AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
MessageSujet: Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]   Lun 28 Mai - 20:51


« Ce n’est qu’un détail. »
Je descendais de la limousine blanche, je restais un moment à la portière à admirer l’immeuble où résidait Julien Guillemaud. C’était le début de soirée, le soleil venait tout juste de se coucher. J’arborais une nouvelle coupe de cheveux, beaucoup de décisions importantes avaient été prises et c’était l’heure du changement. Je portais un pantalon noir, ample au niveau des chaussures qui étaient cachés par le tissu et un bustier, avec des motifs léopards, sans bretelles. Je savais que Mr. Guillemaud était plus grand que moi, j’avais mis des hauts talons pour être à sa hauteur. Il avait de l’ambition, je l’avais bien vu lors de la réunion, et je ne le laisserais pas me dominer ou prendre le dessus. Jusqu’à présent, j’étais l’ombre de William, je ne m’occupais guère des affaires du Manoir, ou bien de la Pomme du Diable mais la situation avait changé. Désormais, je devais faire face seule – ou presque. J’étais à la hauteur, j’étais la pupille de Krystel Raybrandt et j’avais prouvé lors de la réunion que son enseignement, je l’avais encore en mémoire. Je ne faisais pas de sentiments envers mon mari vampire, d’ailleurs c’était certainement à ce sujet que Mr. Guillemaud avait souhaité me rencontrer. Une invitation à venir inaugurer son nouvel appartement de Glasgow. J’étais impatiente de le connaitre plus amplement, je l’avais croisé plusieurs fois mais rien de bien concluant. Nous n’avions jamais pris le temps de nous parler vraiment. J’étais sereine, calme, détendue. J’avais pris des précautions avant de venir, et je savais – à priori – où je mettais les pieds. Je prenais des précautions, plusieurs hommes m’avaient accompagnées et étaient postés un peu partout dans le quartier. Et Belle savait où j’étais. Julien Guillemaud ne m’impressionnait pas. Mais il avait réussit à savoir que William était un traitre, comment ? Je l’ignorais ! Il montait crescendo ce jeune vampire, déjà maitre … la chute n’en serait que plus mortelle. J’avais déjà connu la chute, j’étais jeune, insouciante, impulsive, irréfléchie. Suite à mon bon comportement, la Reine m’avait donnée une autre chance et une mise en grade. J’avais perdu Torben, peut-être à tout jamais… je laissais cette rancune dans le placard. A l’heure actuelle, je voulais profiter un maximum des nouveaux droits et des nouvelles possessions que j’avais ! Je me montrerais plus maligne, et plus vile que William. Je me retournais pour m’adresser au chauffeur qui venait de me demander si je désirais autre chose.

    « Ne vous éloignez pas trop, restez dans les parages. On ne sait jamais ce qu’il pourrait se passer. »


Je fermais la portière, sortit sur le trottoir, je me dirigeais vers l’immeuble. Dans la vitre de la porte d’entrée je me regardais. Parfaite. Je n’avais pas la conscience tranquille, cela ne m’aiderait pas mais j’étais forte. J’étais une Raybdrant, digne de ce nom ! Je poussais la porte, j’admirais la propreté du lieu. Je pris l’ascenseur, il m’avait dit qu’il vivait au dernier étage. J’étais pile à l’heure, remarquable vraiment. J’essayais d’avoir toutes les cartes en main, d’avoir un temps d’avance, de maitriser la situation. J’avais longtemps regardé les façons de la Reine, j’en avais pris note dans ma tête, c’était le moment de ressortir ses enseignements. L’ascenseur s’arrêta au dernier étage, je pris le temps de regarder mon reflet une dernière fois. Remettant ma frange en place. Julien n’y ferait surement même pas attention, mais qu’importe pour moi cela comptait. Chaque détails comptaient, je n’avais pas le droit à l’erreur. Il ne me laisserait rien passer. Il ne s’agissait plus d’agir avec retenue, désormais je devais me contrôler tout le temps, à chaque instant. Agir avec prudence. La moindre erreur me serait fatale. Agir en princesse. Je m’arrêtais devant sa porte d’entrée. Je pris un moment pour me calmer, je suis la princesse. Je sonna deux coups à la porte. On oublie Belle, on oublie Torben. Maitrise de soi, jusqu’au bout des ongles. Je passais ma main devant mon visage, comme pour faire partir la Jana rebelle. Place à la Jana dans toute sa splendeur, le paraitre, celle que je devais être depuis tout ce temps et que je n’avais quasiment jamais été. Je suis Jana Pfeiffer Raybrandt, Princesse des Vampires. Pupille de la Reine. Gérante et Nouvelle Propriétaire de la Pomme du Diable. Amnésique et Dissidente à ses heures perdus, mais ça ce n’est qu’un détail, n’est-ce-pas ? ;)

Chapitre 1 ¤ Julien Guillemaud
Fin Octobre 2010.
Après l'Event de l'Echiquier.
Appartement du Maitre Vampire.


Dernière édition par Jana P. Raybrandt le Ven 7 Sep - 20:58, édité 3 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]   Mer 30 Mai - 12:54

La nuit venait de tomber et mes vitres venaient de cesser automatiquement leur opacité totales pour redevenir transparentes. J'avais préféré ce système coûteux à de simples stores étant donné sa meilleure efficacité à bloquer tous rayons solaires si jamais j'étais éveillé de jour dans mon appartement. Bien que pas franchement intéressé par les nouvelles technologies, la domotique était en revanche un domaine des plus intéressant tant elle me permettait de me libérer de certaines contraintes ennuyantes.

Quel changement en comparaison de ma demeure d'Edimbourg. Je possédais encore cette maison avec l'accord de Softov du fait que celle-ci était sur son territoire mais j'avais choisi de déménager sur Glasgow étant donné mon nouveau territoire dont j'avais la charge. Mon nouveau logement principal était bien plus grand que l'ancien, si bien qu'Angela y habitait aussi, sur mon ordre. Il formait un duplex dont le second étage donnait sur le toit de l'édifice ce qui me donnait une grande terrasse si je devais à l'avenir organiser une réception pour le Roi ou la Reine. J'avais choisi cet immeuble pour son confort mais aussi pour la sécurité des lieux. Rien que pour accéder aux escaliers ou aux ascenseurs au rez-de-chaussé il fallait montrer pattes blanches aux gardiens.

Ceux-ci étaient humains mais quelques uns d'entre eux venaient de ma sociétés et des éléments prometteurs que j'avais sélectionné avec soin. Ils savaient que j'étais un vampire et bien placé au sein de mon espèce sans en savoir plus. Je leur avais fait une proposition : qu'ils me servent loyalement et ils seraient payés gracieusement et serait sous ma protection vis à vis de mes congénères. Toutefois je les avait prévenu que je ne saurais tolérer la trahison et qu'ils étaient tenus au secret le plus total. En plus de m'être assuré de leurs compétences, je les avais entraînés personnellement à lutter contre l'hypnotisme de vampires lambda. Cependant je n'avais pour eux que la considération d'un employeur pour ses employés performants rien de plus. Ajouté à cela la présence d'Angela dans mon nouvel appartement j'étais certain de la sécurité des lieux.

Malgré cette sécurité je prenais ce soir un risque afin de connaitre davantage Jana P. Raybrandt l'ex femme de William mon ancien ami et désormais prince déchu. Jusqu'à présent je n'avais au lien avec elle et ne savait pas grand chose à son égard si ce n'est ce que tout le monde sait au sein de notre espèce. Par contre la chose n'est pas réciproque car elle savait que j'avais été l'amant de Krystel quelques fois par le passé. Même si j'en ignore la raison, elle a gardé le secret et n'en a rien dévoilé à son époux jusqu'à présent. Après les récents évènements cela ne serait pas dramatique et ne rajouterait qu'une nouvelle raison à William de m'en vouloir et de chercher à se venger. Ce qui en revanche me laissait perplexes était en fin de compte son lien avec l'ancien shérif de la capitale écossaise. Elle semblait des plus fidèles en apparence d'autant qu'elle venait elle aussi d'obtenir une promotion en quelque sorte, mais si mon ancien ami avait choisi la mauvaise voie, qu'en était-il de sa femme? Belle Angeline Renard était-elle la seule traître dans l'entourage de William? C'est en partie à propos de ces sujets que je voulais voir la Princesse vampire. Une autre raison était aussi que je voulais prendre la température auprès d'elle vis à vis de William et voir si je pouvais faire passer un message à mon ancien ami par la vampire. J'allais devoir peser chacun de mes mots et réfléchir au mieux tout au long de cette rencontre. Je jetai un œil à une des horloges modernes de l'appartement et vis qu'elle ne devrait plus tarder. J'avais donné des consignes aux gardiens de l'entrée de la laisser passer sans la contrôler du fait de son statut dans la hiérarchie des nocturnes. J'avais beau n'avoir aucune certitude quant à la réalité de sa loyauté mais je ne voulais pas qu'elle ait de moi l'image de quelqu'un manquant de savoir vivre.

Alors que je traînais sur ma terrasse sous le ciel étoilé en attendant son arrivée, l'interphone qui était relié avec les agents du rez-de-chaussé s'éveilla et la voix de l'un d'eux se fit entendre pour m'annoncer qu'elle était en train de monter.


Excusez moi monsieur Guillemaud, votre invitée vient d'arriver. Je sortis alors deux verres type coupe de champagne ainsi qu'une carafe de sang AB+ et les déposai sur une des tables de la terrasse où je souhaitais l'accueillir étant donné le doux climat de cette nuit et le ciel dégagé. Lorsque la sonnette retentit j'ouvris la porte pour voir la vampire qui était habillé de façon élégante qui lui convenait bien selon moi. Pour ma part j'arborai un haut simple ainsi qu'un jean, choisissant la simplicité (voir ici).

Bonsoir Princesse, entrez je vous prie et allons sur la terrasse pour profiter de la douceur de la nuit si vous le voulez bien. dis-je respectueusement en lui faisant le baise-main à la manière tel un gentleman respectueusement. Ce n'était pas parce que j'étais plein d'interrogations à son sujet que je pouvais me permettre de lui manquer de respect. Elle était Princesse vampire et à ce titre je devais respecter l'étiquette en sa présence aussi l'invitai-je à me suivre sur la terrasse du toit en empruntant un des escaliers. Une fois devant la table basse, je l'invitai à prendre place dans le fauteuil de jardin situé près d'elle tout en lui servant une coupe de sang.

Merci d'avoir accepté de me rencontrer dans ma nouvelle demeure Princesse, voici donc notre première véritable rencontre. Ce sera pour nous l'occasion de faire enfin connaissance et discuter quant aux récents changements au sein de notre espèce et plus particulièrement pour nous deux. Je levai mon verre devant moi par politesse avant de boire gorgée de sang. Je ne savais pas si le rhésus de notre boisson lui conviendrait mais je préférai boire du AB+, aussi devrait-elle s'en accommoder. Je décidai ensuite de reprendre la parole d'un ton cordial à son égard.

Pardonnez-moi si je suis un peu direct mais je n'aime pas m’embarrasser de fioritures inutiles. Comment vivez-vous le bannissement de William? Et surtout quels sentiments éprouvez-vous à mon égard étant donné que je suis celui qui est à l'origine de cette sanction? Oui j'aurai pu être plus fin et mettre davantage les formes pour poser la question à la vampire, mais je voulais lui exprimer que je souhaitais une discussion sans langue de bois ce soir, mais pas sans manipulation de ma part si besoin cela va de soit. Je devais être prudent ce soir tant que je ne savais pas avec certitude la position réelle de la Princesse.


Dernière édition par Julien Guillemaud le Ven 8 Juin - 11:51, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]   Dim 3 Juin - 1:41

J’étais habillée classe et glamour, mais pas trop non plus. Julien m’ouvrit la porte, habillé plus simplement que moi mais je n’étais pas là pour ça. J’étais là pour le voir, il souhaitait me rencontrer et moi aussi. Faire connaissance avec un vampire de taille. Au service du Roi et de la Reine, comme moi, mais il était bien plus fidèle que je ne l’étais moi-même. Il devait être l’un des rares à ne pas vouloir la place du roi. Il avait compris que pour être récompensé il fallait faire preuve de loyauté. Il avait compris dans quel jeu d’échecs diabolique il était tombé. Il menait la partie, et ce n’était que partie remise. Il voulait bien se faire voir. Pendant longtemps, je n’avais pas réagis de la sorte. Maintenant, que je montais sur scène. Maintenant, que j’étais princesse. J’entrais sur la piste. Je mettais mes pions en place. Julien serait un adversaire de taille. Méticuleux et observateur, il avait de l’influence. Il avait mis à nu William, ce ne serait pas mon cas. En acceptant de le rencontrer, je mettais toute mon existence en danger. Ma vie, car la Reine ne me laisserait pas d’autres chances. Je franchissais le seuil de la porte. Mes yeux se posaient sur chaque meuble que possédait Julien. A le voir, on aurait jamais cru qu’il avait aussi bon gout en matière de décoration. C’était beau chez lui, je remarquais tout de suite que l’opacité de ses fenêtres changeait selon le soleil. Ingénieux. J’adorais l’appartement de Julien, c’était magnifique. Ce vampire était plein de ressources, et de surprises visiblement.


    « Bonsoir Mr. Guillemaud, merci pour votre invitation. » Il me baisa la main, je scrutais le moindre de ses gestes. Je ne laissais paraitre aucunes émotions, juste un sentiment de supériorité. Je le suivais jusqu’à la terrasse donc, c’était grand ici. J’étais impressionnée. Profitons de la douceur de la nuit, même si c’était plutôt les rayons du soleil qui me manquaient. Mais, j’avais oublié ce que cela faisait de se dorer la pilule au soleil. Jamais, je n’aurais cette joie. Ou bien, je finirais en cendre. « C’est très design chez vous. C’est magnifique ! »


Je montais les marches de ses escaliers en métal, touchant doucement la rampe retirant bien vite la main pour ne pas la salir. Il m’invita à m’asseoir sur l’un des fauteuils de jardin, près de la table basse. Il me servit une coupe de sang, gentleman. J’étais l’invitée après-tout. Je le fis un signe de la tête en signe de remerciement. Suite à ses paroles, je levais mon verre également en le fixant du regard. Je portais le délicieux nectar à ma bouche, regardant le liquide, pinçant mes lèvres. AB+ je devais apprendre à connaitre Guillemaud. Il fallait toujours être proche de ses amis mais encore plus de ses ennemis. Et bien… il ne perdait pas de temps, et ne tournait pas autour du pot ! Il arrivait tout de suite au vif du sujet, cela m’arrangeait je ne voulais pas trop m’éterniser chez lui. Je posais la coupe sur la table, croisa les jambes et les mains. Je pris un instant pour réfléchir à ce que j’allais bien pouvoir lui raconter. Il voulait me tester, voir si j’étais comme William, et me faire tomber aussi si j’étais comme lui. Espérons que je saurais être plus maligne que lui, à ce jeu là ! Impatient ? Contrarié ? J’hésitais ! Je l’intriguais, et qu’il n’espère pas qu’à la fin de cette rencontre il puisse lire en moi comme dans un livre ouvert. Je serais une énigme, un mystère, une ombre dans la nuit, une ombre qu’il n’attraperait pas.

    « Comment je vis le bannissement de William ? Comme une veuve qui a perdu son mari. Je continue à vivre, j’ai pris les reines et j’espère faire un meilleur usage des biens de la famille Raybrandt qu’à pu en faire mon époux. » Pour le moment, aucunes embûches – les humains à mon service s’étaient pliés à mes nouveaux désirs. Je prenais mon travail à la Pomme du Diable très au sérieux. Tout allait bien. Pourvu que ça dure. « Vous concernant … je ne peux que vous féliciter d’avoir démasqué un traitre dans nos rangs. Le Prince était très attaché à sa Mère, je ne pensais pas qu’il irait jusqu’à la trahir. Vous avez vu ce que je n’ai pas su voir, vous méritez amplement votre rang de Maitre Vampire, Mr. Guillemaud » Les mois qui avaient suivi le mariage, avaient été horribles. Je m’étais renfermée sur moi-même comme une fleur fanée. J’avais évité au maximum mon époux, je n’avais pensé qu’à Torben, à mes erreurs. J’étais restée dans mon coin, et j’avais été récompensée pour mes bons agissements. De l’eau était parvenue à mes racines, et j’étais une fleur qui venait de s’éclore et qui n’attendait qu’une chose pouvoir m’épanouir. Mon travail à la Pomme du Diable me permettait de penser à autre chose, à l’oublier petit à petit, il appartenait à la Reine. Ainsi, ce que je venais de dire à Mr Guillemaud était tout à fait confirmé. J’avais vu ce que j’avais voulu voir et je n’aurais jamais livré William. Prudente, je l’étais. Manipulatrice, je l’étais. Dans ce monde-là, il n’y avait pas de place pour l’honnêteté si on tenait – un temps soit peu à sa vie. « Et vous, Mr Guillemaud, que pensez-vous de votre princesse ? »



Il voulait jouer à ce jeu, alors jouons. Je savais déjà ce à quoi il pensait. Il avait certaines cartes en main, plus de pions c’était certain. J’avais d’autres cartes en main, moins de pion mais nous n’avions pas les mêmes manières de diriger tous les deux. J’avais un tour d’avance sur lui. Il était le toutou de ses Majestés, à moins de lui prouver que j’étais une royaliste jusqu’au bout des ongles. Je plongeais mon regard sombre dans le sien, je ne cherchais pas à le déstabiliser, juste un sentiment de curiosité. Qu’allait-il bien pouvoir me répondre ?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]   Lun 4 Juin - 3:52

L'image que renvoyait la Princesse était celle de la veuve éplorée, découvrant avec stupeur les plans séditieux de son époux. Ainsi donc elle n'aurait rien vu... A mon sens il était difficile de ne pas voir ce dont notre conjoint pouvait fomenter dans l'ombre. Si une telle chose était possible cela me confortait dans l'idée que le mariage n'était pas une bonne chose, si ce n'était que de se rajouter de nouvelles contraintes et complications. Selon moi ce genre d'union solennelle n'avait qu'un but purement politique. Pour le moment rien ne me permettait de douter de sa sincérité aussi décidai-je de rester poli pour le moment. En même temps j'avais en face de moi une des Princesses de notre espèce, héritière du couple royal, aussi devais-je peser mes mots. Je fus conforté dans cette idée lorsqu'elle me demanda à son tour ce que je pensais d'elle. Quelle réponse lui donner? Que choisir entre la vérité et la politesse?


Je vous trouve courageuse Princesse. Vous devez subir la destitution de votre maris et la gestion de ses biens à présent, et en plus vous acceptez l'invitation de celui qui l'a dénoncé au Roi. je dois vous avouer que je suis surpris que vous n'ayez pas même l'ombre d'un sentiment négatif à mon égard de par ce simple fait. Néanmoins une autre chose me surprend de votre part, sauf votre respect. Je voulais voir à présent sa réaction à certaines... stimulations. Comment William a-t-il pu vous cacher ses agissements? Je sais de par certaines discussions que nous avons eu lui et moi que votre relation n'était pas sans remous, mais je ne le pensais pas capable de dissimuler certaines choses à sa femme. Je ne comprends pas ce qui l'empêchait de vous faire confiance à ce point. dis-je d'un ton pensif en observant la jeune femme tout en buvant une nouvelle gorgée de sang. En tant qu'époux William lui aurait probablement dévoilé bien plus de choses qu'à moi mais je n'étais pas censé le savoir aussi avais-je décidé de jouer cette carte, à la recherche du petit. Je voulais profiter de discuter avec celle qui était supposée être proche du prince déchu afin de sonder un peu l'entourage de mon ancien ami.

Quant à son entourage proche Princesse, pensez-vous que l'on pourrait y trouver quelqu'un susceptible d'avoir mené votre époux à faire les mauvais choix? Le connaissant il ne se serait jamais laissé convaincre par n'importe qui. Cette personne, si tant est qu'elle ait agit seule, devait avoir quelque chose à lui offrir qui lui permettait de se sentir puissant. Si bien entendu j'évoquais sans la nommer la traitre Renard, je ne citerai pas son nom par nécessité. Je ne voulais pas indiquer clairement qui je soupçonnais d'avoir perverti l'ancien shérif de Glasgow et préférais me contenter de sous-entendus.


Dernière édition par Julien Guillemaud le Mar 10 Juil - 15:25, édité 2 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]   Ven 6 Juil - 21:47

J’étais restée toujours très distante envers mon mari. Surtout depuis le mariage, si avant nous nous entendions plutôt bien comme frère et sœur, aujourd’hui ce n’était plus pareil. Bien sur la dissidence nous réunissait, mais cela n’était pas suffisant… Torben m’avait été enlevée, suivi d’un viol, la vie au manoir était devenue insoutenable. C’était presque un soulagement de savoir William déshonoré, déshérité. Une nouvelle vie, de nouvelles responsabilité s’offrait à moi, m’ouvrait les bras. J’avais saisi ma chance, même si avec mes trois petites années vampiriques j’avais déjà connu de nombreuses choses et une ascension sans égale. Malgré mon très jeune âge, je faisais preuve d’une grande maturité prenant exemple sur mes aînés. Julien, était un modèle pour tous. Un modèle d’ambition, un modèle de fidélité, il connaissait ses objectifs et n’hésitait pas à aller jusqu’au bout. Je souris aux mots, aux phrases de Mr. Guillemaud. Ainsi, nous passions vraiment pour un couple modèle. C’était l’image qui se dégageait de nous, et pourtant dans l’ombre de ce mariage c’était tout l’inverse. Un mariage malheureux, je n’avais pas prévu cela…. L’après mariage, cette petite chose horrible. Est-ce-que cela avait été comme ça, quand j’avais été humaine ?!

    « William était loin de tout me dire, vous savez. Il me prend pour une jeune vampire rebelle et irréfléchie. Nous avons eut quelques différents par le passé, différents qui persistent encore maintenant. Cela ne m’a guère étonnée que mon mari me cache des choses. Il faut avouer également, que je ne m’intéressais pas aux activités de mon mari.»


Julien devait certainement ignorer mon passé, mon lien avec Torben Badenov – lien effacé, supprimé, oublié mais lien qui était toujours là, dans mon cœur sans vie. Torben avait toujours été un sujet de conflit avec William, ce dernier voulant tout simplement le tuer. Rebelle, jusqu’aux bouts des ongles me refusant autant que je pouvais à mes devoirs d’épouse. Lors de cérémonie officielle, ou aux yeux de tous tout le monde masquait la vérité. La Reine était la première à le faire en donnant l’ordre de supprimer totalement les vestiges de mon premier mariage. Il ne fallait rien laisse paraitre, nous devions être une famille parfaite, des modèles. Après mon mariage, on ne m’avait guère vu en public. Je restais enfermer, évitant presque William mais cela le nouveau maitre vampire l’ignorait certainement.

    « Vous parlez de Belle Angeline Renard ? Vous pouvez la nommer vous savez ! J’ai appris, bien tardivement, les projets de mon mari. J’ignore toutefois si cette Belle Angeline Renard est pour quelque chose dans le changement d’allégeance de William. Mais, réfléchissez un instant Mr. Guillemaud et demandez-vous pourquoi on l’a mit ‘’au service’’ de Morgane Raybrandt ? Ce ne sont que des suppositions, je ne me suis guère intéressée à tout ceci depuis quelques mois…»


Mais les choses allaient changer, dorénavant je reprenais les rennes du carrosse. J’allais rentrer en jeu, et mettre mes pions en place, moi aussi. Je n’avais pas peur. Il n’y avait plus de ‘’nous’’ qui compte entre William et moi. C’était ‘’je’’. Mes agissements étaient différents de ceux du prince déchu. D’ailleurs quand lui s’est brûlé les ailes, moi j’ai gagné de la reconnaissance. Nous étions deux personnes distinctes, et je ne voulais pas que les frasques de mon mari me tâchent mon plumage soyeux.

HJ : Désolée pour le temps de réponse ><
J'ai un peu perdu le fil là, si tu vois des incohérences n'hésites pas à le dire à ta marraine chérie xD
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]   Mer 11 Juil - 14:28


J'écoutai avec toute mon attention les paroles de mon invitée, la deuxième princesse avec qui j'avais un entretien en ces lieux depuis que j'étais Maître vampire. Je n'étais pas des plus convaincu par ses paroles, mais celles-ci me firent penser à un mariage arrangé. Bien que la version officielle les ai vu s'unir par amour, il semblerait plutôt qu'il s'agisse d'un mariage politique. Cela me confortait dans l'idée que ce type d'union n'avait qu'un objectif de propagande et d'image. Le mariage d'amour reste pour moi une utopie bien naïve. Pour ma part une union politique pourrait avoir quelques avantages, mais je n'avais confiance en personne d'autre que moi-même.

Mais ce qui me surprit le plus même si j'en montrai rien, ce fut la suite de ses paroles. Le fait qu'elle nomme d'elle-même la félonne fit hurler une sirène d'alarme dans mon esprit. Je ne pensais pas avoir laissé d'indices quant à l'identité de celle que je soupçonnai être à l'origine de la dissidence de William. Alors comment la princesse en était venu à cette conclusion? La tournure de notre discussion fit naître de nouvelles questions aussi décidai-je de tâter le terrain dans cette optique, sans pour autant manquer à l'étiquette.


Personnellement j'ai quelques idées quant à la raison de sa nomination à ce poste, mais il ne s'agit que d'un avis personnel qui n'engage que moi, et qui dépend de mon ressentiment à son sujet. dis-je pour répondre simplement avant de poursuivre. Mais je ne pensais pas spécialement à mademoiselle Renard. Je soupçonne quelques autres personnes dont je préfère taire l'identité, sauf votre respect Princesse. dis-je avant de faire une brève pause.

Au delà du simple fait d'accomplir mon devoir envers nos Maîtres, cette chasse aux dissidents est devenu une affaire personnelle. J'ignore combien parmi nous ont rejoint ce mouvement, mais je les juge responsables du sacrifice de mon amitié avec William. Contrairement à ce que la plupart pensent, je n'ai pas sacrifié cette dernière par ambition mais parce que ma loyauté envers Augustus et Krystel ne saurait souffrir d'aucune faille, aussi douloureux que cela puisse-t-il être.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]   Mer 29 Aoû - 21:20

Je ne savais pas ce que Mr. Guillemaud. Je restais méfiante, mon mariage avec William était en effet un mariage arrangé. Je n’avais jamais voulu me marier. Surtout pas après avoir retrouvé mon mari humain. Mais en étant la pupille de la Reine le choix avait été logique quoi qu’une belle erreur de la part d’Augustus. Mon mariage serait annulé, et je m’en réjouissais d’avance. Le Mariage d’amour je l’avais vécu, avec Torben Badenov, je ne me souvenais pas, mais je le ressentais en moi. Nous n’étions mariés par amour, et moi j’avais tout gâché en étant une vampire. Je ne savais pas ce qu’en pensait Mr. Guillemaud, si lui aussi avait une personne qui faisait battre son cœur. Quoi que pour un vampire…. Au cœur froid, gelé, glacé, mort et sans vie. Je voulais plus me marier, mes mariages tombaient en miette. Je n’aspirais pas à cela dans l’immédiat. Je comptais profiter des biens que je venais d’acquérir et d’en faire bon usage. Etre la princesse qu’on avait toujours voulu que je sois, et continuer mes passe-temps pas très net pour une cause que je cautionne. A quoi jouer le maitre vampire ? Je l’ignorais. Que voulait-il me faire dire ? Je ne savais pas. A quoi pensait-il ? Il y avait anguille sous roche, ou bien en étant si proche du roi et de la reine il avait compris le bon filon ! Moi je faisais profil bas, me contentant du minimum et aspirant à me procurer mes propres biens pour constituer mon propre ‘empire’.

    « Sachez que tout le monde n’est pas comme William, Mr. Guillemaud. Et que l’entourage de nos souverains n’est pas fais que de langues de vipères et de traitres. Le Roi gouverne avec brio sur nous, les vampires. Et il est rare de voir des actes de rébellion ou de trahison, c’est au gout du jour depuis quelques temps cela dit. Surement une mauvaise période. » Hum hum, je me citais par mes propres paroles… j’avais trahis malgré moi, sans penser vraiment à mal. Mon passé était une terrible tentation. Et restait ma plus grande faiblesse. « C’est un acte noble de votre part. Vous avez été récompensé pour cela d’ailleurs. Pourquoi suis-je là Mr. Guillemaud ? Vous avez besoin d’aide dans votre combat contre ces dissidents ? Ou bien, vous êtes tellement méfiants que vous vouliez être certain que j’étais digne d’avoir un semblant de votre confiance ? » J’avais pris un air accusateur. « Je vous comprends vous savez. William était mon mari, c’est normal qu’on soit méfiants envers moi. Sachez que j’ai eut une entrevue avec le Roi dans laquelle j’ai pu lui montrer ma fidélité. Vous avez vu vous-même, lors de la mise au point que j’ai, moi aussi, été récompensé. Pour vous confortez à mon sujet, je vous conseille d’aller en parler à ses Majestés. La Reine m’a élevée, et je ne compte pas la décevoir. Sachez-le.»


Douter de sa princesse, c’était normal mais ça ne devait pas être ! Cela revenait à douter de la Reine ! Elle était aussi proche de William, si ce n’est plus, que ce j’étais moi-même. Mr Guillemaud était une réelle menace pour nous. Je le sentais. Une affaire personnelle avait-il dit. Il traquerait les dissidents, et nous livrerait un à un au Roi et à la Reine. Je restais de glace, hermétique à ses paroles. Je ne laissais plus rien paraitre. Nous devions nous méfier de lui, plus que jamais. L’idée de le mettre dans ma poche me parcouru l’esprit, mais il ne serait pas facile à cuisiner cet oiseau. Il serait pas facile, et ne tomberait pas dans mes filets. J’aurais du fil à retordre avec Mr. Julien Guillemaud, je le sentais !
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]   Ven 31 Aoû - 16:33


J’accueillis la réponse de la princesse d’un léger sourire discret, loin d’être moqueur car ses paroles étaient habillement prononcées et les moyens d’exprimer son mécontentement empli de diplomatie apparente. Elle admettait plus ou moins clairement l’existence de « langue de vipère et de traîtres » tout en mettant en avant qu’Augustus gouvernait en maître sur son peuple. Je pris cela comme la première partie d’un avertissement officieux. La seconde vont lorsqu’elle évoqua avoir été élevée par Krystel, comme gage de son innocence. Voulait-elle par ces mots me faire douter, voire culpabiliser, de remettre en question les décisions de mes Maîtres ? Si tel était son objectif elle se trompait de personne. Je n’avais aucun problème à soupçonner même les plus proches de la couronne, le cas de William m’ayant montré que nul n’est à l’abri de la félonie. Si jamais un jour je devais pâtir du fait d’avoir de la méfiance envers un membre de la famille royal, et bien soit, j’étais prêt à cela. Depuis cette décennie dans un cercueil plein d’argent, mon engagement et ma ferveur à servir le Roi et la Reine pouvait s’apparenter à du fanatisme certes, mais totalement assumé. Mais il me fallait peut-être agir avec un peu plus de tact si je ne voulais pas m’attirer d’ennui avec l’ex-épouse du prince déchu aussi pris-je à nouveau la parole pour préciser ma pensée.

Ne prenez pas mal ma méfiance Princesse, mais je dois vous avouer que depuis que j’ai découvert la trahison de William, je ne fais plus confiance à quiconque. N’y voyez là que la ferveur de ma fidélité à l’égard de mes Maîtres et pardonnez-moi si je vous ai offensé d’une manière ou d’une autre. Dis-je d’un ton cordial afin de ne pas paraître hypocrite. De plus en tant que membre de la famille royale, je n’ai aucun ascendant sur votre personne et n’en ai pas la prétention. Je veux juste accomplir mon devoir comme chacun doit le faire. Dis-je cette fois avec un ton qui ne laissait aucun doute quant à ma loyauté sans pourtant être accusateur.

Lorsqu’elle m’avait répondu elle m’avait interrogé quant à la raison de sa venue ce soir et je devais choisir quelle réponse lui apporter. Bien qu’elle ne m’ait pas convaincue je décidai de mettre à l’épreuve sa loyauté mais je ne pouvais me permettre de faire cela trop ouvertement aussi devais-je agir avec soin. Aussi après avoir bus une gorgée de sang je repris la parole pour m’adresser à la vampire.


Afin de vous montrer que je n’ai rien contre vous je souhaite vous proposer de travailler de concert face aux ennemis de la couronne. Accepteriez-vous de m’aider princesse dans ma traque aux dissidents ? Laissez-moi vous donner quelques détails avant de me donner votre réponse si vous voulez bien. Lors de ma rencontre avec William et Renard, votre ancien époux parlait d’une certaine Maryana Watheerey qu’il souhaitait utiliser contre le Roi. Malgré le risque qu’il ait passé un accord avec elle, je veux la rencontrer moi aussi afin de déterminer si elle peut représenter un danger pour notre espèce et nos Maîtres. Avez-vous connaissances d’une quelconque information à son sujet princesse ? demandai-je cordialement à la vampire.

L’orienter sur cette voie me permettrait peut-être d’avancer, ou au moins de me rendre compte éventuellement de l’engagement de Jana. Et de toute manière je ne prenais guère de risque à lui dévoiler cette information, au pire elle se rencontrerait l’humaine de son côté ou encore irait la prévenir mais au moins en fonction des événements à venir je pourrais avoir une meilleure idée de son véritable positionnement.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]   Dim 2 Sep - 0:17

Calme Jana, calme.

Je voyais que mon rang et ma place royale ne suffisait pas, bien sur le prince William venait d’être destitué de son titre. Tout me jugeait coupable. Au fond, je l’étais. Une seule chose me sauvait et encore, l’avis du Roi et de la Reine, et leur récompense à mon égard. Mais alors nos souverains étaient si aveugle que ça ? D’abord se tromper sur le prince, puis sur la princesse. La trahison et la traitrise étaient des plats qui se mangent froids…Si j’étais véritablement une royaliste, j’irais jusqu’à penser que le si parfait Julien pourrait être un dissident. Mais, ses ambitions paraissaient louables. Il servait sincèrement et honnêtement ses Maitres, il avait compris qu’ainsi sa vie serait assurée et récompensée. J’avais peine à croire qu’il n’avait pas plus d’ambitions que cela. Julien me déstabilisait, il n’en paraissait rien mais je le sentais. Il était habile, adroit, il savait quelles étaient ses convictions et ne reculeraient devant rien. Je savais à présent pourquoi Belle avait si peur que je rencontre le maitre vampire. En tant que royaliste, je n’avais rien à craindre n’est-ce-pas ? Si t’entais que j’en sois une. Ce Guillemaud était dangereux, extrêmement dangereux. Je le voyais, je le soutenais du regard, non indifférente à son charme, après tout il avait été l’amant de la reine, peut-être encore. Un petit sourire apparu à mes lèvres quand je repensais à « sa promotion ».

    « Ça se voit que vous n’avez plus beaucoup de confiance à donner. Et, je remarque aussi que vous voulez seulement servir vos Maitres en traquant et cherchant les traitres. Je sais aussi que je dois faire mes preuves et que la situation ne joue pas en ma faveur.»

    La suite me déstabilisa un peu plus Maryana Watheerey... William n’était jamais venu me voir pour la capture de cette dernière, c’était Belle Angeline Renard qui m’avait demandée si je participerais à sa capture, chose dont j’étais réticente voyant de très mauvais côté à tout cela. Chose qui n’a jamais eut lieu, et discussion avec Renard restait secrète. Donc en toute logique, je ne suis au courant de rien. Ce que je ne savais pas c’est que j’avais rencontré Maryana Watheerey à la sortie du bar la première fois, elle portait sur elle l’odeur de Torben … puis à l’annonce du droit de votes pour les vampires, c’était elle qui nous avait attaqués. Je ne savais pas quoi répondre à Julien. Il ne me croirait pas certainement.

    « Je ne suis au courant de rien concernant Maryana Watheerey, j’ai entendu dire après coup que c’était entre autre pour cela que mon mari avait été accusé de trahison. Mais, j’ignore ce que préparait mon époux exactement. Je vous ai dis qu’il ne partageait pas ses projets avec moi, il me préférait Renard à en croire vos dires. Sinon, si je peux vous venir en aide d’une quelconque façon pour venir à bout des dissidents, dites moi ce que je peux faire pour vous ? Vous avez besoin de moi pour rencontrer Miss Watheerey ? Si William voulait l’utiliser contre le Roi, c’est qu’en effet elle représente un danger pour notre espèce. Il faut alors mesurer l’étendu de ce danger.»


Je n’avais pas mentie à Julien, j’ignorais pourquoi mon époux voulait capturer Maryana Watheerey, j’ignorais qui était cette femme même si je l’avais déjà rencontrée par deux fois auparavant j’ignorais que c’était elle. Une question piège sans nul doute, mais la mauvaise pour me faire dire que je faisais partie des dissidents. J’étais restée dans les coulisses de la dissidence, me montrant peu en public, vivant replié sur moi-même, pleurer la perte d’un époux humain. Les choses devaient s’être passé si vite que William n’avait pas eut le temps de me mettre au courant de son plan et d’un côté tant mieux, je n’y avais pas pris part et d’un côté j’étais protégée de toute part de par mon ignorance. Je venais de lui proposer mon aide de capturer les dissidents, intéressant vraiment, je me sabordais toute seule ou c’était juste une impression ? En même temps, en tant que parfaite royaliste je ne pouvais pas refuser de l’aider. Là, ça aurait été très louche venant de la princesse. Comment allais-je m’y prendre ? Je l’ignorais encore. Je retomberais sur mes pattes. Concernant Maryana Watheerey je n’étais d’aucunes aides pour le maitre vampire malheureusement. J’ignorais quasiment tout de cet affaire, après-tout peut-être que le destin n’était pas à ce point contre moi … Il y avait un peu de clémence pour moi.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]   Dim 2 Sep - 16:31


Quel que soit le véritable destinataire de sa loyauté, Jana m’apparut comme étant réaliste quant à sa situation actuelle, et l’était tout autant à propos de ma fidélité envers la couronne. Bien que ceci me fasse sourire je l’écoutais avec attention car elle n’était pas non plus n’importe qui. Soit elle était complice, de près ou de loin, de William et elle était parvenue à tromper mes Maîtres aussi puissants soient-ils, soit elle était trop loyale à la couronne pour que ce dernier ne tente de la corrompre et elle affrontait avec une certaine prestance la situation délicate dans laquelle elle se trouvait actuellement. Dans les deux cas elle devait faire preuve d’une grande force de caractère et de manipulation de son entourage, et pour cela j’éprouvais à son égard un certain respect.

Malgré cela je ne pouvais pour autant lui accorder ma confiance car si elle était bien royaliste elle n’avait pu démasquer son propre époux et en cela elle avait failli à son devoir aussi devais-je déterminer ce dont elle était capable pour prouver à tous de sa fidélité à mes Maîtres. C’est sans surprise qu’elle affirma ne rien connaître de l’humaine, du moins tant que je parvienne à savoir ce qu’elle était réellement, Maryana. Que cela soit vrai ou pas importait peu, à elle de se débrouiller pour m’apporter quelques informations à son sujet. Néanmoins il fallait que je reste irréprochable quant à ma conduite avec elle, je ne voulais pas courir le risque de me faire réprimander par Augustus ou Krystel pour avoir manqué à l’étiquette.


Puis-je parler franchement Princesse ? demandai-je avant d’évoquer ce que j’avais en tête afin de montrer que je ne voulais pas l’offenser. Je ne peux vous promettre d’un jour vous faire confiance, néanmoins étant donné que Augustus et Krystel, nos Maîtres, estiment que vous êtes dignes de la leur, j’accepte de vous aider à prouver votre loyauté envers eux aux yeux de tous, si vous voulez bien de mon aide bien entendu.

A propos de cette Maryana Watheery, William prétendait l’avoir connu par le biais d’une humaine rencontrée pendant ou après l’attaque du premier mai. Pourriez-vous retrouver l’une ou l’autre de ces deux humaines ? Si je peux rencontrer cette Watheery, je pourrais tenter de déterminer quelle menace elle représente pour notre espèce. Pensez-vous pouvoir m’aider à organiser une rencontre Princesse ?
demandai-je d’un ton cordial à la pupille de la Reine avant de poursuivre.

En outre William comptait demander l’aide de Renard dans sa quête pour rencontrer l’humaine. Etant donné qu’elle gravite autour de l’entourage de la couronne, vous pourriez sans doute l’approcher et tenter d’en apprendre davantage de votre côté Princesse. Je l’estime responsable de la trahison de William car je suis certain que c’est elle qui la poussé sur cette voie, en exploitant les relations de mon ancien ami et du Roi. Dis-je d’un ton sec, comme si mes paroles pouvaient atteindre la fourbe Renard.

Pardonnez mon ton Princesse, il ne vous est nullement destiné mais j’ai du mal avec cette femme. A cause d’elle j’ai dû renoncer à l’amitié de William et m’en faire un ennemi, je lui en veux énormément pour cela. Lui dis-je d’un ton parfaitement sincère avant de poursuivre. Aidez-moi à trouver cette Maryana et prouvons à tous que vous êtes loyaliste, Princesse. dis-je pour conclure en levant mon verre.

Si je m’étais ouvert ainsi à elle à propos de mon ressentiment envers Belle Angeline Renard, c’était pour accréditer le fait que j’acceptais de l’aider à prouver sa fidélité envers mes Maîtres. Au final je ne lui avais en rien menti, même lorsque je l’invitais à montrer à chacun qu’elle était royaliste. Soit elle l’était vraiment et je serai celui qui l’aurait aidé à le prouver, soit elle était dissidente et je serai celui qui la dénoncerait. Les choses se profilaient plutôt bien pour le moment, encore fallait-elle qu’elle accepte de travailler avec moi. A mon avis cela allait se faire, ne serait-ce que pour son image mais je préférais rester prudent malgré tout.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]   Ven 7 Sep - 20:54


« Ce n’est qu’un détail. »
J’étais à la fois contente et intriguée par le choix de Julien. Contente car Maryana était un sujet dont je pouvais parler sans avoir peur de me trahir… Belle en revanche, ça devenait plus dur de la « détester ». William c’était facile, je ne le portais guère dans mon cœur, et de moins en moins. Mr. Guillemaud prenait des gants avec moi, et il avait tout intérêt à ne pas me manquer de respect ! J’étais la princesse, et je n’hésiterais pas à aller me plaindre au Roi. J’acquiesçais d’un signe de tête lorsqu’il me demanda s’il pouvait me parler franchement. J’avais un peu peur de ce qui m’attendait. M’étais-je vendu quelque part ? Avais-je dis quelque chose de travers ? Il ne me semblait pas que ma loyauté envers mes « parents » si je pouvais appeler le couple royal comme ça… non cela faisait bien trop bizarre ! Il me semblait donc que ma loyauté n’était plus trop à prouver dans le sens où j’avais été récompensée pour mon bon comportement. Dans un sens, je devais la prouver à chaque moment car un jour, on était royalistes et le lendemain, on pouvait basculer. Le fait était là, je ne pardonnerais jamais à la Reine de m’avoir ainsi séparée et pris Torben. C’était juste après cet évènement que j’avais rejoins la dissidence, à croire que c’était la reine qui nous poussait à la rébellion.

¤¤¤

Le mensonge, cette petite chose délectable. Un art à manier avec délicatesse et subtilité. Quand vous connaissez sur le bout des doigts, la personne en face de vous vous pouvez savoir quand celle-ci ment ou non. Quand vous la connaissez mal, difficile de savoir dans ses yeux si oui ou non elle ment. Heureusement pour moi, je ne connaissais pas bien Julien Guillemaud. Et il ne savait pas si ce que je lui disais été vrai ou faux. Le mensonge, cette petite chose que j’avais appris. Mensonge et dissimulation, les recettes du pouvoir ? Peut-être. Je rajouterais la corruption. Je n’étais pas comme toutes les vampires, certes je n’étais pas un cygne blanc mais plutôt avec des tâches noirs. Prête à tremper son plumage dans le sang de ses ennemis. Je connaissais mes objectifs, et je savais ce que je voulais. Une infiltrée, je jouais un double jeu en permanence. Je n’avais pas choisis, enfin si un peu mais je ne pensais pas que cela prendrait une telle dimension. Le mensonge, mon quotidien. Je cachais mes activités à mes proches, ou bien je mourais brûler par le soleil. Comment était-ce le soleil ? Je ne me souvenais plus… Je souris quand Mr. Guillemaud proposait son aide pour prouver ma loyauté. Je trouvais cette proposition d’aide ridicule, peut-être était-ce prétentieux de ma part mais j’estimais de pas avoir besoin de le faire ! J’avais déjà payé le prix de mes erreurs.


    « Quelle humaine ? Quelle autre humaine que Maryana ?» Julien m’intriguait, ma mémoire me faisait défaut et je n’étais pas avec William à ce moment-là. Que s’était-il passé ce premier mai déjà … je me rappelle d’une balle en plein ventre tirait par Torben, Belle proposant son aide, et Morgane s’occupant de moi. Puis, j’avais sauvé Laura de ce monstre au pouvoir sans pareil. Retrouver Maryana, cette odeur que je connaissais sans connaitre. Je le regardais avec de gros yeux. « Une rencontre… comment ? Intéressant. Je ferais tout ce qui est dans mon pouvoir pour vous venir en aide, mais je ne garantie rien. Je cherche une ombre que je ne connais pas. Renard… n’était-ce pas plus judicieux de demander à la Princesse Morgane ? Mais en effet, à travers elle - il me sera facile d’approcher Belle Angeline Renard. Vous pouvez compter sur moi !»


Je levais mon verre en regardant Julien dans les yeux, je pactisais avec l’ennemi, ah non pardon je devais pactiser avec l’ennemie pour aider Julien ! Un piège se refermait sur moi, j’en étais certaine. S’il proposait cela, et je commençais à voir clair dans le jeu du maitre vampire c’était qu’il en tirerait une quelconque gloire, après tout qu’importe si j’en tirais la confiance des royalistes. Car c’était là mon devoir, les avoir dans ma poche, les manipuler tel un marionnettiste avec des marionnettes. Approcher Belle ce serait du gâteau. Je devais rester sur mes grades, il avait une idée en tête surement se servir de Belle qu’il soupçonnait pour William, pour me dénoncer moi. Mais il n’y parviendrait pas ! Non, je ne le laisserais pas avoir la dissidence deux fois ! Julien serait un alibi, un royaliste qui me servirait de modèle et d’excuse. J’avais une mission, à moi de la réussir et à prouver à tous la royaliste qui sommeille en moi. Servir et aider le maitre vampire, restons prudente. Il fallait que je veille aux endroits où je pose mes pattes, terrain miner avec le maitre vampire qui veille au grain dans l’entourage de ses Majestés…
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]   Lun 17 Sep - 2:08


J’ignore tout de cette humaine dont William tiendrait ses informations au sujet de Watheery, et c’est pour cela que je sollicite votre aide Princesse. Dis-je d’un air sincère, avant de poursuivre sur le même ton après qu’elle eut parlé. Il est d’ores et déjà prévu que je contacte la Princesse Morgane, néanmoins sa propension à croire en son discours à destination des humains fait d’elle une personne en qui je ne peux placer ma confiance.

Il est bien dommage que mon pouvoir hypnotique ne fonctionne pas contre mes semblables, peut-être en serait-il autrement un jour, lorsque d’autres siècles se seront écoulés. Pour l’heure je dois me contenter de ma capacité à convaincre mes interlocuteurs en travestissant au mieux le masque de mes émotions, mes paroles et mon ton. J’avais décidé très tôt dans ma vie de vampire à développer cette aptitude à maîtriser mon corps et mon esprit quant aux informations que chacun d’eux devait ou non laisser transparaître. Et ce soir mon entretien avec une des princesses de mon espèce était un exercice de plus parmi tant d’autres. Même si je n’en laissai strictement rien paraître, l’enjeu de ce que je mettais en place au nom de mon engagement envers mes Maîtres ne me permettait aucun échec cependant je demeurai serein. Pour l’heure tout se passait comme prévu, même si je décidai de rester prudent afin de ne pas me faire manipuler à mon tour.

Si je venais de dénigrer ouvertement Morgane devant la vampire, c’était pour que cette dernière ne puisse se douter que nous avions mis en place une véritable stratégie de guerre pour traquer les dissidents. Je me devais de taire au maximum chacun de mes plans afin d’en assurer la plus grande efficacité, encore plus avec quelqu’un que je ne connais que peu. Malgré tout je dois aussi prendre des risques et distiller quelques détails quant à ce que je sais, et ce que je venais de faire à présent. Car pour le moment la Princesse ne m’apprit pas grand-chose, et même rien en définitive. Mais tout ceci n’était pas différent d’une partie d’échec, et à ce jeu la règle principale est qu’il faut savoir perdre pour gagner. Néanmoins je décidai de tenter d’en apprendre davantage tout de même avant de mettre fin à cet entretien.


Avez-vous déjà un semblant de contact avec Renard ? Ne serait-ce que parce qu’elle gravite autour de nos Maîtres. Et surtout comment comptez-vous vous rapprocher suffisamment d’elle Princesse ? demandai-je poliment à la vampire dont je me méfiais toujours malgré mes paroles.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]   Mer 26 Sep - 23:20


« Ce n’est qu’un détail. »

    « Non aucun contact avec Miss Renard. Pour tout vous dire, j’ai même ordre de ne pas lui adresser la parole ou encore, de ne pas l’approcher. J’ai déjà eut affaire à elle lors des événements d’Edimbourg, je lui avais parlé. Ennemie de la Reine, elle est mon ennemie aussi. J’ignore encore la manière dont je vais m’y prendre, commencée peut-être par Morgane pour mieux approcher Miss Renard. Elle se méfiera. Je saurais trouver les mots. Je pense que dans un premier temps, je me servirais d’Edimbourg et ensuite, j’improviserais. Surtout si elle est si redoutable au point d’avoir corrompu mon mari. »


J’avais beau tourné et retourné les événements d’Edimbourg dans ma tête, rien sur une humaine me venait à l’esprit. La mémoire, c’était bel et bien une chose qui m’échappait et qui n’était guère la situation. Ne pas se souvenir des choses. Une humaine… Quelle humaine ? Je me souvenais d’une blonde à côté de Torben … était-ce elle ? Torben était au cœur de mes pensées pour cette journée là. La douleur d’une balle dans le ventre, et l’annonce de mes fiançailles à ce moment, j’ignorais dans quoi je m’engageais. Mes souvenirs étaient flous, ma tête était vide. J’étais en train de pactiser avec le diable, encore plus pieds et poings liés aux royalistes mais je n’avais guère eut le choix. Je me débrouillerais. C’est moi qui ferais tomber Maitre Guillemaud. Il voulait trop contrôler, il avait trop d’ambitions. Je l’admirais, et j’étais sous le charme mais le courant ne passerait jamais. Nous n’avions pas les mêmes idées, la même politique. Nous étions tellement différents, un gouffre nous séparait. Nous ne ferions jamais la paire. Un jeu de chat et de souris allait s’installer entre nous, il me poursuivra pendant longtemps pour essayer de m’attraper entre ses griffes. J’étais une souris maligne. D’un certain côté, le maitre vampire me faisait peur plus qu’il m’impressionnait. J’avais vu les conséquences de ce qu’il avait fait à William, il était prêt à tout pire que moi et c’était une force pour lui. Ce qui me faisait peur c’est qu’il était bel et bien capable de tous nous faire tomber ! Ses Majestés avaient un allié de taille là, il faudrait être habile pour gagner cette partie d’échec ! Si le maitre vampire pouvait le faire, je pouvais le faire aussi. J’avais reçu l’enseignement de la reine, pupille de la reine, deux ans à apprendre et à être une vampire de main à son service ça allait porter ces fruits. Alors, certes encore aujourd’hui, j’apprenais de mes années. Julien était bien le genre à pouvoir m’en apprendre beaucoup.

    « Entre nous, Maitre Guillemaud, je vous admire beaucoup. Vous avez une force impressionnante, comment dire ? Vous êtes un atout de taille pour le roi et la reine. Vous êtes dignes de votre titre. »


Aussi bizarre que cela puisse paraitre, j’étais sincère. J’essayais aussi de l’amadouer par les compliments, mais je pensais ce que j’avais dis. J’étais impressionnée, il me surprenait. Je ne le pensais pas autant rigoureux, et minutieux. Si professionnel. On aurait du fil à retordre certainement. Il fallait dans un premier temps évaluer quelles étaient les forces ennemies pour ensuite frapper plus fort qu’eux. Guillemaud serait tôt ou tard en travers de ma route, en attendant il serait un prétexte. Je lui lançais un petit sourire sincère pour ponctuer ma phrase. Une idée envahit mon esprit, était-ce possible que Guillemaud soit tout blanc ? Non … Lui aussi avait forcément quelque chose à cacher, quelque chose, un vilain secret, une faiblesse. Il faudrait la trouver, et la trouver vite. Son caractère, son ambition, son allégeance le rendait extrêmement dangereux aux yeux des dissidents. J’avais peur pour ma couronne, la moindre petite erreur de ma part me couterait la vie. Je n’avais plus le droit à l’erreur. Je me levais poliment, posant mon verre sur la table et lui fit une révérence de la tête. Un magnifique sourire arborant mon visage, je devais me montrer pleinement naturelle et à l’aise. A savoir qu’à l’avenir j’éviterais les entrevues avec lui. Beaucoup trop risqué. J’aimais beaucoup son appartement, il était à mon gout. Je me demandais comment un vampire homme comme lui pouvait avoir autant de gout et de style. Décidemment, il était plein de ressources et de surprises. Même si, je n’étais pas curieuse de connaitre ces surprises. Car me concernant ce serait surement de mauvaises surprises. Je remis mes vêtements en place, et me toucha les cheveux pour voir s’ils étaient bien en place.

    « Je vais devoir vous laisser Maitre. Il commence à se faire tôt. »

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]   Jeu 27 Sep - 13:35


J’écoutais avec attention l’ensemble des paroles de la princesse et tenter de capter chaque éventuel signe qui pourrait m’informer quant à son réel positionnement vis-à-vis de la royauté. Et je n’étais pas certain d’en trouver un ce soir car elle était forte et formée par la Reine elle-même. D’autant que pour l’instant elle était irréprochable aussi ne devais-je prendre aucun risque en manquant à l’étiquette. Je devais agir en sous-main, seul et en secret afin que rien ne puisse m’être reproché. Lorsqu’elle m’énonça n’avoir aucun lien avec Renard je demeurai attentif et l’écoutai me parler de la manière dont elle comptait agir pour se rapprocher de la traître. J’arquai un sourcil lorsque la princesse me fit ensuite un compliment, si je m’attendais à cela. Sans savoir si ses paroles exprimaient une vérité, je décidai de prendre cela comme de la flatterie mais ne voulut pas l’exprimer.

Merci Princesse, c’est un honneur venant de votre part. Je ne suis qu’un fidèle de nos Maîtres et vous servirai avec autant d’ardeur une fois que nous aurons prouvé à tous que vous leur êtes aussi loyale que moi. Dis-je à mon interlocutrice afin de la remercier au cas où elle pensait vraiment ses paroles et surtout pour exprimer que j’allai l’aider à apparaître comme une royaliste. Même si en réalité je voulais me servir de cette occasion pour la dénoncer si jamais elle avait trahi elle aussi Augustus et Krystel. Nul doute que je marchais sur des œufs car j’étais pratiquement seul dans ma traque aux dissidents même si j’avais quelques alliés et davantage de pions pour gagner cette partie au nom de mes Maîtres.

Le Roi et la Reine percevront-ils cette traque aux dissidents comme un acte de loyauté la plus pure ou simplement comme une initiative d’un électron libre ? Comment leur faire comprendre que je n’agis que pour servir leurs intérêts ? Autant de questions auxquelles il me faudrait trouver des réponses, mais pas maintenant. Pour l’heure l’ex-épouse de de William venait de décider de clore notre entrevue, soit. Je me levai donc à mon tour et pris la parole après elle.


Bien Princesse, permettez-moi de vous raccompagner jusqu’à la porte. Dis-je en l’invitant à me précéder. Je suis ravi de cette rencontre et n’hésitez pas à faire appel à moi si besoin, je mettrai mes maigres compétences à votre service. Bonne fin de soirée Princesse et traquons ensemble les traîtres et les ennemis de la couronne. Lui-dis en faisant une légère révérence comme le voulait l’étiquette envers un membre de la famille royale. J'allai me montrer le plus dévoué possible envers elle, et apparaître comme un soutien envers elle pour en réalité attendre qu'elle commette un faux pas et dévoile son éventuelle traîtrise.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]
» Les démons de minuit [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Centre-ville :: Immeubles
-
Sauter vers: