AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]
MessageSujet: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   Sam 2 Juin - 4:40


- Alors marché conclu monsieur !

William serra fortement la main de l’homme alimentant un peu plus son pouvoir sur ce dernier. Il savait parfaitement ne pas rabaisser sa garde : notre Vampire ne referait plus les mêmes erreurs en jouant l’optimiste et le vaniteux. L’humain se trouvait un homme simple malgré sa stature d’homme d’affaire. Il devait être dans la mi-trentaine avec un sang O + presque parfait. Oui car, notre cher William n’arrivait jamais à trouver la saveur parfaite malheureusement. Mais quel fin palais celui-là. L’homme portait le complet, mais sans la cravate à l’inverse de notre cher Vampire maintenant si bien connu de vous chers lecteurs. Ils travailleraient aussi sur l’habillement. Pour être performante, une entreprise doit entretenir tout dont sa fierté. William en savait des choses et son aide, pour tout dire, arrivait juste à temps. La seule condition que du accepter Liam L. Wilson fut de servir de servir de banque de sang à William lorsque ce dernier le demandera et de pouvoir le loger dans la maison Wilson du West End. Comment l’humain aurait-il pu refuser ? Premièrement, William le vidait de son sang si tel était le cas. Puis, les idées exposées par le Vampire pour l’entreprise étaient admirables. Était-ce les pouvoirs vampiriques qui alimentaient l’intelligence de cet homme ? Peu importe, car Liam en fut presque tombé amoureux. Heureusement, l’humain vivait séparé de sa femme depuis un moment déjà.

- Parfait M. Wilson. Votre détermination est admirable. Sachez toutefois que je dormirai de jour. En somme, nous travaillerons entre 20 heures et 23 heures.

Rétorqua un William détaché de toute émotion observant avec solidité et pouvoir son nouvel employé. Ce dernier hocha cordialement la tête comprenant tout à fait. Non, Liam n’était point le seul. Beaucoup d’autres étaient sous ses ordres. Toute une petite escadrille humaine juste pour lui. Ce n’était pas magnifique ? Presque des esclaves. Il se sentait si bien. Alors papa, avoues que je m’en sors mieux que tu le pensais au départ songea-t-il un mince sourire à la commissure de ses lèvres. Le seul agacement de notre cher William était de ne pas porter du sur mesure. Il avait un veston et un pantalon noirs acheté chez un magasin de vêtements. Une chemise blanche et une cravate noire trônait vers le centre de son torse. Néanmoins, William garda les chaussures noires de sa soirée catastrophique. On se trouvait dans le Centre-Ville de Glasgow. Les mains dans les poches, William se promenait nonchalamment tout en ayant l’une de ses oreilles hyper-sensible sur son employé. Finalement, il lui donna congé en un salut de la tête on ne peut plus formel et non discutable.

Alors que l’humain disparaissait de sa vue, William l’observa tout du long. Bon, au moins, il lui semblait fidèle. Trop heureux de ne point perdre son entreprise et épanoui par les prouesses économiques du Vampire. Mais quel idiot songea alors William un sourire sadique au visage incapable de l’en dissuader. Bientôt serait la fête d’Halloween. Tous les commerces du centre-ville étaient décorés à cet effet. Notre Vampire remarqua nombre de figurines, de déguisement appartenant à son espèce. À chaque année, il s’amusait, rigolait de voir tant d’ignorance et d’innocence par rapport à eux. C’était, cependant, trop génial qu’on les aime autant. Certains observaient encore notre homme à la manière d’un Prince : les femmes surtout. Toutefois, d’autres ayant entendu parler du problème, semblèrent presque passer sur l’autre trottoir tant leur peur était palpable. William se délectait de cette peur ne s’arrêtant pas pour autant de marcher. Il prenait la vie lentement, à un bon rythme. Il n’était plus Sheriff et obtenu un emploi de sa trempe. Tiens, son regard bugga sur une petite librairie : «Keats & Books» Il ne connaissait pas ou, en tout cas, pas encore. William avait été, et est encore, un homme curieux et aimait s’entraîner dans ses propres désirs. N’ayant rien de mieux à faire, il poussa la porte de l’établissement et entra. C’était une petite libraire soit rien à voir avec le «Mitchell’s Library» où il discuta la première fois avec Sasha Oppenheimer. Justement, il se demandait si cette Wathereey le contacterait. Il s’ennuyait. Il avait envi de régler son compte à quelqu’un avec tous les problèmes lui étant tombés dessus. Puis, le rayon des livres sur les Vampires attira son attention. Machinalement et avec peu de tact, faisant référence à la véracité qu’il apportait à ce genre de livres, William s’empara d’un livre de taille plutôt moyenne et le feuilleta.

- Hm … Qu’avez-vous à raconter sur moi ?

Murmura-t-il pour lui-même le regard plongé en le livre. Un sourire amplifia ses lèvres et il rigola un peu incapable de s’en empêcher plus longtemps. William avait, bien évidemment, entendu quelqu’un approcher – 19h :30 soit pas trop tard pour un jeudi soir, - mais n’en laissa rien paraître. Il enviait la réaction de cette personne. Ce serait peut-être amusant et le sortirait de son ennui.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   Dim 3 Juin - 18:11

Ce que je venais de vivre était tout bonnement abominable. D'abord, il y avait eu cette horrible réunion au manoir royal, où j'étais arrivé en retard, d'ailleurs, mais par bonheur, j'avais été placé vers le fond, à gauche, quasiment à la même place qu'à la cathédrale, pour le mariage de la reine et de son fils (ce qui, soit dit en passant, sembla aller contre l'avis égalitaire énoncé par Julien -sauf concernant les maîtres vampires, bien entendu-). Triste souvenir, mascarade pendant laquelle tout le monde s'était moqué de moi, à commencer par Hannah, qui ensuite, m'avait trainé dans la boue devant son amant, alors qu'elle l'avait éhontément délaissé en se pendant au bras de Léopold, avant de m'appeler au-secours une fois seule. Et ... bon bref, j'allais pas rabâcher tout çà... bref, je m'étais glissé à cette réunion, observant de loin en loin Belle Renard, que je devais espionner pour la sécurité du Prince. C'était fou, ce qui s'était passé ! Le roi, la reine, leur esclaves humains, et puis le Prince et Hannah (je m'étais pincé pour être certain d'avoir bien vu !!!), et le shérif d'Edinbourg juste à côté de lui. Voir Léopold me serra le coeur... ce maudit, cet intriguant. Je pensais toujours que lui et Hannah étaient liés dans un complot contre William, bien plus que Belle Renard... C'était au moment où Janna Raybrandt disait : « C’est un immense honneur ma Reine. » De moins en moins à l'aise, et ignorant tout de ce qui s'était passé avant, je ne pipais mot et retint mon souffle. Waouhhh... la suite me sidéra et expliqua la lourdeur de l'atmosphère. Mon Prince ? destitué ?!!! Et si je surgissais, au milieu de tout çà pour protester ?!!! J'allais le faire mais me souvins des sages paroles de Guillemaud et restais tranquille. Quant à la suite, elle m'estomaqua :
Toutefois, je salue le dévouement et le courage
dont fait preuve Mlle Renard dans ses nouvelles fonctions même si, elle
ne devrait pas mettre en doute votre capacité, mon Roi, à traiter
convenablement vos servants humains.

Je me tordis le cou pour mieux voir l'expression du shérif d'Edimbourg et vérifier... pas de doutes, Belle avait bien manoeuvré et prenait quasiment la place de William ! quant à l'épouse de ce dernier !!! J'étais furieux ! voir mon Prince ainsi dépouillé. Je me penchais vers mon voisin et il m'apprit l'incroyable... William avait tout, absolument tout perdu !!! Un cri s'étrangla dans ma gorge et je tombais à genoux. En attendant, si Belle en avait après le fils de la Reine, pourquoi agissait-elle ainsi ? mais comment... ? mystère. Tout cela n'avait plus beaucoup de sens : si elle en voulait à William, en quoi le fait qu'il soit destitué et privé de tous ses biens servait son ambition ? En tout cas, y avait une justice : Hannah changeait de main et sa vie allait bien changer : "ah ah ah " songeais-je soudain ravi. Julien reçu une goutte du sang du roi et j'admirais sa conduite, me promettant de la copier à l'avenir, y compris en cas de gifle : quelle hauteur, quelle puissance dans cette apparente humilité ! mais il avait quelques siècles pour supporter cela. Et moi, seulement trois ans. Peu à peu, il devenait mon "idole", si je puis dire. Mais au final, la non-vie de William n'était pas en danger. Je vis Torben saisir le Prince déchu par le col et le jeter dehors, je voulus intervenir, mais ne le pus d'où j'étais, coincé par l'assistance, je ne vis pas tout. Et réflexion faîte, ce n'était pas le moment. Pas le moment du tout... Je devais sortir de là, absolument : après tout, on ne m'avait pas vu entrer, on ne me verrai pas sortir... quand je sortis enfin, ce fut pour voir détaler la Jaguar.... j'étais effondré, mais je partis quand même, j'en avais assez vu comme çà.

================================================
Quelques nuits plus tard :

J'avais fouillé partout, aucune trace du Prince. J'avais fait un tour à la Pomme du Diable, espérant l'y trouver, cherchant un minimum pour survivre, mais en vain, en plus, je risquais gros à trop montrer mon impatience de le trouver. Donc, j'assurais mon boulot, l'air de rien, sans chercher à joindre Julien non plus et les nuits avaient passées, toutes celles où je devais bosser, en tout cas, j'écoutais tout, ne disais rien, ou seulement pour aller dans le sens de ce qui s'était passé : surtout... ne rien laisser paraître qui put me trahir. Peut-être qu'après tout, William était parti, finalement... qu'il avait quitté la ville ? Vint enfin la soirée de libre... Un jean, un vieux sweet, une veste en jean fourrée en mouton et des baskets éculées, je passerai inaperçu. Qu'avais-je à faire ? rien... Je marchais sans but et mes pas me portèrent jusqu'à cette librairie où j'avais rencontré l'étrange bonhomme sombre qui tentait de m'expliquer ce que j'étais. Peut-être que je le reverrais ? çà me ferait du bien. Oui, j'avais envie de le revoir. Une sorte d'espoir grandit en moi et j'accélérais, poussais la porte, déjà plein d'espoir de le retrouver, comment s'appelait-il déjà ?

*Nathanaël...*

Un prénom biblique pour une visite aux frontières des origines de ce que j'étais devenu. Je montais tout de suite dans ce recoin du premier étage, là où nous nous étions installés. Le peu de lumière se concentrait sur les deux fauteuils et je distinguais une silhouette en contre jour qui murmurais pensivement :

- Hm … Qu’avez-vous à raconter sur moi ?

Curieusement, il me fit penser à moi, quelques semaines plus tôt et je répondis :
-
Il vous dira ce que vous voulez entendre...

C'était un vampire... à croire qu'on cherchait tous la même chose :

-
Que vous êtes supérieur à toutes les autres créatures... un seigneur parmi les maîtres, mais la réalité est beaucoup plus brutale : prisonnier pour l'éternité d'une hiérarchie écrasante, fourbe et jalouse des biens d'autrui, vivant de rapines pour le plaisir de détruire ceux qui possèdent. L'humanité reproduite pour l'éternité, en quelque sorte, mais bien plus sordide.

Là, j'avais trop parlé : mon modèle, Julien, m'aurait certainement vertement réprimandé, mais vous savez ce qu'on dit : "chassez le naturel, il revient au galop !".
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   Lun 4 Juin - 5:49

Il l’avait reconnu, mais ne désirait pas voir cette personne. Enfin, oui il souhaitait voir ce jeune Vampire. Oui, pour l’étriper et ramener ses canines à la Reine. Comme elle le lui avait demandé deux mois auparavant. Wow ! On avait l’impression que cela faisait des lustres ce temps agréable … Ce dernier moment à être en compagnie de Krystel Raybrandt celle tant aimée, mais aussi tant détestée. Il l’aimait comme il la haïssait. Il ne pouvait pas faire autrement. Jamais, elle ne lui avait laissé une chance. Jamais ! Certes, il ne pouvait pas s’empêcher d’être là et tâcher de se démontrer le plus fort, le plus valeureux. Tout ceci était loin alors que cette voix provenant d’un idiot de première classe claquait au son acoustique de la librairie emplie de livres de toute sorte. Leslie Ryan Anderson. Il le cherchait peut-être … Tss ! Hypothèse stupide, car William doutait fortement que … Non, peut-être le cherchait-il vraiment. Ce type pouvait être totalement stupide parfois, mais d’autres fois l’intelligence le rattrapait. Rien n’était perdu donc avec ce jeune Vampire. Peut-être pourait-il encore le servir : un jour.

- Qu’est-ce que tu racontes encore ? Tu n’as pas encore fini d’avoir envie de jouer l’idiot ? Leslie.

Répliqua sur un ton empli de mépris, de sarcasmes William. Bien sûr que ces paroles le firent tiquer. Ce fut exactement ce à quoi notre renégat a été plongé dedans. La hiérarchie écrasante, un seigneur et maître condamné à se trouver une nouvelle vie. Il se mordit l’intérieur de la bouche pour avoir eu une émotion quelconque par rapport à cela. Il venait de donner raison à ce crétin de première classe qui ne put aucunement s’empêcher de mordre Hannah sa servante humaine ! Il avait encore quelque chose à faire à ce Vampire en fin de compte. Le fait qu’ils se rencontrent par hasard – où le fut-il véritablement ? Qui envoyait Leslie ? – était le parfait moment. William avait une envie folle de se défouler depuis un moment. De laisser sortir sa frustration, ses tourments … Ce serait parfait ! Ok, il ne faudrait pas tacher les beaux livres sinon le propriétaire ne sera pas content. Hm. Dommage, il ne pouvait pas se permettre de dépenser trop actuellement. En somme, entre deux allées, William faisait face à Leslie. La tête haute et semblant aussi puissant, aussi dur qu’avant, on avait une extrême difficulté à comprendre s’il lui était réellement arrivé malheur. Il ressemblait trait court trait à ce Prince, à ce Sheriff tant connu auparavant. En un geste rapide et machinal, il s’avança derrière le fauteuil et laissa tomber le livre en celui-ci. Aucunement, il ne lâcha Leslie des yeux. Fût-il le Roi qui demanda à Anderson de le rechercher partout ? Si oui, il ne faudrait pas à notre Vampire de tuer ou blesser ce dernier. Augustus saurait : son père savait tout de toute manière. Un sourire en coin surgit et dans un petit sarcasme, il enchaîna.

- Tu te rappelles notre conversation au début août : que je te donnerais une punition. J’aimerais bien tu sais … J’aimerais amplement le faire maintenant. Te dépecer morceaux par morceaux pour le crime que tu as commis. Oh ! Je crains même que le mien soit DIABLEMENT MOINS PIRE !

Termina-t-il dans un ton de voix plus dur, plus fort que précédemment. Trahir se situait moins dramatique que boire le sang d'un serviteur humain. C'était clair ! Trop clair et William n'arrivait tout simplement pas à comprendre ce qu'il a passé par la tête de Leslie ce soir-là. Il avait faim ! Et puis quoi encore. Il y avait des tonnes et des tonnes de True Blood pour lui. Peu importe, le reste de ses paroles fut demeuré sadique et parfait. Il léchait élégamment ses canines sorties depuis peu. Baissant le regard, il prit un faux air accaparé et triste renfrognant les épaules vers l’avant, vers le bas. Les mains vinrent toucher le haut du fauteuil sur ses devants.

- Mais tu as de la chance Leslie. Je n’ai plus le droit de punir. Je ne suis plus Sheriff. Oh quelle chance ! Alors, c’est le Roi qui t’as demandé de me retrouver ?

Continua-t-il sur un ton plus léger, plus dans les ténors habituels. Léger, mais aussi sarcastique. Ses yeux marron se posèrent sur son compatriote à la suite de ses dernières paroles. S’il osait lui mentir. De toute manière, William ne raterait aucun geste ni tic qui pourrait se glisser en le Vampire turbulent de ces derniers temps. Son regard intimidant à souhait se concentrait.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   Mar 5 Juin - 14:31

L'ombre à laquelle je m'adressais ne ressemblait pas à Nathanaël, mais comme je me trouvais dans cette sorte de temple du savoir, j'escomptais bien tomber encore sur quelqu'un qui éclairerait ma lanterne sur les origines du mal m'ayant rendu immortel. Car pour moi, nul doute que cela était mauvais et non divin, pour la bonne et simple raison que Dieu avait permis que son Fils unique meurt sur la croix, pour revivre, mais sous une autre forme... pas avec le même corps. Fort donc des explications de l'église d'Ecosse, je continuais d'avancer de mon mieux, dans la non-vie qu'une folle m'avait imposé.

- Qu’est-ce que tu racontes encore ? Tu n’as pas encore fini d’avoir envie de jouer l’idiot ? Leslie.

Je sursautais, surpris par cette voix que je connaissais si bien ! Mais oui ! c'était bien le Prince !!! Mes yeux s'ouvrirent d'abord démesurément, puis, je me repris et me retins de me jeter à ses pieds, pourtant, ma voix me trahit sans doute sur ce que je ressentais pour lui : une admiration et un amour sans bornes (!).

- Mon Prince... vous êtes donc là... je vous ai cherché si longtemps. Lors de cette nuit terrible, le temps que je parvienne à m'extraire de l'assemblée, ce ne fut que pour voir votre voiture filer dans la nuit. Toutes ces nuits, je suis allé travaillé à La Pomme du Diable, espérant vous voir sur le chemin, que vous prendriez contact avec moi. Mais rien... et là...


Bref, j'étais ravi de le voir, soulagé aussi qu'il n'aille pas si mal que çà, qu'il se soit visiblement remis des mauvais traitements dont il avait été victime et dont je ne dis rien, évidemment, toujours cette force, cette superbe... ce maintient princier. Je n'oubliais pas ce qu'il avait fait pour moi, ou plutôt pour Evey qui m'avait sauvé et confié à lui. Mes yeux devaient briller en cet instant... Même s'il me parlait si mal... car ce n'était certainement pas après moi qu'il en avait, mais contre tous ces traîtres qui l'avaient jeté dehors comme s'il n'était rien ! Aussi, j'acceptais tout. Conscient tout de même que je ne pourrais jamais être l'ami d'un vampire aussi vieux que lui, rien ne m'empêchais cependant de le servir de mon mieux, même (surtout !) dans l'adversité. Mon regard suivit le livre qui rebondit sur le siège avant de s'y installer sagement. Le dossier du fauteuil cachait en grande partie le corps du prince et je me surpris à me demander s'il se protégeait de moi...

* Il a peur de moi ? se défie de moi ? * je chuchotais :

- Mon prince...

sans pouvoir rien ajouter tant j'étais peiné qu'il puisse nourrir de tels pensées sur moi. Quant à la punition... Je haussais les épaules :

-
Si vous le souhaitez... je me laisserai faire. Si boire mon sang peut vous rétablir dans vos biens et titres-je renversais la tête en arrière, joignant ainsi le geste à la parole-, et bien, prenez : je vous le donne. Pour moi, vous êtes toujours le prince à qui Evey m'a confié et je n'oublierai jamais ce que vous avez fait, supporté pour moi. Car je vois bien que vous me considérez comme un poids, maintenant, comme avant. N'empêche que vous m'avez gardé.

Mais il me poignarda :

Alors, c’est le Roi qui t’as demandé de me retrouver ?

Ah ! çà alors !!! c'était trop !

-
N'importe quoi ! Vous croyez que j'obéis au roi après ce que je vous ai dit ce soir là à La Pomme du Diable ? hein ?

J'avais repris ma liberté de parole, celle qui, visiblement, dérangeait tant dans ce monde archaïque d'immortalité volée à Dieu :

-
Ne vous avais-je pas prévenu ? dis que tout çà était un coup monté du roi ? épousé votre mère, d'abord, vous imposer cette pimbèche ?!!! et après, Hannah, son comportement plus qu'étrange, à la cathédrale, pendue au bras de Léonard, qui, soit dit en passant, a pris votre place...

Cà, c'était un sacré coup de couteau, non que j'eus voulu blesser mon prince, non ! mais il devait ouvrir les yeux maintenant !

-
Mais vous ne m'avez pas cru, rien de ce que j'ai dit n'a trouvé grâce à vos yeux. On m'a arraché à vous, confié à une tutrice, qui, par je ne sais quel miracle, a disparu, me laissant libre de mes faits et gestes.

Ah il voulait laver son linge sale ?!!!! et ben, j'allais lui en fournir, moi !

-
Mais quand je vous ai dit çà, vous m'avez chassé ! mais qui, qui avait raison ? Je vous ai vu, moi, dégradé, chassé, personne n'a pris votre défense, et moi, petit vampire de trois ans, que pouvais-je faire d'autre que vous suivre ? rien. Et d'ailleurs, vous vous êtes barré sans m'attendre.

Après la première phrase, j'étais brutalement redevenu très calme. Devais-je lui parler de Julien ? non, çà l'écraserait trop, pas tout de suite, plus tard, me promis-je...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   Sam 9 Juin - 4:47


Notre cher Vampire soupira. Un instant Leslie sembla presque à ses pieds les embrassant – un peu comme Hannah il y a deux mois. Il avait des étoiles dans les yeux. William ne put pas s’empêcher de penser à l’amour fou. Oui, comme si Leslie Ryan Anderson était fou amoureux. Ce ne fut que de belles paroles en fin de compte. Oui, tout comme la volonté de sacrifice. Oh ! Buvez mon sang mon Prince ! Qu’il semblait stupide et pathétique. C’était d’une euphorie délirante. Tellement loufoque que notre homme en oublia momentanément tous ses tourments. Puis, le ton changea. William ne bougea aucunement de sa position derrière le fauteuil. Ses paumes de mains restèrent cloîtrés sur le dossier alors que sa tête, un peu vers le haut le regard directement en Leslie, William ne rata évidemment aucune mimique ni aucune insulte. Il attrapa tout : de la, apparemment, non-obéissance au Roi à la morale en passant par Hannah encore une fois.

Jamais durant cette tirade insultante, William n’avait semblé bouger. Il était un bloc de béton. Oh ! Seul un regard avertit pourrait l’avoir vu trembler lors de la mention d’Hannah. Ses poings avaient alors semblé … ou ne fusse qu’illusion se resserrer sur leur emprise. On apercevait parfaitement les canines du Vampire dorénavant. Leslie ne connaissait rien. Il ne connaissait rien à la vie de Vampire. Croyant que ce dernier comprit ses enseignements, il n’en fut rien finalement. William ferma les yeux tâchant de se calmer sans pour autant mouvoir de sa position fort peu confortable il fallait l’avouer. Il ne pouvait pas le punir … Oh mais quel sacrifice. Pff ! C’était quoi ça ? Un froussard, un trouillard ? Il ne l’avait pas désiré comme cela. Et toutes ces jérémiades … Oh ! Il le savait ! Il le savait mieux que personne ! Mais ce n’était certainement pas un pauvre petit Vampire de trois ans à peine qui allait le lui rappeler.

- Pourquoi agis-tu encore de cette manière si stupide Leslie ?

Dit-il prononçant avec lenteur en pesant fortement sur les syllabes de manière volontaire chacun des mots. Peut-être que ce jeune Vampire indiscipliné comprendrait enfin. L’espoir vous connaissez ? Un optimisme naïf ? Il ne restait plus que cela à William donc il n’allait nullement se priver. Subitement, il disparut pour réapparaître suite à une vitesse folle devant son compatriote Vampire. Là, il serra fortement, trop même si c’était un humain, le cou de ce dernier de sa main droite. Il le serra pour que Leslie en ressente de la douleur alors qu’un peu de sang allait couler sous peu. Un regard non sadique, mais uniquement neutre vous pénétrait. Un regard intimidant à en mourir.

- Merci de me rappeler tout cela … Je le sais déjà.

Termina-t-il dans un ton plus léger se réglant encore sous ce regard neutre et noir. De suite, William lâcha son compagnon le forçant à tomber en le fauteuil se trouvant sous lui. Droit et parfait, il leva ensuite un peu le regard savourant à nouveau cette puissance lui faisant défaut depuis un moment. Certes, il lui fallait se déconcentrer sur la situation actuelle. Trouver un moyen pour que Leslie arrête d’être stupide et travaille … Oui avec les Dissidents. Au fait, Belle ne lui avait-elle pas dit rencontrer cet immature bientôt ? Qu’elle n’en avait pas confiance et il avait de quoi avec celui-là. Il pourrait facilement tout divulguer avec sa grande gueule. Il commençait à avoir les idées germant dans son esprit. Oui, car après la trouvaille de ce PDG perdu dans sa bouteille d’alcool – voici comment William le rencontra – tout ne s’arrêterait pas là. Sans avoir apprêté une once de sourire et ayant gardé cette neutralité royale, il ajouta à son compagnon.

- Je sais tout cela Leslie. Je sais que tu avais raison … Mais bon, il faut t’avouer que tu as raison seulement à moitié. En fait, c’est Julien Guillemaud qui m’a trahi. Le Roi n’a pas vraiment à voir là-dedans … Heureusement a-t-il des serviteurs non ? Tu connais ce Vampire ? Oui, c’est le nouveau Maître Vampire. Il profite de son bon coup après tout. Et cesse de ramener Hannah encore et encore. Tu sais très bien que là-dessus, tu as tord.

Termina-t-il sa tirade sur un ton plus affirmatif et puissant soit sans condition. Le reste se fit sur un ton normal, suave et impossible à évité. William était réellement trop charismatique et parfait pour ne pas l’entendre et le voir. Puis, il se délectait malgré tout. Malgré sa colère envers Leslie. Il a su trouver un moyen de punir sans faire couler de sang. Eh bien, il lui faudrait noter cette méthode quelque part : elle pourrait encore lui servir.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   Sam 9 Juin - 7:28

William était un vampire fier : normal, il était noble, non ? Je n'avais pas été élevé ainsi, loin de là, l'Ecosse ayant plutôt l'habitude de tacler l'Angleterre et sa royauté à la moindre occasion, à commencer financièrement, depuis la découverte du pétrole, le refus de financer les dépenses de l'ancien vainqueur, la création de sa propre assemblée, cette prise d'indépendance... Je savais pourtant qu'en m'étant fait mordre, j'étais entré dans un nouveau monde, un monde encore totalement inconnu où un seul vampire avait éclairé ma lanterne à ce jour : Julien Guillemaud, l'ami du prince. Lui non plus, perché sur son estrade n'avait rien pu pour lui, sauf qu'il m'avait moi pour sauver cette fichue tête de mule ! bref, heureusement qu'il nous avait ! Je saisis l'imperceptible changement à l'évocation d'Hannah :

* Il l'aime encore ?!!!! c'est pas possible !!!! *

La fureur parcouru mes veines, mes nerfs, tout ce qui pouvait encore circuler dans mon corps mort.

* Mais c'est pas possible d'être accro à ce point là !!! *

bon, d'accord, son sang était un sacré atout, mais quand même, sa soumission aux autres vampires était dégoûtante ! en même temps, avait-elle le choix ? je balayais d'un revers de main cette allusion à sa faiblesse humaine, qui aurait pu expliquer tant de choses. Mais moi, je l'avais vu pendue au bras de Léonard : y a des attitudes qui ne mentent pas tout de même. J'aurai du prendre une photo et obliger William à regarder ! Pour autant, le prince demeurait planqué derrière son fauteuil, semblant tenter se donner contenance, ce qu'il parvenait relativement à faire... voilà qu'il fermait les yeux, certainement pour revoir cette péronnelle !!!

* C'est pas possible d'être aveugle à ce point !*

bon, l'apparition des canines ne m'avait pas échappé, mais je m'en fichais ! s'il voulait me tuer, tant mieux ! je murmurais sans m'en rendre compte :

- J'ai pas demandé à devenir éternel...

j'ai pas demandé à devenir çà, j'ai jamais couru après le pouvoir et ses rouages m'étaient complètement étrangers.

Pourquoi agis-tu encore de cette manière si stupide Leslie ?

- Stupide ? moi ? ben, peut-être. J'ai aucune éducation dans ce nouveau monde. Videur, garde du corps, c'est pas très valorisant, et personne ne m'a expliqué les rouages de ce nouveau monde où on m'a plongé malgré moi. Car oserais-je rappeler que je n'ai pas couru après le pouvoir, la puissance de l'immortalité ?

Je m'arrêtais là, n'ignorant pas que cela suffirait déjà à bien finir de l'énerver. Mais au-moins cela le ferait-il réagir ! ça ne manqua pas, car aussitôt, je sentis ma gorge se serrer alors que le regard du prince me transperçait. Je ne bronchais pas, ne tentais rien. d'une voix étranglée, j'osais répondre :

-
Pourquoi ne m'avez-vous jamais appris au-moins le minimum, je vous aurai mieux servi...

ne pouvant en dire plus, tant le prince serrait. D'ailleurs, je devais être le seul à le considérer ainsi, non ? mon regard changea du tout au tout quand il me dit que j'avais raison :

*Ah ? ben c'est pas trop tôt !*

mais la suite me plut beaucoup moins ! pourtant, je choisis de taire mon lien avec Julien, car il était évident que Belle avait entièrement pris le prince sous sa coupe... au point de retourner la situation. L'étonnement se lut sur mon visage avant que je puisse le cacher.

-
Maître vampire, c'est quoi ?

autant s'instruire, non ?

-
Ne plus vous parler d'Hannah, hein... et comment vivez-vous que ce soit pile le vampire auquel elle faisait les yeux doux qui soit devenu shérif à votre place ?

là, vu la position déjà occupée, je prenais des risques inconsidérés. Je la remettais une nouvelle fois sur le tapis, mais c'était vraiment pour ouvrir les yeux de William. En tout cas, je retrouvais mon boss, et j'étais ravi. C'était un peu comme si j'étais rentré à la maison, quoi... en tout cas, je voulais absolument qu'il regarde les choses en face, et puis, quelque chose me titillais :

-
Euh... vous dites que c'est votre ami qui vous a trahi, mais pourquoi ? qu'a-t-il dit contre vous ?Et s'il est vraiment votre ami, pourquoi a-t-il fait çà ?après tout, vous aviez le même grade, non ? sauf que vous étiez Prince et qu'à ce titre, il devait plutôt vous porter aux nues, non ?

ben oui, visiblement, j'avais manqué des trucs... et il était temps que je m'informe ! et puis, mes questions n'étaient pas si stupides que çà. Le fait que William ne voit pas le roi comme un ennemi m'étonnait : après tout, tout venait de lui, non ?!!! pourquoi l'excusait-il tout le temps ?

-
Parce que, si votre exil ne vient pas du roi, de qui vient-il ? Pensez-vous vraiment qu'un simple shérif (pardon....) arrive à une telle chose, surtout sur le fils de la reine ? c'est un peu gros, non ?

je m'éclaircis la voix, conscient d'aller très (trop ?) loin :

-
ne pensez vous pas plutôt à un complot contre vous ?... ou contre votre mère ? de manière indirecte ?

Pour qui je me prenais ? je cherchais juste à comprendre, quoi, qui pouvait me reprocher çà...

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   Lun 11 Juin - 4:54

Un peu plus tôt, il avait remarqué la surprise emplissant l’être souffrant qu’était Leslie. Précédemment, ce jeune Vampire retrouva sa pauvre petite modestie. Il avait enchaîné sur le fait d’être la victime sur tous les tableaux : qu’il n’avait jamais demandé à devenir un Vampire. Il ne connaissait rien au pouvoir ni à cette espèce. Qu’il aurait mieux aimé avoir une meilleure instruction. Ces derniers mots avaient soufflé douleur près des oreilles de William. Encore, il s’amusa de voir la loque de Leslie couchée sur le fauteuil. N’était-il qu’un bon à rien ? Un pauvre idiot incapable de rien et se plaignant à chaque fois. Heureusement, il fut heureux d’avoir été le premier à le rencontrer. Enfin, William n’en savait fichtrement rien. Il espérait seulement que le rendez-vous avec Belle ne fut pas passé. Il ne le croyait pas toutefois. Probablement, Leslie aurait plus été au courant des dernières nouvelles à ce jour. Notre Vampire restait grand et fort au-devant de son compatriote portant un regard hautain, dédaigneux sur ce dernier. Je me demande si je pourrais enfin faire quelque chose de bon de lui songea-t-il.

William ferma les yeux dès la première question de Leslie. Oui, celle concernant le Maître Vampire. Il baissa un peu la tête apposant le poing droit tout contre son front. Ok, il fallait se calmer … Leslie ne connaissait pas la nature des Maîtres Vampires. Lui avait-il dit au départ ? Il lui avait semblé que oui. Après tout, il fallait absolument annoncer les lois et le régime dans lequel le nouveau venu se lançait. Il éviterait, ainsi, les erreurs stupides. Mais le concernait continuait sur sa lancé ramenant Hannah et Léopold ?

- Leslie … Veux-tu cess…

Fit-il sur un ton sans franc agacé tout en ramenant le bras droit le long de son corps. Song geste fut lasse. Il se fichait bien de Léopold d’Aubusson. Celui-là n’était qu’un Vampire opportuniste. William n’en avait pas peur. Et Hannah … Pourquoi Leslie ramenait cette scène actuellement ? Pourquoi alors que lui-même l’avait oublié ? Mais le jeune Vampire enchaîna à nouveau cette fois sur la trahison mélangeant même les propos de notre parfait homme. Ce dernier leva les yeux au ciel et faillit en rire. Oui, il faillit rire à gorge déployée lors de cette mention pour toucher le fils de la reine et qu’on complotait contre elle. Un sourire en coin s’arqua à la commissure des lèvres de William. Apparemment, Leslie avait encore beaucoup de choses à apprendre. Il ne savait rien : absolument rien. William s’avança donc et, posant ses paumes en les côtés du fauteuil où était assit Leslie, se pencha au-dessus du Vampire et lui parla très sérieusement soit sur un ton n’amenant pas à rire.

- Si tu crois que notre reine bien-aimée est victime d’un complot, il est primordial qu’elle le sache. Tu devrais aller le lui en parler.

Fit-il se relevant en un geste franc et puissant. Il revint fier à sa position lorgnant Leslie à nouveau de toute sa hauteur. Ses pensées jouèrent longuement dans son esprit. Krystel victime d’un complot : il était totalement tombé sur la tête. Non mais ! Et puis, elle le verrait … Quoique. En somme, Leslie pensait que Julien voulait s’en prendre à la reine et donc évinça le Prince. Pas mal mon cher Leslie, mais bon tu as totalement tord pensa notre William alimentant à nouveau un sourire en coin presque sadique. Sa belle grande reine restait cloîtrer en son esprit depuis sa mention par Leslie. Quelque chose qui alimentait la fierté de William et son regard empli de force un peu pétillant. Il aurait tant aimé se situer à ses côtés là maintenant … Au lieu d’être en face de cet idiot.

- Puis, en ce qui concerne Guillemaud, il est maintenant Maître Vampire ce qui signifie qu’il contrôle un plus grand territoire comme d’autres de son genre. Julien m’a trahi, mais il a un peu trop rapidement monté sur ses grands chevaux. Je n’ai pas trahi. Je voulais me servir de puissants Vampires pour détruire une personne. Mais Julien Guillemaud est un homme moins intelligent que je le pensais au départ. Même complètement stupide. J’ai été condamné à tord Leslie.

Fit William tout en baissant piteusement la tête terminant sur un ton faussement triste, peiné. Il serra les poings contre son ignoble d’ancien meilleur ami. Il avait menti ? Si peu, car William désirait alors se débarrasser d’un autre monstre, une femme s’étant enflammé au premier mai. Malgré tout, Julien ne comprit pas que l’on pouvait utiliser une arme à double tranchant. Si on savait utiliser le deuxième tranchant avec habileté, cette arme pouvait être redoutable. Et William commençait à prendre rudement conscience du potentiel de celle-ci justement.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   Lun 11 Juin - 9:31


Je n'avais aucune envie de m'asseoir, mais brutalement, je sentis l'équivalent d'une baisse de tension, sans doute par manque de nourriture. A force de chercher William, j'avais complètement oublié de boire. Le True me dégoûtait maintenant que le goût du vrai sang dansait sur mes papilles. En voir suffisait à m'écoeurer. Et puis, les derniers événements ne me portaient guère à la ripaille... Sans penser au Prince, je m'assis sans vergogne pour éviter de tomber. Tout avait été si vite. Hier encore, je servais un shérif, le fils de la Reine, et maintenant, je courrais après un exilé, un paria, au nom d'une amitié que visiblement, j'étais le seul à ressentir. Mais cela m'importait peu. Cette vie éternelle qu'on me promettait, je ne la sentais pas encore, et puis, la manière de la vivre ne me plaisait pas : noirceur des âmes de ses occupants, traitrise, asservissement des humains. J'imaginais d'avantage l'immortalité comme la possible réalisation de la perfection de la nature humaine : connaissance, grandeur d'âme,... toutes ces choses qui, visiblement, aurait fait éclater de rire William. Je fermais brièvement les yeux, sachant que je l'avais encore froissé avec mes paroles, mais il ne ferma pas sa poigne sur mon cou, non... curieusement, il sembla même hésiter : pourquoi ? parce qu'il me prenait pour un idiot, un fou ? ou parce qu'enfin il devinait la réalité ? Non, en vérité, il se moquait de moi, ouvertement, et me le fit bien sentir en m'invitant à aller trouver la reine pour la prévenir du complot. Je ne me retournais pas, épuisé moralement et physiquement, j'étais à bout (?). Pourtant, un petit rire désabusé m'échappa :

-
Elle m'a puni pour avoir "touché" son humain, ce Torben que j'ai ramassé, couché et couvert, veillé même. Vous ne vous en souvenez déjà plus ?

Se pouvait-il qu'il ait oublié qu'on m'avait retiré de sa "garde" pour me confier à Miss Willoughby ? n'étais-je donc rien à ses yeux ? J'eus mal. Mal au coeur, mal à mon "amitié". Je savais bien que du haut de mes trois ans, je ne valais rien aux yeux de tous ces puissants.

*qu'ai-je attendu de lui ? espéré de lui ? un regard ?*

Peu à peu, le sens unique de ma relation à l'ancien shérif m'apparue. D'ailleurs, il n'avait rien dit sur l'organisation du monde de la nuit. Ce silence qu'il conservait, l'ignorance dans laquelle il me tenait... Je songeais à Evey, cette vampire qui m'avait recueilli à Glasgow et confié ensuite au fils de la Reine. L'avait-il fait par pitié pour moi ? pour une utilisation ultérieur ? par amitié pour Evey ? Je me perdais en conjecture dans le silence pesant qui nous séparait bien plus que le dossier du fauteuil : tourner le dos au prince ? jamais je ne l'aurai fait avant. Quelque chose avait changé ? En attendant, il refusait de voir la vérité :

-
Je suis conscient de n'être rien, pire, d'être un fardeau.

*Ben voyons... quoique ce soit probablement vrai...*

-
Mais enfin, ne voyez-vous pas que l'on vous a délibérément isolé ? y compris de moi ?

Ne voyait-il rien, lui qui avait été Prince et shérif ?!!! Je refusais de m'y résoudre, car après tout, il était toujours, et de fait, le fils de Krystel. Il voyait Julien comme un ennemi, mais il était probablement le seul ami qui lui restait ! Le lui dire était m'éloigner de lui, alors, je me tus en voutant mes épaules. Il s'agaçait de mes remarques (judicieuses ?), se moquait de moi, refusait d'entendre raison, entêté qu'il était, certain de son bon droit aussi ? Inutile dès lors de tenter quoi que ce soit...

*Seulement demeurer à ses côtés... en attendant le bon moment pour l'aider.*

Voilà tout ce que je pouvais faire. En attendant, le Prince exilé tenait des propos désunis et pleins d'amertume :

(...)Julien m’a trahi(...)

Non, décidément, il n'était pas prêt à entendre raison ! Pourtant, l'ancien shérif de Glasgow pouvait encore plus aider son ami maintenant, sa position ayant notablement évoluée. Mais même lui ne pouvait rien faire, officiellement, pendant cette sombre réunion qui avait présidé à la destitution et au renvoi du prince William. Ce dernier s'entêtait à rejeter sur d'autres les erreurs par lui commises. Mais j'étais loin d'avoir tout entendu et pas au bout de mes surprises :

Je voulais me servir de puissants Vampires pour détruire une personne.

Je sursautais et malgré ma faiblesse bondis sur mes pieds pour lui faire face et hurler :

-
QUOI ????!!!!

Oubliant totalement le lieu public -mais désert- ou je me trouvais, fixant le regard de William, incrédule, pantelant, et visiblement le tenant pour un fou :

-
Mais qui ? êtes-vous devenu fou ?

Baissant la voix, j'ajoutais :

-
Ah... vous voyez bien que vous aussi vous soupçonnez le Roi de complot.

Car prévoir l'alliance de puissants vampires ne pouvait signifier qu'abattre plus âgé qu'eux, non ? donc, le Roi. Puisque je connaissais les liens unissants Belle, l'intrigante, à William de par la conversation secrète que j'avais eue avec Julien. Tout allait si vite d'ailleurs, que je m'y perdais. J'avais souris à l'évocation d'un Guillemaud stupide : là, William avait tort. Il était même loin du compte : c'était un vampire droit, juste et honnête, mais l'aveuglement du Prince le poussait à renier les évidences. Inutile de le prendre de front, donc.

J’ai été condamné à tord Leslie.

- Cà, je le sais bien. C'est pour çà que je vous cherche partout. Mais enfin, je vous ai retrouvé ! et maintenant, que puis-je faire pour vous ?


Ben oui... j'étais là pour çà, pour l'aider. Mais pour pouvoir le faire, encore fallait-il que l'ancien shérif se décide à me parler comme à un vampire et pas comme à un valet. Mais y était-il prêt ? était-il prêt à me parler des rouages secrets qui l'animaient, rien n'était moins sûr. Je chancelais un peu et me retins discrètement aux étagères.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   Jeu 14 Juin - 4:52

Il en avait assez d’entendre les jérémiades de Leslie. Le jeune Vampire se disait victime de tout. De la punition de Krystel et du fait qu’il l’ait oublié – ce qui fut faux, mais on ne pouvait pas rester cloîtré éternellement sur nos erreurs. Il fallait avancer aussi. Un fardeau ? Oui ! Avec sa manière de se «victimiser» - pour inventer un néologisme concernant parfaitement la situation – oui, Leslie était un fardeau. Toutefois … Il lui avait tout appris : les lois, la hiérarchie vampirique, le sang, tout ! William avait prit très à cœur son travail de Sheriff et faisait briller le royaume vampirique où trônait sa mère et le Roi. Jamais, il n’avait voulu qu’un jeune Vampire bafoue ces règles ni même la Princesse ni même un asticot d’humain qui avait tout faire pour gâcher un mariage qui avait commencé la descente de reconnaissance de William par rapport à Krystel.

- Arrête de jouer les victimes ! Tu es un Vampire ! Comportes-toi comme tel !

Appuyant fermement sur chacune des syllabes emplissant les mots de cette tirade. Il devenait irascible et colérique plus tout ceci se prolongeait. Il avait l’impression que Leslie s’amusait à le tourner en bourrique. Comme s’il faisait exprès pour voir tomber bas notre Vampire. Oh oui ! Sans compter l’horreur que Krystel Raybrandt elle-même dut songer par la mauvaise discipline de ce Vampire. Que son fils avait éduqué. Argh ! Un peu plus et Leslie tombait au même rang que ce Badenov dans l’échelle de la réputation selon William. Il leva le regard tâchant de se calmer, d’arrêter de ressentir son sang bouillir et voguer durement en son corps. Mais ! Il sursauta … Il recula d’un pas puis, de deux sur un réflexe passablement guerrier.

- … Leslie, laisse-moi t’…

Dit-il après quelques secondes pour reprendre contenance. William observa Leslie s’échauffant et appuyant au moins une chose : que notre cher Prince fut condamné à tord. Ce dernier recula un peu, soudainement lasse soit lassé de rester debout. Il en avait assez d’expliquer et expliquer et se sentir agacé, colérique. On pouvait dire que notre magnifique Vampire était un gentleman raffiné, toujours sans en mettre trop. Parfois, il n’en pouvait plus. Rare furent ces fois, mais elles arrivaient tout de même. Il se laissa choir en le fauteuil derrière lui tout en ramenant le livre sur ses cuisses. Croisant les jambes, William se mit à l’aise et sentant plus en contrôle et moins agressé. Il resta intrigué un moment par le comportement de Leslie toutefois. Ses yeux marron se posèrent sur ce dernier sans le quitter … Observant la manière du jeune Vampire de s’accouder et … Il n’avait quand même pas faim ? Oh non ! Il ne ferait pas le marché pour Leslie : cela non ! Il n’a qu’à aller se chercher une bouteille de cet infect True Blood si cela lui chante.

- Assis-toi avant de vraisemblablement t'échauffer pour en tomber inconscient.

Il resta un regard sérieux, glacial et intimidant posé en Leslie Ryan Anderson. Son ton le fut tout autant. Se nourrir … C’était si simple pour un Vampire. Il était mécontent. Subitement, ses paroles du 6 août lui revinrent en tête. «Je vais tout recommencer à zéro avec toi Leslie». Oui, il allait devoir agir et vite. Oui et avant que ce malin fasse une énorme erreur qui pourrait mettre à mal toute la communauté vampirique. Ce n’était guère le moment pour lui. Certes, ses paroles furent plus posées sur un regard moins noir restant sans détour malgré tout emplit de ce charisme parfait.

- Pour commencer, je ne visais pas le Roi. Je visais une certaine Maryana Wathereey. C’est elle, selon une source secrète, qui aurait mis à mal une bonne partie de la fête du premier mai à Édimbourg. Je me cherchais des alliés forts et Belle était toute désignée étant la deuxième Vampire plus âgée après le Roi lui-même. Mais comme je te l’ai déjà avoué Leslie, Julien a sauté aux conclusions trop vite croyant que je m’opposais au pouvoir. Mais bon … Tout ceci est terminé maintenant. Moi qui voulais regagner une certaine réputation depuis le mariage en prenant cette initiative, j’ai plutôt trouvé l’inverse.

Termina-t-il tout en baissant un peu le ton de sa voix et la tête suivit de suite pour observer machinalement le sol. Les bras sur les accoudoirs du fauteuil, William leva les yeux tâchant d’apercevoir comment Leslie prendrait cette déclaration. Notre parfait Vampire ne laissait rien passer hormis un petit désespoir : oui, pour être faussement accaparé. Il n’était pas comme son compatriote. William était fier et grand. Il n’allait pas se plaindre pour une destitution. C’était si puérile et pathétique de se plaindre tout le temps. Lui qui avait voulu faire de Leslie Ryan Anderson un Vampire puissant sans peur, fier et meurtrier. Où cela à coincé ? Peu importe, on pouvait peut-être encore réparer cette erreur. Une erreur qui se transformerait en aide, en allié. Machinalement, il ouvrit à nouveau le livre et tomba sur les faiblesses des Vampire selon l’auteur. Coïncidence ? Les yeux baissés sur les caractères, son sourire apparut à la commissure de ses lèvres.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   Jeu 14 Juin - 22:50

Ma main se crispa sur le bois lorsque William me demanda de m'asseoir : il avait perçu ma faiblesse ?!!! un moment de honte est si vite passé, dit-on. Pourquoi je le ressentais si cruellement ? J'avais entendu dire que les sentiments, la douleur, la jouissance, tout, tout était démultiplié pour un non-mort... Je fermais à demi les yeux, comme pour me mettre à l'abri de la clairvoyance de l'ancien shérif, avant de m'exécuter. D'abord parce que lui désobéir entamerait bien mal ma nouvelle relation à lui, ensuite parce qu'autrement, j'allais vraiment tomber. J'avais passé chaque instant de libre à le chercher et lui se moquait de moi :

* Il est gonflé quand même ! *

Puis, je pris conscience du fait que dans cet état, je ne lui servais à rien. J'étais un poids !!! Assis dans ce fauteuil, las, vidé... tel une coquille vide...

* Me comporter comme un vampire...*

Je ne l'ai jamais voulu, ayant repoussé à l'extrême les assauts de ma nouvelle nature, continuant d'agir comme un mortel, menant une vie droite et sans excès, comme le commandait l'éthique presbytérienne, moule dans lequel j'avais été coulé enfant et me modelait encore à ce jour. Des images de films me revinrent en mémoire, montrant des êtres cédant à toutes leurs envies, vivant dans le luxe et la luxure et le dégout éprouvé fut à la hauteur de la "beauté" artistique des oeuvres de Coppola et autres... Non, décidément, tout cela se trouvait bien trop loin de ce qui me paraissait acceptable. Je murmurais quand même :

- J
e ne suis pas une victime. Le rappel de ce qui m'est arrivé devrait simplement vous prouver, s'il en était besoin, que malgré tout, je suis toujours là.

Evidemment que je ne rajoutais pas "pour vous". C'eut été ridicule. En le regardant évoluer, se tenir, et tout ça, bien sûr que lui se comportait en vampire. Qu'éprouvait en ce moment même Julien ? pensait-il encore à son ami ? ou l'avait-il définitivement rayé de ses connaissances ? Mon regard se perdit en peu trahissant les chemins de traverses empruntés par mes pensées. Tout çà pour en arriver là, dans cette petite librairie tranquille, face à celui que je cherchais depuis des nuits et des nuits, n'interrompant mes recherches que le jour et pour bosser à La Pomme. Car maintenant que je l'avais retrouvé, William n'allait pas se sauver de nouveau, non. Il devait savoir que j'étais là pour lui. Ses explications me convinrent. Julien avait du se tromper...

* Alors, tout ne serait qu'accumulation de mauvaises interprétations ?!!!*

Etonnant tout de même que des êtres de plusieurs siècles tombent encore dans de pareils panneau ! A croire que vampire ne mettait pas à l'abri de la crédulité ! Je faillis demander au Prince pourquoi il n'était pas tout simplement allé trouver sa Reine de mère pour lui expliquer la méprise, et tout se serait arrangé... quand il me parla enfin de "ses" affaires :

(...) je ne visais pas le Roi. Je visais
une certaine Maryana Wathereey. C’est elle, selon une source secrète,
qui aurait mis à mal une bonne partie de la fête du premier mai à
Édimbourg.


Je répétais ce nom étrange :

-
Maryana Wathereev... c'est russe, non ? et pourquoi aurait-elle fait un truc pareil ? et la source "secrète", c'est qui ?

*Oui... si piège il y avait, t'es bel et bien tombé dedans ! et avec une telle facilité que c'en était... diabolique.*

Je me demandais s'il comptait me dire qui était cette Wathereev, mais de toute manière, j'avais bien l'intention de le découvrir, de toute façon.

-
Et est-elle si puissante qu'il vous fasse un allié ? qui plus est une vampire pouvant oser affronter le roi avec un maximum de chance ? Ca ne vous a pas paru étrange ?

J'étais flic. Mon truc, c'était arrêter des gens, aller au bout des pistes, rassembler des infos, des pièces à convictions, bref, à monter des dossiers solides sur lesquels la justice pouvait ensuite s'appuyer. Il ne m'échappa pas que "Sans Nom" semblait regretter la situation et déplorer la tournure des événements, mais on le ferait à moins. Le silence qui flottait entre nous, vampires assis, représentants d'une race "supérieure", deux contre tous...

-
Le Roi, dans son discours, a parlé d'animaux sauvages et sanguinaires, désignant ainsi les vampires avant l'établissement de sa souveraineté. Est-ce ce que nous sommes finalement ? Sous le verni, la noirceur d'âmes abandonnées à l'étrange éternité, apeurés devant une gousse d'ail ou un crucifix ? sensible à l'eau bénite et aux prières ?

Car j'avais feuilleté ce livre lors de ma rencontre avec l'étrange type sombre, celui qui m'avait tant appris sur le côté "obscure" des vampires. Je me penchais brutalement en avant, pour m'approcher au maximum de William, et droit dans les yeux, lui demandais enfin :

-
qu'est-ce-qui vous a pris ? pourquoi ne pas en avoir parlé à la Reine, votre mère ? et pourquoi ce revirement de sa part à votre égard ? La présence de cette étrangère, de cette... Maryana n'a-t-elle pas été rapporté à la Cour ?

N'étant pas au courant de tout cela, je posais sans doute des questions idiotes à première vue, mais qui devaient, au final, nous éclairer sur le passé, et si possible, sur ce qui adviendrait de nous.

-
Elle est où en ce moment ? elle fait quoi ?

Mais ce qui m'intéressait le plus était la personne du Prince. Ne souffrait-il pas de son isolement, du traitement infâme ? il n'en avait pas l'air, mais je le connaissais... il devait en souffrir, en silence, dignement. Je me redressais, comme certain d'obtenir réponses à mes questions.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   Sam 16 Juin - 5:21

Il n’était pas une victime, mais jouait son rôle. Oui, il fallait nuancer les propos. Effectivement, William avait entendu ce murmure. Évidemment, Leslie ne se fit pas tuer. Tout comme lui, il resta bien en vie malgré tous les mauvais traitements, toutes les punitions. Certes, la différence restait en ce que notre parfait Vampire ne laissait nullement paraître une souffrance quelconque. Bien au contraire, ce pauvre Vampire de trois ans n’arrêtait pas de se plaindre. Les circonstances furent atténuantes. Il ne pouvait pas être éternellement à la recherche de petits «bobos» dans la conduite de son compatriote. Comme s’il devrait couver chacun des Vampires à sa charge 24 heures par jour, 7 jours sur 7. Non mais, ils étaient intelligents pouvant survivre sans faire une gaffe à chaque cinq minute. Parfois, William en doutait.

Quoique, le ton de Leslie changea légèrement depuis peu. Il laissa entrevoir son intéressement pour Maryana Wathereey tout comme l’obligation de l’attaquer en groupe et non seul. Alors que notre Vampire gardait le livre tout contre sa personne, il releva la tête. Il fut assez fier subitement de ce jeune Vampire. Il en fit même un léger sourire soit mince, mais bien présent. Pour une fois, enfin, Leslie se servait de sa tête. Avait-il confiance en ses propos précédents ? En son demi-mensonge ? Ses questions concernant un discours du Roi lui étant totalement inconnu furent parfaites pour répondre aux interrogations de notre Vampire. Il baissa les yeux sur le livre laissant Leslie le sermonner quant à cette initiative et le pourquoi de tout cela. Ses pensées jouèrent entre Maryana et le discours du Roi. Peut-être dit-il ces mots pendant que notre cher William ait été inconscient. Il se rappela parfaitement avoir momentanément quitté la réalité dut aux coups puissants de sa mère. Ce fut faux toutefois. Avant Augustus King, il y avait d’autres Rois. Il les tua tous jusqu’au dernier.

- Je ne sais pas où est Maryana Wathereey. Je l’avais contacté grâce à ma source dont je ne te rapporterais pas par sécurité, mais elle ne m’a pas rappelé. Je crois qu’elle est aussi intelligente qu’elle est forte. Elle m’avait fait ressentir son pouvoir au premier mai. C’est un danger plus pour les hautes sphères du pouvoir vampirique je crois que n’importe quel Vampire.

Il avait posé son regard vers Leslie qui lui semblait bien plus intéressé maintenant qu’auparavant. Il était sérieux et neutre comme à son habitude. Certes, au fond de son être, Krystel et le fait qu’elle n’ait jamais confiance en lui revint le hanter. Ce qu’il lui a pris de ne rien dire ? Probablement prouver à sa reine qu’il pouvait prendre une initiative pour tous les Vampires et la mener à bien. Il avait voulu reprendre sa réputation perdue et quel meilleur moyen que de tuer un ennemi des Vampires. Certes, on se trouvait dans une espèce où l’un était aussi vil que l’autre. William se laissa emporter par la manipulation de son meilleur ami. Son beau-père cette fois. Il ne voyait que lui et les hautes sphères du pouvoir. À travailler seul on n’arriverait à rien. Son regard si neutre pour en devenir intimidant était redescendu vers le livre pour remonter en direction de Leslie.

- En ce qui concerne ces mots que prononça le Roi, il faut que tu saches que l’histoire des Vampires ne commence pas à son arrivée. Avant, il était un Roi Vampire parmi bien d’autres. Il les annihila avec ruse et force pour devenir le seul Roi tout puissant. C’était vraiment un coup de maître. À quelque part, je l’admire pour cela.

Termina William relevant légèrement le menton dans un air légèrement hautain. Il aimait avoir affaire à la supériorité des Vampires. Que Leslie dise que leur espèce était sauvage, il haïssait cela. Ils n’étaient pas des animaux, des meurtriers. Enfin, ce devait être trop loin pour faire partie des livres d’histoire. Peut-être même que l’histoire du Vampire ressemblait à l’histoire de l’humanité à son aube. Il n’y avait alors rien de différent entre eux. William posa machinalement, de manière lasse la tête tout contre son poing droit. Il appuya le coude contre le fauteuil. Un éclat brillait en ses yeux, un éclat de fierté et de force. Son ton suave et redevenu calme, en contrôle de la situation se laissa porter encore une fois. Il tâchait d’apprendre au jeune Vampire turbulent alors que là il était plus calme.

- Enfin, je crois que plus un Vampire est puissant, plus il est capable de gérer d’autres Vampires adroitement d’où ceux ayant du pouvoir sur d’autres. Par exemple, Belle Angeline Renard : elle m’aurait servi d’arme si on veut. Tu as beaucoup à apprendre encore Leslie.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   Sam 16 Juin - 21:57

Je m'étais nourri une bonne dizaine de jours avant, et là, çà me creusait. Franchement, j'avais l'impression que mon estomac s'allongeait comme dans les dessins animés. Heureusement que j'étais assis. Là, je repensais au regard que Camille avait porté sur moi : "un brave type". J'avais du mal à paraître méchant, n'ayant guère la carrure d'un vampire pour le moment. Pourtant, j'avais tué trois types ce soir là et j'avais eu du mal à digérer, mais en même temps, quelle ivresse ! je souris pour moi-même, les yeux dans le vide, perdus dans le passé. Mais je revins bien vite au présent, admirant la classe de William... arriverais-je jamais à y parvenir ? Là, tout de suite, j'en doutais un peu.N'empêche que si j'y parvenais, les autres nocturnes ne me regarderaient plus de la même manière. J'en tirerai du respect, une certaine reconnaissance. Julien avait dit qu'on était tous égaux, enfin, sauf les "Maîtres", les princes, princesses, roi, reine, bien sûr, mais que l'âge ne faisait rien à l'affaire. Donc, le fait que je sois jeune ne m'empêchait nullement d'acquérir un statut : à moi de le conquérir ! Une odeur de café monta à la mezzanine, sûrement le proprio qui se faisait un kawa pour tenir toute la nuit... Je souris, flic, j'en avais tellement bu. Ca me manquait un peu, ce goût corsé, les brûlures avec ce petit recul accompagné d'un juron... la vie humaine, quoi. Mais pour vivre éternellement, il devait certainement y avoir des avantages aussi, des bons moments... Je regardais en direction de William et ce que je vis dans ses yeux me fit plaisir, ce fut le regard que je captais : le prince semblait s'intéresser à moi, à me regarder comme si j'existais enfin. Alors, je poussais mon avantage :

-
Maryana est quel genre de vampire ? elle fréquente quels lieux ?

Autant allez au plus court, mais William ne voulut pas citer sa source. C'était pas le moment !

-
William... c'est important. Quelqu'un doit chercher, et je suis le plus qualifié, ne vous en déplaise. J'étais commissaire, dans une vie antérieure.

Je me penchais en avant, dubitatif, en prenant ma main gauche dans la droite. Pourquoi ne voulait-il pas me laisser l'aider ? Comme j'aurais voulu soupirer pour laisser s'échapper un peu de la tension qui me tenaillait et me mordis la lèvre inférieure, à gauche, laissant apparaître des dents blanches et bien brossées, puis la lèvre s'échappa quand ma mâchoire se remit en place. Je fronçais les sourcils :

-
Hein ?!!! pouvoir ? quel pouvoir ?

Ca voulait dire quoi au juste ? et puis... danger pour les vampires ? mince alors ? une affaire d'état ? intéressant, ça ! piqué au vif, je me demandais qui pouvait bien en vouloir "aux plus hautes sphères"... et être assez fort pour pouvoir le faire !

-
On peut vraiment s'en prendre aux Maîtres vampires ?

sans parler du roi et de la reine, des princesses, et du prince, bien entendu. Et lui, William, avait osé affronté seul ce danger ? pas malin, voilà le résultat ! pfuhhh ! toujours cette foutue fierté ! Ma tête se pencha en peu sur la droite comme si la vision ainsi offerte pouvait amener quelque chose à ma réflexion. Il me parla un peu d'histoire :

- Quelqu'un d'évincé par le roi ? un descendant furieux ? ce genre de truc, c'est possible ?


Parce que là... découvrir que William pouvait avoir des envies de remplacer le roi me fit retomber dans mon fauteuil : j'avais encore beaucoup à apprendre sur le compte de mon patron. Et la perspective de le servir dans cette voie ne me tentait pas vraiment. Des idées de complots, de pions poussés sur un échiquier, tout cela était si étrange pour moi. Ce que je pouvais avoir soif ! et là, à voir le Prince avec cet air hautain... il avait vraiment l'air d'un seigneur... Je devais tenter de le suivre sur ce chemin pour pouvoir le servir valablement. Alors, je calmais mon débit, posais ma voix, et me lançais.

-
C'est vous qui manipuliez Belle ?

Alors là ! j'en revenais pas !!!! c'était pas du tout ce que m'avait dit Guillemaud ! Ca changeait tout ! je m'étais trompé, ou on m'avait dupé ! tout comme Julien, ce "Maître vampire" ! tu parles ! il avait rien vu non plus ! l'urgence, c'était retrouver cette nana, cette... Wathereey. La clochette tinta au rez-de-chaussée, annonçant l'entrée d'un client... On était trois, maintenant, plus le bouquiniste.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   Lun 18 Juin - 3:58

À la suite des questions concernant cette femme, William ramena sa mémoire dans le passé. En effet, Leslie fut un policier étant encore humain. Étrangement, il avait oublié ce petit détail. Ce serait un bon appui sur lequel poser pour trouver une utilité au jeune Vampire. Il posait beaucoup de questions toutefois. Ok, encore une fois, cela devait être dans sa nature : son emploi de policier le rattrapait. Mais bougre ! Il avait tellement évincé le passé de Leslie que là … Là, cela le frappait droit au visage. William déplia ses jambes, mais laissa les bras le long du fauteuil. Son regard observait Leslie Ryan Anderson. Tout comme Oppenheimer, il travaillait dans la section sécurité. Un bon point, car il devait lui rester quelques bribes d’informations sur les marches à suivre et on en passait. Des idées pour capturer cette femme.

Les yeux de notre Vampire tombèrent dans le vague. Il venait de trouver quelque chose de fort intéressant et ne le laisserait pas tomber si facilement. Il se fut même surpris de l’avoir oublié. Oh que son compagnon pouvait être immature. Les qualités se cachèrent malheureusement derrière les défauts. Certes, on ne le devait pas. Les effluves de café lui montèrent au nez et le picotèrent. Il avait toujours aimé cette odeur bien malgré n’y avoir jamais goûté. La découverte du café remonta bien après le début de son vampirisme. Néanmoins, cette odeur continua à le calmer et peut-être même tendait à amener plus de clarté à son esprit. Ce fut assez extraordinaire comme le positif pouvait alimenter le positif. Il alla ouvrir la bouche pour rétorquer, mais Leslie engagea la manipulation de Belle. Oui ou non. William savait parfaitement être incapable de manipuler la Vampire. Elle était beaucoup trop sage et clairvoyante. Trop d’expérience de vie à son appui. Il fit uniquement un petit sourire se voulant arrogant envers Leslie pour lui faire croire cette vérité. Ouais, Belle ne le contrôlait pas hormis par une manière. Oui et ce fut celle au sommet d’un mont des Highlands. Oh ! Il se fut tellement amusé là-haut seul avec elle.

- Cette femme s’en est prise à moi qui étais, à ce moment-là, presque au sommet de la hiérarchie de notre espèce. Je doute qu’elle soit un Vampire toutefois et donc un descendant du Roi en colère. Je n’en ai pas entendu parler et puis, son pouvoir sur le feu me semble un peu trop puissant. Oui, elle est puissante voir très puissante.

Dit-il sur un ton parfait et suave. Son oreille avait entendu la clochette ornant la porte. Tiens, nous n’étions plus seuls songea-t-il. Un instant, il pencha un peu la tête et la darda aussi vers l’arrière tâchant d’écouter mieux les pas et les mouvements produits par cette personne. Ce devait être simplement un humain innocent venu lire en cette soirée calme. Certes, tout innocent pouvait devenir dangereux entre des mains rusées. Il ferait attention aux mots dit donc tout comme au ton employé dorénavant. Il retourna ses yeux sur Leslie qui semblait de plus en plus pâle. William n’avait nullement envie de se retrouver avec un Vampire mort sur les bras : pas après sa chute auprès de son Roi, de sa Reine. Puis, mort Leslie ne pourrait plus l’aider. Toutefois, il ne disait rien. Il étira ses jambes au plus loin et les croisa rendu aux chevilles. William semblait plus faire agréable, tranquille et sans intimidation actuellement. Il aspirait à cela. Oh ! Que les bonnes choses reviennent et vite. Son esprit avait continué à travailler toutefois. Il se fut engagé sur la piste des nouvelles espèces sur Terre.

- Je crois que l’on n’est pas seul, les humains et les vampires, sur la Terre. Cette femme toute-puissante est peut-être autre chose. Peut-être même a-t-elle des amis. Je me rappelle l’odeur de sexe dans les toilettes publiques de la fête du premier mai et …

Non, après avoir joué un peu avec ses lèvres, il s’arrêta. William venait de se rappeler l’odeur extrêmement bonne et étrange de Camille Fontayn tout comme celle de Victoria Orion. Il n’y pensa pas encore, mais fussent-ils aussi des alliés de Maryana Wathereey ? Donc Camille l’espionna pour le compte de cette femme en août dernier ? Baissant le regard, notre homme repartit dans le vague. Tous ces sangs se ressemblaient, mais différaient en même temps : plus encore que le sang humain. Bon, il y avait peut-être plus de différence.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   Lun 18 Juin - 21:36

- Cette femme s’en est prise à moi
qui étais, à ce moment-là, presque au sommet de la hiérarchie de notre
espèce. Je doute qu’elle soit un Vampire toutefois et donc un descendant
du Roi en colère. Je n’en ai pas entendu parler et puis, son pouvoir
sur le feu me semble un peu trop puissant. Oui, elle est puissante voir
très puissante.


Il avait esquivé ma sortie sur Belle en me parlant de l'autre. Au début, je n'avais pas compris qu'il avait délibérément changé de personne et ne comprenais rien à ce que Belle s'en soit prise à lui et tout çà. Pensif, je répétais pour moi-même :

-
Le feu...

évident que ce n'était pas un vampire. Donc, une mortelle avec de sérieux bagages en tours de passe-passe. Quelques rides se formèrent sur mon front quand il se plissa sous la réflexion, ou plutôt sous le soucis que tout cela me posait : comment un vampire sain d'esprit pouvait s'être approché de quelqu'un capable de manipuler le feu ?

-
Comment l'avez-vous connu ? et comment s'en est-elle prise à vous ? Pourquoi ne pas avoir donné l'alerte ? Julien Guillemaud était un shérif puissant et un vieil ami, non ?

puis je tentais de minimiser la constatation de Raybrandt :

-
Bah... certains magiciens sont capables de beaucoup de choses, à tel point que les croirait dépositaires de quelque don redoutable !

allant jusqu'à risquer un petit rire, que j'étouffais rapidement, afin de ne pas indisposer le Prince, mais assez, j'espérais, pour détendre un peu l'atmosphère. Le bruit d'une conversation menée à voix basse me parvint et en tendant l'oreille, j'entendis le client chercher un bouquin ancien sur les démons.

*N'importe quoi...*

Un sourcil se leva tandis qu'un sourire s'étalait sur tout mon visage, tant je me moquais de la demande du crédule d'en bas. En même temps, quand j'étais gamin, les vampires relevaient de contes, légendes et littérature débordante d'imagination. Mais maintenant que j'en étais un, et que des centaines d'autres se pressaient autour d'un roi, sans compter, sans doute, tous les autres, tous ceux non répertoriés par leur propre espèce (la nôtre !). Mais quelqu'un capable de manipuler le feu. Tant pis si je passais pour un idiot, je lançais, comme un bouchon de canne à pêche :

-
Pensez-vous qu'un mutant pourrait faire çà ? Je veux dire, qu'une telle créature pourrait exister ?

Un peu comme les comics de Marvel, quoi... Et après tout, si les vampires existaient, pourquoi pas les elfes, trolls, magiciens ou démons ! Tout cela était si déroutant que mes pensées devaient pouvoir se lire sur mon visage comme dans un annuaire. Donc, Maryana ne descendait pas d'un roi vampire assassiné par celui d'Ecosse. Peut-être d'une autre créature ayant eu affaire à lui. Mais pourquoi s'en prendre à William ? le faire tomber ne toucherait absolument pas le roi, mais seulement la reine. Alors, c'était à elle qu'elle voulait s'en prendre ?

-
La reine a-t-elle pu se battre contre un ennemi un peu spécial il y a plus ou moins longtemps ?

Parce que ça pourrait avoir un lien avec la déchéance du prince. A moins qu'il ne puisse être le seul à s'opposer à cet ennemi et sauver le roi ? bref, il y avait une bonne raison à attaquer William, pour toucher ou pour écarter. Le prince avait avoué, lui aussi, douter de l'existence d'autres "créatures" que les vampires, ce qui me paraissait tout à fait raisonnable maintenant.

-
Vous savez, la dernière fois que je suis venu ici, j'ai rencontré un bien étrange lecteur, qui en savait long sur les vampires. Il se nommait Nathanaël Gordon. Et aussi, une fois, ma voiture est tombée en panne et je suis allé dans un garage, en sortie de ville, sur la route d'Edimbourg, le seul ouvert en pleine nuit... avec un type bizarre qui sentait le chien mouillé, le genre à dormir avec son clebs, ça veut pas dire que ce soit autre chose qu'un type aimant trop les bêtes. Ou alors, il pourrait être un loup garou comme dans les films, vous savez... ah ah ah ... awouuuuuuh !!!!

- CHUUUUT !

oups ! c'était le proprio de la boutique, je rentrais la tête dans les épaules, histoire de me faire oublier, avant de plonger un regard malicieux dans celui du prince. Bon.... J'avais tant de trucs à dire à William, en fait, de ces rencontres faites depuis qu'on ne s'était plus vus... alors... Julien et les mecs de l'HCV, Camille qui cherchait un dernier verre à la Pomme alors qu'il était déjà raide bourré,...




avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   Jeu 21 Juin - 2:52

- Elle m’a plutôt sauté dessus lorsque le tireur fou, alias notre cher Torben, attaqua la reine.

Rétorqua-t-il simplement et sans aucune autre forme de procès à la question de rencontre entre lui et cette Maryana Wathereey. Il fit une grimace quant à ces supposés magiciens de pacotilles. Ce feu fut bien réel. Il n’était absolument pas une invention sortie de sa magnifique – ou pas, mais passons voulez-vous – imagination. William se rappelait avoir eu terriblement chaud comme si sa chaire brûlait totalement. Ce fut seulement ensuite qu’il désirer emmener sa mère plus loin pour avoir la possibilité de contre attaquer plus facilement … Son regard s’était baissé automatiquement à cette pensée agaçante. Une autre de ses erreurs envers Krystel Raybrandt. À quant arrêterait-il de les commettre ? Un instant, ses yeux se posaient en ses bras sans réellement désirer repenser à tous ces tracas concernant Maryana Wathereey. Il voulait juste … Juste se faire pardonner envers sa belle reine. Juste cela. Non ! Non, il ne pouvait pas : par fierté premièrement, mais aussi parce qu’il savait parfaitement être dans ses droits. Oui, dans ses droits pour avoir fait appelle à Belle Angeline Renard.

Des bruits de voies s’étaient faites entendre, mais William n’avait, évidemment, nullement souhaiter les comprendre. Son esprit les comprit en de l’eau ruisselant tranquillement dans son cours et calmant sa personne un peu déboussolée pour ces dernières minutes. Leslie avait mentionné le fait mutant : possible avec tous les produits chimiques jetés dans l’environnement. Cela pourrait commencer par des malformations physiques et se terminer par … Cela ! William remonta le regard doutant un peu des créatures que la reine attaqua. Excepté Nikos, précedemment, notre homme ne s’en rappelait pas. Toutefois, Leslie posa une bonne question. La main droite sous le menton, William y réfléchissait tâchant d’écouter en même temps son jeune compatriote s’excitant un peu trop. Il avait, effectivement, penser que lui fut la première cible et Krystel aurait été ciblée ensuite. Que veux cette folle de Maryana et qui est-elle ?

- Nathanel Gordon ? Hmm …

Fit-il marmonnant plus ses informations que les disant. Cela le surprit ces informations : ce type était étrange. Dans quel sens ? Il avait dit des choses bizarres à Leslie ? Il parlait de mutant, de loups-garous, de démons ? Certes, en même temps, William ne put pas empêcher un sourire en coin et un soupir sarcastique sortir d’entre ses lèvres à la mimique des loups-garous de Leslie puis, la réaction du bibliothécaire. Les yeux du Vampire tanguèrent vers ce dernier qui fut venu momentanément vers eux sur un ait parfaitement colérique et intimidant. Enfin, cela dépendait pour qui. William, en parfait maître de la situation, mit une main devant soit et hocha la tête légèrement de manière positive. Un sourire poli s’ensuivit. Ceci se retrouva aussi chez le bibliothécaire qui repartit cacher derrière les hautes étagères emplies de livres. William n’y fit pas attention. Plutôt, notre parfait Vampire se redressa dans le fauteuil les coudes maintenant tout contre les bras de ce dernier.

- Concernant les loups-garous, on verra. Je crois aussi connaître ce type du garage. Tolin O’Donnell ? Un rustre, mais effectivement son sang est plutôt alléchant.

Baissant son regard sérieux et sans faille pour un moment en direction du sol, William songea à ses paroles puis, Tolin. Oui, c’était ce garage : le même où il fut allé faire réparer sa moto. Le mécanicien le traita de gosse de riche ou faillit le faire plutôt. Il se moqua tellement de sa pauvre connaissance en la matière. Pff ! William avait alors tellement voulut le voir en pleine conversation : il n’aurait même pas pu aligner trois phrases qui se tiendraient. Son regard remonta vers Leslie et, dans un petit sourire fier soit l’étant de son compatriote, William se mit à parler à nouveau. Cela l’excitait tout cela. Il avait l’impression, cet instinct, de bientôt toucher quelque chose de gros. On ne pouvait pas dire que tout cela se répercutait en ses paroles dites que trop sérieusement. Seul son sourire démontrait l’émotion.

- Je ne connais pas de Nathanel Gordon toutefois. Il était bizarre en quoi ? Tu as su gardé contact avec lui ou non ?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   Jeu 21 Juin - 16:26

- Elle m’a plutôt sauté dessus lorsque le tireur fou, alias notre cher Torben, attaqua la reine.

-
Hein ?!!!! Torben a attaqué la reine ? et elle lui a pardonné ?

Mes yeux roulaient dans leurs orbites : j'étais scié et çà se voyait ! et en plus c'était lui qui avait lourdé le Prince ?!!!! je ne comprenais plus rien : là, j'étais largué complet, en apprenant de bonnes sur ce qui s'était passé en amont de cette pantomine qui avait abouti à l'exile de William. Je me grattais la joue droite dans un mouvement visiblement interrogatif, car je conservais un silence prudent, maintenant, trahissant la profonde réflexion dans laquelle je me plongeais. En fait, la mise à la porte du Prince n'était que la partie visible d'un effrayant iceberg. Plus ça allait, plus je comprenais pourquoi je n'avais pas été au courant de tout çà. Quand tout c'était déroulé ? après le mariage, sans doute, et après notre engueulade au prince et à moi, à propos de Hannah. Je m'étais moi-même éloigné du prince ? non. Plutôt, c'était lui qui m'avait boudé, furieux du regard peu clément que je posais sur sa Pomme.

*Pomme convoitée par le roi... *

et comme par hasard, il l'avait réclamé lors du "jugement" ! en fait, tout me ramenait au roi, à cette manière qu'il avait de manipuler son monde. Et pourquoi Torben s'en était pris à la reine ? en quelles circonstances ? pourquoi avait-il été gracié ? c'était de la haute trahison, non ? de s'en prendre à une personne royale ? Non, je ne comprenais plus rien et ma mâchoire était lentement grattée. Et puis, le prince semblait connaître Gordon et O'Tollin, bah, c'était normal, non, il était prince, et immortel : normal qu'il connaisse tout le monde :

-
Je sais pas pour "appétissant", mais en tout cas, bon mécano. Je retournerai chez lui en cas de problème.

Le Prince soignait ses repas, visiblement. Moi, je buvais ce que je trouvais. En fait, depuis les trois de l'autre nuit, j'avais rien pris. Des étoiles passèrent devant mes yeux à l'idée de boire un coup et l'odeur de chien mouillé me revint...

* Non... il me sert mieux en réparant ma caisse.
*

C'était décidé, j'allais pas me jeter sur lui pour goûter. Je sais pas, j'aimais peut-être ce côté "rustre", sauvage, solitaire. Il me faisait penser à moi ? Peut-être... en attendant, William s'intéressait à Gordo
n :

- Je ne connais pas de Nathanel Gordon toutefois. Il était bizarre en quoi ? Tu as su gardé contact avec lui ou non ?


Je dois lui dire la vérité ou pas ?

- C'est un type sombre, genre sorcier dans les films, sorcier noir, ou un Sith dans Star Wars. (silence) Y m'a foutu les foies. Et en rentrant chez moi, j'ai bien vérifié qu'il ne me suivait pas.

Inutile de dire qu'il m'avait fait faire des cauchemars diurnes. Je serai passé pour un con. Ou un vampire de trois ans. Faire pitié n'était pas mon objectif, non, j'aurai tant voulu montrer les crocs et qu'on me respecte... sauf que là, j'avais tellement soif que j'aurai même bu une vierge innocente, c'est dire !

-
J'ai pas gardé contact avec lui, mais en venant ici régulièrement, je suis sûr qu'on peut l'y rencontrer de nouveau... Vous croyez qu'il pourrait nous aider pour Maryana ? je peux essayer...

Le client monta, passa devant nous en nous saluant poliment et discrètement, chercha un livre en laissant trainer un doigt sur les tranches du troisième rayonnage d'une bibliothèque derrière nous, s'excusa du dérangement et s'esquiva, gardant au mieux son calme, mais visiblement apeuré -je sentais cette peur, attirante, réconfortante, forte, appétissante...- et ravi de redescendre l'escalier en colimaçon menant au rez-de-chaussés. Je souris malgré moi en entendant ses pas finalement précipités, lui qui s'était si bien maîtrisé jusque là. Ma vue s'ajusta et je sus qu'il avait acheté un livre sur les vampires. Ma faim s'accrut encore : je devais vraiment me trouver une Pomme ! Mais saurais-je la faire durer ? ou la tuerais-je à la première prise ? J'en revins au point de départ :

-
Pourquoi Torben a-t-il tenté de tuer la reine et comment a-t-il échappé à la peine capitale ?!!! vous croyez qu'il y a un lien entre lui et Maryana ?

J'étais reparti dans mes supputations.

-
Le roi et Maryana n'ont vraiment aucun lien ? ils ne se sont jamais rencontré, en secret ? quelque chose comme çà ?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   Lun 25 Juin - 23:54

Il avait fait complètement fi du cri emporté de Leslie. Apparemment, on ne mettait pas au courant les basses classes de Vampires. Dommage, car là, William devra tout expliquer. Il détestait porter des explications à tord et à travers tout le temps. Il n’était pas un chaperon pardi. À moins que oui … Oui, car peut-être fus-t-il son rôle au sein de la communauté des Vampires malgré son ignorance de celui-ci. Il devait bien gérer sa femme, les autres Vampires. Krystel ne désirait jamais le voir prendre d’initiatives évitant une blessure grave. Voilà ! William servait de professeur caché des dangers. Non mais ! Il pouvait se défendre. Ces pensées finissaient par l’amener à soupirer. Son corps se tassa un peu plus dans le fauteuil alors que le regard marron se portait vers l’extérieur. Bon, William observa tous mouvements de l’homme non loin. Dans une attitude lasse, il resta dans cette position, le bras tout contre sa joue. Fermant les yeux, il ressentait un calme grandissant … Sauf une chose évidemment.

Leslie parlait toujours. Pff ! Il ne ressentait pas encore les particularités des sangs étant trop jeune. Bien au contraire, son compatriote saurait rapidement l’étrangeté de celui-ci tout comme pour Victoria et Camille. En ce qui le concernait toutefois, William ne retournerait jamais dans ce garage : pas après s’être fait insulter de la sorte. Un peu de tenue et de respect s’il vous plaît. Tant pis, il ne donnerait plus son argent alors peu importe l’aptitude. Ah et puis quoi ! Il n’avait plus de voiture : plus de problème dans ce sens là.

- Hm, ok.

Fit-il semblant à moitié endormi par rapport la manière dont Leslie caractérisait se Natanael Gordon. Il faisait peut-être parti d’une secte. On en trouvait énormément aujourd’hui. Plus la religion chrétienne avait des problèmes en Occident et plus ces mini sectes apparaissaient. Ce ne serait pas impossible songea alors William rabaissant ses yeux alors que seul ceci bougeant en direction de Leslie. On peut toujours tenter le coup et retrouver cet homme comme Leslie le proposait. Il aimerait durement être présent toutefois, car son cher compatriote peut facilement foutre une entrevue en l’air avec sa grande gueule. Il ne faudrait nullement avancer que ce fut lui, William, derrière cela. Il hocha la tête plus pour sa propre personne. Certes, il savait parfaitement que ce Natanael était une clé dans tout cela. Étrange, effrayant, mais empli de connaissances. Il fallait essayer. Dommage pour le contact et c’était ce qui énervait notre Vampire. Bah, ils ne se furent pas assez connu voilà tout. Un homme mystérieux celui-là. Il sourie subitement et laissa partir un rire. Certes, sa position n’en changea pas pour autant. Il darda son regard en Leslie. Il s’amusait de la curiosité et des idées de ce dernier. Après tout, peut-être y avait-il une part de vrai dans tout cela.

- Torben Badenov faisait parti de l’Église contre les Vampires ceux désirant nous détruire. Il est effectivement possible que ces gens furent de mèches avec Wathereey. Mais bon, mèr…La reine l’a en son pouvoir et donc il n’est plus du tout dangereux.

Un soupir sarcastique et un hochement négatif parcourut sa tête. Leslie fut encore revenue sur ce complot. Maryana et le Roi. Pourtant, c’est impossible que le Roi veuille se débarrasser de la reine à moins qu’il … Qu’il a ce parfait plan. Peut-être voudrait-il la libérer bientôt pour qu’elle ne soit plus sa créature. William ressentit alors, subitement, son sang se mouvoir un peu trop fort à son goût. Il se sentit effrayé par le Roi. Il faudrait surveiller cette possibilité. Si ce dernier éliminer le lien l’unissant avec Krystel, il pourrait tout faire. Ce serait étrange et bizarre toutefois. Pourquoi avoir rallié tout le monde si ce serait pour les tuer ensuite : les Raybrandt ? Certes, ce serait une possibilité à tenir en compte si … Si le lien disparaît.

- … La reine est la créature du Roi. Il ne l’attaquera pas bien au contraire. Je crois qu’on est tranquille tant qu’il n’élimine pas ce lien sinon … Enfin, je doute un peu que Maryana soit de mèche avec le Roi …

Finit-il dans un murmure des plus intrigué. William était incapable de ramener son regard. Il espérait que Leslie avait tord. Sinon, eh bien, il tuerait le Roi sans hésitation. Il n’aurait plus rien l’arrêtant alors. On vit ses lèvres se serrer dans un élan de perdre le contrôle sur tous les événements.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   Jeu 28 Juin - 15:27

J'étais vaguement conscient de me poser trop de questions, pourtant, elles m'arrivaient par vagues, comme si leur message voulait s'imposer à moi... ou au prince ? L'étrange sentiment qui en naissait me laissait toutefois perplexe, surtout quand il me parlait du "lien"... je risquais tout de même :

-
La reine est puissante, n'est-ce pas ? elle a elle-même bon nombre d'infants et son clan est important. Ne m'avez vous pas confié tout à l'heure que le roi avait imposé son pouvoir de manière sanglante ? serait-il envisageable qu'à présent, il choisisse une voie plus diplomatique pour accroître son ombre ?

Je n'y connaissais rien en trucs royaux, mais, s'il tuait la reine, il s'exposait au ressentiment de ses tenants, donc, en l'épousant, il les tenait comme loyaux sujets.

*Alors, pourquoi avoir éloigné William ?!!! me cache-t-il quelque chose ? et du coup, quelle place pour Maryana ?*

Bien sûr, j'avais noté le lapsus sur la mèr'-reine que le prince avait fait. Son attachement était encore visible. La vague de promotions était logique : si l'on veut une cour homogène, l'on y dispose ses pions qui, par remerciement pour les grâces accordées, se trouvaient de fait, poings et pieds liés au roi.

*Pas à la Reine".

Elle perdrait son pouvoir peu à peu, se confondrait à l'ombre du roi, et ensuite... "couiiiiic", disparaîtrait tout naturellement -ou pas-, mais sans éveiller la moindre rébellion. William semblait peu réceptif à ma vision des choses, pourtant, j'osais me lancer :

-
Ce jour là...

commençais-je, désignant ainsi le jour du jugement de William,

-
le roi a récompensé beaucoup de monde, mais la reine a puni sévèrement.

Bon, il allait bien finir par comprendre qu'elle avait désormais le mauvais rôle, et pas l'époux ! non ? C'était surprenant de machiavelisme ! tout semblait couler de source, la reine prétendait asseoir son pouvoir alors qu'en fait, elle se coupait de son plus fidèle tenant (!), incroyable pour quelqu'un de sa stature. Bon, aussi, je pouvais me tromper. Je me levais en titubant :

-
Je vais chercher Nathanaël, peut-être pourra-t-il m'éclairer sur Maryana...

Et puis, disons le clairement, je crevais la dalle ! j'étais super content de retrouver mon prince, et tout, mais le rêve ne faisait pas partie de ses priorités, il ne me nourrirait pas ! c'était normal. je l'acceptais ainsi. Il ne pouvait rien faire, dans l'anonymat et l'exil où il avait été précipité, mais pour moi, agir était encore chose aisée. Je m'arrêtais pourtant d'un coup, comme si je me souvenais de quelque chose qui me frappait à l'instant :

-
Au fait, l'HCV a tenté de tuer Torben.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   Lun 2 Juil - 0:30

Oui, Krystel Raybrandt était puissante. Il l’avait ressenti cette nuit-là ou fut-il en soirée ? William n’en savait plus réellement grand-chose. Sa douleur, son évanouissement l’emportèrent sur les pensées et l’esprit. Croisant les jambes agréablement, il ne lâcha point le plancher du regard. Cette fois, il réfléchissait. Non, ce serait trop idiot. Pourquoi Augustus voudrait tuer sa propre créature ? Quoique cette dernière faillit bien le tuer et déclara que la prochaine fois … Il eut bien des prochaines fois depuis un moment. L’année 2010 sera à oublier pour William. Certes, encore une fois, un sentiment le rattrapa. Elle l’aimait bien après tout. Bien au contraire, il serait mort. Un petit sourire pointa au niveau de ses lèvres alors que son corps ressentait les effluves du sang allant à une vitesse effroyable. Il aimait songer à sa reine, à sa mère. Elle l’aimait non. Quelque part, William aimerait encore tenter de la rendre fière. Mais à chaque essai, il rata totalement et lamentablement. Mais à quelque part, il voulait continuer à lui plaire.

- Oui, elle puni, c’est son rôle et elle aime faire cela. Elle le fait même magnifiquement bien. Il n’y a rien à voir avec une idée du Roi. Seul si le lien disparaît, devrait-on commencer à s’énerver.

Oui et ne s’énervons pas avant. Son regard avait lentement monté pour retrouver celui de Leslie Ryan Anderson. Sa paume de main droite était serrée et appuyée tout contre la joue de notre Vampire. Il ne semblait nullement en colère, heureux ou triste. Rien de cela ne paraissait hormis peut-être une certaine lassitude. Oui, celle de songer à tout cela. Augustus envers Maryana contre Krystel et Nathanael qui pourrait le venir en aide en tout cela. William laissa ses yeux sur Leslie le suivant continuellement pendant qu’il se leva. Notre Vampire hocha à nouveau, de manière affirmative, la tête. Toutefois, il trouvait Leslie un peu trop présomptueux. Comment ce dernier compte-t-il trouver ce Nathanel aussi facilement sans un contact téléphonique ? William ne bougea nullement, mais laissa aller quelques paroles neutres, mais évidemment, l’on y ressentait un contrôle total sur la situation. Oui, il ne laissait pas savoir ressentir l’inverse actuellement.

-Comment comptes-tu trouver … ?

Cependant, il fut surpris de l’autre affirmation de Leslie. Il en oublia la vision branlante de ce dernier – ouais, notre cher William est d’un naturel altruiste non ? Hm, passons – pour ouvrir les yeux extrêmement pris de cours par ces dernières informations. Cet imbécile de Torben fut attaqué par son ancienne organisation. Quand cela et comment ? Et pourquoi lui, William, ne fut pas encore au courant ? À moins que le Roi et la Reine en parlèrent durant son inconscience. Attaqué ? Donc, cette secte n’était pas morte. Elle pouvait encore commettre des meurtres et continuer ses activités. Intéressant voir très intéressant.

- Le Roi et la Reine ont parlé de cette attaque durant la réunion ou pas ? Je ne peux me rappeler de tout … Où et dans quelles circonstances Badenov s’est fait attaqué ? Et pourquoi ne suis-je même pas au courant ?

Termina-t-il cette phrase en appuyant fortement de son poing droit tout contre le bras du fauteuil. Il était en rogne, en colère. Encore une fois, encore … On tâchait d’éliminer tout le mal qui pourrait lui être fait ou plutôt on savait déjà pour sa «traitrise» selon ce cher et bon si gentil Julien Guillemaud. William serra les dents alors que son sang semblait asperger pis que précédemment l’intérieur de son corps. Tout sourire avait disparut et son regard pointait vers le sol. Pourquoi ? Non, cela ne commença pas maintenant. Bien avant, il ne fut jamais au courant de rien. Machinalement, il ajouta quelques mots à Leslie.

- Tu l’as su à la réunion ?

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   Mer 4 Juil - 21:51

J'avais lâché cela sans prévenir, comme une bombe... et je fus surpris de la question... au point de trébucher un peu :

-
ben... non...

Les souvenirs de cette nuit me revinrent par vagues successives, ce repos en haut d'un toit, puis la surprise de cette rencontre, ce jeune homme pâle et extatique qui voulait abattre Torben en prenant ses mesures de nuit pour agir en plein jour, comme un avertissement à toute la communauté HCV ?

* Y a-t-il beaucoup d'autres "traitres" là-bas ? *

Je me repris, heureusement :

-
Parce qu'il ne l'a pas été. J'ai surpris un tireur d'élite de l'HCV et j'allais l'embarquer quand je me suis fais tirer dessus, heureusement, j'ai pu m'en sortir.

Le problème étant qu'évidemment, la suite... je n'avais aucune intention de la dire. Mais pourquoi j'avais dit un truc pareil ? par remord ? parce que j'avais contacté son meilleur pote ? Julien ? Vu qu'il allait me poser la question, ne valait-il pas mieux que je le dise tout de suite ? Je regardais en contre-bas le client qui chuchotait à l'oreille du libraire, qui leva les yeux vers nous, mais qui eut pour moi (nous ?), un regard compréhensif... Etait-il partisan d'une certaine égalité ? Comme ses abolitionnistes du 19e capable d'épouser un Noir pour faire avancer les choses ? Je l'ignorais, bien sûr, et l'homme se tourna vers celui qui lui payait à présent un bouquin quelconque. Etrangement, je me demandais ce que l'inconnu faisait vraiment ici ? pourquoi était-il venu ici, au premier étage, pour finalement prendre un roman se trouvant au rez-de-chaussée ? Il sorti avec son achat et la sonnette tinta. Je descendis rapidement les marches de bois en colimaçon qui menait en bas et le libraire tenta de me retenir par un :

"Je vous en prie, n..."

mais je n'entendis pas la suite. Le froid humide et pénétrant me saisit, ainsi qu'une petite bise et je perçus immédiatement la présence d'un "rouge", pas encore à portée de vue : je bondis sur l'homme et le saignais, me nourrissant comme un sauvage et songeant tout de même à m'essuyer d'un revers de manche, fouillant rapidement les poches du quidam, ne disposant que peu de temps, l'immortel approchait, le corps, je le précipitais vite fait par une plaque d'égout en un lieu qui le viderait vers la mer. Mais avant, j'avais pris son portefeuille, son portable, sa montre pour faire penser à un vol. Revenu à la librairie, le patron m'ignora sciemment, je savais pourquoi et lui aussi, aucun commentaire, et je montais les marches quatre à quatre pour rejoindre le prince. Le tout n'avait duré que trois ou quatre minutes, tout au plus...

Sans vergogne, je repris place sur le fauteuil en face du sien et ouvris mes découvertes devant William. Pas de papiers, étrange portefeuille sans photo ni réelle identité : "John Miller", c'était tellement bateau que ça sentait les faux papiers à plein nez... Alors, y avait-il complot pour retrouver le prince ou pas ? je l'ignorais...

-
Pardon... j'ai été retenu...

dis-je avant de retourner ma manche pour dissimuler au mieux le sang et de retourner à mes fouilles. Mes doigts trafiquaient le portable, mais la puce était vide : un prépayé ? ce type avait vraiment un truc à cacher... je balbutiais en poursuivant :

-
Vous n'êtes au courant de rien car vous êtes introuvable...

"et vlan dans les dents !" non mais ! ce reproche formulé si légèrement, j'espérais bien en tirer une réaction du prince : il semblait si... différent. J'avais tant espéré le retrouver et le voilà, calme,... Je soupirais en secouant la tête. Si jamais le prince me posait plus de questions, j'étais mal, très mal... Mais à vrai dire, je me demandais ce que je préférerais : conserver l'état actuel ou passer à l'étape suivante ? car elle arriverait...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   Sam 7 Juil - 4:32

Levant la tête, William laissa momentanément ses yeux en direction de Leslie. Alors, ce ne fut pas dit à cette magnifique réunion. Cette attaque que subit Torben Badenov se produisit bien après et, à n’en pas douter les paroles de son cher compatriote, en sa propre présence. On désira s’attaquer à Torben … Mais Leslie l’en empêcha. Certes, William aurait osé espérer se retrouver avec plus de détails. Après tout, sait-on jamais, Maryana Watheerey et l’HCV travaillent peut-être de concert. Alors que notre parfait Vampire se concentra sur ces nouvelles données tâchant de tout mettre au clair, il se surprit de voir Leslie disparaître de sa vision.

- Hé ! Où vas-tu ?

Cela sentait le coup fourré à plein nez et sans une arrière pensée de plus, William sortie de Keats and Books à une vitesse folle pour s’arrêter extrêmement brusquement. Sans le coin du mur et l’aide ses bras, notre homme aurait été balancé dans la rue. Sa première pensée en voyant Leslie s’emparer du corps de l’humain était : «qu’il est stupide celui-là» pour ensuite soupirer de lassitude. Il ne comprendra donc jamais. Comment éviter d’être une parfaite espèce avec Leslie ? Impossible. Quoique ses sens aiguisés de Vampire lui indiquèrent un autre de ses congénères. Ouais, William l’entendait donc ce ne devait pas être un vieux Vampire. Passant Leslie à une vitesse folle, notre parfait homme alla rejoindre … Un ami, une connaissance qui ne le laisserait jamais tombé soit plus un serviteur qu’autre chose. Quoique plus que tout, ce Vampire haïssait les petits rebelles idiots dans le genre de Leslie Ryan Anderson. Trop jeune pour ne pas obéir à William, il lui donna son téléphone portable. Ce dernier repartit à une vitesse incroyable pour, il croyait être une meilleure idée pour ne pas agacer ce rebelle, revenir à l’étage de la bibliothèque avant lui.

William n’eut pas le temps de s’asseoir toutefois. Debout, il paraissait cent fois mieux que Leslie dont le sang se ressentait à 10 000 lieux à la ronde. William retenait son corps d’agir violemment. Il ne pouvait plus malheureusement porter la main sur un autre Vampire. Un petit rictus en coin quant à la pauvre excuse de Leslie, William le trouvait pathétique. Cela faisait 5 minutes qu’il traînait dehors. Non mais ! Il le prenait pour un imbécile. Hochant négativement la tête, il attrapa solidement l’épaule de son compatriote et serra ce dernier contre lui … Comme un bon ami ou presque. Ou presque car, la poigne était d’enfer.

- Arrêtes de me prendre pour un idiot Leslie. Tu ne l’as pas hypnotisé cet humain ce que notre confrère allait faire lui. Bon, je dois parler à notre cher ami Léopold et ensuite je serais à toi mon cher.[/color

Alors que son ton de voix fut emplis de sarcasme et de méchanceté, William ne lâchait pas pour autant sa poigne de sur le corps de Leslie. Il pitonna un numéro de téléphone sur le cellulaire emprunté pour laisser tomber le regard momentanément en les objets ramassés par cet idiot. Non mais ! Il le faisait exprès ! Aller William ! Sauve la situation et tâches de ne pas agir stupidement, car on te tuera cette fois. Un corps mort pourrait laisser croire en sa propre action à lui.


Citation :
Salut mon cher Léo, improvisateur 101 !

Ouais, c’est bien moi. Tu es surpris non ? Alors, j’aimerais vérifier si tu es bien à ta place comme Sheriff. Oui car, avec un type comme toi il vaut toujours mieux vérifier. Viens faire le ménage auprès de Keat & Books, car Leslie Ryan Anderson y a encore fait des siennes.

Et, au fait, ce n'est pas mon téléphone. C'est celui d'un de nos confrères

Et voilà ! William appuya sur envoyer et, un sourire en coin voir sadique au visage, reporta son attention sur son compagnon laissant le cellulaire sur la table entre eux deux. Ce sourire disparut totalement faisant place à un regard noir et sérieux. Ce regard devrait rappeler des souvenirs à Leslie. Oui, cette soirée du 7 août où William apprit pour le goût prononcé du jeune Vampire pour SA servante humaine. Sans laisser place à l’histoire Badenov ou l’affaire Watheerey, il prit la parole. Son ton n’amenait rien de joyeux, mais ne s’élevait nullement. Après tout, nous étions dans une bibliothèque.

- Leslie. On commence maintenant. Je vais te réapprendre les bases quant à être un véritable Vampire, car apparemment, tu as tout oublié. Pourquoi Leslie tu t’obstines à croquer des humains un peu partout sans aucun tact ni discrétion ? Tu avais faim non ? Fais-moi en part alors. Sois un Vampire fier en évitant de cacher ta nature tout le temps.



Dernière édition par William Sans Nom le Sam 7 Juil - 16:55, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   Sam 7 Juil - 6:23

Dès que j'eus fini le tri des objets, je ressentis que quelque chose n'allait pas...

* Mais quoi ? *

Bof... peu importait, ce devait être la digestion. Je buvais trop vite, je le savais, mais la découverte du véritable sang humain était une révélation divine pour moi et je ne m'en lassais pas. En haussant les épaules, je songeais aux trois agresseurs de Roméo que j'avais si promptement vidé de leur sang....

*Hummm... un délice ! sans compter que la peur, la terreur, relevait le goût d'une manière... INEGALABLE !!!*

Qui eut dit que moi, le sage Leslie, j'apprécierai un jour le vrai sang, le sang humain ? incroyable... bon, en tout cas, mon corps se réchauffait et tandis je sentais la force monter en moi, je levais les yeux vers William pour lui annoncer :

-
Rien à tirer de tout ça. Téléphone prépayé, vierge, aucun indice. Un portefeuille vide, avec des papiers qui sont des faux grossiers, tout juste bon à leurrer un bobby novice, et encore... inquiétant, non ?

C'est seulement alors que je m'aperçus que le prince était debout. Et que moi, j'étais assis... je me levais donc d'un bon, conscient de la gaffe commise, mais trop tard. Bon, maintenant, au-moins, j'étais plus assis... William me prit le téléphone des mains et composa un numéro, visiblement agacé. Le voyant faire, je me félicitais qu'il semble tout à coup reprendre goût à la non-vie, une sorte de lueur brillait dans ses yeux.

*Super !*

C'était mieux comme ça, non ? oui, sûrement. Il parlait à quelqu'un, en se servant d'un nom de code. Et apparemment, il s'adressait...

*au nouveau shérif ?!!! *

en se moquant de lui, n'hésitant pas à le mettre sur le grill, du genre, "alors, on glande", je souris, amusé, fier que mon boss reprenne ainsi du poil de la bête.

*Ce maudit Léopold, qui avait dragué Hannah... maintenant, William se vengeait de lui... *

Ah... que c'était bon de le voir reprendre toute sa morgue... sauf que la suite... je n'en revins pas et l'incompréhension put se lire sur mon visage qui fondait comme un masque de cire, entraînant les traits vers le bas : une véritable déconfiture ! Il raccrocha et me regarda, visiblement déçu, agacé, même, peut-être... et je me demandais bien pourquoi. Je venais après tout, d'éviter que cet indique ne signale la position du prince à je ne sais qui !!!

- Leslie.
On commence maintenant. Je vais te réapprendre les bases quant à être
un véritable Vampire, car apparemment, tu as tout oublié. Pourquoi
Leslie tu t’obstines à croquer des humains un peu partout sans aucun
tact ni discrétion ? Tu avais faim non ? Fais-moi en part alors. Sois un
Vampire fier en évitant de cacher ta nature tout le temps.



Et voilà qu'en lieu et place de félicitations, mon prince me livrait à son ennemi ?!!! à celui qui avait pris sa place ?!!! non, mais c'était pas possible ! tout simplement !!!??? Mes sourcils se froncèrent et un profond sentiment d'incrédulité me saisit tout entier, au point que j'eus du mal à articuler :

-
je "croque" des humains, parce que c'est bon. Bien meilleur que le True. J'en obtiens plus de force, plus d'endurance, ce qui me permet de bosser et de vous chercher.

La réponse était claire, non ? bon, d'accord, une certaine dépendance, maintenant, à ce goût un peu poivré de peur, de terreur.... oui... c'était si bon... si délicieux... pourquoi le prince me parlait-il d'hypnose ? le sang ainsi dégusté n'avait aucun goût !!!! c'était un mélange ferreux et tiédasse, nourrissant, certes, mais... et puis, je n'avais plus besoin de nounou pour me nourrir, ça se voyait, non ?!!! je fronçais les sourcils, conscient que William venait tout simplement de me vendre à d'Aubusson !

-
Quelle injustice... moi qui vous ai cherché partout pour vous venir en aide, au risque de perdre ma position pépère à la Pomme...

Etait-ce du dépit ? non, je ressentais un profond sentiment de... TRAHISON !

Et quoi de plus terrible qu'être trahi par quelqu'un qu'on aime, qu'on vénère, même ?!!!!! L'incrédulité se lisait dans mes yeux, qui cachait si bien ce sentiment. Surtout, qu'il ne découvre jamais combien je l'aimais, le vénérais ! j'en paraitrais définitivement stupide à ses yeux ! Je savais ne pouvoir attendre aucun secours, de personne. Et l'autre, là, qui se pavanait dans ses nouveaux atours de shérif de Glasgow, ne manquerait pas de me tomber dessus. Fini, le boulot plan-plan à la Pomme, mon minuscule studio en sous-sol.. tout cela m'apparut extrêmement minable, tout à coup. A quoi tenait la vie ? le sentiment de vivre ? à rien. A des chimères. Une pensée me vint, qu'évidemment, je n'aurai jamais mise à exécution, avant :

*Et si j'avais donné la position de l'exilé au shérif, j'en aurai eu bien des félicitations... des lauriers, même ! *

Mais jamais, moi, je n'aurai trahi un ami. Mais je savais maintenant que William n'était pas mon ami. Et ne le serait jamais. Il se servait de moi.

Tout s'effondrait en moi. Je sautais au rez-de-chaussée, ouvrit la porte à la volée qui tinta, tinta, tinta... et couru le plus vite possible à travers les ruelles de Glasgow, le vent frappant mon visage et étalant les larmes de sang sur mes joues. Quelle déception ! ne plus jamais le voir, ce maudit ! sa mère avait bien fait de l'exiler ! elle aurait même du le tuer !

-
MAUDIT !!!!

j'avais hurlé, dans les rues de Glasgow...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   Mar 17 Juil - 3:32

Pourquoi avait-il appelé d’Aubusson ? Pas seulement pour dire que Leslie avait alimenté quelques stupides actions encore. Bien sûr que non ! Enfin, consciemment, William le croyait. Certes, vous doutez tous que ce n’est pas réellement la vérité. Croquer un humain et le laisser là, au sol tout en le dépouillant, ne se trouvait pas une grosse affaire criminel selon la loi des Vampires. Tout au plus, Leslie aurait une amende accotant les 200 £ : rien à voir avec sa morsure d’Hannah Badenov deux mois plus tôt. Non, car William cherchait à retrouver ses confrères et consœurs. Il aimerait se faire violenter par sa mère. Oh ! Si elle le violentait, lui faisait mal, ce serait 100 fois mieux que … Cela. Vivre seul en exilé. Elle l’haïssait à cause de cet imbécile de Julien. Il avait cherché à ce qu’on le retrouve. Voilà ! Il désirait cela ardemment. La seule personne en ayant été capable fut Leslie. Juste lui, rien que cela. Les autres, bien plus vieux, n’y réussirent aucunement. Maintenant, William savait parfaitement ne plus être aimé du tout. Et cela lui faisait affreusement mal d’être seul sans que ses émotions en ressortent quoique ce soit. Tout tombait sur sa tête en ce moment.

Tout. Puis, il fallut que Leslie Ryan Anderson en remette une couche. Loin d’être raisonnable celui-là apparemment. William accrocha sa main au travers de sa chevelure châtaine. Leslie parlait d’injustice … Mais avait-il pensé à lui. Oui, lui William exilé et ne devant aucunement faire de mal sinon sa servante humaine en souffrirait et, bien évidemment, lui aussi.

- Leslie, tu n’as nullement pensé à moi qui …

Commença-t-il rétorquant du tact au tact à Leslie Ryan Anderson. Ses poings se furent serrés. Celui-là l’énervait atrocement. Oui et c’était bien pire que ce que pouvait commettre sa chère sœur. Un coup, il se trouvait affreusement intelligent discutant de plusieurs hypothèses ralliant Maryana, Torben, Augustus et on en passait. De l’autre, il semblait follement s’amuser à sucer pleins d’humains sans penser une seule fois à la sécurité de son bon Prince. Ouais, William avait retenu les mots de Leslie. Étrangement, il le nommait encore Prince. On dirait qu’il était totalement en amour celui-là.

- LESLIE ! REVIENS TOUT DE SUITE !!!

Dit-il hurlant sans avoir penser le faire aussi fort précédemment. Son sang palpait ses tempes tout comme longeait à la manière de gigantesques vagues les membres de son corps. Il détourna le regard fichtrement agacé par le libraire passant par tout près de lui. Il avait semblé désirer remettre à l’ordre William, mais prit peur. Normal au vu de son statut de Vampire. Ce dernier faillit bien même détruire la table basse sur ses devants face à la colère le consumant peu à peu. Certes, il n’en fit rien et se mit à descendre les escaliers quatre à quatre.

Bon, eh bien, on venait de faire un trait sur Leslie Ryan Anderson quant aux membres des Dissidents. William ne voulait plus jamais entendre parler de cet idiot. En tout cas, pas tant qu’il n’ait pas plus comprit la véritable vie de Vampire et à se faire discret.


FIN du Rp
Je crois que nos persos ne sont pas fait pour s'entendre. mdr

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Plonger au coeur de son espèce : l'aidera-t-il dans quête ? [Livre I - Terminé]
» vodou
» V.K.D (+) Tout le monde est idiot. La preuve, si on crie "Espèce de crétin" dans la rue, tout le monde se retourne.
» De longs pieds, un grand coeur, et une impression de déjà-vu dans l'air... [Luna+Ulqui]
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Centre-ville :: Keats & Books (fermé)
-
Sauter vers: