiment osé la poser… la meute de Wolfheaven était un sujet on-ne-peut-plus tabou. Il y avait une petite ambiance sympa qui régnait dans la pièce. J’étais gênée avec Seth, j’étais bien avec lui mais s’il y avait trop de proximité, j’étais mal à l’aise. Une sensation difficile à expliquer, car en sa compagnie j’étais sereine surtout lorsqu’on était juste tous les deux. Notre meute de la Terre Neuve me manquait. C’était comme perdre sa famille, une partie de mon cœur était mort en même temps que je quittais le Canada.

    « Comment c’est la meute ici ? C’est différent ? C’est mieux ? Raconte moi. »

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Discuter entre adultes n'est pas chose aisée ! [Livre 1 - Terminé]   Jeu 25 Oct - 14:45

    Les choses n'étaient pas simples, et elles ne le deviendraient sans doute jamais ou alors dans un très très long moment. Mais avec ce que nous avions vécu, nous ne pouvions pas faire la fine bouche. Notre situation était catastrophique, mais elle pourrait être cataclysmique. Elle ne l'était pas même si c'était dur. Cette ville, ces gens, j'avais encore du mal à m'y faire, tellement loin de tout ce que j'avais pu connaître. Mais c'était ainsi que je le veuille ou non. Je disais comme ça que je pourrais peut être m'inscrire dans un club de sport mais ce n'était pas forcément une idée lumineuse. Nevaeh me demanda si la meute me suffisait, si le domaine de Wolfheaven me suffisait. Elle voulait se rendre utile pour moi, absolument, elle se proposait même de me chercher un club de sport même si ... Elle ne finissait pas sa phrase mais je pouvais deviner ce qu'elle pensait, même si ce n'était pas une très bonne idée. Je verrais donc cela, mais même si ces conseils nous avaient mener à notre perte à un moment donné, elle n'avait pas tord à ce niveau là. Du moins, je le pensais même si elle n'avait pas donné le fin fond de sa pensée, mais je ne noterais pas. Elle me dit ensuite qu'elle avait le même ressenti que moi, avec une petite note d'optimisme, ce qui n'était pas forcément le cas tout le temps chez elle. Il faut croire que mes paroles l'avaient rassurée qu'elle se disait que nous pourrions nous adapter franchement à la vie à Glasgow. Nous allons y arriver, c'est un fait, je ne me fais pas de soucis avec ça, pas du tout même, ça prendra juste un peu de temps, ça ne se ferra pas du jour au lendemain. J'étais proche d'elle, elle était dans mes bras, nous étions dans les bras l'un de l'autre et nous sommes restés comme ça sans rien dire l'espace de quelques minutes comme pour apaiser notre souffrance dans l'instant présent et ça fonctionnait plutôt bien. Il y avait en fond sonore la musique de la radio qu'elle avait allumé juste avant. La musique n'était pas très forte mais elle comblait le vide de nos paroles inavouées dans l'instant. Puis, elle se retourna, hésitante. Elle lança finalement le sujet sur la table : comment était la meute ? Nous n'avions pas aborder le sujet depuis que nous étions ici mais il devait arriver à un moment ou un autre de toute façon. Autant en parler à présent, alors que nous étions bien pour le faire.

    " C'est différent dirons-nous. Nous avions un fonctionnement semblable à Terre Neuve, sauf que là, il n'y a que Mary qui dirige vraiment, il n'y a pas d'ulfric pour l'aider, même si j'ai remarqué des loups dominants quand même. Après le domaine est grand, il y a de quoi chasser, c'est bien. "

    Je ne voulais pas trop en dire non plus pour ne pas la frustrer de ne pas avoir accès au domaine. Il faut dire que je ne connaissais pas tout non plus puisque j'étais là depuis peu et que je n'avais pas croisé tout le monde, les loups, et l'autre louve en plus de Mary. Je comprenais parfaitement pourquoi Nev' ne pouvait avoir accès à la meute, il y avait déjà deux louves, et c'était bien assez, une troisième pour le moment serait de trop sans doute que cela ferrait en sorte que l'équilibre déjà fragile d'une meute n'existe plus.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Discuter entre adultes n'est pas chose aisée ! [Livre 1 - Terminé]   Mer 7 Nov - 0:25

Etre une louve, ressentir des choses que jamais les humains ne ressentiront. La souffrance de la transformation. Devenir un animal. Si les débuts avaient été difficile, j’avais accepté ma louve, j’avais appris à m’y faire, à l’aimer. Maintenant, c’était une véritable fascination. Quelles étaient les limites ? Jusqu’où pouvais-je aller ? Je savais que je n’avais pas encore exploité toutes les capacités. Seth lui, avait visiblement besoin de s’occuper, de se divertir, se changer les idées. Moi aussi d’ailleurs… un monde hostile nous entourait, un monde aux mille dangers, une terre inconnue, de nouvelles odeurs, de nouvelles personnes. J’avais beaucoup de mal à me faire à cette nouvelle vie, même si oui, j’étais optimiste nous n’avions guère le choix on s’y ferait ! La non-intégration dans la meute de Wolfheaven jouait en ma défaveur, je ne désespérais pas de me rentre utile en tant que louve d’une autre manière. J’avais une peur chronique de la foule, je paniquais, je ne supportais pas. Je me faisais discrète en ville, honteuse de mon passé. Nous devions tourner la page et écrire un nouveau chapitre. Redémarrer mais tout était tellement flou. Les choix qu’on avait pu faire, étaient-ce les bons ? Je ne parlais même pas des métamorphes ça c’était une immense erreur, mais s’enfuir … ? Il était clair, selon votre croyance, que moi et Seth nous avions encore quelque chose à accomplir ici à Glasgow sinon nous serions morts comme nos congénères. La question à savoir quel était notre but ? Notre objectif ? Pourquoi on se levait le matin ? Je me levais pour Seth. Il était omniprésent dans ma vie, indispensable, et j’étais comme dépendante de lui. Le seul être qui me rattachait de loin à la meute. Il était ma première patte dans cette meute inconnue. Mon seul pied à terre.


    « C’est bien, oui. » Mon regard s’éteignit, ma voix se brisa. Je ne savais même plus quoi dire. Mon attention se reporta vers la radio que j’avais allumé comme un échappatoire à ce destin qui nous rattrape. « On danse ? »


Je lançais un petit regard malicieux à Seth. J’étais très sérieuse. J’étais un peu atteinte. Mais pourquoi pas une danse ? Ca nous ferait peut-être du bien… Je ne savais pas trop ce que ressenter Seth mais après le traumatisme que nous avions vécu j’avais besoin de moments simples, de moments de complicité. J’allais me chercher un job, j’allais reprendre ma vie en oubliant mon passé même si on oublie jamais rien on vit avec. J’essaierais de faire l’impasse sur mes souvenirs, me concentrer sur Seth et notre nouvelle vie. Je me détachais de lui, je lui pris juste les mains. On devait se changer les idées. Il fallait arrêter de broyer du noir. Facile à dire ! La vie devait continuer. Le temps faisait son chemin. Nous devions continuer la route. De nouvelles perspectives d’avenir s’offraient à nous, il fallait saisir notre chance. Le souvenir de la lupa et de l’ufric de Terre Neuve serait toujours là, et Seth resterait à jamais mon Ulfric. Il fallait avancer. Le futur promettait de ne pas être calme dans ce nouveau pays, c’était pour cela que je devais rester souder à Seth. On y arriverait, on avait fait preuve d’une grande force jusqu’à présent. J’étais presque curieuse du jour où le sourire reviendrait sur nos visages, où la joie de vivre repointerait le bout de son nez dans cet apparemment du Port de Clyde.

Je ferais tout pour me rattraper, tout pour la vie soit plaisante. J’en faisais la promesse secrète dans ma tête.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Discuter entre adultes n'est pas chose aisée ! [Livre 1 - Terminé]   Ven 16 Nov - 14:53

    Neveah me demandait ce que représentait la meute. Je ne savais pas tellement quoi lui dire à proprement parler. C'était différent de ce que nous avions connu sans toutefois vivre quelques choses d'opposer. Le mode de fonctionnement à l'intérieur de la meute était le même. Je lui disais donc quelques mots, c'était plutôt bien, même si ce serait mieux si elle y avait accès mais les choses se ferraient petit à petit, je n'en doutais pas une seule seconde. Cependant, elle ne semblait plus savoir quoi dire, comme si elle était profondément déçue de ne pas y avoir accès. Mais bon, elle le savait, ça ne se ferrait pas du jour au lendemain. Elle me demanda alors si elle pouvait danser avec moi. Je ne la pensais pas sérieuse mais elle l'était apparemment. Il y avait une musique douce qui sortait du poste de radio qu'elle avait allumé derrière nous. Son regarde en disait long, puis elle me prit simplement la main et nous nous sommes mis à danser en toute simplicité sur cette petite musique. Je ne disais rien car je n'avais plus rien à dire dans l'instant. Il fallait essayé de positiver, de ne pas trop broyer du noir. C'est pour ça que je passais du temps à l'extérieur de cet appartement, comme pour me dire que je n'étais pas cloitré à l'intérieur de celui-ci. Nevaeh ferrait la même chose, nous allions essayé de nous mêler à ces humains comme nous le pourrions, à nous mêler à cette ville si étrange encore pour nous. Nous n'avions rien connu d'autres, alors au lieu de tourner en rond ici, il nous faudrait voyager un petit peu dans cette ville.

    " Et si nous allions manger quelques choses en ville ce soir pour nous changer les idées ? "

    Je lui disais cela simplement, comme si c'était tout naturel, comme si nous devions en faire une habitude. Il devait y avoir tout un tas de restaurant dans le coin, ça ne faisait aucun doute ou presque. Trouverait-elle l'idée sympathique ? Peut être qu'elle préférerait nous cuisiner quelques choses ? Peut être qu'elle voudrait que nous cuisinions ensemble plutôt que de manger à l'extérieur ? Il y avait de nombreuses possibilités, à elle de voir ce qu'elle préférerait, je la laissais maître sur ce coup là, notre vie n'étant pas en danger.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Discuter entre adultes n'est pas chose aisée ! [Livre 1 - Terminé]   Jeu 22 Nov - 23:37

Danser.
Se laisser aller.
Tout oublier.
Vivre.
Libre.
Se déchainer.

Seth me suivit, et au fil de la musique lente et douce qui raisonnait dans l’appartement je dansais main dans la main avec lui. Oui parfois j’avais des idées un peu folles. Seth était le jour et moi j’étais la nuit. Nous étions tellement différents, et pourtant si proches. Si complémentaires, je ne voulais pas le perdre et c’était ma plus grande crainte. Seth était un peu distant envers moi, je trouvais. Il m’en voulait, j’en étais certaine. Si je le perdais cela me détruirait. Je trouvais adorable de sa part qu’il me propose d’aller manger dehors. Délicate attention de sa part, cela me faisait plaisir qu’il fasse un pas vers moi. Peut-être que son comportement n’était que temporaire. Notre vie avait été bien chamboulée. Il fallait du temps pour qu’il s’en remette, que la pilule passe. La vie me paraissait tellement monotone, j’étais las. Tiraillée entre deux envies : Soutenir Seth jusqu’au bout, ou mettre fin à ce calvaire sans nom. Je le regardais avec des yeux remplies d’étoiles. Je tenais tellement à lui, c’était le dernier bout de fil qui me retenait à la vie. Depuis qu’on faisait « meute à part » je nous avais trouvé éloigné, Seth s’éloignait et moi je volais de mes propres ailes seule… J’étais son point d’encrage, mais à force je serais intéressante à ses yeux. La meute serait mieux que moi. La meute me remplacerait. Si cet éventualité arrivait, et bien je m’y ferais. La seule chose qui comptait à mes yeux c’était que Seth soit heureux, je lui devais bien ça.

    « Oh oui, tu as raison ! Allons en ville, ce soir. J’ai vu pleins d’endroits qui ont l’air sympa tout à l’heure. » Je me détachais de lui, si nous sortions je devais me préparer. Me faire belle, et être présentable surtout si nous allions diner. Certains diraient que je n’en avais pas besoin, mais moi je pensais que oui. « Après, on pourrait aller se dégourdir les pattes en forêt aussi, si tu veux ? J’aimerais que tu m’accompagnes les premières fois… J’avoue ne pas être trop rassurée, ne connaissant pas encore l’endroit. »


Je recherchais les moments de complicité avec Seth, les moments à nous deux. C’était pour cela que j’avais proposé cette petite danse sans grandes ambitions pour partager quelque chose avec lui. J’avais l’impression d’être exclue, c’était ce que j’étais après-tout. Reniée de tous, en sortant de l’appartement je m’attendais presque à ce qu’on me jette la pierre. La totalité de la meute était hostile à ma présence, Mary était responsable de cela. Juger sur les apparences, sans apprendre à connaitre… cela me mettait hors de moi. Je ferais mes preuves, et ils verraient que je n’étais pas celle que l’on pense ! Seth acquiesça d’un signe de tête à ma proposition, je lui lançais un sourire et fila à toute vitesse vers la salle de bain. J’en avais au moins pour deux heures… J’avais hâte de passer cette soirée avec lui. Mais j’avais tellement peur de le perdre. C’était horrible ce sentiment.

    « Je fais vite. Promis » Un petit rire m’échappa, c’était beau de rêver.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Discuter entre adultes n'est pas chose aisée ! [Livre 1 - Terminé]   Jeu 22 Nov - 23:58

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Discuter entre adultes n'est pas chose aisée ! [Livre 1 - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Discuter entre adultes n'est pas chose aisée ! [Livre 1 - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (F) AU CHOIX ✾ Qui a dit que l'amour était chose aisée ?
» Manque, quelque chose qui manque (RP terminé)
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Port sur la Clyde :: Immeubles
-
Sauter vers: