AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
MessageSujet: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Mar 17 Avr - 19:18






La lune, maitresse de toutes les nuits, règne enfin en monarque absolue dans un ciel sans étoile. Elle illumine tout le pays, appelant sa population à sortir de leur cachette. Son peuple, elle l’aime plus que tout, car sans eux, elle ne représenterait aucun intérêt. Alors elle prend soin de lui, le dorlote, le guide, bienveillante comme elle est. Mais sa puissance est masquée et ébranlée de plus en plus par celle d’un être qu’elle a depuis très longtemps sous sa coupe : Augutus, Roi des vampires. Il l’éclipse, ne lui rend pas honneur, la considère au même rang que ce fourbe de soleil qui s’approprie toujours toutes les gloires, les louanges, ce soleil qu’elle déteste tant. Elle qui a toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l’indifférence, elle ne peut pas supporter cet être qui ne l’honore pas à sa juste mesure. Au moins son épouse prend le temps de la regarde de temps en temps et il fut même une période où elle lui écrivait de merveilleux poème. Les siècles ont fini par avoir raison de cette pratique, laissant place à des plans d’une toute autre envergure, dont un qui prendra toutes ses lettres de noblesses cette nuit même. Oh Marcheurs nocturnes, cette nuit restera dans vos mémoires pendant très longtemps. Ce soir d’ailleurs, la lune a décidé de laisser sa place à une pluie torrentielle, fréquente en cette saison. Cette entité bienveillante abandonne ses enfants à leur dirigeant, alors qu’ils se dirigent tous dans la demeure royale dans laquelle règne une grande effervescence humaine qui met un point final aux préparatifs…



A partir de demain (mais vous pouvez poster dès maintenant !) vous avez UNE SEMAINE pour POSTER AU MAXIMUM DEUX FOIS à ce premier ordre de passage. Vous devez DECRIRE votre arrivée, en compagnie de VOS EVENTUELS HUMANS accompagnants. Les vampires seront guidés par des serviteurs humains jusqu'à une grande salle où siègent Augustus et Krystel, tous deux assis sur des fauteuils, portant chacun une courrone, signe de leur royauté. A droite d'Augustus se trouve sa servante humaine : Suzy. A gauche de Krystel se trouve un homme : Torben, et un peu en retrait à côté de lui, Cora. Les vampires sont conviés par les domestiques de prendre une place bien précise dans la pièce, selon leurs rangs. (Voir plan en dessous) Il n'y a ni fauteuil, ni chaises, ni bancs. La salle est complètement épuré et très sombre. Il y a aux murs de nombreux tableaux représentant Augutus et Krystel à différentes époques.

Ps : même si vous êtes 13 à jouer, cela ne veut pas dire qu'il y a que 13 personnes dans la pièce. Elle est pleine de vampires et humains qui comme vous arrivent au fur et à mesure

Spoiler:
 





Dernière édition par La Destinée le Dim 7 Avr - 2:41, édité 1 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie :
Coups du Destin: 0
Votre destin est entre mes mains.
Messages : 8501
Membre du mois : 7544
Je crédite ! : Avatar (c) Kanala
Localisation : Nulle part et à la fois partout
Compte Administrateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Mer 18 Avr - 3:16

Cette nuit était un moment important pour notre espèce, les vampires. J'ignorai la raison de ce grand rassemblement même si Augustus en personne m'y avait convié lors de notre dernier entretien. Au lieu d'une simple visite de courtoisie, il s'agissait en fait d'un rapport de ma part quant à la mission qu'il m'avait confié, qu'il avait conclu en m'informant donc de cette soirée où l'ensemble des dirigeants écossais des nocturnes rouges seraient présents, accompagnés dans la majorité des cas par un humain de leur entourage proche. Pour ma part j'avais décidé de m'y présenter seul. J'aurai pu être accompagné d'Angela, ma fidèle garde du corps, mais je ne jugeai pas sa présence requise. Et puis bien qu'étant connu pour être un vampire peu extravagant, c'était aussi un souhait de ma part de me présenter seul à cette soirée. Comme pour signifier mon désir de ne pas avoir de servant humain, et l'absence de considération que j'avais pour la majorité des humains. En effet je devais être un des rares, sinon le seul, des dirigeants vampires à ne pas avoir de servants chez moi, bien que je souhaitais racheter Cora à notre Reine. Mais pour l'heure je n'avais pas encore pu rencontrer Krystel à ce sujet, et vu que l'ancienne Pomme de sang de feu Nikos ne venait de rejoindre ses biens que depuis peu je préférais attendre avant d'en faire la demande à la mère de mon ami William. Mais revenons en à cette réunion de famille si je puis dire. Il me fallait être présentable c'est pourquoi je fouillai dans mon armoire afin de trouver une tenue adaptée, classe, élégante, sans pour autant faire pète-sec. Je ne voulais pas non plus passer pour un excentrique maniéré. Toujours est-il qu'une fois ces vêtements passés je descendis dans ma cuisine afin de vider une poche de sang, dans un récipient bien entendu car je ne souhaitais pas salir ma tenue de soirée. Une fois mon appétit sanguin rassasié, je pris mon smartphone et me mit au volant de ma voiture pour me rendre à la fameuse conférence.

Le trajet se passa sans encombre avec comme musique d'ambiance un CD de Pink Floyd, un groupe de musiciens, humains, qui a débuté dans les années soixante. Arrivé aux abords du domaine je scrutai le manoir Royal situé plus sur le mont tout en roulant, me faisant la remarque qu'Augustus n'avait pas du poser sa demeure ici sans raison, tout en ignorant celle-ci. Arrivé devant le bâtiment je coupais le contact et m'avançait à la porte. Plusieurs voitures étaient déjà là, avec leur chauffeur fumant au dehors pour ne pas embaumer l'air de l’habitacle avec leur tabac sous leur parapluie. Pour ma part j'avais pressé le pas sous le mien afin de ne pas mouiller mes vêtements. Je me signalai à l'entrée donc puis m'avançai à la suite de l'humain chargé de me conduire à ma place sans lui adresser une quelconque formule de politesse, ce n'était qu'un servant humain après tout.

La salle était déjà emplie du murmure des conversations des invités déjà présents n'étant pas le premier arrivé, et c'est sous le regard artificiel du Roi et de la Reine peints sur de nombreuses toiles ornant les murs que je suivais mon guide insignifiant jusqu'à la place qu'il me désigna. Une fois placé donc , je ne portais plus attention à l'humain et me pliai d'une courte révérence respectueuse en guise de salut à l'attention d'Augustus et Krystel, siégeant tout deux sur leur trône respectif coiffés de leur couronne. Je vis leur servants humains, Suzy pour lui, Torben pour elle, ainsi que Cora légèrement en retrait. Je lui jetai un bref regard sans pour autant me permettre de lui sourire par souci des convenances. Bien que n'étant pas le premier vampire arrivé, je ne vis pas pour autant mes collègues shérifs. Je me permis de regarder mon smarphone afin de lire l'heure. Avec mon souci d'être toujours ponctuel, j'étais en définitive un peu en avance, aussi me décidai-je à patienter sans broncher observant un peu la pièce sans artifice et en réfléchissant un peu aux raisons possibles de ce rassemblement. Y aurait-il une promotion dans l'air? Ou un rappel à l'ordre en public? A moins qu'il ne se soit passé un fait important en secret? J'avais plusieurs idées possibles quant à ce qui pouvait nous valoir une telle réunion officielle. Il pouvait tout aussi bien s'agir d'une nouvelle avancée quant au plan d'Augustus, ou encore allait-il faire une déclaration à propos de la mort de Nikos. Quoi qu'il en soit j'étais certain d'une chose. Notre roi et la Reine allait probablement faire une démonstration de leur pouvoir, afin d’asseoir une nouvelle fois leur autorité face aux félons tels que Belle Angeline Renard. Tant de possibilités et pour le moment aucune réponse à me mettre sous la dent, si je puis me permettre ce mauvais jeu de mot.



Dernière édition par Julien Guillemaud le Lun 28 Mai - 2:18, édité 2 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Mer 18 Avr - 16:51

    Je ne dors que quelques heures. Le réveil me prend. J'ai encore rêvé de mon ancienne vie, mon existence précédente. Je sais comment interpréter ces rêves. Ils ne sont le reflet que de ce qui est aujourd'hui derrière moi. Des horreurs que j'ai faite, de ce qui m'a construit pour me détruire ensuite. Quand je me réveille, je me souviens toujours de mes songes. Des plus horribles aux plus doux, cela n'emballe ni mon rythme cardiaque ni ma respiration. Je me redresse dans mon lit. Je n'ai pas transpiré non plus. Je fais craquer ma nuque, puis mes doigts. Je soupire doucement en me frottant l'arrière de la tête pour me masser d'une position de sommeil un peu trop alambiquée pour que mon corps la tolère encore. Pourtant, j'ai encore dormi de travers. La pénombre est totale dans la pièce, je ne distingue même pas mes pieds sur le sol, juste devant moi. Je me frotte le visage. J'ai l'odeur du sang dans les narines, le goût de la poudre sur la langue. Je sais que tout cela n'est que dans ma tête, mais j'ai les mains moites de transpiration. Mon regard se fige un instant. Je me revois massacrer ce vampire. Le premier, que j'avais tué, alors que je pourchassais des chimères, pensant encore que je pourrais récupérer ce qu'on m'avait pris. Je ne savais pas encore que le passé serait à jamais révolu. Mes mains serrent ces armes, ces instruments de souffrance plus que de mort. Le vampire hurle. Je souris. J'aime ce son. Je me rappelle encore ses os qui se brisent, mes larmes se mêlant à son sang, mes poings sur son visage, la chaleur du brasier sur ma nuque. J'étais fait pour ça, même si je ne m'en rendais pas encore compte. La chasse. C'était ce que je faisais de mieux. Plus que la mort elle même, que n'importe qui était capable de donner. Je trouvais les informations. Je savais obtenir les informations que je désirais. Je me privais de tout, hormis de la réussite. J'étais moi aussi un espèce de prédateur. La mort pouvait être spectaculaire, affreuse ou rapide, mais elle venait toujours clore l'épisode. Jusqu'à ce qu'elle me prenne à mon tour, le jour où je serais confronté à plus fort que moi. Je me lève, finalement. Ce soir, nous sortons.


    Je ne fais pas de café. Elle n'aime pas ça. Je m'asseois dans le canapé un moment, regardant le soleil se lever. Cora ne se lèvera pas tout de suite. J'entends à nouveau ses soupirs au creux de mon oreille, le goût de ses lèvres, la chaleur de son corps et l'intensité de son désir, se mêlant au mien. Tout n'est qu'éphémère. Mon corps n'est pas raide et douloureux ; je nous ai ménagés, l'étreinte fut sensuelle, lascive, mais pas enfiévrée. Nous le faisons régulièrement depuis que la Reine a décidé que je doive lui apprendre tout ce que je savais. La Reine m'a clairement fait comprendre que je devais me lier à la jeune femme. Je ne prends pas ça pour une corvée. La présence de Cora ne me dérange pas. Elle me rappelle à mon humanité. Je ne peux pas parler de coup de foudre, ni de passion dévorante. Nous ne sommes pas ensembles, non plus. Nous partageons des moments, tantôt attachés à son éducation, tantôt au libre cours de nos sens quand elle me regardait avec des yeux débordants de désirs. Je faisais ce que la Reine attendait de moi, et ça n'était pas désagréable, bien au contraire. J'attendais un moment, et décidais finalement de m'habiller. Le soleil achevait de se lever, il était encore très tôt. Je m'habillais en tenue de sport ; j'irais seul en dehors de la ville bouger un peu. J'avais besoin de m'aérer l'esprit, et j'irais sans armes. J'embrassais Cora sur le bord des lèvres quand elle se levait, presque au moment où nous partions.


    Je passais la journée à courir, à utiliser mes bras et mon corps tout entier pour passer les obstacles que ma route. La lande écossaise était ce qui ressemblait le plus à un terrain d'entraînement. Je ne revenais que tard dans l'après midi. Je n'avais pas mangé, juste transpiré. Je revenais pour me doucher, et ne pu repousser Cora quand celle ci vint me rejoindre sous l'eau brûlante. Nous ne nous mîmes pas en retard. Elle s'habilla de ses nouvelles tenues, et moi d'un costume sobre. Je m'isolais dans ma chambre la dernière demie heure. Je me préparais pour ce soir. La Reine avait été clair dans le message qu'elle m'avait laissé. La Reine... Je devrais bientôt la rejoindre et cette seule pensée me fit frissonner tant d'impatience que d'autres choses. Je m'armais en conséquence ; elle m'avait chargé de la protection du Roi et de la sienne, et de la sécurité des personnes présentes à la réunion qui se préparaient. Je camouflais dans un holster d'épaule un neuf millimètres, munitions qui faisaient bien avec. Argent et bois, poudre plus efficace pour tirer plus vite et plus loin. Le premier qui pétera les couilles le regretterait amèrement. Je prévoyais quatre chargeurs supplémentaires. Assez d'attirail pour faire du dégât, pas assez pour qu'on se doute de ce que je porte, j'avais depuis longtemps appris à attacher mon équipement à même mon corps, dans le prolongement de mes vêtements, tout en faisant en sorte que ça reste à portée de main. Tenue arrangée. Je rejoins Cora. Nous partons ensemble vers la demeure loyale avant le coucher de soleil... La route passe rapidement. On ne discute qu'assez peu ; je me concentre déjà sur ma tâche de ce soir et Cora semble peut être un peu intimidée par sa place et l'évènement à venir. Il ne fait pas encore nuit quand nous arrivons, mais la Reine viendra tout de même nous voir parmi les premiers. En la saluant, celle ci m'offre son sang, ce qui fait encore une fois exploser mes perceptions. Que ne donnerais je pas pour un peu d'attention de sa part ? Elle doit se préparer, je prends alors ma place dans la salle, surveille les gens qui commencent à rentrer, alors que la Reine et le Roi finissent par prendre position... La foule arrive.


    Et moi, je suis prêt. Même prêt à revoir Jana, à affronter son regard, ses attentes muettes. Je suis prêt à tout, à n'importe quoi. Je ne suis qu'une arme. Je me fiche de mourir, plus rien ne compte vraiment. Je suis là où je dois être. A deux pas derrière la Reine.

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Ven 20 Avr - 5:02


William Raybrandt ne détestait pas la pluie. Il ne l’aimait pas non plus. Certes, alors que son regard se cloîtrait au travers la fenêtre du manoir Raybrandt, il ressentait l’humeur de la soirée. Cette soirée qui pourrait, fort certainement, mettre un terme à son travail de Sheriff. Lourdement, il apposa la tête tout contre la grande fenêtre de sa chambre. Oui, la même partagée en compagnie de Jana sa femme. Il ferma doucement les yeux et laissa sa main droite glisser le long de la vitre ressentant chaque particule de la fraîcheur incluse. En rouvrant ses yeux à la belle couleur marron, il était si près de la fenêtre que l’extérieur lui revint plutôt flou. Oui, tout comme sa vie actuellement. Floue. Quel était son but déjà ? Servir son Roi, sa Reine évidemment. Encore et encore, les mots de Krystel Raybrandt lui revinrent en l’esprit. Ils ne le quittèrent plus depuis plus d’un mois. Il était un petit garçon protégé et à chacune de ses erreurs, une grave punition l’entraînait avec elle. William serra subitement le poing droit, n’ayant guère bougé de sa position, contre la fenêtre. Il aimerait tant que sa forte Reine le voit différemment. Comme un homme fort, comme un soldat voir un Roi et non … Et non comme un enfant.

Il entendit des mouvements dans son dos. Jana se trouvait dans la pièce. Elle allait se choisir une robe pour la soirée conférence très certainement. Pour sa part, William fut déjà habillé élégamment d’un complet veston noir aux belles chaussures italiennes cirées à la perfection. Une chemise dorée, cachée en partie par le veston et la cravate noirs, mettait parfaitement en valeur ses doux cheveux châtains laissés libres au-dessus du front. William se retourna apercevant sa femme. Elle ne l’aimait pas : pas encore en dépit de tous les efforts constitués pour. Toutefois, William était un être très déterminé ayant des millions de ressources séductrices. Au moins une aptitude pour laquelle Krystel le reconnaissait. Il soupira soit oubliant ses pensées malsaines pour avancer vers Jana. Il l’a prit doucement par sa taille fine la serrant tout contre son propre corps chaud. Oui, il se fut abreuvé pour se sentir bien, fort en cette soirée devant le Roi et la Reine. Quelques baisers dans le cou de Jana plus tard William la tourna vers lui et l’embrassa amoureusement.

- Mets ta robe bleu royal. Tu es magnifique dedans.

Un sourire et il continua ses manigances plaçant en une belle caresse les cheveux de la jeune femme derrière son oreilles. Son sourire ne le quittait pas. Il restait si beau, si enjôleur. Toute femme serait morte de jalousie. Toutefois, c’était sa femme non ? Toutes les autres enviaient Jana pour sa chance. Pourquoi alors celle-ci refusait tant ? Il termina en prenant doucement la tête de la Vampire entre ses mains l’embrassant sur le front. Plus sérieux ensuite, il lui dit comment le couple princier allait se rendre à cette conférence.

- Tu prendras la limousine. Je dois aller chercher Hannah chez elle. On se retrouve au Manoir du Roi. Et Jana … Pas de bêtises heh.

Termina-t-il dans l’encadrement de la porte. Un sourire en coin aux lèvres, il s’exclama légèrement de rire à son conseil. Aussitôt, il dévala les escaliers et s’engouffra sous la pluie pour rejoindre sa Jaguar noire année 2010. Comment William pouvait ne pas laisser paraître sa peine, sa honte et sa hantise de perdre son statut de Sheriff ? On ne saurait le dire. Il a toujours été comme cela : un brin mystérieux et très capable de garder sa fierté en tout temps. Il roula assez vite sur la route. Puis, peu de gens s’y trouvaient. Ses pensées reprirent, mais elles se faufilèrent vers Hannah sa servante humaine maintenant. Un coup à son cœur lui fit prendre conscience que cette souffrance n’était point encore partie. Ils devaient se reparler, être aussi proche qu’avant … Est-ce que cela affecterait sa force pour combattre Mayana ? Aussitôt, une exclamation d’horreur sortie d’entre ses lèvres. Oh ! Il lui faudrait être plus prudent donc et moins agressif. Heureusement, Belle et Julien seraient présents. Cela l’aiderait ou non : il ne faudrait certainement pas que ces deux idiots commencent à se battre. Argh ! Pas question de faire la police. Oh ! Il arriva en vue de la maison d’Hannah. Elle sortait de sa maison et William ouvrit la portière passager du côté gauche de la voiture – les Britanniques roulent à gauche. –

- Bonsoir Hannah. Tu es magnifique. Ne t’en fais pas pour Jana, je lui ai laissé la limousine. Pour une fois qu'elle peut faire son indépendante.

Un sourire, une exclamation de rire tâchant de détendre l’atmosphère et on était repartie. William ne pensait plus. Il ne faisait que conduire et jeter des regards, de temps en temps, à Hannah. Au moins, on arriva en vue du Manoir Royal non loin du Manoir Raybrandt après tout. Il remonta la côte descendue préalablement et s’engouffra sur la route et passa finalement le gigantesque portail. Arrêtant le moteur, il posa un instant un regard sur Hannah. Il était sérieux, mais tâchait de garder contenance.

- Reste forte et ne répond pas au Roi même s’il te parle. N’oublie pas que je suis ton Maître Hannah. Je suis ton unique Maître.

Dit-il soupirant au final soulagé d’avoir dit ses mots sur un ton posé, fier et sérieux. Il sortit de la voiture se fichant totalement de la pluie diluvienne tombant et aida Hannah à en faire de même. Bras dessus, bras dessous, il entra comme un parfait gentleman avec la jeune femme. L’intérieur, malgré une richesse palpable, restait sombre. Pour lui, ce n’était pas un problème. En somme, il ne faudrait pas lâcher Hannah qui risquerait bien d’aller cogner quelque part. Une pression monstre s’empara de ses poumons alors que la mémoire lui rappela la catastrophe au mariage … Il allait perdre son titre de Sheriff ce soir. Alors soit. Fier, il se laissait guider par le serviteur Hannah toujours à son bras. Jana ne fut pas encore arrivé. Argh, mais elle faisait quoi songea-t-il incapable de ne pas poser un regard curieux sur sa mère à une époque antérieure … Définitivement, compte tenu de la mode, l'époque actuelle mettait bien plus en valeur Krystel Raybrandt. Lâchant finalement Hannah pour qu’elle aille prendre place, William resta debout tout près de Julien déjà arrivé. Il fit une belle révérence au couple royal dont son esprit resta cloîtré sur sa mère.

- Julien. Qu’est-ce que tu penses de cette soirée ? Pour ma part, je crois qu’un certain d’Aubusson va prendre ma place en tant que Sheriff de Glasgow.

Chuchota-t-il ses mots à son ami. Il chercha du regard son cher Maître de maison, mais il ne fut pas encore arrivé apparemment. Tout le monde était ponctuel sauf les plus importants. Il espérait que Léopold ne s’en donnait pas à cœur joie avec Jana. Oh, il allait en pâtir Sheriff ou pas. Oh ! Encore une fois, William avait su taire ses émotions parfaitement. Il déglutit un peu, mais ramena son regard vers l’avant, vers sa mère qui le rassurait en quelque sorte. Elle lui faisait un grand bien. En forme, avec l’ancienne servante humaine de Nikos. Il ne put pas s’empêcher de sourire. Elle était une Raybrandt et personne ne se départissait de cette famille.



Dernière édition par William Raybrandt le Ven 20 Avr - 22:12, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Ven 20 Avr - 14:22

Je me réveille lentement, de moi même, paisiblement. La lumière du jour traverse la fenêtre pour se déverser sur mon lit. Mes paupières s’ouvrent et je constate avec joie que je ne suis pas en sueur, que mon cœur ne s'affole pas. Cette nuit aucun cauchemar n’est venu perturber mon sommeil. Je me lèvais doucement des draps trainant les pieds jusqu’au miroir qui surplombe la commode de ma toute nouvelle chambre. J’inspectais minutieusement mon visage, à la recherche de la moindre trace de cernes. N’en voyant aucune je fus rassurée et d’une humeur plutôt joyeuse. Mon teint était plutôt radieux en comparaison de d’habitude, le manque laissait toujours sa marque mais ce n’était rien comparé à ces derniers jours. J’avais fait très attention, sachant qu’aujourd’hui en particulier je devrais être présentable, je ne devais pas déshonorer la reine dans sa soirée. Pour le moment j’avais toute la journée devant moi pour me préparer physiquement et psychologiquement à la nuit qui nous attendait Torben et moi.
J’enfilais un mini short et un débardeur qui ne couvrait pas vraiment mon buste avant de rejoindre la cuisine.

Alors que je n’avais qu’une seule idée en tête, avaler un vrai petit déjeuné je croisais Torben vêtu d’un survêtement. Il m’embrassa sur les lèvres avant de quitter l’appartement en quête d’exercice physique. Ce baiser me fit frémir, me rappelant notre étreinte de la nuit dernière. Je souriais bêtement en le regardant partir alors que des images sensuelles se bousculaient dans ma tête. J’appréciais beaucoup la compagnie de cet homme, elle me rassurait. A sa manière il calmait mes angoisses et sa compagnie me faisait me sentir vivante, comme si finalement j’avais peut-être de l’importance. J’appréciais encore plus les folles nuits que nous avions ensemble, il était très doué c’est certain mais ce que j’appréciais le plus c’était cette nouvelle façon que j’avais d’unir mon corps à un homme. Je le faisais parce que j’en avais envie et non parce que j’y étais contrainte, c’était presque révolutionnaire. Et aussi longtemps que je me souvienne je n’avais pas fait l’amour autant de fois avec le même homme.

Cessant de rêvasser aux frivolités de la nuit dernière je m’apercevais que j’étais restée plantée au milieu de la pièce depuis quelques minutes. J’entrepris de me servir un verre de jus d’orange, j’avalais quelques céréales avant de m’enfermer dans ma chambre. Cette semaine avait été grandiose. Anita m’avait conduite en ville pour faire du shopping sur ordre de la reine. Un ordre que je ne risquais pas de discuter. Au rendez-vous boutiques de luxe et dépenses sans compter. Tout mes anciens vêtements étaient partis à la poubelle, vulgaires et me rappelant sans cesse ma vie de prostituée je les avais balancé avec joie. Anita m’avait encouragée à acheter tout ce que je souhaitais. Je m’étais d’abord constitué une garde robe pour les journées, appréciant de pouvoir enfiler un vrai jean moulant mes formes à la perfection. J'avais également craqué pour des dessous histoire d’entretenir mes charmes ce qui ne serait pas pour déplaire à Torben. Enfin j’avais acheté une série de robes de soirée de façon à ne pas déplaire à celle qui était désormais ma reine.
Je passais l’après midi à essayer des robes, demandant conseil à Anita pour choisir la tenue adéquate à l’événement de ce soir. Quand j’entendis la porte claquer, signe du retour de Torben je partis le rejoindre sous la douche. Cette petite pause permit de faire redescendre l’angoisse que je commençais à accumuler à l’idée de revoir la reine.

Sortant de la salle de bain je me préparais pour la réunion que le roi et la reine organisaient cette nuit. Le but de cette réunion m’était inconnu mais je ne tarderais pas à le savoir. La seule crainte que j’avais était de ne pas être à la hauteur, heureusement la présence de Torben m’aiderait, il me suffirait de le prendre comme exemple. Je choisissais une robe rouge mettant mon teint et mes cheveux en valeur mais en tout en simplicité de manière à ne pas faire de l’ombre à ma reine. Je laissais une parti de mes cheveux bouclés lâchés le reste ramené à l’arrière avec une pince en or blanc. Je me maquillais mais légèrement pour ne pas trop attiré l’attention sur moi. Anita m’assura que j’étais parfaite, jetant un coup d’œil à mon reflet j’étais satisfaite. Je m’autorisais même à me sourire. En servant la reine j’avais l’impression qu’un peu de dignité m’étais revenue, cela suffisait à me rendre heureuse pour le moment.
Je rejoignais Torben le complimentant sur son allure et le priant pour que nous partions avec que je ne lui saute dessus. Sur le chemin menant à la demeure royale je ne parlais pas, l’angoisse avait ressurgi, mon cœur s’emballait notamment à l’idée de voir le roi. Lors du mariage royal cet être si imposant m’avait hautement impressionné. Quand nous arrivâmes je saluais la reine comme il se devait puis nous rejoignîmes la grande salle. Nous nous plaçâmes derrière les fauteuils royaux. Sans un bruit j’observais ma foule qui se pressait dans la grande salle tentant du mieux que je pouvais d’assurer la position qui était maintenant la mienne. J'espérais apercevoir Hannah mais la première personne qui attira mon attention était Julien, il me regarda furtivement et je souris ravie d'avoir attirée son attention.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Sam 21 Avr - 18:45

J’étais devant la porte de ma chambre, je voyais William contre la fenêtre déjà prêt. J’hésitais à rentrer il avait peut-être envie d’être seul… On ignorait la raison pour laquelle nous avions été conviés à cette réunion. J’étais néanmoins sereine, depuis le mariage et la punition je n’avais pas posé de problèmes. J’étais restée discrète, enfermée sur moi-même. Il pleuvait dehors, j’aimais bien la pluie. J’entrais doucement, sans trop faire de bruit je savais qu’il allait me sentir mais je ne voulais pas le déranger s’il réfléchissait. Je savais qu’il avait peur de perdre son grade de shériff mais je n’en savais pas plus. Pourquoi le donner à Léopold ? Cela je l’ignorais. Je ne m’étais guère intéresser à tout cela. Essayant de faire mon petit bout de chemin de mon côté, et remonter la pente. Je n’étais pas encore prête, et me dirigea vers ma garde robe de princesse de toute époque. Je jetais un bref coup d’œil à William qui était déjà prêt lui, et qui plus est très élégant et classe comme toujours. Il s’avançait doucement vers moi, et me pris par la taille. J’étais contre lui, sentant son corps contre le mien. Il fallait quand même avouer que cela avait quelque chose d’agréable. Je notais les efforts quotidiens que faisaient William à mon égard. Moi, je restais passive à ses multiples approches remplissant mon devoir de princesse et d’épouse comme je devais le faire. Il vint déposer quelques bisous dans mon cou, je poussais ma tête pour lui laisser la place. William me tourna doucement vers lui pour échanger un doux baiser. J’appréhendais cette soirée dans la mesure où j’ignorais ce qu’il allait se passer, ce que nous réserver le couple royal. Il y aurait Torben, surement Cora aussi… mais aussi Hannah. Je les craignais, j’avais peur de me retrouver face à face avec eux. Avec Torben, je saurais agir avec retenue je n’en doutais pas. Avec Hannah, c’était très tendue nos relations pour le moment, et pour le moins chaotique. Et avec Cora, impossible de se retenir la guerre était ouverte et déclarée. Elle avait lancé les festivités lors du mariage.

    JANA ¤ « Si tu le dis...»


Je ne voyais pas ma beauté. J’étais las. William m’avait enlevée une épine du pied, j’avais toujours du mal à trouver une tenue parfaite. Ce sera la robe bleu royal, un excellent choix elle irait bien pour les circonstances. Il me lanca un sourire, je lui fis un sourire du coin des lèvres, il mit mes cheveux derrière mon oreille. Je pris son visage entre mes mains. Il souriait, alors que peut-être la réunion se passerait mal pour lui. Il m’embrassa sur le front pour ensuite se détourner.

    JANA ¤ « Je ne te promets rien mais j’essaierais. »


Je ne pouvais pas lui faire une telle promesse. J’ignorais comment cela allait se dérouler, et ce qu’il pourrait se passer. Je pris le temps de bien me préparer, je n’étais pas pressé. Et quand bien même, je ne m’affolais pas pour autant. Comment allait réagir la Reine si William arrivait au bras d’Hannah ça je n’en savais rien … J’arriverais seule, cela me convenait. William avait décidé de faire comme cela, je comprenais. Je suivais ces ordres en parfaite épouse. Je me surprenais d’ailleurs bien souvent. Je mis de hauts talons, je pris le temps de me coiffer, me maquiller avant de partir. Je jetais un coup d’œil par la fenêtre, il pleuvait encore mais un domestique m’attendait à la sortie du manoir avec un parapluie pour ne pas que je me mouille. Je le remercie gracieusement et monta à bord de la splendide limousine. Le trajet me paru très long, je regardais par la fenêtre les gouttes d’eaux sur la vitre. Je me persuadais que je n’avais rien à craindre, que tout se passerais bien. Cela ne pourrait pas être pire qu’au mariage de toute manière. Cependant, je n’étais pas prête à subir une nouvelle punition. J’avais compris le message, et ne souhaitais pas recommencer. La limousine s’arrêta enfin devant le manoir d’Augustus, je fis accueilli par un domestique qui me montra ma place. J’eus un moment d’hésitation avant de rentrer dans la salle, le domestique du m’attendre et faire quelques pas en arrière. Une fois, entrais j’aperçus face à moi au fond de la salle Torben et Cora, Cora au côté de Torben …. Bref, passons. Je détournais mon regard, droite comme un i, marchant la tête haute. Tout allait bien se passer, il n’y avait pas de raisons pour que cela se passe mal … Je ne pu m’empêcher de regarder les tableaux qui ornaient les murs de Krystel et Augustus à toutes les époques. Je trouvais cela un peu ridicule mais bon, cela ne me regardait pas. Je devais encore avoir des gouts d’humaine, nul besoin de s’étendre sur le sujet. Le domestique m’indiqua mon siège, premier rang, premier siège – du côté d’Augustus. Bien loin de William, Hannah ou encore Adrian qui était l’un de mes amis. Avant de m'asseoir, remerciant le domestique pour son aide je me dirigeais devant ces Majestés, pour les saluer. Je fis une révérence devant eux avant de retourner à ma place indiquée. Belle était encore plus loin, en recul par rapport aux autres, je l’avais si peu vu depuis le mariage. Je le regrettais d’ailleurs, mais je n’avais pas eu de temps à lui consacrer. Je restais là à ma place, attendant que cela se passe – me sentant un peu seule. Tout irait bien … n’est-ce-pas ?



Dernière édition par Jana P. Raybrandt le Mar 24 Avr - 2:22, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Dim 22 Avr - 18:13

Cela faisait des heures qu'Hannah était prête. Soucieuse de ne décevoir personne, d'être irréprochable tant dans sa tenue que dans ses paroles, elle s'était entraînée toute la journée devant la glace. Répétant des phrases de salut, alternant le sourire, la contrition, le remords, l'air neutre et impassible que les vampires maîtrisaient si bien... Elle avait demandé à prendre un jour de congé : travailler aujourd'hui lui semblait au-dessus de ses forces. C'était à la Pomme du Diable que William lui avait parlé de cette réunion de vampires au Manoir. Leur récente dispute et réconciliation ne l'avait pas empêché de la convier à cet évènement, Leslie étant le spectateur indésirable de cette proposition. L'ordre royal disait : "Venez accompagné de votre servant humain ou pomme de sang". En temps normal, William était vampire à se permettre de désobéir aux lois et de choisir de venir accompagné de sa femme seulement, mais plus maintenant. Par la faute d'Hannah, il avait perdu son titre de Shérif. Ce soir, il allait publiquement être retiré de ses fonctions, mis à l'écart, comme un enfant insolent. Du rouge monta aux joues d'Hannah et le désarroi, la colère envers elle-même, même une envie de pleurer l'envahirent brutalement.

"Non !" s'écria t-elle, rageuse envers elle-même. Elle s'était conditionnée toute la journée pour éviter ce genre de débordement, mais apparemment, elle avait encore besoin de leçons dans ce domaine ! Vivre auprès de vampires ne lui avaient permis de maîtriser ses émotions, on dirait bien.
Pour se libérer de ces sentiments destructeurs, elle vint devant la glace et réarrangea - pour la dixième fois au moins - sa coiffure. Elle s'était faite un chignon, agrémenté d'une belle broche argentée, ses cheveux étaient laqués et brillaient eux aussi de mille feux. Elle n'avait pas non plus lésiné sur le maquillage. Elle refusait de paraître timide, effacée, marquée par la punition d'Augustus. Même si tous devinaient ce qu'elle avait dû subir, elle ne voulait pas qu'on la regarde avec pitié, mais avec admiration. Elle sera aux bras d'un vampire déchu, mais saura garder son calme et montrer sa fierté d'être la servante de William.

Enfin, l'heure convenue arriva. Par la fenêtre, elle vit la voiture de William se garer, assaillie par la pluie torrentielle. Signe de mauvais augure ? Hannah prit une veste large pour se couvrir. Elle portait une robe courte noire et des talons hauts (voir ici). Elle avait à l'épaule un petit sac à main noir. Galamment, William lui ouvrit la porte et elle s'assit vite à l'intérieur.
William l'informa que si Jana n'était pas avec eux, c'est parce qu'il lui avait laissé conduire la limousine jusqu'au Manoir. Hannah ne posa aucune question, de manière à ne pas ébranler sa confiance en lui. Cette soirée était décisive pour l'avenir du prince, et pour elle aussi, assurément. Il leur fallait mettre toutes les chances de leur côté, si chance il y avait à saisir !

"Bonsoir William. Merci pour le compliment et pas de problèmes pour Jana !!" dit-elle avec un grand sourire. Quoi, elle en faisait trop ? N'oubliez pas qu'elle avait répété des phrases guillerettes toute la journée. Au pire, on penserait qu'elle avait bu, au mieux, qu'elle connaissait une joie intense de participer à cette soirée !

Elle perdit son sourire pour retrouver tout son sérieux quand ils sortirent de voiture. William lui souffla quelques conseils - ordres - qu'elle devait assimiler et surtout appliquer !
Reste forte et ne répond pas au Roi même s’il te parle. N’oublie pas que je suis ton Maître Hannah. Je suis ton unique Maître.
"Oui, William. Cela ne se reproduira plus. Je tâcherai de te faire honneur, cette fois."
*Croisons les doigts pour que tout se passe bien !*

A l'intérieur, ils croisèrent nombreuses personnalités, des vampires qu'ils connaissaient tous deux : Hannah sourit et adressa des regards ni trop appuyés ni trop fuyants. Pour l'instant, tout allait bien. Plus ils approchaient des sièges royaux, plus elle tâcha de maîtriser sa respiration. Krystel... Elle salua bien bas et se tourna vers Augustus. Il lui adressa une oeillade déguisée. Elle déglutit, sourit et s'inclina aussi. Elle devinait ce à quoi il pensait, sans chercher trop. Elle allait retourner à sa place quand elle vit à droite de Krystel, un homme qu'elle reconnut à peine. Son frère. Tant de choses les séparaient désormais. Pourraient-ils se reparler un jour normalement ? Se poser toutes les questions qui les torturaient tous deux ? Il semblait tellement... différent. Détaché. Mais elle-même devait lui faire le même effet. Deux branches d'un même arbre déraciné, deux branches orphelines et étrangères.
Un peu plus loin derrière lui, se trouvait.. Cora ! Hannah faillit s'arrêter net mais reprit sa marche vers sa place derrière William. Elle jeta un oeil à la jeune femme mais elle regardait ailleurs. Que faisait-elle là ? Hannah sentit la maîtrise d'elle-même s'effilocher : tant de questions sans réponse ! Pour se calmer, elle fixa un point droit devant elle, et respira aussi calmement et amplement que possible. A côté d'elle, William discutait avec Julien Guillemaud, le shérif qui l'avait sauvée au Damned Angel. Elle se concentra sur leur conversation pour se calmer.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Dim 22 Avr - 19:51

    Les gens arrivaient maintenant. Je ne pouvais pas tous les voir du fait de l'éclairage de la pièce, mais je me tenais néanmoins surpris du plan qui avait été dressé par le couple royal, alors que je vis dans un premier temps les shérifs arriver. Auparavant, ils n'étaient que des cibles de la HCV, pas vraiment prioritaires, pas vraiment à négliger non plus. Aujourd'hui, ils étaient mes supérieurs du fait de leur puissance et de leurs responsabilités, mais ils étaient mes inférieurs de statuts. La situation m'aurait grisé et amusé, autrefois. Ce n'était plus le cas aujourd'hui. L'esprit froid, mathématique, calculait tout. Qui était visiblement le plus dangereux. Où je devrais me placer pour arroser d'éventuels agresseurs du couple royal, à combien de vampires on pouvait passer par l'entrée principale et en combien de temps. Je regardais chaque visage, très brièvement. Le premier fut Julien Guillemaud. Un espèce de jeunot d'après ce que j'avais compris, autrefois inconséquent mais qui se plaçait aujourd'hui dans le peloton de tête de ceux qui voulaient l'ancienne place de ma Maîtresse. Ensuite, bien entendu, vint William, qui arriva avec sa servante humaine. Nulle autre que ma propre sœur. La voir ici, bien habillée par son amant bourré de fric et qui l'utilisait, n'émut pas mon âme désormais froide. Elle avait fait ses choix, j'avais fait les miens. Au moins était elle autant en sécurité que possible, protégée comme elle était. Je ne lui souhaitais rien de plus, et n'étais de toute façon plus en position de l'aider directement ou de la sauver. Qu'elle me semblait loin, l'époque où je m'étais armé pour faire le siège de la Pomme du Diable, le bouge où elle travaillait, sous la contrainte des vampires !


    Jana fit aussi son entrée. Je la suivis plus longuement du regard. Elle avait la tête haute et le port altier. Elle avait récupéré son ascendant, et dû se placer à l'autre extrémité dans la salle que son mari. Je savais que le fait n'était pas anodin. Je remarquais qu'elle était placée à proximité de Leopold et d'Evey, que je savais partager les faveurs du Roi et de la Reine. Dans ce cas, pourquoi Julien de l'autre côté ? Je ne cherchais pas à comprendre ; je n'étais pas là pour ça, mais pour assurer la sécurité du couple royal, de Cora, et pour assurer la cohésion d'ensemble de cette petite soirée. C'est alors que je vis la lumière d'un écran de téléphone se refléter sur la chair claire du shérif Guillemaud, tandis que le Prince se mit à lui parler à voix basse. Je me déplaçais donc, avant de lancer un regard à Cora et de lui glisser quelques mots à voix basse.



    | Attention à la Reine pour moi, s'il te plaît. Je reviens. |


    Je ne portais pas la main à mon flingue, c'était inutile, bien que je m'y tenais prêt. Je m'avançais vers Julien et William, alors que la sale continuait de se remplir dans un léger brouhaha. Si je ne pouvais empêcher le fond de la salle de chuchoter, je devais néanmoins prendre garde à ce que les représentants hiérarchiques restent de marbre en attendant le bon vouloir de leurs grâces. Je m'inclinais très légèrement face aux deux vampires. Avant de reposer sur eux un regard froid.


    | Prince William, il ne sied guère à votre position de vous mettre à échanger des ragots avec le shérif Guillemaud ; Leurs Majestés entendent que vous gardiez le silence en attendant leurs annonces. Vous ne parlerez que si vous y êtes invités. Autrement, je serais dans l'obligation de vous faire sortir. Shérif Guillemaud, veuillez ranger votre téléphone, ou je me verrais dans l'obligation de vous le prendre. Messieurs... | saluais je simplement.


    J'avais omis de les appeler « Messeigneurs », parce que je n'étais pas forcé de le faire. Comme je le disais, mon statut garantissait ma position et mon traitement. Les plantant tous deux sur place, je me détournais finalement d'eux, pour repasser devant les deux sièges royaux, m'arrêtant en face d'eux pour incliner tout le haut de mon corps. Et d'échanger un regard entendu avec la Reine que je servais. Aujourd'hui et à jamais, j'étais sien.

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr


Dernière édition par Torben Badenov le Mar 24 Avr - 16:41, édité 1 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Dim 22 Avr - 22:29

Devant le miroir en train de remonter mes cheveux pour en faire une longue queue de cheval et quelques mèches qui retombaient devant mes yeux. Quelques mèches qui peut faire penser à du négliger, mais du négliger maitriser s’il vous plait. Je ne me permettrais jamais à me rendre à une réunion vampirique, en tant que princesse, et face à ma mère. Non jamais je n’oserai faire un tel acte, sauf si je tenais vraiment à me faire foudroyer sur place par l’unique regard de ma mère. Non je n’étais pas malade à ce point là, j’avais quand même une certaine stature à tenir, et ça même en me considérant comme le petit canard de la famille Raybrandt, il y avait quand même certaines règles à garder. Et puis, bon, ce n’était pas le moment pour se monter contre nos plus proches familiers. Prendre une inspiration complètement inutile quand on y pense, mais psychologiquement, au moins ça me donnait une raison de pouvoir affronter cette soirée à rester debout face à ma reine. Une nouvelle fois je me rendais compte que je n’avais pas convié Johnston à cette réunion même si nos Pommes de Sang y étaient également convié. Du coup, une nouvelle fois une foule de questions venait à moi, est ce que j’étais vraiment encore fidèle à mes convictions ou est ce que je me pliais aux décisions qu’on voulait m’imposer depuis plusieurs années. Même plusieurs siècles. Me relevant une dernière fois enfin de ma coiffeuse, et regardant une nouvelle fois ma robe écrue, qui tombait juste en dessous du genou et qui était découverte dans le dos. Au moins avec ça, on ne pouvait pas me critiquer sur ma façon de m’habiller. Je rattrapais mon châle tout aussi blanc et je le plaçais sur mes épaules.

Je descendais de ma chambre après avoir mis un peu de maquillage sur mon visage, et pour donner un peu de vivant à celui-ci surtout. Mon frère avait déjà du partir, et Jana également quand je vis une limousine m’attendre devant. Décidemment, nous n’aurons pas l’occasion de tous arriver en même temps, même en tant qu’enfants de la Reine, les trois que nous sommes. Quant à Leopold, je n’avais pas eu vent de sa présence depuis le début de la soirée, j’en déduisais donc qu’il devait déjà y être. Je me surprenais même à vouloir y voir D’Aubusson, que m’avait-on fait un lavage de cerveau ? Je ne savais pas, ou alors mon inconscient qui me disait qu’il fallait que je commence un petit peu à me plier à la royauté désormais. Je n’étais plus une jeune vampire, et ma mère était désormais épouse du roi, ma place était donc d’être derrière elle et de lui faire honneur. C’est du moins ce à quoi je pensais quand je m’installai dans la limousine qui m’emmenait jusqu’au manoir du roi qui était désormais la résidence de ma mère. La nuit était noire et le ciel n’était éclairé que par une lune qui me semblait des plus timides ce soir, et la pluie était torrentielle, normale pour la période.

Rapidement, rendue au lieu, je fus conduite, à la grande salle en m’indiquant ma place. Je remarquais alors ma mère déjà à sa place statique, la salle était sobre, je connaissais beaucoup de ces tableaux, enfin du moins, il me faisait penser à certains moments du passé. Je fis une révérence devant le couple royal avant d’aller prendre ma place, juste devant Julien Guillemaud, et William. En arrivant j’entendais William parler de son poste pour le moins menacé par Leopold. Même par un chuchotement, j’en avais rapidement perçu les inquiétudes de mon frère. Il était vrai que ce jeune vampire avait tous les bons présages du couple royal, séduire la fille, prendre la place du fils, quel serait le prochain objectif je vous en laisse le choix de le deviner.

« Ne pars pas si défaitiste, peut être que mère ne va pas te retirer ton titre. Excusez mes impolitesses, bonsoir messieurs au passage pour me pardonner. »

Dis-je avec un sourire des plus rassurants, je n’avais pas dit ça pour enfoncer mon frère bien au contraire, peut être que certes, il n’aurait plus autant de légitimité, mais… Que le couple royal lui retire ce titre de shérif cela me surprendrait.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Lun 23 Avr - 15:33

Alors que la salle s'emplissait peu à peu des différents invités de la soirée, ou plutôt convoqués pour être exacte, j'étais perdu dans mes pensées. Certains éléments arrivés récemment me faisaient réfléchir à leurs conséquences possibles. Je fus tiré de ce questionnement par William qui peu de temps après être arrivé s'était adressé à moi, me faisant part de ses inquiétudes à propos de ce qui allait ce passer ce soir. Je n'eu pas le temps de répondre, dérangé par la Pomme de sang de la Reine, Torben Badenov, humain qui appartenait auparavant à l'HCV, ces idiots ridicules qui pensent pouvoir nous éliminer. Son intervention m'agaça au plus haut point, toutefois je n'exprimai pas mon sentiment à propos de cela, son statut lui permettant d'agir ainsi en toute impunité. A ses mots je rangeai donc mon téléphone, l’éteignant d'une pression du doigt une fois celui-ci à l'intérieur de ma poche. Si j'avais pu je lui aurai enfoncé au fond de la gorge et aurai envoyé cet humain contre les murs de la pièce, seulement je gardai le contrôle et n'agit pas de la sorte, me contentant de répondre d'un claquement de langue emprunt de mépris à son égard, indiquant en même temps que j'avais compris le message.

Après que le petit humain fut reparti en direction de Jana, la femme de William, la sœur du Prince parla à son tour pour rassurer son frère. Pour ma part je n'ouvris pas la bouche, mettant mon doigt sur ma bouche, comme pour rappeler au Prince ce que venait de nous dire le chien de sa mère. Ceci me permit aussi de ne pas avoir à lui parler. Non pas que la discussion avec mon ami me gênait, mais j'avais besoin de réfléchir. La façon dont nous étions placé m'intriguait, et connaissant le couple royal ce placement ne devait rien au hasard. Face à Augustus et Krystel se trouvaient en première ligne Jana, Morganae et Adrian. La première avait le titre de princesse depuis son mariage avec Will, la seconde l'avait de naissance et le troisième vampire quant à lui était maître vampire. Au second rang, dont je faisais partie il y avait Evey, William et Léopold. Le prince redoutait de perdre son titre de shérif ce soir, pour ma part je me demandai s'il n'allait pas plutôt devoir partager son poste avec Léopold, comme le Roi en avait décidé pour moi. Willi' allait-il se voir imposer la même humiliation que moi? Bien qu'il soit mon ami, une part de moi-même ne put s’empêcher de murmurer: Bien fait. Non pas par jalousie mais parce que je le savais fricotant avec cette fourbe de Renard. Suite à ma discussion avec Augustus, celui-ci avait-il décidé de dévoiler cela au grand jour? Quelque part je redoutai une telle déclaration, un peu anxieux à propos de la réaction possible du fils Raybrandt. L'avenir était incertain pour moi aussi, je n'étais sûr de rien, c'est pourquoi j'attendis patiemment l'intervention du Roi.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Mar 24 Avr - 14:51

Je songeais à William et à Jana. Jamais je n’aurai pensé trouver des alliés tels qu’eux, dans la mesure où ils étaient honnêtes. Une personne sur qui je n’avais aucun doute c’était Jana, elle semblait vrai, authentique et comme moi elle ne rejetait pas sa part d’humanité et c’est en cela que se trouve notre force, j’en suis convaincue. Bien sûr aux yeux des royalistes ma position était risible, il me suffisait de me remémorer mon entrevue avec Augustus King. Il s’était ouvertement moqué de moi. Mais j’étais intimement convaincue qu’un jour viendrait où il ne rirait pas et je ferai en sorte que ce jour arrive et ce par tous les moyens et grâce à n’importe qui, n’importe quels alliés.
Ma détermination serait je l’espère sans faille et toujours égal. Je me forçais à mettre de côté tous les obstacles qui se tenaient devant moi, que ce soit des obstacles venant directement des vampires ou des obstacles plus personnels. Je repensais immédiatement à Johan et Isadora. Ce simple souvenir suffit à calmer ma soudaine ardeur. Le seul point positif que j’arrivais à en retirer c’était que ce sang me permettrait de me renforcer un moment. Ca faisait tellement longtemps que je n’en avais pas bu, depuis cette fameuse nuit avec Willougby ou je m’étais un peu lâché à mon grand regret.

Je soupirais, la nuit qui s’annonçait n’était pas sans m’inquiéter. Cette inquiétude se traduisait par la remonter en surface de mes problèmes. Le roi et la reine avaient convoqué tous leurs sujets et cette petite réunion semblait obligatoire. En forçant un peu j’aurai pu trouver une excuse mais il était hors de question que je rate cet événement. Quelque soit la raison de cette convocation elle était surement importante et visiblement nos souverains avaient une idée derrière la tête et je tenais à savoir laquelle. La réunion avait lieu au manoir d’Augustus, tout comme la petite fête d’après leur ridicule mariage. Cette soirée n’avait fait que m’ennuyer. Je n’étais pas spécialement une grande admiratrice des mondanités, encore moins quand elles concernaient le mariage de deux êtres égoïstes et manipulateurs. Il n’y avait pour moi aucune raison de se réjouir de leur union. Cette nuit risquait de m’inspirer les mêmes sentiments que leur mariage et je n’allais pas à cette petite réunion de bon cœur. Seulement je me devais de m’y rendre.

Lasse et peu motivée je me rendis dans ma chambre et j’enfilais une tenue. Une robe noir dont le bustier était orné de dentelle noir. Je relevais mes cheveux en un chignon, laissais tomber quelques mèches bouclées sur les côtés de mon visage et attachais des boucles d’oreille en or blanc. J’attrapais mes escarpins argentés dans mon dressing et j’étais enfin prête. Je rejoignais Désirée dans le salon qui elle était déjà prête depuis un bon moment, elle appréciait beaucoup plus que moi cette soirée c’était évident. Je ne fis aucun commentaire sur son engouement, je ne souhaitais pas une nouvelle dispute et encore moins la rendre malheureuse.

Nous arrivâmes rapidement en périphérie de la ville, près du manoir d’Augustus. Je déployais mon parapluie alors que nous nous dirigions vers l’entrée de la demeure royale. Un servant humain nous escorta jusqu’à la grande salle. Je le gratifiais d’un sourire, peinée par la position qu’il occupait, il était au service des pires vampires qu’il existe en ce monde.
La grande salle grouillait de nos confrères et de leurs servants humains, une excitation se dégageait du groupe alors que je prenais place là à l’endroit que l’humain m’indiquait. Je constatais que pour une fois je ne me trouvais pas trop en retrait bien que ma place n’était pas ici à mon avis. J’aperçu William devant près du shérif Guillemaud. Je souriais quand celui-ci vint visiblement se faire réprimander par un des hommes de main de Raybrandt. Egalement je vis Jana. J’aurai aimé être près d’elle. Je me doutais que cette soirée la dérange autant que moi. Je ne comprenais pas pourquoi elle se trouvait si loin de William mais ce n’était visiblement pas une punition. Sa place, au devant de la foule, traduisait son grade de princesse. J’étais fière d’elle, elle donnait parfaitement le change et c’était le mieux qu’elle puisse faire pour le moment. J’espérais vivement qu’un jour je puisse la libérer de ce fardeau. Je détournais le regard de mon amie, sa présence suffisait à m’apaiser, à me sentir moins seule parmi cette horde de royalistes. Maintenant je n’avais plus qu’à attendre que la fête commence…
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Mar 24 Avr - 19:53

    Ce soir, beaucoup de choses allaient pouvoir s'officialiser. J'étais d'avis de dire qu'il était plus que temps pour cela, surtout au vu des évènements récents. Il y avait des ordres à distribuer et aussi des personnalités à continuer de tester. Déjà, en premier lieu, il convenait de mettre un peu d'ordre dans la succession du grand maître Nikos. Ce traître et ce séditieux en puissance avait fini par récolter les fruits de tous ses plans ourdis contre ma position, destin funeste reçu de la main même de la Reine des vampires, qui s'était occupée de rendre gorge à cet ennemi que j'avais peut être quelque peu mésestimé. Je n'aurais jamais cru qu'il se rebelle contre moi ; ce n' était pas en fait un problème de confiance, car je n'en accordais réellement à personne d'autre qu'à moi. Du moins, Krystel et Suzy en disposaient chacune, mais je gardais toujours un minimum de réserve, de sorte à toujours être en position de parer à toute éventualité. J'avais donc péché en ce qui concernait Nikos dans le sens où je ne lui avais pas accordé assez de crédit et d'importance ; je ne savais pas que sa prétention et son ambition maladives ne le conduisent à comploter aussi ouvertement contre moi. Je ne lui avais tout simplement pas prêté l'envergure d'un leader ; je n'avais jamais vu en lui qu'un chien de garde un peu compétent, suffisamment pour tenir ses congénères et accessoirement subordonnés sous son contrôle. J'avais toujours su qu'il avait abusé de sa position, mais quel vampire ne profitait pas de l'existence immortelle qui lui avait été accordée ? Je ne blâmais jamais mes subordonnés pour leurs excès, tant que ceux ci ne m'étaient pas préjudiciables. La Reine avait eu pour le coup, plus de clairvoyance que moi à ce sujet. Prompte et autoritaire, quelque peu téméraire aussi, elle n'avait pas hésité à foncer tête baissée pour défendre au mieux mes intérêts. Je savais aussi qu'il ne fallait pas que je me leurre. Mes intérêts étaient devenus les siens quand j'avais décidé de l'épouser et de la couronner comme mon égale. L'idée de cette soirée émanait d'elle, finalement, dans le sens où j'avais toujours préféré les manipulations en sous main, mais elle avait toujours plus été portée sur le grand spectacle. Après tout, elle n'avait pas tord. Il était temps d'envoyer un message fort aux dissidences qui pouvaient exister au sein de mon royaume de la nuit.


    Je m'étais préparé toute la journée. N'étant pas astreint comme les vampires du commun à le seule existence nocturne, j'avais pu coordonner, pour une fois, l'ensemble des préparatifs. De l'acquisition d'humains du cheptel de mes voisins vampires pour les collations de mes invités jusqu'aux décorations qui pareront bientôt de faste ma demeure. J'en avais aussi profité pour saigner ma servante humaine, mes veines décaties se gonflant de sa force vitale regénératrice. J'avais aussi couché avec elle, comme de coutume, tant pour renforcer mon pouvoir que mon emprise sur elle. Ca avait été … vivifiant. Il fallut bien évidemment que je me débarasse de son odeur pourtant délicieusement sucrée, car nous étions arrivés à un compromis avec ma Reine, concernant nos vies intimes respectives. Nous pouvions user de qui nous le souhaitions en dehors de nous deux, tant que nous ne portions pas l'odeur de nos amants et maîtresses quand nous nous voyions. J'avais donc pris grand soin de masquer celle de Suzy, ce qui allait de toute manière de paire avec le bain que je me réservais toujours en prévision de grands rendez vous vampiriques. Comme si me baigner suffisait à m'apporter la sérénité nécessaire pour aborder les épineuses réflexions propres à mon espèce. Et je voulais aussi envoyer à Krystel le message fort, selon lequel je respectais ma part du marché malgré les craintes qu'elle pouvait nourrir à ce sujet. Je rejoignais à l'heure prévue la salle de réception, croisant Krystel à son arrivée. Je déposais un chaste baiser sur ses lèvres, puis sur le revers de sa main. La complimentant sur sa beauté, je vins finalement m'asseoir, échangeant un regard entendu avec Suzy après avoir salué d'un bref signe de tête les propres créatures de Krystel. Je me penchais d'ailleurs vers elle alors que la salle se remplissait.



    | Ton humain a l'air d'avoir été finalement apprivoisé. C'est bien. Qui est la délicieuse créature à deux pas derrière lui ? Serait ce un cadeau, ou un jouet que tu souhaites que nous utilisions cette nuit? |


    La salle se remplissait, et je gardais finalement le silence. Les shérifs arrivèrent, respectueux d'apparence mais relativement dissipés ; je constatais avec un sourire de prédateur que l'humain de la Reine allait les réprimander. Amusant finalement, ce petit animal. Stupide et borné, mais pas dénué de courage. Aussi téméraire que sa Maîtresse... J'hochais la tête à chaque fois que l'on nous saluais, arborant un léger sourire confiant. J'attendais finalement que l'ensemble des places soient prises, avec les cinq minutes habituelles de retard sur le programme, pour finalement me lever, ouvrant les bras vers la foule. Krystel se tenait droite et fière à mes côtés.


    | Bonsoir à vous tous, enfants de la nuit. Bienvenue dans notre demeure. |


    Ma voix était solennelle, mais je faisais preuve de respect en leur retournant les honneurs des salutations. Je descendais quelques marches, prenant la main de la magnifique Jana dans la mienne pour la porter à mes lèvres. Je fis de même avec Morgane.


    | Et bonsoir à vous, Princesses, mes filles. |


    Négliger le fils était voulu ; je ne lui avais pas pardonné ses déboires, et n'oubliais pas non plus les terribles révélations de Julien à son endroit. Julien à qui je lançais un coup d'oeil à la dérobée.


    | Il est temps, ce soir, de réunir ce concile, afin que les positions de chacun soient officialisées. Afin que les vertueux et les plus méritants d'entre vous soient récompensés pour leurs services... Ma Reine, ferez vous l'honneur à vos sujets, de leur en dire plus? |
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Sam 28 Avr - 16:37


Beaucoup de choses allaient changer ce soir. Oui cela ne faisait pas de doute. Des faits avaient été mis en exergue ses derniers jours, faits dont nous ne pouvions pas décidément pas ignorés. Nous avons donc convoqué une belle assemblée de vampires dans notre demeure. Après plusieurs discussions entre royauté, nous avons finis par tomber d’accord. Ce soir, nous nous montrerons inflexibles et unis. Il était temps que les membres de notre espèce comprennent que le temps de la tolérance était bel et bien terminé. Les enjeux étaient trop importants pour que nous laissions la moindre personne gâcher tout ce que nous avions entrepris pendant si longtemps. Notre heure de gloire et de domination était arrivée et aucun vampire ni aucun humain ne se mettrait en travers de notre route… Les pièces de l’échiquier sont de toute manière en place. Il est à présent temps de jouer et nous ne comptions pas perdre cette partie que nous avions déséquilibrée en notre faveur.

Assise dans mon fauteuil royal, ma couronne sur la tête, j’observais tous les vampires entrer dans la pièce et prendre place. Je ne bougeais pas d’un pouce, ni pour les saluer ni pour répondre à leur salut. Je restais tel un statut de glace, laissant à mon subordonné que j’avais nourri plus tôt, s’occuper de la moindre impolitesse qui nous serait faite. Mes deux humains connaissaient leur place et ils savaient très bien ce qu’ils avaient à faire. Il avait pour cette soirée ma confiance, et je savais qu’ils ne me décevraient pas. Ils avaient trop à perdre si cela arrivé, et tout à gagner si cela n’arrivait pas. J’avais forgé Torben comme je l’avais désiré et de par son lien avec Cora, il la forgeait à son tour comme je voulais qu’elle soit. Mes deux humains étaient très prometteurs, mais s’il le fallait, je me séparerais d’eux. Je vous l’ai dit, je n’ai de temps à perdre avec personne. Après tout, en dehors de mon maitre bien entendu, il n’existait aucun être irremplaçable sur cette terre et c’était d’ailleurs un des messages que nous voulions faire passer ce soir. Je ne pus m’empêcher de sourire à la remarque de mon roi concernant ma nouvelle acquisition. Je lui répondais dans un murmure que seul lui pouvait percevoir

Rapidement la salle fut comble. Les guides humains prirent congés en s’inclinant devant leurs majestés nous laissant seuls à nos affaires. J’étais satisfaite de voir que tout le monde avait répondu à l’invitation que nous avions portés à leur encontre. En même temps, ils ne l’auraient pas fait, ils auraient été tués. Il avait fait le choix de venir ce soir, et de subir notre courroux ou au contraire notre bienveillance. Il était question de mettre en exergue des fautes oui, mais aussi des qualités que nous voulions voir chez tous les nôtres

En effet, il a compris quelle était sa place. Ne vous l’avais-je pas assuré ? Cora ? N’est-elle pas des plus agréables. Un présent que je me suis accordée sur le compte de Nikos. Point pour l’instant mais je n’ai pas de doute sur le fait qu’elle saura sous satisfaire lorsque que je viendrais à la partager avec vous.

Je n’en dis pas plus parce que pour l’heure ce n’était point le moment. J’aurais plus tard l’occasion de parler plus amplement de ma nouvelle trouvaille. D’ailleurs mon Roi se reconcentra sur ce qui nous réunissait tous en ce lieu. Je me levais en même temps que mon maitre, si bien que nous étions parfaitement coordonnés, comme si nous ne faisions qu’un. C’était le cas, et les apparences étant importantes, nous le montrions par ce simple mouvement. Je restais cependant à la même place lorsqu’il descendit quelques marches pour saluer personnellement Jana et Morgane que nous avions placées à dessein devant tout le monde. Après tout, elles étaient des princesses, nos filles comme le fit si bien remarquer notre roi. Ensuite, il s’adressa à tous, évoquant en surface que se passerait ce soir. Ensuite il me fit référence, comme nous l’avions décidé plus tôt. Encore une fois il était important que l’on comprenne qu’à présent que j’étais Reine, – et plus seulement Main Noire et Maitre Vampire – j’étais devenue son égale et nous étions deux à prendre les décisions concernant notre espèce. Je restais cependant où j’étais. Pour l’instant en tout cas, je n’avais pas besoin de m’avancer vers d’autres pour les saluer personnellement.

Soyez les bienvenues en ce lieu sombres créatures. Nous imaginons sans mal que pour beaucoup d’entre vous, des interrogations vous brulent les lèvres. Pour d’autres, ce moment n’est que la juste réponse de leur acte. Il n’est point question de laisser des trahisons impunies, aussi proches soient-elles de vos majestés. Nous aurons cependant tout loisir d’en parler plus tard. Sachez pour l’heure qu’une nouvelle personne, ayant manifestée son intérêt pour la politique que nous menons, va voir dès ce soir sa volonté se réaliser. Je parle de Mlle Renard, qui assistera votre princesse dans ses démarches envers les humains. Nous ne doutons pas que sa contribution sera des plus… Enrichissante.

Quelques ricanements se firent entendre, que je ne pouvais qu’approuver même si je levais mes mains pour qu’ils se taisent. Beaucoup savaient très bien l’amour que pouvait porter cette Blondasse aux humains. Cependant nous étions conscient de certains vampires semblaient graviter autour de sa personne et nous avions du prendre les mesures nécessaires pour la garder dans notre entourage. S’il y avait bien un aspect sur lequel je ne doutais dans concernant ma fille, c’était sa fidélité à mon égard. Même si elle ne partageait pas mes idées, elle restera ma plus fidèle créature et si Belle essayait de ma manipuler, Morgane m’en ferai part tout de suite. La vie de sa mère était trop précieuse à ses yeux pour laisser quelqu’un la mettre en danger. Ce n’était que très récemment que j’avais découvert ce fait et j’étais satisfaite de voir que je n’avais pas tout raté avec elle.




_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Sam 28 Avr - 16:46






La lune, maitresse de toutes les nuits, règne enfin en monarque absolue dans un ciel sans étoile. Elle illumine tout le pays, appelant sa population à sortir de leur cachette. Son peuple, elle l’aime plus que tout, car sans eux, elle ne représenterait aucun intérêt. Alors elle prend soin de lui, le dorlote, le guide, bienveillante comme elle est. Mais sa puissance est masquée et ébranlée de plus en plus par celle d’un être qu’elle a depuis très longtemps sous sa coupe : Augutus, Roi des vampires. Il l’éclipse, ne lui rend pas honneur, la considère au même rang que ce fourbe de soleil qui s’approprie toujours toutes les gloires, les louanges, ce soleil qu’elle déteste tant. Elle qui a toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l’indifférence, elle ne peut pas supporter cet être qui ne l’honore pas à sa juste mesure. Au moins son épouse prend le temps de la regarde de temps en temps et il fut même une période où elle lui écrivait de merveilleux poème. Les siècles ont fini par avoir raison de cette pratique, laissant place à des plans d’une toute autre envergure, dont un qui prendra toutes ses lettres de noblesses cette nuit même. Oh Marcheurs nocturnes, cette nuit restera dans vos mémoires pendant très longtemps. Ce soir d’ailleurs, la lune a décidé de laisser sa place à une pluie torrentielle, fréquente en cette saison. Cette entité bienveillante abandonne ses enfants à leur dirigeant, alors qu’ils se dirigent tous dans la demeure royale dans laquelle règne une grande effervescence humaine qui met un point final aux préparatifs…

Ils sont tous venus. Shéris, princes et princesses, tous en compétition pour les faveurs du Roi et de la Reine. Et ceux ci commencent à détailler ce qu'ils comptent faire de cette soirée...




A partir de demain (mais vous pouvez poster dès maintenant !) vous avez UNE SEMAINE pour POSTER AU MAXIMUM DEUX FOIS à ce premier ordre de passage. Vous devez DECRIRE vos réactions, en compagnie de VOS EVENTUELS HUMANS accompagnants. La salle est complètement épurée et très sombre. Il y a aux murs de nombreux tableaux représentant Augutus et Krystel à différentes époques. Vous avez bien entendu le droit d'agir ou de parler à votre convenance, mais à vos risques et périls . Pareil pour ceux qui ont les faveurs des monarques.

Ps : même si vous êtes 13 à jouer, cela ne veut pas dire qu'il y a que 13 personnes dans la pièce. Elle est pleine de vampires et humains qui comme vous arrivent au fur et à mesure

Spoiler:
 





Dernière édition par La Destinée le Sam 5 Mai - 22:15, édité 1 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie :
Coups du Destin: 0
Votre destin est entre mes mains.
Messages : 8501
Membre du mois : 7544
Je crédite ! : Avatar (c) Kanala
Localisation : Nulle part et à la fois partout
Compte Administrateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Sam 28 Avr - 23:05

Le temps des retrouvailles vampiriques avait rapidement pris fin dès lors que le roi, Augustus, accessoirement mon père désormais depuis que ma mère s’était liée à lui désormais, pour l’éternité (en allant voir ailleurs, je n’étais pas naïve) et au-delà encore. D’un côté je me retrouvais pour le moins comblée de cette union, non pas que j’étais avide de pouvoir, en étant princesse, je vous rappelle que je suis toujours la fille indigne des Raybrandt, mais, ça montrait tout de même l’importance de notre famille et ce que ma mère avait toujours souhaité comme place. J’avais beau ne pas être très proche d’elle, j’avais quand même pour prétention de la connaitre, et son aspiration était certainement d’atteindre cette place, chose qu’elle avait fait avec beaucoup de style. Pour en revenir à l’action qui était en train de se dérouler donc, le roi vint vers Jana et moi-même, en nous saluant. Je fis une révérence tout en tendant ma main, oui, c’était étrange cette drôle de sensation que je ressentais d’avoir enfin une reconnaissance en tant que fille du roi, en tant que princesse. Bien que non avide de pouvoir, j’étais quand même, une ancienne fille de la noblesse, c’est vrai qu’on apprécie notre position. Et puis, une fois qu’on l’a perdu une fois, on n’a pas envie de refaire l’expérience de perdre le confort (même si par dignité j’en avouerai toujours le contraire).

Non, je n’étais pas la fille parfaite, bien au contraire, j’en étais totalement convaincue, mais quoiqu’il en soit, même en étant loin d’être parfaite, on ne pouvait pas me reprocher le fait que j’étais l’une des plus fidèles auprès de ma mère. Ma sincérité ne pouvait se défaire, et je ne pouvais pas trahir ma mère, contrairement à d’autres comme je me doutais autour de moi. Ma relation particulière étant donné que j’étais sa fille biologique devait certainement jouer sur ce rôle, et le fait que je voulais aussi retrouver la place dans le « cœur » ou au moins ce qu’il en restait de ma mère, qui m’était auparavant réservée. Mais les temps avaient tellement changé depuis les temps anciens, les temps où, les relations avec les parents n’étaient pas si compliqué. Non je n’avais pas été proche de ma mère, parce que ce n’était pas coutume, et parce que surtout, je l’avais perdu jeune quoiqu’on en dise. Bon la débâcle des sentiments n’a plus place ici, et autant que je me concentre sur la situation présente, après tout, c’est elle qui nous intéresse.

Une fois que le roi eut repris sa place, ce fut le tour de la reine de s’exprimer devant l’assemblée d’êtres nocturnes. La salle était relativement assombrie, au passage, toujours les mêmes tableaux qui semblaient nous fixer, et c’est soudain que la nouvelle me vint à l’oreille. Nouvelle dont j’étais déjà au courant, le monarque m’ayant prévenu au préalable, je ne pus réprimer un sourire quand même à la manière dont ma mère l’annonça à l’assemblée. Il était clair que je connaissais les penchants de Belle, mais également j’eus un doute si c’était réellement de la confiance, ou plutôt une façon de mieux surveiller les actions qui pouvaient se dérouler entre différents vampires, contre le pouvoir en place. Après tout, le pouvoir est toujours source de conflit comme le dit, personne en fait, comme je le dis. Je restais donc statique non sans un sourire, mais statique, je ne bougeais pas, laissant le reste autour de moi agir.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Dim 29 Avr - 5:46

Grognant entre ses dents, il observa le Badenov s’éloigner d’eux. Il avait cette envie de le trucider, de le déchiqueter en morceaux là maintenant. Lui, qui avait gâché son mariage et sa vie. Heureusement, le sage et loyal Julien Guillemaud s’arrangea pour faire taire son ami. Notre concerné ne lui porta aucun regard ce dernier toujours cloîtré sur l’ignoble ver de terre ayant droit de vie de part sa mère. Pff ! Il allait le tuer tôt ou tard, ceci William Raybrandt le promettait : Torben Badenov ne vivrait pas cent ans pour sûr. Non ! Il ne pouvait pas, il ne devait pas l’éviscérer à petit feu. Il sursauta à l’écoute des paroles plutôt réconfortantes de sa chère sœur. Oh ! C’était étrange chez Morgane de l’aider de cette manière. Il devait y avoir de la drogue dans son True Blood songea le cher frère un sourire aux lèvres, mais tâchant de ne point répondre. Son regard fut toujours tourné vers Jana.

Certes, sa curiosité l’emmena ensuite à scruter le reste de l’assemblée comme si de rien n’était. Droit, les mains croisées entre elles, il fit uniquement que tourner son torse. Son regard aperçut enfin Belle Angeline Renard. Un petit sourire sortit d’entre ses lèvres. Un sourire si minuscule et rapide que personne ne put en voir quelque chose : surtout les servants humains par cette pénombre. La Vampire était magnifique comme à son habitude. Il avait envie d’el … Non ! William se racla la gorge ramenant sa tête tout comme ses pensées vers l’avant. Sa mère était radieuse. La couronne sur la tête lui donnait un air de conquérante. Avec tout ce sang ingurgité avant cette réunion, celui-ci semblait passer incroyablement vite subitement en son corps total. Son cœur … Son pauvre cœur reprit même vie. Des battements qui lui faisaient un grand bien comme ils l’intimidaient devant tous ces gens. Mais William n’en laissait rien paraître n’est-ce pas ? Il avait toujours été comme cela. Justement, le Roi se leva pour ouvrir cette réunion alimentant une certaine amitié avec Jana et Morgane, mais pas lui. William ne bougea pas d’un pouce. Seul son regard marron suivait le roi et ses oreilles ne lâchèrent absolument rien de son petit discours. Rien ne laissait paraître une émotion quelconque. Il était clair qu’Augustus King le détestait. Pour ses erreurs au début du mois d’août ? De toute manière, son cher beau-père ne l’avait jamais aimé. Cela ne changerait certainement pas maintenant.

Puis, la magnifique reine prit la parole à son tour. William déglutit de peur cette fois à l’écoute de des paroles résonnant comme un poème dans cette voix forte, parfaite. Certes, son regard ne faillit pas. Il souriait même. Alors, punissez-moi mère. Faites tout ce qui vous plaira avec moi songea-t-il. Il ferait tout pour Krystel Raybrandt. C’était un sentiment étrange partagé avec cette dernière … Son cœur rattrapa quelques battements perdus préalablement. C’était une magnifique soirée en fin de compte, car la reine brillerait. Quoiqu’il n’était pas toujours d’accord avec ses idées. Morgane et Belle ensemble ? Eh bien, la pauvre Belle ou … la pauvre Morgane ?

Sans pouvoir en faire autrement, William poussa un léger rire sarcastique observant derrière en direction de Belle Angeline Renard. Il était clair que la royauté désirait resserrer ses liens autour de la sage Vampire de la paix. Ils s’aideraient de Léopold d’Aubusson certainement qui avait, apparemment selon les dires de Krystel Raybrandt en août, réussi à tenir en laisse Morgane. Wow ! Au moins un point sur lequel il était potable. Étonnant non ? C’était une situation plutôt loufoque. Bientôt, on parlera du Prince comme d’un traître : lui, le Vampire obéissant.

Sa petite exclamation sarcastique tombant à point nommée se terminant, William approcha l’oreille gauche de sa sœur par derrière. On ne le grillerait pas sur le bûcher aussi facilement. Il n’allait pas laisser les choses aussi aisées à la royauté tout de même. Le Roi ne l’emporterait pas aussi facilement. William savait n’avoir aucune chance de survie, mais il était comme cela : il laissait durer la chose. De toute manière, ce soir même, il était mort. Littéralement ou symboliquement ? Peut-être les deux. On ne pouvait point connaître les pensées de cette magnifique reine. Ce serait une faute très grave.

- Morgane. Courage petite sœur. Travailler avec cette traîtresse. Tu vas en avoir de besoin.

Il chuchota très faiblement ses paroles. Cela l’excitait toujours d’agacer sa sœur. C’était délectable et elle rétorquait à chaque fois. En tout cas, tôt ou tard, car actuellement elle devrait prendre son mal en patience pour éviter de parler. Une exclamation si légère de rire prit William qui se replaça aux côtés de Julien sans plus regarder vers l’arrière. Sa seule préoccupation restait sa mère. Quand viendrait sa sentence ? Cette torture si douce, si bonne. Il n’avait plus rien à donner, plus rien à dire. La pluie qui tomba en cette soirée, sa vie des plus floues … Tout cela concordait parfaitement bien.


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Dim 29 Avr - 18:22

    Mon attitude restait de marbre, mais une lueur d'amusement couvait dans le fond de mon regard. J'avais excédé Ses Seigneureries, et ni William ni Julien ne me le pardonneraient. Il semblait qu'ils étaient tout aussi arrogants et égocentriques que je le pensais. Ambitieux avec ça, ce qui ne faisait rien pour me rassurer. L'ambition était l'ennemie des puissants, pas pour ce qu'elle risquait de leur faire faire, mais plutôt pour le risque constant que ce trait de caractère laissait plâner sur les postes suprêmes. La Reine ne serait jamais en sécurité ; je me rendais compte qu'en était chargé de la protéger, je m'étais engagé dans un combat à vie. Ou plutôt à mort, car je n'étais pas éternel comme elle, ni infaillible comme un Dieu. Je me battais très bien, mais j'étais dépendant de nourriture, d'oxygène, de sommeil, de munitions et d'entraînement constant. Un jour ou l'autre verrait ma chute ; je ne pouvais ni le nier ni repousser l'échéance. Je ne pouvais faire que de mon mieux jusqu'à la fin. Ce qu'il fallait néanmoins préciser, c'était que je venais aussi de prendre conscience que la lutte se ferait à tous les niveaux. Pas seulement avec un flingue dans les mains et les chaussures au pied. La lutte serait politique, économique, spirituelle, en plus d'être directement létale par les combats que j'aurais à traverser. Cela ne me faisait pas peur. Cela ne me faisait rien ressentir du tout, comme la quasi majorité de ce que je pouvais connaître dans ma nouvelle existence. Plus de joie, plus de peine. A cœur vide rien d'interdit. La Reine avait fait de moi l'outil parfait pour exécuter ses volontés. J'étais sien , je n'étais qu'une arme. Une arme qu'on pouvait utiliser en temps de guerre et qu'on pouvait ranger en temps de paix, voir envoyer à la casse. C'était ce que j'étais devenu. Et tout ce à quoi j'aspirais.


    Le Roi commença. Comme je m'y attendais, il s'attardait plus précisément sur les deux princesses plutôt que sur le prince. Le message était clair ; il les préférait elles deux à lui. D'après ce que je savais de la situation, il n'y avait là aucune surprise. Que l'humiliation soit aussi publique qu'évidente ne m'étonnait pas plus. Le Roi et la Reine donnaient toujours dans l'équivoque et dans le spectacle ; il me semblait évident que leur réprobation tout comme leur reconnaissance se devaient d'être étalées devant tout le monde. Je ne bougeais pas, mais sentant comment la situation manquait de tourner, il faudrait faire attention. Mon regard se promenait sur la foule, sur Guillemaud et William principalement. J'étais convaincu que poussés à bout, ce genre d'individus n'hésiterait pas à compromettre la sécurité de tout le monde. Je ne mettais pas la main sur mon holster ou sur mon flingue, je me contentais d'attendre et de surveiller. La Reine confirma mon a priori. Je jetais un regard noir aux gens dans la salle, alors que le Prince parlait désormais à sa sœur, de l'autre côté des rangées. Il avait essayé de murmurer, mais vu la distance entre eux, pas mal de monde devait avoir entendu, pas forcément les mots mais au moins sa voix. Moi, je n'avais vu que ses lèvres remuer. A la limite, ce n'était pas autant contre lui que j'en avais, même si tous les prétextes étaient bons puisqu'il m'avait quand même volé ma femme, mais contre ceux qui riaient. La Reine avait été claire avec moi. Pas d'interruption intempestives. Je me retournais vers Cora et saisit une sorte de canne assez épaisse, comme dans les théâtres. Je lançais un clin d'oeil à la jeune humaine, murmurant à son oreille.



    | Ils me fatiguent déjà. On se retrouve après, j'aurais besoin de décompresser... Si ça te tente. |


    Je me retournais vers l'assemblée, fit deux pas en avant et frappais deux fois sur le sol ; les chocs sourds imposant le silence.


    | Sa Majesté a parlé. Attendez votre tour. |

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Mer 2 Mai - 2:24

Dire que j'attendais avec impatience l'intervention du couple royale était un euphémisme. Je ne fus pas déçu du voyage. Leurs paroles ne me rassurèrent pas quant au sujets à venir, notamment lorsque je compris l'allusion à William. Je redoutai la réaction de mon ami si jamais il venait à apprendre que je l'avais dénoncé au Roi, et me préparai discrètement au cas où le prince fou de rage se jetait sur moi. Le connaissant bien je le savais capable de se maîtriser, toutefois sous le coup d'une grande colère il pouvait tout aussi bien perdre le contrôle. Pour ma part bien qu'un peu inquiet de ce qui pouvait encore arriver, je demeurai silencieux en attendant la suite, même lorsque le fils et la fille Raybrandt se parlèrent. Purée, mais ils ne comprennent rien ces deux là? D'un autre côté je pouvais comprendre qu'ils souhaitent se parler après l'annonce de la collaboration entre Morgane Raybrandt et la fourbe de Renard, mais ils devraient garder leur petite conversation pour après. Un autre fait attira mon attention : William venait de parler de son amie dissidente comme d'une traître. Plutôt bizarre alors qu'il lui a demandé son aide il y a quelques temps à propos du cas Maryana. a quoi joue-t-il?

Alors que je pensais justement à sa première intervention exécrable, l'humain de la Reine intervint une nouvelle fois. Quelle ton hautain et méprisant autant que méprisable. Cet homme avait quelque chose qui donnait envie d’abîmer son visage, de le réduire en miette telle une biscotte. Mais bon, son statut de Pomme de sang royal le mettait à l'abris d'un accident aussi pouvait-il se permettre d'agir ainsi, d’autant que tel était son rôle, aussi agaçant soit-il. Demeurant immobile, les mains jointent dans mon dos, je repensais à la déclaration de Krystel à propos de la sournoise Renard en patientant pour la suite. Le fait qu'elle soit placé auprès de la fille Raybrandt montre bien à mon sens, qu'elle est mise sous surveillance par l'une des plus fidèles à la Reine. Tant mieux, car ainsi il y aura toujours quelqu'un pour abonder dans mon sens à son propos si à l'avenir je dois expliquer mon antipathie à son attention. D'ailleurs je ne dois pas être le seul dans la salle à avoir de mauvais sentiments à son égard si j'en juge par les ricanements émis à l'annonce de la Reine à son sujet. Bien que je n'en émis pas pour ma part, j'affichai un court instant un sourire de satisfaction sur mon visage car savoir que je n'étais pas le seul à ne pas aimer cette femme me fit oublier un instant l'inquiétude qui était mienne en cette soirée.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Ven 4 Mai - 13:04

Après avoir fais ma révérence, je me retournais pour voir les autres rangs. J’aperçus Belle au loin, je me retins de lui lancer un petit sourire. Je n’avais pas le droit de lui parler, ni de la voir – je ne devais pas l’oublier. Je la regardais seulement. J’étais contente de la revoir, nous nous étions très peu vus depuis le mariage. Je m’étais renfermée sur moi-même, et elle avait du avoir de nombreuses choses à faire. On communiquait en secret. Elle était une personne que j’appréciais énormément. J’aurais voulu, moi aussi, être à ses côtés. Pourquoi le premier rang ? Je ne comprenais toujours pas… certes depuis le mariage, je n’avais pas fais parler de moi. Cela devait montrer mon nouveau statut de princesse. Les rôles avaient été échangées avec Morgane, j’étais devenue une paria comme elle avait été. La situation avait évolué apparemment, nous étions toutes les deux devants. Et c’est nous que le roi vint saluer… non William. Le roi descendit quelques marches, pris ma main, et la porta à ses lèvres. Je lui souris, et lui fis une révérence d’un signe de la tête. Il fit de même avec Morgane, à qui je souris tendrement. « Ses filles » s’il le disait… je ne me considérais pas comme son enfant…

Je savais que parmi la foule, je pouvais compter sur au moins une personne en la présence de Belle. Torben aussi, certainement je pouvais compter sur son soutien. Je restais discrète, j’écoutais, je regardais ce qu’il se passait. Krystel prit la parole, pour annoncer que Belle travaillerait étroitement dans les relations avec les humains en compagnie de Morgane. Je ne laissais rien paraitre, mais cette nouvelle ne me plaisait pas plus que ça… Morgane était très loyale envers sa mère, puis que je ne l’avais jamais été. Une épine dans le pied de Belle. Un moyen pour la reine pour surveiller Belle ? Certainement. J’avais pu entendre que Morgane était de plus en plus proche de Leopold avec qui j’avais une relation un peu houleuse.

La dissidence se devait de se faire discrète car nous étions entourés de vampires royalistes, et le danger était partout. Dans cette pièce, nous étions même séparés au quatre coin de la pièce donc, nous n’avions pas l’avantage. J’agissais dans l’ombre par petite dose, tout doucement. Tel un chat aux pattes de velours qui sautaient de toit en toit dans la nuit. Si William était soupçonné d’être un traitre ce n’était pas bon pour nous, pas bon du tout. J’étais perdue entre deux eaux, car malgré tout ce qu’il s’était passé avec la Reine, elle restait celle qui m’avait sauvée et mon mentor. Et le Roi, à priori, je n’avais pas grand-chose à lui reprocher. Je devais me poser une question, qui serait le mieux en tant que roi ? William ou Augustus ? Je ne comptais en rien retourner ma veste, c’était naturellement que j’étais rentrée dans la dissidence ayant un caractère quelque peu rebelle. L’opinion du couple Royal vu par les humains était très favorable, grâce – on ne dira pas faute, restons princesse jusqu’aux bouts des ongles – à Morgane. Cela jouait en défaveur de la dissidence, nous avions quoi ? Pas grand-chose … Pourtant, j’étais certaine que les humains étaient la solution. Il suffisait de savoir les séduire, mais à ce jeu il faudrait savoir y faire. Car la volonté de Belle a retourné tout le monde contre le couple royal ne suffirait certainement pas. On vivait dans un monde bien étrange, il se tramait tellement de choses, tellement de secrets, de complots… Presque, qu’on ne savait plus à qui se fier. Nous devions élargir au quotidien notre cercle de relations, et se faire des alliés puissants. Un sentiment de dépassement peut-être ? C’était surement pour cela que je m’étais un peu effacée de ce monde-là. Cela en devenait presque fatiguant.

J’évitais de regarder Torben, il était au côté de Cora. Petite protégée de Krystel, elle avait de la chance… non je n’allais pas la tuer car Torben ne serait pas content. Mais l’envie de planter mes crocs dans sa nuque était bien là. Il tapait deux coups sur le sol, le joujou de la Reine se chargeait de faire régner l’ordre ? Je tournais la tête en direction de William, avec une tête de reproche. Qu’il fasse comme moi, qu’il reste tranquille dans son coin. J’avais salué discrètement et simplement, sans trop en faire – de toute façon je ne voulais pas trop en faire – Evey et Leopold qui se trouvaient juste derrière moi. Et cela était tout, certes je ne pouvais parler à personne. Lui avait la tentation, il était bien entouré –dirons nous- mais il devait rester tranquille. Qui ne dit mots consent. Mais au moins, quand tu ne dis rien, quand tu ne laisse rien paraitre les autres ignorent ce à quoi tu penses.

Dans ce monde là, il faut cacher la moindre faiblesse car tôt ou tard, celle-ci vous retomberas dessus. Il faut cacher la moindre de ses pensées. Ce n’était pas lors d’une réunion comme celle-ci qu’il fallait se faire remarquer. Rester silencieux, écouter, attendre son tour. Les décisions avaient d’or-et-déjà été prises. Nous n’étions plus – et nous ne l’avions jamais été – les maitres du jeu. Nous jouerons chacun notre tour. En entendant, je passe mon tour.

Objectif de la dissidence : Echec et mat. Echec au Roi.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Ven 4 Mai - 15:26

    J'avais détaillé du regard le serviteur de ma Reine, lorsque celle ci me parla des progrès que son animal de compagnie avait pu accomplir. Déjà, il s'était plutôt pas trop mal démerdé pour faire face à quelques imprévus assez récents. Il y avait déjà eu toutes ces choses que ma Reine avait pu lui confier, tâches qu'il avait accomplies avec succès ! Et puis il y avait eu tout ce chambardement avec la HCV, cet espèce d'attentat raté où en bon cow boy, Badenov avait défouraillé tout ce qui bougeait. Cela avait plongé notre position dans l'embarras, mais cela aurait pu être bien pire au niveau symbolique s'il eut été lui même abattu ou si sa... compagne... humaine avait été blessée, ou pire, assassinée avec lui. J'aurais probablement pu nous poser en victimes du terrorisme, et lancer un message d'unité et de fraternité très fort avec les humains, mais n'empeche que chez les vampires, les questions de statuts étaient primordiales. Dans une société à tendance encore assez largement monarchique, aristocratique et féodale, tuer quelqu'un sous la protection d'un des deux êtres les plus puissants du royaume ne pouvait que porter atteinte à notre honneur. Non, les choses étaient faites pour le mieux, j'en étais convaincu. Je ne voulais en aucun cas avoir à faire à une nouvelle fronde de mes subordonnés, surtout après le coup fumant. Je souriais aux paroles de mon épouse. Elle s'était servie dans le cheptel humain de Nikos, et je trouvais que l'idée n'était pas mauvaise. Quand on a vécu aussi longtemps que moi, rien ne redonne autant de goût à l'existence que l'attrait sans cesse à renouveler de la nouveauté. Nouvelles têtes, nouveaux compagnons, nouveaux ennemis, nouvelles conquêtes politiques ou féminines. C'était ça, profiter pleinement de l'immortalité, et il me semblait bien commode dans ma position d'en tirer toute la satisfaction nécessaire.


    | Je récompenserais ton humain pour ses réflexes il y a quelques jours. Ton humaine, j'ai hâte d'y goûter, elle a l'air délicieuse... Quant à la mienne, il me semble primordial que tu développes des liens avec elle ; je ne saurais tolérer plus longtemps ces querelles féminines. |


    Autant mettre les deux pieds dans le plat, n'est ce pas ? Je n'avais aucunement envie autrement de laisser Krystel penser que je me désintéressais d'elle ou des humains qui l'accompagnaient, mais je ne souhaitais pas non plus que Suzy n'aie pas la place qui lui revenait de droit parce que ma Reine ne pouvait pas la sentir. Il me semblait plus que temps de les amener à se côtoyer, à se connaître. Je laissais maintenant mon épouse accueillir nos « invités ». Je souris quand elle annonça la récompense de Belle Renard. Je l'applaudis lentement, distinctement, intimant à l'assemblée de m'imiter. Je savais que la française prendrait cela pour une humiliation de plus, mais n'était ce pas trop drôle ? De toute manière, je mettais qui je voulais, où je le désirais. J'intervenais à sa suite en regardant ma fille adoptive, Morgane. Il fallait que les choses soient claires à son sujet.


    | Ceci est une sorte de promotion pour vous aussi, ma chère enfant. Vous êtes désormais à la tête d'un département de communication. Mr d'Aubusson s'occupera de la presse écrite comme il le faisait déjà à mon compte, Mlle Renard du rapport avec les autres vampires, et vous superviserez le tout. Je compte sur vous pour être présente partout. Depuis l'attentat avorté contre le servant de votre Mère ici présent, nous devons contrer les intégrismes religieux qui mettent en danger la paix dans laquelle nous vivons. |


    Croisant les mains dans le dos, je lui fis un signe de tête avant de prendre congé, et de m'amener vers William, l'ignorant ostensiblement pour lancer un regard appuyé, un petit sourire prédateur aux lèvres, à sa servante humaine. Je vins à sa rencontre, me demandant comment elle réagirait. Je pris sa main dans la mienne et y apposais encore un baiser, sans la quitter des yeux.

    | On m'a rapporté que votre Seigneur et Maître jouait un jeu dangereux, qui pourrait vous mettre en danger. Que diriez vous que je vous offre un poste dans ma propre maisonnée ? Vous seriez sauve... Et ainsi, tout le loisir de ….discuter... à nouveau ensemble nous sera laissé, douce Hannah... |


    Qui avait dit que je lui laissais le choix ? Cela dit, c'était comme prémices à ce qui attendait encore William...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Ven 4 Mai - 16:24


Je n’avais jusque là pas bouger de ma place. Je restais un peu en retrait par rapport à mon Roi, le laissant mener la danse, dans laquelle bientôt je rentrerais. J’adressais un sourire bienveillant à ma fille après que son beau père lui ai fait part de ses nouvelles responsabilités. J’avais confiance en elle pour réussir. Je savais que Léopold saurait très bien l’assurer dans cette nouvelle position et la pousser à prendre une place plus importante dans notre organisation. Elle était, quelque part, faite pour ça. N’est-elle pas mon héritière après tout ? Oh elle n’était pas parfaite, loin de là, mais bien entourée, j’étais sûre qu’elle saura s’en sortir. J’avais compris que la changer ne servirait à rien. Je devais l’accepter telle qu’elle était tout en faisant en sorte qu’elle ne soit un danger ni pour notre famille, ni pour notre nom, ni pour ma position. Elle gagnait du plomb dans la tête depuis qu’elle fréquentait un de mes amants et j’étais très satisfaite de cela. Je me détournais rapidement cependant de Morgane pour orienter mon attention vers mon Roi. Il était l’heure. Je me tournais vers William. Son heure était venue. Mon regard était très dur, et ne laissait place à aucun amour maternel.

Moi, Krystel Raybrandt, ta créatrice t’ordonne de ne pas dire le moindre mot. Torben.

Je faisais peser tout mon pouvoir sur lui. Il ne pouvait pas désobéir à des ordres directs de ma part. Il était ma créature et tant que je ne l’avais pas libéré, il était sous mon total contrôle si je le décidais. J’étais en colère contre lui et s’il n’avait pas été Prince ou encore mon fils, il aurait été brulé vif sur une croix au levé du soleil. De nouveau j’avais fais appel à mon serviteur pour s’occuper des « basses tâches ». je pouvais le faire moi-même mais il était important qu’on se rende compte que l’humain était plus dangereux qu’il ne semblait l’être. J’attendais qu’il l’amène à mes pieds avant de me remettre à parler. Je frappais son visage d’un revers de main, faisant couler du sang de sa lèvre et détournais son regard de moi. Il ne méritait plus poser ses yeux sur ma personne

William Raybrandt, il a été porté à notre attention la trahison que tu t’apprêtais à porter envers ton Roi. A partir de cet instant, tu ne possèdes plus aucun titre. Tu te porteras d’ailleurs plus le nom de famille qu’il t’a été donné à ta naissance. Tous tes biens appartiennent désormais à ton épouse Jana, qui elle, gardera une affiliation avec ma lignée. Tu es déchu de ton rang de shérif vampire et tu seras remplacé par nul autre que Léopold D’Aubusson. Il assurera ce titre, tout en servant Morgane. Estimes-toi heureux d’être l’époux de ma pupille. Sans cela tu aurais été exécuté sur le champ

Me détournant de lui, le laissant prendre conscience de ses erreurs et du juste retour de ses actions, je m’avançais jusqu’à Jana. Je la laissais me saluais comme elle le devait, surtout après le cadeau que je venais de lui faire. Un cadeau qui pouvait s’avérer empoisonné pour elle aussi. Si elle suivait le même chemin que William, je n’aurais pas autant de considération qu’avec lui, et elle payerai très chère une quelconque trahision

Moi Krystel Raybrandt te désigne, au même titre que ta sœur Morgane, héritière directe du Roi et de la Reine. Julien.

Je m’adressais à celui qui nous avait permit de mettre en lumière tout ce qui se tramait dans notre dos. Pour s’être montré on ne peut plus fidèle, il serait récompensé. Je m’écartais de Jana pour venir rejoindre le milieu de la pièce, et attendre que mon créateur me rejoigne et annonce au shérif la suite des évènements. J'ajoutais tout de même

Julien Gillemaud ici présent s'est montré d'une fidélité sans faille. Et pour cela, il sera récompensé. Que désires-tu donc ?


_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Sam 5 Mai - 4:00


Il avait entendu les dires du Roi envers la Reine. Alors, cette dernière n’appréciait point encore Suzy alors que lui semblait la forcer à le faire. Notre grand William Raybrandt se rappelait encore de cette conversation étrange, envoutante, eu avec Suzy Swing Tannen. Il faillit en rire à la suite des paroles données à sa chère sœur. En somme, il faillit pouffer de rire une deuxième fois. Il était étrange, en effet, que le Roi demande un respect de sa propre servante humaine, mais ne le faisait pas avec les servants humains de son peuple. Même pas avec celle de son propre fils. Certes, notre cher Prince se fut replié comme à son habitude observant le magnifique paradoxe s’enfiler comme une aiguille. C’était une loi non ! Une valeur extrêmement ancrée chez les Vampires. Que tu sois Roi, Reine, Maître Vampire, Sheriff ou simple Vampire tu ne dois jamais toucher au servant humain d’un autre. Leslie y avait goûté au début du mois d’août. Mais le Roi … C’était le Roi. Il pouvait tout faire, absolument tout : si ce n’était que de montrer l’exemple.

Le regard de William se tourna alors vers Jana lui faisant un visage désapprobateur de parler tout le temps. Un sourire en coin, aguicheur à souhait, fusa en direction de sa femme pendant le ton réprobateur de Torben. Un seul soupir semblait démontrer l’agacement de notre cher William. Sa femme n’allait pas lui démontrer comment vivre sa vie maintenant ? S’il avait envie d’agacer Morgane, il le ferait : ne serait-ce que pour mettre des interrogations sur le visage du Roi semblant de plus en plus le détester. Il avait trahi alors soit. Ce dernier vint féliciter sa chère sœur justement. Oui, démontrant les nouvelles responsabilités de celle-ci avec d’Aubusson. Évidemment, cet opportuniste restait encore dans le portrait. William ne se tourna point lors que sa majesté lui tournait littéralement le dos. Il ne put pas s’empêcher de serrer les poings face à cette impolitesse. Quelle transparence ! Bravo mon Roi ! Quel respect devant tous vos sujets ! Aller tout le monde. Faites en sorte d’aller prendre le servant humain de votre voisin, le Roi le fait donc …

Mais … Mais sa mère prit la parole. Son cœur sembla alors reprendre vie, sursautant à cette voix forte et puissante. Cette voix n’amenant pas à rire. Notre pauvre Vampire ne ressentait plus rien. Il ne pensait pas que ce serait si pire, mais cela l’était. Ses yeux marron restèrent cloîtrés en ceux de Krystel Raybrandt totalement incapable de s’en détacher. Elle était si belle, si forte là près du trône. Il en avait des frissons de peur. Non, il ne pouvait pas lui désobéir en effet. Son corps sembla statufié. Rien ni personne n’existait dans cette pièce. Il ne restait qu’elle et lui. Seuls dans cette éternité sombre. Il se fit pousser vers l’avant sans ménagement. Pour une fois, William remarqua à peine Torben Badenov. Il n’y avait que Krystel de présente. Son corps ressentit un choc touchant le sol, mais rien. Il semblait dans une transe. Ce fut comme s’il n’arrivait pas à croire la catastrophe lui arrivant si subitement. Pourtant, il l’eu prévu lui-même. Le bas de son visage fut, la seconde suivante, en sang. Son regard perça machinalement vers le sol. Il n’avait nullement bougé, les mains toujours en son dos, tenues par ce serviteur. Ses oreilles bourdonnaient affreusement, mais sa tête ne tournait pas. Il n’arriva pas à écarquiller les yeux ou bouger ses lèvres. Il n’arrivait pas à faire un seul mouvement potable. Plus rien … Plus rien … Plus un Raybrandt … Rien … Elle le haïssait …

- N … No …

Réussit-il à articuler alors que la Reine se déplaça en direction de Jana pour la féliciter. Il ne lâcha aucune larme. Seul son corps, tremblant, pouvait démontrer le malaise du Prince et Sheriff déchu. Son esprit tâchait de se dire savoir ce qui l’attendait. Mais rien … Son cœur, son cœur refusa tout. William se fichait des Dissidents actuellement. Il ne se rendait même pas compte d’un fait positif dans tous ces événements. Que Jana ne fut aucunement touchée par des allusions de traîtrise. Son esprit si fort en temps normal était à zéro. Julien ? Loyal ? William ne comprit même pas que ce fut son meilleur ami le trahissant. Heureusement pour ce dernier en fait. En tout cas, pour le moment, il n’en sut absolument rien. Son esprit ne voyait que la haine de sa mère à son égard. Toutefois …

- Ne prenez pas ma servante humaine au moins … Vous pouvez tout prendre sauf cela. Je vous en conjure …

Sa voix ne tremblota que légèrement. William tâchait de garder un ton neutre malgré et posé, fort malgré le choc reçu. Il valait mieux que cela et le savait parfaitement bien. Lentement, il releva la tête et la tourna vers le Roi. Néanmoins, le reste de son corps resta en la direction des trônes actuellement vides. Il fronça les sourcils non lui-même apparemment. Un court regard en direction de Suzy et il le retourna vers Augustus.

- Cette loi est l’une des plus ancrée chez notre peuple. Même vous, vous désirez un respect pour votre servante humaine. C’est normal. Ce n’est pas seulement une loi, mais une mœurs pour nous tous, une force même. C’est un contrat entre l’humain et son maître. Montrez l’exemple à tous ici présent ce soir. Montrez-leur qu’ils n’ont rien à craindre pour leur propre servant humain. Pour éviter leur désobéissance entre eux si elle devait avoir lieu. Montrez-leur pour qu’ils soient certains de ne jamais devenir faibles. Enfin, pour que les Vampires restent éternellement les plus puissants en ce monde.

Sa voix se fit un peu plus posée, mais restait sur un ton bas néanmoins. Il était encore sous le choc de tout cela. La blessure physique se fut vite cicatrisée. Il en sera autrement pour la blessure psychologique. Puis, c’était comme si, en cet instant de douleur, William Raybrandt réapprenait la loi à son propre Roi. Il démontrait à tous les Vampires ici présents que la loi, c’était la loi. Il pouvait se faire retirer son titre de Prince, son grade de Sheriff. Certes, les servants humains resteraient ce qu’il y avait de plus précieux pour un Vampire, pour sa puissance. William Raybrandt laissa ses mains en son dos toujours tenues par Torben. Il n’en avait cure vraiment. Son regard retourna vers le sol à la suite de ses paroles. Il ne savait pas comment le Roi ni tous les Vampires réagiraient. Au moins, il fit un effort évitant alors une faiblesse, un mal pire encore que le précédent : pire encore que cette destitution.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Sam 5 Mai - 11:42


Tout changeait ce soir. Nous avions des décisions à prendre et il n’était pas question de laisser la félonie envahir notre maison. William. Qui aurait pu s’en douter ? Je n’en étais pas revenue moi-même lorsque mon Roi me l’avait annoncé. Pourtant, j’avais du me rendre à l’évidence : il avait bafoué tous les enseignements que je lui avais inculqué. J’avais bien entendu proposé à mon Roi ma tête pour n’avoir pas su être clairvoyante au sein de ma lignée. Je me sentais coupable, bien entendu. Par extension, étant mon enfant et mon héritier, c’était moi qui trahissais mon Seigneur. Je ne pouvais pas pardonner à William l’affront qu’il avait fait à mon créateur, ni à ma personne. C’était d’ailleurs pour cela que j’avais tenu à moi-même à le punir et à décider ce qui allait lui arriver. La partie sur Hannah était bien entendu de mon initiative. Elle nous servirait d’otage et obligerait William à bien se comporter s’il ne voulait pas périr. Car où qu’il soit, si on venait à arracher la vie de sa servante, il n’y survivrait pas. J’avais bien eu moi-même du mal à me passer du mien, et j’étais à l’époque beaucoup plus forte que mon fils. D’ailleurs, alors que je m’adressais à Julien ce dernier osa prendre la parole et demander recours vis-à-vis des lois vampiriques. Perdant mon calme, je glissais en quelques secondes jusqu’à lui et le soulevais par la gorge. Mes doigts entrèrent dans sa trachée alors que ses pieds quittaient le sol. Comment osait-il…. Son sang éclaboussait mon visage et mes habits, mais je n’en avais cure

Comment oses-tu évoquer les lois vampiriques ? Comment oses-tu manquer une nouvelle fois de respecter ? Laisses moi donc te rafraichir la mémoire William Sans Nom. « Tu ne porteras en aucune façon préjudice à ton supérieur hiérarchique, qu’il soit Shérif, Grand Maître ou ton Roi. Tu ne désireras pas ses possessions, esclaves ou argent » « Tu jureras allégeance à ton Roi, Augustus, celui qui marche dans la lumière, et tu te plieras à ses moindres désirs, car c’est grâce à lui si aujourd’hui tu es capable de marcher la nuit…» «Tu ne nuiras point à celui qui t'a élevé et tu le serviras sans faillir, si cela n'est pas contraire aux règles énoncées plus tôt » «Au Roi et à la Reine tu devras toujours te plier et toute forme de trahison directe ou indirecte sera punie par la mort ». En bafouant nos règles fondamentales tu as perdu tous les droits que jadis tu possédais. Tu n’es plus rien, plus rien.

Je le jetais dans le fond de la pièce. Son corps fit un bruit malt en retombant par terre et des craquements se firent entendre lorsque sa silhouette s’écrasa contre le mur après avoir glissé sur plusieurs mètres. Regardant férocement l’assemblé je déclarais

Si l’un de vous à quelque chose à redire sur la manière de gouverner de votre altesse, qu’il se fasse donc entendre et que nous puissions l’écouter comme je viens de le faire avec cet imbécile

La menace était on ne peut plus présente dans mes paroles. Le moindre vampire ayant quelque chose à redire sur son Roi ou sa Reine connaitrait un sort encore plus terrible que William. Je n’avais pas hésité à m’en prendre à ma chaire. La trahison était quelque chose que je ne supportais pas et ma colère se faisait encore sentir dans ma voix. Je n’en avais que faire de tuer des centaines de vampires si cela était nécessaire. J’avais ôté la vie de Nikos pour trahison, et j’en étais sortie indemne. Seuls les fous ne me craignaient pas. Je restais debout devant les trônes majestueuse et terrifiante, jaugeant toute l’assemblée de mon regard colérique. Je n’étais point souvent en colère et je le montrais encore moins, mais là William m’avait fait sortir de mes gons en évoquant des lois qu’il avait lui-même bafoué. J’avais envie de sang, de déchiqueter plus d’un corps et mon poing ne pouvait pas s’empêcher de se serrer de cette frustration que je contenais. En plus il avait souillé une de mes plus belles toilettes qui était définitivement foutue.



_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Sam 5 Mai - 12:45

Lorsque le Roi et la Reine se levèrent je demeurai impassible malgré l'anxiété qui était mienne. J'écoutai attentivement chaque paroles et observai chaque fait. Notre Maître s'adressa à la fille Raybdrandt, celle qui portait trop d'estime envers les humains à mon goût, je notai tout de même ce qu'il dit à propos de l'HCV et de leur récente attaque avortée. Je restai immobile lorsque Augustus s'approcha ensuite de l'humaine qui appartenait à William, cette Hannah Badenov que j'avais reçu chez moi avec son ami Camille il y a peu et lui adressa quelques mots. Ce fut ensuite au tour de notre Reine de parler et elle s'adressa à William. Pour avoir déjà été puni par le Roi je sais combien cette situation est douloureuse, et avoir trahis la confiance de mon ami me fut aussi désagréable. Notre amitié n'y survivrait pas et je ne pouvais l'en blâmer. Pourtant aussi dur cela soit-il, je n'aurais pu laisser faire William sans en référer à mon Roi, ma loyauté envers lui ne souffrant d'aucune faille.

Toutefois les paroles de la Reine à son fils furent dures à entendre tant la sanction de mon ami était dure, malgré tout je ne la trouvais que trop juste. En effet à mes yeux aucun dissident ne devait pouvoir agir en toute impunité et j'espérais que Belle Angeline Renard comprendrait le message du couple royal, ce qui me fit sourire intérieurement malgré la destitution de William qui me peinait. La Maîtresse des lieux fit ensuite part de sa promotion à Jana, l'épouse de William et enfin elle s'adressa à moi. Je restai impassible lorsqu'elle annonça à l'assemblé afin de dissimuler à quiconque que faire mon devoir n'avait pas été facile. Malgré cela j'étais fier de la reconnaissance que m'accordaient Augustus et Krystel, c'est pourquoi lorsque la Reine s'adressa à moi je me pliai d'une révérence afin de ne pas manquer à l'étiquette avant de répondre à sa question.


Je ne souhaite que servir mon Roi et ma Reine sans faillir à mon devoir, dis-je d'un ton des plus respectueux, et si vous m'en jugez digne j'aimerai assurer la relève quant à votre poste de Maître vampire. Tout en répondant à Krystel, je pris soin de bien maîtriser le ton des ma réponse afin de ne pas manquer de respect à la Reine, je savais à quel point l'étiquette avait son importance.

Je n'eu pas le loisirs d'entendre la réponse de l'épouse du Roi car William prit la parole pour réclamer que lui soit laissée sa servante. Je maudis intérieurement le shérif déchu de sa bêtise, non pas parce qu'à cause de lui la Reine ne m'avait répondu, mais parce qu'il mettait sa sécurité en péril ainsi que celle de son humaine. Je vis alors pour la première fois la Reine agir avec violence envers un vampire de mes propres yeux. Quelle puissance elle dégageait ! Et dire qu'elle avait été sérieusement blessé par Nikos lors de son exécution, je me sentais bien faible par rapport à des vampires comme eux. Je n'avais pas le même âge qu'eux et donc pas la même puissance, je ne pourrais jamais en acquérir autant avant d'avoir vécu autant de siècles qu'eux, sinon en buvant le sang d'un vampire de cet âge, seulement ça ne courait pas les rues. Pour l'heure je me contentais de patienter en silence que le roi ou la Reine répondent à mes paroles, s'ils le désiraient.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   Sam 5 Mai - 22:17






La lune, maitresse de toutes les nuits, règne enfin en monarque absolue dans un ciel sans étoile. Elle illumine tout le pays, appelant sa population à sortir de leur cachette. Son peuple, elle l’aime plus que tout, car sans eux, elle ne représenterait aucun intérêt. Alors elle prend soin de lui, le dorlote, le guide, bienveillante comme elle est. Mais sa puissance est masquée et ébranlée de plus en plus par celle d’un être qu’elle a depuis très longtemps sous sa coupe : Augutus, Roi des vampires. Il l’éclipse, ne lui rend pas honneur, la considère au même rang que ce fourbe de soleil qui s’approprie toujours toutes les gloires, les louanges, ce soleil qu’elle déteste tant. Elle qui a toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l’indifférence, elle ne peut pas supporter cet être qui ne l’honore pas à sa juste mesure. Au moins son épouse prend le temps de la regarde de temps en temps et il fut même une période où elle lui écrivait de merveilleux poème. Les siècles ont fini par avoir raison de cette pratique, laissant place à des plans d’une toute autre envergure, dont un qui prendra toutes ses lettres de noblesses cette nuit même. Oh Marcheurs nocturnes, cette nuit restera dans vos mémoires pendant très longtemps. Ce soir d’ailleurs, la lune a décidé de laisser sa place à une pluie torrentielle, fréquente en cette saison. Cette entité bienveillante abandonne ses enfants à leur dirigeant, alors qu’ils se dirigent tous dans la demeure royale dans laquelle règne une grande effervescence humaine qui met un point final aux préparatifs…

Ils sont tous venus. Shérif, prince et princesse, tous en compétition pour les faveurs du Roi et de la Reine. Et ceux ci commencent à détailler ce qu'ils comptent faire de cette soirée... Et bien vite leur curiosité a été assouvie. Pour sur cette soirée est riche en surprise et ce n'est sans doute qu'un début...




A partir de demain (mais vous pouvez poster dès maintenant !) vous avez UNE SEMAINE pour POSTER AU MAXIMUM DEUX FOIS à ce premier ordre de passage. Vous devez DECRIRE vos réactions, en compagnie de VOS EVENTUELS HUMANS accompagnants. La salle est complètement épurée et très sombre. Il y a aux murs de nombreux tableaux représentant Augutus et Krystel à différentes époques. Vous avez bien entendu le droit d'agir ou de parler à votre convenance, mais à vos risques et périls . Pareil pour ceux qui ont les faveurs des monarques.

Ps : même si vous êtes 13 à jouer, cela ne veut pas dire qu'il y a que 13 personnes dans la pièce. Elle est pleine de vampires et humains qui comme vous arrivent au fur et à mesure

Spoiler:
 



avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie :
Coups du Destin: 0
Votre destin est entre mes mains.
Messages : 8501
Membre du mois : 7544
Je crédite ! : Avatar (c) Kanala
Localisation : Nulle part et à la fois partout
Compte Administrateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Mission : « les pièces de l’échiquier sont en place et il est temps de jouer » [Livre 1 - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Cavernicole
» L'échiquier est en place [feat Maahes]
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Alentours :: Manoir Royal
-
Sauter vers: