AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Observer devant le cinéma n'est pas une cinécure ! [Livre 1 - Terminé]
MessageSujet: Observer devant le cinéma n'est pas une cinécure ! [Livre 1 - Terminé]   Mer 4 Juil - 22:09

    Nous étions là depuis peu de temps, trop peu pour savoir ce qu'il y avait dans le coin en terme de créatures autres que de simples humains. Évidemment, la population était fortement vampirisée mais il y avait des lycans, et des métamorphes également, j'en étais certains. J'arrivais vite à repérer ces personnes, n'importe où, j'étais exercé à les reconnaître, et je m'en méfiais grandement. S'ils avaient réussi à nous vaincre, ils le pouvaient de toute évidence ici. La meute semblait néanmoins plus expérimentée, la lupa semble être quelqu'un de très respectueux vis à vis de ces propres règles, je ne me fais pas de soucis là-dessus même si j'aurais sans doute du mal à lui obéir au doigt et à l'oeil. Je l'ai fait pendant un temps avec mon père avant de prendre le dessus et qu'il advienne ce qui arriva. Je ne referais pas la même erreur plusieurs fois et je ne voulais pas la refaire, croyez-moi, ce fut assez humiliant pour moi. Ce soir, j'avais décidé donc de quitter mon appartement tranquille sur le port pour me promener en ville, et le cinéma attira plus particulièrement mon attention. Il y avait une importante concentration de population ce soir là, il était environ 22h30. Il ne faisait pas spécialement chaud ce soir là mais nous étions en Ecosse, en novembre, il ferrait toujours plus ou moins froid, mais jamais autant qu'au Canada sans donc, donc ça ne me dérangeait pas. Je m'étais donc calé dans un coin, histoire d'avoir une bonne vision des choses. J'étais assis à un bar à proximité de la boite à image et je regardais les gens passer devant moi sans capter ma présence ou presque. J'attirais quelques regards de jeunes femmes qui semblaient plus ou moins solitaire. Du désir ? De l'envie ? Un peu de ça, mais dans l'ensemble, je passais fortement inaperçu. Mais ainsi, dans cette position où je voyais du monde, je pouvais observer les races qui se côtoyaient pour la plupart sans vraiment s'en rendre compte. Et encore, je ne devais pas connaître toutes les races, les lycans, les vampires, les métamorphes et sans doute d'autres. J'observais chaque petit groupe que je pouvais voir de ma place, histoire de voir s'ils étaient vampires ou non, lycans ou métamorphe. Cela me démangeait tellement d'aller mètre une rouste à un de ces métamorphes, vraiment, mais je devais rester silencieux, ne pas faire de vague. Mais il n'y en avait que très peu à cette heure de la nuit, j'ai du en croisé un ou deux dans la soirée déjà.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Observer devant le cinéma n'est pas une cinécure ! [Livre 1 - Terminé]   Sam 7 Juil - 13:48


Après mon éveil en ce début de nuit j'avais décidé de prendre un peu l'air et de visiter Glasgow, un peu plus en profondeur. Depuis mon accession au titre de Maître vampire je n'avais guère eu de temps pour me changer un peu les idées,tout occupé à placer mes pions dans ma partie contre la dissidence. Néanmoins je m'étais autorisé quelques, trop rares à mon goût, récréations par exemple cette soirée où je me suis occupé du père de ma Pomme. Tout ça pour dire que ma première semaine de novembre avait été bien chargée, aussi ce soir je décidai de faire une pause. Enfin façon de parler, car je ne m'arrêtai jamais vraiment, réfléchissant sans cesse à comment pourra me servir telle ou telle rencontre, tel ou tel fait.

Aussi ce soir j'optai pour une promenade dans East End, le quartier d'où ne devaient sortir aucun vampires, du moins officiellement. Nous n'étions que peu à pouvoir habiter en dehors de ce dernier. Bien que n'étant plus shérif, je souhaitais tout de même me tenir au fait personnellement de la vie de la capitale écossaise. A présent que je régnais sur un territoire bien plus vaste qu'une simple ville, j'avais disséminé quelques uns de mes éléments de confiance pour veiller officieusement pour moi sur les shérifs à mes ordres. Ceci afin de limiter les cachotteries que ces derniers pourraient me faire. Malgré ce fait, Glasgow était particulière et je lui conférais un traitement tout particulier.

C'est donc dans le but d'estimer la situation dans laquelle l'avait laissé William que je parcourais le quartier nocturne de la ville. Et puis j'avais un second objectif aussi. Je me devais de juger si certains éléments qui travaillaient à l'époque pour le prince déchu, l'avaient rejoins dans la dissidence. Déambulant dans les rues, mes pas me menèrent jusque devant le cinéma de quartier. Après avoir regardé quelques instants la devanture du commerce, j’émis un sourire. Si la Grande Révélation en avait effrayé plus d'un, les dirigeants du cinéma eux avaient su tirer profit de l'évènement en engageant quelques nocturnes afin de rester ouvert 24h sur 24. Ne m'attardant pas davantage devant l'édifice, je traversai la rue pour entrer dans un bar afin de me poser un peu et d'ouvrir mes oreilles à la rumeur, comme j'en avais l'habitude du temps où j'étais shérif. Après avoir commandé un verre de Tru-Blood, j'ouvris mes sens à la population de l'établissement. J'analysai chaque son, m'attardant sur un extrait de conversation avant de passer à une autre. Tandis que j'écoutai ce qu'il se disait parmi la clientèle, une odeur familière vint me chatouiller les narines. Je dus me concentrer pour l'isoler du flot d'effluves de l'air ambiant.

Encore cette odeur, la même que j'avais senti il y a quelques temps sur le métamorphe que j'avais rencontré au port de Leith d'Edimbourg. Cette odeur animale qui me laissait penser que j'avais à faire au même type d'humain. Ne lâchant pas ce parfum du nez, je promenai mon regard sur les clients du bar afin d'en déterminer l'origine. Lequel d'entre eux émettait cette odeur?




HJ:
Spoiler:
 
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Observer devant le cinéma n'est pas une cinécure ! [Livre 1 - Terminé]   Jeu 19 Juil - 18:07

    Je restais en place sur la terrasse de ce bar, je n'avais ni chaud, ni froid. J'essayais d'observer de rester calme, sans agir, du moins pour le moment. J'avais toujours eu du mal à rester plus ou moins en place et de nombreuses circonstances. C'était pour moi un défi ou presque que de rester là sans bouger. Mais depuis que j'étais en ville, je me promenais énormément, même si je restais souvent à l'appartement, ressassant encore et encore ce qui m'étais arrivé avec Nevaeh. Je sais que je dois vivre à présent dans le futur, quelques choses que j'ai du mal à faire. Je repense à mon père que j'ai tué, à tous mes amis que j'ai perdu ce soir là. Je n'ai pu sauver que ma pauvre peau et celle de ma lupa. J'observais donc les jeunes femmes, les jeunes hommes qui étaient dans le bar, mais aussi qui sortaient du cinéma, ou qui se promenaient dans la rue. Je sentais aussi leur odeur. Il y avait beaucoup de chair putréfiée dans le coin. Il faut dire que l'heure est propice pour eux, ils peuvent sortir tranquillement sans se faire brûler par le soleil. Il y en avait dans le bar, je pouvais le sentir, l'un des derniers arrivants faisait partie de ces morts sur pattes, ceux qui ne devraient plus être là depuis très longtemps mais qui étaient encore là, à cause de je ne sais pas trop quoi. Je n'ai jamais cherché à comprendre pourquoi les vampires étaient là. Vous me direz, je connais leurs points faibles, je n'ai donc pas besoin d'en savoir plus pour les vaincre. Concernant les métamorphes, ma haine envers eux est encore plus grande, je ne les supporte pas, même si ceux du coin sont probablement sympathique, mais cela reste à confirmer. J'ai un grave préjugés sur eux quoiqu'il arrive, je sais que s'ils se mettent ensemble, qu'ils peuvent être redoutable, pire que cela même. En même temps, ma nouvelle meute semble solide, mais c'est ce que je disais aussi de ma précédente meute. Je me demandais à présent si l'un des vampires étaient dans la même position que moi, celle d'observer la population ici présente. Si quelqu'un agissait de la sorte, je devrais me faire repérer mais ça ne me posait pas de soucis. Si la personne en avais je courage ou le culot, elle viendrait me voir d'elle même.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Observer devant le cinéma n'est pas une cinécure ! [Livre 1 - Terminé]   Jeu 19 Juil - 18:43


Cela me prit bien dix minutes pour éliminer toutes les odeurs parasites et tenir clairement celle qui m'intéressait actuellement. Cette odeur bestiale si prononcée que je rencontrais assez souvent ces derniers temps, presque trop tant elle me rappelait que je n'arrivais pas à obtenir confirmation que ceux qui l'émettait étaient des métamorphes. Aussi je décidai d'entrer en contact avec l'émetteur de ce soir. C'est donc dans cet objectif que je me levai de ma table vers l'humain en question pour me présenter à lui avec uen certaine prudence néanmoins. J'espérais qu'il ne réagirait pas comme ce Irving et qu'il serait plus intelligent et posséderait davantage de maîtrise de soi.

Bonsoir monsieur, veuillez me pardonner de vous importuner de la sorte mais de la même manière avec laquelle vous aurez sans mal identifié ma nature, je pense pouvoir affirmer que vous n'êtes pas un simple humain, sans offense bien entendu. Accepteriez-vous ma compagnie quelques instants afin d'assouvir ma curiosité s'il vous plait? Je vous offrirai alors vos consommations de la soirée en contre-partie de votre temps. lui demandai-je poliment.

Décidément j'étais capable de m'abaisser bien bas pour ainsi prendre des gants avec cet humain. Mais en y réfléchissant bien, peut-être qu'il ne s'agissait en fait que de prudence. Cet homme était-il aussi fort qu'Irving? Si leur odeur était plus similaire que celle de Camille Fontayn qui néanmoins étaient toutes trois semblables, en était-il de même pour leur puissance? Je ne voulais pas prendre le risque d'un affrontement seul à seul, encore moins en public. D'autant que d'un point de vue purement physique, Irving semblait bien moins imposant que l'humain qui me faisait face. Quoi qu'il en soit j'attendis patiemment la réponse de mon, peut-être, futur interlocuteur tout en l'observant.

Si son caractère correspondait à son physique, je n'aurais pas à faire à quelqu'un de doux et modéré. En tout cas si par miracle nous nous entendons bien et qu'il cherche un boulot, il ferait un excellent agent de sécurité de par sa carrure et l'image qu'il renvoyait sans même prononcer un mot.
Encore fallait-il qu'il accepte de converser avec moi et que la discussion se passe bien. Et ce n'était pas gagné vue le bonhomme que j'avais en face de moi.


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Observer devant le cinéma n'est pas une cinécure ! [Livre 1 - Terminé]   Mar 28 Aoû - 15:49

    J'étais assis dans ce bar, j'observais mon monde, comme presque pour passer le temps mais ce n'était pas tout à fait le cas. J'essayais de m'imprégner de cette ville, de cet air qui semblait être à peine plus pollué que ce que j'avais connu. Je me sentais véritablement comme un étranger ici, alors qu'à Terre Neuve, je maîtrisais pleinement mon territoire, mais pas dans cette ville. Je me demandais qui vivait en liberté, les lycanthropes, les vampires, les métamorphes et les humains sans doute. Qui vivait en meute ou en groupe ? Les loups, c'était une certitude, mais les autres ? J'espérais que les métamorphes étaient encore en solitaire, sinon, nous pourrions avoir du soucis à nous faire. A cette heure du jour, sans doute que les vampires étaient nombreux, plus nombreux que les humains mais en sentant leur présence ce n'était pas encore le cas, trop tôt encore pour qu'ils soient là en majorité. Les simples mortels, insouciants ou non de la vie étaient donc les plus nombreux. J'avais repéré de la chair en grande putréfaction, autrement dit morte depuis plusieurs siècles, dans les 300 ou 400 ans, peut être plus, mais je ne pourrais vous dire l'âge exact. Cette personne était assez proche de moi, et d'un seul coup ou presque, elle est venue me voir, pour me tenir compagnie, du moins si l'on veut car je doutais sérieusement de ces bonnes motivations. Savait-il ce que j'étais exactement ? Apparemment non et c'était tant mieux, car je n'avais rien à lui dire ou presque sur moi, ma nature qu'il avait sentie différente. Surtout qu'il voulait me payer en boisson en échange de ces quelques informations. Un très très maigre prix pour des informations aussi capitales, aussi importantes que cela. Mais il voulait seulement me payer pour le temps passer avec lui, il savait tourner les choses à son avantage mais je n'étais pas dupe, loin de là. Je le regardais d'un oeil surpris mais également un peu hautain.

    " Et pourquoi devrais-je assouvir votre curiosité ? J'étais seul à cette table, si j'avais voulu de la compagnie, je vous aurais fait signe, mais ce n'est pas le cas ! "

    J'étais assez ferme dans mes propos mais je savais que cela ne l'arrêterait nullement, au moins, il était prévenu. Je n'allais pas coopérer avec l'ennemi aussi facilement, au contraire, je ferrais tout pour l'éloigner de la vérité. Il ne me faisait nullement peur. Il pouvait même me montrer ces crocs, qu'il ne me ferrait pas avoir le moindre frisson de crainte. Mais si j'étais ici, c'était pour me montrer calme, pour ne pas faire de bruits sous peine de devenir un simple cabot, rien de plus et j'étais déjà suffisamment ridiculisé dans le coin. Alors monsieur le vampire, qu'êtes vous prêt à faire pour apporter des informations à votre roi ou votre reine et agir comme un bon larbin ? Je guettais sa réaction. J'étais prêt à réagir verbalement, mais si jamais il voulait un affrontement physique, je prendrais congé. Il n'était pas tombé sur le bon homme pour un combat. Je ne voulais de toute façon pas faire de vagues supplémentaires dans cette mer suffisamment agitée.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Observer devant le cinéma n'est pas une cinécure ! [Livre 1 - Terminé]   Ven 31 Aoû - 13:26


Comme pressenti son ton fut rude et un poil méprisant, se pensait-il si important pour me parler ainsi ? Décidément il avait de plus en plus de point commun avec ce stupide Irving. Son comportement et son aversion envers moi, qui était un brin réciproque mine de rien, fit naître en moi une nouvelle question à propos des métamorphes. Y avait-il différentes ramifications de l’espèce pour que certains tendent plus vers l’humain et que d’autres soient plus… bestiaux ? Même si cette interrogation ne me donnait pas de nouveaux détails, elle me permettait néanmoins de nouvelles perspectives de recherches. Mais pour en revenir à mon interlocuteur désagréable, je conservai une expression aimable, et le ton allant avec, malgré l’agacement qu’il produisit chez moi que je dissimulai avec soin. Comment l’amadouer ou au moins l’amener à accepter que je lui offre un verre ? Je choisi d’essayer la première de mes options et repris à mon tour la parole, tout en restant debout face à lui, ce qui commença à attirer le regard des gens assis autour. Ils se demandaient bien pourquoi je demeurais ainsi debout devant l’humain sans m’asseoir. Si pour ma part cela ne me gênait guère, peut-être en serait-il autrement pour mon interlocuteur.

Et bien disons qu’au-delà du simple fait de votre nature, vous m’intéressez aussi pour une autre raison. Dis-je en lui souriant en observant brièvement les humains autours de nous qui nous observaient encore. Cela ne vous intéressera probablement pas mais malgré votre nature, et tout ce que cela induit entre vous et moi, votre stature et votre prestance vous font apparaître comme le candidat rêvé au poste d’agent de sécurité et je suis justement à la recherche de quelques individus à la recherche d’un emploi et correspondant au profil que mon entreprise recherche. La paye est correcte sans être mirobolante, agrémentée d’une prime de risque et de quelques autres avantages. Vous ne voulez toujours pas que je vous offre à boire ? dis-je cordialement en affichant un léger sourire.

Allait-il enfin accepter que je m’asseye avec lui ou me laisserait-il debout ? J’espérais vraiment que le regard insistant des autres personnes des tables proches le pousseraient à m’inviter à prendre place à sa table, ne serait-ce que pour ne plus attirer l’attention sur lui. A moins qu’il ne s’offusque de mon stratagème et qu’il décide de quitter l’établissement. Auquel cas je me ferai une joie de le suivre, prompt à me défendre si jamais il décidait de devenir violent. La rencontre avec l’ami de Shane m’a servi de leçon aussi je décidai de limiter certains risques. Car si je lui proposais un poste au sein de la Reds, ce n’était pas non plus pour lui offrir d’assurer la sécurité de mon immeuble, je ne le connaissais pas assez pour cela et sa nature similaire à celle d’Irving m’ordonnait de rester prudent avec lui. Mais en même temps s’il s’agissait bien là d’un métamorphe, le compter parmi mes hommes pouvait avoir son avantage par la suite. Encore fallait-il qu’il accepte et on en était pas encore là.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Observer devant le cinéma n'est pas une cinécure ! [Livre 1 - Terminé]   Jeu 13 Sep - 17:20

    Ce vampire essayait vraiment d'être aimable avec moi. Cela me faisait à peine sourire. Il voulait se jouer de moi, me poser des questions, avoir des informations qui ne le regardait pas. Me prenait-il pour un lycan ou un métamorphe ? Connaissait-il déjà l'existence de ces deux races ? Je les connaissais très bien, et si j'appréciais ma propre race, je n'appréciais pas celle des métamorphes, je les détestais encore plus que ce que j'avais comme pourriture devant moi à l'instant présent. Ils avaient failli me tuer, je pense que c'est suffisant pour les détester, non ? Ils m'avaient arraché de mon lieu de vie, ils m'avaient forcé à partir alors que je n'en avais pas envie pour me retrouver dans ce coin du monde l'Écosse que je n'appréciais pas forcément grandement. Le vampire restait là à côté de moi debout, sans s'asseoir. Il me semblait bien trop courtois pour être un bon vampire, un de ceux qui pourrait ne pas vouloir vous tuer dans le futur. Certaines personnes commençaient à regarder du coup dans notre direction mais je m'en fichais de façon royale. Il pourrait rester debout des heures durant, à moins qu'il ne trouve quelques choses de convaincant pour que je l'invite à s'asseoir. Mais peut être en aurait-il marre de rester debout et s'assiérait-il de lui même sans me demander la permission. Après tout cette chaise ne m'appartenait pas vraiment, mais je ne désirais pas que ces fesses refroidies posent leur royal postérieur ici. Il me dit alors que ma nature différente n'était pas la seule chose qui l'intéressait. Effectivement, il me proposait du travail. Cela aurait dû être intéressant, car je n'en avais pas, et qu'il m'en fallait un, mais je préférerais mourir que de servir un vampire. J'avais donc la posture pour être un garde du corps. Je prenais cela pour un compliment venant de sa part, cela avait dû lui écorcher la gorge ou presque, à moins qu'il n'ait déjà eu à faire à des personnes comme moi. C'était peut être la raison pour laquelle, il était si courtois, si prudent avec moi dirons-nous. Mais, son offre éveilla ma curiosité.

    " Je n'ai pas soif pour le moment. Dites m'en plus sur ce travail, je vous écoute. Peut être pourriez vous commencer par me dire votre prénom ! "

    Il me proposait du travail mais je ne savais même pas comment il s'appelait. Sans doute étais-ce une question de sécurité pour lui s'il était un vampire recherché ou haut placé. Ce ne serait pas étonnant que des groupies apparaissent lorsqu'il dirait son nom dans la salle. Mais pour le moment, le regard des autres n'étaient pas porté sur moi mais sur lui principalement. Et puis, qu'est ce que pourrait bien dire une poignée d'humain sur lui et moi ? Si quelqu'un est courageux peut être nous dira-t-il que nous parlons trop fort. J'ai envie de dire que c'est bien le cadet de mes soucis.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Observer devant le cinéma n'est pas une cinécure ! [Livre 1 - Terminé]   Mar 18 Sep - 14:42


Bien que mon interlocuteur conserve son ton déplaisant avec moi, il semblait curieux d’en savoir davantage quant au poste que je lui proposais, et me demanda de dévoiler mon identité, ou du moins mon nom. Bien ! Cette requête de sa part signifiait probablement que j’avais piqué sa curiosité, c’était un bon début à mon sens. Toutefois il s’abstint toujours de m’inviter à m’asseoir, aussi restai-je debout sans me préoccuper davantage des regards que nous lançaient les humains alentours. Je n’avais que faire de ce qu’ils pourraient penser ou dire, et j’étais certain qu’ils finiraient par se lasser de nous observer et s’en retourneraient à leur verre. Je décidai donc de reprendre la parole pour me présenter brièvement, tout en déposant une de mes cartes de visite sur la table. Si je ne lui avais pas tendu directement, c’était parce que son comportement jusqu’à présent me laissait penser qu’il ne l’aurait pas forcément prise de ma main, aussi n’avais-je pas voulu subir un quelconque affront et avais-je pris les devants.

Julien Guillemaud, je dirige la Redsecurity, entreprise privé de sécurité et service d’ordre de sécurité et service d’ordre privée. Mes agents ont à charge de veiller aux biens de nos clients, ainsi que leur sécurité lors de manifestations ou de soirées privées. L’essor de mon entreprise me contraint à recruter sans cesse du personnel, et vous avez le profil d’un bon agent de terrain. J’emplois tout aussi bien des humains que des vampires afin de répondre au mieux aux exigences de mes clients, que ceux-ci soient l’épicerie du coin ou quelque notable de la capitale.

J’attends de mes employés efficacité, discrétion et un comportement exemplaire. Si d’aventure vous acceptez de rejoindre la Reds, vous devrez mettre à profit vos aptitudes physiques mais aussi à votre intelligence. J’exècre les brutes épaisses incapables de s’adapter à une situation en gardant la tête froide, néanmoins vous ne semblez pas appartenir à cette catégorie de personnes de ce que vous laissez transparaître. Dis-je d’un ton cordial sans pour autant paraître hypocrite. Je devais la jouer fine avec lui, et ce dans le but qu’il accepte d’au moins réfléchir à ma proposition d’emploi, et surtout qu’il n’agisse pas comme Irving, sans réfléchir.

Qu’en pensez-vous monsieur… ?
Lui demandai-je afin de voir s’il acceptait de dévoiler son nom à son tour. Tout en attendant sa réponse je poursuivis ma réflexion à son sujet. Après tout rien ne nous obligeait à nous apprécier pour qu’il travaille pour mon entreprise, toutefois je redoutais que le fait que j’emploie aussi bien des vampires que des humains ne le rebute à accepter mon offre. S’il était comme Irving, cela pourrait être un frein à ce qu’il s’ouvre un peu. Néanmoins je souhaitais malgré tout tenter de l’embaucher, à voir s’il serait un bon agent. Et puis mon objectif secret derrière cette embauche était d’en apprendre plus quant aux métamorphes, et pour cela j’avais besoin de l’avoir près de moi.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Observer devant le cinéma n'est pas une cinécure ! [Livre 1 - Terminé]   Jeu 20 Sep - 14:41

    Il voulait donc me proposer du travail, un travail qui de toute évidence ne me plairait pas, rien que le type qui le propose me rebute totalement, alors je déclinerais, mais avant cela, je le laisserais mijoté encore un petit peu. Il n'avait pas peur des humains autour de nous, c'était une bonne chose. Je lui demandais également son nom, au moins, je pourrais mettre un nom sur ce visage de cadavre. Il n'était plus tout frais, ça se sentait. Il avait l'assurance d'un ancien, ayant vécu quelques siècles au moins. Mais si je restais courtois, je ne faisais pas preuve de gentillesse envers quelqu'un qui n'en méritais pas la moindre once. De toute façon, les vampires ne méritaient pas qu'on les considère, ils étaient violents et sanguinaires et celui-ci ne devait pas échapper à la règle. Comment le pourrait-il ? Vous avez déjà vu de gentils vampires ? Ce n'est pas possible, il n'y a que dans Twilight que j'ai pu voir ça, ce roman des plus minables qui fait briller le vampire au soleil. Non, mais je n'ai jamais vu ça. Que je sache, le vampire brûle bien comme il faut au soleil. Mais bon, là n'était pas la question, je le laissais donc déblatérer ces propos sur son emploi ainsi que son matricule. Julien Guillemaud, ça ne me disait rien du tout, mais au moins, je pourrais faire des recherches sur lui, ainsi donc que sur la Red Security. Rien que le nom est affreux. Il n'a pas trouvé plus original ? La sécurité rouge, autrement dit la sécurité par les vampires mais apparemment ce n'était pas tout à fait ça. Il employait donc des vampires mais pas seulement, des humains aussi et il faisait tout et n'importe quoi pour tout le monde, mais surtout n'importe qui j'en avais bien l'impression. Je souriais à la description de son entreprise, à son essor. On dirait un discours qu'il donne à qui veut bien l'entendre lorsqu'il aperçoit un type qui pourrait faire l'affaire. J'étais assez costaud et fort, j'avais la carrure pour ça, mais je n'avais pas les bonnes motivations. En gros, si je donnais mon accord, je lui appartenais pratiquement corps et âme, une belle fumisterie en somme. Garder la tête froide faisait partie de mon quotidien à présent, mais dessous, je bouillonnais. J'avais une furieuse envie de lui décrocher la mâchoire, mais il ne m'en avait pas donné de raisons de le faire. Il me demanda ensuite ce que j'en pensais en instant sur le monsieur. De toute évidence, il voulait mon nom. Il semblait m'avoir donné son véritable nom mais je ne ferrais pas de même.

    " Monsieur Martin Luther. "

    Devrais-je ajouter quelques choses ? Certainement, mais le silence punit l'insolence. Il aurait pu me demander poliment mon nom mais il ne l'avait pas fait, alors je ne lui en dirais pas plus. Il était intéressé par ma nature plus que pour mon profil de déménageur pour son entreprise. Il ne lâcherait pas l'affaire aussi facilement, s'était presque certains. Alors je le laissais mener la danse. Qu'avait-il à me dire à présent. Ferrait-il le lien entre Martin Luther et le protestantisme ? Peut être avait-il vécut à son époque, puisqu'il n'était pas si vieux que ça pour un vampire.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Observer devant le cinéma n'est pas une cinécure ! [Livre 1 - Terminé]   Ven 21 Sep - 13:22


Sa réponse me fit comprendre que je perdais mon temps avec lui car il n’avait nullement l’intention d’accepter ma proposition. En outre son calme apparent dissimulait probablement une envie de violence à mon égard comme cela avait été le cas chez Irving, cet autre métamorphe hostile. Si ces deux spécimens étaient aussi différents que celle que j’avais rencontré et ceux que je soupçonnais d’être de la même espèce, ce pourrait-il qu’ils n’appartiennent pas au même genre ? Ce pourrait-il qu’il existe une nouvelle espèce ? Cela ne serait guère surprenant en fin de compte mais un élément non négligeable quant aux événements actuels. Je notais dans mon esprit d’informer Augustus que j’avais rencontré un nouveau spécimen particulier afin de voir s’il me donnerait de nouvelles instructions à ce sujet. Je pouvais abandonner l’idée de l’embaucher au vu de son comportement, mais je décidais malgré tout de tenter d’en apprendre davantage à son sujet tout en faisant un point sur la situation.

Bien que nous soyons entourés d’humains je choisis de ne pas exclure l’éventualité d’un combat entre nous, et cela n’était guère plaisant. Il semblait plus puissant qu’Irving, ce qui signifiait qu’il l’était aussi plus que moi sur le plan physique. Conclusion : je devais éviter d’en venir aux mains avec lui, néanmoins cela n’excluait pas une joute verbale. Outre ma nature, je semblais l’agacer suffisamment pour qu’il demeure autant hostile, aussi décidai-je de ne pas devenir plus courtois avec lui. D’autant qu’il se foutait ouvertement de moi en prétendant s’appeler Martin Luther, me prenait-il pour un demeuré ?


Martin Luther dites-vous ? Vos parents devaient être pratiquants convaincus pour vous nommer ainsi, soit du protestantisme pour le germain soit de la déségrégation pour l’afro-américain. Vous ne semblez pas disposé à dévoiler votre identité, soit ! Cela ne me dérange pas au final, peut-être qu’un autre pourra davantage me renseigner à propos de votre nature. Car à ce que j’ai pu observer, vous n’êtes pas le seul spécimen de votre espèce, quelle qu’elle soit. Contrairement à vous et malgré la répulsion que notre nature propre nous impose l’un à l’autre, j’ai eu pour ma part le courage de me présenter. Mais je n’en attends pas autant de votre part, car bien qu’aussi puissant que nous autres vampires si ce n’est plus, vous ne nous êtes pas égaux en vérité. Dis-je d’un ton cordial, presque jovial malgré la situation électrique entre nous.

Je ne doute pas que vous chercherez quelques informations à mon sujet et grand bien vous fasse, néanmoins gardez à l’esprit que si je ne connais rien de votre identité, je finirai bien par la découvrir ainsi que d’autres membres de votre espèce. Vous êtes déjà le deuxième que je rencontre, aussi je pense bien en débusquer d’autres à l’avenir.
Lui dis-je en souriant d’un air narquois, tout en me préparant à fuir si nécessaire. Si je le provoquais délibérément je n’étais pas fou pour autant et savais n’avoir que peu de chances face à lui s’il décidait de m’attaquer. Pour autant j’étais prêt à voir s’il parvenait à mieux se contrôler que son camarade.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Observer devant le cinéma n'est pas une cinécure ! [Livre 1 - Terminé]   Ven 21 Sep - 15:00

    C'est vrai que sa proposition aurait pu être tentante, vraiment, je vous le promets. Bon d'accord, le simple fait qu'il soit un vampire me donnait envie de lui gerber dessus, alors travailler pour lui, encore rêver. Il comprendrait bien vite que je n'en avais rien à faire de lui. Il était bien bavard pour ne rien dire par rapport à moi, mais je n'avais pas besoin d'en dire beaucoup pour qu'il me comprenne très bien. Il se posait des questions sur ma nature et tout cela, il continuerait donc de s'en poser puisqu'il n'aurait absolument aucune réponse, aucune information venant de ma part. Je me doutais qu'il essayerait de me pousser à bout, mais s'il ne me plaisait pas, je n'avais pas envie de lui enfoncer mon poing dans le coeur, pas jusque là quand même. Et puis, je devais me montrer discret au possible, et ce n'est pas 300 ans de chair desséchée qui me ferrait peur. S'il l'avait voulu, il aurait pu me titiller sur le plan physique mais il se contentait d'une petite joute verbale avec moi. Enfin, si nous pouvons appeler cela une joute, parce qu'il n'y avait que lui qui parlait ou presque. D'ailleurs, il m'avait demandé mon prénom, et je lui avais répondu Martin Luther, j'aurais pu rajouter un King derrière que cela aurait fait la même chose. Mais s'il avait dormi pendant plusieurs décennies peut être qu'il ne connaissait pas ces personnages historiques. Ce ne serait guère étonnant venant de la part d'un vampire d'avoir aussi peu de connaissance que le dernier né. Je voulais donc savoir ce qu'il avait dans le ventre pour essayer de me faire parler, enfin dans la tête plutôt parce que du coup ces tripes ne seraient pas exposées sur la voix publique, ce qui était quand même mieux. Les humains aux alentours semblaient se demander ce que nous faisions, mais je m'en fichais. Une fois que cette tapette ne serait plus sur mon chemin, je m'en irais tranquillement. En tout cas, il fit étalage de sa connaissance en me parlant des deux Martin Luther connus dans l'histoire du monde. Je faisais une petite moue approbatrice alors, comme pour lui signifier que j'étais agréablement surpris de sa connaissance de l'histoire de notre planète. Il aurait pu croire que je m'appelais véritablement ainsi, mais il avait vu clair dans la simple diction de mon faux nom. Impressionnant quand même, je ne le pensais pas si malin, mais il avait d'autres cartes à abattre, je ne me faisais pas de soucis. Je l'écoutais donc me chatouiller les oreilles. Il disait qu'il avait eu le courage de se présenter. J'ai eu envie de dire que c'était la moindre des choses puisqu'il était venu m'aborder. En général, quand j'aborde quelqu'un que je ne connais pas, je commence par me présenter, chose qu'il n'avait même pas fait. J'avais du lui demander son prénom, un manque flagrant de politesse et de finesse. S'il avait été plus courtois, peut être qu'il aurait eu droit à mon prénom, mais là, il ne le méritait pas. S'il pensait me faire culpabiliser en me traitant de peureux, c'était peine perdu. Il me dit ensuite que nous n'étions pas égaux en vérité. Je ne vois pas en quoi cela se vérifiait vraiment. Qui me dit que tout ce qu'il raconte est vrai ? Si cela se trouve, il vient de s'inventer une entreprise simplement pour me faire croire qu'il en a une même si carte de visite qui était et resterait sur la table prouvait bien cela. Il me fit alors une menace comme quoi il saurait qui je suis, qu'il en apprendrait sur moi et blablabla. Je n'étais pas le premier de mon espèce qu'il rencontrait apparemment. Je suppose donc qu'un loup de la meute la déjà rencontré, ou alors un simple cabot, je ne sais pas de qui il peut bien parler. Il voulait donc débusquer d'autres loups. Il pensait m'avoir débusquer là ? J'étais assis à une table, je ne vois pas en quoi je me cache franchement. Son argumentation ne tenait pas bien debout, même s'il avait raison sur le fait que je fasse quelques recherches sur ce qu'il était dans le coin. Un simple vampire ou un peu plus que ça ? Vu sa carrure, et son ancienneté d'environ 300 ans, il pouvait être plus qu'un simple vampire, mais je ne pouvais pas le prouver. Il était toujours debout à côté de moi, il aurait eu l'occasion de s'asseoir, je n'aurais rien dit de spécifique, mais il ne l'avait pas fait. Il avait quand même un minimum d'éducation ce vieux monsieur.

    " Je suis impressionné par votre connaissance monsieur Guillemaud, je ne pensais pas que vous ferriez la liaison avec le protestantisme, mais vous avez vu juste, mes parents semblent être de lointain descendant de ce germanique comme vous dites. "

    Oui, je me fichais bien de ce qu'il avait pu dire après, ça ne m'intéressais pas du tout. Je continuais dans le sens que je voulais, à savoir celui où Seth Melberg n'existait pas. S'il voulait trouver des informations sur moi, il devrait de toute façon allait chercher ça bien en profondeur, car il n'y avait rien qui pouvait indiquer mon identité dans le coin, sauf peut être là d'où je viens au Canada donc. Pas sur qu'il fasse le voyage ou qu'il ait des contacts là-bas. Bonne chance pour vos recherches monsieur Guillemaud.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Observer devant le cinéma n'est pas une cinécure ! [Livre 1 - Terminé]   Lun 1 Oct - 2:15


Décidément l’atmosphère n’allait pas se détendre entre nous et il était temps pour moi de me rendre à l’évidence. Il n’était pas en mesure de passer outre notre répulsion réciproque et il ne m’apporterait rien ce soir à mon avis. Néanmoins je décidai de rester encore quelques instants avec lui, enfin face à lui, pour tenter d’en apprendre un peu plus. J’imprimais dans mon esprit l’ensemble du personnage afin de pouvoir parler de lui à Irving, si tant est que je recroise ce dernier dans les prochains temps. Pour l’heure je supportai sans mal la provocation de mon interlocuteur, juste retour des choses en quelque sorte vu la teneur de notre échange depuis plusieurs minutes aussi me mis-je à lui répondre avec un sourire.

Cela n’a pourtant rien d’extraordinaire je pense, il s’agit d’avoir un minimum de culture. Votre espèce n’en a pas le monopole monsieur, nous autres vampires en sommes dotés également, du moins pour la majorité d’entre nous. Et vous, l’ensemble de vos semblables fait preuve du même caractère que le vôtre ou bien vous me faites une faveur ? Non pas que je n’apprécie pas là ce dernier, il me rappelle simplement l’un de mes anciens animaux de compagnie.

Là encore je m’amusais à le provoquer histoire de le tester un peu avant mon départ. Si je le trouvais divertissant pour le moment, quoi qu’un peu frustrant tout de même, nul doute qu’il finirait par se braquer définitivement voire s’énerver franchement, aussi étais-je prêt à esquiver une éventuelle attaque. Si j’avais retenu une chose de ma rencontre avec Irving, c’était que si sa force égalait la mienne je le dépassais à propos de la vitesse. Toutefois celui que j’avais devant moi semblait plus fort encore. Cela n’augurait rien de bon si nous en venions aux mains lui et moi. Son comportement ne m’assurait en rien qu’il arrive à contenir son aversion envers moi si je continuais à le provoquer.

Je suppose que vous n'allez pas accepter ma proposition vu votre comportement assez primaire. En fin de compte vous lui ressemblez plus que ce que je m'imaginais au début de notre conversation.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Observer devant le cinéma n'est pas une cinécure ! [Livre 1 - Terminé]   Sam 6 Oct - 14:06

    Ce type savait très bien au fond de lui que je ne lui dirais rien que je me jouais de lui. Il comprendrait tout seul, au bout d'un moment que je n'avais rien à voir avec lui, et que ces questions resteraient sans réponses. Il était un buveur de sang, jusqu'où était-il prêt à aller pour avoir ces informations ? Certainement très loin, mais il avait en face de lui un adversaire à sa mesure comme ce devait être rarement le cas. Je le voyais bien s'amuser avec de pauvres humains, sans doute avait-il une petite pomme de sang qui l'adorait mais qui n'avait rien demander à personne, un jouet à la mesure de son intelligence, vulgaire et sans ambition. Il avait un peu de connaissance, c'était certains, tout le monde ne m'aurait pas parler de Martin Luther. Je lui révélais donc que mes parents étaient en effet des descendants de cet homme là. Il ne devait pas en croire un strict mot, mais peu importe, je verrais bien sa réaction, il essayerait de grappiller une ou deux informations, par ci par là. Il me dit alors que la culture appartenait à tout le monde et qu'il n'était pas bien difficile d'en avoir un petit peu. Les vampires étaient donc cultivés selon ces propos. Je ne pouvais pas m'empêcher de sourire tout comme lui. Tous, qui que nous soyons, nous faisons les mêmes erreurs que nos ancêtres, à toujours se croire les plus malins, on finit par se brûler plus ou moins dangereusement. Je ne vois pas en quoi je lui faisais une faveur par rapport à mon caractère mais vraisemblablement, ça sentait le vécu. Il avait du rencontrer des lycans ayant une odeur semblable à la mienne. S'il pensait m'insulter en disant que mon caractère lui faisait se rappeler un ancien animal de compagnie, il se fourrait le doigt dans l'oeil. Je souriais encore plus d'un sourire plus prononcé à cette réplique digne d'un enfant de 10 ans. Mais je ne disais rien, je sentais qu'il avait encore quelques idioties à me sortir. Il traita mon comportement de primaire, alors que nous ne faisions que discuter. Je ne voyais pas le rapport mais sans doute en avait-il un dans sa tête puisqu'il me comparait à quelqu'un d'autres sans que je ne connaisse l'élément de comparaison.

    " Je ne pensais pas que les vampires bien que vieux garde un esprit d'enfant comme vous, c'est assez étonnant mais vous n'êtes pas le premier que je croise qui agit de la sorte. Vous ne représentez rien pour moi, vous n'êtes pas intéressant pour deux sous. Mais je pense que vous le saviez déjà. J'espère que je vous amuse un minimum quand même. Ce serait le comble que notre conversation ne vous amuse pas. "

    Je ne sais pas comment est ce qu'il prendrait cela, mais je jouais parfaitement son jeu en répliquant de la sorte. J'étais pour lui un animal de compagnie, bien docile, vivant encore à l'âge de pierre. Et lui, qu'est ce qu'il était ? Un petit enfant ayant trouvé un nouveau centre d'intérêt en ma personne qui voulait s'amuser un peu en me lançant quelques piques et en voulant tout savoir sans rien payer. Il se montrait cependant prudent, la seule chose de valeur dans cette carcasse desséchée.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Observer devant le cinéma n'est pas une cinécure ! [Livre 1 - Terminé]   Dim 7 Oct - 17:00


L’homme qui me faisait face répondait à ma provocation de la même manière. La situation était dans une impasse et je commençai à trouver la discussion un brin ennuyante tant il était insipide. Jetant un coup d’œil à ma montre je posai mon regard sur lui avant de reprendre la parole à mon tour, un sourire aux lèvres.

Je n’avais pas pour objectif de vous paraître intéressant le principal étant que vous le soyez à mes yeux, votre avis m’importe peu en définitive. Et vous n’avez rien d’amusant, bien au contraire, vous êtes plutôt triste. Cependant vous êtes des plus intéressant car très instructif, malgré votre animosité à mon égard aussi me contenterai-je de cela. Je regardai à nouveau l’heure à mon poignet et poursuivis. Je vais à présent vous laisser seul pour ne pas abuser de votre patience mon cher Luther, dis-je en affichant un léger sourire. Gageons que notre prochaine rencontre se passe mieux, d’ici là j’espère en savoir davantage à votre sujet. Si jamais par un prompt hasard vous chercher du boulot et êtes en mesure de passer outre vos sentiments à mon égard, venez me voir bien que cela soit des plus improbables.

Je sortis un billet de ma poche intérieur et le déposai sur la table devant laquelle je me tenais encore debout puis lui tournai le dos avant de sortir de l’établissement. Je pris une inspiration afin de faire disparaître l’odeur nauséabonde de mon ancien interlocuteur puis pris la direction du centre-ville pour me changer les idées.

Ce soir les poches de sang ne me suffiraient pas, car je n’avais pas soif de sang mais de violence. J’avais besoin de me défouler et la mort d’un humain me ferait le plus grand bien. Aussi de retour à mon logement de la capitale, je pris ma voiture puis m’arrêtai sur la route entre Glasgow et Edimbourg pour ramasser une prostitué et l’amenait dans ma demeure que j’occupais étant shérif. La jeune femme crût un instant avoir décroché le gros lot d’un homme riche au vue de ma voiture, et la liasse de billet que je posai sur la table basse du salon en arrivant finit de la faire rêver. Je la laissai débuter son jeu de séduction avant de l’embrasser et de l’amener à me suivre dans ma cave. Lorsque nos lèvres se séparèrent et qu’elle découvrait la pièce, son regard croisa le mien et je vis qu’elle avait compris. Compris qu’elle ne survivrait pas à cette nuit-là. Avant même qu’elle n’eut pu émettre un son, je l’attrapai à la gorge et la fit tomber d’une claque au sol et c’est ainsi que début la douce symphonie de la douleur.
Je n’avais aucun souci à me faire quant à ses cris connaissant les capacités d’insonorisation de ma cave. Lorsque la porte était close comme c’était actuellement le cas, aucun son ne remontait et j’avais tout loisir de faire hurler mes victimes. Celle du moment était au sol, la main sur sa joue endolorie et les yeux pleins de larmes, apeurée. Plantant mon regard dans le sien, j’usai de mon don hypnotique pour qu’elle vienne à moi et m’offre son cou. J’y plantai mes crocs pour m’abreuver de son sang avant de débuter mon jeu macabre. Le reste de la nuit ne fut que sexe, douleur et sang pour qu’avant le lever du jour je ne jette son corps sans vie et mutilé dans la baignoire en fonte de la pièce et que l’acide ne commence son œuvre. Une fois son cadavre totalement liquéfié et évacué je montai dans ma salle de bain au premier étage pour prendre une douche avant de plonger dans mon sommeil diurne l’esprit enfin apaisé. La nuit suivante je rentrerai à Glasgow mais ce soir j’avais l’envie d’être seul, même si avoir ma Pomme sous la main aurait été la bienvenue. Plus le temps s’écoulait et plus je sentais que je m’attachais à celle qui n’était que mon jouet il y a encore quelques temps. Le fait qu’elle devienne peu à peu comme moi, qu’elle perde son humanité pour devenir pleinement mienne y était probablement pour beaucoup. Il semblerait que j’allais avoir prochainement ma première servante , et elle serait parfaite.


HJ :
Spoiler:
 
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Observer devant le cinéma n'est pas une cinécure ! [Livre 1 - Terminé]   Jeu 25 Oct - 15:00

    Alors comme ça j'étais plutôt triste. Comme cela me faisait de la peine de l'apprendre de la bouche de quelqu'un qui ne devrait plus être là depuis plusieurs années. J'étais triste mais intéressant, instructif. C'était un peu paradoxal d'entendre ça mais bon, j'étais face à une vieille peau alors des paradoxes, ils en étaient remplis, un de plus ou un de moins. Il regarda alors machinalement sa montre. Je savais qu'il ne tarderait pas à partir, il avait assez perdu de temps avec moi, et vis versa. Quoique, cela avait égayé ma soirée d'observation devant le cinéma, ce n'était pas si mal que ça finalement. Il me dit qu'il espérait que notre prochaine rencontre se passe mieux. J'en doutais fortement, surtout qu'à présent, je connaissais son visage, que j'avais même son petit numéro de téléphone, j'avais son nom et l'adresse de son entreprise. J'en savais déjà pas mal sur lui, mais lui ne savait rien, pour le moment, mais je doutais qu'il trouve beaucoup d'informations sur ma petite personne. Il en ajouta une petite couche sur le fait de travailler pour lui mais jamais ce ne serait le cas, il le savait mais c'était simplement plus fort que lui, voilà tout. Il déposa un billet sur la table avant de filer discrètement. J'avais un petit sourire en coin. Il n'avait même pas osé s'asseoir en face de moi.

    Pourtant, je me posais une question primordiale. Savait-il ce que j'étais exactement ? Il s'en doutait, c'était sur, il savait que je n'étais pas un simple humain, mais savait-il qu'il était en face de son ennemi mortel de toujours, depuis la nuit des temps ? Nous savions tous pour l'existence des vampires, mais eux, savaient-ils que nous existions ? Je ne saurais le dire, mais je pencherais pour une réponse négative. Il n'y avait pas eu de guerre entre lycans et vampires depuis un petit moment, et c'était sans doute mieux comme ça. Il était donc partie, je ne sais où, peut être était-il partie pour tuer un humain, séduire une humaine, faire couler le sang sans doute, à moins qu'il ne fasse autre chose, je m'en fichais royalement. Je continuais donc à observer les gens autour de moi, leurs habitudes, leurs façons de faire, j'essayais de m'imprégner de cette ville qui m'était donc étrangère. Je n'avais pas fait de vague comme le désirer Mary. Je n'avais rien dit à mon sujet, ni concernant la meute. Je me renseignerais cependant sur les fonctions de ce vampire, peut être était-il influent dans le domaine, peut être était-il en bas de l'échelle, peut être qu'il était simplement en quête d'informations pour son roi. Sans doute n'est-il qu'un petit larbin, sous fifre du roi, je ne vois pas d'autres choses ... La soirée n'était pas finie pour moi en tout cas, ni pour lui de toute évidence ...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Observer devant le cinéma n'est pas une cinécure ! [Livre 1 - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Observer devant le cinéma n'est pas une cinécure ! [Livre 1 - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Observer devant le cinéma n'est pas une cinécure ! [Livre 1 - Terminé]
» Le château de Fougères
» " Demain, l'Humanité comparaîtra devant le tribunal de ma volonté. " [ Alec Z. Skylord ✥ terminé ]
» René Civil devant le tribunal criminel
» La mort la plus lente de tout le cinéma : Sortez le pop-corn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: East End :: Cinéma
-
Sauter vers: